Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 4

  • Célibat des prêtres : le pape François a rendu justice au plaidoyer fervent de Benoît XVI et du Cardinal Sarah

    IMPRIMER

    papi.jpgLu sur le site de notre confrère « diakonos.be » :

    « Ce qui frappe le plus, dans l’exhortation apostolique post-synodale « Querida Amazonia » qui a été rendue publique aujourd’hui 12 février 2002, c’est son silence total sur la question la plus attendue et la plus controversée : celle de l’ordination d’hommes mariés.

    La parole « célibat » n’y figure même pas. Le Pape François souhaite bien que « la ministérialité se configure de telle manière qu’elle soit au service d’une plus grande fréquence de la célébration de l’Eucharistie, même dans les communautés les plus éloignées et cachées » (n°86) ». Mais il répète (au n°88) que seul le prêtre ordonné peut célébrer l’eucharistie, absoudre les péchés et administrer l’onction des malades (parce qu’elle aussi est « intimement liée au pardon des péchés », note 129). Et il ne dit rien sur l’extension de l’ordination aux « viri probati ».

    Aucune nouveauté non plus pour les ministères féminins. « Si on leur donnait accès à l’Ordre sacré », écrit François au n°100, « cette vision nous conduirait à cléricaliser les femmes » et à « réduire notre compréhension de l’Église à des structures fonctionnelles ».

    La question qu’on se pose d’emblée à la lecture de « Querida Amazonia », c’est donc de savoir dans quelle mesure le livre-bombe du Pape émérite Benoît XVI et du cardinal Robert Sarah en défense du célibat des prêtres sorti mi-janvier a pu influencer l’exhortation, en particulier sur son silence concernant l’ordination d’hommes mariés.

    Dans ce but, il nous faut donner quelques informations supplémentaires par rapport aux articles que nous avions publiés à l’époque pour retracer ce qui s’était passé au cours des journées tumultueuses qui ont suivi la publication du livre.

    La séquence déjà connue des faits a été reconstituée par Settimo Cielo dans les trois « post scriptum » en bas de cet article datant du 13 janvier :

    > Encore dans le livre choc de Ratzinger et Sarah. Avec un compte rendu d’une nouvelle rencontre entre les deux

    Mais selon plusieurs sources indépendantes entre elles, Settimo Cielo a été successivement informé d’au moins quatre événements supplémentaires, d’une importance majeure.

    *

    Le premier s’est déroulé le matin du mercredi 15 janvier

    Pendant toute la journée du mardi 14, l’attaque menée par les courants radicaux contre le pape Ratzinger et le cardinal Sarah est allée crescendo de manière dévastatrice, alimentée dans les faits par les démentis à répétition du Préfet de la maison pontificale Georg Gänswein concernant la coresponsabilité du pape émérite dans la rédaction et dans la publication du livre, allant jusqu’à demander le retrait de sa signature. Et ce malgré la réplique du cardinal Sarah qui publié en vain la reconstruction précise et détaillée de la genèse du livre par ses deux auteurs.

    Donc, la matinée du mercredi 15 janvier, pendant que le pape François tenait son audience générale hebdomadaire et que Mgr Gänswein était assis à ses côtés dans la salle Paul VI, comme c’est l’usage, c’est-à-dire loin du monastère Mater Ecclesiae où réside le pape émérite dont il est le secrétaire, Benoît XVI a pris personnellement son téléphone pour appeler le cardinal Sarah d’abord chez lui, sans succès, et ensuite à son bureau, où le cardinal a répondu.

    Affligé, Benoît XVI a fait part au cardinal Sarah de toute sa solidarité. Il lui a confié qu’il ne parvenait pas à comprendre les raisons d’une agression à ce point violente et injuste. Et il a pleuré. Et le cardinal Sarah a pleuré également. Leur conversation téléphonique s’est terminée alors qu’ils étaient tous les deux en larmes.

    *

    Le second événement dont nous donnons l’information en primeur ici s’est passé pendant la rencontre entre le cardinal Sarah et le pape Ratzinger, dans la résidence de ce dernier, le soir du vendredi 17 janvier.

    Ce soir-là, le cardinal a fait référence à cette entrevue dans trois tweets dans lesquels il a confirmé que le pape émérite et lui-même étaient totalement sur la même ligne en ce qui concernait la publication du livre.

    Mais ce qu’il n’a pas dit, c’est qu’au cours de ce même entretien – qui s’est en réalité déroulé à deux moments distincts, d’abord à 17h et ensuite à 19h – Benoît XVI avait rédigé avec lui un communiqué concis qu’il avait l’intention de publier avec la signature du seul pape émérite, afin d’attester de la pleine harmonie entre les deux co-auteurs du livre et de demander que cessent toutes les polémiques.

    Afin que cette déclaration soit publiée, Mgr Gänswein a donc transmis le texte – dont Settimo Cielo est en possession et dans lequel on reconnaît clairement le style personnel, quasi autobiographique du pape Ratzinger – au substitut du secrétaire d’État, Mgr Edgar Peña Parra. Et il est raisonnable d’émettre l’hypothèse que ce dernier en ait informé son supérieur direct, le cardinal Pietro Parolin, ainsi que le Pape François en personne.

    *

    Quoi qu’il en soit – et c’est la troisième information jusqu’ici inédite -, cette déclaration du pape émérite n’a jamais vu le jour. Mais elle a vraisemblablement été à l’origine de la décision de François de se passer, dès ce moment, de la présence visible du Préfet de la maison pontificale Gänswein à ses côtés.

    Sa dernière apparition publique remonte au matin de ce même vendredi 17 janvier, à l’occasion de la visite au Vatican du président de la République Démocratique du Congo. Après quoi, Mgr Gänswein n’est plus apparu aux côtés du pape, ni aux audiences générales du mercredi, ni aux visites officielles du vice-président américain Mike Pence, du président irakien Barham Salih et du président argentin Alberto Fernández.

    Aux yeux de François, la déclaration de Benoît XVI avait effectivement confirmé le manque de crédibilité des dénégations répétées de Mgr Gänswein à propos de la coresponsabilité du pape émérite dans la rédaction du livre.

    Pour le dire autrement, l’opposition du pape émérite à ce que son successeur cède aux courants radicaux sur le front du célibat ecclésiastique apparaissait purement et simplement, sans plus aucune atténuation.

    Et tout cela à quelques jours de la publication d’une exhortation post-synodale dans laquelle de nombreuses personnes à travers le monde s’attendaient à lire une ouverture de François à l’ordination d’hommes mariés.

    *

    En corollaire de tout cela, il faut également révéler le rôle joué par le cardinal Parolin dans cette affaire.

    En effet, le mercredi 22 janvier, quand l’éditeur Cantagalli a publié un communiqué concernant la sortie imminente du livre en Italie, avec des modifications mineures et marginales par rapport à l’original en français, on n’a pas dit que ce communiqué avait été au préalable relu et corrigé dans les moindres détails par le cardinal secrétaire d’État, qui en avait finalement vivement encouragé la publication.

    Un communiqué qui définit le livre du pape Ratzinger et du cardinal Sarah comme étant « un ouvrage d’une grande valeur théologique, biblique, spirituelle et humaine, assurée par l’envergure de ses auteurs et de leur volonté de mettre à la disposition de tous le fruit de leurs réflexions respectives, manifestant ainsi leur amour pour l’Église, pour Sa Sainteté le pape François et pour toute l’humanité ».

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

    Ref. Le silence de François, les larmes de Ratzinger et sa déclaration jamais publiée

    JPSC

  • Bruxelles (Stockel), 18 février : "Garabandal, Dieu seul le sait"; une première en Belgique !

    IMPRIMER

    2020_02_12_12_06_44_Greenshot.png

    Arrivée de Garabandal, Dieu seul le sait en Belgique !

    Le 18 février à 20h15 aura une séance spéciale organisée par l’association Saint Christophe au cinéma Le Stockel à Bruxelles.

    La projection sera suivie d’un échange accompagné par un prêtre, un témoin présent à Garabandal en 1966 et d’autres intervenants encore !

  • Les femmes belges qui vont se faire avorter aux Pays-Bas sont de moins en moins nombreuses

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Diminution du nombre des femmes belges qui vont avorter aux Pays-Bas

    11/02/2020

    C'est une bonne nouvelle : selon le dernier rapport officiel 2018 des Pays-Bas en matière d'avortement (De jaarrapportage 2018 van de Wet afbreking zwangerschap, zoals opgesteld door de Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd), publié la semaine dernière, le nombre de femmes quittant la Belgique pour avorter aux Pays-Bas est en baisse continue : de 1473 avortements en 2011, l'on passe à 444 avortements en 2018. Aucune donnée n'est par contre disponible sur les raisons conduisant ces femmes à se rendre aux Pays-Bas pour avorter, en particulier quant au délai de grossesse (avant ou après 12 semaines) durant lequel interviennent ces avortements.

    (De jaarrapportage 2018 van de Wet afbreking zwangerschap, zoals opgesteld door de Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd, p. 29)

  • L'exhortation postsynodale "Querida Amazonia" : le meilleur document qu'on pouvait espérer dans le contexte actuel

    IMPRIMER

    De Jean Kinzler sur le Forum Catholique :

    TEXTE INTEGRAL DE QUERIDA AMAZONIA EN ANGLAIS.

    Commentaire de Rorate Caeli

    Concernant le sacerdoce et l'Eucharistie, nous attirons votre attention en particulier sur les paragraphes 82-98.

    Aucune ouverture n'a été faite pour l'ordination des hommes mariés / viri probati à la prêtrise. Au contraire, dans l'esprit de clarifier le cléricalisme qui n'est pas central, l'accent est mis sur le ministère laïc comme "laïc distinctement" (cf. paragraphe 94).

    Les paragraphes sur les femmes (99-103) n'ont pas non plus de contenu révolutionnaire.

    Les paragraphes 104 à 105 indiquent clairement que la voie à suivre ne devrait pas être un ou / ou une solution, au-delà des conflits du passé.

    Un point particulièrement intéressant est celui du paragraphe 18, avec de nombreuses références historiques dans la note de bas de page 17, expliquant clairement la sollicitude permanente de l'Église, à travers divers pontificats, et depuis les premiers jours de la présence chrétienne dans le Nouveau Monde, pour le bien-être des populations indigènes. Une référence spécifique est faite même aux lois des Indes (Leyes de las Indias), promulguées par la Couronne espagnole avec des protections spécifiques pour les populations indigènes. Le texte de 1909 de l'un des premiers évêques d'Amazonas (Manaus), Brésil, Frederico Benicio, nommé par Saint Pie X sur ce vaste territoire, est expressément cité.

    Malgré tous les problèmes, nous pouvons dire à juste titre qu'il s'agit du meilleur document possible que nous aurions pu espérer dans le pontificat actuel et à l'époque actuelle. Ce n'est pas le meilleur document (ce serait impossible dans le moment présent), mais c'est, de manière leibnizienne, le meilleur texte possible ...https://rorate-caeli.blogspot.com/2020/02/apostolic-exhortation-querida-amazonia.html

    Voir aussi cet article en espagnol:
    Dans l'exhortation apostolique fruit du Synode de l'Amazonie, «Chère Amazone», le pape François rejette l'ordination des hommes mariés et l'ordination des femmes.

    Enfin, nous laissons des doutes. Le pape François n'a pas cédé aux désirs de certains secteurs de l'Église et ne touchera pas au célibat ecclésiastique. Elle ne cédera pas non plus à l'ordination des diaconesses, bien qu'elles aient vu sans doute plus improbable.

    Quant aux lieux dépourvus de prêtres, la prière pour les vocations sacerdotales est proposée et pour encourager ceux qui ont une vocation missionnaire à entrer dans la région amazonienne. Donc, rien à commander aux hommes mariés:

    89. Dans les circonstances spécifiques de la région amazonienne, en particulier dans ses forêts et ses endroits plus reculés, il faut trouver un moyen de garantir ce ministère sacerdotal. Les laïcs peuvent proclamer la parole de Dieu, enseigner, organiser des communautés, célébrer certains sacrements, rechercher différentes façons d'exprimer la dévotion populaire et développer la multitude de dons que l'Esprit répand au milieu d'eux. Mais ils ont besoin de la célébration de l'Eucharistie parce que "cela fait l'Église". On peut même dire qu '"une communauté chrétienne qui ne grandit pas ou ne dépend pas de la célébration de la Sainte Eucharistie n'est pas construite". Si nous sommes vraiment convaincus que c'est le cas, alors tout doit être fait pour que les peuples amazoniens ne manquent pas de cette nourriture de vie nouvelle et du sacrement du pardon.


    90. Ce besoin urgent m'amène à exhorter tous les évêques, en particulier ceux d'Amérique latine, non seulement à promouvoir la prière pour les vocations sacerdotales, mais aussi à être plus généreux pour encourager ceux qui manifestent une vocation missionnaire à opter pour La région amazonienne. En même temps, il convient que la structure et le contenu de la formation sacerdotale initiale et continue soient soigneusement revus, afin que les prêtres puissent acquérir les attitudes et les compétences requises par le dialogue avec les cultures amazoniennes. Cette formation doit être avant tout pastorale et favoriser le développement de la miséricorde sacerdotale.

    Et en ce qui concerne l'ordination des femmes, nous pouvons lire:

    Un tel réductionnisme nous ferait croire que les femmes ne bénéficieraient d'un statut et d'une participation accrus à l'Église que si elles étaient admises à l'Ordre.

    100. Cela nous appelle à élargir notre vision, afin de ne pas limiter notre compréhension de l'Église à ses structures fonctionnelles. Un tel réductionnisme nous ferait croire que les femmes ne bénéficieraient d'un statut et d'une participation accrus à l'Église que si elles étaient admises à l'Ordre. Mais cette approche réduirait en fait notre vision; cela nous conduirait à cléricaliser les femmes, à diminuer la grande valeur de ce qu'elles ont déjà accompli et à rendre leur contribution indispensable moins efficace.

    103. Dans une église synodale, les femmes qui ont en fait un rôle central à jouer dans les communautés amazoniennes devraient avoir accès à des postes, y compris les services ecclésiaux, qui n'impliquent pas des ordres sacrés et qui peuvent mieux signifier leur rôle. Il convient de noter ici que ces services impliquent la stabilité, la reconnaissance publique et une commission de l'évêque. Cela permettrait également aux femmes d'avoir un impact réel et efficace sur l'organisation, les décisions les plus importantes et l'orientation des communautés, tout en continuant à le faire d'une manière qui reflète leur féminité.

    Pour l'anecdote, il faut dire que le Pape met dans l'exhortation un poème de Pablo Neruda, un autre de Pedro Casaldáliga et un morceau d'un prologue de Mario Vargas Llosa.
    Infovaticana

  • Journée du malade : le pape François exhorte les soignants à défendre la vie

    IMPRIMER

    Du site Aleteia.org (source : I.Media):

    Le pape François exhorte les soignants à défendre la vie

    Pope Audience

    10 février 2020

    Dans la perspective de la 27e Journée mondiale du malade, le pape François a appelé le personnel soignant à défendre le « droit à la vie ». Il a appelé une nouvelle fois à bannir toute pratique s’approchant de l’euthanasie.

    « Rappelons que la vie est sacrée, qu’elle appartient à Dieu et, par conséquent, qu’elle est inviolable et qu’on ne peut en disposer », a rappelé avec force le pape François dans un message prévu à l’occasion de la journée mondiale des malades. En vue de cette solennité, qui a lieu chaque année le 11 février — date de la fête de Notre-Dame de Lourdes — le pontife a également confié « l’humanité affligée et souffrante » à la Vierge Marie.

    « Le meilleur service rendu au droit humain [est] le droit à la vie » a estimé le Pape. Du point de vue de la foi comme de celui de la raison, « la vie doit être accueillie, protégée, respectée et servie, de la naissance jusqu’à la mort » .

    « Votre action doit tendre constamment à la dignité et à la vie de la personne, sans jamais céder à des actes de nature euthanasiste, de suicide assisté ou de suppression de vie », a demandé le 266e pape aux soignants, « même quand le stade de la maladie est irréversible ». Face à « l’expérience de la limite » de la science médicale, le pontife leur conseille de s’ouvrir à « la dimension transcendante » de leur profession qui seule peut les aider dans pareille situation.

    Dès lors, il convient de « personnaliser l’approche à l’égard du malade, non plus seulement en soignant, mais aussi en prenant soin », a affirmé le successeur de Pierre. Sur ce point, non seulement le personnel soignant doit s’adapter, mais il est important que l’Église elle-même soit un lieu d’accueil, « une “auberge” du bon Samaritain ».

    Le pape François a aussi demandé aux États et institutions de permettre un accès au soin approprié à leurs populations. Pour cela, l’évêque de Rome leur demande de ne pas négliger « la justice sociale » au profit de « l’économie ». Il a aussi dénoncé ceux qui, en temps de guerre, s’en prennent au personnel de santé.

    Se tournant plus particulièrement vers les personnes malades, le souverain pontife les a assurées de la miséricorde de Dieu dans leur épreuve. Dans la douleur, le Christ peut apporter ce dont a grand besoin tout malade : « une expérience de tendresse ».

  • Chine : le Vatican livre Hong Kong à Pékin

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Vatican "livre" Hong Kong au régime chinois

    11-02-2020

    Le prochain évêque de Hong Kong sera totalement pro-chinois. Il s'agit de Monseigneur Peter Choy, il aurait déjà été nommé mais l'annonce officielle a été reportée: tout d'abord en raison de la prise de conscience que cette nomination va encore diviser l'Église à Hong Kong, puis à présent la menace du Coronavirus est venue s'ajouter. L'accord - toujours secret - entre le Saint-Siège et la Chine fait donc une nouvelle victime.

    Il segretario di Stato Parolin, monsignor Peter Choy e il cardinale Tong

    Le secrétaire d'État Parolin, Mgr Peter Choy et le cardinal Tong

    Après plus d'un an d'attente, le nouvel archevêque de Hong Kong aurait été nommé, mais le Saint-Siège ne l'a pas encore annoncé car son nom provoquera controverses et divisions au sein du clergé hongkongais. Il s'agit en fait de Monseigneur Peter Choy Wai-man, actuel vicaire du diocèse, considéré comme très proche du régime de Pékin et des options de l'Association patriotique. L'indiscrétion, déjà publiée par la Catholic News Agency le 17 janvier dernier, a été confirmée à la Nuova Bussola Quotidiana par des sources de Hong Kong.

    L'annonce officielle était initialement prévue pour les prochains jours, probablement immédiatement après la publication de l'Exhortation apostolique du Pape François sur l'Amazonie, peut-être pour "cacher" la nouvelle derrière les nombreuses discussions destinées à accueillir la publication de l'Exhortation. Mais maintenant, il semble que les délais sont destinés à s'allonger à cause du Coronavirus qui est également arrivé sur le territoire de l'ancienne colonie britannique.

    En tout cas, le sens d'une telle nomination est clair, dans le sillage de l'accord - toujours secret - signé par la Chine et le Saint-Siège en septembre 2018: la capitulation du Vatican face au régime communiste chinois et la remise du diocèse de Hong Kong à l'Association patriotique, contrôlée par le Parti communiste.

    Cette décision n'est pas une surprise; en fait, c'est un cheminement qui a déjà commencé depuis un certain temps et est devenu manifeste avec la mort soudaine de l'archevêque Michael Yeung Ming-cheung en janvier 2019. Le seul successeur naturel aurait dû être l'évêque auxiliaire de Hong Kong, Mgr Joseph Ha Chi-shing, mais le stop est venu de Rome.

    Monseigneur Ha, un franciscain, a été nommé auxiliaire de Hong Kong en 2014, en même temps que Monseigneur Yeung (...). Mais il a le gros inconvénient d'être considéré comme un proche du cardinal Joseph Zen Ke-kiun, dont l'attitude très critique à l'égard du régime chinois et de l'accord sino-vatican est connue.

    Il est donc clair que dans le climat de soumission du Saint-Siège au régime chinois, la figure de Mgr Ha était gênante. A tel point qu'il est certain que Mgr Yeung avait déjà décidé de nommer Peter Choy comme second évêque auxiliaire, décision avortée du fait du décès de l'archevêque. Mais grâce également aux bons offices du Croate Ante Jozic, chef de la mission d'étude de la Chine à Hong Kong (en fait une nonciature "masquée"), la nomination du nouvel évêque a été mise en attente et le cardinal apostolique John Tong Hon qui avait été évêque de Hong Kong jusqu'en 2017 a été nommé administrateur.

    Cette période de gestion de Tong a servi à préparer la suite aux dépens de Mgr Ha et à garantir que le passage des catholiques chinois entre les mains de Pékin se déroule sans heurts. Autre geste de soumission aux pieds de Pékin : le Saint-Siège a également promu Mgr Jozic à d'autres fonctions, le nommant nonce en Côte d'Ivoire en mars, désertant ainsi la représentation diplomatique à Hong Kong dans l'espoir de pouvoir bientôt en ouvrir une à Pékin.

    Le cardinal Tong, qui est en lien direct avec le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a sur ces entrefaites confié discrètement des missions croissantes à Mgr Peter Choy, très proche des cercles qui poussent à faire entrer tous les catholiques chinois dans l'Association patriotique et "diluer" le clergé de Hong Kong dans le clergé patriotique de Chine.

    Au cours des derniers mois, les manifestations qui ont éclaté à Hong Kong après la tentative du gouvernement local de faire passer une loi d'extradition vers la Chine ont révélé encore plus le fossé créé au sein de l'Église de Hong Kong. Alors que de nombreux catholiques étaient présents et que Mgr Ha lui-même était très proche des manifestants, Peter Choy est resté totalement étranger à ce qui se passait: proche du régime de Pékin, éloigné du cœur du peuple. Celui-ci, pour une large part, préférerait Mgr Ha, qui a une grande expérience personnelle et a exercé de nombreuses fonctions dans le diocèse.

    Ce n'est évidemment pas ce que pense Pékin et c'est actuellement la chose qui importe le plus au Vatican. À tel point qu'il passe également outre les rumeurs persistantes venues de Hong Kong sur les présumées faiblesses morales de Mgr Choy.

    La transformation du diocèse de Hong Kong en un autre avant-poste de l'Église nationale chinoise a donc atteint son apogée. On n'attend plus que la formalisation de la nomination de Monseigneur Peter Choy, si le Coronavirus le permet.

  • L’église Saint-François-Xavier de Cureghem deviendra bientôt un centre sportif

    IMPRIMER

    Triste nouvelle : cette église est condamnée à la désacralisation et à la reconversion en un centre sportif. Un des signes des temps d'une Eglise bruxelloise qui, il y a peu, refusait la présence de communautés nouvelles et qui procède à des investissements impressionnants...

    Du site BX1.be :

    Anderlecht va transformer l’église Saint-François Xavier en centre sportif

    L’église est vide depuis 2015. Des travaux vont être lancés en vue de sa transformation. 

    L’église Saint-François Xavier de Cureghem deviendra bientôt un centre sportif, annonce le bourgmestre d’Anderlecht Eric Thomas (PS). Le bâtiment était depuis quelques années sur la liste des églises bruxelloises dont le diocèse souhaite se séparer, souligne Bruzz. L’église était d’ailleurs fermée depuis 2015, face au nombre restreint de paroissiens et aux coûts élevés de fonctionnement.

    Avant d’être transformée, l’église sera désacralisée. “Il existe de nombreux exemples à l’étranger où la fonction des églises évoluent. La seule chose, c’est de faire preuve de respect envers le diocèse. On ne va pas y ouvrir une discothèque“, commente Eric Thomas. L’idée d’un centre sportif est “parfaite“, selon lui, étant donné le manque infrastructures sportives dans la région. Des travaux vont être lancés, notamment pour rénover le toit, les gouttières et la charpente.

