Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pakistan : le drame des adolescentes chrétiennes enlevées et mariées de force

IMPRIMER

De Luca Marcolivio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Maira et Huma kidnappées au Pakistan. Le triste sort des jeunes épousées chrétiennes

10-08-2020

Pakistan, i genitori e l'avvocato di Huma

Pakistan, les parents et l'avocat de Huma

Au Pakistan, la question des enfants chrétiens enlevés par des hommes musulmans a depuis longtemps ouvert une série de litiges. Ce qui s'est passé ces dernières années, avec le cas d'Asia Bibi, n'est rien en comparaison de ce dont souffrent Maira Shahbaz et Huma Youmus, respectivement âgées de 14 et 15 ans. Leur histoire juridique pourrait sérieusement créer un précédent pour le pays asiatique et confirme à quel point les fondamentalistes musulmans sont habiles à manipuler les lois en leur faveur. Le conflit entre la loi civile et la charia est plus ouvert et non résolu que jamais, mais pour l'instant, il semble que la loi islamique prévale.

Quant au cas de Maira Shahbaz, la décision de la Haute Cour de Lahore de mardi dernier a été une véritable douche froide pour la famille de la jeune fille de 14 ans de Madina Town. Selon le tribunal, Maira s'étant convertie à l'Islam, son mariage avec Mohamad Nakash serait valide. Un verdict qui, selon l'avocat de la jeune fille, Khalil Tahir Sandhu, ne serait rien d'autre qu'une "sentence islamique". Les parents et le conseiller juridique de Maira vont maintenant faire appel, se prévalant d'un principe en vigueur dans le système juridique pakistanais, selon lequel aucun mineur ne peut se convertir à une autre religion sans l'assentiment de ses parents.

Le drame de Maira et de sa famille a pris forme le 28 avril dernier, lorsque Mohamad Nakash et deux de ses complices armés ont fait irruption dans la maison de la jeune fille, l'ont saisie et ont tiré des coups de feu en l'air au moment de sa fuite. Peu de temps après, la mère a été hospitalisée en état de choc. "Je demande que ma fille nous soit rendue. Je suis terrifiée à l'idée de ne plus jamais la revoir", avait déclaré la femme à l'association "Aide à l'Eglise en Détresse" peu après. La famille Shahbaz était dans une pauvreté extrême, au point que Maira elle-même avait été obligée de quitter l'école prématurément pour chercher un emploi.

Dans le jugement de première instance, le tribunal de Faisalabad s'était prononcé en faveur du ravisseur, qui avait déclaré que Marie avait 19 ans, donc majeure et apte au mariage. Tout faux, puisque Maira avait quatorze ans : pour le prouver, il y a son acte de naissance et d'autres documents officiels, qui ont permis à l'avocat Tahir Sandhu de faire appel. Le ravisseur et soi-disant mari de Maira a donc fait une nouvelle chicanerie : selon la coutume islamique, le mariage est valable si la mariée a déjà eu son premier cycle menstruel.

Il y a une douzaine de jours, le tribunal de Faisalabad a annulé le jugement au premier degré, jugeant que la jeune fille devait être enlevée à Mohamad Nakash et destinée à un foyer d'accueil, mais sans lui permettre de reprendre contact avec ses parents. L'homme a donc été accusé d'enlèvement et de falsification de documents.

Lorsque l'affaire a été portée devant la Haute Cour de Lahore, la situation s'est à nouveau déséquilibrée en faveur de Nakash, qui a fait un rapport sur la conversion de Maira à l'Islam. L'avocat de la famille Shahbaz devrait maintenant faire appel devant la Cour suprême du Pakistan si ce n'est déjà fait.

"Avec cette décision, aucune fille chrétienne n'est en sécurité au Pakistan", a déclaré la militante des droits de l'homme Lala Robin Daniel. Pour sa part, Alessandro Monteduro, directeur de la section italienne de l'Aide à l'Église en Détresse, a rappelé que le cas de Maira Shahbaz est loin d'être isolé. "Chaque année, un millier de jeunes filles et de femmes chrétiennes et hindoues sont enlevées de la même manière au Pakistan - a déclaré M. Monteduro -. A cela s'ajoute l'absence totale de protection de la part des autorités judiciaires, souvent influencées par la pression sociale".

Très similaire est l'histoire de Huma Younus, 15 ans, également catholique, enlevée en octobre dernier par Abdul Jabbar près de Karachi. La jeune fille est tombée enceinte de son ravisseur, qui a appelé ses parents par vidéo, leur montrant les armes en sa possession et, à plusieurs reprises, les menaçant de mort s'ils essayaient de reprendre leur fille. L'homme s'est également déclaré prêt à accuser fictivement les Younus de blasphème, selon un schéma tristement établi, comme en témoigne également l'odyssée d'Asia Bibi. Dans cette affaire également, le ravisseur aurait falsifié les documents de la jeune fille, en la faisant passer pour une adulte et en utilisant le principe du premier cycle menstruel comme élément de validité du mariage, selon la charia.

Jusqu'à présent, toutes les condamnations ont donné raison au kidnappeur. Huma est défendue par une avocate catholique, Tabassum Yousaf, avocate à la Haute Cour du Sind, qui a confié qu'elle avait été menacée de mort à cause de l'action en justice engagée. "Ce n'est pas que je ne craigne pas pour ma vie, mais je considère l'assistance aux chrétiens persécutés comme une mission et un service à Dieu et à mon Église. Et il n'y aura pas de menaces pour m'arrêter", a déclaré l'avocate à l'Aide à l'Eglise en Détresse.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel