Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 4

  • Amoris Laetitia : les cardinaux qui ont fait état de leurs doutes n'ont pas reçu de réponse à leur demande d'audience au pape

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    Dubia : les cardinaux ont demandé audience au pape :
    réaction et analyse du philosophe Thibaud Collin

    Les cardinaux, qui avaient émis des dubia au pape à propos de l'interprétation de l'exhortation post-synodale Amoris laetitia, dubia qui n'ont pas reçu de réponse, viennent de rendre publique la lettre de leur demande d'audience auprès du Saint-Père pour évoquer cette question primordiale pour l'Église. Cette lettre, datée du 25 avril dernier et signée du cardinal Caffarra, n'a toujours pas reçu de réponse. Pourquoi un tel silence ? Dans quel contexte s'inscrit-il ? C'est ce que nous avons demandé au philosophe moraliste Thibaud Collin qui a participé récemment, à Rome, à un colloque pour le premier anniversaire d'Amoris Laetitia.

    Thibaud Collin, vous faites partie des six laïcs, venus du monde entier qui, pour appuyer les démarches des quatre cardinaux concernant Amoris lætitia, ont participé à un séminaire d’études, à Rome, le 22 avril dernier. Le cardinal Caffarra l'évoque justement dans sa lettre. Quel était votre propos ?

    La plupart des commentateurs du chapitre 8 de l'exhortation affirment qu'il est dans la continuité du magistère antérieur. Mais cette unanimité de façade se fissure dès que l'on rentre dans le détail des lectures proposées. Pour certains, Amoris laetitia ne change rien à la discipline sacramentelle concernant les divorcés et remariés civilement. C'est par exemple l'interprétation de l'Institut Jean-Paul II. Pour d'autres, il y a changement entre Amoris laetitia et Familiaris consortio (dans certains cas, les personnes en état d'adultère pourraient communier) mais ce changement serait un développement homogène de la doctrine. Le plus délicat est que de nombreux théologiens et évêques qui tiennent cette ligne utilisent des arguments qui avaient été produits par les théologiens contestataires de l'encyclique Humane vitae sur la régulation des naissances (1968). Rappelons qu'une bonne partie du travail doctrinal et pastoral de saint Jean-Paul II a consisté à réfuter de tels arguments et à donner une assise anthropologique, morale et spirituelle à l'encyclique du Bienheureux Paul VI. Il me semble donc que ceux qui comprennent le changement de la discipline sacramentelle comme étant un développement homogène par rapport à Familiaris consortio se trompent. Un développement homogène ne peut pas entrer en contradiction avec le magistère antérieur (1). S'il y a un développement homogène dans Amoris laetitia, il ne peut s'opposer à la discipline sacramentelle dont les fondements dans le magistère antérieur sont clairs. Il me semble qu'il porterait davantage sur les modalités de l'accueil et de l'accompagnement des fidèles dans des situations objectives de péché grave. Il y a sûrement une inventivité pastorale à mettre en œuvre. Mais la pastorale ne consiste pas à proportionner « un évangile crédible » aux capacités humaines. Dieu donne toujours la grâce de ce qu'Il commande par amour pour nous. Le pasteur a à aider le fidèle à se disposer à recevoir pleinement cette grâce.

    Les cardinaux ont présenté leur dubia le 19 septembre 2016, sans avoir de réponse. Ils ont demandé une audience le 25 avril dernier, sans avoir davantage de réponse. Par cette publication de leur demande d’audience non accordée, les cardinaux préparent-ils d’autres démarches ?

    Il faudrait leur demander directement ! Ce qui est sûr, c'est que le silence du pape que certains trouvent normal apparaît à d'autres de plus en plus étrange. Comment un pasteur qui par définition a charge d'âmes peut-il laisser dans l'incertitude ses brebis sur des points si importants ? Je parle de l'incertitude concernant le sens de certains passages puisque ces mêmes passages ont reçu des interprétations contradictoires. La responsabilité d'un auteur n'est-elle pas de s'assurer que sa pensée a bien été comprise ? Un texte pastoral offrant des lectures contradictoires contribue objectivement à la relativisation de la vérité pratique. Il en va ici du salut des âmes.

    Les cardinaux sont les électeurs du pape, qui semblent lui rappeler qu’ils l’ont élu pour « confirmer ses frères ». Ne vont-ils pas un peu loin ?

    Il me revient en tête ces mots très forts du bienheureux Paul VI dans son homélie prononcée en la fête de saint Pierre et saint Paul (29 juin 1972) :

    «  Nous voudrions, aujourd'hui plus que jamais, être capables d'exercer la fonction, confiée par Dieu à Pierre, de confirmer nos frères dans la foi. Nous voudrions vous communiquer ce charisme de la certitude que le Seigneur donne à celui qui le représente sur cette terre, quelle que soit son indignité. »

    Espérons que notre Saint-Père fasse mémoire des paroles de son prédécesseur, prononcées dans une période elle aussi de grande confusion !

    Beaucoup de bruit se fait actuellement également autour d’une réintéprétation possible, à la lumière d’Amoris laetita, d’Humanae vitae, la célèbre encyclique de Paul VI, préparée en partie par le cardinal Wojtyla, futur Jean-Paul II. Ne serions-nous pas ici dans une logique inverse de l’herméneutique catholique qui implique que le texte plus récent soit conforme ou rendu conforme à la Tradition et non l’inverse ?

    Effectivement une commission aurait été nommée dont le coordinateur serait Mgr Gilfredo Marengo. Certes, Mgr Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, vient de le démentir, mais ce démenti est lui-même très inquiétant :

    « Il n’y a aucune commission pontificale appelée à relire ou à réinterpréter Humanæ vitæ. Cependant, nous devrions examiner positivement sur l’ensemble de ces initiatives, comme celle du professeur Marengo de l’Institut Jean-Paul II, qui ont pour but d’étudier et d’approfondir ce document en vue du 50e anniversaire de sa publication ».

    Le fait est que Gilfredo Marengo, a lui-même établi un parallèle entre Amoris laetitia et Humane vitae ; il se demande si

    « le jeu polémique “pilule oui/pilule non”, tout comme celui actuel “communion pour les divorcés oui/communion pour les divorcés non”, n'est pas la simple manifestation d'un malaise et d'une difficulté bien plus décisifs dans le tissu de la vie de l'Eglise. » (2)

    On peut s'inquiéter en lisant de tels propos quant à la volonté de cette commission de mettre en lumière la vérité libératrice de l'encyclique de Paul VI. La crise de la théologie morale contemporaine a trouvé son acmé dans la critique d'Humanée vitae. Comme je le disais plus haut les catéchèses sur la théologie du corps, Familiaris consortio et Veritatis splendor sont les jalons essentiels pour servir à la juste réception doctrinale et pastorale de l'encyclique de Paul VI. Il est évident que nous assistons aujourd'hui à un retour du proportionnalisme qui tend à émousser la radicalité de « l'Evangile du mariage », et ce aux plus hauts niveaux de l'Eglise. La pression du monde est si forte pour que l'Eglise obtempère aux nouvelles normes de la morale sexuelle de l'individualisme libéral ! Au nom d'un souci soi-disant pastoral, certains cherchent donc à noyer la radicalité de l'appel à la sainteté (et donc au bonheur) que Dieu adresse à tous, notamment aux époux. La réponse à cet appel ne peut passer que par une vie conjugale fondée sur le vrai bien des époux. « Tout est lié » nous rappelle le pape François. Malgré le travail colossal de saint Jean-Paul II, la confusion morale qui traverse des pans entiers du peuple chrétien depuis plusieurs décennies perdure. Va-t-on assister à une nouvelle étape de cette crise systémique ?

    Lire aussi : Les quatre cardinaux frondeurs réécrivent au pape Francois

  • Bruxelles, 18 juin procession de la Fête-Dieu aux Minimes

    IMPRIMER

    unnamed.jpg

    VENEZ NOMBREUX VOUS Y JOINDRE CONCRETEMENT ET PRIER !

    VOUS DEVEZ TOUS ETRE LA, AVEC VOS CHERS ENFANTS, VOS AMIS.
    DIEU VOUS APPELLE A CET ELAN DE PIETE ET A CE TEMOIGNAGE VITAL ET JOYEUX POUR LUI !


    Rendez-vous à l’église des Saints Jean et Etienne ‘aux Minimes’, dimanche le 18 juin à 16h30.

    (rue des Minimes 62, 1000 Bruxelles; métro arrêt Louise - bus arrêt Sablon - tram arrêt Poelaert)

  • Macron ou quand tout change pour que rien ne change

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

    Pour accéder à l'article de Guillaume de Prémare paru dans le n° de Permanences de mai-juin 2017 : cliquer ICI

  • A la rencontre des chrétiens d'Alep

    IMPRIMER

    Famille Chrétienne s’est rendu à Alep, à la rencontre la communauté chrétienne de cette ville martyre. Petit troupeau affaibli par plus de quatre années de siège qui ont mis à terre l’une des plus antiques cités au monde et par le départ massif de nombre d’entre eux, les chrétiens d’Alep se battent avec courage pour reconstruire. Reconstruire les maisons, mais avant tout les familles, les liens entre les hommes, les cœurs… Cette générosité incroyable et la foi inébranlable des chrétiens d’Alep, artisans de la reconstruction de la ville, sont à découvrir la semaine prochaine dans les colonnes de Famille Chrétienne, dans un reportage sur place du directeur de la Rédaction, Antoine-Marie Izoard. 

    http://www.famillechretienne.fr/eglise/vie-de-l-eglise/video-a-la-rencontre-des-chretiens-d-alep-220195

  • Fête-Dieu 2017 à Liège : une célébration exceptionnelle à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132), le samedi 17 juin à 18h00

    IMPRIMER

     

    F+¬te-Dieu 2017 - affiche.jpg 

    L’ église du Saint-Sacrement à Liège

    Copie de église du st sacrement.JPG

    Succédant à l’ancienne église Sainte-Anne (XVIe s.) des Augustins qui la firent ériger au XVIIIe siècle, l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy présente cette particularité d’être aujourd’hui la seule à être consacrée sous ce vocable à Liège.

    Elle le doit aux Religieuses du même nom qui firent restaurer et re-consacrer en 1866 l’édifice  désaffecté depuis la dispersion (1796) des chanoines augustins, lors la Révolution française. Pendant 127 ans, les religieuses se vouèrent dans cette église à l’adoration perpétuelle de l’Eucharistie. Leur communauté disparut en 1993, faute de vocations mais en 2003 une association de fidèles intitulée « Sursum Corda » prit le relai en rachetant le sanctuaire -alors menacé de sécularisation- afin d’y perpétuer l’œuvre des religieuses disparues. « Sursum Corda », qui projette une réhabilitation intégrale du bâtiment ne vit que de dons.

    Une fête emblématique à Liège

    IMG_6586.JPG

    Entre autres activités, chaque année depuis 2003, l’église du Saint-Sacrement contribue à solenniser la Fête-Dieu  en ses murs.

    Quatre jours durant (15-18 juin 2017) l’Eglise de Liège commémore cette année le septième centenaire de la constitution (1317) par laquelle le pape Jean XXII inscrivit définitivement cette fête d’origine liégeoise dans le droit  général de l’Eglise.

    C’est dans ce contexte que, le samedi 17 juin à 18h00,  Mgr Jean-Pierre Delville célébrera à l’église du Saint-Sacrement  une messe solennelle selon la forme extraordinaire du rite romain.

    Une célébration de qualité   

    Deux groupes de chanteurs exceptionnels prêteront  leur concours à cette célébration : venue expressément de la capitale espagnole, la Schola Antiqua de Madrid dirigée par Juan Carlos Asensio fera entendre le riche répertoire médiéval de la péninsule ibérique consacré à la fête du « Corpus Christi ».

    Tous les membres de cette schola ont été formés à la manécanterie du célèbre monastère bénédictin de la Vallée de Los caïdos, situé sur la route de Madrid vers l’Escurial.  

    Les Belges ne seront pas en reste avec la participation du Quatuor Genesis constitué par un ensemble de jeunes talents inscrits cette année à l’académie du chœur de l’opéra de la Monnaie. Ils interpréteront la messa a quattro voci de Monteverdi ainsi que des motets d’Oliver Messiaen et Ola Gjeilo. Les couleurs de Liège dans cette prestation seront représentées par Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers et titulaire des orgues de l’église du Saint-Sacrement.

    Plain-chant par la schola antiqua de Madrid:

    La Messa a quattro voci de Claudio Monteverdi:

    A la fin de la cérémonie, le public pourra se partager entre la visite d’une exposition présentant des pièces du patrimoine muséal liégeois sur le thème de la Fête-Dieu et la réception (en libre accès) offerte en présence de l’évêque de Liège.   

    Plus de renseignements : tel 344 10 89  ou email : sursumcorda@skynet.be

    site web :  http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com/

    JPSC

  • Une nouvelle configuration de l'Académie pontificale pour la Vie qui interpelle

    IMPRIMER

    Sur diakonos.be, la traduction de cet article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

    Nom par nom, la métamorphose de l’Académie pontificale pour la vie

    Finalement, après une longue attente, la liste des nouveaux membres de l’Académie pontificale pour la vie a été publiée mardi 13 juin, tous nommés par le pape.  Il manque encore la liste du conseil de direction, lui aussi nommé par le pape, ainsi que celle des membres « correspondants » dont la désignation dépend du président de l’Académie, Mgr Vincenzo Paglia.  Mais l’essentiel est fait.

    Par rapport aux 132 membres à divers titres que l’Académie comptait auparavant, tous licenciés le 31 décembre 2016, les membres actuels sont au nombre de 45, plus 5 « ad honorem ». Ceux qui ont été reconduits sont au nombre de 33, il y a 17 nouveaux membres et leurs noms, avec leurs titres respectifs, se trouvent dans cette liste diffusée par la salle de presse du Saint-Siège :

    > Nominations

    De nombreux noms ont été rayés de la liste. Parmi eux, des experts de grande renommée qui ont eu le malheur de critiquer ouvertement les nouveaux paradigmes moraux et pratiques entrés en vigueur avec le pontificat de François.

    Parmi eux, le philosophe allemand Robert Spaemann, ami de longue date de Joseph Ratzinger ; le théologien américain John Finnis, auteur avec Germain Grisez d’une « lettre ouverte » au pape François très critique à l’égard d’Amoris laetitia ; l’anglais Luke Gormally, l’autrichien Josef Maria Seifert.

    Des activistes pro-life de renommée internationale telles que la guatémaltèque Maria Mercedes Arzù de Wilson et la vénézuélienne Christine De Marcellus Vollmer n’ont pas non plus été reconduites. Elles furent parmi les premières à avoir été appelées par Jean-Paul II pour faire partie de l’Académie, aujourd’hui déforcée sur ce front.

    Disparus également trois représentants de l’Europe de l’Est formés à l’école de Karol Wojtyla et qui lui étaient restés particulièrement fidèles comme le polonais Andrzej Szostek, l’ukrainien Mieczyslaw Grzegocki et le tchèque Jaroslav Sturma, un psychologue et psychothérapeute résolument opposé à l’idéologie du « gender ».

    Tout comme on a fait un croix sur le burkinabé Etienne Kaboré, parfaitement en ligne avec les positions de l’Eglise africaine sur le mariage, la famille et la sexualité, que l’on avait vu à l’œuvre durant les deux derniers synodes.

