Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Samaritaine : le Père, à portée d'esprit et de coeur; prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine pour le 3e dimanche du Carême

    IMPRIMER

    Prédication (archive du 23 mars 2014) par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Jn 4, 5-42) pour le 3e dimanche du Carême.

    http://www.delamoureneclats.fr / http://www.unfeusurlaterre.org

    Évangile : La Samaritaine et le don de l'eau vive (Jean 4, 5-42) (http://aelf.org/)

    Jésus arrivait à une ville de Samarie, appelée Sychar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s'était assis là, au bord du puits. Il était environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l'eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » (En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.) La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » (En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.) Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : 'Donne-moi à boire', c'est toi qui lui aurais demandé, et il t'aurait donné de l'eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond ; avec quoi prendrais-tu l'eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit : « Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif ; et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. » La femme lui dit : « Seigneur, donne-la-moi, cette eau : que je n'aie plus soif, et que je n'aie plus à venir ici pour puiser. » Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. » La femme répliqua : « Je n'ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n'as pas de mari, car tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari : là, tu dis vrai. » La femme lui dit : « Seigneur, je le vois, tu es un prophète. Alors, explique-moi : nos pères ont adoré Dieu sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut l'adorer est à Jérusalem. » Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l'heure vient où vous n'irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient - et c'est maintenant - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l'adorent, c'est en esprit et vérité qu'ils doivent l'adorer. » La femme lui dit : « Je sais qu'il vient, le Messie, celui qu'on appelle Christ. Quand il viendra, c'est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Moi qui te parle, je le suis. » Là-dessus, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que demandes-tu ? » ou : « Pourquoi parles-tu avec elle ? » La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : « Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait. Ne serait-il pas le Messie ? » Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus. Pendant ce temps, les disciples l'appelaient : « Rabbi, viens manger. » Mais il répondit : « Pour moi, j'ai de quoi manger : c'est une nourriture que vous ne connaissez pas. » Les disciples se demandaient : « Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ? » Jésus leur dit : « Ma nourriture, c'est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé et d'accomplir son oeuvre. Ne dites-vous pas : 'Encore quatre mois et ce sera la moisson' ? Et moi je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs qui se dorent pour la moisson. Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit avec le moissonneur. Il est bien vrai, le proverbe : 'L'un sème, l'autre moissonne.' Je vous ai envoyés moissonner là où vous n'avez pas pris de peine, d'autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux. » Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause des paroles de la femme qui avait rendu ce témoignage : « Il m'a dit tout ce que j'ai fait. » Lorsqu'ils arrivèrent auprès de lui, ils l'invitèrent à demeurer chez eux. Il y resta deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de ses propres paroles, et ils disaient à la femme : « Ce n'est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ; nous l'avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c'est vraiment lui le Sauveur du monde. »

  • Lève-toi, Seigneur (graduel du 3e dimanche du carême)

    IMPRIMER

    Graduale Graduel
    Ps. 9, 20 et 4.  
    R/. Exsúrge * Dómine, non praeváleat homo: iudicéntur gentes in conspéctu tuo. V/. In converténdo inimícum meum retrórsum, infirmabúntur, et períbunt a fácie tua. R/. Lève-Toi, Seigneur ; que l’homme ne triomphe pas ; que les nations soient jugées devant Ta face. V/. Parce que Tu as fait retourner mon ennemi en arrière, ils vont être épuisés, et ils périront devant Ta face.

    Messe du dimanche 15 mars 2020 - IIIème dimanche de Carême

  • Coronavirus : et pourquoi pas la Médaille miraculeuse ?

    IMPRIMER

    Résultat de recherche d'images pour "médaille miraculeuse"

    Du site consacré à la Vierge apparue à la Rue du Bac :

    (...) Le 27 novembre 1830, Catherine Labouré a une nouvelle apparition de la Vierge Marie. C’est au-dessus de l’autel qu’elle vit apparaître deux tableaux représentant les deux faces d’une médaille. Dans le même temps, elle entendit la voix de Marie lui disant :

    Faites frapper une médaille sur ce modèle, les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces.

    En 1832, eut lieu la première distribution de médailles par les Sœurs de la Charité. A cette époque, Paris fut touchée par une violente épidémie de choléra qui fera plus de 20 000 morts. Ces médailles guériront certaines personnes du choléra et elles seront à l’origine de diverses grâces de protection et de conversion.

    Dès lors, les Parisiens considéreront cette médaille comme « miraculeuse ». Elle sera synonyme de protection et de guérisons pour les catholiques et elle sera par la suite connue dans le monde entier.

    A l’automne 1834, plus de 500.000 médailles furent déjà distribuées. Un chiffre qui ne cessera d’augmenter pour atteindre un milliard de médailles en 1876.

    On ignore souvent que les apparitions de la Chapelle de la Rue du Bac ont préparé les grands évènements de Lourdes. Sainte Bernadette qui portait sur elle la médaille miraculeuse avait déclaré « La Dame de la Grotte m’est apparue telle qu’elle est représentée sur la Médaille Miraculeuse. »

    Lire aussi :

  • Quand le maire de Venise confie sa ville et la Vénétie au Coeur immaculé de Marie

    IMPRIMER

    (Via le Forum catholique)

    Témoignage de foi exemplaire du maire de Venise

    Le maire de Venise, Luigi Brugnaro, s'est rendu hier, revêtu de son écharpe tricolore, à la basilique de la Madonna della Salute pour invoquer la puissante protection de la Sainte Vierge, formulant entre autres cette prière: «Nous consacrons la ville de Venise et nos terres vénitiennes à Ton Cœur Immaculé".

    source

    N.B. : L’Eglise Santa Maria della Salute domine l’extrémité sud du Grand Canal. Elle fut construite entre 1631 et 1687 par l’architecte Longhena, en l’honneur de la Vierge, pour la remercier d’avoir mis fin à une violente épidémie de peste qui ravagea la population.

  • Dimanche 15 mars : suivre la messe dominicale en radio et à la télé

    IMPRIMER

    De Jean-Jacques Durré sur cathobel :

    Suivez la messe dominicale en radio et en télé!

    Avec la décision de suspendre la célébration des messes à travers tout le pays, la  et la télévision constituent un moyen de participer aux célébrations liturgiques et rester ainsi en union de prière.

    A partir de ce week-end, toutes les célébrations liturgiques publiques, donc les messes, sont suspendues. Cette mesure prise par la Conférence épiscopale vise à éviter la propagation du Covid-19.

    Mais les fidèles qui souhaitent participer à la  dominicale ont à leur disposition deux outils merveilleux: la radio et la télévision.

    CathoBel qui coordonne la diffusion des messes radiotélévisées, diffusées par la RTBF, invite donc les catholiques à participer via les ondes ou le petit écran, à la célébration dominicale, notamment ce dimanche 15 mars.

    Pratiquement:

    En radio:

    La Première diffusera à 11h, la messe radio célébrée « en privé » à la Collégiale Sainte Gertrude de Nivelles. Le curé-doyen Albert-Marie Demoitié présidera la célébration. Florence Vanderstichelen assurera les commentaires.

    En télévision:

    La messe dominicale sera retransmise à 11h à la fois sur La Une (RTBF) et sur France 2 (Le Jour du Seigneur), depuis l’église Saint-Vincent-de-Paul à Clichy, dans le département des Hauts-de-Seine (France).

    Profitons de ce service d’Eglise pour être en union de prière, en pensant aux victimes, aux malades et à leurs proches.

    Ajoutons :

    18H30 : MESSE À SAINT-GERMAIN-L’AUXERROIS sur KTO

    KTO retransmet chaque dimanche la messe en direct depuis l'église Saint-Germain l'Auxerrois, à Paris, à 18:30.

    et sur YOUTUBE :

    à 10H30 et 18H30 : messe depuis l'église Sainte Blandine à Lyon : https://www.youtube.com/watch?v=nuJT2FmUDVM

    Voir également : https://www.paris.catholique.fr/messes-des-paroisses-de-paris-en.html

    et encore :

    La messe est retransmise en direct sur http://www.messeendirect.net/ depuis Fribourg, Suisse, à 10h avec sermon en français.

    Pour cela il suffit de se connecter à l’heure de la messe au site www.messeendirect.net (choisir « En Direct » puis cliquer sur l’icône « Lecture » au centre de la vidéo).

    Vous pouvez également installer l’application appelée « iMass » (disponible pour I-Phone et Android) et appuyer sur « Live ».

  • "Délivrez-nous des épidémies" : participer à une neuvaine avec "TousavecMarie.com"

    IMPRIMER

    Rejoignez la neuvaine à tout moment !

    Lire le message des recteurs      Participer      Télécharger la neuvaine

    Vous désirez prier, en ces temps d’épidémie ?

    En utilisant chaque jour ce site, TousavecMarie.com, comme une carte de prière régulièrement mise à jour : toute la neuvaine s’y trouve et d’autres propositions vous serons faites : inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir chaque jour un petit encouragement dans la prière, et une méditation d’un des recteurs !

