Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chine : pourquoi le pape fait-il la sourde oreille face aux interpellations du cardinal Zen ?

IMPRIMER

De Lianne Laurence sur LifeSiteNews :

Le cardinal Zen reproche au pape François de ne pas avoir répondu à la dubia sur le "meurtre" de l'Église chinoise

L'évêque de 88 ans a accusé le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, d'un triple assassinat de l'Église en Chine et de "manipulation du Saint-Père".

6 juillet 2020

Featured Image

Le cardinal Joseph Zen s'entretient avec LifeSite à New York le 14 février 2020.Jim Hale / LifeSite

Cela fait un an que le cardinal Joseph Zen a fait un voyage d'urgence à Rome pour tenter d'avertir le pape François au sujet du document pastoral du Vatican qui vient de paraître et qui donne aux prêtres en Chine des raisons pour lesquelles ils devraient s'enregistrer auprès du gouvernement communiste.

L'évêque de Hong Kong à la retraite, âgé de 88 ans, a marqué cet anniversaire en juillet dernier en notant sur son blog et sur Twitter que le pape François n'a toujours pas répondu à ses nombreuses "dubia" ou critiques du document que Zen a décrit comme "la chose la plus cruelle" que le Vatican ait faite concernant l'Église catholique en Chine, et "absolument contre la doctrine de l'Église, car elle encourage les gens à faire partie d'une Église schismatique".

Zen a également marqué l'occasion en accusant le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, d'avoir "à lui seul" achevé une "trilogie de meurtres de l'Église en Chine" et de "manipuler le Saint-Père".

Selon lui, la première partie de la trilogie constitue dans l'accord secret provisoire conclu par le Vatican en septembre 2018 avec le régime communiste du président Xi Jinping sur la nomination des évêques catholiques en Chine.

Alors que le pape insiste pour que l'accord lui donne le dernier mot sur la nomination des évêques, Zen écrit qu'il doute que le document, qu'il n'a pas été autorisé à voir, soit clair sur ce point.

La deuxième partie de la trilogie était "plus dommageable : la légitimation de sept anciens évêques", a écrit Zen.

Il s'agissait de prêtres qui avaient été illégitimement "ordonnés" dans l'Association catholique patriotique chinoise, gérée par l'État, tandis que ceux de l'Église clandestine qui résistaient étaient envoyés "en prison ou dans des camps de travail où ils pouvaient mourir".

Non seulement le pape François a rétabli les évêques excommuniés, mais il leur a donné juridiction sur les diocèses, même s'ils "n'ont montré aucun changement dans leur comportement" et "ont réaffirmé leur loyauté envers le gouvernement athée", a écrit Zen.

"C'était étonnant pour nous : Il livre les moutons aux loups !"

La troisième et "la plus cruelle chose est ce qui s'est passé l'année dernière à cette époque", a déclaré Zen. C'était le 28 juin 2019, date de la publication des "Directives pastorales pour l'enregistrement civil du clergé en Chine".

Avec ce document, "le cardinal Parolin a porté le dernier coup à l'Eglise en Chine", a écrit Zen, rappelant que lorsqu'il a lu le document, il s'est immédiatement envolé pour le Vatican afin de rencontrer le Saint-Père.

Il a également interrogé le Préfet de la Congrégation pour l'évangélisation et le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Le premier a déclaré qu'on ne lui avait pas demandé d'approuver les orientations, et le second a dit à Zen que "maintenant, tout ce qui concerne la Chine est exclusivement entre les mains du secrétaire d'État".

Une fois arrivé à Rome, Zen a envoyé une lettre au pape lui demandant d'être présent "lors d'un dialogue entre moi et le cardinal Parolin, l'auteur évident du document".

Il a décrit comment, après n'avoir reçu aucune réponse, il a envoyé une autre lettre au pape François le 1er juillet avec "mes 'dubia' à propos du document, que j'ai jugé absolument contraire à la doctrine de l'Église, parce qu'il encourage les gens à faire partie d'une Église schismatique".

Le 2 juillet, François a conseillé à Zen, par lettre, de parler à Parolin, ce que le cardinal a alors dit au porteur du message : "Ce serait complètement inutile ; alors, s'il vous plaît, dites au Saint-Père que je rentre les mains vides."