    Lire la suite

  • Les évêques de Grande-Bretagne promeuvent une Journée pour la Vie

    IMPRIMER

    De Radio Vatican :

    Les évêques britanniques promeuvent une Journée pour la Vie 

    (RV) «J’invoque la protection de la Madone et je lui confie à elle, la Mère du Vivant, la cause de la vie»: le Pape l’a écrit dans le message envoyé à la population d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Écosse, en préparation à la Journée pour la Vie qui sera célébrée le 18 juin.

    Le Pape souhaite que «ceux qui croient dans le Fils puissent continuer à témoigner de la vie, et, ensemble avec les personnes de bonne volonté, puissent contribuer à témoigner de la vie, et, ensemble avec toutes les personnes de bonne volonté, puissent contribuer à une culture de la vérité et de l’amour».

    Le message a été communiqué au nouveau nonce apostolique en Grande-Bretagne, Mgr Edward Adams, et à l’évêque en charge de cette journée, Mgr John Sherrington. «Le Saint-Père assure de ses prières et adresse aux organisateurs et aux participants de la Journée pour la vie sa bénédiction apostolique», a déclaré le nonce.

    Cette année marque le 50e anniversaire de la légalisation de l’avortement en Grande-Bretagne. «La Journée pour la vie de cette année, précise la conférence épiscopale, nous offre une occasion pour prier et se souvenir de toutes les vies perdues avant la naissance, et pour offrir un support pratique et un soutien psychologique aux femmes et hommes préoccupés par une grossesse inattendue».

    Pour les femmes qui ont avorté, les prélats rappellent les paroles du Pape dans la Lettre apostolique Misericordia et Misera : «Il n’est pas de péché que la miséricorde de Dieu ne puisse rejoindre et annuler, quand on trouve un cœur repenti qui cherche à se réconcilier avec le Père». La Journée entend sensibiliser sur le sens et la valeur de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle. Le bénéfice de la collecte qui sera effectuée à cette occasion sera destiné à des activités et des structures de l’Église en faveur de la vie, notamment l’Anscombe Bioethics Centre.

  • Le message du pape pour la Journée des Pauvres (19 novembre 2017)

    IMPRIMER

    Journée des pauvres: texte complet du message du pape François

    «N’aimons pas en paroles, mais par des actes»

    « N’aimons pas en paroles, mais par des actes »: ce verset de saint Jean forme le titre du message du pape François pour la première Journée mondiale des pauvres, fixée par « Misericordia et Misera » au 33ème Dimanche du Temps Ordinaire, et qui sera donc célébrée le 19 novembre 2017: « Accueillons-les comme des hôtes privilégiés à notre table. »

    Ce message est publié par le pape, il le souligne, ce 13 juin 2017, en la mémoire liturgique du grand docteur de l’Eglise franciscain, ami des pauvres, saint Antoine de Padoue (1195-1231) – de Lisbonne, pour les Portugais.

    Le pape invite à faire précéder le 19 novembre par une semaine faite « de nombreux moments de rencontre et d’amitié, de solidarité et d’aide concrète ».

    AB

    Message du pape François:

    N’aimons pas en paroles, mais par des actes

    1.« Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, par des actes et en vérité » (1 Jn 3, 18). Ces paroles de l’apôtre Jean expriment un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction. La gravité avec laquelle le ‘‘disciple bien-aimé’’ transmet, jusqu’à nos jours, le commandement de Jésus s’accentue encore davantage par l’opposition qu’elle révèle entre les paroles vides qui sont souvent sur nos lèvres et les actes concrets auxquels nous sommes au contraire appelés à nous mesurer. L’amour n’admet pas d’alibi : celui qui entend aimer comme Jésus a aimé doit faire sien son exemple ; surtout quand on est appelé à aimer les pauvres. La façon d’aimer du Fils de Dieu, par ailleurs, est bien connue, et Jean le rappelle clairement. Elle se fonde sur deux pierres angulaires : Dieu a aimé le premier (cf. 1 Jn 4, 10.19) ; et il a aimé en se donnant tout entier, y compris sa propre vie (cf. 1 Jn 3, 16).

