Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'après le cardinal Napier (Durban), Black Lives Matter s'acharne à détruire la civilisation

IMPRIMER

De Martin Bürger sur LifeSiteNews :

Un cardinal africain critique le mouvement Black Lives Matter en raison de son acharnement à détruire la civilisation

7 juillet 2020

Le cardinal sud-africain Wilfrid Fox Napier a vivement critiqué le mouvement Black Lives Matter en raison de son acharnement à démanteler civilisations et cultures.

Napier, lui-même noir et archevêque de Durban, sur la côte sud-africaine, a tweeté qu'une "brève étude de la déclaration fondatrice de "Black Lives Matter" indique que le mouvement est détourné par les intérêts et les parties engagées dans le démantèlement des valeurs, des structures et des institutions qui, au cours des siècles, ont sous-tendu les meilleures civilisations et cultures".

Après son premier tweet le 4 juillet, Napier a poursuivi le mouvement "Black Lives Matter" deux jours plus tard. Il a déclaré : "Un autre test crucial de l'authenticité du mouvement Black Lives Matter sera sa position vis-à-vis du planning familial et de l'industrie de l'avortement !

Napier a ajouté : "Le même test s'applique pour évaluer la sincérité de ceux qui expriment une condamnation tonitruante contre la violence domestique (appelée à tort "violence basée sur le genre"), par opposition au silence absolu concernant la violence infligée aux bébés dans le ventre de leur mère !

Comme le souligne l'organisation Illinois Right to Life, le centre d'avortement Planned Parenthood est en fait un danger pour la communauté noire. Non seulement la fondatrice de Planned Parenthood, Margaret Sanger, était raciste. L'organisation cible également les communautés minoritaires. Au sein de la communauté noire, le géant de l'avortement est la première cause de décès.

"Selon le Centre américain pour le contrôle des maladies, il y a eu plus de 15,5 millions d'avortements pratiqués sur des Afro-Américains", a déclaré l'organisation Illinois Right to Life. "Ces 15,5 millions de vies noires perdues à cause de l'avortement sont plus nombreuses que les décès des Noirs dus au sida, aux crimes violents, aux accidents, au cancer et aux maladies cardiaques réunis".

L'évêque américain Joseph Strickland de Tyler, Texas, a également critiqué le mouvement. L'évêque Strickland a parlé de la plateforme du mouvement Black Lives Matter, qui contient plusieurs positions que les catholiques ne peuvent en aucun cas soutenir. En se connectant au site web du mouvement, il a tweeté : "S'il vous plaît, informez-vous sur ce sujet !

Il a ensuite souligné que la déclaration de croyance de Black Lives Matter mentionne deux points "qui sont contraires à la FOI...n°1 s'opposant à la famille nucléaire (où est papa ?) et n°2 s'opposant au plan de Dieu pour le sexe en tant qu'union de l'homme et de la femme".

"Ce programme est DANGEREUX !" conclut Strickland en insistant.

Black Lives Matter, selon son propre site web, veut "perturber l'exigence de la structure familiale nucléaire prescrite par l'Occident en se soutenant mutuellement en tant que familles élargies et "villages" qui s'occupent collectivement les uns des autres, en particulier de nos enfants, dans la mesure où les mères, les parents et les enfants sont à l'aise".

Le terme "villages" fait probablement référence au livre d'Hillary Clinton "It Takes a Village", dont le titre est basé sur le proverbe africain "Il faut un village pour élever un enfant". Clinton a plaidé en faveur d'une responsabilité partagée de la société pour réussir à élever un enfant. Le sénateur catholique Rick Santorum a finalement écrit une réfutation, intitulée "It Takes a Family" (Il faut une famille).

En plus de vouloir "perturber" la famille traditionnelle, Black Lives Matter encourage "un réseau d'affirmation queer". Lorsque nous nous réunissons, nous le faisons dans l'intention de nous libérer de l'emprise de la pensée hétéronormative, ou plutôt de la croyance que tous les gens dans le monde sont hétérosexuels (à moins qu'il ou elle ne révèle le contraire)".

La section du site web intitulée "Ce que nous croyons" mentionne le transsexualisme à plusieurs autres endroits. "Nous faisons de l'espace pour que les frères et sœurs transgenres puissent participer et diriger", souligne le mouvement. "Nous sommes auto-réfléchis et faisons le travail nécessaire pour démanteler les privilèges des cisgenres et élever les transsexuels noirs, en particulier les femmes trans noires qui continuent à être touchées de manière disproportionnée par la violence transantagoniste".

Le terme "cisgender" signifie simplement qu'une personne n'adhère pas à l'idéologie de genre, mais à la science, à la place. En d'autres termes, une femme "cisgender" est une femme biologique, et un homme "cisgender" est un homme biologique.

Le mouvement Black Lives Matter affirme que les mouvements de libération des Noirs "dans ce pays ont créé de l'espace, de la place et du leadership principalement pour les hommes noirs hétérosexuels et cisgenres - laissant les femmes, les homosexuels et les transsexuels, et d'autres personnes soit hors du mouvement, soit à l'arrière-plan pour faire avancer le travail avec peu ou pas de reconnaissance.

Alicia Garza, l'une des fondatrices, admet ouvertement être homosexuelle. Elle affirme que son "leadership et son travail remettent en question l'idée fausse selon laquelle seuls les hommes noirs cisgenres sont confrontés à la violence de la police et de l'État". Par conséquent, afin de "comprendre réellement à quel point ce type de violence est dévastateur et répandu en Amérique noire, nous devons considérer cette épidémie à travers le prisme de la race, du genre, de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre".

Tous les dirigeants de l'Église ne sont pas aussi critiques du mouvement Black Lives Matter que le cardinal Napier et l'évêque Strickland.

L'évêque George Leo Thomas, du diocèse de Las Vegas, a publié une lettre pastorale le 10 juin, affirmant que l'Eglise "considère que toute vie est sacrée, du moment de la conception jusqu'à la mort naturelle". Sous la bannière de l'enseignement social catholique, nous disons à voix haute : "Oui ! Les vies noires sont importantes !"

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel