Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Covid 19: la “revanche” de l’Afrique ou l’effet retard?

    IMPRIMER

    Lu sur le blog de Colette Braeckman :

    Panzi 92440028_2985142261566335_5197995624661778432_o.jpg« Les Européens s’inquiètent pour nous, alors qu’ici, nous nous inquiétons pour eux … Quand l’OMS appelle l’Afrique à se réveiller, alors que c’est l‘hécatombe partout ailleurs, c’est peut-être eux qui devraient se réveiller ! Car nous ne dormons pas bien au contraire… Et l’Afrique demeure le continent le moins touché. »

    Assurant que « l’afropessimisme est souvent le soubassement obligé de toute réflexion sur le continent africain », l’essayiste sénégalais Felwinne Sarr, auteur de l’essai Afrotopia, préfère rappeler que si les premiers symptômes sont apparus en même temps au Sénégal et aux Etats Unis, il y a eu 10 morts dans son pays contre 70.000 aux Etats Unis. Comme en écho, la chanteuse Rokhaya Traoré dénonce le « matériau narratif inépuisable » que représente la souffrance africaine et elle assure qu’ « un cataclysme en Afrique relève vraisemblablement de l’ordre des choses imprimé dans l’inconscient collectif » L’examen des faits justifie-t-il cette mise en cause de la sincérité des préoccupations qui s’expriment à propos de l’Afrique ?

    1. Quelle est la réalité de l’ « exception africaine » ?

    Si les chiffres actuels, encore modestes, confirment ce que d’aucuns appellent déjà la « revanche de l’Afrique », la courbe de contamination publiée par l’OMS porte un nom fatal : « exponentiel ». Autrement dit, depuis la découverte du premier cas le 25 février dernier, l’Afrique, à la date du 11 mai, totalisait 49.429 cas et 1.500 morts (contre 159.799 cas en Europe). Ce qui explique la circonspection des spécialistes : « les chiffres actuels doivent être pris avec précaution » estime l’épidémiologiste Nathan Clumeck, « car toute une partie de la réalité africaine passe sous les écrans radars, bien des victimes ne sont même pas enregistrées . En outre, l’expérience clinique est faible et il y a de 2à à 30% de cas asymptomatiques, qui sont peut-être positifs, mais n’ont pas les symptômes du corona. »

    1. La jeunesse est-elle un atout, l’âge un risque supplémentaire ?

    Le premier atout de l’Afrique est évidemment la pyramide des âges : sur le continent, l’âge moyen est de 19, 7 ans, alors qu’en Europe il est de 42,5. La différence se manifeste aussi entre les régions : en Afrique centrale la population est plus jeune (18,7 en moyenne) qu’en Afrique du Nord, plus affectée par le virus. Cette vulnérabilité des plus âgés pousse le Docteur Mukwege, en charge de la riposte au Sud Kivu, à prôner des solutions radicales : il demande que tous les plus de 60 ans soient confinés, invités à vivre soit dans une chambre à part soit dans des maisons qui leur seraient réservées et où la nourriture serait apportée par des membres de la famille.

    D’aucuns considèrent cependant comme un atout le fait qu’en Afrique les plus âgés ne soient pas, comme en Europe, relégués dans des « clusters » ou des homes, ces milieux fermés où le virus se propage à l’envi. Vivant en famille, ayant encore une utilisé sociale sinon économique, les « vieux », plus respectés qu’en Europe, gardent le goût de vivre. Le prix Nobel 2018 plaide aussi pour la multiplication des tests et il demande que Kinshasa lui en envoie davantage. Cependant, plus encore qu’en Europe, la mortalité des « anciens » résulte de facteurs aggravants : le diabète, l’hypertension, ou, pour les plus aisés, un mode d’alimentation peu soucieux de la diététique. Sans oublier que les riches, négligeant d’investir dans les hôpitaux de leur pays, avaient l’habitude de se faire soigner en Europe en cas de maladie grave, ce qui n’est plus possible aujourd’hui.

    Lire la suite

  • Temps pascal en confinement; feuillet du dimanche (24 mai) après l'Ascension : la souffrance (Mgr Ghika)

    IMPRIMER

    2020_05_24_10_38_27_Greenshot.png

    TELECHARGER le PDF

  • 24 mai : Journée mondiale de prière pour l’Église de Chine

    IMPRIMER

    Le 24 mai est la fête de Notre Dame de Sheshan, patronne de la Chine, dont le sanctuaire est situé près de Shanghai. Il y a quelques années, Benoît XVI avait institué une Journée mondiale de prière pour l’Eglise de Chine et, il en a fixé la date au 24 mai de chaque année.

    On lira toujours avec profit la fameuse Lettre du pape Benoît XVI aux catholiques de Chine

    Image

    80713-pour-les-chretiens-de-chine-le-24-mai

    Prière de Benoit XVI pour les chrétiens de Chine

    Vierge très sainte, Mère du Verbe incarné et notre Mère, vénérée dans le sanctuaire de Sheshan sous le vocable d’« Aide des Chrétiens », toi vers qui toute l’Église qui est en Chine regarde avec une profonde affection, nous venons aujourd’hui devant toi pour implorer ta protection.

    Tourne ton regard vers le peuple de Dieu et guide-le avec une sollicitude maternelle sur les chemins de la vérité et de l’amour, afin qu’il soit en toute circonstance un ferment de cohabitation harmonieuse entre tous les citoyens.

    Par ton « oui » docile prononcé à Nazareth, tu as permis au Fils éternel de Dieu de prendre chair dans ton sein virginal et d’engager ainsi dans l’histoire l’œuvre de la Rédemption, à laquelle tu as coopéré par la suite avec un dévouement empressé, acceptant que l’épée de douleur transperce ton âme, jusqu’à l’heure suprême de la Croix, quand, sur le Calvaire, tu restas debout auprès de ton Fils, qui mourait pour que l’homme vive.

    Depuis lors, tu es devenue, de manière nouvelle, Mère de tous ceux qui accueillent dans la foi ton Fils Jésus et qui acceptent de le suivre en prenant sa Croix sur leurs épaules.

    Mère de l’espérance, qui, dans l’obscurité du Samedi-Saint, avec une confiance inébranlable, est allée au-devant du matin de Pâques, donne à tes fils la capacité de discerner en toute situation, même la plus obscure, les signes de la présence aimante de Dieu.

    Notre-Dame de Sheshan, soutiens l’engagement de tous ceux qui, en Chine, au milieu des difficultés quotidiennes, continuent à croire, à espérer, à aimer, afin qu’ils ne craignent jamais de parler de Jésus au monde et du monde à Jésus.

    Dans la statue qui domine le Sanctuaire, tu élèves ton Fils, le présentant au monde avec les bras grands ouverts en un geste d’amour.

    Aide les catholiques à être toujours des témoins crédibles de cet amour, les maintenant unis au roc qui est Pierre, sur lequel est construite l’Église.

    Mère de la Chine et de l’Asie, prie pour nous maintenant et toujours. Amen !

  • In memoriam : retour sur la célébration du centenaire de la naissance de Jean-Paul II (1920-2005)

    IMPRIMER

    Mémoire et identité 51XZK3V2RGL._SX290_BO1,204,203,200_.jpgEn relisant « Mémoire et Identité » qui constitue le testament spirituel (l’ouvrage fut publié chez Flammarion en 2005) de ce grand pape, on comprend mieux encore ses affinités avec son proche collaborateur le futur Benoît XVI, et la distance qui les sépare, l’un et l’autre, des intellectuels post-modernes sévissant aujourd’hui, plus que jamais, en Europe. Extraits choisis d’une pensée qui fâche un monde qui a cessé d’être chrétien :

    1.- Descartes et les Lumières : à la source de l’enracinement des idéologies du mal dans la pensée philosophique européenne (pp. 19 à 25).

    « Je dois me référer ici, déclare le pape Jean-Paul II, à certains faits liés à l’histoire de l’Europe, et de manière particulière à l’histoire de sa culture dominante.

    Quand fut publiée l’encyclique sur l’Esprit-Saint [« Dominum et vivificanten, en 1986] certains milieux en Occident ont réagi négativement, et cela d’une manière plutôt vive. D’où venait une telle réaction ? Elle provenait des mêmes origines que celles dont étaient nées, plus de deux cents ans auparavant, les Lumières européennes – en particulier françaises, sans pour autant exclure les Lumières anglaises, allemandes, espagnoles et italiennes. […]

    Pour mieux illustrer un tel phénomène, il faut remonter à la période antérieure aux Lumières, en particulier à la révolution de la pensée philosophique opérée par Descartes.

    Le « cogito, ergo sum » (« je pense, donc je suis ») apporta un bouleversement dans la manière de faire de la philosophie. Dans la période pré-cartésienne, la philosophie, et donc le « cogito », ou plutôt le « cognosco » (je connais), étaient subordonnés à l’« esse » (être) qui était considéré comme quelque chose de primordial. Pour Descartes, à l’inverse, l’« esse » apparaissait secondaire, tandis qu’il considérait le « cogito » comme primordial.

    Ainsi, non seulement on opérait un changement de direction dans la façon de faire de la philosophie mais on abandonnait de manière décisive ce que la philosophie avait été jusque là, en particulier la philosophie de saint Thomas d’Aquin : la philosophie de l’ «esse». Auparavant, tout était interprété dans la perspective de l’ «esse» et on cherchait une explication de tout selon cette perspective. Dieu, comme Être pleinement autosuffisant (ens subsistens) était considéré comme le soutien indispensable pour tout « ens non subsistens », pour tout « ens participatum », c’est-à-dire pour tout être créé, et donc aussi pour l’homme.

    Lire la suite

  • « PAS D’AVENIR SANS AÎNÉS » APPEL INTERNATIONAL POUR « RÉHUMANISER NOS SOCIÉTÉS » CONTRE UNE « SANTÉ SÉLECTIVE »

    IMPRIMER

    « PAS D’AVENIR SANS AÎNÉS »
    APPEL INTERNATIONAL POUR « RÉHUMANISER NOS SOCIÉTÉS »
    CONTRE UNE « SANTÉ SÉLECTIVE »

    Premier signataire Riccardi (Sant’Egidio), avec Prodi, Habermas, Sachs, Gonzalez, Pöttering, Zuppi, Bokova, De Rita et d’autres personnalités

    C’est d’une inquiétude de la Communauté de Sant’Egidio sur l’avenir de nos sociétés – survenue ces jours-ci à l’occasion de la crise provoquée par le coronavirus – que part cet appel, traduit dans différentes langues et diffusé à partir d’aujourd’hui au niveau international (voir les premiers signataires à la fin).
    Il s’adresse à tous, citoyens et institutions, pour un changement ferme des mentalités qui conduise à prendre de nouvelles initiatives, sociales et sanitaires, à l’égard des populations âgées.

    PAS D’AVENIR SANS AÎNÉS

    Appel pour réhumaniser nos sociétés. Non à une santé sélective

    Avec la pandémie du Covid-19 les personnes âgées sont en danger dans beaucoup de pays européens comme ailleurs. Les chiffres dramatiques des décès dans les institutions font frémir.

    Il y aura beaucoup à revoir dans les systèmes de santé publique et dans les bonnes pratiques nécessaires pour rejoindre et soigner tout le monde avec efficacité, pour dépasser le placement en établissement.

    Nous sommes préoccupés par les récits funestes des hécatombes qui se produisent dans les instituts pour personnes âgées
    . L’idée s’installe qu’il est possible de sacrifier leurs vies en faveur d’autres vies. Le pape François parle à ce propos de « culture du déchet » qui retire aux personnes âgées le droit d’être considérées comme des personnes et fait d’elles un numéro et, dans certains cas, même moins que cela.


    Dans beaucoup de pays d’Europe, face à l’exigence des soins, nous voyons apparaître un modèle périlleux qui privilégie une «santé sélective», tenant pour résiduelle la vie des personnes âgées
    . Leur plus grande vulnérabilité, l’avancée en âge et les autres pathologies possibles dont elles sont porteuses justifieraient une forme de « sélection » en faveur des sujets plus jeunes et plus sains.


    Se résigner à une issue de cette sorte est humainement et juridiquement inacceptable
    . Cela l’est également dans une vision religieuse de la vie, mais aussi dans la logique des droits de l’homme et de la déontologie médicale. Aucun « état de nécessité » ne peut être accepté qui légitimerait ou codifierait des dérogations à de tels principes. La thèse qu’une espérance de vie plus courte comporte une diminution « légale » de sa valeur est, d’un point de vue juridique, une barbarie. Que cela advienne par le moyen d’une imposition (par l’État ou par les autorités sanitaires) extérieure à la volonté même de la personne représente une expropriation intolérable de plus des droits de l’individu.


    L’apport des personnes âgées continue d’être l’objet d’importantes réflexions dans toutes les civilisations. Il est fondamental dans la trame sociale de la solidarité entre les générations. Nous ne pouvons pas laisser mourir la génération qui a lutté contre les dictatures, qui a peiné pour reconstruire après la guerre et qui a construit l’Europe.

    Nous croyons qu’il est nécessaire de réaffirmer avec force les principes de l’égalité de traitement et du droit universel aux soins, conquis au cours des siècles. Le moment est venu de dédier toutes les ressources nécessaires à la sauvegarde du plus grand nombre de vies et d’humaniser l’accès aux soins pour tous. Que la valeur de la vie reste la même pour tous. Celui qui méprise l’existence fragile et faible des plus âgés se prépare à dévaluer toutes les existences.

    Par cet appel, nous exprimons notre douleur et notre inquiétude devant le nombre excessif de morts de personnes âgées ces derniers mois et nous appelons de nos vœux une révolte morale afin qu’un changement de direction s’opère dans le soin réservé aux aînés, afin surtout que les plus vulnérables ne soient jamais considérés comme un poids ou, pire, comme inutiles.

    Signez l'appel



    Premiers signataires:

    Andrea Riccardi, historien, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio
    Romano Prodi, ancien président du Conseil des ministres de la Commission européenne
    Jeffrey D. Sachs, directeur de UN Sustainable Development Solutions Network
    Aleksandra Dulkiewicz, maire de Gdansk, Pologne
    Simonetta Agnello Hornby, écrivain, Royaume-Uni
    Manuel Castells, professeur de sociologie de l’Université de Californie Berkeley, Espagne
    Irina Bokova, ancienne directrice générale de l’UNESCO, membre du Haut comité pour la fraternité humaine, Bulgarie
    Mark Eyskens, ancien premier ministre belge
    Hans Gert Pöttering, ancien président du Parlement européen, Allemagne
    Felipe González Márquez, ancien premier ministre espagnol
    Marie De Hennezel, psychologue, France
    Jean-Pierre Denis, directeur de l’hebdomadaire La Vie, France
    Card. Matteo Zuppi, archevêque de Bologne
    Adam Michnik, essayiste, directeur de Gazeta Wyborcza, Pologne
    Michel Wieviorka, sociologue, président de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris, France
    Giuseppe De Rita, fondateur de CENSIS
    Stefania Giannini, directeur général adjoint de l’UNESCO
    Maria Antónia Palla, journaliste, Portugal
    Navi Pillay, juge, président ICDP, Afrique du Sud
    Annette Schavan, ancienne ministre fédérale allemande de l’Éducation et de la recherche, Allemagne
    Jürgen Habermas, philosophe, Allemagne

  • Introit (grégorien) pour le dimanche dans l'octave de l'Ascension

    IMPRIMER

    Introitus  
    Ps. 26, 7, 8 et 9  

    EXÁUDI, Dómine, vocem meam, qua clamávi ad te, allelúia: tibi dixit cor meum, quaesívi vultum tuum, vultum tuum, Dómine, requíram: ne avértas fáciem tuam a me, allelúia, allelúia. Ps. ibid., 1 Dóminus illuminátio mea, et salus mea: quem timébo ? ℣. Glória Patri.

    Exaucez, Seigneur, ma voix qui a crié vers vous, alleluia! Mon cœur vous a dit :
    j'ai cherché votre visage ; je rechercherai votre visage, Seigneur : ne détournez pas de moi votre face.
     
    Le Seigneur est la lumière qui m’inonde, et mon salut, qui craindrai-je ? Gloire au Père...
  • "La vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ." (7e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,1-11

    Ainsi parla Jésus. Puis il leva les yeux au ciel et pria ainsi : « Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie.
    Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.
    Or, la vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ.
    Moi, je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'oeuvre que tu m'avais confiée.
    Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement du monde.
    J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole.
    Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m'as donné vient de toi,
    car je leur ai donné les paroles que tu m'avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils ont cru que c'était toi qui m'avais envoyé.
    Je prie pour eux ; ce n'est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m'as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux.
    Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné en partage, pour qu'ils soient un, comme nous-mêmes.

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

    COMMENTAIRE DU JOUR

    Cardinal Joseph Ratzinger [Pape Benoît XVI]
    Der Gott Jesu Christi (trad. Le Dieu de Jésus Christ, Fayard 1977 p. 17)

    « J’ai fait connaître ton nom aux hommes »

    Qu'est-ce que cela veut dire, le nom de Dieu ?… Dans le livre de l'Apocalypse, l’adversaire de Dieu, la Bête, ne porte pas un nom mais un nombre : 666 (Ap 13,18). La Bête est numéro et elle transforme en numéros. Ce que cela signifie, nous le savons, nous qui avons fait l'expérience du monde des camps de concentration ; leur horreur vient justement de ce qu'ils effacent les visages… Dieu, lui, a des noms et appelle par un nom. Il est personne et cherche la personne. Il a un visage et cherche notre visage. Il a un coeur et cherche notre coeur. Pour lui, nous ne sommes pas des fonctions dans la grande machine du monde, mais ce sont justement ceux qui n'ont aucune fonction qui sont les siens. Le nom, c’est la possibilité d'être appelé, c’est la communion.

    C'est pour cette raison que le Christ est le vrai Moïse, l'achèvement de la révélation du nom. Il ne vient pas apporter, comme nom, un mot nouveau ; il fait plus : il est lui-même la face de Dieu. Il est lui-même le nom de Dieu ; il est la possibilité même qu'a Dieu d'être appelé « tu », d'être appelé comme personne, comme coeur. Son nom propre « Jésus » mène a son terme le nom mystérieux du buisson ardent (Ex 3,14) ; maintenant il apparaît clairement que Dieu n'avait pas fini de parler, qu'il n'avait que provisoirement interrompu son discours. Car le nom de Jésus contient le mot « Yahvé » dans sa forme hébraïque et lui ajoute autre chose : « Dieu sauve ». Yahvé, c’est à dire « Je suis celui qui suis » veut dire maintenant, compris à partir de Jésus : « Je suis celui qui vous sauve ». Son être est salut.

    source: http://www.levangileauquotidien.org

  • Eux, ils sont dans le monde... Garde mes disciples dans la fidélité à ton nom (7e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    La Lettre à Diognète (vers 190) 
    §5-6 : PG 2, 1174B-1175C (trad. Orval alt ; cf bréviaire et SC 33 bis)

    Les chrétiens ne se distinguent pas des autres hommes par leur pays, ni par leur langue, ni par l’habillement. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n'emploient pas un dialecte spécial, et leur genre de vie n'a rien de singulier. Leur doctrine n'est pas sortie de l'imagination fantaisiste d'esprits excités ; ils ne prônent pas, comme tant d’autres, une doctrine humaine quelconque.

    Ils habitent donc, au gré des circonstances, des cités grecques ou barbares ; ils suivent les usages locaux pour ce qui est des vêtements, de la nourriture, des coutumes. Et cependant, ils témoignent clairement d'une manière de vivre qui sort de l'ordinaire. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais ils y sont comme des gens de passage. Ils prennent part à tout comme des citoyens, mais ils supportent tout comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie une terre étrangère… Ils vivent dans la chair, mais pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais leur cité est dans les cieux (He 11,16). Ils obéissent aux lois établies, mais leur façon de vivre va bien au-delà de la loi.

    Ils aiment tous les hommes, et pourtant tous les persécutent. Ils sont méconnus, condamnés, tués ; et c’est ainsi qu'ils viennent à la vraie vie. Pauvres, ils enrichissent un grand nombre ; manquant de tout, ils surabondent en toutes choses… Insultés, ils bénissent ; outragés, ils honorent les autres… Pour tout dire : ce que l'âme est dans le corps, voilà ce que les chrétiens sont dans le monde.

  • Faire mémoire des victimes des Khmers rouges

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/CAMBODGE - Le souvenir des victimes des Khmers rouges, une occasion pour faire mémoire des martyrs cambodgiens

    20 mai 2020

     

    Phnom Penh (Agence Fides) - « Nous nous souvenons aujourd'hui des victimes et des souffrances qui ont été perpétrées au cours du régime génocidaire des Khmers rouges. Nous nous souvenons aussi de nos martyrs et nous prions pour la paix, le dialogue et la réconciliation, au Cambodge et dans le monde ». Tel est le message envoyé à l'Agence Fides par S.Exc. Mgr Olivier Schmitthaeusler, M.E.P, Vicaire apostolique de Phnom Penh, alors qu'en ce 20 mai est célébrée au Cambodge la Journée de commémoration des massacres perpétrés par les Khmers rouges et par le régime de Pol Pot. Les cambodgiens la qualifient de Journée de la colère et souvent, en différents lieux, on assiste à des reconstructions ou à des représentations dans le cadre desquelles des étudiants en noir recréent les vexations infligées dans les célèbres camps de massacre.

    Cependant, l'Eglise veut s'en souvenir et la célébrer en tant que Journée de la Mémoire, des Martyrs et de la Réconciliation, plutôt que de mettre l'accent sur des sentiments tels que la colère et la vengeance. Mgr Schmitthaeusler explique à Fides : « Cette année, nous célébrons le 45ème anniversaire de l'ordination épiscopale du premier Evêque cambodgien, S.Exc. Mgr Joseph Chhmar Salas, consacré en secret par S.Exc. Mgr Yves Ramousse, le 14 avril 1975, alors que l'église Notre-Dame de Phnom Penh était bombardée. Le 17 avril 1975, les Khmers rouges entrèrent dans la capitale et toute la population s'enfuit ou fut évacuée. Mgr Chhmar Salas fut porté dans le nord-est du pays, à Tangkauk, où il mourut en 1977. Il a été le premier de notre liste de 14 martyrs dont la cause de béatification est en cours depuis le 15 mai 2015 ».

    Le Vicaire apostolique ajoute : « Cette année, nous célébrons en outre le XXXVI° anniversaire de la résurrection de l'Eglise au Cambodge. En effet, c'est le 14 avril 1990 que Mgr Emile Destombes put célébrer de nouveau Pâques, dans un cinéma de Phnom Penh. Il s'est agi d'un moment historique et de grande valeur symbolique et spirituelle. Au cours de ces années sombres du régime, la lumière de la foi ne s'était pas éteinte et la flamme du cierge pascal réchauffa et illumina cette pièce noire ». « Aujourd'hui – poursuit Mgr Schmitthaeusler – les catholiques disent avec foi : le Christ Jésus est vivant ! Ceci est ce que nous avons célébré 30 ans après dans notre monde envahi par l'obscurité de la mort, de la peur et de la solitude. Nous désirons rappeler les derniers mots de Mgr Salas à Mgr Ramousse, prononcés le 17 avril 1975, avant de partir sur les routes poussiéreuses du Cambodge : « Parlez de nous au monde ». Dans cet esprit, nous conservons bien vivante la mémoire de nos martyrs et nous vivons au Cambodge aujourd'hui l'Evangile de la paix et de la réconciliation ».

