Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 3

  • Les silences du pape François

    IMPRIMER

    Une interview  de l’abbé Claude Barthe, théologien et analyste de la vie de l’Eglise, réalisée le 21 juin par Philippe Maxence pour le bi-mensuel « L’Homme nouveau » :

    « Mardi 20 juin a été rendue publique la lettre que les quatre cardinaux, auteurs des dubia adressées au Pape François à propos de l'interprétation d'Amoris laetitia, ont envoyée au Souverain Pontife au mois d'avril dernier pour lui demander une audience. Dans les deux cas, les cardinaux n'ont reçu aucun réponse. Rappelons que les dubia répondent à une procédure habituelle dans l'Église, prenant la forme de questions écrites de façon très précises afin de conduire à une réponse sans équivoque. Elles sont adressées par des inférieurs auprès de l'autorité légitime et constituent, de soi, une reconnaissance, non seulement de cette autorité et de sa légitimité, mais aussi du fait qu'elle seule peut apporter les éclaircissements demandés. N'ayant pas obtenu de réponses à ces dubia, les cardinaux ont donc demandé une audience. L'absence de réponse les a conduits à rendre publique cette demande d'audience. C'est ce qui permet au quotidien La Croix de parler étrangement de « cardinaux frondeurs ». Après l'interprétation qu'a donnée de cette démarche le philosophe moraliste Thibaud Collin, nous avons demandé à l'abbé Claude Barthe, spécialiste des questions touchant à l'Église en général et au Vatican en particulier, de décrypter pour nous cet événement.

    Le fait que la lettre au Pape des cardinaux Caffarra, Burke, Meisner, Brandmüller, pour lui demander audience soit restée sans réponse, provoque des réactions indignées partout dans le monde, spécialement en Italie et en France. Comment analysez-vous cet événement ?

    Il y a deux aspects, que relèvent d’ailleurs les vaticanistes italiens. D’une part, le silence du pape, qui ne répond pas aux cardinaux qui l’ont interrogé au sujet de la rupture magistérielle du chapitre 8 d’Amoris lætitia, et qui ne répond pas aujourd’hui à leur demande d’audience, est un silence assourdissant. D’autre part, les cardinaux (ceux qui apparaissent dans cette démarche et ceux qui les soutiennent) ont choisi de rendre publiques leurs interventions : ce qui laisse penser qu’il y aura une suite dans la ligne de la « correction fraternelle », respectueuse mais ferme, sur laquelle ils se sont ainsi placés.

    C’est là une situation toute nouvelle ?

    Une situation nouvelle pour eux, c’est vrai, mais pour bien d’autres c’est une vieille histoire. Certains aspects ecclésiologiques du concile Vatican II avaient provoqué une grande commotion dans l’Église, avec beaucoup de réactions de « non-réception ». En revanche, la morale conjugale, qui semblait devoir être entraînée dans le même tourbillon, est restée quant à elle solide : Humanæ vitæ, de Paul VI, en premier lieu, et tout le corpus d’enseignement moral qui a été élaboré comme une sorte de suite de l’encyclique, et aussi comme une suite de l’enseignement de Pie XII, l’instruction Donum vitæ, les encycliques Evangelium vitæ, Veritatis splendor, l’exhortation Familaris consortio, les parties morales du Catéchisme de l’Église catholique. Il faut noter que le cardinal Caffarra, qui assume aujourd’hui une position de pointe, a été, comme Président de l’Institut Pontifical Jean-Paul II d’Études sur le Mariage et la Famille, à l’Université du Latran, l’un des grands artisans de cet enseignement dit « de restauration ». Mais voilà qu’aujourd’hui cette digue morale cède elle aussi avec Amoris lætitia. Les défenseurs du magistère moral antérieur se trouvent dès lors exactement dans la situation qui fut celle des défenseurs du magistère ecclésiologique antérieur : on ne leur répond pas. Sauf que les questionneurs d’aujourd’hui sont cardinaux de la Sainte Église romaine.

    Lire la suite

  • Qui se ressemble s’assemble ?

    IMPRIMER

    La Grande Loge Régulière de Belgique implante une loge maçonnique à Louvain-la-Neuve … et célèbre trois siècles d’existence de la franc-maçonnerie traditionnelle et universelle. Voici son communiqué :

    grande loge à lln.jpg

    "Le samedi 24 juin 2017, la franc-maçonnerie traditionnelle belge s’implantera officiellement et pour la toute première fois à Louvain-la-Neuve. La loge « Athéna » y verra en effet le jour, sous l'égide de la Grande Loge Régulière de Belgique (GLRB). Elle sera consacrée solennellement par son Grand Maître, à l’occasion des célébrations marquant le Tricentenaire de la fondation officielle de l'Ordre. 

    La création de la loge « Athéna » intervient trois siècles précisément après la fondation de la Première Grande Loge - la Grande Loge de Londres et de Westminster - à Londres, le 24 juin 1717. Ce moment est considéré comme le début officiel de la franc-maçonnerie organisée. Il s’agit donc là d’un événement d’une portée symbolique toute particulière.

    Il n’y avait pas jusqu’ici de loge à Louvain-la-Neuve. L’implantation de la GLRB dans cette ville à vocation universitaire revêt donc une portée tout aussi symbolique. Tout en respectant son devoir de discrétion, la loge « Athéna » fera en effet preuve dans ses activités (conférences, Portes Ouvertes, …) d’une volonté de visibilité et de dialogue avec un public non-maçon, contemporain et jeune, avec lequel elle partagera tout naturellement l’orientation vers l’avenir, la volonté de progrès, un principe d'universalité et un ensemble de valeurs spirituelles et intemporelles. Ce faisant, la GLRB emboîtera le pas aux "University Schemes" mis en place par les frères Anglais dès la seconde moitié du 18è siècle en Angleterre, où la première loge universitaire fut créée sur le campus de l’Université d’Oxford et où elle est aujourd’hui encore active et prospère. 

    Si elle est la moins nombreuse des principales obédiences -ou organisations de francs-maçons- de Belgique, la GLRB représente seule la franc-maçonnerie traditionnelle et universelle - c’est à dire fidèle aux valeurs de base - telle qu’elle est pratiquée par 90% de l’ensemble des frères dans le monde. Ainsi, c’est l’unique obédience belge reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre, la seule également invitée pour sa commémoration historique à Londres le 31 octobre 2017.

    Lire la suite

  • Un résistant italien, victime du nazisme, reconnu comme martyr et en voie de béatification

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Teresio Olivelli, Italien laïc, résistant et martyr du nazisme

    Décret de la Congrégation pour les causes des saints

    Le pape François a autorisé la publication d’un décret reconnaissant le martyre du vénérable Teresio Olivelli (1916 – 1945), laïc italien tué en haine de la foi le 17 janvier 1945, au camp nazi de Hersbruck (Allemagne). Cette reconnaissance ouvre la voie à sa béatification.

    Soldat, résistant au fascisme et au nazisme, fondateur d’un journal clandestin à Milan, Teresio Olivelli fut déporté en 1944. Il mourut à 29 ans des suites des coups mortels reçus d’un kapo pour avoir cherché à servir de bouclier par son corps à un jeune prisonnier ukrainien qui était brutalement tabassé.

    Dans le camp de concentration, Teresio Olivelli est aussi connu pour avoir assisté jusqu’au dernier moment un autre martyr catholique, béatifié en 2013 : Odoardo Focherini, Italien, père de famille, journaliste.

    Teresio Olivelli était aussi membre de l’Action catholique italienne. En recevant les membres du mouvement au Vatican en avril dernier, le pape François avait salué sa mémoire parmi « les grands témoins de sainteté qui ont tracé la route de votre association ». « Action Catholique, avait-il ajouté, vis à la hauteur de ton histoire ! Vis à la hauteur de ces femmes et de ces hommes qui vous ont précédés ».

    Son procès de béatification a été ouvert en 1988 et l’héroïcité de ses vertus a été reconnue en décembre 2015. Avec la reconnaissance de son martyre, aucun autre miracle n’est requis pour la béatification. En revanche pour la canonisation, il faudra un miracle attribué à son intercession.

  • Un archevêque lituanien victime des persécutions soviétiques bientôt béatifié

    IMPRIMER
    De Sylvain Dorient sur aleteia.org :

    Du goulag à l’empoisonnement : Mgr Matulionis va être béatifié

    Le 16 décembre 2016, le pape François a déclaré le lituanien Mgr Teofilius Matulionis « martyr de la foi », ouvrant ainsi la voie à sa béatification. L’archevêque avait été empoisonné en 1962 par la police secrète soviétique, à l’âge de 89 ans. Il sera le premier martyr de l’ère communiste à être béatifié.

    Cette fin brutale est la conclusion d’une vie ponctuée de persécutions. Dès 1909, neuf ans après son ordination, il est condamné pour avoir baptisé un enfant dont un parent était orthodoxe et l’autre catholique. Il est alors reclus dans un couvent dominicain, à la demande du gouvernement tsariste. À cette époque, les pays baltes — à majorité catholique — appartiennent à l’Empire russe et l’Église catholique, considérée comme un facteur de sédition, était placée sous étroite surveillance.

    Lire la suite sur aleteia.org

     

  • Macron, un émule du pape François ?

    IMPRIMER

    Le porte-parole de l'Eglise catholique dans le canton de Vaud trouve le nouveau président français fort à son goût et n'hésite pas à voir en lui un émule du pape François :

    La spiritualité de Macron désarçonne les catholiques

    L'invité Jean-Brice Willemin, porte-parole de l’Eglise catholique dans le canton de Vaud, zoome sur la face profonde du président français.

    Emmanuel Macron inspire de la défiance dans les milieux catholiques de France. C’est d’abord la droite identitaire hostile au mariage pour tous et à la procréation médicament assistée (PMA) pour tous les couples. Elle représente les deux tiers des catholiques pratiquants ou proches de l’Eglise. Beaucoup d’entre eux supportent mal que le président français considère les petits-enfants de son épouse comme les siens!

    C’est aussi le courant chrétien social solidaire des personnes fragiles qui est inquiet par son programme économique d’essence libérale. Cet ancien banquier de chez Rothschild ne leur apparaît pas assez social et solidaire.

    Bref, comme en politique, être au centre en religion, entre les progressistes et la droite identitaire catholique, c’est suspect pour une majorité de chrétiens.

    Pourtant, jusqu’à présent, Emmanuel Macron est apparu plus proche des chrétiens sociaux que des catholiques conservateurs. Lorsqu’il visitait un centre d’hébergement parisien du Secours catholique – Caritas en Suisse – il a confié qu’être chrétien, c’est défendre les droits des plus pauvres, et non pas se battre pour retirer des droits à des hommes et des femmes homosexuels.

    Et la hiérarchie de l’Eglise? Elle aussi, ne cache pas sa méfiance. Une grande majorité des évêques français n’ont pas donné de mot d’ordre contre le Front national. Le pape François est lui aussi resté neutre, relate l’hebdomadaire catholique La Vie. Du favori, il a dit «je ne sais pas d’où il vient»; et de sa rivale? Il l’a situé en représentante de «la droite forte».

    Cette distance du pape envers Macron étonne les sociologues de la cathosphère française (!!!). Le président français n’a jamais renié sa foi, lui qui a été baptisé catholique à l’âge de 12 ans de sa propre initiative. Et comme le pape, il a été formé à la discipline jésuite. De celle-ci, il a puisé une spiritualité qui valorise une relation à Dieu plus intérieure qu’institutionnelle. (si on vous le dit !)

