Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • VIe dimanche de Pâques : Messe dominicale « confinée » à la Communauté Saint-Martin d’Evron (Pays de Loire)

    IMPRIMER

    communauté saint martin 0.jpg

     

    JPSC

  • Benoît et François, la "cohabitation" (heureuse?) des deux papes selon Peter Seewald

    IMPRIMER

    I preti possono sposarsi? Papa Benedetto le suona a Papa Francesco

    Du site "Pro liturgia" :

    Jorge Bergoglio, fils d’un émigré italien, chimiste de formation, qui aime cuisiner et apprécie l’opéra, Shakespeare et Hölderlin, a conquis “son” monde par son entrée en scène non-conventionnelle qui se voulait proche des gens. « Il est contre l’avortement », glisse pourtant un journaliste, comme si cela devait étonner de la part d’un pape...

    L’ancien archevêque de Buenos Aires n’a pas pris ses quartiers au Palais Apostolique, mais à l’hôtellerie du Vatican, tout proche du monastère “Mater Ecclesiae”. L’ancien et le nouveau pape semblaient bien s’entendre. La situation est « des meilleures », estima d’ailleurs le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi.

    Jorge Bergoglio a tenu à offrir à son prédécesseur un exemplaire de sa Lettre « Evangelii Gaudium » reliée de blanc, la couleur réservée aux papes. Et avant chacun de ses grands voyages, il a rendu visite à Benoît XVI. Il parle ainsi de Benoît XVI : « C’est un penseur subtil qui est resté inconnu ou du moins incompris par la majorité des gens ; il est très agréable d’échanger avec lui ».

    De son côté, Benoît XVI a assuré n’avoir aucun problème avec le “style” de François : « Au contraire, avance-t-il, je trouve que cela a du bon ; c’est un souffle d’air frais dans l’Église, une joie renouvelée, un nouveau charisme qui parle aux gens ». Il rapporte que son successeur lui demande parfois un conseil même si, en général, il n’a pas besoin de cela. « En règle générale, cela me convient très bien de ne pas être mis à contribution. » ajoute-t-il.

    Tout n’était cependant qu’une question de temps : il n’a pas fallu attendre longtemps avant que, venant de différents bords, des voix se fassent entendre pour chercher à opposer les deux papes, ne serait-ce que dans l’espoir de vendre du papier. Ainsi, les « progressistes » ont-ils taillé pour François un habit sur mesure, celui de “grand réformateur” : « Le combattant au Vatican », « François au milieu des loups », ou encore « Le pape solitaire » qui se confronte obstinément à toutes les têtes de bois au Vatican. Les « conservateurs » utilisent, de leur côté, des images bien rodées comme celle du « pape dictateur ». Selon eux, Jorge Bergoglio serait un homme de pouvoir qui, en trahissant l’héritage reçu de ses prédécesseurs, mène l’Église au bord du gouffre.

    Lire la suite

  • Temps pascal en confinement; feuillet du 6e dimanche (17 mai) : deux lettres d'Elisabeth de la Trinité à sa mère

    IMPRIMER

    2020_05_17_10_25_00_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Monténégro : évêques prêtres et croyants orthodoxes arrêtés

    IMPRIMER

    De Nicolas Fontaine sur HistoiresRoyales.fr :

    Alexandre de Serbie dénonce les arrestations de religieux orthodoxes au Monténégro

    « C’est avec beaucoup d’inquiétude et de préoccupation que nous avons été informés de l’arrestation de Mgr Ioaniki, ainsi que d’un grand nombre de prêtres et de croyants, au Monténégro. Nous sommes particulièrement tristes que l’action contre l’Église orthodoxe du Monténégro ait été justifié par le souci de la santé des citoyens », écrit Aleksander Karageorgévitch, également connu comme Alexandre II de Serbie. Le fils du dernier roi de Yougoslavie dénonce les arrestations des hommes d’église, qui risque 12 ans de prison pour avoir organisé un rassemblement de fidèles à l’extérieur, alors que les autorités ont interdit tout rassemblement public, en cette période de pandémie mondiale de coronavirus.

    L’évêque Iaoniki pendant la célébration de saint Basile, avant son arrestation

    « Nous appelons les détenteurs du pouvoir et des forces de l’ordre au Monténégro à reconsidérer et à modérer leurs actions », exhorte prince Alexander de Serbie. Le site NSPM indique que « le procureur de la République interrogera » les prêtres et l’évêque « en tant que suspects, après quoi il décidera de leur nouvelle détention ou de leur libération. » Plusieurs manifestations pacifiques ont eu lieu toute la semaine au Monténégro, en soutien des prêtres. Pour respecter les règles sanitaires, les citoyens ont fait preuve d’imagination, comme cette immense croix formée dans la nuit par les phares de voitures garées les unes à côté des autres.

    Les policiers interdisent l’entrée aux manifestants et protègent le commissariat où sont retenus les prêtres
  • En France, comme en Belgique, l'hécatombe dans les maisons de repos

    IMPRIMER

    Si, comme on le claironne, les services de soins intensifs n'ont pas été saturés ou débordés, c'est parce qu'on a laissé mourir dans les maisons de repos les personnes âgées qui auraient dû être accueillies dans les hôpitaux. :

    De Philippe Oswald sur la Sélection du Jour :

    La vérité se fait jour sur l’hécatombe dans les EHPAD

    Alors que les Français entament leur déconfinement, ils découvrent peu à peu l’ampleur du drame qui s’est déroulé dans les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) -drame dont le traumatisme ne s’éteindra pas avec l’assouplissement des conditions de visite et l’arrivée de moyens de protection, de tests, et les renforts de personnel. La moitié des 27530 décès causés par le virus Covid-19 en France (à la date du 16 mai) ont touché des personnes âgées résidant dans des EHPAD, dont plus des deux tiers y sont décédées. Or nombre d’entre elles auraient probablement pu être sauvées si elles avaient été hospitalisées pour recevoir des soins appropriés, selon la saisissante enquête publiée le 15 mai par Marianne.

    Selon cette enquête, depuis le début de l’épidémie en France jusqu'à la dernière semaine de mars, soit près d’un mois, certains services d'urgence, des centres de régulation du Samu ont refusé d'hospitaliser des résidents d’EHPAD, faute de lits disponible et de matériels d’assistance respiratoire, notamment dans le Grand Est, en Bourgogne-Franche-Comté, puis en Ile-de-France. Nombre de résidents ont ainsi condamnés à mourir d’asphyxie, au grand désespoir du personnel soignant. Le SAMU suivait les consignes des ARS, ces Agences régionales de santé de plus en plus contestées pour leur gestion de la crise… Les autorités de santé elles-mêmes ont paru prendre tardivement conscience des défaillances, pour ne pas dire plus, des ARS, et de la tragédie qui se déroulait dans les EHPAD. Il a fallu attendre le 16 mars pour que le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, évoque sur France Inter, au conditionnel, l’hypothèse de tris de patients en service de réanimation : « Ce serait catastrophique qu’on en arrive à trier des personnes, nos proches, en disant : "on ne peut plus prendre cette personne en réanimation parce qu’il n’y a plus de place" » C’est pourtant un tel tri qui s’est exercé en amont, par le refus d’hospitaliser les personnes âgées de plus de soixante-dix ans…et même, au paroxysme de la submersion hospitalière, certains quinquagénaires présentant des facteurs de « co-morbidité ».

    Dans ce contexte de crise épidémique aiguë, de submersion des hôpitaux et de pénurie des produits affectés à la sédation, nous avions signalé (LSDJ n°928 du 4 avril) qu’un décret, publié le 29 mars 2020 au Journal Officiel, avait autorisé la dispensation, notamment dans les EHPAD, du médicament Rivotril ® « hors AMM [autorisation de mise sur le marché] dans le cadre du Covid-19 » pour soulager des patients, atteints de Covid-19, confrontés à une détresse respiratoire aiguë et en situation asphyxique. Or ce médicament, un antiépileptique, est contre-indiqué en cas « d’insuffisance respiratoire grave ». Soulevé par l’association Alliance Vita, un doute avait plané sur l’utilisation exceptionnelle de ce produit : avait-on respecté les procédures garantissant qu’il s’agisse bien de soulager le patient sans abréger sa vie ? Une enquête sur ce qui s’est passé dans les EHPAD éclaircira peut-être ce point parmi beaucoup d’autres, en réponse aux plaintes de nombreuses familles de victimes. Terminons cependant par cette bonne nouvelle : l’utilisation exceptionnelle du Rivotril ® a été abrogée le 12 mai 2020 (par décret n°2020-548 du 11 mai 2020 – Art.28).

  • Le Seigneur a délivré son peuple

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Isai. 48, 20  
    VOCEM iucunditátis annuntiáte, et audiátur, allelúia: annuntiáte usque ad extrémum terrae: liberávit Dóminus pópulum suum, allelúia, allelúia. Ps. 65, 1-2 Iubiláte Deo, omnis terra, psalmum dícite nómini eius: date glóriam laudi eius. ℣. Glória Patri. Avec des cris de joie, publiez-le, faites-le entendre, alléluia ; proclamez-le jusqu’aux extrémités de la terre : le Seigneur a délivré Son peuple, alléluia, alléluia. Ps. Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière ; chantez une hymne à Son nom ; rendez glorieuse Sa louange. ℣. Gloire au Père.
  • Il vous donnera un Défenseur qui sera pour toujours avec vous

    IMPRIMER

    L'évangile du jour : 6ème dimanche de Pâques

    À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m'aimez,
    Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous :
    c'est l'Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez,
    parce qu'il demeure auprès de vous, et qu'il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
    D'ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi.
    En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
    Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c'est celui-là qui m'aime ; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui. »

    Jean 14,15-21. Evangelizo.org ("Evangile au quotidien")

  • Changez d’air cet été : Randol , un havre de paix

    IMPRIMER

    Alors que le déconfinement se profile, certains voudront sans doute changer d’air. Dans le Puy-de-Dôme, l’abbaye de Randol accueille des pèlerins dans des maisons restaurées (reportage réalisé peu de temps avant le confinement). D’Iris Bridier sur le site web de France Catholique :

    randol-e9d26.jpg

    « Arrivé la veille au soir dans l’une des maisons mises à disposition par les moines, Jean, 8 ans, ne cache pas son excitation : « C’est le bonheur ici ! » s’exclame-t-il, en allant fièrement chercher des bûches dehors. Accompagné de sa famille, ce petit bonhomme s’apprête à vivre des vacances spirituelles, sous le regard de saint Benoît accueillant chaque pèlerin à l’entrée de l’abbaye. Nichées au creux de la montagne, tout au bout d’une route qui semble être le bout du monde, ces jolies maisons du XVIIIe siècle ont été rachetées et restaurées au fur et à mesure par la communauté bénédictine, fille de Fontgombault et réputée pour la fabrication de ses délicieux fromages d’Auvergne. Là, mouvements scouts, pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, mais surtout familles sont accueillis pour un temps de ressourcement.

    Points d’ancrage

    Pour l’hiver, chaque logement est équipé d’un poêle à bois ou d’une cheminée offrant à ses hôtes le plaisir et les joies simples de la lecture au coin du feu ou des jeux de société. En été, des terrasses ensoleillées offrent des vues «  propres à tremper les âmes contemplatives  » selon les mots du fondateur des lieux. «  Les familles viennent chercher la paix et le silence, dans un monde de plus en plus bruyant et de plus en plus difficile  » explique le Frère Lechevalier, père hôtelier du village, ajoutant : « Dans une époque en pleine mutation, les monastères sont des points d’ancrage.  »

    Lire la suite

  • Il y a cent ans : la canonisation de Jeanne d'Arc

    IMPRIMER

    Du site consacré à la sainte :

    Le processus de canonisation de Jeanne d'Arc
    Mgr Henri Debout - 1922

    armi les hommages que la société humaine peut rendre à l'un de ses membres, le plus grand sans contredit et le seul divin, c'est le culte. On désigne par ce mot un honneur religieux décerné à un être intelligent dans lequel l'action de Dieu s'est révélée sensible, indéniable, éclatante.

    Introduction de la cause (1869)
    Vénérable (27 janvier 1894)
    Le procès de béatification (1897-1909)
    Bienheureuse (18 avril 1909)
    La canonisation (1910-1920)
    Sainte (16 mai 1920)
    Patronne de la France (2 mars 1922)


    L'introduction de la cause (1869) :

      A peine l'héroïne avait-elle paru sur la scène du monde et s'était-elle présentée en armes dans la cité d'Orléans que commençaient les manifestations ardentes et naïves de la foule, qui voyait en elle un ange descendu des hauteurs célestes et l'exaltait à ce titre; ce culte était un remerciement adressé au Tout-Puissant pour le secours qu'il envoyait directement à la France.
      J'ai dépeint en leur temps les démonstrations de cette foi populaire; j'ai signalé aussi la réponse touchante de Jeanne lorsqu'on lui reprochait la vénération universelle dont elle était l'objet :
      « En vérité, je ne saurais me garder contre de telles effusions si Dieu même ne me gardait. »
      L'inique réquisitoire de d'Estivet constate ces faits : il ajoute que l'on plaçait dans les églises des images de la Pucelle et que l'on portait avec confiance des médailles à son effigie. Ces allégations sont vraies, mais, au lieu d'en tirer une accusation contre Jeanne d'Arc, on doit y reconnaître la voix du peuple acclamant en elle l'intervention divine.
      En certains cas, qui demeurèrent l'exception, la sentence barbare de Rouen atteignit le but que les Anglais s'étaient proposé : montrer en leur ennemie l'action de Satan et non pas celle de Dieu; mais la masse du peuple français demeura fidèle à son premier enthousiasme aussi longtemps que subsista en elle le souvenir des événements de 1429-1430. Même quand, sous l'action des ans, cette vive admiration eut diminué, il survécut encore à travers les siècles un témoignage non équivoque en faveur de la sainteté de la Libératrice nationale.
      On le retrouve dans les écrits de personnages à l'esprit religieux et élevé, ainsi qu'en deux démonstrations extérieures d'un culte persévérant.
      A Domremy, jusqu'à l'époque où l'armée suédoise vint dévaster la Lorraine, on vit une chapelle de Notre-Dame de la Pucelle, située à la lisière du Bois-Chenu.
      A Orléans, la procession annuelle n'était que la marque tangible d'une dévotion «très profonde et permanente, au nom de laquelle un auteur du XVIIe siècle inscrivit Jeanne au martyrologe de son diocèse sous le titre de bienheureuse. Le mot était prématuré et ne venait point de l'autorité ayant la suprême compétence en ces matières. Mais il n'en reste pas moins établi que les fêtes orléanaises offrirent à l'Église l'occasion de déclarer si la Pucelle méritait ou non les hommages des fidèles.

      En 1869, Mgr Dupanloup, évêque d'Orléans, prit pour la seconde fois la parole en cette grande manifestation du 8 mai, où l'on s'est efforcé de faire entendre les voix les plus éloquentes du clergé français. L'orateur avait convoqué tous les évêques des diocèses que Jeanne honora de son passage : le thème de son discours était la sainteté de l'héroïne dévoilée par sa vie entière.

    Lire la suite

  • Déconfinement des messes, baptêmes, mariages, pélé : et à partir de fin mai, comment fait-on…en France ?

    IMPRIMER

    Déconfinement des messes, baptêmes, mariages, pélé : et à partir de fin mai, comment fait-on…en France ?  D’Antoine Pasquier sur le site du magazine « Famille chrétienne ».

    interieur-d-une-eglise_article (1).jpg

    « Les grandes lignes des dispositions sanitaires pour la reprise du culte sont connues. Tour d’horizon avec le secrétaire général de la Conférence des évêques de France, le Père Thierry Magnin :

    Les représentants de la Conférence des évêques de France (CEF) devaient rencontrer la semaine dernière les services du Premier ministre pour travailler sur le plan de déconfinement de l’Église. De nombreuses mesures doivent encore être affinées et validées : distance entre les personnes, déplacements dans l’église, entrées et sorties...

    Des mesures qui régenteront les messes à partir de fin mai. Alors qu’un mètre de distance suffisait auparavant entre les personnes, le gouvernement demande désormais de respecter un périmètre de 4 m2 autour de chaque personne. « Nous devons donc rectifier notre première disposition qui prônait un taux de remplissage d’un tiers de la capacité de l’édifice. Nous allons effectuer des calculs sur des plans pour tenir compte de cette "bulle sanitaire". Mais cela ne devrait pas poser d’autre problème que technique en enlevant des rangs ou des chaises. »

    Des volontaires devront se poster aux portes de l’édifice pour veiller aux distances de sécurité. L’entrée et la sortie se feront par des portes différentes, ce qui nécessitera deux accès dans l’église et la mise en place d’un sens de circulation pour que les fidèles ne se croisent pas. Durant la célébration, « les déplacements devront être encadrés pour que les fidèles ne se touchent pas ».

    Aucun geste « contact » ne sera autorisé dans l’église : les bénitiers seront vidés (en principe, c’est déjà fait), le geste de la paix se déroulera à distance et le lavage des mains avec des gels hydroalcooliques sera obligatoire à l’entrée de l’église. Se pose encore la question de l’obligation du port du masque.

    Les choses se compliquent pour le geste de la communion. Des mesures prises avant le confinement seront conservées, comme l’impossibilité de communier sur les lèvres ou l’obligation pour le célébrant de se laver les mains avant la distribution des hosties consacrées. S’ajoute désormais à cela la fameuse « bulle sanitaire ». « Si nous voulons respecter ces 4 m2, nous allons devoir trouver des solutions », admet le Père Magnin. Car cette règle signifie concrètement de ne pas toucher les mains des fidèles : « Faudra-t-il disposer la communion dans des custodes par exemple ? s’interroge-t-il à voix haute. Le célébrant dira-t-il à chaque fois : "le corps du Christ" au moment de donner la communion, avec le risque de postillonnage que l’on connaît ? Ce sont autant de questions que nous devons résoudre. »

    Les mariages comme les baptêmes vont s’aligner sur ce qui se faisait déjà pour les obsèques durant le confinement. Les cérémonies se feront dans la plus stricte intimité, avec vingt personnes maximum. Les mariages dépendront en grande partie de ce que décideront les mairies. Ils « pourront être célébrés dans les églises selon les indications du gouvernement, mais on peut imaginer que les futurs mariés souhaiteront la présence de leurs familles et de leurs amis, souvent dispersés aux quatre coins de la France. Or, avec la limitation des déplacements entre les régions, de nombreux mariages risquent d’être reportés ».

    Les baptêmes pourront, eux aussi, être célébrés, mais sans contact possible entre le célébrant et l’enfant, ou l’adulte baptisé. « Pour l’eau, la difficulté peut être facilement contournée ; pour l’onction de l’huile, il faudra se servir d’un objet intermédiaire. » Les catéchumènes qui n’ont pas été baptisés lors de la Vigile pascale ne pourraient pas l’être, pour l’heure en groupe, à la Pentecôte. Chaque diocèse décidera de la date de report. Des baptêmes d’adultes pourront toutefois être célébrés, mais dans le respect des règles précédemment édictées (vingt personnes maximum). Pour la confession ou l’adoration, les règles de distance et de protection s’appliqueront normalement. Idem pour le catéchisme et l’aumônerie, où les paroisses devront appliquer les consignes édictées dans les établissements scolaires et inviter les enfants à y participer sur la base du volontariat.

    Qu’en sera-t-il des pèlerinages et des sessions d’été ? « Nous n’avons pas plus d’indications pour l’heure, tout dépendra de l’évolution de l’épidémie. » Jusqu’à la fin du mois de juillet au moins, les rassemblements ne pourront pas se tenir, surtout s’ils brassent des pèlerins de différentes régions et pays. « Il est toujours possible bien entendu de faire un pèlerinage individuel ou en petit groupe de moins de dix personnes, mais les grands rassemblements comme à Lourdes, à la grotte, c’est non ! », précise le secrétaire général de la CEF. Quant aux camps d’été : « Nous avons abordé ce point dans notre premier document, en insistant sur l’importance spirituelle et sociale de ces activités, mais nous n’avons pas encore travaillé son volet technique. »

    Ref. Messes, baptêmes, mariages, pélé... : et à partir de fin mai, comment fait-on ?

    Voilà qui a le mérite d’être clair. En Belgique, réagissant à de nombreuses interrogations, l’épiscopat s’est borné, jusqu'ici, à faire savoir par un communiqué de presse qu’il aurait soumis aux autorités publiques un « protocole », dont il n’a rien révélé : transparence et dialogue ?

    JPSC

  • Temps pascal en confinement; feuillet du samedi (16 mai) de la 5e semaine : les paradoxes du catholicisme (3) (Benson)

    IMPRIMER

    2020_05_16_10_10_04_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Le diocèse de Luxembourg cède le "Wort", premier quotidien grand-ducal et pilier chrétien de la presse luxembourgeoise

    IMPRIMER

    De Pascale Braun sur lesechos.fr (Les Echos) :

    Le premier quotidien du Luxembourg vendu à une entreprise belge

    Le diocèse du Luxembourg cède le « Wort », premier quotidien grand-ducal, au groupe belge Mediahuis. La récente séparation de l'église et de l'Etat amenuise ses finances et son emprise médiatique.

    Luxemburger Wort - espace client

    TNS Ilres Multimédia évalue l'audience du « Wort » à 302.000 lecteurs, en incluant le site trilingue allemand-anglais-français du quotidien.

    15 mai 2020

    Annoncée fin mars, en plein confinement, la nouvelle du rachat par Mediahuis du premier quotidien grand-ducal, le « Luxemburger Wort », a stupéfié le microcosme de la presse luxembourgeoise. Personne ne savait rien des pourparlers entre le jeune groupe belge, fondé en 2013, et l'archevêché luxembourgeois, propriétaire du titre depuis sa création en 1848.

    Le « Wort » distance ses concurrents avec un tirage de 66.000 exemplaires (pour 626.000 habitants dans le Grand-Duché de Luxembourg). En février dernier, TNS Ilres Multimédia évaluait son audience à 302.000 lecteurs, en incluant le site trilingue allemand-anglais-français du quotidien. Filiale de Lafayette SA, qui gère les actifs de l'archevêché, le groupe Saint-Paul Luxembourg, vendu dans son ensemble à Mediahuis, détient, outre le « Wort », le site anglophone Luxembourg Times, une plateforme numérique et une radio lusophones, plusieurs magazines gratuits et une imprimerie. Le groupe compte 350 salariés dont une centaine de journalistes. Il a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 55 millions d'euros pour 2 millions d'euros de bénéfices.

    302.000 lecteurs

    « Le groupe reste confronté à une régression linéaire du nombre de lecteurs et d'annonces. L'évolution technologique et l'adaptation à une population qui n'est plus exclusivement germanophone supposent beaucoup de moyens, pour un retour sur investissement incertain », souligne Pit Hentgen, président du conseil d'administration de Lafayette SA, qui fut administrateur du « Wort » durant dix ans.

    Or, la séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui n'est intervenue au Luxembourg qu'en 2016, limite les moyens de l'église, contrainte de rémunérer le personnel nouvellement recruté sur ses propres deniers. « Cette situation oblige l'archevêché à plus de visibilité sur ses fonds propres. Le pôle médiatique ne pouvait donc plus compter sur des apports financiers dont la rentabilité n'interviendrait qu'à moyen terme », souligne François Pauly, que le nouvel actionnaire maintient dans ses fonctions de président du groupe Saint-Paul.

    Dissensions feutrées

    La cession du « Wort » tient peut-être aussi aux dissensions feutrées qui ont fait régresser l'influence de l'église dans son propre journal. Le quotidien couvre - et continuera à couvrir - les actualités religieuses, mais depuis 2017, la présidence de son conseil d'administration n'est plus occupée par un ecclésiastique. La rédaction s'est émancipée et a observé une prudente neutralité lors des débats sur la laïcisation de l'Etat.

    Le titre n'apparaît plus comme une courroie de transmission du Parti populaire chrétien-social (CSU). « Le 'Wort' n'assure plus à l'archevêché le 'soft power' d'antan. Son rachat par une entreprise internationale basée en Belgique offre la chance unique en Europe de constituer un groupe de presse à l'échelle transfrontalière », se réjouit Sven Clement, député et président du Parti pirate.

    Déjà propriétaire des quotidiens « De Standaard » en Belgique et de « NRC Handelsblad » au Pays-Bas, Mediahuis, qui réalisait en 2018 un chiffre d'affaires de 819 millions d'euros pour 28 millions d'euros de revenus nets, promet de mettre son expertise numérique au profit de son nouveau fleuron.