Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 2

  • Quand des évêques cessent d'être catholiques...

    IMPRIMER

    Lu sur le site "Riposte catholique" :

    Ces évêques qui ont perdu la foi

    Les éditions Golias publient “Les confessions de Mgr X”. Un évêque se confie sur des sujets qui concernent l’Église.

    “Certes, beaucoup de confrères se reconnaîtront dans mes mots, j’en suis sûr. Mais je ne veux pas les engager dans cette entreprise : nous sommes si divisés entre nous”.

    La division de l’épiscopat… Quand on n’a pas la même foi catholique, nous sommes évidemment divisés.

    Quelques morceaux choisis :

    “Notre Église a toujours accueilli les candidats homosexuels, nos structures leur permettent de s’épanouir presque naturellement. De même, c’est une erreur de parler de l’homosexualité comme “moralement désordonnée”. Du reste, nous poussons le bouchon car le Code de droit canonique prend un malin plaisir à presque décrire les “formes très variables à travers les siècles qu’elle revêt (can. 2357), preuve qu’il s’agit d’un sujet que nous maîtrisons. Sur ce sujet en particulier, nous n’avons aucun conseil à donner tant que n’aurons pas fait notre petit ménage.”

    “Dans dix ou vingt ans, quand on s’apercevra que la Manif pour tous nous a fait un tort considérable, on formulera nos discours autrement.”

    “De ce que je vois sur le terrain, ce sont les femmes qui portent nos communautés et je me dis parfois, en voyant certaines d’entre elles, que si je pouvais les ordonner, je n’hésiterai pas une seule seconde.”

    “Nous ne savons faire qu’une chose : des prêtres comme hier. Mais ces prêtres sont inutiles pour ces temps que nous vivons. Il faut être aveugle et sourd pour persister dans ces choix.”

    “Le catholique affiché et revendiqué, “décomplexé” comme on le dit aujourd’hui, fait peur, il apparaît comme un illuminé. Cela a toujours existé mais les manifs autour du Pacs, puis du mariage pour tous ont décuplé ce côté exalté, fondamentaliste même. Il y a un effet repoussoir et que nous ne voulons pas trop analyser car ce serait reconnaître que nous nous trompons depuis au moins deux décennies.”

    “Sur les divorcés remariés, je peux vous dire que finalement Amoris Laetitia entérine une pratique déjà bien ancrée en paroisses. J’avoue qu’il ne me viendrait pas à l’esprit de refuser la communion à qui que ce soit.”

    “Une chose pas très difficile que nous pourrions faire : enlever nos cols romains et nos soutanes, nous débarrasser de certains signes qui nous rendent certes visibles mais qui nous mettent à part, encore et toujours.”

    “Nous devons être capables d’appeler des gens mariés et célibataires. Nous ne sommes pas plus grands que Paul et Paul n’a jamais empêché une communauté de se choisir un homme marié pour présider l’eucharistie. Il était pourtant célibataire !’

    Avortement

    “Un embryon est-il une personne ? Officiellement, je dis oui mais là, je vais être honnête avec vous : c’est non ! Il n’y a pas de conscience dans un embryon. Un homme ou une femme n’est pas qu’un être naturel, entre en lui de la culture; il y a aussi des attributs pour le dire philosophiquement, des accidents qui permettent à l’homme et à la femme d’être une personne.”

    Humanae vitae

    “La Tradition qu’ils défendent n’est qu’un élément de tradition. En cela, les appeler “traditionalistes” est une erreur de langage car ils ne respectent pas la totalité de la Tradition vivante, toujours en mouvement. Le christianisme, à la différence du judaïsme ou de l’islam, ne fait pas de ses textes un élément fondateur ; à ce titre, le christianisme n’est pas une loi et ceux qui le pensent devraient sérieusement se poser la question sur la vérité de leur foi.

    “On le voit sur Humanae vitae et Monique (Baujard) a eu bien raison de rappeler comment cet épisode a été vécu et les égarements de l’Église à ce moment-là. C’est rare de voir une institution qui choisit délibérément de se couper d’une partie des siens pour des raisons idéologiques et philosophiques datées ! Car la vision de la femme qui est portée dans Humanae vitae n’avait déjà plus aucun sens à l’époque, alors aujourd’hui…”

  • Tous pour le pacte migratoire de l'ONU ?

    IMPRIMER

    Déclaration du Président de la COMECE rappelant le soutien de l’Église Catholique au Pacte mondial sur la migration

    “L’immigré qui réside avec vous sera parmi vous comme un israélite de souche, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous-mêmes avez été immigrés au pays d’Égypte. Je suis le Seigneur votre Dieu” (Lévitique 19:34).

    Le pape François réaffirme que notre responsabilité commune, en tant qu’Église catholique en Europe, est d’accueillir, de protéger, de promouvoir et d’intégrer les migrants et les réfugiés dans nos sociétés. Ce ne sont pas de simples chiffres ou tendances, mais « avant tout des personnes avec un visage, un nom et une histoire personnelle » et qui méritent d’être traitées conformément à la dignité inhérente à leur personne et à leurs droits fondamentaux.

    À cet égard, les principes de la centralité de la personne humaine et de ses besoins réels et du bien commun doivent présider aux politiques internes et externes de l’UE et des États membres, y compris en matière de migration. Alors que le Pacte mondial des Nations Unies pour les migrations et les réfugiés est sur le point d’être adopté, nous encourageons également les autorités politiques nationales, pour reprendre les termes du pape François, « afin que la responsabilité de la gestion mondiale et partagée de la migration internationale trouve son point de force dans les valeurs de la justice, de la solidarité et de la compassion ». 

    Le 11 décembre, un pacte mondial des Nations Unies doit être signé à Marrakech. Fruit d'une vaste négociation, il reconnaît la responsabilité partagée des autorités et des sociétés des pays de départ, de transit et d'arrivée pour encadrer et réglementer les migrations dans l'intérêt de toutes les personnes et communautés concernées. Il vise à assurer la sécurité et la protection des personnes migrantes ainsi que des sociétés d’accueil en promouvant des voies de migration légales, empêchant ainsi le trafic d’êtres humains, les voyages meurtriers, les bouleversements familiaux et la violence.

    Rappelant les exhortations du Saint-Siège sur ce sujet, la COMECE encourage les États membres de l'Union européenne à faire de ce pacte mondial un accomplissement pour le bien commun d'une humanité partagée.

    + Jean-Claude Hollerich S.J.

    Archevêque de Luxembourg

    Président de la COMECE

    ... mais, pour Alexandre del Valle sur le site de Valeurs actuelles :

    Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne va contre le principe de souveraineté nationale

    Le Pacte “Global Compact” vise à favoriser une immigration extra-européenne massive, tant légale qu’illégale. Alexandre del Valle souligne ici les postulats tiersmondistes et anti-souverainistes qui sous-tendent ce texte. 

    Le « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » lancé en avril 2017 par l’Assemblée générale des Nations Unies et que les États du monde entier sont invités à ratifier avant le 11 décembre 2018, suscite depuis des semaines des débats houleux entre « immigrationnistes » et « populistes », mais pas seulement, car le Pacte, de son vrai nom « Global Compact », vise en fait à favoriser une immigration extra-européenne massive, tant légale qu’illégale (les deux étant confondues de façon perverse), que les pays d’accueils européens sont sommés d’accepter et d’organiser sous peine d’être qualifiés de « racistes » et « xénophobes ». Alexandre del Valle souligne ici les postulats tiersmondistes et anti-souverainistes qui sous-tendent le texte mais que les 193 États de l’Assemblée générale de l’ONU, à l’anti-occidentalisme revanchard, ont d’autant plus facilement adopté qu’ils ont intérêt à se débarrasser de populations excédentaires sans travail et que seuls les Etats européens en respecteront réellement les termes « non-contraignants » pour se donner bonne conscience. Sauf si les désistements en chaîne observés ces dernières semaines - Hongrie, Pologne, Slovaquie et République Tchèque en tête – et les demandes d’amendements formulés par nombre d’États occidentaux non-dupes se multiplient.

    Lire la suite

  • Italie : les crucifix et les crèches de Noël ont leur place dans les écoles

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Italie : appui des ministres de l'Éducation et de l'Intérieur aux crèches de Noël et aux crucifix dans les écoles

    Le ministère italien de l’Éducation italien a autorisé l’installation de crucifix et la réintégration de crèches de Noël dans les écoles du pays.

    « Le crucifix est pour moi le symbole de notre histoire, de notre culture et de nos traditions », a déclaré le ministre de l’Éducation, Marco Bussetti, devant la Fédération des écoles catholiques. « Je ne vois pas comment cela peut être offensant, cela peut au contraire aider les écoliers à réfléchir à notre histoire. » Il a ajouté « Le crucifix et la crèche sont des symboles de nos valeurs, de notre culture et de nos traditions, expression de notre identité. Je ne vois pas comment cela peut poser problème à l’école. Ceux qui pensent que pour pratiquer l’inclusion il faut les cacher font fausse route ». 

    Après qu’une école de Terni, au nord-est de Rome, a annulé la crèche vivante traditionnelle sous le prétexte de respecter les enfants d’autres cultures, le ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini a qualifié la mesure d’« IDIOTIE ». 

    « Il ne s’agit pas seulement de religion », a déclaré Salvini sur Facebook, « mais de l’histoire, des racines, de la culture. Vive nos traditions. Je ne lâche pas ! » a-t-il ajouté.

    Samedi dernier, Salvini s’est exclamé au sujet d’un autre incident du même type quand une école avait interdit le mot offensant de « Jésus » qu’il ne voyait pas comment le mot « Jésus » dans un Noël pouvait offenser quiconque pour conclure par « exceptionnelle écolière [qui s’est rebellée], lamentables institutrices. »

    Dans ce dernier incident, les institutrices d’une école primaire du Nord de l’Italie avaient demandé aux élèves d’omettre le nom de Jésus dans le cantique de Noël afin de ne pas offenser la sensibilité de leurs camarades non catholiques. Mais une écolière se rebella, recueillit les signatures de ses camarades et obtint à la fin que la chanson soit chantée dans sa version originale lors du Récital de Noël. Le fait s’est produit dans une école élémentaire de la Riviera del Brenta, à la frontière entre les provinces de Venise et de Padoue. La fille a 10 ans et est en 5e année.

    Sources : Corriere de la SeraIl Gazzettino (de Padoue), Facebook de Salvini

  • Quand les journalistes se muent en inquisiteurs et les médias en instruments du totalitarisme

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Médias: la nouvelle Inquisition ?

    Docteur de la Sorbonne en langue et littérature françaises, Ingrid Riocreux étudie dans son nouvel ouvrage le désamour généralisé envers les médias.

    Enclins à orienter l’information au gré des vents qui leur conviennent, les médias colportent et imposent une vision du monde qui leur est propre, souligne Ingrid Riocreux. 

    À l’heure des infox et des médias alternatifs, des polémiques à deux sous et des « buzz » pilotés, « médiatiquement nous sommes entrés dans l’ère du soupçon », indique Ingrid Riocreux. Après un premier ouvrage consacré au langage propre aux médias, l’agrégée de lettres modernes et docteur de la Sorbonne en langue et littérature françaises analyse dans son nouvel opus comment les médias et journalistes qui colportent la suspicion sont devenus indignes de confiance. 

    Mêlant témoignages et décryptages, l’ouvrage dévoile une parole dominante qui cherche à s’imposer dans le discours médiatique au détriment de la recherche de la vérité et du pluralisme.

    — Pourquoi, après un premier livre qui étudiait le langage des médias, consacrer à nouveau un ouvrage à ceux que vous appelez, citant Maupassant, les « marchands de nouvelles » ?

    — Le point de départ de la Langue des médias était la démonstration de l’existence d’un sociolecte journalistique : une manière de parler propre aux journalistes. Je m’attachais à la diction, au repérage de formules récurrentes, pas toujours marquées idéologiquement, que ce soient les anglicismes ou les métaphores clichés.

    Je voulais surtout insister sur le glissement qui conduit de l’absence de réflexion sur le langage à l’imprégnation idéologique. Dans ce second volume, c’est cette imprégnation idéologique qui est au cœur de mon analyse, de deux manières, puisque je montre que le discours médiatique est porté par une vision du monde qui préexiste à l’observation du réel et la modèle, et parallèlement, que cette manière de dire le monde oriente totalement notre compréhension des choses, en profondeur.

    Méthodologiquement, Les Marchands de nouvelles diffère beaucoup de La Langue des médias sur trois points : j’y ai mis beaucoup de moi, alors même que je m’étais effacée le plus possible de mon premier livre.

    J’ai voulu montrer l’impact de l’idéologie portée par les médias sur la vie, sur le quotidien, au travers d’anecdotes personnelles. J’ai suivi en cela l’exemple de Klemperer, précisément parce que, entre-temps, j’ai lu LTI [la langue du IIIe Reich de Victor Klemperer] et d’autres ouvrages que je cite abondamment. C’est la deuxième différence avec mon autre livre : le second est beaucoup plus nourri que le premier parce que, grâce aux conseils de lecteurs qui m’ont écrit, j’ai découvert Sternberger, Klemperer, Armand Robin, etc. Et le travail fascinant de Michel Legris (Le Monde tel qu’il est, Pion, 1976). Enfin, je reviens, dans ce nouveau livre, sur la réception du précédent : comment la Langue des médias a été accueilli et ce que cela dit de notre temps. J’ai traqué le off des journalistes, leurs confidences hors plateau, notamment sur la dégradation de leurs conditions de travail, directement en lien avec la pression idéologique qu’ils subissent et dont beaucoup se plaignent.

    Lire la suite

  • Gilets jaunes : gare au chaos !

    IMPRIMER

    De Tugdual Derville sur le site de RCF :

    Gilets jaunes : gare au chaos !

    Le mouvement des "gilets jaunes" me paraît typique de l’histoire de France. Il me fait penser aux jacqueries du passé qui enflammaient le peuple exaspéré par le pouvoir central. L’ancien régime se finançait par la fameuse gabelle, l’impôt sur le sel, en monopolisant son stockage et sa distribution. Denrée nécessaire, le sel jouait le rôle de notre essence, rapportait d’indispensables revenus à la couronne… et provoquait des rébellions. Notre histoire est émaillée d’émeutes liée au sel. Connaissez-vous les Bonnets rouges ? Pas ceux qui ont fait reculer l’écotaxe, mais ceux de 1675. Déjà en Bretagne, ils contestaient les taxes sur les timbres, le tabac et le sel. Plus tôt, la gabelle avait provoqué la révolte des Nus-pieds en Normandie. Cet impôt, déjà complexe, générait des exemptions, des fraudes et une économie parallèle. Sa suppression pouvait ruiner des milliers de malheureux qui vivaient du trafic. Sur ce plan, le relais semble pris par le tabac et le cannabis.

    Rien de nouveau donc sous le soleil avec nos gilets jaunes. Les réseaux sociaux ont tout de même permis à cette jacquerie d’être générale, flexible, presque impossible à canaliser. Les protestataires se sentent pressurisés et méprisés ; aucun corps intermédiaire pour les représenter ou réguler la violence. Quand on sait celle qu’un conducteur peut générer avec son véhicule, on ne s’étonne ni des morts, ni des blessés car ce sont des êtres humains fragiles qui barrent les routes. Je ne sais pas si cette idée est aussi « géniale » que l’a dit le député Lassale après avoir arboré le jaune fluo dans l’hémicycle. En voyant des scènes opposant les mêmes concitoyens – je veux dire ceux qui ont les mêmes difficultés, et qui se sentent abandonnés par les élites parisiennes – les uns tentant de se rendre à leur travail en voiture, les autres tentant de les en empêcher, en entendant les altercations devant des forces de l’ordre débordées, j’ai pensé à Ravage de Barjavel. Ce roman d’anticipation décrit une France sombrant dans l’anarchie puis la barbarie, à partir d’un incendie catastrophique. Pillages, massacres, règlements de comptes.

    Nous en sommes capables, autant aujourd’hui qu’hier. Comme au temps des guerres de religion, de la Terreur et, plus récemment, pendant l’occupation nazie ou au moment de l’épuration qui suivit la Libération. Brutalité, vengeance, justice expéditive. Le peuple manque de repères. Certains n’ont rien à perdre. Les cités sont hors-la-loi. Nos chefs sont déconsidérés. Gare au chaos ! Et place aux bâtisseurs de paix.

     

    Un autre regard, celui d'Alain de Benoist, Intellectuel, philosophe et politologue :

    « Les gilets jaunes ? La revanche des ploucs émissaires ! »

    La France, depuis une dizaine de jours, vit à l’heure des gilets jaunes, et les commentaires sont déjà nombreux. Feu de paille ou vague de fond ? Nouvelle fronde ? Nouvelle jacquerie ? Quel est votre sentiment ?

    Il y a cinq ans, presque jour pour jour, le 23 novembre 2013, vous m’aviez interrogé sur le mouvement des bonnets rouges. J’avais alors attiré votre attention sur le fait que « tous les mouvements de protestation ou de révolte d’une certaine ampleur auxquels nous assistons aujourd’hui naissent en marge ou à l’écart des partis et des syndicats, lesquels ne sont de toute évidence plus capables d’incarner ou de relayer les aspirations du peuple ». Ma conclusion était celle-ci : « Un seul mot d’ordre : des bonnets rouges partout ! » Eh bien, nous y sommes : les gilets jaunes, ce sont les bonnets rouges partout. Après des années et des années d’humiliation, de paupérisation, d’exclusion sociale et culturelle, c’est tout simplement le peuple de France qui reprend la parole. Et qui passe à l’action avec une colère et une détermination (déjà deux morts et 800 blessés, plus qu’en mai 68 !) qui en disent long.

    Lire la suite

  • Abus sexuels : ce sont des crimes personnels, pas des crimes de l’Église

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix :

    Pour le cardinal Filoni, les abus « ne concernent pas l’Église comme institution »

    Tout en condamnant les « crimes » que sont les abus sexuels, le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, estime que « la pédophilie ne regarde pas l’Église comme institution mais les personnes qui, à travers elle, ont commis ces actes ».

    Le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, a affirmé vendredi 30 novembre que la question des abus sexuels « ne concerne pas l’Église comme institution ».

    Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation présentait les propositions de son dicastère en vue du Mois missionnaire extraordinaire voulu pour octobre 2019 par le pape François pour renforcer l’élan missionnaire de l’Église.

    Le pape François décrète un « mois missionnaire » pour octobre 2019

    Interrogé par La Croix sur la crédibilité du message d’une Église défigurée par les abus sexuels, le cardinal Filoni a rappelé que « dans la doctrine de l’Église, il n’y a rien en faveur des abus »« Je dirais même plus, a-t-il martelé, l’abus est la contradiction de ce message. »

    « L’Église ne peut être défigurée par cela »

    Estimant que « l’abuseur abuse de son statut pour commettre son crime », il s’est refusé dès lors à dire que l’Église puisse être touchée par ces actes.

    « L’Église ne peut être défigurée par cela car elle garde, fondamentalement, le visage du Christ : ce sont des crimes personnels, pas des crimes de l’Église », tout en reconnaissant que « malheureusement, l’abuseur implique l’institution à laquelle il appartient ».

    Au Congrès Mission, « pas d’évangélisation sans travail de vérité »

    « Il faut clarifier cela car nos fidèles ne comprennent pas que leur Église qui prêche jésus, le pardon, la miséricorde, le respect, l’amour, qui a des paroles si fortes contre celui scandalise, puisse faire cela. »

    « La question de la pédophilie ne regarde pas l’Église comme institution mais les personnes qui, à travers elle, ont commis ces actes », a-t-il conclu.

    Le pape dénonce une « culture de l’abus » et un « système de couverture »

    En mai dernier, dans une lettre aux catholiques chiliens, le pape François avait dénoncé une « culture de l’abus » au sein de l’Église ainsi qu’un « système de couverture qui lui permet de se perpétuer », appelant à « générer une culture de la protection qui imprègne nos manières d’être en relation, de prier, de penser, de vivre l’autorité, nos propres coutumes et nos langages ainsi que notre relation avec le pouvoir et l’argent ».

    Abus sexuels au Chili, le pape en appelle aux laïcs

    Un message réitéré pour l’Église universelle dans sa Lettre au Peuple de Dieu d’août dernier, dénonçant le « cléricalisme », « manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Église » et qui « engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons ».

  • N'en déplaise à Luc Ferry, la nature humaine existe bel et bien

    IMPRIMER

    D'Aline Lizotte sur le site Smart reading Press :

    OUI, MONSIEUR FERRY, LA NATURE HUMAINE EXISTE !

    Dans une tribune publiée le 10 octobre dans Le Figaro, le philosophe Luc Ferry s’interrogeait sur la notion de «loi naturelle» invoquée lors des débats sur l’extension de la PMA et en contestait l’existence, parlant de «l’introuvable loi naturelle». Il y affirmait que «tout ce que l’humanité a fait de grand depuis le siècle des Lumières est pour l’essentiel artificiel, antinaturel et que, du coup, c’est à la liberté éclairée autant que faire se peut par la raison et non à la nature de poser des limites.» Une affirmation qui mérite réponse…

    Selon Luc Ferry, s’il y avait une «nature humaine» et en conséquence une «loi naturelle», nous serions enfermés dans le déterminisme de l’animal, et l’homme n’aurait rien produit de tout ce qu’il a fait depuis qu’il a émergé des ténèbres de son état primitif. Il n’aurait inventé ni la roue, ni la bombe atomique, ni l’avion, ni la médecine, ni l’art des cavernes, ni les toiles de Picasso. Il n’aurait produit ni les guerres, ni la torture, ni la prostitution, ni la traite des esclaves. Parce qu’il n’y a pas de nature, l’homme s’est donné à lui-même sa propre forme et sa propre loi. Non programmé, il est absolument libre de demeurer, selon ce que dit Hobbes, comme un loup pour l’homme ou comme un Socrate qui préfère boire la ciguë plutôt que d’enfreindre la loi. S’il n’y a pas de «nature humaine», il n’y a pas non plus d’humanité et, s’il n’y a pas d’humanité, il n’y a pas de société politique. Nos sociétés dites «humaines» ne seraient en réalité que d’immenses jungles dans lesquelles l’homme «libre» choisit d’être prédateur ou victime ! Affirmer l’existence d’une nature humaine, ce serait renoncer à la liberté ! Dans toute cette belle argumentation, il y a d’abord une confusion de langage qui porte sur le mot «nature».

    NATURE ET LOI NATURELLE

    Si l’homme n’est pas un être instinctif programmé et déterminé, n’a-t-il pour autant aucune «nature» ?

    Le langage courant appelle «nature» l’environnement qui est extrinsèque à l’homme et qui est composé des paysages qu’il voit, des animaux qu’il fréquente ou non, de la détermination du temps «par le déplacement du soleil autour de la terre». Vivre dans la nature, c’est vivre dans cet environnement quotidien et essayer de le gouverner tant bien que mal pour en bénéficier et se mettre à l’abri de ses méfaits. De sorte que la «nature» apparaît à l’homme à la fois bienfaisante et malfaisante. Si on lui dit qu’il est lui aussi un «être naturel», il proteste vaguement, car il ne se sent pas aussi déterminé que son chien, son chat ou ses lapins. Et il a bien raison car, comme le dit Luc Ferry, il n’est pas cet être instinctif «programmé et déterminé». Cela est juste, mais faut-il en tirer que l’homme n’a aucune «nature» ?

    Lire la suite

  • Les origines de la crise de l'Eglise dans les années '70

    IMPRIMER

    De Guillaume Cuchet sur le site aleteia.org :

    Aux origines de la crise de l’Église dans les années 1970

    Dans le cadre du IXe colloque de l’Observatoire Foi et culture de la conférence des évêques de France, l’historien Guillaume Cuchet montrera comment les effets d’une crise religieuse et d’une crise culturelle peuvent se combiner. L’interpénétration d’une lente dérive de la pratique religieuse et de la mutation socio-culturelle héritée des Trente Glorieuses a été décisive dans le bouleversement du catholicisme après le concile Vatican II.

    La crise de l’Église des années 1970, plus précisément des années 1965-1978, de la fin du concile Vatican II à l’élection de Jean-Paul II, a-t-elle procédé de causes avant tout religieuses ou culturelles ? La question fait écho à un article bien connu de Lucien Febvre parue en 1929 sur « Les causes de la Réforme » au XVIe siècle à laquelle il avait apporté une réponse célèbre : « À révolution religieuse, causes religieuses », et non pas culturelles, sociales ou politiques. Formule profonde mais faussement claire, qui a des chances de ne pas l’être beaucoup plus en changeant de siècle et de révolution. Sans doute la crise des années 1970 procède-t-elle de causes à la fois religieuses et culturelles, tout le problème étant de savoir lesquelles, quel a été leur poids respectif et comment elles se sont articulées.

    Lire aussi : Mai 68 et Vatican II : les deux révolutions

    Deux thèses incomplètes

    Or on peut dire qu’il existe sur le sujet deux grandes thèses. La première, de type « externaliste » (comme disent les sociologues), consiste à dire que la crise en question a été socio-culturelle dans ses causes et religieuse dans ses effets. « Crise catholique de la société française » a écrit Denis Pelletier, et pas « crise du catholicisme français », c’est-à-dire version catholique de la crise générale que traverse alors la société française, qui a affecté aussi bien le protestantisme que l’école, la famille ou le Parti communiste.

    La seconde, de type « internaliste », considère, au contraire, que la crise a été avant tout spirituelle — « crise de la foi », pour reprendre une expression couramment employée, d’Henri de Lubac à Louis Bouyer —, voire, dans les milieux traditionalistes, résurgence de la crise moderniste du début du XXe siècle, jadis contenue par Pie X mais revenue avec une force décuplée à la faveur du concile. Dans cette hypothèse, la mutation socio-culturelle aurait tout au plus fourni à la crise ses matériaux, voire son simple prétexte.

    Lire aussi : Crise dans l’Église : quelques réformes possibles

    Ces deux thèses, ici réduites à leur clarté d’épure, me paraissent comporter chacune une part de vérité et il faut les combiner. Le problème de la première est qu’elle sous-estime trop la spécificité de la crise catholique, c’est-à-dire à la fois sa radicalité (bien manifestée par l’effondrement subit de la confession, les départs de prêtres, etc.), mais aussi son antériorité relative, puisque c’est un fait tout de même étonnant, et trop rarement souligné, que la crise dans l’Église ait, à bien des égards, précédé la crise dans la société. En sens inverse, la thèse de la crise spirituelle, indépendamment du fait qu’on ne sait pas toujours très bien en quoi elle consiste, explique la crise sans bien s’expliquer elle-même.

    Lire la suite sur aleteia.org

  • A chacun ses priorités : les préoccupations de nos évêques sont climatiques...

    IMPRIMER

    De cathobel.be :

    Marche pour le climat: préoccupation commune des évêques belges

    Coalition  (voir article sur ce site), les évêques belges partagent les préoccupations des citoyens. Ils nous invitent à nous joindre à l’appel Claim the climate pour une politique climatique ambitieuse et socialement juste.

    « Comme le Pape François, nous appelons à une conversion écologique radicale et à une écologie intégrale. Nous sommes de plus en plus souvent confrontés ces dernières années, aux effets dévastateurs du changement climatique qui affectent principalement les plus pauvres et leur sécurité alimentaire, la pérennité de l’habitat, la biodiversité et la qualité des écosystèmes.

    Les conséquences sociales et écologiques de la crise climatique sont mobilisatrices. On opte de plus en plus pour un mode de vie durable, une simplicité volontaire, une réduction de la consommation de biens et d’énergie et une diminution des déchets. Les gens passent aux énergies renouvelables, aux produits locaux, à la mobilité verte et aux produits durables. Ils investissent dans des projets qui permettent la transition vers une économie sobre en carbone.

    De nombreuses organisations chrétiennes prennent cette direction. L’Église catholique s’engage également dans cette voie. Ainsi, à l’automne dernier, les diocèses belges ont explicitement demandé aux institutions financières avec lesquelles ils collaborent, de privilégier dans leurs investissements les entreprises qui œuvrent pour un avenir énergétique durable. Ce sont des pas importants dans l’immense tâche pour le ‘soin de la maison commune’ (cf. Pape François, Laudato Si’).

    Une politique climatique ambitieuse et socialement juste

    Le rapport du GIEC pour les Nations Unies indique ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C ainsi que les conséquences désastreuses si nous laissons monter la température moyenne sur Terre de 2°C ou plus. Le rapport nous enseigne que nous avons besoin de transformations rapides, de grande envergure et sans précédent.

    Le prochain sommet sur le climat qui se tiendra à Katowice en Pologne du 3 au 14 décembre 2018, sera crucial pour l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris et la mise en route du processus de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous partageons les préoccupations des nombreuses organisations de la Coalition Climat belge et soutenons leur appel à participer à la marche Claim the climate qu’ils organisent à Bruxelles, ce 2 décembre.

    Nous appelons les citoyens, les organisations et les gouvernements à accélérer et à intensifier leurs efforts pour faire face à la crise climatique. »

    Et pour ceux et celle s qui ne peuvent participer à cette marche, les évêques nous invitent aussi à agir en union de prière. Ils nous suggèrent  d’adresser cette intention lors des célébrations du début de l’Avent, le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.

    « Prions pour les dirigeants du monde et leurs collaborateurs au grand sommet de l’ONU sur le climat, qu’ils prennent des mesures courageuses pour enrayer la spirale de la pauvreté et de la destruction écologique qui menacent notre monde et notre avenir. Qu’ils collaborent et s’accordent dans un dialogue qui dépasse les contradictions. Prions le Seigneur. »

    Source : communiqué de presse des évêques de Belgique, mardi 27 novembre, Bruxelles

  • Une mère porteuse américaine témoigne des mensonges qui entourent la GPA

    IMPRIMER

    D'Eléonore de Nouël et Paul Sugy sur le site du Figaro Vox (LeFigaro.fr) :

    «La GPA est entourée de mensonges» : le témoignage de Kelly, mère porteuse américaine

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Kelly a été mère porteuse à trois reprises, dans le Dakota, un État américain où la GPA est autorisée. Face à ceux qui décrivent cette pratique aux États-Unis comme «éthique», son témoignage fait retentir au contraire la détresse d'une femme qui, comme beaucoup d'autres, s'est sentie trahie. D'après elle, les agences qui lui ont proposé ce «travail» ne l'ont jamais mise en garde contre les risques physiques, juridiques et psychologiques qu'il comporte. 


    Un documentaire sur le témoignage de Kelly, «Bif Fertility», a été réalisé par Jennifer Lahl en 2018 et traduit en français par La Manif pour tous. Cette infirmière a accompagné de nombreuses mères porteuses qui avaient des difficultés pour se reconstruire après des gestations pour autrui éprouvantes. Elle a proposé à Kelly de se faire leur ambassadrice, pour lutter contre une pratique qui ne se maintient selon elle qu'au prix de nombreux mensonges.


    FIGAROVOX.- Quelles sont les raisons qui vous ont poussée, pour la première fois, à cliquer sur l'annonce d'une agence et à vous proposer pour être mère porteuse?

    Kelly MARTINEZ.- La première fois, je suis tombée sur une annonce par hasard sur Internet. Ma situation à l'époque n'était pas simple car à 19 ans j'étais déjà mariée, et mère de deux enfants. Mon époux n'avait pas d'emploi stable et nous avions vraiment besoin d'argent. J'ai donc postulé comme on candidate pour n'importe quel emploi, en me disant que cette offre était une aubaine: on me proposait 25 000 $! Il faut dire aussi que je ne savais pas vraiment en quoi cela consistait: je ne connaissais personne qui avait fait cela avant moi. Je vivais dans des cercles plutôt catholiques et conservateurs ; beaucoup de gens autour de moi n'ont d'ailleurs pas compris mon choix.

    Comment s'est passée ensuite cette première gestation pour autrui?

    Assez mal, je dois le reconnaître. Déjà, j'avais notifié à l'agence que je ne souhaitais pas porter un enfant pour un couple d'homosexuels parce que je voulais une femme qui m'accompagne pendant la grossesse ; mais finalement ils m'ont quand même mise en relation avec un couple de deux hommes, vivant à Paris. On a cherché à me persuader, en me faisant comprendre que j'étais leur seul espoir… Et on ne m'a pas laissé le choix. Pas plus qu'on ne m'a laissé choisir le nombre d'embryons implantés: on en implante systématiquement deux dans l'espoir que l'un des deux au moins survive, et c'est ainsi que je me suis retrouvée enceinte de jumeaux. C'était d'ailleurs plus lucratif: comme dans n'importe quel marché, plus on travaille et plus on gagne d'argent, et pour des jumeaux, l'agence touchait plus d'argent et moi j'étais mieux payée que pour un seul embryon.

    Nous avions vraiment besoin d'argent et cette offre était une aubaine : on me proposait 25 000 $ !

    Ensuite, on m'a forcé aussi à mettre mon nom sur l'acte de naissance alors que ce n'était pas ce qui était prévu dans le contrat initialement. Ce n'est d'ailleurs qu'en invoquant cette condition que j'avais réussi à persuader mon mari de me laisser faire cette gestation pour autrui: il était explicitement spécifié que mon nom n'apparaîtrait nulle part. Mais la nuit avant le transfert de l'embryon, l'agence m'a appelée pour me prévenir de ce qu'ils appelaient une «formalité»: les enfants naîtraient à mon nom, et l'acte de naissance serait réécrit aussitôt l'adoption faite. Là encore on m'a forcée: si je refusais, je devais rembourser l'intégralité des frais de clinique déjà avancés. Évidemment je ne pouvais pas rembourser, j'avais déjà en partie consommé les sommes avancées… j'étais prise au piège.

    Lire la suite

  • La situation catastrophique de l'Eglise en Belgique et les propositions douteuses qu'elle suscite...

    IMPRIMER

    De Marco Tosatti sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana en traduction sur le site "Benoît et moi" :

    BELGIQUE, POUSSÉE VERS L'ORDINATION D'HOMMES MARIÉS ET DE FEMMES

    La situation du clergé en Belgique est désastreuse, et aujourd'hui le nombre de prêtres est à peine le quart d'il y a 50 ans. La proposition sortie est d'ordonner des hommes mariés et des femmes. Mais en attendant, la Fraternité des Saints Apôtres qui, elle, avait des vocations en abondance, a été dissoute.

    De la Belgique de Danneels et De Kesel arrivent des nouvelles d'une perspective tragique pour l'Église catholique. Ou plutôt, pour ce qu'il en reste. En 1960, la Belgique comptait 10400 prêtres diocésains (c'est-à-dire formés dans des séminaires diocésains et non dans les ordres ou les congrégations). Aujourd'hui, il n'y en a que 2 774. A ceux-ci s'ajoutent 2205 prêtres d'un ordre ou d'une congrégation. Mais parmi ces 5000 prêtres, une bonne partie est à la retraite. La proportion entre le clergé actif et le clergé retraité n'est pas connue, et si certains, même retraités, continuent à exercer, l'âge moyen du clergé à Bruxelles était de 73 ans en 2017. Parmi ces prêtres, beaucoup (mais leur nombre n'est pas révélé) viennent de l'étranger pour aider les paroisses belges. Et leur proportion ne devrait pas diminuer dans le futur: aux portes des séminaires, le nombre de vocations connaît une situation critique. En 2016, il n'y avait que 212 candidats belges au sacerdoce. 127 d'entre eux venaient d'une congrégation ou d'un ordre religieux, 85 étaient diocésains; 42 n'étaient pas belges. En septembre, la tendance s'est confirmée: seuls deux jeunes ont franchi le seuil de l'important séminaire de Namur.

    En Belgique, il y a 163 mille volontaires, mais en réalité, cet important engagement laïc témoigne aussi de la difficulté de choisir de devenir prêtre. Beaucoup s'engagent, mais peu font le pas décisif vers cet engagement radical qui consiste à tout donner, dit Tommy Scholtes, le jésuite porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique. Sœur Marie-Jean Noville, Coordinatrice du Centre national des vocations dit que la sécularisation du pays, la relativisation des valeurs, la crise générale de l'engagement, le désir d'isoler la foi dans la sphère privée ne poussent plus un jeune à se poser la question de la vocation. Le porte-parole des évêques a dit que «la foi profonde en un Dieu qui nous accompagne de près» est difficile à communiquer aujourd'hui. «Donc, ce n'est pas une campagne de recrutement ou de communication, ni une quelconque stratégie» qui permettront de remplir les séminaires. 

    «Les vocations nombreuses naissent dans les familles ou dans la rencontre avec des témoins», dit Sœur Marie-Jean. Mais c'est un cercle vicieux: s'il y a moins de prêtres et de religieux, on en rencontre moins. A Bruxelles, par exemple, avec la fermeture prochaine de l'Institut d'études théologiques, la présence de séminaristes dans la capitale disparaîtra.

    Nous y voilà donc: il est certain, dit la Coordinatrice du Centre national des vocations, que dans le futur, il faudra, comme l'a proposé Mgr Kockerols, «réfléchir à la possibilité d'ordonner des hommes mariés. Ou des femmes» 

    D'autant plus que le Synode sur l'Amazonie est prêt pour l'année prochaine, non? Et de là, l'histoire des Viri Pobati, but existentiel du cardinal Claudio Hummes, trouvera son heureux épilogue, peut-être avec un autre Synode un peu préemballé... Le jésuite Tommy Scholtes propose un détail qui aux yeux de l'Eglise moderne et de plus en plus en sortie libre, semblerait contradictoire: en effet, il a noté que les lieux qui attirent le plus les personnes sont ceux qui mettent la confession et l'adoration au centre de leurs activités. «Le prêtre est celui qui montre le chemin du ciel, seul un tel enjeu d'éternité peut justifier qu'un jeune homme de vingt ans quitte tout et offre sa vie».

    Mais à ce stade, l'Église belge, et en particulier son cardinal de Malines-Bruxelles, De Kesel, devrait expliquer pour quel motif la Fraternité des Saints Apôtres - qui elle, en avait des vocations, et comment! -, et qui était très aimée des gens au milieu desquels elle vivait, a été dissoute. A tel point qu'un groupe de laïcs bien formés avait lancé un appel contre la dissolution à la Signature apostolique, appel pourtant bloqué par l'autorité du Pontife, avant qu'il puisse être examiné (et probablement accueilli). Et on fait la guerre aux candidats au sacerdoce qui présentent des symptômes d'amour pour la tradition. Si ce n'est pas un comportement schizophrénique...