Zen a rappelé que le pape l'avait ensuite invité à un dîner le 3 juillet, auquel Parolin a également assisté mais a peu parlé, et au cours duquel François a montré "une grande affection" à Zen mais aussi "une certaine gêne".

Le cardinal a écrit qu'il avait réalisé que Parolin avait planifié le dîner pour montrer clairement que le Saint-Père l'écoutait, et non Zen, et que Parolin n'avait pas l'intention de parler des directives pastorales avec Zen.

"Je ne suis donc pas revenu les mains vides. J'ai eu la chance de voir de mes yeux que Parolin manipule le Saint-Père", a écrit Zen.

Fin septembre, Zen a envoyé à tous les membres du collège des cardinaux un exemplaire de son livre "Pour l'amour de mon peuple, je ne me tairai pas", ainsi qu'une lettre les implorant de venir en aide à l'Église catholique en Chine - communications qu'il a rendues publiques en janvier.

Cependant, le nouveau doyen du Collège des cardinaux, le cardinal Giovanni Battista Re, "a écrit une lettre à tous les cardinaux pour critiquer ma lettre", a-t-il dit, à laquelle Zen a répondu en mars.

"Cela fait maintenant un an que j'ai rendu visite au pape François, mais toujours pas de nouvelles de lui. Je ne suis pas sûr que mes lettres puissent lui parvenir, alors je mets maintenant sur mon blog ce que je veux dire, en espérant qu'il puisse avoir la chance de la lire par l'intermédiaire de quelqu'un", a-t-il écrit.

Entre-temps, le journaliste italien Massimo Tosatti a rapporté dimanche que le pape François a inexplicablement laissé tomber de son message après l'Angelus un message de soutien à la liberté pour les habitants de Hong Kong.

Le 30 juin, Pékin a adopté une loi de sécurité nationale pour Hong Kong qui a créé quatre nouveaux crimes - sécession, subversion, activités terroristes et collusion avec un pays étranger - qui entraînent des peines maximales de prison à vie. Zen a qualifié cette loi de destructrice de la liberté religieuse et a averti qu'elle "détruirait Hong Kong".

Les journalistes ont été informés juste avant l'apparition du pape qu'il ne lirait pas un message contenu dans le "Bulletin" du Vatican dans lequel il exprime le "désir que la liberté sociétale, et en particulier la liberté religieuse, soit exprimée en toute liberté" pour le peuple de Hong Kong, a écrit Tosatti (tel que traduit par Giuseppe Pellegrino).

"Puisque le Bulletin est sous embargo jusqu'au moment où il est prononcé, et que ces mots n'ont jamais été prononcés, c'est officiellement comme si ces mots n'avaient jamais existé", a-t-il déclaré. "Mais ils ont été écrits, et ils sont connus."

Cependant, "ce que l'on ne sait pas, c'est quel genre de pression Pékin a exercé sur le Pape pour qu'il ne parle pas à la télévision mondiale du drame de l'ancienne colonie britannique, même sur les tons les plus délicats et les plus pacifiques possibles", a ajouté M. Tosatti.

L'expert de la Chine Steven Mosher a récemment examiné les allégations surprenantes du dissident chinois Guo Wengui selon lesquelles le Parti communiste chinois "alloue jusqu'à 2 milliards de dollars par an" pour acheter le silence du Vatican sur la persécution continue de l'Église catholique en Chine et d'autres violations des droits de l'homme.

Bien que Guo n'ait pas présenté de preuves pour étayer ses affirmations et qu'il soit connu pour "jouer vite et mal" avec les chiffres, ses allégations ont "une part de vérité", a conclu M. Mosher.

"La Chine jette clairement beaucoup d'argent sur la scène mondiale dans sa course à la domination", et il semble que certains fonctionnaires du Vatican accepteraient de telles contributions, "étant donné certaines des autres transactions douteuses qui ont été mises au jour ces dernières années".

Commentaires

  • La réponse à la question du titre est simple : Bergoglio et son comparse Parolin sont infiniment plus proches idéologiquement de Xi Jinping que du cardinal Zen, un peu comme Montini était beaucoup plus proche de l'idéologie soviétique et des tortionnaires hongrois que du cardinal Mindszenty.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel