Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La "faim des temps"

    IMPRIMER
     

    Pendant la traversée du désert et avant l'entrée dans la Terre promise, le peuple d'Israël recevait chaque jour du ciel la manne, une nourriture pour la route. Nous sommes nous aussi en route vers la Terre promise, et le Bon Dieu nous donne une nourriture pour avancer sur le chemin: l'eucharistie.

    En la recevant, nous communions au Corps du Christ et au Sang du Christ. Nous communions au même Christ et c'est pourquoi nous sommes aussi unis les uns aux autres, dans l'unité du Corps mystique de Jésus-Christ. Par conséquent, un des fruits principaux de la communion est la charité fraternelle.

    Jésus nous a aussi affirmé que celui qui mange le pain de vie, qui descend du ciel, vivra éternellement. Chacune de nos communions augmente en nous la grâce sanctifiante, qui est la vie de l'âme, augmente donc la beauté de notre âme. La communion nous remplit de la vie, de la lumière et de l'amour du Christ.

    Après avoir communié, le Christ demeure en nous et nous demeurons en Lui. Le saint Padre Pio a écrit une belle prière qu'il disait après sa messe, et dans laquelle il répétait à chaque phrase: Reste avec moi, Seigneur. Quand nous avons communié, il faut en effet que nous restions avec Jésus, par la prière et en menant une vie digne de lui. Dans la prière du prêtre avant la communion, le prêtre dit notamment: Fais que je demeure fidèle à tes commandements et que jamais je ne sois séparé de toi.

    Jésus vient demeurer au fond de notre cœur et nous donne de vivre par Lui. Il faut dès lors que nos pensées, nos sentiments et nos actions soient influencés par sa présence en nous.

    Le Jeudi-Saint, nous célébrons l'institution de l'eucharistie, unie au sacrifice pascal de Jésus-Christ, sa mort sur la Croix. Il a réconcilié les hommes avec Dieu, en offrant son corps sur la Croix, et Il a répandu son sang pour notre salut éternel. Toute l'année, l'Eglise vit du mystère eucharistique. Et en cette fête du Saint-Sacrement, elle contemple et chante toute la richesse du mystère. 

  • Feuillet du 2ème dimanche (14 juin) après la Pentecôte : 3 extraits des écrits spirituels de Dom Guillerand, chartreux

    IMPRIMER

    2020_06_14_09_43_41_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Le consul général de Patagonie n’est plus

    IMPRIMER

    DISPARITION - L’écrivain, journaliste et explorateur est mort samedi 13 juin à l’âge de 94 ans à l’hôpital Henry-Dunant à Paris, a appris Le Figaro. Adoré par certains, maudit par d’autres, l’auteur de Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie et du Camp des Saints a marqué la littérature française de son univers.

    13 juin 2020
     
    Le consul général de Patagonie n’est plus. Écrivain, explorateur, aventurier, poète... Jean Raspail a marqué la littérature française du XXe siècle. Avant d’être aventurier des mots, l’homme a parcouru les terres isolées. Épaisse moustache, sourcils broussailleux, visage taillé au couteau, Jean Raspail était un être obstiné, fier de ses positions, assumant de ses profonds yeux bleus sa foi catholique et son attachement à la monarchie. Un écologiste royaliste, utopiste et aventurier. Jean Raspail était un romantique.

    À considérer les cheminements intérieurs de la vie, c’est là que je suis né, à l’âge de vingt-trois ans et neuf mois, par un matin glacial de printemps de l’année 1949

    Jean Raspail, «L’île Bleue»

    Né le 5 juillet 1925 à Chemillé-sur-Dême en Indre-et-Loire, Jean Raspail est un enfant de la bourgeoisie. Descendant de François Vincent Raspail (qui donna son nom au Boulevard) qui rétablit le suffrage universel en 1848. Son père est président des Grands Moulins de Corbeil et directeur général des mines de la Sarre. Pourtant, malgré les écoles privées et une éducation stricte, le jeune Raspail a des envies d’ailleurs. Trop jeune pour s’engager dans la Résistance, il devra attendre 1949 pour prendre le large. «À considérer les cheminements intérieurs de la vie, c’est là que je suis né, à l’âge de vingt-trois ans et neuf mois, par un matin glacial de printemps de l’année 1949», écrira-t-il dans L’île Bleue (Robert Laffont, 1990).

    Jean Raspail lauréat du grand prix du roman de l’Académie Française pour son livre «Pour moi Antoine de Tounens» en 1981.
    Jean Raspail lauréat du grand prix du roman de l’Académie Française pour son livre «Pour moi Antoine de Tounens» en 1981. Rue des Archives/©Rue des Archives/ AGIP

    Le pêcheur de lune de 23 ans quitte alors son monde de confort pour l’aventure. Une équipée de jeunesse annonciatrice de 30 ans de voyages autour du globe, auprès des peuples menacés et aux confins des terres hostiles. Il a posé son sac en Terre de Feu, aux Antilles, en Alaska, au bord du lac Titicaca ou encore à Macao et en a rapporté des guides et des récits. Aventurier des mots et des terres isolées, ses premiers livres sont des reportages. Son premier vrai roman, Le Vent des pins, sort chez Juillard en 1958. Récit rédigé à la suite d’un voyage au Japon. De ces aventures, Raspail tira une quasi-biographie, un monument. Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie, (Albin Michel, grand prix du roman de l’Académie en 1981). Histoire d’un jeune homme de Tourtoirac partit, vers 1860, conquérir la lointaine Patagonie. Raspail s’en amuse et s’autoproclame consul général de Patagonie. Des lecteurs lui écrivent pour lui demander d’être naturalisés patagons, ils veulent partager cet état d’esprit. Le mythe est né.

    Le sulfureux Camp des Saints

    Raspail écrit pour s’évader. Défenseur des causes perdues, il publie en 1986, Qui se souvient des hommes, suite à ses séjours chez les Alacalufs, peuple en Terre de feu annihilé et menacé d’extinction par le progrès. Son œuvre séduit par sa force, son obstination, et gagne de nouveaux lecteurs à chaque génération. Elle divise aussi. En 1973, l’écrivain publie ce qui deviendra un brûlot: Le Camp des Saints (Robert Laffont). Roman apocalyptique dans la France de 2050, confrontée à l’arrivée massive de migrants sur ses côtes. Prophète? Il s’en défendait. Les polémiques, elles, proliférèrent.

    En 2011, le livre est réédité. L’auteur y ajoute une préface coup de poing, intitulée «Big Other». Dans cette même réédition, il ajoute en annexe toutes les pages tombant sous le coup de la loi. Le PDG de Robert Laffont, Leonello Brandolini, précise alors dans un avant-propos que son opinion n’est pas celle de l’auteur qu’il publie. L’auteur est associé à l’extrême droite, ses propos sont dénoncés. Daniel Schneidermann signera une tribune au vitriol contre l’auteur avec en titre: «Appeler racistes les racistes». Les lecteurs tranchèrent: 132.000 exemplaires vendus à ce jour.

    Après Le Camp des saints, l’homme publiera une vingtaine d’ouvrages, beaucoup moins polémiques. L’âme utopiste du voyageur avait repris ses droits. Il revenait sur ses voyages à la rencontre des peuples oubliés. Un imaginaire romanesque fertile salué en 2003 par le Grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Ironique pour celui qui avait le sentiment de ne jamais avoir eu «la carte» auprès du milieu littéraire. Même le 9e art a dessiné ses traits émaciés et sa moustache éternelle. Le dessinateur Jacques Terpant adapte ses romans d’aventures. L’auteur de Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie fait même une apparition dans le 19e Tome des aventures du célèbre milliardaire Largo Winch. Le dessinateur, impressionné par son physique so british, lui a emprunté ses traits pour un personnage.

    La monarchie au cœur

    La fleur de lys. Raspail l’arborait fièrement sur ses cravates. Son œuvre en était tout aussi couverte. Le fameux Sire (1991) (qui narre le sacre de Philippe Pharamond de Bourbon en 1999), Le Jeu du roi (1976), Le Roi au-delà de la mer (2000), ont nourri cet amour pour la monarchie. Profondément chrétien, l’homme tenait à ses convictions. Dans son appartement, les ouvrages des guerres de Vendée rappelaient son attachement royaliste. Le 21 janvier 1993, il organisa contre vents et marées une commémoration des 200 ans de la mort de Louis XVI, place de la Concorde, en présence de l’ambassadeur des États-Unis Walter Curley. En 1971, Raspail avait publié le Jeu du roi, roman où il évoquait un homme rêvant de son royaume évanoui en regardant la mer. Bravant les tempêtes, l’écrivain a tenu le cap, a continué à dire et écrire ce en quoi il croyait, sans fléchir. Le consul de Patagonie est mort, vive le consul!

    3 livres de Jean Raspail à avoir lu:

    Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie, Albin Michel, 1981

    Le Camp des saints, Robert Laffont, 1973

    Qui se souvient des hommes..., Robert Laffont, 1986

     
  • Dimanche de la solennité du Saint-Sacrement (Fête-Dieu)

    IMPRIMER

    ostensoir.jpg

    Pain vivant qui êtes descendu du ciel, ayez pitié de nous.
    Pain de vie et d'intelligence, ayez pitié de nous.
    Notre pain qui êtes au-dessus de toute substance, ayez pitié de nous.
    Pain qui fortifiez le cœur de l'homme, ayez pitié de nous.
    Pain qui faites goûter les délices aux rois, ayez pitié de nous.
    Pain qui êtes la chair de Jésus-Christ pour la vie du monde, ayez pitié de nous.
    Pain qui contenez en vous toute sorte de douceur, ayez pitié de nous.
    Pain qui donnez la vie éternelle, ayez pitié de nous.
    Nourriture des Anges, ayez pitié de nous.
    Manne cachée, ayez pitié de nous.
    Mémorial des merveilles de Dieu, ayez pitié de nous.
    Froment des élus, ayez pitié de nous.
    Vin qui produisez les Vierges, ayez pitié de nous.
    Oblation très pure, ayez pitié de nous.
    Oblation très digne de Dieu, ayez pitié de nous.
    Mémoire de la mort du Seigneur, ayez pitié de nous.
    Hostie pacifique, ayez pitié de nous.
    Hostie pour les péchés, ayez pitié de nous.
    Sacrifice continuel, ayez pitié de nous.
    Sacrifice qui êtes toujours offert, ayez pitié de nous.

    (Extrait des Litanies du Saint-Sacrement)
  • Une fête pour adorer, louer et rendre grâce publiquement au Seigneur

    IMPRIMER

    Corpus-Christi-pope-banner-640x375.jpgLe jeudi 7 juin 2007, jour de la Fête-Dieu, sur le parvis de la Basilique Saint-Jean-de-Latran, le pape Benoît XVI a prononcé cette homélie :

    Chers frères et sœurs!

    Il y a quelques instants, nous avons chanté dans la Séquence:  "Dogma datur christianis / quod in carnem transit panis / et vinum in sanguinem - C'est un dogme pour les chrétiens:  / que le pain se change en son corps, / que le vin devient son sang". Aujourd'hui, nous réaffirmons avec une grande joie notre foi dans l'Eucharistie, le Mystère qui constitue le cœur de l'Eglise. Dans la récente Exhortation post-synodale Sacramentum caritatis, j'ai rappelé que le Mystère eucharistique "est le don que Jésus Christ fait de lui-même, nous révélant l'amour infini de Dieu pour tout homme" (n. 1). C'est pourquoi la fête du Corpus Domini est une fête particulière et constitue un rendez-vous de foi et de louange pour chaque communauté chrétienne. C'est une fête qui a trouvé son origine dans un contexte historique et culturel précis:  elle est née dans le but bien précis de réaffirmer ouvertement la foi du Peuple de Dieu en Jésus Christ vivant et réellement présent dans le Très Saint Sacrement de l'Eucharistie. C'est  une  fête instituée pour adorer, louer et rendre grâce publiquement au Seigneur, qui "continue de nous aimer "jusqu'au bout", jusqu'au don de son corps et de son sang" (Sacramentum caritatis, n. 1).

    La célébration eucharistique de ce soir nous reconduit à l'atmosphère spirituelle du Jeudi Saint, le jour où le Christ, la veille de sa Passion, institua la Très Sainte Eucharistie au Cénacle. Le Corpus Domini constitue ainsi une reprise du mystère du Jeudi Saint, presque en obéissance à l'invitation de Jésus de "proclamer sur les toits" ce qu'Il nous a dit dans le creux de l'oreille (cf. Mt 10, 27). Les Apôtres reçurent le don de l'Eucharistie du Seigneur dans l'intimité de la Dernière Cène, mais il était destiné à tous, au monde entier. Voilà pourquoi il doit être proclamé et exposé ouvertement, afin que chacun puisse rencontrer "Jésus qui passe", comme cela avait lieu sur les route de Galilée, de Samarie et de Judée; afin que chacun, en le recevant, puisse être guéri et renouvelé par la force de son amour. Chers amis, tel est l'héritage perpétuel et vivant que Jésus nous a laissé dans le Sacrement de son Corps et de son Sang. Un héritage qui demande d'être constamment repensé, revécu, afin que, comme le dit le vénéré Paul VI, il puisse "imprimer son efficacité sans limites sur tous les jours de notre vie mortelle" (Audience générale du 24 mai 1967, Insegnamenti, V [1967], p. 779).

    Lire la suite

  • Nouvel épisode violent de discrimination antichrétienne au Pakistan

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Nouvel épisode de discrimination sur base religieuse à l'encontre d'une famille chrétienne

    vendredi, 12 juin 2020

     

    Peshawar (Agence Fides) – « Nos voisins musulmans nous ont intimé de quitter notre maison dans les 24 heures. A cette menace, j’ai composé le numéro téléphonique de la police mais, avant son arrivée, ils ont commencé à me rouer de coup et, brandissant des armes de poing, ils ont ouvert le feu contre moi et contre ma famille, avant de s’enfuir en entendant arriver la police ». C’est ce que raconte à l’Agence Fides le chrétien Nadeem Joseph, relatant l’épisode de violence intervenu ces jours derniers à Peshawar, capitale de la province pakistanaise de Khyber Pakhthun Khwa. Nadeem Joseph déclare : « Deux projectiles m’ont atteint à l’estomac. Ma belle-mère, sortie de chez elle, a été blessée à l’épaule ».

    La famille de Nadeem Joseph a acheté la maison en question le mois dernier, emménageant au cours de la dernière semaine du mois de mai. « A peine installés, nos voisins musulmans nous ont demandé notre religion et quand ils ont su que nous étions chrétiens, ils ont commencé à nous menacer en nous intimant l'ordre de quitter la maison. Le quartier est une zone résidentielle pour musulmans : les juifs et les chrétiens ne peuvent acheter une maison et vivre ici, nous ont-ils dit » et Nadeem Joseph d'ajouter : « Ils ont commencé à nous causer des problèmes. Un jour, ils ont mis de la colle dans la serrure de la grille principale de notre maison. Un autre, ils ont menacé mes enfants ».

    Désormais, la famille de Nadeem Joseph est épouvantée et le chef de famille déclare : « Je n'ai pas encore payé le prix total de cette maison. Je fais appel aux fonctionnaires de sécurité afin qu'ils assurent la protection de ma famille. Nos agresseurs sont des personnes impliquées dans le trafic de drogue et dans la criminalité ».

    La police a enregistré une plaine (FIR) à l'encontre des agresseurs, Salman Khan et ses fils.

    Le Père Qaisar Feroz OFM Cap, Secrétaire exécutif de la Commission pour la Communication sociale de la Conférence épiscopale du Pakistan, a condamné cette attaque, indiquant à l'Agence Fides, dans le cadre d'un entretien : « Cet incident met en évidence la discrimination, l'intolérance et le manque de coexistence pacifique existant au sein de la société. Notre gouvernement actuel a pris de bonnes initiatives pour promouvoir et renforcer l'harmonie sociale et religieuse mais nous devons encore beaucoup travailler au niveau de la base ». Le religieux ajoute : « La discrimination et la haine envers les personnes d'autres religions existent chez les personnes à la mentalité fondamentaliste. Il est du devoir de tous de combattre cette mentalité ».

    Khalid Shahzad, activiste en faveur des droits fondamentaux et de la paix, indique à Fides : « Il est toujours triste de constater la discrimination existant à l'encontre des citoyens chrétiens sur la base de leur religion. Certains musulmans qui ont une mentalité imprégnée de fanatisme et de fondamentalisme veulent voir les chrétiens n'être employés que dans le cadre d'emplois peu qualifiés comme ceux de balayeurs et d'égoutiers. Cette attitude discriminatoire est présente dans différents bureaux et instituts où existent des ustensiles séparés pour les musulmans et pour les non musulmans ou encore là où les lieux de travail des musulmans sont séparés de ceux des non musulmans : il s'agit d'une ségrégation religieuse ». (Ag-PA) (Agence Fides 12/06/2020)

  • Déboulonnages en série, de Léopold II à Christophe Colomb en passant par Winston Churchill et les autres: jeu de rôle pour un psychodrame identitaire ?

    IMPRIMER

    la-statue-dun-marchand-desclaves-dégradée-pendant-les-manifestants-antiracistes.jpg

    À l’occasion des manifestations en hommage à  l’Afro-américain George Floyd, plusieurs statues ont été déboulonnées ou vandalisées. La sociologue Isabelle Barbéris (*) y voit "l’expression psychodramatique de la culpabilité devenue folle", au détriment de la complexité des événements historiques. Une interview réalisée par Marine Carballet et publiée sur le site web « Figarovox » :

    FIGAROVOX.- Des vidéos de manifestants déboulonnant ou taguant des statues un peu partout dans le monde fleurissent sur les réseaux sociaux...

    Isabelle Barbéris.- Vandalisme et déboulonnage font forcément polémique et sont des épisodes classiques des périodes de guerre (le régime de Vichy a fondu plus de 1000 statues pour en récupérer le métal) ainsi que des changements de régime. Les gestes destructeurs sont ceux qui soulèvent le plus d’émotion mais il faut les appréhender dans un contexte plus large de recomposition des imaginaires: ces statues dont on oublie le nom, que bien souvent l’on ne voit plus et dont certaines sont à l’abandon, peuvent aussi se recharger de sens politique: l’on a vu de nombreuses statues, de gloires locales ou de Jeanne d’Arc, revêtir un gilet jaune.

    Les statues nous rappellent le caractère fragile de l’unité nationale.

    Il existe aussi un vandalisme permanent, comme celui qui s’en prend aux effigies de Du Guesclin, cible régulière des autonomistes bretons. Les statues nous rappellent le caractère fragile de l’unité nationale. Contrairement à ce qu’elles pourraient laisser penser, l’histoire n’est pas inscrite dans le marbre et la victoire de la République sur les anti-Lumières n’est jamais acquise.

    On veut effacer du domaine public la représentation des hommes à la gloire de qui les statues ont été érigées. Mais est-ce que ces revendications ne dépassent-elles pas la statuaire?

    Les manifestations actuelles expriment une polarisation religieuse et identitaire du vandalisme. La globalisation a entrainé de nouveaux phénomènes d’iconoclasme: la destruction des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan précéda de peu le 11 Septembre. L’affaire de la statue du Général sécessionniste Lee à Charlottesville en 2017 avait déjà mis en lumière un contexte nord-américain très tendu opposant le mouvement Black Lives Matter à des suprémacistes blancs trumpistes. Récemment dans l’Hérault, des militants d’Objectif France se sont enquis de «redresser» la croix du Pic Saint Loup dessoudée par un groupuscule se présentant comme laïque. Tous ces exemples sont des symptômes variés du nouvel âge identitaire. Dans le cas du déboulonnage des statues de Victor Schœlcher, l’expression identitaire s’est substituée au débat mémoriel, en réduisant l’histoire de l’abolition à la couleur de peau et en imposant une conception dévoyée, indigéniste, de l’antiracisme. Cette conception avilie refuse d’envisager l’antiracisme comme un processus historique, et cherche à alimenter les tensions ethniques en absolutisant la dimension forcément imparfaite des épisodes passés de l’émancipation des peuples.

    Lire la suite

  • "Autant en emporte le vent" : une oeuvre à proscrire ?

    IMPRIMER

    De la revue de presse de l'Homme Nouveau :

    Alors que le film Autant en emporte le vent vient d’être retiré de la vente en streaming par HBO, une nouvelle traduction française du roman éponyme de Margaret Mitchell paraît en France. Le Figaro littéraire (11 juin) en a profité pour faire un point sur ce qu’en France nous appelons la Guerre de Sécession et qui s’appelle aux États-Unis la guerre civile (côté Nord) et la Guerre entre les États (côté Sud) :

    MARGARET Mitchell disait qu’elle avait écrit un roman sur la façon dont les habitants de sa région avaient vécu la guerre civile et non pas un roman historique sur la guerre de Sécession dans son ensemble. Dès son plus jeune âge, à une époque où les enfants assis sagement sur les genoux des grandes personnes écoutaient leurs conversations, elle s’est imprégnée des histoires que racontaient inlassablement les vétérans et les femmes qui comme Scarlett étaient de toutes jeunes filles quand le conflit commença. Plus tard, elle a épluché des centaines de vieux journaux et magazines de l’époque, des écrits intimes, des correspondances et des dizaines d’autres ouvrages, avec un souci de réalisme qui donne à Autant en emporte le vent cette rare puissance d’évocation. Néanmoins, on ne peut s’empêcher de s’interroger : le tableau qu’elle brosse de la fin de la guerre et des années dites de Reconstruction, un régime d’occupation sous la férule de l’armée nordiste, est-il exact ? L’historien Farid Ameur, qui se passionne pour cette période depuis qu’il a lu et vu enfant les Tuniques bleues et Autant en emporte le vent, a fait sa thèse de doctorat sur les Français dans la guerre de Sécession. (…) Il confirme que la guerre civile a « réduit les États du Sud en cendres » : « Les villes et les campagnes ont été ravagées, les plantations incendiées, les propriétés pillées. En 1865, le Sud était dans un état de chaos total. Les réquisitions et le saccage des récoltes provoquèrent des disettes tandis que la corruption de certaines administrations et des bandes de hors-la-loi créaient un angoissant sentiment d’insécurité. » Comme le raconte Margaret Mitchell, la loi martiale fut instaurée en 1867 et les anciens notables sudistes privés du droit de vote jusqu’en 1872. « L’assassinat de Lincoln qui voulait user de modération envers les États séparatistes laissa le champ libre aux extrémistes qui voulaient traiter les États du Sud en provinces conquises et punir les rebelles. Les sudistes étaient ruinés, avilis, soumis, humiliés. Le fossé entre le Sud et le Nord se creusa », explique Farid Ameur. (…) Dans Autant en emporte le vent, l’arrogance moralisatrice des Américains venus du Nord spéculer sur la reconstruction du Sud nourrit également la rancœur sudiste : la bourgeoisie yankee a lu La Case de l’oncle Tom et milité contre l’esclavage mais n’imagine pas un instant engager une nourrice noire pour ses enfants, ce qui stupéfie Scarlett, la bouleverse et la met en colère. Farid Ameur confirme qu’il y avait beaucoup de racistes dans le Nord et que le clivage « gentils nordistes abolitionnistes contre méchants sudistes esclavagistes » est très réducteur. « Abraham Lincoln lui-même a dit que s’il pouvait sauver l’Union sans libérer un seul esclave, il le ferait. »

  • Homophobie : les évêques italiens s'opposent au vote d'une nouvelle loi

    IMPRIMER

    Du site de la Conférence des évêques d'Italie :

    L'homophobie, pas besoin d'une nouvelle loi.

    CEI-664x373

    "Rien ne se gagne par la violence et tant se perd", souligne le pape François, mettant hors-jeu toute forme de racisme ou d'exclusion ainsi que toute réaction violente, destinée à s'avérer autodestructrice.

    La discrimination - y compris la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle - constitue une violation de la dignité humaine, qui - en tant que telle - doit toujours être respectée dans les paroles, les actes et la législation. Les traitements préjudiciables, les menaces, les agressions, les blessures, l'intimidation, le harcèlement... sont autant de formes d'atteinte au caractère sacré de la vie humaine et doivent donc être combattus sans équivoque.

    À cet égard, un examen objectif des dispositions relatives à la protection de la personne, contenues dans le système juridique de notre pays, permet de conclure qu'il existe déjà des garanties adéquates pour prévenir et réprimer tout comportement violent ou persécuteur.

    Cette prise de conscience nous amène à regarder avec inquiétude les propositions législatives actuellement examinées par la Commission Justice de la Chambre des Députés contre les crimes d'homotransphobie : non seulement il n'y a pas de lacunes réglementaires dans ces domaines, mais pas non plus des lacunes qui justifieraient l'urgence de nouvelles dispositions.

    Au contraire, une éventuelle introduction de nouvelles réglementations incriminantes risquerait de s'ouvrir à des dérives liberticides, de sorte que - plutôt que de sanctionner la discrimination - on finirait par frapper l'expression d'une opinion légitime, comme nous l'enseigne l'expérience des systèmes d'autres nations dans lesquelles des réglementations similaires ont déjà été introduites. Par exemple, soumettre à une procédure pénale ceux qui pensent que la famille a besoin d'un homme et d'une femme pour être un père et une mère - et non la duplication de la même figure - reviendrait à introduire un crime d'opinion. Cela limite en fait la liberté personnelle, les choix éducatifs, la façon de penser et d'être, l'exercice de la critique et de la dissidence.

    Nous croyons fermement que, outre l'application prudente des dispositions déjà en vigueur, nous devons avant tout promouvoir un engagement éducatif dans le sens d'une prévention sérieuse, qui permettra d'éviter et de contrer toute atteinte à la personne. Il n'y a pas besoin de controverse ou d'excommunication mutuelle à ce sujet, mais une volonté de s'engager dans une discussion authentique et intellectuellement honnête.

    Dans la mesure où ce dialogue se déroule en toute liberté, il bénéficiera à la fois au respect de la personne et à la nature démocratique du pays.

    La présidence de la CEI

    Rome, le 10 juin 2020

  • "Qu'aucun de ces petits ne se perde" : un nouveau livre pour réfléchir sur le respect absolu de chaque vie humaine

    IMPRIMER

    2020_06_13_09_59_36_Greenshot.png

     

    Qu'aucun de ces petits
    ne se perde

    € 14,00

    Avec ce livre, le Fr. René Stockman veut réflechir plus profondément sur la vie humaine et le respect absolu de chaque vie humaine. C’est un thème plus que d’actualité à une époque où l’autodétermination absolue, l’autonomie et la liberté deviennent les principaux concurrents du respect absolu de la vie.

    Parole et Silence – 2020 – 134 p

    “Emporté dans une discussion regrettable d’accepter ou non l’euthanasie chez les patients psychiatriques qui sont soi-disant à bout de traitement, cela m’a incité à réfléchir plus profondément sur les éléments fondamentaux sur lesquels nos réflexions et actions éthiques devraient être basées et à pénétrer plus profondément dans les fondements ultimes sur lesquels notre vision de la vie et le respect pour la vie devraient être construits et en même temps à découvrir pourquoi il est aujourd’hui devenu si difficile d’arriver à une position claire et à ne pas nous perdre dans des sentiments qui remplacent les arguments ou même les catégorisent comme impitoyables. Bien sûr, je l’ai fait en tant que chrétien et je me suis basé sur ce que l’Eglise catholique me donne comme direction.

    Pendant cette navigation à contre-courant, j’ai rencontré le Prof. Jérôme Lejeune, le généticien français qui a fait un travail révolutionnaire dans la recherche sur le syndrome de Down, et qui, par cette recherche, est devenu de plus en plus convaincu de la protection absolue de la vie. Je voudrais donc lui dédier cet ouvrage à titre posthume et l’offrir hardiment à tous ceux qui, en ces temps controversés, continuent à défendre courageusement la vie : la vie nous est chère, parce que nous continuons à considérer la vie comme un cadeau de Dieu et que nous voulons alors aussi la chérir et bien la gérer depuis le moment où elle commence, jusqu’au moment où elle atteint sa fin naturelle.”
    (Fr. René Stockman)

    Ce livre est la traduction du livre néerlandais “Laat niet verloren gaan één mensenkind”, édité chez Gompel & Svacina en 2018.

    Le livre peut être commandé auprès de la maison d’édition Parole et Silence ou bien auprès du secrétariat de l’Administration générale.