Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 3

  • Congo : poto-poto sans fin depuis l’indépendance

    IMPRIMER



    Kasaï.jpegLes évêques congolais reconnaissent leur échec et Colette Braeckman, sur son blog, ne sait où donner de la tête entre les cafouillages de l’opposition, les manœuvres de Kabila pour reprendre la main en semant la zizanie et la nouvelle guerre tribale au Kasaï : sans compter tous les autres foyers récurrents d’anarchie sanglante, "nourris par des enjeux locaux, rivalités ethniques, conflits fonciers, prosélytisme religieux, attrait des ressources naturelles et des profits faciles", comme elle le note elle-même.  Congo Belge, où es tu ?

    « Les Kinois n’ont pas attendu les mots d’ordre de la classe politique pour descendre dans la rue après le constat d’échec mené par la Conférence épiscopale du Congo : dès mardi matin, une vive tension régnait sur le marché central, les élèves du secondaire préféraient regagner leur domicile alors que les étudiants des universités se mobilisaient pour manifester tandis que les ambassades étrangères, dont la France et la Belgique, recommandaient à leurs ressortissants de limiter leurs déplacements dans la ville.

    C’est depuis la conclusion de l’accord dit de la Saint Sylvestre, prévoyant d’octroyer le poste de Premier ministre à un représentant de l’opposition en échange d’une prolongation du maintien à son poste du chef de l’Etat le temps d’organiser les élections cette année encore ( ?) que les évêques, détenteurs de la dernière autorité morale encore reconnue au Congo, tentent d’amener les signataires de ce compromis à respecter la parole donnée. Sans concessions, le communiqué de la CENCO, traduisant une exaspération certaine, rappelle les points de blocage : alors que l’opposition entend proposer un candidat unique au poste de Premier ministre, la majorité présidentielle exige que le chef de l’Etat garde la possibilité de choisir entre les trois noms qui lui seraient proposés. En outre, les partisans de Kabila récusent catégoriquement la personne de Pierre Lumbi. Et pour cause : l’ancien conseiller spécial du président devenu l’une des têtes pensantes de l’opposition est l’ un des seuls à pouvoir anticiper et déjouer les pièges tendus par ses anciens alliés (*).

    Les autres points de blocage soulignés par les négociateurs portent sur la présidence du Conseil national de suivi de la transition, un poste qui avait été attribué à Etienne Tshisekedi (dont la dépouille n’a toujours pas été rapatriée faute d’accord sur le lieu de sa sépulture…) et sur la répartition des portefeuilles ministériels, entre autres les postes dits de souveraineté comme l’économie, les finances, la défense nationale, les affaires étrangères…

    Même si les membres de la CENCO estiment qu’ « un compromis est encore possible », c’est en termes clairs qu’ils dénoncent « l’impasse politique de ces discussions qui traduit le manque de bonne volonté et l’incapacité des acteurs politiques et sociaux de trouver un compromis en mettant au premier plan l’intérêt supérieur de la nation ».

    Rappelant qu’ils n’entendent pas prolonger indéfiniment leur médiation, les évêques en appellent au chef de l’Etat comme « garant de la nation » mais ils demandent aussi à la communauté internationale d’accompagner davantage les acteurs politiques congolais.

    Cette demande est formulée à un moment particulièrement sensible : le secrétaire général de l’UDPS, le parti de Tshisekedi, Jean-Marc Kabund, prenant acte du constat d’échec de la CENCO, a demandé au peuple congolais de « se prendre en charge et de mener des actions pacifiques contre la dictature ». A New York, le Conseil de sécurité qui réexamine le mandat de la Monusco (Mission des Nations unies au Congo, forte de 19.000 hommes), voit s’affronter les représentants américains qui souhaitent une réduction des effectifs, et les Français qui plaident pour le maintien de Casques bleus en cette année de tous les dangers. En outre, la communauté internationale et l’ONU en particulier sont particulièrement secoués par l’information selon laquelle les corps des deux experts de l’ONU, Michaël Sharp et Zaida Catalan, enlevés début mars par des inconnus et portés disparus ainsi que leur chauffeur et leur interprète, auraient été retrouvés dans le Kasaï central. Ces experts avaient été chargés d’enquêter sur les troubles qui ravagent la province, où il se confirme que 39 policiers ont été décapités vraisemblablement par des rebelles disciples du chef Kamwina Nsapu, tué en août dernier au cours d’opérations militaires. Parties en septembre 2016 de Kananga, capitale du Kasaï central, les violences entre ces miliciens et les forces de l’ordre ont progressivement fait tâche d’huile, faisant plus de 400 morts et entraînant la découverte de plusieurs charniers. Dans le Kasaï, la Monusco n’avait jusqu’à présent déployé qu’une centaine de casques bleus à Kananga… »

    (*) En choisissant , voici quelques jours, Bruno Tshibala (exclu du principal parti de l’opposition) comme  nouveau « premier ministre », Kabila attise les divisions au lieu de chercher le consensus (ndB).

    Ref. Les évêques congolais reconnaissent leur échec

    JPSC

  • La posture adoptée par nos évêques à l'égard de Stéphane Mercier est-elle acceptable ?

    IMPRIMER

    Par Arnaud Dumouch, 9 avril 2017

    Est-il vrai que les évêques francophones de Belgique ne sont pas concernés par la défense du professeur Stéphane Mercier, parce que son cours définissant l’enfant comme une personne et l’avortement comme un homicide était philosophique (et non théologique) ? C’est l’argument principal développé par Monseigneur Harpigny et Monseigneur Delville pour se déclarer incompétents.

    Réponse :

    Il s’avère que l’argument épiscopal est très discutable. En effet, il existe en théologie catholique deux « préambules de la foi - preambula fidei », c’est-à-dire deux propositions philosophiques que, de manière dogmatique, la foi catholique déclare accessible à la raison seule (donc à la philosophie). Il s’agit de l’existence de Dieu et de l’existence de l’âme humaine immortelle.

    1° L’existence de Dieu : Cette première proposition est presque complètement oubliée des formations théologiques et m’a valu, très récemment, d’être qualifié de « créationniste » par une inspectrice en religion (Madame Myriam Gesché) avant qu’elle ne prenne conscience que le « déisme philosophique » n’a rien à voir avec le « créationnisme évangélique », qu’il est encouragé par le Concile Vatican II (Dei Verbum 2), car défini solennellement par le Concile Vatican I :« La même sainte Mère Église tient et enseigne que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être certainement connu par les lumières naturelles de la raison humaine, au moyen des choses créées (Rom. 1, 20) ; "car les choses invisibles de Dieu sont aperçues au moyen de la création du monde et comprises à l'aide des choses créées. » Mais force est de constater, à la décharge de Madame Gesché, que la plupart des formations théologiques actuelles sont marquées d’une erreur théologique appelé « fidéisme » et dont on trouvera le remède ici : Sagesse 7 ─ L'origine du premier vivant. Epistémologie du Dessein intelligent (60 mn). http://youtu.be/EwI1jHJrBrs

    2° L’existence de l’âme spirituelle, créée par Dieu au moment de la conception : Mais c’est ce second préambule de la foi qui nous intéresse ici. Le voici, enseigné par le catéchisme de l’Eglise Catholique au n° 33 : « L’homme : avec son ouverture à la vérité et à la beauté, son sens du bien moral, sa liberté et la voix de sa conscience, son aspiration à l’infini et au bonheur, l’homme s’interroge sur l’existence de Dieu. A travers tout cela il perçoit des signes de son âme spirituelle, germe d’éternité qu’il porte en lui-même, irréductible à la seule matière (GS 18, § 1 ; cf. 14, § 2), son âme ne peut avoir son origine qu’en Dieu seul. »

    Mais le Magistère va plus loin. L’accès de la raison philosophique à l’existence de l’âme spirituelle des enfants a été rappelé le 25 mars 1995 par saint Jean-Paul II dans Evangelium Vitae 60 : « A cette évidence de toujours (l’âme des enfants), la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine. Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être prouvée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine : comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine ? ».

    Un peu d’humour

    Permettez-moi de rêver un peu et avec humour : Imaginons que, demain, par un retournement venant de la grâce, nos évêques reconsidèrent leur vocation et s’établissent de nouveau dans une de leur fonction, celle de protecteurs de la foi catholique. Il se passera deux choses :

    D’abord, ils rappelleront à l’UCL, en tant que Pouvoir Organisateur, que des arguments philosophiques faisant parti des « préambules de la foi » méritent d’être débattus en cours de philosophie, car des futurs ingénieurs de 18 ans ne sont pas des enfants de 6° primaire et savent débattre.

    Ensuite, et parce que la théologie et la pastorale sont leur ministère propre, un décret épiscopal viendra licencier sans préavis ni indemnité (c’est une habitude semble-t-il dans l’Eglise de Belgique, dans sa pressente attention aux personnes) la direction de l’UCL pour sa déclaration publique par la voix de Tania Van Hemelryck, conseillère du recteur « pour la politique du genre » (sic), engageant l’Université Catholique de Louvain en faveur de l’avortement.

    Monseigneur Delville pourra ainsi commenter dimanche prochain à la RTBF, quand lui sera montré la photo de ces nouvelles personnes au chômage : « Pas contentes ! ». Il est certain que ce trait d’humour de Monseigneur les fera beaucoup rire, comme il a dû faire rire Stéphane Mercier (attention aux personnes oblige).

  • Mgr Delville était invité à l'émission "à votre avis" de la RTBF

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Jean-Pierre Delville, évêque de Liège: "Nous trouvons important que l'avortement reste un délit"

    L'évêque de Liège Jean-Pierre Delville, était l'invité de l'émission A votre Avis ce dimanche. Il a réagi à la question de l'avortement : "La position de l’Église est toujours d'envisager l'avortement en parallèle avec la situation concrète de la femme qui doit le subir, jamais de manière purement abstraite en tant que fait punissable, point à la ligne. La différence entre l’Église et la société civile, c'est que l’Église a un principe: l'avortement est un homicide, mais la position de la femme doit être prise en compte. Et le pape François a décidé que chaque prêtre pouvait désormais absoudre toute demande d'absolution pour l'avortement, alors qu'autrefois c'était une question réservée aux évêques ou au pape. Pour le chrétien s'il y a un péché mortel, une chose grave, elle n'a véritablement son imputabilité que s'il y a pleine connaissance et s'il y a un entier consentement, c'est-à-dire si elle est entièrement libre. Or énormément de femmes qui avortent ne sont pas libres, elles sont poussées par des événements, par des situations de pauvreté, ou de détresse".

    "Nous trouvons important que l'avortement reste un délit"

    Sept partis représentés au parlement travaillent sur des textes visant à sortir l'avortement du Code pénal et à en améliorer les conditions d'accès. "Nous trouvons important que l'avortement reste un délit" commente l'évêque de Liège, "parce que c'est quand même aussi malgré tout une atteinte à une vie humaine. Et dans le respect de la vie humaine, c'est important de ne pas permettre n'importe quoi. Mais en même temps il faut aussi comprendre qu'il y a des situations concrètes et difficiles à vivre, et que le législateur doit aussi les régler. Au niveau de la doctrine des choses c'est important d'être fidèle à la notion du respect de la vie".

    Un professeur invité de l'UCL, Stéphane Mercier, a été sanctionné après avoir qualifié l'avortement de "meurtre", "plus grave que le viol". Pour Jean-Pierre Delville, cette sanction était "inévitable. Il s'est mis dans une situation de ne pas pouvoir donner cours. Il a été tellement caricatural dans sa position qu'il a soulevé son auditoire contre lui. Donc d'un point de vue pédagogique, dans le cadre d'un cours de philosophie – pas de théologie – il s'est mis dans une position impossible à soutenir".

    Voir la video

    Note de belgicatho : Bien sûr, l'évêque de Liège réaffirme une position de principe selon laquelle l'avortement met fin à une vie et mérite donc d'être considéré comme un délit, mais... à l'entendre, on peut difficilement ne pas être mal à l'aise car il donne l'impression que si - théoriquement - l'avortement reste condamnable, pratiquement il peut être absous sans problème car, la plupart du temps, les circonstances dans lesquelles se trouveraient les femmes qui y recourent le rendraient plus ou moins excusable. Disons-le, ce discours ne nous semble pas constituer un parler clair sur la question et ne résonne pas comme les déclarations les plus solennelles de l'Eglise sur le sujet. D'ailleurs, il est accueilli sans problème par les journalistes qui semblent n'avoir aucune difficulté à l'entendre, ce qui est assez symptomatique. Pour le reste, les déclarations sur le diaconat féminin et la possibilité pour des femmes d'accéder au cardinalat laissent songeur. On peut difficilement se défendre de l'impression pénible d'avoir affaire à un discours consensuel voire racoleur peu soucieux d'affirmer la position dissidente d'une Eglise qui ne peut être en phase avec toutes les dérives d'une société libérale avancée. Même si l'on considère que la méthode de Stéphane Mercier a pu être maladroite, on ne peut qu'être scandalisé par les propos d'un "père évêque" qui se désolidarisent complètement d'un enseignant catholique qui se retrouve à la rue et que l'on qualifie avec dérision de "pas content". 

  • Non, Monseigneur Harpigny, l’Eglise catholique n’est pas « contre l’avortement par principe en raison du respect de la vie »

    IMPRIMER

    Par Arnaud Dumouch, 8 avril 2017 :

    A l’occasion de l’affaire de l’UCL et de l’engagement de l'Université Catholique pour l’avortement, Monseigneur Harpigny a rappelé la position de l’épiscopat francophone belge (citation) « une position de principe contre l’avortement en raison de la défense de la vie ».

    Qu’on me permette de rappeler ici que l’Eglise catholique n’est pas « contre l’avortement par principe en raison du respect de la vie » … On peut être contre la chasse, contre le pillage des ressources marines en raison du respect de la vie. 

    Mais l’Eglise est contre l'avortement en raison de la défense de l'âme immortelle des enfants, créée ex nihilo (sans aucune matière préexistante) par Dieu à l’instant de leur conception (lorsque le zygote apparaît, précise le repère de la foi) et que l'on plonge dans le shéol.

    C’est une réalité essentielle de sa foi : l’âme des enfants est, comme l’âme de la Vierge Marie, créée immédiatement par Dieu au moment de la conception. En les avortant, on plonge donc les enfants dans un au-delà dont Benoît XVI rappela en 2007, que l’Eglise en ignorait la nature.

    Je me rappelle en avoir débattu brièvement avec Monseigneur Harpigny en août 2013, lors d’une rencontre à Tournai. L’objet de ce débat était : « L’âme est certes créée par Dieu directement (par son acte créateur direct, et non comme le pensait Teilhard, par la médiation de l’évolution). Mais est-elle créée par Dieu immédiatement (c’est-à-dire au premier instant de la conception) ? ». Voici en trois textes du Magistère de l’Eglise, la solution à ces deux points essentiels (en rouge : la question de l’âme et du moment de sa création) :

    PREMIER TEXTE : Instruction DONUM VITAE 6, saint Jean-Paul II, 1987

    SUR LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE NAISSANTE ET LA DIGNITÉ DE LA PROCRÉATION.

    RÉPONSES A QUELQUES QUESTIONS D'ACTUALITÉ

    [...] 6. Dès le moment de sa conception, la vie de tout être humain doit être absolument respectée, car l'homme est sur terre l'unique créature que Dieu a « voulue pour lui-même » [16] et l'âme spirituelle de tout homme est « immédiatement créée » par Dieu [17] ; tout son être porte l'image du Créateur. 

    [...]

    Quel respect doit-on à l'embryon humain, compte tenu de sa nature et de son identité ?

    L'être humain doit être respecté — comme une personne — dès le premier instant de son existence.

    C'est pourquoi le fruit de la génération humaine dès le premier instant de son existence, c'est-à-dire à partir de la constitution du zygote, exige le respect inconditionnel moralement dû à l'être humain dans sa totalité corporelle et spirituelle. L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie."

    Lire la suite

  • Athée, un professeur de l'Université de Liège est convaincu que le suaire de Turin est celui de Jésus

    IMPRIMER

    téléchargement.jpg

    Lu sur le site de Sud-Presse (Luc Gochel) :

    Le professeur Philippe Boxho (ULg) a autopsié le suaire de Turin: "Si ce n'est Jésus, c'est un homme mort de la même manière que lui"

    Professeur de médecine légale à l’Université de Liège, Philippe Boxho a autopsié plus de 2000 cadavres dans sa vie. Et il s’est intéressé au suaire de Turin qui, pour lui, représente « une véritable scène de crime ». Ses découvertes l’amènent à penser que le suaire serait bel et bien celui de Jésus.

    En tant qu’athée complet, Philippe Boxho ne croit pas que Jésus soit le fils de Dieu. Mais il est persuadé en revanche qu’il s’agit bien d’un personnage historique, dont les détails de la vie ont été relatés par de nombreuses sources.

    En tant que scientifique maintenant, il s’est passionné depuis plusieurs années par l’histoire du linceul de Turin, ce drap de lin de 4 mètres sur un, et vénéré par l’Église comme étant celui qui a entouré le corps du Christ dans son tombeau.

    L’image floue de son corps et de ses blessures, de face et de dos, y est restée imprimée via la sueur et le sang. Il a été photographié sous toutes ses coutures et a déjà fait l’objet de nombreuses analyses. "Si ce n’est Jésus, c’est un homme mort de la même manière que lui", explique-t-il.

    La suite est en accès payant sur le site de Sud-Info

    Voir aussi : http://www.rtl.be/info/un-professeur-belge-affirme-que-ce-drap-est-le-linceul-qui-a-contenu-le-corps-de-jesus-apres-sa-crucifixion-video--907938.aspx?

  • Les leaders religieux syriens critiquent les frappes américaines

    IMPRIMER

    Du site presence-info.ca (Présence Information religieuse (Canada) :

    Les frappes américaines critiquées par des leaders religieux syriens

    D’influents leaders religieux syriens ont critiqué les frappes américaines contre une base militaire gouvernementale en Syrie, remettant en cause une telle action avant qu’une enquête n'ait pu faire la lumière sur l’attaque chimique qui a tué plusieurs dizaines de civils le 4 avril.

    Le patriarche syriaque Ignace Joseph III Younan estime que ces attaques sont une agression. «Il est déplorable que l’administration américaine n’ait pas attendu qu’une enquête minutieuse et honnête des Nations Unies ait lieu au sujet de la présumée frappe aérienne chimique à Khan Cheikhoun», a-t-il dit. Il a laissé entendre que les États-Unis souhaitent tout simplement que le conflit se poursuive.

    Le patriarche Younan est né en Syrie. Pendant quatorze ans, il a été évêque de l’éparchie syro-catholique de Notre-Dame-de-la-Délivrance, dans le New Jersey, pour les États-Unis et le Canada.

    De son côté, Mgr Georges Khazen – le pasteur des catholiques de rite latin à Alep, en Syrie – a confié à l’agence romaine Fides qu’il était estomaqué par l'empressement de cette frappe américaine, sans attendre d’enquête. Selon lui, ces tirs de missiles Tomahawk ouvrent de nouveaux scénarios peu reluisant pour tous.

    Réagissant à l’attaque chimique survenue plus tôt cette semaine, l’évêque chaldéen d’Alep, Antoine Audo, a pour sa part indiqué à Fides que bien qu’il comprenne que les apparences sont parfois trompeuses, il ne croit pas le gouvernement syrien aussi «naïf» et «ignorant» pour faire de telles «erreurs».

    Changement de stratégie des États-Unis

    Les États-Unis ont tiré 59 missiles depuis les destroyers USS Ross et USS Porter aux premières heures du 7 avril. Ils visaient la base aérienne syrienne d'al-Chaayrate, qui aurait joué un rôle dans l’attaque chimique qui a fait 86 morts mardi. Les images de civils en détresse – dont des femmes et des enfants – ont choqué l’opinion publique dans plusieurs pays.

    Dans un communiqué, le président américain Donald Trump a maintenu qu’il ne faisait aucun doute que la Syrie avait utilisé des armes chimiques, violant ainsi ses engagements internationaux. De son côté, la Syrie a qualifié ces tirs «d’agression flagrante».

    Jusqu'ici, les États-Unis n'étaient pas intervenu directement militairement en sept ans de conflit syrien. Vendredi, ils ont à nouveau laissé entendre qu'ils pourraient procéder à de nouvelles représailles.

    La majorité des pays occidentaux, dont le Canada, ont manifesté leur appui à la décision américaine d'intervenir militairement.

  • "L'Affaire Mercier" sous la loupe de Famille Chrétienne

    IMPRIMER

    De Pierre Jova sur le site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    Belgique : le débat sur l’avortement refait surface

    Pour avoir diffusé à ses étudiants une argumentaire pro-vie, un professeur de philosophie de l’Université catholique de Louvain a été licencié. Cette affaire a déclenché une polémique en Belgique, alors que s’est tenue la Marche pour la vie de Bruxelles.

    « L’avortement est-il un crime ? » Telle fut la question débattue le 26 mars dernier sur la RTBF, la chaîne de service public francophone belge, pendant une demi-heure. Sur le plateau, deux « pro-choix » et… trois « pro-vie », dont le Père Tommy Scholtès, représentant les évêques belges, et Constance du Bus, porte-parole de la Marche pour la vie de Bruxelles. Un panel très inhabituel en Belgique !

    Censure à l’Université catholique de Louvain ?

    Quelques jours auparavant, Stéphane Mercier, 34 ans, professeur de philosophie à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (UCL), était convoqué par le rectorat, avant d’être licencié. Motif ? Il avait diffusé à ses 500 élèves de première année un argumentaire critique de l’avortement. Intitulée La philosophie pour la vie, cette note de 15 pages avait pour but d’engager un débat avec les étudiants. « La vérité est que l’avortement est le meurtre d’une personne innocente », peut-on lire, dans une version mise en ligne par le quotidien belge Le Soir. Plus loin, Stéphane Mercier ose une comparaison entre l’avortement et le viol : « Si l’avortement est un meurtre, n’est-il pas encore plus grave que le viol ? Le viol est immoral et heureusement il est aussi illégal ».

    Diffusés par quelques étudiants mécontents sur les réseaux sociaux, ces propos ont attiré l’attention des médias. Prises de panique, les autorités de l’UCL ont sanctionné le professeur, et chargé Tania Van Hemelryck, conseillère du recteur « pour la politique du genre » (sic) de rédiger un communiqué expliquant : « l’UCL défend ce droit fondamental qu’est l’avortement ». Une affirmation inexacte, car l’avortement n’est pas un droit en Belgique. Partiellement dépénalisé en 1990, il est soumis à la condition de « détresse » de la femme, et reste théoriquement un délit.

    La décision de l’UCL a eu l’effet d’une bombe dans les milieux catholiques belges. Le grand chancelier de la faculté est l’archevêque de Malines-Bruxelles, et les évêques francophones participent à son administration. En punissant Stéphane Mercier au nom de sa position pro-vie, l’UCL se place pourtant en contradiction avec l’enseignement de l’Eglise, qui affirme que « l'avortement et l'infanticide sont des crimes abominables» (Gaudium et Spes, 51,3).

    En outre, de nombreux universitaires se sont soulevés contre la sanction du professeur, alors que l’UCL garantit la liberté académique, « non soumise à la norme du moment », peut-on lire sur le site de la faculté. « Y a-t-il des sujets qui ne peuvent pas être discutés dans un cours de philosophie à l’Université ? Notre réponse est clairement : non », ont ainsi écrit les professeurs émérites Michel Ghins, enseignant catholique, et Jean Bricmont, « athée et pro-choix » revendiqué, dans Le Soir. L'intellectuelle féministe Sophie Heine a également signé une "carte blanche" (tribune, en Belgique, NDLR) dans le même quotidien, estimant que "remettre cette question en débat n’est pas forcément un mal", et dénonçant le fait que trop de femmes avortent sous la contrainte: "les femmes prenant une telle décision sont rarement libres", écrit-elle.