    Lire la suite

  • Quand le diagnostic prénatal s'avère anxiogène pour les femmes

    IMPRIMER

    De genethique.org :

    LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL SOURCE D’ANGOISSE POUR LES FEMMES

    Largement encouragé en France, le diagnostic prénatal est un parcours souvent mal compris par les femmes et qui peut s’avérer très anxiogène. 

    De 2010 à 2016, le CIANE, Collectif interassociatif autour de la naissance, a mené une enquête qualitative sur la façon dont les femmes abordaient le diagnostic prénatal. Des résultats intermédiaires, l’enquête n’est pas close, ont été présentés lors des deux journées de réflexion organisées les 8 et 9 juin dernier autour du thème du DPN à l’Ecole de hautes études en sciences sociales. Ils ont été enrichis des propos d’autres intervenants de ces journées.

    1566 femmes ont répondu au long questionnaire, toujours disponible sur le site du Ciane, qui note que, concernant le diagnostic prénatal, les femmes ont plus de difficultés à en parler.

    Qui sont les femmes interrogées ?

    Parmi celles qui ont répondu, 64% d’entre elles étaient assez éduquées. Elles avaient en moyenne 1,6 enfant, dont 46% avec seulement un enfant. Leur âge moyen est de 30 ans. De ces quelques chiffres, il est possible de déduire que la population n’est pas représentative de la moyenne nationale. Ce qui souligne la complexité de l’enjeu.

    7% des femmes qui ont répondu, étaient enceinte des suites d’une PMA (la moyenne nationale est de 3%) ; 37% d’entre elles avaient dû faire face à au moins une grossesse non aboutie. Elles étaient 20% à avoir fait une amniocentèse (la moyenne nationale est de 5%). 9% avaient des antécédents familiaux pathologiques et 9% des antécédents de pathologies fœtales. 2% de ces femmes cumulaient les 2 pathologies.

    Les femmes jugent l’information reçue à l’occasion du DPN

    Elles étaient 89% à savoir qu’elles pouvaient avoir recours à un test de dépistage. 70% d’entre elles ont reçu une information orale et 24% une information orale et écrite, le plus souvent présentée par le professionnel de santé qui les suivait (90%). Pour 1/3 d’entre elles, cette information n’était pas tout à fait claire. Elles ont jugé que les informations transmises par les sages-femmes étaient plus claires que celles données par des gynécologues-obstétriciens. 24% des femmes ont estimé que l’information reçue ne leur a pas permis de bien comprendre en quoi consistait les tests et leurs implications.

    Lire la suite

  • Un séminariste de la feue Fraternité des Saints Apôtres sera ordonné à Malines le 2 juillet prochain

    IMPRIMER

    Ordination sacerdotale de Servaas Bosch le 2/7/17 – faire part (source)

    C’est une très grande joie d’apprendre l’ordination de Servaas Bosch le 2 juillet 2017 à Malines. 

    Les paroissiens de Sainte Catherine seront nombreux pour entourer Servaas à cette occasion. 

    Comme les autres séminaristes de feu la Fraternité des Saints Apôtres, nous l’avons souvent vu dans notre paroisse, nottament pour l’homélie dominicale. 

    Site internet pour les détails : http://wijdingservaas.weebly.com/

  • Faut-il réformer la législation sur les fabriques d'églises à partir d'une logique de radicalisation ?

    IMPRIMER

    De l'abbé Raphaël Collinet, vicaire épiscopal à Liège :

    Sans titre.jpg

    Lire la suite en accédant au pdf

  • A Liège : l’église du Saint-Sacrement a célébré sa fête emblématique dans le cadre des manifestations de la Fête-Dieu 2017

    IMPRIMER

    Quatre jours durant (du 15 au 18 juin 2017) l’Eglise de Liège commémorait cette année le septième centenaire de la constitution (1317) par laquelle le pape Jean XXII inscrivit définitivement dans le droit général de l’Eglise  la Fête-Dieu, cette fête d’origine liégeoise impulsée dès 1246 par Julienne de Cornillon (Retinne, 1192-Fosses la Ville 1258) et Eve de Saint-Martin († en 1266). 

