Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique - Page 3

  • Bruxelles, 8 octobre : "Aimer en vérité", conférence par l'abbé Pierre-Hervé Grosjean

    IMPRIMER
    Photo de Paroisse Notre Dame de Stockel.

    Aimer en Vérité

    Conference par l'Abbé Grosjean

    dimanche 8 octobre à 20:00 - 22:00

    Paroisse Notre Dame de Stockel

    25 rue Vandermaelen, 1150 Woluwe-Saint-Pierre

    Une conférence par l'abbé Pierre-Hervé Grosjean qui reprend les idées fortes du livre "aimer en vérité". Depuis des années l'abbé Grosjean rencontre et écoute des jeunes et il les connaît bien. De son expérience d'accompagnement et de ses conférences, il a recueilli le meilleur pour répondre à toutes leurs questions sur la construction d'un amour vrai. Ni cours de morale, ni code de conduite, il veut transmettre aux jeunes de 15 à 22 ans des convictions qui font grandir et encouragent, pour se préparer à aimer. Son propos est également pour tous ceux qui veulent donner à leurs ados et leurs aînés une vision juste et constructive de l'amour. L'abbé Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles. Ordonné en 2004, il est aujourd'hui curé de paroisse à Saint-Cyr-l'école. Aumônier de lycée, il accompagne également beaucoup de jeunes, dans le cadre du scoutisme ou des Universités d'été « Acteurs d'Avenir » qu'il a fondées. Il anime Padreblog.fr avec deux autres confrères.
     
  • La Philosophie pour la Vie de Stéphane Mercier est disponible

    IMPRIMER
    thumb_1373_default_large.jpeg
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    L’avortement est-il une conquête décisive de l’humanité ou, au contraire, le retour à la barbarie ? L’avortement est-il la libération de la femme, ou le meurtre d’un petit innocent ? Stéphane Mercier, docteur en philosophie, aborde ces questions avec justesse et clarté, après avoir établi les conditions d’un véritable débat.

    Ce petit ouvrage écrit d’un point de vue philosophique constitue un vade-mecum pour tous ceux qui désirent des arguments contre l’avortement.

    Stéphane Mercier est docteur en philosophie. En tant que chargé de cours à l’Université catholique de Louvain (Belgique), il livre à ses étudiants cet argumentaire le 21 mars 2017. L’auteur ne se doutait pas qu’il allait mettre tous les partisans du droit à l’avortement en émoi : la presse et les politiques se saisissent de l’affaire, on en parle jusqu’au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tous réclament des sanctions contre ce professeur qui ose condamner l’avortement : l’UCL finit par le licencier. 

    Prix : 10 euros

  • Ecrivons au bourgmestre de Bruxelles pour faire interdire un évènement promouvant commercialement la GPA

    IMPRIMER

    Une initiative d'Action pour la Famille :

    L’organisation américaine Men having babies revient au Hilton de Bruxelles pour promouvoir la gestation pour autrui franchement commerciale les 23 et 24 septembre.

    Envoyez un mail à Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles (cabinet.ph.close@brucity.be
    pour lui demander d’interdire la tenue de cet événement qui incite à une pratique qui traite la femme comme un objet commercial et favorise le trafic des enfants.

    Mettez les mails des conseillers communaux en copie.

    Ecrivez avec vos propres mots en vous inspirant de l’argumentaire ci-dessous.

    L’organisation américaine Men having babies tiendra au HILTON un événement pour promouvoir l’accès à la parentalité via le recours à une mère porteuse aux Etats-Unis ou au Canada. Cette organisation a pour objectif de faciliter la signature de contrats commerciaux de gestation pour autrui (GPA) entre un ou des parents d’intention et les différentes parties impliquées (mères porteuses, cliniques, services juridiques, donneurs de gamètes etc.). Ce type de contrats garantit la remise d’un bébé ‘clé sur porte’ pour un prix qui varie entre 95 000 et 160 000 dollars.

    Cet événement a pour but de promouvoir la gestation pour autrui franchement commerciale. Comme on peut le lire sur leur site www.menhavingbabies.org « Notre annuaire comprend la description détaillée (avec vidéos) de plus de 100 fournisseurs de GPA, et nous présentons les évaluations, les analyses et les coûts concernant des douzaines de sociétés et de cliniques qui pratiquent la GPA. »

    Par la présente, je me permets de vous demander d’interdire par voie d’arrêté la tenue de cet événement pour les raisons suivantes.

    1    Un contrat commercial de gestation pour autrui viole un principe fondamental du droit, à savoir l’indisponibilité du corps humain

    Un contrat commercial de gestation pour autrui oblige la mère porteuse à remettre son enfant aux parents d’intention moyennant une rémunération. Dans un tel cadre,  les organes reproductifs de la mère porteuse sont traités comme des choses qui ont un prix, c’est-à-dire comme des marchandises. Ceci entre en contradiction évidente avec un principe fondamental du droit, à savoir que le corps humain et ses parties sont indisponibles, au sens où ils sont hors commerce et ne peuvent en aucun cas faire l’objet de transactions lucratives.

    C’est pourquoi les contrats de GPA sont nuls et dépourvus de toute valeur légale au regard du droit belge.

    2    La gestation pour autrui commerciale ne respecte pas les droits de l’enfant

    Selon l’article 7 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) de 1989 (signée et ratifiée par la Belgique),  « tout enfant a, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. » Il faut souligner que, dans la gestation pour autrui, la venue d’un enfant au monde est organisée de telle manière qu’il ne puisse généralement pas connaître sa mère et que – dans tous les cas de figure – il ne soit pas élevé par elle. La pratique de la gestation pour autrui entre ainsi en contradiction avec cet article 7.

    3    La gestation pour autrui commerciale implique la vente d’un enfant

    De plus, dans la gestation pour autrui commerciale, la mère porteuse est payée pour remettre son enfant aux parents d’intention, ce qui revient à leur vendre son enfant. Ceci est totalement contraire aux dispositions de la Convention internationale des droits de l’enfant. En effet, dans son article 35, la CIDE demande que les Etats signataires prennent « toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit. » (Art. 35)

    Par ailleurs, de nombreuses associations féministes, tant en Belgique qu’à l’étranger, ont manifesté leur opposition à la légalisation de contrats de gestation pour autrui comme allant à l’encontre de la liberté de la femme. C’est le cas des Femmes Prévoyantes Socialistes en 2016. En outre, la Commission des Affaires Institutionnelles du Sénat s’est prononcée à l’unanimité contre la GPA commerciale, ainsi que l’atteste son Rapport d’information concernant l’examen des possibilités de créer un régime légal de coparentalité du 4 décembre 2015. En Belgique, tous les partis politiques et une très grande majorité de la population sont opposés à la GPA commerciale.

    Pour les raisons exposées ci-dessus, il paraît inacceptable que les autorités de la ville de Bruxelles tolèrent sur leur territoire la promotion d’une pratique contraire aux droits des femmes et des enfants. C’est pourquoi il serait opportun que les autorités communales de la ville de Bruxelles interdisent par voie d’arrêté la tenue au Hilton de l’événement organisé par Men having babies.

    En interdisant cet événement – comme l’article 133 de la Nouvelle loi communale vous y autorise – vous prendriez, Monsieur le Bourgmestre, une décision courageuse. Celle-ci ne manquera pas d’être critiquée par certains. Mais une telle décision serait en plein accord avec les valeurs défendues par votre parti : la liberté des femmes et le respect de leur corps, les droits des enfants et l’opposition à un néo-libéralisme économique effréné pour lequel la recherche de profit va jusqu’à commercialiser des personnes.

    Mails des conseillers communaux

    Malika.Abbad@brucity.be

    Fatima.Abid@brucity.be

    Jean-Marie.Amand@brucity.be

    cabinet.e.ampe@brucity.be

    Mustapha.Amrani@brucity.be

    Clementine.Barzin@brucity.be

    Mohammed.Boukantar@brucity.be

    cabinet.g.coomans@brucity.be

    cabinet.a.courtois@brucity.be

    Dominique.DeBacker@brucity.be

    Bianca.Debaets@brucity.be

    Sbai.Derbaki@brucity.be

    Mohamed.ElHamrouni@brucity.be

    pres.1000@cpasbru.irisnet.be

    Yusuf.Ergen@brucity.be

    cabinet.f.hariche@brucity.be

    kathrine_jacobs@yahoo.fr

    Zoubida.Jellab@brucity.be

    cabinet.k.lalieux@brucity.be

    Catherine.Lemaitre@brucity.be

    cabinet.m.lemesre@brucity.be

    Naima.Maati@brucity.be

    Fabian.Maingain@brucity.be

    Bertin.Mampaka@brucity.be

    mounia_mejbar@hotmail.com

    jm@joellemilquet.be

    Fatima.Moussaoui@brucity.be

    Alain.Nimegeers@brucity.be

    Jacques.Oberwoits@brucity.be

    cabinet.m.ouriaghli@brucity.be

    Sevket.Temiz@brucity.be

    Liesbet.Temmerman@brucity.be

    Celine.Vivier@brucity.be

    Didier.Wauters@brucity.be

    Khalid.Zian@brucity.be


    Action pour la famille-Actie gezin
    http://www.actiegezin-actionfamille.be
    https://www.facebook.com/agaf

  • Constance du Bus, porte-parole de la Marche pour la Vie, est à l'honneur sur Famille Chrétienne

    IMPRIMER

    De Pierre Jova sur le site de Famille Chrétienne :

    Constance Du Bus, ambassadrice de la vie

    Constance Du Bus

    Constance Du Bus, porte-parole de la Marche pour la vie en Belgique ©DR

    EXCLUSIF MAG – Formée sur les bancs du Parlement Jeunesse, la porte-parole de la Marche pour la vie en Belgique a été propulsée sur le devant de la scène.

    Le calme après la bataille. Assise confortablement dans un café parisien, sous le regard d’un tableau de Napoléon Bonaparte, Constance Du Bus revient bronzée du GR corse. Difficile d’imaginer qu’en mars dernier cette Belge souriante de 21 ans affrontait le feu roulant des médias, en tant que porte-parole de la Marche pour la vie de Bruxelles. L’évènement coïncidait avec « l’affaire Stéphane Mercier », ce professeur de philosophie congédié par l’Université catholique – francophone – de Louvain pour avoir distribué un argumentaire pro-vie à ses étudiants. « En se félicitant unanimement du renvoi du professeur, les médias et les politiques ont touché à une valeur belge : le compromis, garantissant la liberté académique ! Beaucoup de gens se sont réveillés, il y a eu, enfin, un vrai débat sur l’avortement », raconte Constance.

    L’étudiante en droit a crevé l’écran lors de ses interventions. Quatre mois plus tard, un texte voulant faire de l’avortement – dépénalisé depuis 1990 – un « droit » a été recalé au Parlement fédéral. « Ils ont vu qu’il y avait encore des gens sensibles à ces valeurs », se félicite la porte-parole. De quoi stupéfier les vieux gardiens du dogme libertaire, comme le septuagénaire Philippe Mahoux, président du groupe socialiste au Sénat et « père » des lois sur l’euthanasie, qui ne s’attendaient pas à rencontrer de tels empêcheurs – et si jeunes ! – de transgresser en rond... « C’est le rôle de la jeunesse de remettre en question ! », pointe-t-elle. « Un demi-siècle après Mai 68, notre génération se permet plus librement que les précédentes de remettre en question ce que l’on croyait intangible. Le tabou est progressivement levé ! »

    Son aisance et sa détermination, Constance les a affinées sur les bancs du Parlement Jeunesse : une initiative de la fédération Wallonie-Bruxelles qui propose aux lycéens et étudiants une simulation parlementaire grandeur nature. Successivement députée, présidente de la commission de la santé, puis ministre de l’Intégration sociale, elle a appris à légiférer, arbitrer, convaincre.

    Elle a également reçu une solide formation des Dominicaines. « Je leur suis très reconnaissante de m’avoir fait découvrir la philosophie et la littérature », témoigne- t-elle. Sa foi chrétienne, elle en est « très fière »! Catholique tranquillement assumée, Constance insiste sur la dimension laïque de son engagement, mais confie que l’Esprit Saint est « la première personne » qui l’a soutenue dans son combat médiatique.

    Constance est à l’image de cette nouvelle jeunesse belge, paisiblement décomplexée, et profondément attachée à l’unité de son pays. Née à Renaix, ville frontalière entre la Wallonie francophone et la Flandre néerlandophone, elle a reçu un enseignement bilingue : « Mes parents voulaient qu’on soit ouverts à la richesse de la Belgique », explique l’étudiante à la Katholieke Universiteit Leuven, l’Université catholique néerlandophone de Louvain.

    Désormais, elle brûle d’aller sur le terrain, pour « connaître les réalités des gens » et trouver des solutions pratiques : « Nous voulons mettre en place des actions dans l’espace public, un soutien matériel apporté aux femmes enceintes, un argumentaire à destination des politiques. » Avant de se tourner vers le droit, Constance se rêvait diplomate: « J’aime beaucoup dialoguer et concilier, faire des ponts entre les personnes. » Son engagement l’a conduite à être ambassadrice de la vie. Dans son propre pays. 

  • Mgr Kockerols présidera le grand pardon de Sainte-Anne-La-Palud

    IMPRIMER

    Mgr Jean Kockerols au grand pardon de Sainte-Anne-La-Palud (source : Riposte catholique)

    Le grand pardon de Sainte-Anne-La-Palud dure quatre jours, du 26 au 29 août, sur le sanctuaire des dunes du Porzay. C’est le dernier dimanche d’août que se déroule le grand pardon de La Palud à Plonévez-Porzay. On attend à cette occasion près de 20 000 pèlerins. C’est l’un des plus importants pardons de Bretagne.

    Il est présidé par Mgr Jean Kockerols, évêque catholique belge, auxiliaire de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles en Belgique, en présence de Mgr Laurent Dognin, l’évêque du diocèse de Quimper et Léon.

    Ils évoqueront la vie de Jeanne Jugan, religieux, née à Cancale et canonisée par Benoit XVI en 2009. Le moment fort du pardon reste la grande procession du dimanche après-midi avec plus de 550 porteurs de croix, bannières et statues, dans leurs beaux habits bretons.

  • Dimanche 3 septembre à 10 heures : messe de rentrée à l’église du Saint-Sacrement à Liège

    IMPRIMER

    Le dimanche 3 septembre prochain, 13eme après la Pentecôte, sera aussi celui de la rentrée après les vacances d’été.

    L’église du Saint-Sacrement à Liège (Bd d’Avroy, 132) offrira à 10 heures une célébration particulièrement soignée sur le plan musical :  

    anne-sylvie-300x200.jpgLes mélodies grégoriennes au programme illustreront les plus belles paroles d’espérance du Livre des Psaumes.  L’offertoire, l’élévation et la communion seront aussi accompagnés au violon par l’Ensemble instrumental Darius qui jouera des extraits de l’œuvre d’Antonio Vivaldi ainsi que de Jean-Marie Leclair, un compositeur qui a sa place parmi les plus grands musiciens français du XVIIIe siècle : on pourra l’entendre dans une sonate à découvrir ou redécouvrir! A l’orgue : Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers.

    Saint-Sacrement 1er dimanche du mois_sept2017.jpg

    Plus de renseignements : tel 04 344 10 89  ou email : sursumcorda@skynet.be

     ou site web :  http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com/

    JPSC

  • Quand le nombre de traitements de procréation médicale explose en Belgique...

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Explosion du nombre de traitements de procréation médicale en Belgique : Nouvelle Fiche Didactique

    23/08/2017 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV / ICSI a plus que doublé entre 2004 et 2014, passant de 14.652 à 33.370 durant cette période. On a de plus enregistré une augmentation inexpliquée de presque 20% du nombre des traitements chez les moins de 36 ans
    La Belgique est-elle plus sujette à l’infertilité ou plus prompte à lancer des traitements lourds et coûteux ? Assiste-t-on à une surconsommation dans le domaine de la médecine reproductive ? 
    Dans, l’European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology notamment, en mai 2017, des scientifiques s’alarment du recours beaucoup trop fréquent à la FIV / ICSI. 
    Le Collège de médecins « Médecine de la reproduction » — l'organe responsable de l'organisation de l'évaluation externe de la médecine reproductive — s’inquiétait déjà en 2011 du recours banalisé à la PMA. En serait-on donc arrivé à abuser de ces techniques ? S’il y a bien l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé qui est chargée de contrôler la pratique de la PMA, en réalité, ce contrôle semble plutôt faible.

