Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Face au manque de prêtres et à la désertification des paroisses, Rome propose une "conversion pastorale"

IMPRIMER

De Camille Dalmas sur le site de Famille Chrétienne :

Manque de prêtres, églises vides… : Rome donne des pistes

29/07/2020

MAGAZINE – Manque de prêtres, églises presque vides ou vieillissantes, « déserts spirituels », cléricalisme ou repli sur soi : l’instruction publiée le 20 juillet par la Congrégation pour le clergé entend proposer des solutions à la crise qui frappe aujourd’hui de nombreuses paroisses à travers le monde. Face au risque de se trouver « emprisonnée dans l’immobilisme » et de voir ses églises disparaître ou se vider, l’Église catholique doit vivre une « conversion pastorale », insiste le dicastère dans ce document d’une trentaine de pages.

La précédente instruction datait de 2002, et cette nouvelle mouture insiste donc tout particulièrement sur la dimension « créative » de la mission évangélisatrice des communautés paroissiales. En s’appuyant sur les législations canoniques existantes, les paroisses peuvent aujourd’hui trouver de nouveaux espaces et occuper leur place si essentielle dans la société. Cela suppose qu’elles acceptent d’être « en sortie », c’est-à-dire de s’ouvrir, d’assumer un statut qui les projette dans les « périphéries » de la société actuelle.

Dans l’esprit d’une véritable subsidiarité, une nouvelle carte des paroisses doit être dessinée. Cette recomposition suppose cependant de prendre en compte la réalité du terrain, et non d’imposer des solutions bureaucratiques ou cléricalistes : à cet effet, le document rappelle qu’une paroisse ne peut exister sans curé, et que laïcs, diacres ou personnes consacrées ne peuvent occuper des responsabilités réservées aux prêtres. Il met aussi en garde contre les regroupements excessifs de paroisses, comme ceux envisagés dans certains diocèses allemands où le texte a été froidement accueilli.

Dans l’esprit d’une Église « hôpital de campagne » – cher au pape François – c’est en partant de l’ancrage spécifique d’une communauté dans un territoire que cette dernière peut redevenir « le lieu qui donne le désir d’être ensemble », insiste le texte. Pour cela, elle doit en priorité reconquérir sa fonction clé de « moteur de l’évangélisation».

Commentaires

  • Le Pape devrait reparler de la beauté de devenir prêtre avant de vouloir le remplacer rapidement par des membre des paroisses etc ...Il est en train de déchristianiser le vrai sens de l'Eglise du Christ en voulant qu'Elle devienne un groupe de copains altruistes avant tout !!!!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel