Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 2

  • Dimanches musicaux à l’église du Saint-Sacrement à Liège : le 19 novembre à 16h00, récital Schubert avec le Trio Subito.

    IMPRIMER

    Dans le cadre de la série « Foliamusica » 2017 dédiée à la promotion des jeunes musiciens professionnels :

    FOLIAMUSICA AFFICHE DE TRIO SUBITO 2017-page-001.jpg

    Entrée 9€, gratuit pour les enfants de moins de 10 ans.

    Réservations : tel 0473 32 19 83

    le récital sera suivi d’une rencontre avec les artistes autour du verre de l’amitié

    offert  dans la salle de réception de l'église

    www.foliamusica.be

     

    JPSC

  • Le transhumanisme : tour de Babel du vingt-et-unième siècle

    IMPRIMER

    Du site "laselectiondujour.com" :

    LE TRANSHUMANISME, TOUR DE BABEL DU XXIE SIÈCLE

    « Il y a autant de transhumanismes que de transhumanistes », confie un des promoteurs du colloque « TransVision 2017 » tenu à Bruxelles ce week-end. L’occasion pour le site 01net de faire le point sur les différents courants de pensée qui animent et divisent cette idéologie en vogue.

    La pensée « transhumaniste », née en Californie dans les années soixante, vise à faire advenir par les nouvelles technologies un « homme amélioré », le Cyborg (organisme cybernétique), capable d’abolir ces trois limites de notre nature : le corps sexué, le temps et la mort. Mais vers cet objectif commun d’un « homme augmenté » jusqu’à frôler l’éternité,  les chemins divergent, rapporte 01net. En effet, les transhumanistes peinent à s’accorder sur leurs priorités, ce qui les divise en « techno-progressistes », « immortalistes », « libertariens », « singularitariens » … Par ailleurs, tous ne sont pas fans de cryogénisation, de téléchargement du cerveau, ou encore d’une expansion sans limite de l'intelligence artificielle.

    Néanmoins cette nébuleuse transhumaniste veut peser politiquement, par exemple en présentant une liste transhumaniste aux prochaines élections européennes de 2019. Et l’on aurait tort de ne pas prendre au sérieux son projet prométhéen, bien décrit par le philosophe Fabrice Hadjadj dans le dernier numéro de Famille Chrétienne (27/10/2017) : conquérir l’immortalitéau prix d’une double rupture : «l’immortel rompt avec ses pères, qui étaient mortels, et il ne laisse jamais la place à ses fils, puisqu’il n’y a plus de succession ». Le transhumanisme est donc un programme de guerre intergénérationnelle avec l’euthanasie comme arme de prédilection. Comme l’avait prédit Woody Allen, « l’éternité, c’est long, surtout vers la fin » … 

  • Le couple : un antidote à l'invididualisme

    IMPRIMER

    De Radio Vatican :

    Message du Pape sur "Amoris Laetitia": le couple est un antidote à l'invididualisme

    (RV) Le Pape François a adressé ce matin un message vidéo aux participants à un Symposium international sur l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, organisé par le Bureau pour la pastorale familiale de la conférence épiscopale italienne.

    L’occasion pour le Saint-Père, dans ce discours de sept minutes, de préciser une nouvelle fois l’orientation qu’il souhaite donner à la pastorale conjugale, deux ans après la conclusion du deuxième Synode sur la Famille. En s’appuyant sur le thème de cette rencontre, «l’Évangile de l’amour entre conscience et norme», François a précisé comment le mariage doit permettre à chacun et chacune de sortir de son individualisme, du culte de son propre ego.

    Le Pape a porté un message résolument positif, en mettant en valeur le «désir de famille» qui émerge «dans l’âme des jeunes générations»«La famille née du mariage génère des liens féconds, qui sont l’antidote le plus efficace face à l’individualisme galopant». Mais face aux difficultés inévitables de la vie des couples, l’Église doit leur apporter un soutien, en se basant sur les réalités de la vie conjugale.

    «Il est important que les époux, les parents ne soient pas laissés seuls, mais soient accompagnés dans l’engagement d’appliquer l’Évangile dans les aspects concrets de la vie.» Reste que c’est aux époux eux-mêmes de poser eux-mêmes leurs choix, leurs décisions : «Nous sommes appelés à former les consciences, et non pas à nous y substituer», a précisé le Pape, relevant toutefois un piège de la pensée dominante actuelle : «Le monde contemporain risque de confondre le primat de conscience, qui est toujours à respecter, avec l’autonomie exclusive de l’individu par rapport aux relations qu’il vit.»

    Face aux dangers de «l’égolâtrie», du «culte du moi», François s’est appuyé sur les écrits du théologien Romano Guardini, en expliquant que l’être humain ne peut se libérer de sa prison intérieure que s’il cherche un point d’ancrage qui est plus grand que son ego, mais qui vit dans son être : c’est là que se situe «Dieu vivant» en «plénitude».

    «Dans l’intime de chacun se situe un lieu où le Mystère se révèle et illumine la personne, en la rendant protagoniste de son histoire», a expliqué François. Il faut donc se rendre disponible à la grâce divine qui «remplit les amphores des cœurs humains d’une extraordinaire capacité de don, en renouvelant pour les familles d’aujourd’hui le miracle des noces de Cana.»

    (CV)

    Le message vidéo du Pape (en italien):

  • L'Université de la Vie 2018 : c'est parti !

    IMPRIMER

    Alliance VITA lance une nouvelle session de formation bioéthique sur le thème :

    Que faire du temps ? Défi bioéthique, défi d’écologie humaine

    Après avoir attiré près de 7000 personnes à chacune de ses 4 premières éditions, l’Université de la Vie d’Alliance VITA se déroulera les lundis 15, 22, 29 janvier et le 5 février, avec un tout nouveau programme, consacré à la question du temps, et plus particulièrement celle du nouveau rapport de l’Humanité au temps. 

    C’est à la fois une question personnelle qui concerne chacun dans son rapport à la technologie, au travail et à sa vie quotidienne, et un défi biopolitique : affranchir l’homme du temps est un rêve prométhéen plus que jamais d’actualité, une entorse à l’écologie humaine

    Car le temps est de plus en plus malmené, paraissant tour à tour :

    • « suspendu » pour des êtres humains congelés in vivo à l’état embryonnaire…
    • « contourné » par des multinationales qui incitent leurs collaboratrices à congeler leurs ovocytes pour prolonger la carrière…
    • « défié » par les grossesses tardives, l’insémination post-mortem, les filiations bricolées…
    • « escamoté » » quand on occulte la durée, celle du deuil, de la grossesse, de la fin de vie, de l’engagement…
    • « accéléré » par la frénésie consumériste, l’obsolescence programmée, la révolution technologique…
    • Et finalement « menacé » par le grand fantasme transhumaniste qui promet d’abolir toute limite, jusqu’à pronostiquer la mort de la mort…

    Ce cycle de formation s’articulera autour de 4 thématiques : 

    • « Vivre avec son temps », pour situer le débat dans la société post-moderne, 
    • « Etre présent » pour s’ajuster aux personnes qui souffrent,  
    • « Se donner le temps » pour adopter une posture de recul, 
    • «  Conserver, progresser » pour choisir une attitude équilibrée.

    L’édition 2018 de l’Université de la Vie donnera chaque soir la parole à de grands témoins qui interviendront tous pour la première fois : Philippe Pozzo di BorgoGaultier Bès et Marianne DuranoJean-Baptiste et Séverine-Arneld Hibon. Ils nous partageront leur propre rapport au temps et la manière dont ils tentent de vivre en harmonie avec leur temps.  

    Interviendront cette année les philosophes Martin Steffens et François-Xavier Bellamy, l’économiste Pierre-Yves Gomezplusieurs centaines de « témoins locaux », ainsi que les intervenants d’Alliance VITA : Tugdual  DervilleFrançois-Xavier PérèsCaroline RouxValérie BoulangerHenri de SoosBlanche Streb et le docteur Xavier Mirabel.

    Cette formation est ouverte à tous, dans plus de 100 villes en France et à l’étranger.

    Pour s’inscrire, rendez-vous sur le site  http://www.universitedelavie.fr/

  • Eglise du Saint-Sacrement à Liège, mardi 21 novembre 2017 de 17h00 à 20h00 : « Venite Adoremus »

    IMPRIMER

    Affiche-festival venite adoremus_2017.jpg

    Affiche-festival venite adoremus_20172.jpg

    Pour clôturer l'année liturgique, et en préparation de la célébration de la fête du Christ-Roi, les fidèles, enfants, jeunes et adultes sont invités à prier, à adorer.

    Plus d'informations : http://veniteadoremus.be/

    Le programme dans chaque diocèse : http://veniteadoremus.be/festival/programme/

    Si vous souhaitez communiquer votre programme dans le cadre du Festival Venite Adoremus, vous pouvez soit envoyer un email à info@veniteadoremus.be soit prendre contact par téléphone au +32 (0)476/70.90.12.

     JPSC

  • La révolution bergoglienne : à petites doses mais irréversible...

    IMPRIMER

    Une note de Sandro Magister parue dans « L’Espresso » n. 46 de 2017, à la page d’opinion intitulée "Settimo Cielo", traduite sur le site diakonos.be :

    La révolution de Bergoglio. A petites doses mais irréversible

    L’étoile du Pape François brille aujourd’hui plus fort que jamais sur la scène internationale depuis qu’il joue le rôle de pacificateur nucléaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.  Mais au sein de l’Eglise aussi il se trouve aux prises avec une guerre mondiale par étapes, une drôle de guerre qu’il a lui-même contribué à déchaîner, archi-convaincu qu’il pourra la mener à bien.

    Si Jorge Mario Bergoglio est indiscutablement un innovateur, il l’est bien davantage en matière de méthode qu’en matière de résultats.

    Il a toujours introduit les nouveautés à petites doses, en catimini, parfois dans une note de bas de page allusive, comme dans le cas de la désormais célèbre note 351 de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia, quitte à déclarer ensuite avec candeur, quand on l’interpelle sur le sujet au cours de l’une de ses tout aussi célèbres conférences de presse aériennes, ne même plus se souvenir de cette note.

    Et pourtant, ces quelques lignes sibyllines ont suffi à enflammer au sein de l’Eglise un conflit sans précédent dans lequel s’affrontent des conférences épiscopales entières, en Allemagne en faveur des nouveautés, en Pologne contre, et ainsi de suite dans le monde entier, diocèse contre diocèse, paroisse contre paroisse.  Ce qui se joue, ce n’est pas tant le oui ou le non à la communion des divorcés remariés mais bien la fin de l’indissolubilité du mariage et l’admission du divorce au sein de l’Eglise catholique également, comme c’est déjà le cas chez les protestants et chez les orthodoxes.

    Certains s’inquiètent de cette confusion qui envahit l’Eglise. Mais François ne fait rien pour remettre de l’ordre chez lui.  Il fonce tête baissée.  Sans se préoccuper le moins du monde des cardinaux qui lui soumettent leurs « dubia » et ceux de tant d’autres sur des questions clés de la doctrine qu’ils voient menacée et qui lui demandent de faire la clarté.  Il laisse courir les interprétations les plus disparates, aussi bien conservatrices qu’ultra-progressistes sans jamais condamner explicitement personne.

    L’important pour lui c’est de « jeter la graine pour que la force se déchaîne », et de « mélanger le levain pour que la force fasse grandir », selon les termes qu’il a lui-même utilisés dans une homélie à Sainte-Marthe il y a quelques jours. Et « si je me salis les mains, Dieu soit loué !  Malheur à ceux qui prêchent avec l’illusion de ne pas se salir les mains.  Ceux-là sont des gardiens de musée ».

    Pascal, le philosophe et l’homme de foi que François déclare vouloir béatifier, avait eu des paroles incendiaire pour les jésuites de son époque qui jetaient en pâture leurs thèses les plus audacieuses pour faire en sorte qu’elles prennent peu à peu racine et qu’elles deviennent la pensée commune.

    C’est exactement ce que fait aujourd’hui le premier pape jésuite de l’histoire : il met en route des « processus » dans lesquels il sème les nouveautés qu’il souhaite à terme voir triompher, dans les domaines les plus divers, comme par exemple concernant le jugement sur le protestantisme.

    Quand il était en Argentine, Jorge Mario Bergoglio proférait des invectives terribles contre Luther et Calvin.  Mais depuis qu’il est pape, il fait tout le contraire et n’a plus pour Luther que des éloges.  Au cours d’une visite à l’église luthérienne de Rome, quand on lui a demandé si catholiques et protestants pouvaient communier ensemble malgré que les premiers croient que le pain et le vin deviennent « réellement » corps et sang du Christ au contraire des seconds, il a répondu oui, et puis non, et puis je ne sais pas, et puis faites comme vous le sentez, s’embrouillant dans des propos contradictoires mais donnant en pratique le feu vert.

    La véritable nouveauté du pontificat de François, c’est la liquidité de son magistère. Ce qu’il ne tolère pas c’est que quelqu’un ose le fixer dans des idées claires et distinctes en le dépouillant de ce qu’il contient d’innovant.

    Quand le cardinal Gerhard L. Müller, en tant que Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, s’obstinait à dire qu’il il n’y avait rien de nouveau dans Amoris laetitia par rapport à la tradition, il l’a brutalement limogé.

    Quant au cardinal Robert Sarah, le Préfet de la Congrégation pour le culte divin, qui voudrait se réserver le contrôle total des traductions du missel latin dans les différentes langues, il l’a humilié publiquement, l’obligeant à dire à tous les évêques que le pape laisse au contraire la liberté à chaque Eglise nationale de traduire comme ils l’entendent, embryon d’une future Eglise catholique non plus monolithique mais fédérale, l’un des autres objectifs visés par le redoutable calculateur qu’est le Pape Bergoglio.

  • De la casuistique à la « miséricorde ». Vers un nouvel art de plaire ?

    IMPRIMER

    De Mgr Michel Schooyans sur le site One Peter Five via le site Dieu et moi le Nul sans Lui :

    « On pourrait penser que la casuistique est morte et enterrée, que les controverses du 17ème siècle devraient être terminées une fois pour toutes. 

    Il est rare que l’un de nos contemporains lisent encore les Provinciales ( Lettres provinciales ) et les auteurs que Pascal attaque (1623-1662) qui y sont mentionnés. Ces auteurs sont des casuistes, c'est-à-dire des moralistes qui cherchent à résoudre des questions de conscience sans succomber au rigorisme. En relisant les fameuses Lettres provinciales, nous avons été frappés par la similitude qui émerge entre un document controversé écrit au 17ème siècle et les positions défendues aujourd'hui par les pasteurs et les théologiens qui aspirent à des changements radicaux dans l’enseignement pastoral et la Doctrine de l'Église. 

    Le récent Synode sur la Famille ( octobre 2014—octobre 2015 ) a révélé une pugnacité réformatrice dont les Provinciales nous donner une meilleure compréhension aujourd'hui. Par conséquent, Pascal vient à être connu dans une lumière inattendue. 

    Le trésor de l'Église 

    Le Synode sur la Famille a révélé un malaise profond dans l'Église—une crise de croissance sans doute, mais aussi des débats récurrents sur la question des divorcés/remariés, sur les modèles pour la famille, le rôle des femmes, le contrôle des naissances, la maternité substitut, l'homosexualité et l'euthanasie. Il est futile de nous fermer les yeux : l'Église est mise au défi dans ses fondements mêmes. Ceux-ci se trouvent dans l'ensemble des Saintes Écritures, dans l'enseignement de Jésus, dans l'effusion du Saint-Esprit, dans l'annonce de l'Évangile par les Apôtres, dans une compréhension toujours plus fine de la Révélation, dans l'assentiment à la Foi par la communauté des croyants. Jésus a confié à l'Église la mission de recevoir ces vérités, en mettant en lumière leur cohérence et en les commémorant. 

    L'Église n'a pas reçu par le Seigneur soit une mission de modifier ces vérités ou une mission de réécrire le Credo. L'Église est la gardienne de ce trésor. L'Église devrait étudier ces vérités, les clarifier, faire approfondir leur compréhension par l'homme et inviter tous les hommes à y adhérer par la Foi. Il y a même des discussions — sur le mariage, par exemple — qui ont été conclues par le Seigneur lui-même. C'est précisément pour dissimuler ces vérités historiques que les descendants des Pharisiens ont nié l'historicité des Évangiles (Marc 10 :11). [ note : l’auteur fait ici référence à la phrase de Jésus : « Si un homme renvoie sa femme et en épouse une autre, il commet un adultère envers la première » ]