    Sous le régime des Khmers rouges, de 1975 à 1979, quelques 2 millions de cambodgiens moururent suite à des exécutions, de faim ou de maladies. Les camps d'extermination pointillaient le pays, sachant qu'ont été retrouvés 20.000 sites de fosses communes contenant plus de 1,38 millions de corps selon le Centre de documentation du Cambodge. Le plus grand camp était celui de Choeung Ek, dans la périphérie de Phnom Penh. Il sert actuellement de monument à tous ceux qui sont morts et qui ont survécu, permettant de conserver pour les générations futures le souvenir de cette souffrance inhumaine. De par les proportions du phénomène et de par l'impact qu'il a eu sur la population locale, l'extermination cambodgienne peut être considéré comme un cas sans précédent dans l'histoire de l'humanité. (PA) (Agence Fides 20/05/2020)

  • Temps pascal en confinement; feuillet du samedi (23 mai) de la 6e semaine : les paradoxes du catholicisme (4) (Benson)

    IMPRIMER

    2020_05_23_10_26_25_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Philip et la petite chapelle de la Vierge : une belle histoire en temps de confinement

    IMPRIMER

    De Christof Bouweraerts sur Kerknet :

    "Nous voyons maintenant des choses que nous ne verrions pas autrement."

    21 MAI 2020

    Philip Beetles de Saint-Trond prévoit de restaurer une chapelle de Marie après la crise du coronavirus

    Le bonheur réside souvent dans de petites choses que nous n'apprécions vraiment que lorsque le cours habituel de notre vie est interrompu. C'est également ce qui est arrivé à Philip Kevers (62 ans) de Saint-Trond lors de la crise du coronavirus. Lors de ses promenades dans sa propre région, il a soudain remarqué une chapelle sur la route. "Je n'y avais jamais prêté attention auparavant", dit-il. "Maintenant, je m'y arrête à chaque fois et je m'assois sur le banc attenant. Ensuite, par exemple, je réfléchis à ce que nous vivons actuellement. C'est ainsi que deux de ses bons amis ont été touchés par le virus au début de la crise".

    Cependant, lors de ses visites à la petite chapelle, Philip Beetles a constaté qu'elle était dans un état de délabrement avancé. "Rien dans cette chapelle n'est resté intact", a-t-il dit. "La statue de la Vierge est également brisée. Cela me dérange et j'ai finalement décidé de restaurer la chapelle après la crise. C'est peut-être un peu audacieux de ma part, mais au début, je l'ai fait comme une promesse au cas où mes deux amis guériraient. D'accord, je vais m'occuper de la chapelle de toute façon, tu sais."

    "Je sens que je dois le faire, même si je ne peux pas expliquer pourquoi".
    Lorsque Philip Beetles a annoncé ce projet à son gendre, celui-ci a immédiatement proposé son aide. "Par coïncidence, en tant que fonctionnaire de la municipalité de Gingelom, il s'occupe précisément de la restauration des chapelles", explique Beetles. "Il sait donc comment cela fonctionne et a déjà jeté un coup d'œil. C'est ainsi qu'on voit comment les choses se présentent, hein".

    Cependant, Philip Beetles n'est pas un pilier d'église. "Mais ma femme et moi avons tous deux reçu une solide éducation catholique à la maison", dit-il. "En 2003, nous avons perdu notre fils Michiel à cause d'un cancer et c'est pour cela que j'ai perdu tout cela. Non pas que je n'aille jamais à la messe, mais je ne vais pas régulièrement à l'église".

    Pourtant, le respect et la fermeté de la foi demeurent. "C'est ainsi que ma femme et moi aimons visiter les églises lors de nos voyages", explique Philip Beetles. "Je ne passerais devant un tronc d'offrandes sans brûler une bougie. Parfois, je me dis : "Cette fois-ci, je ne vais pas le faire. Et pourtant, je continue à revenir sur mes pas et je le fais toujours. C'est au fond de moi."

    "Même lorsque Michiel était à l'hôpital à Louvain, je me rendais parfois à Scherpenheuvel" (Montaigu, lieu de pèlerinage à la Vierge ndB), poursuit Kevers. "Inconsciemment, en tant qu'être humain, vous cherchez toujours quelque chose à quoi vous raccrocher. Je vais aussi au cimetière chaque semaine et je lui parle, même quand je suis préoccupé par quelque chose. Presque chaque semaine, je rêve de lui, de façon très évocatrice".