    Dans la soirée du jeudi 15 juin, à l’issue de la messe inaugurale à la collégiale Saint-Martin une procession rejoignit la cathédrale pour une adoration nocturne, que d’autres suivirent les jours suivants,  ponctuées aussi d’initiatives diverses telles que des conférences, un grand rassemblement au carmel de Cornillon ou une découverte pédestre de la vallée de la Julienne, ce ruisseau champêtre qui rappelle le nom et les origines de la  sainte Liégeoise.

    Un succès de foule

    P6254073 (800x600) - Copie.jpg

    C’est dans ce contexte que, le samedi 17 juin à 18h00, l'évêque de Liège, Mgr Jean-Pierre Delville, a célébré une messe solennelle selon la forme extraordinaire du rite romain dans l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy : un beau succès de foule qui rassembla 350 personnes, soit le maximum que puisse accueillir ce sanctuaire.

    La petite exposition d’art sacré  illustrant le culte de Julienne de Cornillon et surtout la vénération de la relique de la sainte exposée après la messe se partagèrent les faveurs du public avec une réception conviviale où l’évêque s’attarda pour saluer tous et chacun.

    Une célébration de qualité

    received_10212299210742960.jpeg

    received_10212299218143145.jpeg

    received_10212299196782611.jpeg

    Remarquable, cette célébration le fut aussi par la qualité chorale de la messe. Deux groupes de chanteurs exceptionnels ont prêté leur concours à cette célébration :

    Lire la suite

  • Le Comité de Soutien aux Chrétiens d’Orient de retour d'Irak

    IMPRIMER

    CHRÉTIENS D’ORIENT : DE RETOUR D’IRAK (source)

    Le Comité de Soutien aux Chrétiens d’Orient – CSCO – est rentré fin mai de son voyage au Kurdistan Irakien et en Irak.

    En plus d’avoir passé du temps avec des personnes et représentants de nombreuses communautés chrétiennes, ses membres ont pu dialoguer avec des membres de toutes la mosaïque communautaire d’Irak : Kurdes, Yézidis, Sunnites arabes, Chiites….

    La situation précaire des chrétiens s’améliore lentement au fur et à mesure du recul de l’État Islamique ; la majorité des villes et villages chrétiens d’Irak ont été libérés dans l’année écoulée.

    Les villes de Batnaya et Qaraqosh ont été totalement détruites par Daech et sont pratiquement devenues des villes fantômes. D’autres villes comme Telesskeff, moins endommagés, sont en voie d’être réhabitées – 500 familles se sont déjà réinstallées.  La reconstruction commence à s’organiser mais elle est encore quasiment exclusivement le fait d’associations chrétiennes internationales.

    Les chrétiens rencontrés nous demandent de transmettre le message suivant :

    • Les nombreux chrétiens déplacés souhaitent regagner leur territoire mais tant que les accès à l’électricité et l’eau ne seront pas rétablis le retour sera difficile ;
    • Le gouvernement doit prendre ses responsabilités. Les chrétiens sont des citoyens et des contribuables comme les autres. Ils ont le droit aux mêmes infrastructures étatiques. Des fonds internationaux ont été débloqués pour la reconstruction de l’Irak et ceux-ci ne sont, à ce jour, pas du tout investis dans les régions chrétiennes.

