Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le prochain pape : l'Eglise à la veille d'une transition très importante ?

    IMPRIMER

    The Next Pope

    source

    Un livre de George Weigel :

    L'Église catholique est sur le point de vivre une transition de grande importance.

    Comme le fait remarquer George Weigel, théologien, historien et biographe du pape, le prochain pape aura probablement été un adolescent ou un très jeune homme pendant le Concile Vatican II (1962-1965) ; il se peut même qu'il ait été un enfant pendant ces années-là. Ainsi, le prochain pape n'aura pas été façonné par l'expérience du Concile et les débats immédiats sur sa signification et sa réception comme les papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François. Le prochain pape, écrit Weigel, "sera une figure de transition d'une manière différente de ses prédécesseurs immédiats. Il semble donc approprié de réfléchir maintenant à ce que l'Eglise a appris durant les pontificats de ces trois papes conciliaires et de suggérer ce que le prochain pape pourrait tirer de cet apprentissage".

    S'appuyant sur ses discussions personnelles avec Jean-Paul II, Benoît XVI et François, ainsi que sur ses décennies d'expérience avec les catholiques de tous les continents, George Weigel examine les principaux défis auxquels l'Église catholique et ses 1,3 milliard de croyants sont confrontés au XXIe siècle : des défis que le prochain pontificat doit relever alors que l'Église entre en territoire nouveau et inexploré. À quoi l'Esprit Saint appelle-t-il cette Église en transition ? Quelles sont les qualités requises chez l'homme qui conduira l'Église depuis la chaire de Saint-Pierre ?

    Tirant les leçons des pontificats de Jean-Paul II, Benoît XVI et François, George Weigel propose ce que les dirigeants catholiques de l'avenir, en particulier le prochain pape, doivent faire pour rester fidèles à l'appel du Saint-Esprit à un témoignage évangélique renouvelé, à une ferveur missionnaire intensifiée et à une réforme centrée sur le Christ à la suite de graves échecs institutionnels, de la confusion de la mission, du contre-témoignage et du défi séculaire de la foi biblique.

    George Weigel est membre distingué du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques. Il est l'auteur à succès du New York Times d'une vingtaine de livres, dont les deux volumes de sa biographie de Saint Jean-Paul II, Witness to Hope et The End and the Beginning, qui ont été salués dans le monde entier.

  • Le journal du cardinal Pell en prison en voie de publication

    IMPRIMER

    Sur le site d'Ignatius Press, on découvre cet appel du Père Fessio s.J. :

    Projet de don au Cardinal George Pell

    Cher ami d'Ignatius Press,

    J'écris en ce mois de juin, quelques jours seulement après le 79e anniversaire du cardinal George Pell.

    Je suis convaincu que nos lecteurs sont conscients de tout ce que le cardinal Pell a fait pour l'Église - en Australie, au Vatican et dans le monde entier - grâce à son leadership loyal et courageux (et j'ajouterais "sans détours"). Et que vous êtes au courant de la campagne d'attaques vicieuses dont il a fait l'objet et qui a conduit à la parodie de justice qui a abouti à son emprisonnement pendant 14 mois en isolement.

    Dieu merci, la Haute Cour australienne l'a complètement innocenté par une décision unanime de 7-0.

    Le cardinal Pell est donc maintenant sorti de prison et de nouveau en action. Mais il doit relever le défi permanent de faire face aux nombreuses dépenses juridiques qui ont été nécessaires pour réparer la terrible injustice dont il a été victime. L'un des moyens d'y parvenir est de publier son histoire.

    Le cardinal Pell est un homme bon, et un bon ami à moi et à Ignatius Press. Ignatius Press a publié ses livres dans le passé et publiera bientôt son extraordinaire journal de prison.

    J'ai déjà lu la première moitié de ce journal et il est extraordinaire. Je pense que ce sera un classique spirituel. Le journal entier compte environ 1000 pages, nous l'imprimerons donc en trois ou quatre volumes. Avec votre aide, nous pouvons poursuivre ce projet et offrir au cardinal Pell des avances appropriées sur ces volumes, qu'il pourra ensuite utiliser pour dissiper une grande partie des inquiétudes qu'il a maintenant au sujet de ses dettes légales.

    Il ne s'agit pas seulement du cardinal Pell. Sa victoire n'est pas seulement celle d'un homme. C'était une victoire pour l'Église. Et pas seulement pour l'Église en Australie. Elle a révélé au monde entier jusqu'où les ennemis de l'Église iront et combien ils seront sournois pour la discréditer.

    Maintenant que nous avons gagné, aidons Ignatius à partager son histoire et aidons le cardinal Pell à se libérer de ce fardeau qui lui reste.

    Veuillez envisager de faire un don déductible des impôts à cette fin.

    Dans le Seigneur,

    P. Joseph Fessio, S.J.
    Rédacteur en chef, Ignatius Press

  • Feuillet du 3ème dimanche (21 juin) après la Pentecôte : liste des livrets du temps de confinement

    IMPRIMER

    2020_06_21_10_54_39_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Chine : églises fermées, prêtres pourchassés... la persécution des églises catholiques rebelles s'intensifie

    IMPRIMER

    De ZHAO MINGZHE sur le site Bitter Winter :

    La persécution des églises catholiques rebelles s'intensifie

    20/06/2020

    Pression sur les objecteurs de conscience catholiques pour qu'ils rejoignent l'Église patriotique. Pendant ce temps, les églises sont fermées, les prêtres expulsés et les communautés intimidées.
    par Zhao Mingzhe

    Deux ans après la signature de l'accord entre le Saint-Siège et la Chine en 2018, la persécution des fidèles qui ne souhaitent pas adhérer à l'Association patriotique catholique chinoise (APCC) se poursuit sans relâche. Ignorant les directives du Vatican de 2019, qui permettent aux prêtres et aux évêques de ce qui était connu comme l'Eglise catholique clandestine de ne pas rejoindre l'APCC pour des raisons de conscience, le PCC persiste dans une tentative de forcer tous les catholiques sous son contrôle.

    En novembre, une église catholique non enregistrée dans le diocèse de Mindong, dans le sud-est de la province du Fujian, a été fermée parce que son prêtre refusait de rejoindre l'APCC. Depuis lors, la communauté continue de se réunir en secret dans une cabane construite aux frais des fidèles avec des tôles. Un croyant a rapporté à Bitter Winter que le 24 janvier, des agents du gouvernement ont fait une descente dans l'église de fortune alors que les croyants chantaient des hymnes et priaient, menaçant de démolir la structure si la communauté se rassemblait à nouveau.

    Les fidèles ont expliqué que l'année dernière, suite à la fermeture de l'église, le prêtre a été forcé de quitter la ville et de se cacher. Cependant, pendant l'épidémie de coronavirus, la police a continué à le rechercher, offrant des récompenses aux habitants pour qu'ils le signalent. Les fonctionnaires ont également menacé d'impliquer les familles des personnes prises en train de protéger le prêtre.

    Les fidèles pensent que le gouvernement a voulu utiliser l'influence du prêtre pour "rassembler la communauté comme un troupeau de moutons à remettre à l'APCC" et ensuite se débarrasser de lui. L'homme a ajouté : "Ce sont les trucs habituels du parti communiste. Ils attaquent et accusent les prêtres de divers crimes, affirmant qu'ils ont désobéi à l'État en refusant de respecter les lois et les règlements. Les prêtres qui ne souhaitent pas rejoindre l'APCC savent qu'ils seront sûrement persécutés. Je suis dégoûté par le comportement du gouvernement. Ils ont installé des caméras de surveillance à l'intérieur et à l'extérieur des églises gérées par le gouvernement. Seuls les prêtres agréés par l'État peuvent célébrer la messe, tandis que les prêtres non autorisés ne peuvent même pas entrer dans l'église.

    Les fidèles ont poursuivi : "Si nous rejoignons l'APCC, nous serons sous le contrôle du gouvernement et les prêtres, dans leurs homélies, devront parler des politiques, des lois et des règlements nationaux. La nature de notre foi sera complètement bouleversée. Il n'y a jamais eu d'accord entre le gouvernement et la religion. Le régime vise à nous faire croire au parti et nous interdit d'avoir foi en Dieu.

    Selon un document intitulé Déclaration de responsabilité sur les objectifs du travail religieux pour 2019, publié par l'administration d'une localité du Fujian, les autorités sont tenues d'intensifier constamment leurs efforts pour contrôler et réprimer l'Église catholique non enregistrée. Non seulement les activités religieuses doivent être restreintes et interdites, mais chaque religieux doit être "transformé par l'instruction" donnée par un personnel approprié.

    Lire la suite

  • "Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux." (Homélie pour le 12ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Homélie (site "catholique.org")

    12e dimanche du Temps Ordinaire

    On peut éprouver une véritable peur d’annoncer l’évangile. Je ne veux pas parler d’une timidité à dire ses convictions, mais d’une authentique crainte de parler de Jésus. L’avertissement qu’il nous fait à propos des dangers réels que ses disciples vont courir, pourrait ne pas nous rassurer... Mais si Jésus les prévient ainsi de ce qui va arriver, c’est justement dans le but de les préserver de la crainte d’annoncer sa parole.

    La première tentation qui pousse à se taire consiste à considérer le devoir de solidarité que nous avons envers nos frères humains. Taire l’évangile serait, s’imagine-t-on alors, une manière de respecter nos frères, de rester proche d’eux, de maintenir une relation qui demain, peut être, nous permettra de témoigner d’une autre manière.

    Il est indéniable que le respect est le premier mouvement de la charité et qu’il est vain d’asséner l’évangile. Mais Jérémie, nous l’avons entendu dans la première lecture, fait l’expérience que la solidarité à laquelle nous invite la Parole de Dieu ne suscite pas spontanément la sympathie : « Dénoncez-le ! », s’écrie la foule. Là est sans doute une raison non avouée de ce qu’on appelle le respect, il cache notre souhait de n’être pas mis au ban de notre société ou de l’opinion générale. Cette réserve est inutile cependant, car Jésus nous dit dans l’évangile que « tout finit par se savoir ». Autant être d’emblée fidèle à l’envoi du Seigneur.

    Mais le bon sens résiste : il ne faudrait pas oublier trop vite que les apôtres risquent leur vie dans cette affaire !

    Le Seigneur envisage clairement cette éventualité et nous rappelle où est le véritable risque dans cette aventure : il y a ceux qui tuent le corps et ceux qui tuent l’âme. Risquer sa vie n’est pas si grave. Le drame serait d’y perdre son âme, d’y perdre la vie éternelle. C’est ce qui pourrait arriver si quelqu’un renonçait à dire toute la vérité que le Seigneur lui a apprise. Jésus lui-même ne pourrait que le renier devant le Père.

    Une telle radicalité ne manque pas de surprendre. Jésus s’en explique dans la comparaison des moineaux, qui montre que Dieu le Père a la totale maîtrise de l’univers entier. Le témoin ne risque que sa vie corporelle, ce qui n’est pas l’essentiel, mais personne ne peut lui ravir son âme s’il n’y consent, et la confiance dans la protection qu’il peut attendre de notre Père des Cieux est infinie. Le chant d’action de grâce de Jérémie en était un premier témoignage.

    Avouons-le, la rigueur et la simplicité du raisonnement de Jésus n’entraînent pas spontanément notre adhésion. Il faut dire que nous sommes un peuple traumatisé par la mort. Pèsent sur nos épaules les millions de morts du siècle passé. Pèsent sur nos âmes les poids de mort qui déchirent nos maisons, nos vies et celle de nos amis. Aujourd’hui, il n’est plus spontané de croire à la suprématie de la vie. La mort fait peur, et son pouvoir fascine et fait douter de la victoire de la vie.

    Saint Paul nous est alors d’un grand secours. Il exprime très clairement la réalité de notre condition. Il est vrai que nous sommes soumis à la mort, depuis Adam, mais il existe une réalité supérieure à celle-ci, car Adam est la figure de « celui qui devait venir ». L’apôtre l’affirme avec force : « le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure ». Si la mort est toujours inéluctable, sa puissance est maintenant détruite « par la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ ». Et cette grâce atteint tous les hommes. A nous de faciliter sa réception. Là est le travail d’évangélisation.

    Et ce travail est un devoir pressant pour nous tous. Le XXe siècle, en effet, a été un temps de martyre. Le pape Jean-Paul II l’avait fortement mis en relief, en canonisant de nombreux martyrs de l’histoire récente. Or le sang des martyrs est semence de nouveaux chrétiens. Au début du IIIe millénaire, il nous faut donc nous attendre à une nouvelle floraison de l’Eglise, le nouveau printemps annoncé. Il est de notre responsabilité de contribuer à son avènement, par respect pour frères.

    Ainsi notre crainte de faillir dans notre solidarité avec les hommes doit en fait être celle de manquer d’imagination et de courage dans l’annonce de la Parole. La Parole de Dieu nous invite à prendre une décision concrète, pour Jésus, devant les hommes. Nous ne pourrons nous y engager que si nous avons foi que Jésus est la Vie, la Vie véritable et ultime, celle devant qui pâlissent toutes les grandeurs de ce monde, celle qu’il nous donne en partage dans son eucharistie. Nous avançons avec assurance, car il nous l’a promis : « Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. »

  • Covid-19 : un moine témoigne

    IMPRIMER

    Los Caïdos 143604517--624x415.jpg

    De la solitude du monastère et de sa vie contemplative, le P. Santiago Cantera, prieur de la célèbre Abbaye bénédictine espagnole de la Vallée de « Los Caídos » analyse avec une vision de foi ce qu’a été jusqu’à présent la pandémie et les conséquences qu’elle peut avoir dans l’avenir.

    Interview  par Javier Navascués  publiée sur le portail espagnol Infocatolica et en traduction par Carlota le 17 juin sur le site web « Benoît et moi » :

    Question: La pandémie a aussi touché votre communauté, – plusieurs frères malades, l’un d’entre eux s’est trouvé dans un état grave. Nous avons prié pour lui.

    Réponse: Merci beaucoup pour vos prières. Indubitablement, nous sommes presque tous passés par la maladie, avec à l’origine un moine qui a été contaminé dans un hôpital et qui a ramené le virus au monastère. Grâce à Dieu, nous nous en sommes sortis et nous avons gardé des anticorps, mais il y a eu un autre moine qui s’est trouvé dans un état très grave et heureusement, il va beaucoup mieux et le pronostic est bon.

    Cela a été une expérience dure pour tous mais en même temps enrichissante en de nombreux aspects : l’isolement, dans la cellule, pour ceux qui ont dû le garder durant plusieurs semaines, nous a aidé à vivre pendant un temps comme des moins « reclus » ou des ermites, et cela a permis aux moines qui ont soigné les autres de s’orienter d’une manière exemplaire vers l’exercice de la charité fraternelle.  Cela nous a permis d’expérimenter la faiblesse de la condition humaine face à une épidémie et nous l’avons accueillie comme une épreuve dans laquelle nous nous sommes fortifiés spirituellement, en la vivant comme une preuve de l’amour de Dieu au milieu de la souffrance.

    Un moine de la clôture n’est pas affecté par le confinement mais il l’est par la douleur de l’humanité

    C’est cela, effectivement. L’expérience du confinement est très monastique car le moine cherche la retraite pour la rencontre avec Dieu. Mais comme disait un auteur de l’Antiquité Évagre le Pontique (vers 346-399) : « Un moine est celui qui, à l’écart de tous, est uni à tous ». Le moine, dans sa relation intime avec Dieu, amène devant Lui, au moyen de ses prières et de ses sacrifices, les besoins et les souffrances de toute l’humanité, il demande pardon pour ses péchés et il lui demande de déverser son amour sur tous les hommes, tant sur ceux qui l’aiment que sur ceux qui ne l’aiment pas. Nous pouvons dire que le coronavirus nous a fait mal aussi à nous les moines, non seulement quand nous en avons souffert au niveau personnel et communautaire, mais aussi avant et après la maladie, parce que nous souhaitons le bien des autres. À ce moment-là nous avons fait des demandes spéciales pour la fin de la pandémie durant la Sainte Messe et au cours de la prière, nous avons ajouté la récitation communautaire du Saint Rosaire avec cette intention particulière et nous avons essayé d’aider et d’offrir nos services dès que nous en avons eu la possibilité aux institutions qui pouvaient en avoir besoin. 

    Lire la suite sur le site "Benoît et moi"

  • Feuillet du samedi (20 juin) de la 3ème semaine après la Pentecôte : Autorité et liberté (paradoxes du catholicisme (8) Benson)

    IMPRIMER

    2020_06_20_10_52_22_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • L'Église et l'épidémie, premier bilan Le Club des Hommes en Noir

    IMPRIMER

    Lu sur le site web du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

    « Le Club des Hommes en Noir revient pour une deuxième saison et un nouveau format. Cette émission fondée en 2012, sur une radio bien connue, par Philippe Maxence, a un concept simple : l'actualité de l'Église décryptée par des prêtres et un laïc, sans langue de buis ! Vous pouviez les entendre, grâce au studio vidéo de L'Homme Nouveau vous pouvez maintenant les voir ! Désormais les nouveaux épisodes sont disponibles chaque vendredi.

    Cette semaine, le Club des Hommes en Noir composé des abbés Celier, Barthe et Tanouärn, animé par Philippe Maxence essaye de tirer un premier bilan de l'épidémie. La réaction des autorités ecclésiastiques était-elle juste et proportionnée ? Le salut des âmes est-il resté comme principale préoccupation ? 

     

    JPSC

  • Il y a cent ans : le baptême de Karol Wojtyla

    IMPRIMER

    Du Service de presse de la Conférence épiscopale polonaise :

    Il y a 100 ans, le 20 juin 2020, Karol Wojtyła, le futur pape Jean-Paul II, a reçu le sacrement du baptême sur les fonds baptismaux dans la chapelle de la Sainte Famille de la Basilique de la Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie à Wadowice. "Le jour du baptême ne doit pas être célébré moins que le jour de la naissance" - a-t-il déclaré en tant que Pape.

    "Avec une profonde révérence, j'embrasse le seuil de la maison de Dieu - l'église paroissiale de Wadowice - et dans celle-ci les fonts baptismaux sur lesquels j'ai été implanté dans le Christ et reçu dans la communauté de Son Eglise" - a déclaré le Pape Jean-Paul II le 16 juin 1999, en venant à la Basilique de Wadowice.

    La célébration du 100e anniversaire du baptême de Jean-Paul II est cette année combinée avec le 100e anniversaire de sa naissance. Karol Wojtyła est né le 18 mai 1920 dans sa maison familiale à Wadowice à 17 heures, alors que la dévotion de mai se déroulait dans l'église paroissiale.

    Karol Wojtyła a passé les dix-huit premières années de sa vie à Wadowice. "C'est ici, dans cette ville de Wadowice, que tout a commencé. Et la vie a commencé, et l'école a commencé, mes études ont commencé, et le théâtre a commencé, et le sacerdoce a commencé" - a déclaré le pape Jean-Paul II en 1999.

    C'est à Wadowice, mais aussi à Cracovie et à Kalwaria Zebrzydowska - lieux les plus liés à Karol Wojtyła - que la célébration du 100e anniversaire de la naissance du pape polonais a eu lieu cette année avec la participation de la conférence épiscopale polonaise et du nonce apostolique en Pologne. Cet anniversaire a également été commémoré par le Pape François lorsqu'il a célébré l'Eucharistie sur la tombe de Saint Jean-Paul II dans la Basilique du Vatican le jour de son anniversaire. À son tour, le pape em. Benoît XVI a publié une lettre spéciale à cette occasion, soulignant que Jean-Paul II a toujours indiqué la miséricorde de Dieu.

    Le 100e anniversaire de la naissance de Jean-Paul II a également été célébré avec la campagne internationale de médias sociaux #ThankYouJohnPaul2. Des milliers de personnes de Pologne, Italie, Allemagne, USA, Canada, France, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Russie, Slovaquie, Hongrie, République Tchèque, Ukraine, Japon, Bolivie, Argentine, Brésil, Mexique, Israël, Croatie, Bosnie-Herzégovine, ont publié des photos, des vidéos et des souvenirs avec Saint Jean-Paul II.

    Mais ce n'est pas la fin des événements de l'anniversaire. Le dimanche 21 juin de cette année, à 20 heures (heure européenne), aura lieu le concert à la mémoire de Jean-Paul II, au cours duquel 40 artistes du monde entier présenteront des chefs-d'œuvre de la musique classique et sacrée. L'événement devait à l'origine se dérouler au Lincoln Center de New York, mais en raison de l'épidémie, il a été réalisé en ligne et sera disponible sur www.jp2concert.com. Le concert s'est tenu sous le patronage du président de la Conférence épiscopale polonaise, l'archevêque Stanisław Gądecki, de l'archevêque de New York, le cardinal Timothy Dolan, du cardinal Stanisław Dziwisz.

    Le pape François a souligné à plusieurs reprises la valeur et l'importance du baptême dans la vie d'un chrétien. "Les promesses du baptême doivent être répétées presque chaque jour afin que notre conscience puisse être imprégnée par la présence du Christ" - a-t-il déclaré lors de l'audience générale du 11 avril 2018. "Le baptême confère à l'enfant la force de l'Esprit Saint : l'Esprit qui défendra et assistera chacun d'entre eux tout au long de sa vie" - a-t-il souligné lors de la fête du Baptême du Seigneur de cette année.

  • Quand l'Irlande tourne le dos à son identité catholique

    IMPRIMER

    De Paolo Gulisano sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le gouvernement de la nouvelle Irlande post-chrétienne est né

    19-06-2020

    Quatre mois après les élections irlandaises, les anciens rivaux Fianna Fail et Fine Gael ont formé un nouveau gouvernement (avec l'aide des Verts). Le Sinn Fein, qui avait recueilli plus de voix., se retrouve à l'extérieur. Expansion de l'avortement, du gender et de la Pma sont au programme de l'exécutif, qui repose sur deux partis officiellement de centre-droit mais qui ne soutiennent plus une seule valeur catholique.

    Quatre mois après les élections générales, la République d'Irlande a un nouveau gouvernement. Le résultat du vote a été un choc pour le pays, vu la victoire inattendue du Sinn Fein qui avait atteint son sommet historique. Proche de la formation politique historique républicaine et indépendantiste, les deux partis qui constituent un bipolarisme de plus en plus imparfait sur la scène politique de l'île : le Fianna Fail et le Fine Gael.

    Ces deux partis, toujours opposés et alternatifs, représentent depuis des décennies deux âmes et deux traditions du pays : d'une part le Fine Gael, héritier de la politique qui a conduit il y a un siècle au compromis avec l'Angleterre et donc à la division de l'île, avec la fondation de l'entité administrative appelée "Irlande du Nord", fondée sur des bases sectaires anti-catholiques ; et d'autre part le Fianna Fail fondé par Eamonn de Valera et d'autres héros de la guerre d'indépendance, qui en 1921 s'étaient opposés à la signature du traité. Ces oppositions ont également conduit à la guerre civile, avec des deuils et des tragédies qui ont profondément marqué la vie des Irlandais, laissant un triste héritage qui a duré de nombreuses années.

    À cette époque, le Sinn Fein, après avoir été le Parti de l'indépendance unifiée, avait connu un déclin politique, cédant la place au Fine Gael et au Fianna Fail. La formation républicaine a continué à faire l'objet d'un certain consensus, principalement en Irlande du Nord, où elle a longtemps été le point de référence politique pour la minorité catholique de la province. Mais ces dernières années, le parti a également trouvé de plus en plus de consensus dans les comtés de la République, grâce à une proposition politique très attentive aux groupes sociaux les plus défavorisés, et dès février, il avait fait mouche.

    De leur côté, le Fianna Fail et le Fine Gael, tous deux battus aux élections, ont trouvé un accord sans précédent, afin de faire front commun contre le Sinn Fein. Mais pour former un gouvernement de large consensus, les résultats n'étaient pas au rendez-vous, et après d'épuisantes négociations, dans un climat social et politique paralysé par l'urgence du Coronavirus, les deux parties ont réussi à convaincre le petit groupe de parlementaires verts de voter pour le nouvel exécutif.

    Lire la suite

  • Une plateforme pour les musulmans convertis au Christ

    IMPRIMER

    Du site de France Catholique :

    Pour les musulmans convertis au Christ

    propos recueillis par Constantin de Vergennes

    19 juin 2020

    Fraîchement lancée, Mission Ismérie se veut une plate-forme regroupant plusieurs acteurs de l’évangélisation des musulmans. Rencontre avec son directeur exécutif, Marc Fromager.
    En quoi consiste Mission Ismérie ?

    Marc Fromager : Mission Ismérie est notre réponse à ce phénomène absolument nouveau des musulmans qui quittent l’islam pour le Christ, de plus en plus nombreux, partout dans le monde. Nous déployons tous types d’actions pour soutenir ce grand mouvement. D’abord, accompagner, par l’accueil des musulmans en chemin vers le Christ, le soutien spirituel et matériel, la mise en avant de leur témoignage et l’insertion dans l’Église. Ensuite, former : sensibilisation et information sur l’islam et sur les convertis (documentaires, vidéos, réseaux sociaux, interventions), formation à l’annonce de la foi (avec matériels pédagogiques pour l’apostolat), constitution de groupes missionnaires. Enfin, annoncer, avec la mise en œuvre de la mission de façon pratique par l’apostolat de rue et d’amitié, et sur Internet par l’annonce directe et indirecte.

    Combien êtes-vous et qui constitue vos équipes ?

    Mission Ismérie, ce sont des acteurs travaillant déjà ensemble depuis longtemps, et qui ont fait leurs preuves.

    Il y a les Forums Jésus le Messie qui ont organisé plus de 30 événements en 7 ans dans toute la France, faisant se rencontrer les spécialistes de l’accueil et de la mission, les convertis et le grand public.

    Mission Angélus, de son côté, compte environ 200 missionnaires bénévoles dans 15 villes depuis 5 ans, et son potentiel de développement est immense.

    Nous avons aussi avec nous le projet Nets Angels, qui accompagne une cinquantaine de bénévoles dans l’apostolat numérique, et offre de plus son contenu de formation à tous.Notre équipe peut aussi compter sur Odon Lafontaine, auteur du Grand secret de l’islam, qui apporte à notre projet une connaissance renouvelée de l’islam et de sa nature profonde, notamment par la recherche historique, et le comédien Mehdi Djaadi, lui-même ex-musulman, auteur du spectacle à succès Coming out où il relate son parcours, qui anime un réseau de convertis pour la vie fraternelle chrétienne au sein de l’Église.

    Mission Ismérie ne se résume pas à la mise en musique et au développement de ces seuls projets. Nous en portons d’autres, et l’ambition de devenir une pépinière d’initiatives pour la mission, une rampe de lancement et de financement.

    Dans quelle mesure votre démarche est-elle soutenue par l’Église ?

    Nous travaillons en relation filiale. L’évêque de Paris nous a désigné un prêtre référent ; nous y animerons bientôt une permanence d’accueil pour les musulmans en chemin. D’autres évêques ont soutenu nos projets et participé à nos événements. Nous souhaitons développer des relations avec tous les diocèses, et constituer ainsi un réseau national pour l’accueil et la mission.

    Qui était Ismérie et que révèle le fait de se placer sous son patronage ?

    Une princesse musulmane, fille du sultan d’Égypte, devenue chrétienne non par la force mais par l’intercession de la Vierge Marie, baptisée en France en 1134 (à l’origine du grand sanctuaire de Notre-Dame de Liesse). Son patronage témoigne du caractère spirituel et pacifique de notre démarche et de la vocation particulière de notre pays dans l’apostolat auprès des musulmans et l’accueil des convertis. 

  • Le Coeur Immaculé de Marie

    IMPRIMER

    De Benoît XVI (30/05/2009) via "Evangile au Quotidien" : 

    « Sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur »

          Dans le Nouveau Testament, nous voyons que la foi de Marie « attire », pour ainsi dire, le don de l'Esprit Saint — avant tout dans la conception du Fils de Dieu, mystère que l'archange Gabriel lui-même explique ainsi : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre » (Lc 1,35)… Le cœur de Marie, en parfaite harmonie avec le Fils divin, est le temple de l'Esprit de vérité (Jn 14,17), où chaque parole et chaque événement sont conservés dans la foi, dans l'espérance et dans la charité. 

          Nous pouvons ainsi être certains que le très saint cœur de Jésus, pendant toute la période de sa vie cachée à Nazareth, a toujours trouvé dans le cœur immaculé de la Mère un foyer toujours ardent de prière et d'attention constante à la voix de l'Esprit. Ce qui s’est passé aux noces de Cana (Jn 2,1s) témoigne de cette harmonie particulière entre mère et fils pour rechercher la volonté de Dieu. Dans une situation chargée de symboles de l'alliance, tel que le banquet nuptial, la Vierge Marie intercède et provoque, pour ainsi dire, un signe de grâce surabondante : le « bon vin », qui renvoie au mystère du Sang du Christ. Cela nous conduit directement au Calvaire, où Marie se tient sous la croix avec les autres femmes et avec l'apôtre Jean. La mère et le disciple recueillent spirituellement le testament de Jésus : ses dernières paroles et son dernier souffle, dans lequel il commence à diffuser l'Esprit, et ils recueillent le cri silencieux de son Sang, entièrement versé pour nous (Jn 19,25s). Marie savait d'où venait ce sang (cf Jn 2,9) : il s'était formé en elle par l'opération de l'Esprit Saint, et elle savait que cette même puissance créatrice allait ressusciter Jésus, comme il l'avait promis. 

          Ainsi, la foi de Marie a soutenu celle des disciples jusqu'à la rencontre avec le Seigneur ressuscité, et a continué à les accompagner également après son ascension au ciel, dans l'attente du « baptême dans l'Esprit Saint » (Ac 1,5)…. Voilà pourquoi Marie est, pour toutes les générations, l'image et le modèle de l'Église qui, avec l'Esprit, avance dans le temps en invoquant le retour glorieux du Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap 22,17.20).