    De leur côté, les évêques belges ont rappelé dans un communiqué leur opposition à l’avortement, tout en indiquant qu’ils faisaient confiance « à la procédure interne menée actuellement par l’UCL ». Une position incomprise par de très nombreux fidèles. « Leur position est délicate, mais ils ont manqué de courage ! », s’écrie un prêtre officiant dans la banlieue de  Bruxelles, qui a tenu à garder l’anonymat. « Le cours de Stéphane Mercier était très bien fait, même si la comparaison avec le viol était maladroite… Ce n’est pas faux, mais la vérité doit être dite avec délicatesse, sinon elle est inaudible », ajoute-t-il.

    Succès médiatique de la Marche pour la vie

    « L’affaire Mercier » coïncide avec la Marche pour la vie de Bruxelles, qui a rassemblé 3000 personnes, le 26 mars dernier. Le professeur sanctionné a été invité à s’exprimer devant les participants, et l’évènement a reçu une très forte couverture médiatique. « Cela fait huit ans que nous défilons, et jusqu’à présent, c’était silence radio ! », s’étonne encore Constance du Bus, porte-parole de la Marche pour la vie. La voix claire et posée, cette étudiante en droit à la Katholieke Universiteit Leuven, le pendant néerlandophone de l’UCL, a crevé l’écran lors de ses interventions dans les médias. Interrogée sur la comparaison entre l’avortement et le viol, elle crie son horreur égale : « Il ne faut pas oublier que dans le cas du viol comme dans le cas de l'avortement, il y a une victime. Bien souvent aujourd'hui, dans le cas de l'avortement, on oublie que l'enfant à naître est une victime, alors que dans le cas du viol, les conséquences sont flagrantes et très ressenties. Or, ce n'est pas parce que les conséquences d'un acte sont moins flagrantes et moins ressenties, que l'acte est moins grave en soi. En cas d'avortement, on n'entend pas ou plus la victime, ce qui fait malheureusement oublier la grave réalité de l'acte: sa mort ! » Au micro de la RTBF, elle révèle que des enfants ont été avortés en Belgique la veille de leur naissance, parce qu’ils étaient sourds ou qu’il leur manquait un doigt. « Les gens étaient complètement scandalisés ! Beaucoup ne réalisent pas que l’on peut avorter pour ces raisons, juste avant l’accouchement. C’est la Commission nationale d'évaluation des interruptions de grossesse qui le constate elle-même ! Cette conscientisation fera du bien », martèle la porte-parole.

    Bâti depuis 1830 sur un consensus sans cesse redéfini, hier entre catholiques et francs-maçons, puis aujourd’hui entre néerlandophones et francophones, le Royaume de Belgique ne partage pas le goût outre-quiévrain pour les manifestations et la polémique publique. « Les Belges ne se disputent pas quand il le faudrait, et les Français se disputent quand il ne le faut pas ! », rit ce prêtre de la banlieue bruxelloise. Pour autant, l’écho rencontré par l’affaire Mercier dans les médias prouve que les sujets éthiques demeurent importants. « De nombreux députés nous ont contacté », confie Constance du Bus, dont un oncle est parlementaire du Centre démocrate humaniste (CDH), l’ancien Parti social-chrétien francophone. Mis au pied du mur avec "l'affaire Mercier", le mouvement a pris position contre les velléités du Parti socialiste belge (PS) de faire de l’avortement un droit, d’allonger à 20 semaines la limite pour avorter et de supprimer le délai de réflexion, actuellement fixé à six jours. D’autres partis, comme les chrétiens-démocrates flamands (CD&V) et la Nouvelle alliance flamande (N-VA) n’y sont également pas favorables.

    Au-delà de la seule « affaire Mercier », cet épisode apporte pour une clarification, vis-à-vis de certaines institutions toujours liées à l’Église catholique belge, mais en réalité sécularisées, dont l'UCL est devenue le symbole. "Nous sommes un des rares pays à avoir une université sympathisante de la franc-maçonnerie, l'Université libre de Bruxelles (ULB) ! Ils s'assument, et c'est ce qui fait parfois l'intérêt de certaines de leurs contributions. Pourquoi l'UCL ne s'assume plus catholique, au sens normal du mot ?", s'interroge le prêtre interrogé. « Personnellement, j’estime que l’Université ne devrait plus porter le nom de catholique. Le pape François insiste bien sur la gravité de l’avortement, même s’il est pardonnable. Je crois qu’il serait plus honnête de supprimer cette étiquette », tranche le professeur émérite Michel Ghins. Par ailleurs, le succès de la dernière Marche pour la vie atteste de la détermination de certains jeunes catholiques belges. Plus minoritaires, mais décomplexés, à l’image de Constance de Bus. Avant d’être porte-parole de la Marche pour la vie, cette dernière fut membre du Parlement Jeunesse de la fédération Wallonie-Bruxelles, une simulation qui reproduit le fonctionnement du Parlement national. En tant que ministre fictive de l’Intégration sociale, elle a déposé un décret visant à défendre les sans–abris. « C’est ce qui m’a conduit à la Marche pour la vie : protéger les plus fragiles pour une société plus humaine. Se faire la voix de ceux qui ne peuvent pas encore parler », raconte avec simplicité Constance du Bus. A 21 ans, la jeune femme est déterminée : « L’affaire Mercier n'est pas terminée ! » La valeur n'attend point le nombre des années.