    Suite : Fiche didactique détaillant les techniques, le cadre légal mais aussi les questions éthiques.

  • Pourquoi les Frères de la Charité ne peuvent accepter l’euthanasie dans leurs institutions

    IMPRIMER

    Nicolas Senèze, sur le site du journal La Croix, s'entretient avec le Frère René Stockman,supérieur général des Frères de la Charité de Gand

    « Les Frères de la Charité ne peuvent accepter l’euthanasie dans leurs institutions »

    L’association qui gère les hôpitaux psychiatriques des Frères de la Charité en Belgique a accepté de pratiquer des euthanasies. Soutenu par le pape, le supérieur général de la congrégation se dit prêt à se séparer de ses œuvres qui ne mettraient plus le respect de la vie au cœur de leur action.

    La Croix : Les Frères de la Charité ont-ils accepté de pratiquer des euthanasies dans leurs centres psychiatriques ?

    Frère René Stockman : Nos institutions en Belgique ne sont pas gérées directement par la congrégation mais par une association dont le conseil d’administration est aujourd’hui composé de onze laïcs et trois religieux. C’est ce conseil qui a adopté un texte sur la possibilité de pratiquer des euthanasies dans nos centres psychiatriques.

    Que reprochez-vous à ce texte ?

    Fr R. S. : Quatre points sont litigieux. D’abord, de ne plus faire du respect de la vie un absolu, mais une « valeur fondamentale », mise au même niveau que l’autonomie des malades et la relation thérapeutique. Il précise en outre que si un malade est dans une situation sans perspective, il peut demander l’euthanasie : or, dire que nous ne sommes plus en mesure d’aider un patient relève de la mauvaise psychiatrie ! Par ailleurs, il fait de l’euthanasie un acte médical, ce qui n’est pas dans la loi, celle-ci se bornant seulement à exempter le médecin de poursuites. Enfin, il permet que l’euthanasie soit pratiquée au sein de nos institutions, ce que je ne peux pas accepter comme responsable de la congrégation.

    À lire aussi : Le Vatican menace d'exclusion un ordre belge autorisant l'euthanasie

    Vos centres, qui accueillent une grande partie des malades psychiatriques en Flandres, ne peuvent donc accueillir leurs demandes d’euthanasie ?

    Fr R. S. : Si un malade fait une telle demande, prévue par la loi belge, nous sommes prêts à l’écouter. Nous pouvons entamer avec lui et sa famille un parcours dans l’espoir qu’il change d’avis. Nous pouvons accueillir sa demande, mais pas pratiquer l’euthanasie dans nos institutions : c’est en complète opposition avec le principe de respect absolu de la vie qui nous guide. On doit certes respecter l’autonomie du malade, mais celle-ci n’est jamais absolue. D’autant plus dans le domaine psychiatrique !

    Lire la suite

  • La mort d'un grand communicateur

    IMPRIMER

    De Christian Laporte sur le site de la Libre :

    Armand Pirard avait transcrit le concile Vatican II à la RTB(F)

    L'abbé Armand Pirard s'est éteint lundi à 2h15 du matin chez les Petites Sœurs des Pauvres dans leur maison de la rue Haute à Bruxelles. Agé de 88 ans, c'est une figure importante de l'actualité religieuse de la RTB et de la RTBF qui rejoint ainsi nombre de pionniers des grandes et belles années de croissance de la télévision belge.

    Ce prêtre du diocèse de Liège qui resta très attaché à sa paroisse de Francheville près de Stavelot - où il avait même fait venir la télé publique pour une messe de minuit à Noël! - avait cependant travaillé d'abord sur le grand reportage aux côtés de Raoul Goulard.

    Dans les années 1960, il avait vu arriver bien avant d'autres l'essor de la vidéo et l'utilité de son usage à des fins pédagogiques et culturelles. Cela l'avait amené à créer le CTV sis à l'avenue des Nerviens aux abords du parc du Cinquantenaire à Bruxelles. Cette institution servit d'interface entre la production de reportages de société pas uniquement religieux du reste et leur diffusion sous forme de cassettes dans les écoles ou autres lieux s'adressant à la jeunesse mais aussi aux chrétiens en général. Il fut donc un des grands promoteurs des téléforums en Belgique francophone.

    Dans le sillage de Jean Paul II…

    Et toujours prêt à lancer de nouvelles initiatives qui insisteraient sur la place des médias modernes dans la diffusion de l'Evangile. Cela l'amena à assurer des cours au département de Communication sociale de l'UCL tout en devenant un pilier des messes télévisées où il était l'adjoint de l'abbé Zech. Il en assura moult homélies tout en s'investissant aussi dans la difusion de messes en Eurovision.

    Armand Pirard fut en même temps le journaliste-religieux belge qui connut sans nul doute le mieux la dimension internationale du pape Jean-Paul II. Il assura en effet le reportage de nombre de ses voyages, y investissant sans limite. Et ce très vite après que Karol Wojtyla se soit installé sur le trône de Pierre. Très classique sur le plan doctrinal, l'abbé Pirard était très ouvert à toutes les innovations médiatiques. En ce sens, il avait bien traduit les conclusions du concile Vatican II en termes médiatiques!

    "S'il fallait le caractériser par un mot" explique l'abbé Philippe Mawet qui avait pris le relais en 2006 aux messes radiotélévisées "c'est bien celui de fraternel… Armand l'était avec ses collègues mais aussi avec toutes les équipes de la RTBF qui appréciaient son compagnonnage et sa dimension très professionnelle".

    Bien qu'atteint déjà par la maladie, l'abbé Pirard participa encore à diverses grandes cérémonies et à diverses conférences de presse, ces dernières années au siège de l'Eglise catholique à la rue Guimard. C'était l'occasion d'évoquer l'un ou l'autre souvenir de ses reportages. Une de nos dernières grandes rencontres se situa avant la béatification de Jean-Paul II.

    Son attachement sans limités à son diocèse d'origine l'avait amené à fêter ses 60 ans de sacerdoce en 2011 à Liège mais ces dernières années, sa paroisse était celle de son successeur Philippe Mawet, curé de Saint-Alix qui lui a administré le sacrement des malades le jour de l'Assomption. Ce sera là qu'on célèbrera, probablement, ce samedi son A-Dieu…

    Hommage rendu par la RTBF Radio

  • La Libre, Van Rompuy et les "ultra-cathos" : un frère de Saint-Jean dénonce un article tendancieux et peu respectueux de la déontologie journalistique

    IMPRIMER

    Le frère Marie-Jacques de la Communauté Saint-Jean adresse cette réponse à l'article paru jeudi dernier (17 août) dans La Libre et intitulé "Des catholiques opposés à Van Rompuy qui ose le débat sur la fin de vie" (la première mouture de cet article, celle publiée sur l'édition papier, incriminait les "ultra-cathos" auxquels belgicatho était assimilé) :

    Madame, Monsieur

    Permettez-moi de réagir à votre article "Des catholiques opposés à Van Rompuy qui ose le débat sur la fin de vie", fort tendancieux et non respectueux du minimum de déontologie journalistique, surtout sur un sujet aussi délicat.

    Concernant Mr Van Rompuy, homme politique si respectable, qui a participé pourtant notamment à un débat à Liege il y a quelques années sur la profondeur de la doctrine sociale de l'Eglise, le titre de l'article semble insinuer "l'affront" de s'opposer à la parole réfléchie de cet homme politique. Or, sa compétence politique ne lui donne pas autorité pour se prononcer sur un domaine moral et d'autant plus vu sa gravité; et l'article ne mentionne pas volontairement qu'il fait partie des laïcs (qui se disent catholiques) membres de l'organisation qui gère les 15 hôpitaux des Frères de la charité et qui a voté cette euthanasie. Il parle en tant que membre du conseil de cette organisation, ayant choisi ce vote, pas à un autre titre. Ce n'est pas honnête de donner un poids à sa parole en se référant à d'autres attributions de cet homme.