    Un tel amour ne peut rester sans réponse. Même donné de manière unilatérale, c’est-à-dire sans rien demander en échange, il enflamme cependant tellement le cœur que n’importe qui se sent porté à y répondre malgré ses propres limites et péchés. Et cela est possible si la grâce de Dieu, sa charité miséricordieuse sont accueillies, autant que possible, dans notre cœur, de façon à stimuler notre volonté ainsi que nos affections à l’amour envers Dieu lui-même et envers le prochain. De cette façon, la miséricorde qui jaillit, pour ainsi dire, du cœur de la Trinité peut arriver à mettre en mouvement notre vie et créer de la compassion et des œuvres de miséricorde en faveur des frères et des sœurs qui sont dans le besoin.

    Lire la suite

  • Deux prêtres ordonnés à Namur dimanche prochain

    IMPRIMER

    De Christine Bolinne sur le site du diocèse de Namur :

     
    Dimanche, à la cathédrale, Gianpaolo et Stany seront ordonnés prêtre

    Ce dimanche 18 juin, Stany Fernandes et Gianpaolo Cesareo seront ordonnés prêtres par Mgr Vancottem. Stany, originaire d’Inde a 32 ans tout comme Gianpaolo originaire, lui, d’Italie. Tous deux vivent le Chemin néocatéchuménal et se sont formés au séminaire Redemptoris Mater. Rendez-vous à 15h, à la cathédrale Saint-Aubain pour accompagner ces futurs prêtres diocésains.

    “Dimanche, je pense que je regarderai, très peu, maman, je suis certain qu’elle va pleurer” confie Gianpaolo Cesareo. ''Elle désirait tant avoir un fils prêtre que je suis convaincu qu’elle a prié pour cela.” Dans la famille de Stany Fernandes, ce n’est pas la première fois que l’on vivra, toujours avec émotion, une ordination presbytérale. Le frère aîné de Stany est prêtre en Inde. Une partie de la famille fera le déplacement.

    Stany Fernandes et Gianpaolo Cesareo vivent le Chemin néocatéchuménal. Dans la paroisse de Stany, du moins au moment où celui-ci était encore enfant, le Chemin néocatéchuménal comptait trois communautés. Aujourd’hui, le Chemin est présent un peu partout en Inde. ''Dans ma paroisse de Sirsi, près de Goma, un lieu qui a été colonisé par les Portugais, il y a trois communautés.'' Des Portugais qui se sont aussi chargés de l'évangélisation. A Tarante, chez Gianpaolo, dans les Pouilles (Italie), le Chemin est bien implanté. Les deux ordinands ont fait connaissance avec ce chemin d’initiation chrétienne à travers leurs parents. ''J'ai grandi dans l'Eglise et avec le charisme du Chemin.'' souligne Gianpaolo Cesareo.

    Lire la suite

  • Belgique : Eglise Requiem ?

    IMPRIMER

    Lu sur diakonos.be :un article de Marco Tosatti publié dans Il Timone de juin 2017 

    ds_dekesel_003.jpg« La Belgique était un pays de forte tradition catholique. Pourtant, alors qu'à une certaine époque 99% de la population se déclarait fidèle à Rome, la situation a aujourd'hui radicalement changé, aussi bien à cause de l'immigration, surtout musulmane, que de la sécularisation qui, en Belgique, revêt des proportions particulièrement extrêmes, particulièrement en ce qui concerne les sujets liés à la vie. Par ailleurs, l'Eglise ne semble pas réagir à cette situation de manière efficace, bien au contraire.

    Examinons tout d'abord quelques chiffres. Il n'est pas facile d'obtenir des données à jour parce que la Belgique n'organise pas de recensements sur l'appartenance religieuse au niveau national. Mais en croisant les données mises à disposition par l'UCL remontant à quelques années (2012) avec les statistiques fournies par les autorités religieuses, on peut esquisser un tableau.