    En vous inscrivant, vous pouvez ainsi manifester, par votre mobilisation sur laquelle nous communiquerons, un grand pèlerinage inter-sanctuaires à travers Internet, pour porter tous les malades atteints par le virus, comme tous ceux qui s’inquiètent.

    La Neuvaine à Marie contre le coronavirus est un initiative de plusieurs recteurs de sanctuaire à Marie qui cherchent à mobiliser les chrétiens dans la prière. Le site est édité par l’association Light in The Dark.

    TWITTER

    Tous avec Marie sur Facebook

    Sur Instagram

  • Quand la Cour européenne des Droits de l’homme prive les membres de la profession médicale du droit à l’objection de conscience

    IMPRIMER

    De Grégor Puppinck sur le site de Valeurs Actuelles :

    Avortement : trois juges de la CEDH sapent le droit à l’objection de conscience

    Mineurs étrangers non accompagnés : La France n’a pas violé l’article 3 de la CEDH

    13 mars 2020

    Dans une décision rendue ce jeudi à propos des affaires Grimmark et Steen contre la Suède, la Cour européenne des Droits de l’homme prive les membres de la profession médicale du droit à l’objection de conscience. Une décision qui sacrifie au dogme de l’avortement, explique Grégor Puppinck, docteur en droit, directeur de l’ECLJ, auteur notamment “Droit et prévention de l’avortement en Europe” (LEH, 2016) et “Les droits de l’homme dénaturé” (Le Cerf, 2018).

    Par une double décision rendue publique ce jeudi 12 mars 2020, trois juges de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ont privé les sages-femmes européennes de la garantie de leur droit à l’objection de conscience face à l’avortement. Cette décision peut s’appliquer, par extension, à toute la profession médicale. Ils ont déclaré pour ce faire que l’avortement est un acte médical ordinaire, et que l’accès général à l’avortement prime le respect de la liberté de conscience personnelle.

    Les recours dont il est question avaient été introduits par deux sages-femmes suédoises qui ne peuvent exercer leur profession parce que leurs demandes de ne pas pratiquer l’avortement sont systématiquement rejetées par leurs employeurs. Ces refus furent validés par les autorités suédoises ; la Suède étant l’un des très rares pays à ne pas reconnaître de droit à l’objection de conscience face à l’avortement. L’avortement y est « libre » jusqu’à 18 semaines et porte sur un cinquième des grossesses.

    SUR LE MÊME SUJET : [Le scandale Soros] Un ancien juge de la CEDH réagit après les révélations de Valeurs actuelles

    La CEDH, saisie par les deux femmes, confia leurs requêtes à un petit comité de trois juges seulement, procédure réservée aux affaires simples. Ceux-ci donnent raison aux autorités suédoises, jugeant que l’obligation de pratiquer l’avortement poursuit « l’objectif légitime de protéger la santé des femmes qui cherchent à avorter ». Ils estiment en outre qu’il est nécessaire d’obliger ces deux sages-femmes à pratiquer l’avortement afin que cette pratique soit disponible sur tout le territoire suédois. Enfin, ils jugent que les sages-femmes ont choisi volontairement de ce métier, « sachant que cela impliquerait de participer à des avortements ».

    Lire la suite

  • Des soignants opposés à l’extension de l’avortement

    IMPRIMER

    D'Alliance Vita :

    Belgique : des soignants opposés à l’extension de l’avortement

    Depuis octobre 2019, une proposition de loi relative à l’IVG est examinée par le Parlement fédéral belge.

    La loi devait être discutée à la Chambre (une des deux instances du Parlement belge) ce 12 mars, mais le débat a été reporté après que des députés ont annoncé leur intention de déposer des amendements qu’ils veulent envoyer pour avis au Conseil d’État. Le Conseil d’Etat a, quant à lui, déjà rendu un avis en février sur la teneur même de la loi.

    La proposition de loi prévoit plusieurs dispositions, qui visent à modifier le cadre de l’accès à l’avortement.

