Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clin d'oeil - Page 3

  • Le pape François est-il un ange ?

    IMPRIMER

    new-yorker-pape-francois.jpgMoins d'une semaine après Time, c'est au tour d'un autre hebdomadaire américain mythique, le New Yorker, de mettre le pape François (qui fête ses 77 ans ce mardi 17 décembre) à la Une.

    Lu sur le site de « La Vie »

    « Un ange de neige. C'est avec cette figure que les enfants s'amusent à dessiner dans le manteau blanc de l'hiver que le New Yorker a choisi de représenter le pape François à l'occasion de son numéro de Noël. Le prestigieux magazine, qui publie aussi bien des reportages que des bandes dessinées et de la fiction, particulièrement réputé pour ses Unes illustrées, a donc choisi de représenter la joie et la simplicité du nouveau pape dans un dessin aussi décalé que poétique. Une belle réussite.

    La Une est accompagnée d'un long article (en anglais), intitulé « Qui suis-je pournew-yorker-benoit-xvi.jpg juger ? », qui dresse le bilan de « la première année d'un pape radical ».

    Pour mémoire, le New Yorker s'était déjà illustré au début du mois de mars dernier en représentant un autre pape, Benoît XVI, juste après sa renonciation, profitant de ses « vacances » sur une plage au soleil...

    Référence: Le pape François est un ange de neige à la Une du New Yorker

    Ici : Le pape François est un ange de neige à la Une du New Yorker François, homme de l’année (médiatique)… l’ange pur et radieux contre l’ange déchu ? la presse manipulatrice s’en donne à cœur joie..JPSC

  • Quand Benoît XVI inspire la NASA

    IMPRIMER

    pia08014-AEB1-full-reduced1.jpgLu sur le site de l’hebdomadaire « La Vie » :

    Le latin serait-il la langue de l'année ? Début 2013, le désormais pape émérite Benoît XVI lançait un compte Twitter en latin, depuis repris par son successeur François et fort d'un large succès. Puis en février, c'est dans cette langue que Benoît XVI a choisi d'annoncer sa renonciation, réservant ainsi le scoop de cette annonce aux seuls journalistes dotés d'une solide culture antique. Et voilà que la NASA décide de lui emboiter le pas en lançant à son tour une version latine (on devrait d'ailleurs plutôt parler de thème) de son projet HiRISE (pour High Resolution Imaging Science Experiment – soit Expérience d'images scientifiques en haute résolution).

    HiRISE photographie la planète Mars depuis la sonde spatiale Mars Reconnaissance Orbiter. Les clichés sont proposés sur internet depuis 2006 en dix langues, parmi lesquelles l'anglais, le russe ou même l'hébreux et l'islandais. Le projet s'est donc enrichi depuis hier d'un Tumblr en latin, ainsi qu'un compte Twitter, dont le tout premier message était sobrement : « Salve ! » (« Bonjour »).

    Lire la suite

  • Paléo catholiques

    IMPRIMER

    « Paléo catholiques », voilà un sobriquet dont certains nous gratifieraient volontiers...

    Comment qualifier autrement des gens qui s’obstinent à croire ce qu’on leur a enseigné au catéchisme, qui apprécient le chant grégorien, les cantiques et la liturgie d’autrefois, qui perpétuent des dévotions tombées en désuétude, qui s’obstinent à croire aux miracles et aux apparitions.

    Et tout cela dans un monde moderne où l’on pensait pourtant bien avoir tout fait pour démontrer l’inanité de ces rites et de ces croyances surannées. Ces gens n’ont-ils pas pris la peine d’écouter et de lire ces auteurs distingués qui ont « revisité » les Ecritures et qui en donnent une interprétation allégorique qui évacue de si belle et si intelligente façon tout ce qui heurte l’entendement de l’homme moderne ?

    Ces « paléo catholiques » qui manquent totalement de subtilité s’en tiennent, en particulier, à une lecture au premier degré de récits qu’il faut lire, comme le savent pourtant toutes les ouailles recyclées, à la lumière d’une herméneutique évoluée. C’est ainsi qu’ils croient benoitement (mais comme toutes les générations de croyants qui les ont précédés) que le Christ a bien changé l’eau en vin à Cana, a mystérieusement ressuscité Lazare et est bel et bien ressuscité Lui-même le troisième jour. Quels naïfs ! Comment peut-on méconnaître à ce point les acquis de l’exégèse moderne (moderniste ?) qui démontre de si magistrale façon le caractère symbolique de ces textes ?

    Il va sans dire que les apôtres et les disciples - qui ont préféré mourir plutôt que de cesser de témoigner de tout cela - auraient pu faire l’économie du martyre en expliquant à leurs juges et à leurs persécuteurs qu’il y a moyen de croire en ces choses tout en en excluant la matérialité, et de ne retenir que l’intime conviction que ces évènements, tout en ne s’étant pas produits comme le vulgaire l’imagine, n’en sont pas moins instructifs et renvoient tout simplement à l’expérience subjective de témoins qui ont dit l’indicible à travers de pauvres images et récits, et blablabla…

    De même, le croyant (mais que croit-il encore ?) moderne se rallie hardiment à l’approche des sciences humaines et passe avec dextérité les contenus religieux à travers les tamis de l’analyse historico-sociologique qui lui permettent de décanter les croyances de toutes les scories de la superstition et de la crédulité naïves. Ou encore, en ce qui concerne la praxis religieuse, on leur doit de s’être débarrassé (enfin !) d’une approche magique et d’avoir mis en évidence le fait que les sacrements ne sont que des gestes symboliques qui expriment la foi de ceux qui les posent sans effectuer le moins du monde de mystérieuses transformations, par exemple du pain en corps du Christ comme le croient toujours ces paléo catholiques décidément bien primitifs.

    Comme ils sont à plaindre ces pauvres gens qui restent "scotchés" à des croyances tout à fait décalées alors que le virevoltant esprit moderne permet au chrétien évolué de convertir sa foi en attitude ouverte et tolérante, compatible avec tous les modes de pensée et de croyance, quels qu’ils soient, à l’exception de celui du malheureux paléo catholique, bien sûr !

  • Préparons l'avenir

    IMPRIMER

    Comme vous le savez, on n'arrête pas le progrès. Cela dit, si nous voulons construire un monde de plus en plus radieux, des pas restent encore à franchir. Voici donc quelques propositions avant-gardistes qui, souhaitons-le, seront peut-être appliquées un jour...

    1)    Euthanasie des plus de 75 ans. Avouez que les vieux commencent à coûter cher à la société. Plutôt que de continuer à payer leur longue retraite, il est tout indiqué de les zigouiller.

    2)    Majorité sexuelle revue à la baisse (12 ans, par exemple). Certes, voilà qui est encore bien tardif, mais, une chose à la fois. On pourra toujours la diminuer davantage dans la suite.

    3)    Afin de ne pas choquer certains, retrait de la viande de porc des magasins, redéfinition de toutes les fêtes chrétiennes (c'est déjà fait pour noël et pour pâques, mais il faut continuer) et suppression de tout signe qui rappelle le catholicisme.

    4)    Avortement autorisé jusqu'à 9 mois et piqûre fatale aux enfants qui naissent avec un handicap.

    5)    Légalisation totale de toutes les drogues, mais interdiction du tabac.

    Bon, je m'arrête. Vous avez dit fiction ? Je l'espère de tout coeur et pourtant... Si, il y a 40 ans seulement, quelqu'un avait dit : « En 2013 vous aurez l'avortement, l'euthanasie, le mariage des couples gays et l'adoption d'enfants par ceux-ci, vos églises seront vides et peu à peu remplacées par des mosquées », on l'aurait traité de fou, de prophète de malheur ! Et demain ? Monde apocalyptique ? Nul ne le sait vraiment, mais une chose est sûre : le diable est au boulot !

    Jean-Pierre Snyers - http://jpsnyers.blogspot.be/

     

  • Wallonie, année 2060

    IMPRIMER

    Une anticipation de notre ami Jean-Pierre Snyers :

    Wallonie, année 2060 

    Tout va très bien à bord du navire ! La Belgique n'existe plus depuis belle lurette et la monarchie non plus. Grâce à une coalition « rouge-verte », le taux de chômage avoisine les 40 % et la criminalité juvénile est en net recul. Celle-ci n'est plus que de 35 %, alors que du temps de Caïn et Abel elle était de 50 %. Dans les familles, tout va très bien aussi. Le divorce a pratiquement disparu, vu qu'on ne se marie plus. Seuls les homosexuels passent encore devant le Bourgmestre et adoptent beaucoup d'enfants. Quant à la  drogue, elle est depuis longtemps légalisée. Par contre, le tabac est interdit. L'Islam est devenue la première religion du pays et les églises ont été transformées en mosquées ou en discothèques. Dans nos prisons, les opposants au régime sont légion. L'âge de la majorité sexuelle ayant été rabaissée au berceau, les pédophiles n'y sont plus et il y a de la place pour les ringards. Dans les écoles, les profs ont des gilets pare-balles. C'est un peu chaud l'été, mais à la longue, on s'y fait. A l'étranger, même topo. Comme que le Vatican a été racheté par l'Arabie Saoudite, le pape Jean-Paul IV habite le sous-sol d'un HLM où il célèbre la Messe en complet veston. Vous voyez, pas de quoi se tracasser pour l'avenir. Que du bonheur en prévision ! Et dire qu'il y a des cinglés pour regretter le « bon vieux temps ! »...

    Jean-Pierre Snyers - jpsnyers.blogspot.com

  • Lettre à un ami français

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    J'ai écouté l'interview de François Peillon. « On ne pourra jamais construire un pays de libertés avec la religion catholique... il faut inventer une religion républicaine... » dit-il. Quel homme ! Vraiment, vous avez de la chance d'avoir des gens  comme lui, Hollande et toute son équipe ! Depuis que le p'tit Sarko est parti, quel progrès ! Exemple ? Le Mariage. Avant (au temps de la préhistoire), un homme, une femme. Aujourd'hui ? Un homme, un homme. Et demain ? Un homme, une vache ? Une femme, une girafe ?... Tant pis pour le « Petit Larousse » et ses définitions archaïques ! Cela dit, il reste pas mal de boulot. Eh oui, pour en finir complètement avec l'infâme civilisation judeo-chrétienne, il y a encore du pain sur la planche ! Entre nous : trouvez-vous normal de continuer à compter les années après Jésus-Christ ? Quand on a la chance d'avoir Zidane, Hallyday, ou Depardieu, qu'est-ce qu'on attend pour changer ? De même, les noms de lieux. « Saint-Emilion », « Sainte-Maxime », « Saint-Jean Pied-de-Port ... » Non ! « Emilion », « Maxime », « Jean Pied-de-Port (ou Pied-de-Port) » tout simplement ! Et les croix dans les cimetières ou au bord des chemins ? Combien de temps resteront-elles plantées comme des insultes à la laïcité ? Pire : vous connaissez Peuvillers ? Dans ce petit village meusien, cimetière Allemand. Là, c'est par centaines qu'il y a des croix à arracher. Et puis surtout, surtout, une énorme statue de sainte Gertrude !  Défi à l'athéisme dans toute sa splendeur. Ne vous en faites pas, je vais contacter la mairie pour qu'on  enlève cette entrave à la liberté, afin de la remplacer par un édifice à la gloire de Vincent Peillon.  Financièrement parlant, cadeau. Ne reculant devant aucun sacrifice quand il s'agit d'une bonne action, ma famille s'est cotisée. C'est nous qui « peillon ». Bon, il est l'heure que je vous quitte. Prenez bien soin de vos élus, mais gardez-les pour vous. Pas la peine de partager, en Belgique on est déjà copieusement servi.

    Jean-Pierre Snyers (jpsnyers.blogspot.com)

  • JMJ : comment les prêtres sont aimés au Brésil

    IMPRIMER

    349057970.78.jpegPremière anecdote rapportée sur son blog par l’abbé Rimaz accompagnant le groupe de 700 jeunes Suisses aux JMJ de Rio ( ndlr : à titre de comparaison, les Belges seraient au nombre de 400) :

    « Une journée normale

    Début de soirée très douce à Rio. Après une journée de service à la salle de presse de Copacabana, nous rentrons sereinement à la paroisse de Saint Jean Baptiste, située non loin du Corcovado, le célèbre symbole de la protection du Christ Rédempteur. 