    - De plus, la citation "le temps du Roma locuta, causa finita est" ne correspond pas du tout ni à l'attitude actuelle de Rome, ni aux circonstances. C'est le frère René Stockman, supérieur général des Frères de la charité qui a demandé leur avis, après avoir  avec ses Frères dit ouvertement leur désaccord avec cette décision, qui n'a pas été prise par les Frères de la charité comme tels mais par l'organisation laïque dans laquelle il n'y a que 3 frères minoritaires. Il était évident qu'il fallait une réponse puisque l'enjeu est de savoir s'ils peuvent continuer à assumer la responsabilité morale de ces hôpitaux (et les journaux ont bien attribué aux Frères une décision, qui ne dépendait pourtant pas d'eux), autrement dit si cette organisation peut se dire à l'avenir liée à leur Congrégation, et même si elle peut s'afficher encore comme catholique. C'est bien à Rome de se prononcer sur ces points.

    La citation latine de Mr Van Rompuy comme la tendance de l'article sont exactement dans la ligne de fond idéologique de la pensée et de la culture contemporaine, plus précisément occidentale, qui est devenue prédominante depuis un demi-siècle. Celle-ci est marquée en effet, comme l'ont souligné de nombreux auteurs, par le relativisme absolu et le primat absolu de l'opinion subjective. Tout jugement n'est plus que de l'ordre d'une opinion parmi d'autres. Oser émettre un jugement dépassant le subjectivisme de l'opinion et atteignant un certain niveau de vérité, c'est-à-dire tout simplement de respect et de manifestation du réel dans sa diversité et sa complexité, ne peut que susciter la suspicion, la réprobation et l'accusation d'intolérance. L'ouverture d'esprit consiste à assimiler tous les points de vue sans chercher à se poser la question de leur pertinence, c'est-à-dire de leur rapport au réel, donc de leur vérité. 

    En outre, cette culture est devenue essentiellement non seulement conditionnée mais déterminée par le mode affectif de l'émotion. L'adhésion de l'intelligence ne se fait plus en fonction du réel objectif qui se fait connaître et la détermine mais du mouvement affectif qui la précède. Aussi un argumentaire ne devra pas chercher à éclairer mais à susciter une émotion d'enthousiasme et d'agrément, ou au contraire de répulsion pour être respecté et reçu. Le tweet avec la citation latine joue précisément à ce niveau-là, en présentant l'autorité (qui est un service) de l'Eglise dans certains domaines comme un diktat tyrannique empêchant de penser, ce qui ne peut évidemment susciter que la répulsion. Le débat sur le fond est soigneusement évité. Une des phrases de l'article est quant à elle du même ordre : "proche des frères de la Charité belges qui ont osé mettre sur le tapis le débat de la fin de vie  - ce n'est pas vrai, c'est l'organisation laïque, et il n'y a pas de débat mais une décision - des personnes psychiquement au bout du rouleau" : là on joue sur la réaction émotive pour justifier la décision.

    Frère Marie-Jacques csj

  • Flandre : on réaffecte les églises à tours de bras

    IMPRIMER

    Lu dans le quotidien "Het Laatse Nieuws" (19 août, p. 6) :

    46 églises obtiennent déjà de nouvelles affectations : du centre de remise en forme au marché de l'alimentation

    Pour la troisième fois, le gouvernement flamand a approuvé une série de dossiers concernant des églises qui recevront une nouvelle destination. Cette fois, il y en avait 16, celles évoquées précédemment en totalisant déjà 30. Cela ressort des chiffres demandés par le parlementaire flamand Kurt De Loor (s.p.a). "Les exemples de bâtiments d'église qui ont déjà été réaffectés parlent vraiment à l'imagination", a déclaré De Loor. "Pensez à Holy Food Market à Gand ou aux églises qui ont été transformées en garderies, pistes de skateboard ou centres de bien-être aux Pays-Bas. "À Ypres, une église a été transformée en centre de conditionnement physique. Le quatrième appel est en cours. Les municipalités et les conseils d'église peuvent toujours présenter leur candidature jusqu'au 22 septembre.