    L'enseignement du Seigneur a une dimension morale exigeante. Cet enseignement nous pousse certainement à une adhésion rationnelle à la Règle d'Or, sur laquelle les grands sages de l'humanité ont médité pendant des siècles. Jésus amène cette règle à sa perfection. Mais la Tradition de l'Église a ses propres préceptes de conduite parmi lesquels l'amour de Dieu et du prochain est primordial. « Faites pour les autres tout ce que vous voulez qu'ils fassent pour vous : c'est là ce qu'enseignent les livres de la loi de Moïse et des Prophètes » (Matthieu 7 :12). Ce double Commandement est la référence fondamentale pour les actions du Chrétien. Le Chrétien est appelé à s'ouvrir à l'inspiration de l'Esprit, qui est l'amour, et à répondre à cette inspiration par la Foi, qui agit par l'amour (Galates 5 : 6). Entre l'un, l'amour, et l'autre, la Foi, le lien est indissoluble. 

    Lire la suite

  • Chrétiens d’Orient : le cri d’alarme de l'archevêque de Kirkouk

    IMPRIMER

    De KTOTV.com :

    Dialogue d'une rare densité entre l'archevêque de Kirkouk en Irak et des chrétiens orientaux ou des personnes engagées au Moyen-Orient. L'échange porte autant sur les conditions de vie actuelles et les perspectives pour les Chrétiens d'Orient que le témoignage de foi pour le monde... Il est question de reconstruction, d'identité et de culture ou encore d'éducation, mais aussi du poison distillé par Daesh et les dérives islamistes qui affectent l'Irak, la Syrie, le Liban, l'Egypte ou encore la Terre Sainte. A l´occasion de son passage en France, l´archevêque chaldéen de Kirkouk (Irak), Mgr Yousif Thomas Mirkis, vient sur le plateau de KTO pour rendre compte sans langue de buis des dernières nouvelles, les craintes et les espérances de ces milliers de chrétiens qui jusqu´à présent ont fait le choix de rester dans leur pays. Pour réagir : sanslanguedebuis@ktotv.com

    Lu sur le site "pelerin.com" :

    Chrétiens d’Orient : le cri d’alarme de Mgr Mirkis 

    Alors que l’Irak est en proie au chaos, après le retrait de Daesh, Mgr Mirkis, archevêque de Kirkouk, a lancé un appel à l’aide, pour permettre aux chrétiens de rester dans leur pays et construire l’avenir.

    Rester ou partir ? Comment reconstruire l’Irak, et penser l’après-Daesh ? Quelles relations construire avec les musulmans ? Voilà les questions, lourdes d’enjeux pour l’avenir du pays, auxquelles sont confrontés les chrétiens d’Irak. Ce mercredi 7 novembre, Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk, au Nord du pays, s’est fait leur porte-parole, devant les évêques de France, réunis en Assemblée plénière à Lourdes.

    Avec une lucidité implacable, il a exposé la situation géopolitique en Irak, en proie au chaos. Alors que Daesh a perdu ses derniers bastions, la menace terroriste « reste omniprésente et multiforme. »

    Certains villages sont en ruines, et les opérations de déminage sont nécessaires avant d’envisager le retour des habitants : « Tout est miné, même les poupées et les frigos » a lâché Mgr Mirkis. La rivalité entre Kurdes et Arabes a par ailleurs resurgi avec violence. Le 25 septembre, le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien a créé « une escalade entre le gouvernement irakien fédéral et le gouvernement régional kurde », a souligné Mgr Mirkis. « Une guerre a été évitée de justesse. Elle aurait été désastreuse, pour des minorités qui auraient payé le prix le plus élevé. »

    Pour les chrétiens, l’avenir est incertain. « Quelle sera la suite ? Nul ne le sait, à exposé l’archevêque chaldéen. Les chrétiens, les Yézidis et les autres pourront-ils revenir chez eux ? Tous ces gens ont perdu la paix avec leurs voisins, mais surtout, leur mémoire est accablée par les drames vécus par un grand nombre de victimes. » Pour lui, Daesh n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le monde musulman est profondément malade de l’islamisme politique, « peut-être la crise la plus sérieuse de son histoire. »

    « Pendant des décennies, un discours de haine et de refus des autres a été diffusé, a-t-il dénoncé. Dans certains pays, ces discours tiennent le haut du pavé sur les chaines de télévision, dans les mosquées et sur Internet. »

    C’est dans ce contexte qu’il est venu plaider la cause des chrétiens d’Orient. « Une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde est en train de disparaître sous nos yeux, dans l’indifférence ambiante », a-t-il alerté, devant les évêques. Les chaldéens, qui étaient 1, 2 millions il y a quelques années en Irak, ne seraient plus que 450 000 aujourd’hui.

    Plutôt que d’émigrer vers les pays occidentaux, Mgr Mirkis les exhorte à rester en Irak où sont leurs racines. « L’immigré devra déployer d’énormes efforts pour s’intégrer dans un pays et une culture où il est arrivé meurtri, a-t-il mis en garde. En revanche, même si en Orient nous restons des minorités, nous y sommes chez nous. » Les chrétiens ont, selon lui, un rôle déterminant à jouer pour promouvoir la coexistence entre communautés.

    Pour reconstruire le pays, il mise sur la jeunesse. Notamment grâce aux dons des catholiques de France, il a mis en place un programme pour permettre aux étudiants qui ont fui Mossoul et la plaine de Ninive de poursuivre leurs études à Kirkouk. 400 étudiants en ont bénéficié en 2015, et 700 en 2016. « Nous avons besoin cette année de votre aide, a-t-il insisté auprès des évêques. Ces étudiants souhaitent rester et contribuer à la reconstruction de leur pays. »

    Le témoignage de ces jeunes musulmans, chrétiens et yézidis qui vivent, mangent, et étudient sous le même toit est pour lui une vraie source d’espérance. « Cette génération va sauver l’Irak. »

  • Traductions liturgiques : le cardinal Muller ne partage pas le point de vue du pape

    IMPRIMER

    Du Catholic Herald :

    Cardinal Müller: bishops’ conferences cannot have the final word on translations

    by 

    The cardinal said bishops often use translators who 'water down' liturgical texts

    Cardinal Gerhard Müller has said the Vatican must have the ultimate authority over translations of liturgical texts, or else the unity of the Church could be “destroyed”.

    In an interview with Passauer Neue Presse, the former prefect of the Congregation for the Doctrine of the Faith expressed reservations about Pope Francis’s motu proprio Magnum Principium, which gives greater powers to bishops’ conferences over translations.

    “The ultimate authority in the case of doubt cannot lie with the Episcopal Conferences, which would destroy the unity of the Catholic Church in faith, confession and prayer,” the cardinal said.

    He explained that he has “often experienced that the translators used by the bishops have watered down the biblical and liturgical texts on the pretext of better comprehension”.

    Since the introduction of Mass in the vernacular after the Second Vatican Council, bishops and theologians have argued over how faithful to the original Latin the new translations should be.

    One ongoing controversy is over how to translate “pro multis” in the words of Consecration. The phrase literally translates as “for many” but some translators reinterpreted the words as “for all”.

    Last week, however, Pope Francis appeared to come down on the side of the more traditional translation, saying: “The ‘many’ who will rise for eternal life are to be understood as the ‘many’ for whom the blood of Christ was shed.”

    Francis added that “for many” better expresses the idea that people have a choice to make in this life – whether to be for God or against Him.

    Cardinal Müller’s words come just days after he weighed into the row on Communion for divorced and remarried Catholics, clarifying comments he made in a foreword to a book on the subject.

    “The purpose of my intervention was only to state that the one way to interpret Amoris Laetitia is in continuity with the Word of God in the Bible, the previous Magisterium, and with the Tradition of the great Councils of Florence, Trent and Vatican II,” he said.

  • «Frères et sœurs, bonsoir !» : un décryptage de la communication du pape

    IMPRIMER

    De Radio Vatican :

    Mgr Vigano décrypte la communication du Pape dans un livre

    (RV) En ce 7 novembre 2017 à Paris, a eu lieu la présentation du livre de Mgr Dario Edoardo Viganò, préfet du Secrétariat pour la communication du Saint-Siège. Intitulé «Frères et sœurs, bonsoir !», et paru aux éditions Bayard le 18 octobre, l’ouvrage ausculte la stratégie de communication profondément renouvelée du Pape François.

    Entre les appels téléphoniques improvisés, les visites surprises, les changements d’agendas ou les discours modifiés à la dernière minute, la communication de François étonne et détonne. Au fil des pages truffées d'anecdotes, Mgr Viganò développe la maîtrise par le Saint-Père des différents codes linguistiques et culturels. Son usage des métaphores et la souplesse symbolique de sa parole sont autant d’éléments qui permettent de mieux cerner ses «performances publiques».