  • Education relationnelle, affective et sexuelle dans les écoles : une enquête à diffuser largement

    IMPRIMER

    L’UFAPEC, association des parents du réseau libre francophone fait une enquête large auprès des parents pour savoir ce qu’ils veulent pour leurs enfants en matière d’éducation relationnelle, affective et sexuelle dans les écoles.

    Il est urgent de donner son avis car les partenaires de leur groupe politique ne sont pas tous fiables et l’anthropologie chrétienne n’y fait pas recette notamment dans les plannings familiaux.

    Le rôle des parents est indispensable en ces matières qui touchent à l’amour, à la vie et à la famille

    Diffusons largement cette enquête : 

    http://www.ufapec.be/actualite/31032017-enquete-evras.html

    PARTICIPEZ À NOTRE ENQUÊTE UFAPEC SUR L'EDUCATION À LA VIE RELATIONNELLE, AFFECTIVE ET SEXUELLE !

    L’UFAPEC va se pencher ces prochains mois sur les contenus et modalités de l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle (communément appelée EVRAS) telle qu’elle est traitée dans les établissements primaires et secondaires. Un certain nombre d’experts et d’acteurs de terrain vont être entendus dans le cadre d’un "groupe politique", lequel devra remettre une note d’avis au Conseil général de l’UFAPEC.

    Sur cette base et sur base des résultats de deux consultations des parents (la première se trouve dans le lien ci-dessous et nous vous invitons vivement à y participer, la seconde interviendra après rédaction de la note d’avis du groupe politique), le Conseil général s’accordera sur un texte final qui servira de base à une étude d’éducation permanente. Cette étude sera publiée en vue de la rentrée 2017.

    C’est dans ce cadre et dans la volonté d’entendre l’avis des parents de l’enseignement libre confessionnel que nous vous proposons de participer à cette première enquête >>

  • Les évêques de Belgique ont répondu à la pétition de "Pro Europa Christiana" en faveur de Stéphane Mercier

    IMPRIMER

    Réponse des évêques francophones de Belgique à la pétition de la Fédération Pro Europa Christiana

    Chère Madame, cher Monsieur,

    Vous avez envoyé aux évêques francophones de Belgique une pétition lancée par la Fédération Pro Europa Christiana à propos de M. Stéphane Mercier, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain (UCL). Vous nous écrivez que S. Mercier « ne fait qu’exprimer la position officielle de l’Église catholique en ce qui concerne l’avortement ». Or, M. Mercier précise dans ses notes de cours : « Ce qui est proposé ici est un argument philosophique, pas un argument théologique » (La philosophie pour la vie. Contre un prétendu ‘droit de choisir’ l’avortement, § 2). M. Mercier se situe au point de vue philosophique.

    Le point de vue de l’Église implique, par contre, une approche théologique et pastorale. Ainsi le pape François écrit-il, dans sa lettre apostolique « Misericordia et misera » (2016), au § 12, qu’il accorde à tout prêtre la faculté d’absoudre du péché d’avortement ; il ajoute : « Je voudrais redire de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, parce qu’il met fin à une vie innocente. Cependant, je peux et je dois affirmer avec la même force qu’il n’existe aucun péché que la miséricorde de Dieu ne puisse rejoindre et détruire quand elle trouve un cœur contrit qui demande à être réconcilié avec le Père. »

    Telle est la position de l’Église. M. Mercier ne la développe pas car son objectif est d’ordre philosophique et non théologique. C’est pourquoi les évêques de Belgique francophone, formant le pouvoir organisateur de l’Université catholique de Louvain, appuient les autorités académiques de l’UCL dans leur démarche consistant à vérifier si M. Mercier a répondu aux exigences pédagogiques du cours d’initiation à la philosophie qu’il devait donner. Les autorités académiques n’ont pas à se prononcer sur une question théologique ou religieuse, mais sur la mise en œuvre d’un cours de philosophie. Cela est parfaitement conforme à la Constitution apostolique de S. Jean-Paul II « Ex corde ecclesiae », sur le fonctionnement et la mission des Universités catholiques. Dans cette optique les évêques ont publié ce 28 mars le communiqué suivant.

    Déclaration des évêques francophones suite à la suspension des cours de M. Stéphane Mercier, chargé de cours invité, à l’UCL.

    « Concernant la suspension des cours de M. Stéphane Mercier, chargé de cours invité à l’UCL, les évêques font confiance à la procédure interne menée actuellement par l’UCL.