    La rédaction – Photo: capture Google map 

  • RDCongo: la Belgique « n’a pas abandonné » ses anciens combattants congolais

    IMPRIMER

    Quand les anciens coloniaux recadrent les fantaisies anticolonialistes qui prétendent réécrire l’histoire :

    commemoration-forces-congo.jpgLa publication sur le site de La Libre Afrique.be d’une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) consacrée à l’hommage rendu à Kinshasa aux anciens combattants congolais de l’armée belge a suscité des réactions. En cause: l’affirmation selon laquelle la Belgique aurait « jeté comme des torchons sales » ces anciens combattants. C’est faux, assure André de Maere d’Aertrycke, ancien président de l’Union Royale Belge pour les Pays d’Outremer.

    La dépêche de l’AFP, qui évoque également un documentaire sur ces anciens combattants, reprend les propos de deux d’entre eux, nonagénaires, s’indignant de « l’ingratitude » de l’ex-colonisateur, opposé à la France « qui, elle, s’occupe jusqu’aujourd’hui des survivants de la Seconde guerre mondiale originaires de ses ex-colonies et de leurs héritiers ».

    André de Maere d’Aertrycke a réagi à cette publication auprès de la La Libre Afrique.be. Il nous indique que « ce n’est pas la faute de la Belgique si les anciens combattants de la Force publique ne touchent pas leur retraite ». Dans les années 70, « le gouvernement belge a conclu un accord avec le maréchal Mobutu, qui prévoyait l’annulation d’une dette zaïroise en matière de télécoms contre la reprise par le Zaïre du paiement des pensions aux anciens combattants. En 1990, la Belgique a encore versé, en supplément, un fonds de pension au Zaïre ». Apparemment, toutefois, « les anciens combattants n’en ont jamais vu la couleur ».

    L’argent « perdu » sous Mobutu

    Quelques 10.000 Congolais ont participé à la Seconde guerre mondiale au sein de l’armée belge. La question de leurs pensions avait déjà été soulevée en Belgique en 2006. Le ministre de la Défense de l’époque, le socialiste André Flahaut, avait alors expliqué à nos confrères du Soir: « Un gouvernement précédent a versé à Mobutu une somme pour qu’il gère lui-même les pensions. Une somme qui s’est perdue. Après, on a demandé aux autorités congolaises de constituter une liste qui identifie les anciens combattants. Mais cela prend du temps. Une fois que ce sera fait, on avisera de l’opportunité de verser ces pensions »

    Un autre lecteur de La Libre Afrique.be, le médecin colonel en retraite Marc Georges – qui nous indique avoir participé à une mission organisée par la Défense belge au profit des Anciens combattants de Kinshasa » -, souligne pour sa part qu’il ne veut « en aucune manière minimiser l’engagement des deux vétérans » évoqués mais que « la Force publique du Congo belge n’a pas envoyé de troupes combattantes en Birmanie. Elle a cependant envoyé un hôpital de campagne, le « 10th Belgian Congo Casualty Clearing Station », commandé par le Dr Thomas », dont le personnel « n’a jamais participé à aucun combat ».

    Un foyer et des ambulances belges détournés

    Le Dr Georges ajoute que « près de la place de la Victoire, à Kinshasa, les Anciens combattants disposaient d’un foyer, construit par la Belgique avant l’indépendance et mis à leur disposition. Ils en étaient théoriquement les gestionnaires et les profits (organisation d’événements) qu’ils en auraient retiré devaient naturellement leur revenir ». Mais « les Anciens combattants n’ont jamais eu leur mot à dire dans la gestion de cette institution, gestion « reprise » par un (des?) proche du régime ».

    Enfin, le Dr Georges indique que le ministre Flahaut avait donné au gouvernement congolais « deux ambulances Ford Transit et deux Opel Kadett, en parfait ordre de marche, destinées aux Anciens combattants. Là non plus, ces derniers n’en ont jamais vu la couleur. Les ambulances servaient comme véhicules de transport (personnes et marchandises) utilisés par des militaires FARDC, mais jamais pour transporter des malades ou des blessés. Quant aux Opel Kadett, elles servaient de transport de liaison pour les officiers de la garnison ».

    Ref. RDCongo: la Belgique « n’a pas abandonné » ses anciens combattants congolais

    JPSC

  • Bruxelles : boom des écoles privées

    IMPRIMER

    De Quentin Joris sur le site de l'Echo :

    Les écoles privées en plein boom à Bruxelles

     

    En 2017, près de 7.000 enfants étaient scolarisés à Bruxelles dans des établissements internationaux et privés, hors écoles européennes. Ces dernières années, ces structures n’ont cessé de croître dans la capitale.

    En dix ans, le nombre d'élèves fréquentant des établissements internationaux et privés en Région bruxelloise a quasiment triplé. De 2.390 à la rentrée 2007, il est passé à 6.858 en 2017, d'après les données de l'Institut bruxellois de statistique et d'analyse (IBSA). A en croire les acteurs du secteur, cette tendance haussière se poursuivrait pour atteindre environ 9.000 enfants aujourd'hui. Si la majorité des jeunes scolarisés dans ces établissements sont issus de familles expatriées, on y retrouve aussi des Belges.

    "L'opinion publique est plus favorable aux établissements privés que par le passé."