    On y apprend également que le Pape François ne consulte pas les médias, ni ne regarde la télévision. Ce qui ne l’empêche aucunement d’adopter une communication agile qui parvient à toucher le plus grand nombre.

  • Le pape Jean-Paul Ier en chemin vers la béatification

    IMPRIMER

    De Radio Vatican :

    Jean-Paul 1er en chemin vers la béatification

    (RV) Le Pape François a autorisé, ce mercredi 8 novembre, la promulgation de plusieurs décrets par la Congrégation pour les Causes des Saints. L’un d’entre eux reconnaît les vertus héroïques de Jean-Paul 1er, qui pourrait donc être béatifié si un miracle lié à son intercession est identifié, comme ce fut le cas pour ses prédécesseur et successeur, Paul VI et Jean-Paul II.

    Le règne de Jean-Paul 1er fut le plus cours de l’histoire récente de la papauté. Albino Luciani, alors Patriarche de Venise, fut élu au Siège de Pierre le 26 août 1978, prenant la suite de Paul VI décédé quelques semaines plus tôt. Le 28 septembre 1978, le peuple de Rome et le monde prenaient connaissance avec stupéfaction du décès du nouveau Pape, à seulement 66 ans. Ainsi prenait fin un pontificat de seulement 33 jours.

    Si les circonstances de sa mort brutale, en fait liée à des problèmes cardiaques dont il souffrait depuis longtemps, ont alimenté bien des spéculations, Jean-Paul 1er est aussi resté dans le cœur de nombreux fidèles pour sa bonté, son sourire, son refus des lourdeurs protocolaires. Dans son épiscopat, à Venise notamment, puis dans son pontificat, il aimait particulièrement entrer en dialogue avec les enfants, avec une spontanéité qui n’est pas sans rappeler celle du Pape actuel. Son éventuelle future béatification par François serait donc aussi une marque de filiation spirituelle entre ces deux Papes atypiques. D'ores et déjà, en attendant la suite de la procédure, Jean-Paul 1er prend le titre de "Vénérable".

    Parmi les autres décrets signés hier par le Pape figurent aussi deux reconnaissances de martyres vécus par un prêtre hongrois, Jean Brenner, victime du régime communiste en 1957, et une religieuse italienne, Leonella Sgorbati, assassinée en Somalie en septembre 2006. Sont également reconnues les vertus héroïques de qautre serviteurs de Dieu: le jésuite vénézuélien Tommaso Morales Pérez (1908-1994), le franciscain italien Gregorio Fioravanti (1822-1894), le laïc du tiers-ordre franciscain Marcellino da Capradosso (1873-1909), et la fondatrice de l’Institut des sœurs pauvres, Teresa Fardella (1867-1957).

    Enfin, concernant un dossier plus ancien remontant au Moyen-Âge, Bernard II de Bade (vers 1428-1458), béatifié en 1769, pourrait être prochainement canonisé, le Pape ayant reconnu ses vertus héroïques. Cet aristocrate allemand impliqué dans les croisades était un homme connu pour sa grande attention aux plus pauvres.

  • L'histoire du communisme ou le règne du mensonge

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy, rédacteur en chef de La Nef (via Liberté Politique) :

    Le règne du mensonge, histoire du communisme

    Une belle analyse du rédacteur en chef de la NEF, Christophe Geffroy, sur 100 ans de drames communistes.

    Le 7 novembre 1917 (le 25 octobre dans le calendrier julien), Lénine et les bolcheviques s’emparaient du pouvoir en Russie par un coup d’État. Ils allaient instaurer le communisme, régime le plus criminel de l’histoire qui, hélas ! allait s’étendre à bien d’autres pays. Bilan ? Au moins cent millions de morts selon Le livre noir du communisme, dirigé par Stéphane Courtois. Et ce n’est qu’un bilan provisoire, puisque le communisme continue de sévir et de tuer en Chine, en Corée du Nord, à Cuba…

    Pourtant, malgré l’horreur indescriptible dont le communisme est responsable – en termes d’assassinats, de tortures les plus abjectes, de volonté d’humilier et d’avilir la personne humaine, de déportations et de crimes de masse, de camps de concentration et de génocides, en Ukraine, en Chine ou au Cambodge, où le quart de la population a été éliminé en trois ans et demi (1) –, il continue de bénéficier d’une image qui est très loin d’être aussi négative que celle du nazisme. La simple comparaison entre les deux totalitarismes les plus sanglants du XXe siècle demeure un tabou, on l’a bien vu à l’occasion des débats qui ont suivi la publication du Livre noir du communisme en 1997. Cette comparaison, pourtant parfaitement légitime tant les points communs sont nombreux, s’impose à tout esprit non aveuglé par l’idéologie ou la propagande.