    Le panorama qui en ressort est, du point de vue de la foi, très inquiétant. Moins de 4% de la population entre 5 et 69 ans va à la messe le dimanche. A peine un mariage sur quatre est encore célébré à l'Eglise et le baptême est devenu une pratique qui du point de vue statistique concerne désormais à peine plus d'un nouveau-né sur deux. Les statistiques sur l'évolution de la pratique religieuse prennent comme point de départ l'année 1977 et comme point d'arrivée l'année 2007 (ou 2009 en fonction des études).

    La situation des vocations est tout aussi grave, voire bien pire. En 1960, il y avait environ 10.500 prêtres en Belgique, aujourd'hui ils sont plus ou moins 3.000 et la plupart sont très âgés. Mais le vrai problème, ce sont les nouvelles vocations. En 2016, il n'y avait aucun nouveau séminariste francophone à Namur (aujourd'hui aucun diocèse belge n'est en mesure d'avoir son propre séminaire).

    Le nombre de prêtres ordonnés chaque année n'est pas plus réjouissant. D'après des données globales de 2014, Namur ordonnait sept nouveau prêtres, suivie par Malines-Bruxelles avec six, Gand avait un nouveau prêtre alors que Bruges, Hasselt, Anvers, Liège et Tournai n'en avaient pas un seul. En outre, parmis ces nouveaux prêtres, les belges sont minoritaires: trois à Namur alors que les autres étaient originaires du Paraguay, du Brésil, d'Italie et du Bénin. A Bruxelles, il n'y avait que trois belges et tous les autres étaient étrangers. En 2015, Namur ordonnait sept nouveaux prêtres et cette année on célébrera l'ordination de deux candidats au sacerdoce, Allan Azofeifa et Isaac Torres.

    C'est dans un tel contexte de désolation que se produisent des événements qui semblent difficilement compréhensible. Le précédent archevêque de Bruxelles, Mgr Léonard, avait créé et développé la Fraternité des Saint Apôtres à Bruxelles. Depuis sa création en 7 avril 2013, elle avait attiré 27 membres en à peine trois ans d'activité: six prêtres et 21 séminaristes, sans compter un excellent travail dans les deux paroisses qui leur avaient été confiées. Des chiffres qui, comparés à ceux que nous venons d'analyser, semblent à peine croyables.

    Mais dans les mois qui ont suivi la démission de Mgr Léonard, le Cardinal Jozef De Kesel, une créature du Cardinal Danneels - par ailleurs fortement impliqué dans une affaire de couverture d'actes pédophiles (un évêque qui violait son neveu) et malgré cela grand conseiller du Pape - a décidé de ne plus héberger la Fraternité. Malgré les protestations véhémentes des fidèles. Cette affaire, mollement justifiée par Mgr De Kesel, a été suivie par un autre éloignement scandaleux: celui des Fraternités de Jérusalem, forcées de manière indirecte à quitter la capitale belge après une longue présence.

    En ajoutant à cela des déclarations et des positions d'évêques et de la Conférence épiscopale en phase avec la pensée et la culture dominante, hyperlaïque, le futur de cette Eglise semble bien sombre ».

    Source: Il Timone, juin 2015, p. 1

    L’Eglise belge est inscrite dans les rouages de l’Etat comme la grenouille dans l’eau tiède qui l’anesthésie.

    JPSC

  • Pour clarifier notre vision de l’islam, sans déni ni passion

    IMPRIMER

    De François La Choue sur le site de l'Homme Nouveau :

    Clarifier notre vision de l’islam, sans déni ni passion

    Dans son dernier ouvrage L’islam pour ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore), Annie Laurent affirme avec vigueur qu’« entre islam et islamisme, il s’agit d’une différence de degré, mais pas de nature ». Sa démarche pédagogique exclut l’hostilité envers les musulmans qu’elle appelle à respecter comme le font les chrétiens d’Orient fidèles à montrer l’exemplarité évangélique.