    "Pour moi, il n'est pas vraiment mort, mais il reste très présent. Peut-être que cela a quelque chose à voir avec la foi".
    Entre-temps, plusieurs personnes ont réagi positivement à l'intention de Philip de s'occuper de la chapelle de la Vierge Marie. "Bien que je ne me laisse pas influencer par ce que les autres pensent", dit Philip Beetles. "Je me sens bien et je ne reviendrai pas sur cette décision. Même si nous devons attendre que la situation se normalise avant de commencer. La petite chapelle est dans cet état depuis si longtemps maintenant, alors dans un mois, ou plus ou moins, on ne s'arrêtra pas à ça".

    "En attendant, au fait, je dois trouver à qui appartient cette chapelle. Elle est sur le bord de la route, mais elle appartient à une ferme, dont je connais bien le propriétaire. J'ai également de bons contacts avec la paroisse. Je n'ai donc aucun doute que je serai autorisé à faire cette restauration. Peut-être même que j'obtiendrai un soutien supplémentaire".

    "Nous voyons maintenant des choses que nous ne verrions pas autrement."

    ‘We zien nu dingen die we anders niet zien’

    Pendant ses promenades, Philip Beetles s'arrête maintenant régulièrement à une chapelle de la piste qu'il n'avait jamais remarquée auparavant. © Philip Beetles

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Vatican : transactions et investissements suspects à la Secrétairerie d'Etat

    IMPRIMER

    De Smart Reading Press (rubrique "Grand angle") :

    VATICAN : ENQUÊTE SUR DES TRANSACTIONS ET INVESTISSEMENTS FINANCIERS SUSPECTS AU SEIN DE LA SECRÉTAIRERIE D’ÉTAT

    En octobre 2019, suite à une descente de la Gendarmerie du Vatican, cinq employés de la Secrétairerie d’État, qui supervise la gouvernance de l’Église et de la Curie au nom du pape, étaient suspendus de leurs fonctions. Des ordinateurs et des documents liés à des transactions financières au sein du département étaient saisis.

    Au centre des investissements et des transactions financières examinés se trouve l’achat d’un bâtiment au 60 Sloane Avenue à Londres à l’homme d’affaires italien Raffaele Mincione, qui gérait à l’époque des centaines de millions d’euros de fonds de la Secrétairerie. L’achat a eu lieu par étapes, entre 2014 et 2018. Lors de la vente à la Secrétairerie de 30 000 des 31 000 actions du projet, la holding de Mincione a conservé les 1 000 actions avec droit de vote nécessaires pour contrôler la holding propriétaire de l’immeuble. Mincione a finalement proposé de se séparer de ces actions à des prix très élevés.

    Pour conclure la vente, en 2018, la Secrétairerie d’État a fait appel à un autre homme d’affaires, Gianluigi Torzi, qui a agi comme intermédiaire rémunéré à la commission pour l’achat des actions restantes. Torzi a gagné 10 millions d’euros pour son rôle dans cette transaction.

    En novembre 2018, Fabrizio Tirabassi, un employé par la Secrétairerie d’État qui y était responsable de la gestion des investissements financiers, a été nommé directeur de Gutt SA, une société appartenant à Gianluigi Torzi et enregistrée au Luxembourg. Nommé administrateur le 23 novembre 2018, il a été révoqué le 27 décembre. Au moment de sa nomination en tant qu’administrateur, l’adresse de Tirabassi était répertoriée comme étant celle de la Secrétairerie d’État à la Cité du Vatican.

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État, a été interrogé pour savoir s’il était au courant de cette nomination et s’il considérait qu’il était approprié qu’un fonctionnaire de la Secrétairerie accepte un tel poste. On lui a également demandé si les fonctionnaires de la Secrétairerie sont autorisés à accepter de tels postes. Le cardinal Parolin n’a pas répondu.

    Lire la suite