    BON LÉNINE ET MÉCHANT STALINE ?

    Mais, en France, où l’on aime bien la révolution, on demeure largement prisonnier du mythe du bon Lénine et du méchant Staline qui aurait fait dévier le communisme, ainsi disculpé de ses monstruosités ! Il faut lire la passionnante biographie de Lénine que Stéphane Courtois vient de publier (2). Elle montre sans l’ombre d’un doute combien Lénine est, comme son titre l’indique, « l’inventeur du totalitarisme » : c’est lui qui a théorisé la guerre civile afin de pouvoir instaurer une terreur de masse qu’il a lui-même déclenchée ; c’est lui qui a créé la Tchéka, de sinistre mémoire, dès le 20 décembre 1917 en plaçant à sa tête l’ignoble Dzerjinski dont la mémoire retiendra l’invraisemblable sadisme dont il fit preuve pour exterminer les « ennemis » du régime, non sans en avoir auparavant torturé beaucoup dans les sous-sols de la Loubianka.

    Stéphane Courtois montre aussi la filiation entre la Terreur de Robespierre et le communisme de Lénine, grand admirateur du révolutionnaire français qui pose les bases des futurs totalitarismes. Lénine, néanmoins, le surpassera en le complétant sur au moins deux points essentiels : en faisant d’une idéologie parfaitement structurée – le marxisme-léninisme – le pilier du système totalitaire ; en s’appuyant sur un parti unique révolutionnaire entièrement à sa botte et exerçant un contrôle absolu sur l’ensemble de la société.

    UNE COMPLAISANCE COUPABLE

    Le tableau du communisme, où qu’il ait sévi, est effrayant, il n’a semé que misère, divisions, larmes, souffrances sans nom. Il n’y a pas de bon communisme, car il est « intrinsèquement pervers » ainsi que l’avait bien diagnostiqué le pape Pie XI en 1937 dans Divini Redemptoris.Comment expliquer, alors, qu’il existe toujours en France un « parti communiste » qui ne soulève guère de réprobation, avec lequel on peut s’allier sans soulever d’opposition ou que des publications importantes comme L’Express ou Le Monde publient, à l’occasion du centenaire de 1917, des hors-série à la gloire de Lénine ?

    Cela ne s’explique que par un aveuglement volontaire et une complaisance coupable de la gauche qui refuse aujourd’hui encore de voir la réalité en face. Cette attitude remonte aux origines du communisme soviétique, la victoire de l’URSS aux côtés des Alliés contre l’Allemagne nazie n’ayant fait que la renforcer. Bien que le PCF ne soit entré en résistance qu’après juin 1941 (quand Hitler donne l’ordre d’envahir la Russie en rompant le pacte de 1939), il a réussi, à la libération du territoire, à imposer l’ostracisme de la droite de conviction au prétexte qu’elle porterait seule le stigmate indélébile de son soutien à Vichy et à la collaboration. Plus de 70 ans après, ce schéma simpliste et faux continue de jouer, les débats politiques se ramenant toujours, à un moment ou à un autre, aux « heures les plus sombres de notre histoire ». Pour ne prendre qu’un exemple, Nicolas Dupont-Aignan a été qualifié de « Laval de l’Essonne » en raison de son soutien à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle !

    Soljénitsyne a montré que le communisme se caractérisait par-dessus tout par le règne du mensonge. Un siècle après la révolution de 1917, n’est-il pas temps d’en sortir ? Définitivement !

    Christophe Geffroy

    Rédacteur en chef de la NEF

    (1) Pour avoir une vue panoramique de ces horreurs, il faut lire l’essai de Bernard Antony, Le communisme 1917-2017, Godefroy de Bouillon, 2017 (cf. la recension de cet ouvrage en page 38 de ce numéro).

    (2) Stéphane Courtois, Lénine, l’inventeur du totalitarisme, Perrin, 2017, 502 pages, 25 €.