    Comment expliquer l’incompréhension actuelle des Occidentaux envers l’islam (et notamment envers sa dimension politique) ? Simple méconnaissance ou manque de courage ?

    Je pense que l’incapacité actuelle des Occidentaux à comprendre vraiment l’islam résulte avant tout de l’ignorance. Celle-ci a, à mon avis, plusieurs causes. Il y a d’abord l’oubli de l’histoire, en particulier de la part des Européens. La conscience d’une identité européenne, enracinée dans la foi chrétienne, s’est pourtant largement forgée dans la confrontation avec l’islam, arabe, berbère et turc. Des épisodes marquants en témoignent : les Croisades pour libérer les Lieux saints, l’occupation musulmane d’une partie de l’Europe du sud (Espagne, Portugal, Italie méridionale, Provence) et de l’est (Grèce, Balkans) et les guerres de Reconquête qui y ont mis un terme, la résistance aux offensives ottomanes arrêtées à Lépante, Belgrade et Vienne, puis aux razzias opérées par les « Barbares » d’Afrique du Nord. Dans la lutte contre les avancées militaires musulmanes, des saints se sont illustrés (le roi Louis IX, Pierre Nolasque et Jean de Matha, respectivement fondateurs de l’Ordre de la Merci et des Trinitaires voués au rachat des captifs, le pape Pie V, initiateur de la Sainte Ligue, Jean de Capistran, Laurent de Brindisi et Marc d’Aviano, aumôniers des armées chrétiennes, Vincent de Paul, etc.). Du VIIIe au XXesiècle, les peuples d’Europe ont su que l’islam est fondé sur une idéologie qui pour être religieuse n’en est pas moins conquérante aux plans politique et culturel.

    Aujourd’hui, l’enseignement de l’histoire à l’école, qui tend à présenter l’islam comme une religion « tolérante » et victime de « l’arrogance » européenne, entretient l’ignorance. Cette amnésie fautive engendre un pacifisme qui anéantit la vertu de force, pourtant éminemment chrétienne. Enfin, les défaillances dans la transmission de la foi, le relativisme doctrinal ambiant et l’apostasie pratique ont achevé d’aveugler l’Europe sur les ambitions de l’islam.

    C’est pour remédier aux confusions qui en résultent qu’avec quelques amis j’ai fondé l’association CLARIFIER (Galaxy 103, 6 bis rue de la Paroisse, 78000 Versailles. Contact). Son objectif est d’abord pédagogique. À travers un périodique informatique, les Petites Feuilles vertes, ou à l’occasion de mes conférences et sessions de formation, qui traitent de l’islam dans toutes ses réalités, j’essaie d’aider ceux qui me lisent ou m’écoutent à adopter un regard lucide et des attitudes responsables.

    Mais, à entendre la plupart des commentateurs patentés, l’islamisme ne serait qu’une scorie de l’islam, voire n’aurait rien à voir avec ce dernier. Qu’en est-il ?

    Jusqu’au milieu du XXe siècle, un seul et même mot, « islamisme », servait aux Occidentaux à désigner la religion et la civilisation musulmanes. Le bienheureux Charles de Foucauld lui-même (1858-1916), dans ses nombreux écrits, ne parle que d’islamisme. La distinction est apparue dans l’Europe post-chrétienne et sécularisée qui a voulu cesser de voir dans l’islam un ennemi héréditaire de la chrétienté.

    Lire la suite

  • Satan existe-t-il ?

    IMPRIMER

    Du site de bfm.tv :

    Satan existe-t-il vraiment? La question divise l'Eglise catholique

    Le diable n'est pas qu'une vue de l'esprit, pour le pape Français. Pour le nouveau supérieur général de l'ordre des jésuites, il ne s'agit au contraire que d'une figure symbolique inventée par les hommes.