    DAVID BOGAERTS
    DIRECTEUR DE LA BOGAERTS INTERNATIONAL SCHOOL

    "Globalement, toutes les écoles internationales vont bien dans la capitale. Je sens aussi que l'opinion publique est plus favorable aux établissements privés que par le passé", nous assure le directeur de la Bogaerts International School (BIS), David Bogaerts. Dans sa cossue école uccloise, nichée au coeur d'un domaine de neuf hectares, celui-ci accueille 250 élèves, dont environ 20% de Belges. À la prochaine rentrée, 50 étudiants supplémentaires rejoindront son établissement.

    Du côté de l'école internationale Montgomery (EIM), on se targue aussi d'une croissance confortable. L’an dernier, 80 élèves y suivaient des cours, contre 150 depuis cette rentrée. "Entre 20 à 30% de ceux-ci sont uniquement pour quatre ans en Belgique. Le reste, ce sont des locaux ou des gens qui ont décidé de vivre ici", évalue son directeur général David Gérone, tout en précisant que l'EIM s'agrandira encore à la prochaine rentrée.

    Motivation

    9.000 ELEVES DANS LES ÉCOLES INTERNATIONALES ET PRIVÉES
    Estimation du nombre d'élèves, de la maternelle au secondaire, qui fréquentent les écoles internationales et privées en Région bruxelloise

    Mais quels sont les facteurs qui poussent des parents à privilégier les écoles internationales et privées? L'apprentissage des langues est un élément particulièrement important, d'autant qu'il est "parfois très mauvais" dans l'enseignement francophone, ose Bogaerts. "Nos étudiants sortent avec un diplôme international qui leur permet de bouger, mais aussi avec un bagage en langues. Cela leur offre la possibilité de s'orienter ensuite vers des universités anglophones", avance pour sa part Gérone.

    "Le bilinguisme à la sortie des études", c'est aussi ce qui a motivé Isabelle Garang-Boulegue à privilégier le lycée français plutôt qu'un établissement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour scolariser ses deux enfants. Bien que les langues soient la principale motivation mentionnée par les parents que nous avons contactés, David Bogaerts n'exclut pas que la lourdeur de certaines procédures, comme le décret inscriptions, ou encore "le manque de dynamisme" de l'enseignement public francophone jouent dans les choix de certains.

    Enquête | Prof, le plus beau métier du monde. Vraiment?

    Coûts

    Une scolarisation dans un établissement privé n'est toutefois pas à la portée de tous. Comptez entre 9.000 et 18.000 euros par an à la BIS, entre 17.000 et 22.000 euros à l'EIM et entre 7.000 et 9.000 euros au lycée français. Au vu de ces montants, peut-on en déduire qu'il s'agit de milieux élitistes? "Il y a une conception parfois trop généralisée de la population dans les écoles privées. Ce ne sont pas des grosses fortunes. Il y a vraiment de tout", assure Bogaerts. Les frais de scolarité sont de surcroît souvent pris en charge par des entreprises, rappelle-t-il.

    A l'EIM, David Gérone reconnaît quant à lui une forme d'élitisme dans la qualité de l'enseignement. Pour autant, il assure que ses "élèves ne restent pas cloisonnés entre eux", mais participent à de nombreuses actions "solidaires" qui les ouvrent au monde. Les deux directeurs affirment enfin que des bourses- en nombre très limité - sont octroyées chaque année.

  • Fin de vie et euthanasie, la pente glissante ?

    IMPRIMER

    D'Alliance VITA :

    Fin de vie et euthanasie, la pente glissante ? Eric Vermeer | Université de la vie 2020

    Eric Vermeer infirmier et psychothérapeute en soins palliatifs en Belgique, part de son expérience d’écoute et d’accompagnement des personnes en fin de vie. Il explique que les soins palliatifs ont pour objectif, non pas de « faire mourir » mais d’aider une personne à « bien vivre » jusqu’au bout, et que « ce n’est pas parce qu’une personne est en perte d’autonomie qu’elle est en perte de dignité. »

  • Aucun rapport entre la pédophilie et le célibat sacerdotal

    IMPRIMER

    De l'Abbé Bernard de Lacoste sur "La Porte Latine" :

    Pédophilie et célibat sacerdotal : aucun rapport !

    Lire aussi : Le célibat sacerdotal dans l'histoire


    Le psychothérapeute Stéphane Joulain lors d'une conférence publique à Bordeaux

    Certains ignorants prétendent qu’il existe un lien de causalité entre célibat et pédophilie. D’après eux, si les prêtres pouvaient se marier, les abus sexuels du clergé sur les mineurs n’auraient pas été commis.

    C’est une grave erreur ! De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre célibat et pédophilie. Le père Hans Zollner, président du Centre pour la protection des mineurs de l’Université grégorienne, remarque : « Tous les rapports officiels scientifiques et mandatés par des gouvernements comme aux États-Unis, en Australie ou en Allemagne, et donc critiques envers l’Église, récusent le fait que le célibat lui-même mène aux abus » (1).