    • Le délai autorisé pour pratiquer une IVG, actuellement permis jusqu’à 12 semaines, serait allongé jusqu’à 18 semaines (soit 4 mois et demi de grossesse.)
    • Serait abrogée toute sanction spécifique en matière d’IVG pratiquée hors cadre légal, dès lors que la femme y consent. Ce qui signifie donc qu’un médecin pourra pratiquer un avortement sur une femme bien au-delà de 18 semaines, avec le consentement de la femme, sans être condamné. Toutes les lois d’encadrement de l’IVG sont dès lors dépourvues de toute force contraignante effective.
    • Le délai de réflexion minimum obligatoire pour prendre une décision après une première consultation passerait de six jours à 48 heures (hors urgence médicale).
    • L’obligation d’informer la femme enceinte sur les aides financières, sociales et psychologiques offertes par la loi aux familles, aux mères (célibataires ou non) et à leurs enfants, ainsi que sur les possibilités d’adoption de l’enfant à naître, serait supprimée. Elle serait remplacée par une proposition d’accompagnement médico-psychologique, et ce seulement après l’avortement.
    • L’accès à l’IMG (interruption médicale de grossesse) est élargie. Alors qu’à l’heure actuelle, une IMG ne peut être pratiquée que « lorsqu’il est certain que l’enfant à naître sera atteint d’une affection d’une particulière gravité et reconnue comme incurable au moment du diagnostic », la proposition de loi prévoit que l’IMG soit permise dès qu’il existe un « risque élevé, selon l’état actuel de la science. »
    • Il serait interdit aux établissements de santé d’établir avec des médecins des conventions excluant la pratique de l’IVG.
    • Concernant le délit d’entrave à l’IVG, la définition serait élargie et les sanctions renforcées. « Celui qui tente d’empêcher physiquement », « de quelque manière que ce soit » une femme d’aller subir une IVG » pourrait être condamné à une peine de prison (entre trois mois et un an) et une amende (cent à cinq cents euros).
    • L’IVG serait considérée comme un acte médical, qui entrerait dans les droits des patients et dans le champ d’application du personnel médical.

    Le Conseil d’Etat belge a rendu un avis sur la loi, pointant du doigt plusieurs contradictions. Concernant le délit d’entrave à l’IVG notamment, le Conseil relève que son champ d’application n’est pas clair : est-ce que sont sanctionnées seulement les fausses informations, ou également les opinions ? A partir de quand l’expression de la désapprobation, quand elle provient du conjoint de la femme, est-elle punissable ?

    Cependant, le Conseil d’Etat est resté assez distant du reste de la loi, s’appuyant sur une jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme qui laisse une “ample marge d’appréciation” aux Etats pour définir le cadre légal de l’accès à l’avortement.

    Plus de 750 soignants ont signé une pétition pour s’opposer à cette proposition de loi, qui entraîne le « délitement des balises éthiques » et « brise le nécessaire équilibre entre la liberté de la femme et l’attention portée à l’enfant à naître qui se développe dans son corps ». « Tenter de faire croire que c’est un soin de santé comme un autre, c’est d’abord et avant tout mentir aux femmes » affirment-ils. Un collectif représentant 2500 soignants opposés à la proposition de loi, a tenu une conférence de presse, le 10 mars, demandant à être reçu par les députés.

    L’éthicien, psychologue et infirmier Eric Vermeer, qui accompagne des femmes ayant subi un avortement, a dénoncé « une loi qui mène au silence » dans une tribune parue dans la Libre Belgique . « D’ici peu, l’avortement risque de devenir un acte médical, totalement dissocié d’un questionnement éthique » explique-t-il. « Aurons-nous encore le droit, demain, en tant que thérapeutes, d’oser parler des diverses conséquences négatives de l’IVG, en particulier du syndrome post-avortement, reconnu par la majorité des soignants concernés ? (…) Sans poser le moindre jugement sur la personne qui décide d’interrompre une grossesse, tout thérapeute mesure l’importance de “prendre soin” et d’ouvrir un espace d’écoute empreinte de douceur et d’empathie. »

  • Islam et christianisme : ne pas manquer de visionner les brèves videos des Missionnaires de la Miséricorde divine

    IMPRIMER
  • La prière à Marie du pape

    IMPRIMER

    De Timothée Dhellemmes sur aleteia.org :

    Coronavirus : la prière à Marie du pape François

    Dans une courte prière diffusée ce mercredi 11 mars, le pape François confie « Rome, l’Italie et le monde » à la Vierge Marie. Face à l’épidémie de Coronavirus, il demande sa protection à la Sainte Vierge, « comme signe de salut et d’espérance ».

    Placée en confinement depuis ce mardi 10 mars, l’Italie fonctionne à l’arrêt et ce jusqu’au 3 avril prochain. Aujourd’hui, les Italiens étaient invités à observer une journée de jeûne et de prière pour les personnes touchées par l’épidémie de coronavirus. De son côté, le pape François a prononcé depuis le palais apostolique une prière à la Vierge Marie pour implorer sa protection.