    Lors de son voyage, le CSCO s’est aussi inquiété des autres minorités de la région, avec lesquelles les chrétiens essayent de vivre en paix et dans la convivialité depuis deux millénaires :

    • Les Kurdes : qui ont joué un rôle militaire capital dans le combat contre Daech. Ils ont aussi accueilli avec hospitalité les minorités chassées par Daech. Cet accueil, les Chrétiens leur en sont très reconnaissants. Nous espérons, au sein du CSCO, que cette confiance et respect mutuel perdurera et sera la base du ciment de paix dans la région.
    • Les Yézidis : représente la communauté la plus éprouvée depuis la présence de l’islamisme fanatique de Daech dans la région. Considérés comme satanique par la doctrine djihadiste, des milliers de femmes Yézidies ont été capturée et réduites en esclaves sexuelles par les combattants de Daech.

    La relation pacifique et solidaire entre les Chrétiens et les Yézidis trouve une synergie particulière dans le projet de la « maison de la femme irakienne », soutenu par le CSCO. Cette maison pour femmes à Alqosh aura pour but d’aider, éduquer, libérer les femmes traumatisées par la guerre en suivant cette conviction profonde : “Le bien-être d’une société passe par le bien-être et l’émancipation des femmes”.

    • Les Arabes Sunnites ont également beaucoup souffert de cette guerre. Depuis la chute de Saddam Hussein, les arabe Sunnites ont le sentiment d’avoir été victimes d’injustice. Nombreux d’entre eux ont soutenu Daech dans un espoir d’amélioration de leur quotidien. Mais, la dictature sanglante sous laquelle ils ont vécu dans l’État Islamique, a été « une douche froide ».

    Aujourd’hui, la paix ne peut venir que du développement économique et de l’éducation. Le gouvernement irakien doit soutenir toutes les communautés de façon égale, sinon la paix sera toujours menacée.

    LES PROJETS DÉJÀ SOUTENUS PAR LE CSCO EN IRAK ET EN SYRIE

    Le CSCO soutient un dispensaire à Alqosh (Irak), un dispensaire à Quamishli (Syrie), une école à Hassaké (Syrie) ainsi qu’un dispensaire à Telesskeff (Irak). Ces projets sont tous ouverts à toutes les communautés, cette région a besoin de « ponts » entre les communautés religieuses et non de « murs ». Si les communautés chrétiennes apportent aux autres les soins de santé et éducation, elles seront d’autant plus considérées comme une « force positive » pour la région.

    VIDÉOS

    Le père Charbel Eid (maronite, Bois-Seigneur-Isaac) nous parle d’un nouveau projet consacré aux femmes irakiennes

    Un chrétien d’Alqosh nous parle de l’histoire de la région et de son quotidien


    Voir aussi
    : Irak, les chrétiens se relèvent difficilement. Interview de Mgr Petros Mouche, sur Cathobel.

    Pour le CSCO
    Père Charbel Eid

    Marie Thibaut de Maisière

    Pour plus d’informations (et de ressources documentaires, sur demande) : www.csco.be

    Pour plus d’informations sur ce voyage : Simon Najm, Président : Simon Najm csco.simon.najm@gmail.com 0475 54 51 00,
    Marie Thibaut de Maisières, membre de la délégation mariethibautdem@gmail.com, 0477 25 19 51.

  • Dimanche 25 juin : trois ordinations sacerdotales à Bruxelles

    IMPRIMER

    De catho-Bruxelles.be :

    ORDINATIONS SACERDOTALES À BRUXELLES

    Il s’agit de :
    Antonin le Maire, belge, né le 27/10/1981 et domicilié à Ixelles.
    Bruno Druenne, belge, né le 22/09/1985 et domicilé à Nivelles.
    Cyprien Ntirugirimbabazi, rwandais, né le 28/01/1981 à Cyangugu au Rwanda.

    La célébration aura lieu à la Cathédrale le dimanche 25 juin à 16h, présidée par le cardinal De Kesel.

    Pour l’abbé Olivier Bonnewijn, responsable de la formation des séminaristes et  président du séminaire ND d’Espérance de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles.

    Brigitte de Mahieu, membre de l’équipe de formation du séminaire ND d’Espérance