    De fait, il n’y a pas plus de cas de pédophilie chez les célibataires que chez les hommes mariés. De nombreux pasteurs protestants ont été reconnus coupables d’abus sur mineurs, notamment dans l’église anglicane d’Angleterre (2) et aux Etats-Unis, dans l’Eglise baptiste du sud (3). Or les pasteurs protestants ont le droit d’être mariés. L’obligation du célibat ne change donc rien au problème. En outre, les statistiques indiquent, selon l’Observatoire national de l’action sociale, que dans 75% des cas répertoriés, les agressions sur mineurs sont intrafamiliales (par exemple le père, le grand-père, le beau-père ou l’oncle). La psychiatre spécialiste des violences sexuelles sur mineurs Catherine Bonnet, ancienne membre de la commission pontificale pour la protection des mineurs et des personnes vulnérables, écrit : « On évalue qu’entre 75 % et 80 % des abus sexuels sur enfant ont lieu dans le cadre de la famille. La majorité, c’est l’inceste. Dans ces cas-là, la vie de couple n’empêche pas les pulsions pédophiles » (4).

    Le psychiatre Paul Bensussan (5) commente : « Il est réducteur de considérer ce phénomène comme la conséquence du célibat. C'est une explication à la fois simpliste et indigne pour la femme. Cela voudrait dire que le prêtre, à défaut d'avoir une femme pour assouvir ces pulsions sexuelles, jetterait son dévolu sur des enfants. C'est choquant! À quelle vision de la femme une telle interprétation nous renvoie-t-elle? » (6).

    Et Stéphane Joulain, psychothérapeute (7), ajoute : « Le célibat n'est pas en cause quant à la formation de la pulsion pédophile ou de comportements criminels sur les enfants. Aucune recherche sérieuse ne met en avant un lien de causalité entre célibat et abus sexuel des enfants. 94 % des prêtres et religieux célibataires ne sont ni des pédophiles ni des auteurs d'abus. Il y a comme une fixation quasi obsessive sur la question du célibat consacré. Croire que le mariage des prêtres réglerait la question de la pédophilie de certains prêtres est donc une erreur et une aberration scientifique. Par contre, la question du célibat pose celle de l'équilibre affectif de nombreux prêtres » (8).

    Pour mettre fin aux abus et aux scandales, ce n’est donc pas vers la suppression du célibat sacerdotal qu’il faut se tourner, mais plutôt vers une vision traditionnelle du sacerdoce. Si chaque prêtre se souvenait qu’il était un autre Christ, chargé de renouveler le saint Sacrifice de la messe tous les jours sur l’autel et de conduire les âmes vers la vie éternelle, l’Eglise donnerait d’elle-même une image beaucoup plus belle.

    (1) La Croix du 7 février 2019

    (2) Voir le journal La Croix du 10 mai 2019

    (3) Voir par exemple les médias du 13 février 2019

    (4) Journal Le Monde du 28 septembre 2018

    (5) Expert agréé par la Cour de cassation. Il est notamment l'auteur avec l'avocat Jacques Barillon du Nouveau Code de la sexualité, aux éditions Odile Jacob (2007).

    (6) lexpress.fr du 2 avril 2010

    (7) Auteur du livre Combattre l'abus sexuel des enfants: qui abuse? Pourquoi? Comment soigner? (Desclée De Brouwer).

    (8) lefigaro.fr du 2 novembre 2018

    Sources :La Porte Latine du 6 février 2020

  • "La responsabilité des familles en matière d’éducation commence dès le « ventre maternel » et dès la naissance"

    IMPRIMER

    Du site aleteia.org :

    L’éducation des enfants commence par celle apportée par les familles

    Le pacte éducatif entre les familles, les écoles et les nations se trouve dans une situation de « grave » crise, a alerté le souverain pontife devant les participants au colloque organisé par l’Académie pontificale des sciences sociales à la Casina Pio IV. Cela s’explique par le fait que les différentes institutions investies dans le champ de l’éducation ont toutes « délégué à d’autres » la tâche « décisive » qui leur incombait.

    Face à cela, chacun est appelé à « renouveler et à consolider le dévouement de tous — individus et institutions — en faveur de l’éducation », a demandé le pape François. Cela doit permettre de « forger un nouveau pacte éducatif », seul moyen selon lui de changer l’éducation. Dans cette nouvelle optique, « il faut donner à la famille toute sa place », a-t-il plaidé.

    « L’un des moyens fondamentaux d’améliorer la qualité de l’éducation au niveau scolaire est de parvenir à une plus grande participation des familles et des communautés locales aux projets éducatifs », a insisté le successeur de Pierre. Or, la « responsabilité » des familles commence déjà dès le « ventre maternel » et à la naissance, a-t-il rappelé. Dans le nouveau contexte mondial, il faut aider les familles à « comprendre » l’importance de ce stade précoce de la vie.