    Avec mon confrère des Philippines, après être sortis du bus et avoir parlé avec des jeunes brésiliens tout contents de voir des prêtres avec un look étranger, nous attendons tranquillement au feu rouge pour ensuite traverser la route afin de prendre le métro à la station de Cantagalo. 

    Votre argent !

    Soudain, arrivent deux jeunes, certainement sous le coup de l'alcool, qui prennent mon confrère par le bras en demandant de l'argent. Face à notre refus, la main se ressert fortement sur son épaule. L'ami me racontera plus tard que les deux jeunes, bières à la main, lui ont montré ensuite un long couteau serré dans l'autre main, prêt à frapper. Suis immédiatement la demande, la menace plus insistante: "donnez-nous votre argent !" (Give me your money). 

    Mais vous êtes...

    Puis, d'une façon totalement imprévisible, nous entendons: "he, oh, you are Father" (oh, vous êtes des prêtres!). Les deux larrons se jettent alors à nos pieds, totalement remplis de confusion, demandent pardon, embrassent nos mains et demandent la bénédiction. Après s'être signés par la croix, ils partent en courant, en ne cessant de s'excuser ....

    Cela se passe tellement vite ! je n'ai presque rien vu ! pas eu le temps ni de réaliser, ni d'avoir peur. Le long de la rentrée vers la paroisse, nous échangeons sur ce qui vient de se passer. 

    L'habit comme un gilet de protection

    En arrivant à Rio, une mère de famille brésillienne nous avait bien dit: "être habillé comme des prêtres est la plus grande sécurité que l'on puisse avoir ici". 

    Dieu merci ! Nous espérons seulement, et fortement, que cela soit identique pour tous et pour chacun ! Nos anges gardiens ne sont jamais loins.  

    Les mains des prêtres

    Autrement, il est très émouvant de constater que, en soirée, le long de la plage de Copacabana, il arrive quelque fois que des personnes demandent une bénédiction, parfois suivie par une photo.

    La tradition "carioca" veut qu'ils nous embrassent ensuite la main, ces deux clefs consacrées qui ouvrent le ciel: la main de la consécration lors de la Messe, l'autre lors de la confession. 

    Ici : Comment les prêtres sont aimés au Brésil !

    Moralité : comme dit l’adage, « garde la soutane, la soutane te gardera ». C’eut été, en tout cas, encore plus rapidement dissuasif qu'un simple col romain. JPSC 

  • Cathédrale de Liège, 14 juillet 2013 : le sacre d’une après-midi d’été

    IMPRIMER

    Quelques instantanés de l’ordination épiscopale, par Mgr André-Joseph Léonard, de Mgr Jean-Pierre Delville, nouvel évêque de Liège (crédit photographique : Anne-Elisabeth Nève, Stéphanie Zichy sans oublier, pour un autre regard, une petite sélection des excellents clichés noir et blanc de Jim Sumkay,  : en savoir plus sur le talent de Jim Sumkay, ici: www.jimsumkay.be )

    20130714_lg21.jpg20130714_lg08.jpg

    20130714_lg26.jpg20130714_lg28.jpg

    20130714_lg17 (1).jpg20130714_lg16.jpg

    20130714_lg25.jpg20130714_lg09.jpg

    20130714_lg11.jpg20130714_lg20 (1).jpg

    20130714_lg19.jpg20130714_lg41.jpg

    20130714_lg29.jpg20130714_lg38.jpg

    procession11.jpgjoie7.jpg

    joie5.jpgordination8.jpg

    bc3a9nc3a9diction6.jpgcathc3a8drepf.jpg

    joie1.jpg

    Prière pour l’évêque : 

    20130714_lg39.jpg 

    O Dieu!

    Qui veillez sur vos peuples avec bonté
    et qui les conduisez avec amour,
    daignez accorder l'esprit de sagesse
    et l'abondance de vos grâces
    à notre Evêque,
    à qui vous avez confié
    le soin de notre conduite,
    afin qu'il remplisse fidèlement
    devant vous les devoirs du ministère pontifical,
    et qu'il reçoive dans l'éternité
    la récompense d'un fidèle dispensateur.
    Par notre Seigneur Jésus-Christ.

    Amen
     

    020.jpg022.jpg

    JPSC