Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un prêtre assassiné au Salvador

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    El Salvador : assassinat du recteur du séminaire Romero

    Le père Cortéz, 43 ans, curé de San Francisco Chinamequita et recteur du séminaire Saint-Oscar-Arnulfo-Romero a été assassiné ce vendredi. Le diocèse de Zacatecoluca condamne ce crime «inexplicable».

    «Nous condamnons et rejetons ce vil assassinat»«un crime exécrable et inexplicable» : c'est avec ces mots que le diocèse de Zacatecoluca au Salvador exprime sa douleur pour la mort du père Ricardo Antonio Cortéz, recteur du séminaire Saint-Oscar-Arnulfo-Romero et curé du village de San Francisco Chinamequita.

    Le religieux aurait été assassiné ce vendredi alors qu'il circulait à bord de son véhicule dans le canton de Ramón Grifal, à 80 km au sud-est de San Salvador. Le corps sans vie du prêtre a été retrouvé sur le bord de la route El Litoral. La police et le parquet ont commencé leur enquête pour éclaircir ce crime qui a choqué l'Église catholique du Salvador.

    Le diocèse de Zacatecoluca rappelle la mémoire de la victime, «un homme bon, affable, dévoué à son troupeau et très dévoué à la formation et à l'enseignement des séminaristes et des fidèles qu'il servait». «C'est pourquoi, ce crime exécrable contre sa personne nous paraît inexplicable» déclare le communiqué. Le diocèse exprime également sa gratitude aux médecins légistes et au parquet général pour l'intérêt qu'ils ont porté à l'élucidation de la mort criminelle du recteur du séminaire de Romero grâce à une enquête approfondie.

    Un dernier salut est rendu ce samedi au père Cortéz lors d'une messe funéraire en la cathédrale de Zacatecoluca en présence du clergé du diocèse et d'autres diocèses du pays.

    Témoignage d'un de ses amis

    Le père Raphael Sanchez, prêtre du diocèse de Zacatecoluca, vivant en Italie depuis quatre ans, a partagé plusieurs années de vie pastorale avec le père Ricardo. Il se souvient de lui comme d' «un prêtre très intelligent, très humain, capable de communion et de fraternité avec les autres prêtres. Lorsqu'il travaillait dans la pastorale, il se donnait à fond pour travailler avec passion. Nous avons travaillé ensemble dans la paroisse où il est venu m'aider pendant que j'étais curé, le week-end, car il passait le reste des jours à enseigner au séminaire. Il était formateur au séminaire et nous avons travaillé ensemble de 2012 à 2016 dans le domaine pastoral.

    Le père Ricardo était un homme de grandes qualités humaines et spirituelles. Tous les laïcs que nous avons rencontrés et dont nous avons parlé disent qu'il était un excellent directeur spirituel. Ses étudiants parlent de lui comme d'un grand professeur. Il a obtenu son diplôme de philosophie à Rome entre 2006 et 2008 et est retourné à Salvador dans le diocèse, où il a consacré sa vie au séminaire. Il avait beaucoup d'expérience : 16 ans de sacerdoce et 10 ans de séminaire. Cela laisse un vide dans nos cœurs. C'était un ami, un homme et un grand prêtre.»

    L'Église du Salvador une nouvelle fois meurtrie

    Concernant ces quarante dernières années, depuis l'assassinat de Mgr Romero, le père Raphael Sanchez souligne «qu'au cours des trois dernières années, de jeunes prêtres ont été tués sans raison. La délinquance a pris leur vie : en 2018 le père Walter, en 2019 le père Cecilio, et maintenant le père Ricardo. Cela ne devrait pas arriver : tuer de si bons hommes, des hommes de foi qui travaillent pour le peuple, qui ont de l'amour pour la communauté, qui apportent leur contribution à différents niveaux. Elle nous frappe, mais en tant qu'Église, nous continuerons à prier et à demander la justice du Seigneur et de nos lois civiles afin qu'elle soit claire. Cependant, nous continuerons à donner le message que l'Église se bat pour la vie et non pour la mort. Je souhaite le repos éternel à Don Ricardo "Père Ricardito" comme nous l'avons appelé : qu'il nous aide à nouveau du ciel à guider notre vie chrétienne.»

  • Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? (19e dimanche du T.O.)

    IMPRIMER

    De l'abbé Christian Laffargue, sur son blog :

    Homme de peu de foi...

    (Mt 14, 31 – Evangile du 19e dimanche du temps ordinaire)

    ... pourquoi as-tu douté ? dit Jésus à l'apôtre Pierre, qui avait exigé du Seigneur qu'Il lui ordonne de "marcher sur les eaux" pour aller à Sa rencontre et prouver ainsi qu'Il était bien le fils de Dieu (v. 28). Les disciples avaient été effrayés de voir Jésus marcher sur la mer (le lac de Tibériade ou "mer de Galilée) venant à leur rencontre, alors que leur barque, à bonne distance de la terre, était menacée par les vagues. Il L'avait pris pour un fantôme (vv. 24-26). Confiance ! C'est moi; n'ayez pas peur ! (v. 27. On se souvient de cette exhortation du Pape Jean-Paul II – qui a fait école – le 22 octobre 1978, lors de la Messe inaugurale de son pontificat).

    Et c'est justement parce qu'il eut peur, que Pierre commença à s'enfoncer et qu'il dût crier: Seigneur, sauve-moi ! (v. 30). Tant qu'il regardait vers le Seigneur avec confiance, il marchait sur les eaux; quand il commença à quitter son regard et à se regarder marcher, il fut comme pris de vertige, et il s'enfonça. Ainsi faisons-nous, dans nos entreprises terrestres ou dans la vie de notre âme, lorsque nous quittons le regard du Seigneur qui nous éclaire, qui nous guide, qui nous donne la force de traverser les tempêtes. Aussitôt, nous nous enfonçons et nous nous trouvons en grand péril de nous perdre "corps et âme".

    Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Car ce ne sont pas nos forces humaines qui sont la garantie de nos œuvres, mais la force de Dieu. Qu'on se souvienne de la tempête apaisée, sur la même mer de Galilée, lorsque le bateau où se trouvait les apôtres et Jésus qui dormait – ou semblait dormir – était recouvert par les vagues. Après avoir donné l'ordre au vent et à la mer de s'apaiser, Il dit aux apôtres: Pourquoi avoir eu peur, gens de peu de foi ? (Mt 8, 23-26; Mc 4, 37-40; Lc 8, 23-25). Que de tempêtes et de dangers mortels nous avons à essuyer sur les mers de nos vies et du monde ! Mais Jésus a promis de ne pas nous abandonner tant que nous restons sur la barque de Pierre, l'Eglise; tant que nous restons fidèles, les yeux tournés et fixés sur lui !

    Si Dieu veille et peut tout dans les tempêtes, s'Il est toujours là, même s'Il ne se manifeste pas pour éprouver notre foi, Il ne se rencontre et ne se révèle que dans le murmure d'une brise légère (1 Rois 19, 12 – Ière lecture). Ni dans l'ouragan, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu... L'Imitation de Jésus-Christ écrit: La vérité parle au-dedans de nous sans aucun bruit de parole (L. III: de la vie intérieure, n°2). Voilà pourquoi le démon déteste le silence, surtout dans les églises où l'on peut rencontrer Dieu dans la sainte Eucharistie. Certes, il est normal de solenniser certaines messes (dimanches et fêtes) en chantant, mais dans une "messe basse" ("lue", non chantée) l'âme se repose davantage en son Bien-aimé dont la présence pénètre lentement l'âme silencieuse et recueillie. Au contraire de ce qui sollicite les sens en permanence.

    La sainte Vierge, saint Joseph, tous les saints ont aimé le silence. Pour se taire soi-même; pour écouter le Verbe, la Parole; pour la comprendre et la laisser, lentement, nous convertir, se faire chair en nous.

    C'est à Notre-Dame, en son Assomption que nous fêterons le 15 août, que nous demanderons d'être attentifs aux choses d'en haut pour obtenir de partager sa gloire (Collecte de la Messe) et de ne pas encourir le reproche du Seigneur: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Elle, n'a jamais douté, et a toujours cru en l'Agneau immolé et muet qui offre sa vie en sacrifice pour le salut des âmes, pour le salut du monde.

  • "La religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille"

    IMPRIMER

    "Naturellement, la religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille, ou pour quelques heures de célébration; mais elle doit, comme vous l'avez déjà ressenti, être la racine et la base de toute la vie, et cela, non pour quelques rares élus, mais pour tout vrai chrétien (à vrai dire, il n'y en a toujours qu'un petit troupeau) ...

    Dans la période qui a précédé immédiatement ma conversion, et encore longtemps après, j'ai pensé que mener une vie chrétienne signifiait renoncer à tout ce qui est de la terre et ne penser qu'aux choses de Dieu. Mais peu à peu j'ai compris qu'en ce monde autre chose nous est demandé, et que même dans la vie la plus contemplative le lien avec le monde ne peut être entièrement rompu. Je crois même que, plus quelqu'un est profondément absorbé en Dieu, plus il doit en un certain sens, 'sortir de soi' pour pénétrer le monde et y apporter la vie divine.

    Il s'agit seulement d'avoir concrètement un petit coin tranquille où l'on puisse converser avec Dieu comme si rien dl autre n'existait - et cela chaque jour. Les heures du matin me semblent les plus favorables, avant de commencer le travail de la journée; ensuite, il faut que l'on trouve là sa mission particulière, si possible pour chaque jour, et non par choix personnel; enfin, que l'on se considère entièrement comme un instrument ; et spécialement que l'on regarde les forces avec lesquelles on doit travailler - dans notre cas, l'intelligence comme quelque chose dont nous ne nous servons pas nous-mêmes, mais dont Dieu se sert en nous.

    Vous avez là ma recette. Chaque matin ma vie commence à nouveau, et chaque soir elle se termine. D'autres plans et projets, je n'en ai pas - naturellement, il y en a qui font partie du travail quotidien de la journée : la profession d'enseignante, par exemple, est impraticable autrement. Mais du souci pour le lendemain, il ne faut jamais en avoir. Vous comprendrez donc que je ne puis laisser passer ce que vous dites : que je suis "devenue quelque chose". Il me semble que le rayon de mon travail doive s'étendre, mais cela ne change rien pour moi, je le pense réellement. On m'a demandé cela, et je l'ai entrepris, sans savoir encore ce que cela comporte et quel sera pratiquement le chemin."

    [Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein) lettre du 12 Février 1928, à Soeur Callista Kopf, Dominicaine (Lettres I, p.54ss)]

    http://www.homelie.biz/article-sainte-edith-stein-la-priere-dans-la-vie-55417871.html

  • 9 août : sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    IMPRIMER

    Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein), vierge et martyre, copatronne de l'Europe

    Homélie du frère Dominique sur http://homelies.fr/ (archive 2010)

    « Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère ». Ce genre de versets de l’évangile nous semble spontanément difficile à vivre dans sa radicalité. L’amour d’un père et d’un fils, d’une mère et de sa fille, sont tellement fondamentaux : comment le Christ pourrait-il nous demander d’y renoncer ?

    Les vies de saints sont des réponses que l’Église nous donne à méditer. Celle de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, Édith Stein, est édifiante. Orpheline de père à trois ans, elle est élevée, avec ses six autres frères et sœurs, par une mère exemplaire et courageuse. Très fidèle à sa foi juive, elle est un modèle pour toute la famille. « Nous pouvions lire dans l'exemple de notre mère la vraie manière de nous comporter. » disait soeur Thérèse-Bénédicte.

    Mais le Seigneur Jésus avait choisi la jeune Édith. Après des années passées à la recherche de la vérité loin des chemins de la foi, Édith se convertit en lisant la vie de sainte Thérèse d’Avila. Aussitôt, elle va trouver le curé et demande le baptême : elle a fait le choix du Christ, désormais son Seigneur passe avant tout.

    Lire la suite