    O Marie,
    tu brilles toujours sur notre chemin
    en signe de salut et d’espoir.
    Nous te faisons confiance, Reine des malades,
    toi qui a gardé une foi ferme
    alors que tu as partagé la douleur de Jésus
    au pied de la croix.

    Toi, salut du peuple romain,
    tu sais ce dont nous avons besoin
    et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes,
    tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
    lors des noces de Cana en Galilée,
    après un moment d’épreuve.

    Aide-nous, Mère de l’Amour Divin,
    à nous conformer à la volonté du Père
    et à faire ce que Jésus nous dit,
    Lui qui a pris sur lui nos souffrances
    et a été chargé de nos douleurs
    pour nous porter à travers la croix
    à la joie de la résurrection. Amen.

    Sous ta protection, nous nous réfugions,
    Sainte mère de Dieu.
    Ne méprise pas les demandes
    que nous t’adressons dans le besoin.
    Au contraire, délivre-nous de tout danger,
    Oh glorieuse et bénie Vierge Marie.

  • Ne laissons pas la solitude se propager

    IMPRIMER
     
    Communiqué de presse
     
    Coronavirus : Redécouvrons nos relations
     
    Rome - Paris, le 13 mars 2020
     
    « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ». Dans ce contexte de pandémie, c’est pourtant la solitude qui est appelée à se propager. Et le seul remède reste la famille.
     
    Au cours des derniers jours, la crise de santé publique du coronavirus a pris une ampleur sans précédent partout en Europe et la coordination semble difficile. Notre Président, Vincenzo Bassi, présente ce message : « Nous souhaitons exprimer notre proximité à toutes les familles en Europe, aux pères et aux mères de famille, sans qui nous ne pourrions pas surmonter cette phase. Il n’est pas évident de rester longtemps ensemble dans des maisons qui deviennent rapidement étroites. Mais dans le même temps, nous vivons ce moment comme une occasion pour redécouvrir nos relations humaines et reconnaître le rôle essentiel de la famille pour nos sociétés. Les mesures d’urgence prises pour les familles doivent être universelles et automatiques : elles ne doivent pas être dépendantes des revenus ni comporter des procédures bureaucratiques, mais être facilement accessibles pour tous ».
     
    Notre Président d’honneur, Antoine Renard, souligne le service rendu par la famille à la société toute entière : « En ces moments d’urgence, les médecins et tout le personnel soignant sont soutenus par leurs familles, tout comme les personnes les plus vulnérables telles que les personnes âgés ». Il y a aujourd’hui environ 44 millions de ménages en Europe sont composés d’une seule personne, et 32% des personnes de plus de 65 ans vivent seules.
     
    Chaque famille devrait pouvoir s’occuper de ses ainés et les associations familiales doivent être soutenues dans leur service aux familles et aux personnes isolées : « Il faut assurer par tous les moyens possibles ce contact avec les personnes âgées et être très inventifs pour conserver ces liens et éviter la solitude », affirme Antoine Renard.
     
    Vincenzo Bassi, rappelle enfin que « Dans cette crise, nous avons tous notre part de responsabilité vis-à-vis du bien commun. Nous remercions le Saint-Père pour sa proximité, rendue concrète par la Sainte Messe transmise en ligne chaque matin à 7h00 : nous lui adressons nos meilleurs vœux aujourd’hui, à l’occasion du 7e Anniversaire de son élection pontificale ! En contenant au minimum les mesures de fermeture des églises et d’arrêt des sacrements, les Pasteurs peuvent nous accompagner dans la prise de conscience de l’action de Dieu dans l’histoire, qui nous permet de voir ce virus comme une opportunité nouvelle. Les familles tout particulièrement sont appelées à se redécouvrir comme églises domestiques, lieu premier de la transmission de la foi et de la prière. Des conseils pour la liturgie domestique sont déjà diffusés en ligne et les nouvelles technologies nous offrent des alternatives pour rester connectés dans la prière ».
    N’oublions pas que, depuis 2016, une Sainte Messe est célébrée chaque matin à 8h00 dans le Sanctuaire de Notre-Dame de Czestochowa à l’intention de toutes les familles en Europe.
     
    Fédération des Associations Familiales catholiques en Europe (FAFCE)
    Square de Meeus, 19
    B-1050 Bruxelles
    BELGIQUE

    La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE) représente 26 associations locales et nationales: nous sommes la voix des familles d'une perspective catholique au niveau européen. La FAFCE détient un statut participatif auprès du Conseil de l'Europe et fait partie de la plateforme des droits fondamentaux de l'Union européenne.