    Les évêques espèrent que la discussion qui vient de surgir contribuera à une discussion sereine sur l’avortement dans la société. »

    « Les évêques sont opposés à l’avortement en raison du respect pour la vie.

    Selon le droit belge, il n’existe pas de droit à l’avortement. La loi prévoit que l’avortement peut être pratiqué moyennant certaines conditions stipulées par la loi sans entraîner de poursuites pénales. La loi prévoit ainsi dans quels cas l’avortement est autorisé ou non. Mais comme tel, l’avortement est un délit et relève toujours du droit pénal. »

    « Même si l’Eglise est opposée à l’avortement, elle fait la distinction entre la personne et l’acte. L’Eglise comprend que certaines femmes en arrivent à décider d’un avortement quand elles sont dans des situations pénibles, difficiles voire désespérées. La gravité de l’avortement est un drame pour l’enfant, pour ses parents et pour la société. Par compréhension pour ces situations dramatiques, les évêques tiennent à ce que l’on parle toujours avec nuance et tact des personnes et des couples qui font le choix de l’avortement. Bruxelles, le 28 mars 2017. »

    Les évêques resteront vigilants par rapport à la mise en œuvre de cette déclaration.

    En vous remerciant de votre contribution à la clarification de cette question très actuelle, nous vous prions d’agréer, chère Madame, cher Monsieur, l’expression l’expression de nos salutations distinguées.

    Bruxelles, le 30 mars 2017

    Les évêques francophones de Belgique 

    Guy Harpigny, évêque de Tournai

    Le commentaire de "Pro Europa Christiana" est en ligne ICI

    Commentaire d'un ami :

    C'est assez surprenant de lire que l'Eglise n'adopte que des points de vue théologiques et pastoraux, et ne peut par conséquent se prononcer sur un point de vue philosophique. Si c'était le cas, on aurait sombré officiellement dans le fidéisme.

    Je me demande ce qu'en penseraient (en vrac) St Thomas d'Aquin, St Augustin, St Jean-Paul II, St Justin, Emmanuel Mounier, Jacques Maritain et j'en passe... pour ne pas parler de toute la rencontre entre la philosophie grecque et la foi chrétienne merveilleusement commentée dans le fameux discours de Ratisbonne par Benoit XVI.

    Bref, en parler jeune, cette réaction est du bullshit complet. Les évêques appuient aussi la nouvelle ligne de défense de l'UCL, qui est de se retrancher derrière un argument "pédagogique" comme casus belli. Une lâcheté qui n'est pas sans exposer ma faible nature à la colère je l'avoue.

  • L'université jésuite de Marquette aussi peu catholique que celle de Louvain ?

    IMPRIMER

    Ces faits qui se sont produits il y a un an en disent long sur l'orientation actuelle de certaines universités prétendument catholiques. Lu sur "reinformation.tv" :

    Un professeur licencié pour avoir pris la défense du mariage « hétéro » dans une université jésuite aux Etats-Unis

    La prestigieuse université catholique jésuite de Marquette a décidé de licencier un professeur, John Mc Adams, coupable selon elle d’avoir apporté son soutien à un élève « saqué » par une collègue « libérale » – c’est-à-dire « de gauche » selon les critères américains. Cheryl Abbate avait en effet sèchement rétorqué à un élève défendant le mariage homme/femme en cours d’éthique que sa position était raciste, ajoutant : « Vous pouvez avoir vos opinions, mais je vous préviens que dans ce cours les commentaires racistes, homophobes ou sexistes ne seront pas tolérés. » Puis elle l’avait incité à quitter le cours.

    Une université jésuite licencie un professeur « coupable » d’atteinte aux droits homos

    Pour avoir pris la défense de l’élève sur un blog, le professeur Adams a donc fait l’objet d’une procédure disciplinaire et se voit infliger une « punition » par une commission universitaire de sept professeurs qui a rendu à ce sujet un document de 123 pages (!). Il se voit ainsi privé de salaire d’avril à novembre 2016 et fait l’objet d’une procédure de licenciement. Seule possibilité pour lui de réintégrer sa fonction : faire officiellement acte d’obédience à la décision universitaire et demander platement pardon pour la « souffrance » qu’il a fait endurer à Mme Abbate en critiquant son attitude…

    Adams fait remarquer que cette tactique consistant à faire taire les personnes ayant une opinion différente, plutôt que de les confronter objectivement dans le cadre des cours, est une stratégie à présent couramment utilisée chez les libéraux : « Il n’y a pas de débat sur les idées elles-mêmes, car celles-ci sont jugées offensantes… Elles n’ont pas même le droit d’être exprimées. »

    La défense du mariage naturel est une cause de licenciement à Marquette, aux Etats-Unis

    L’exigence qui lui est faite de battre sa coulpe publiquement émane, selon lui, non de ses pairs mais du président de l’université qui veut se débarrasser de lui. Mc Adams compare cette demande à « l’Inquisition, dans laquelle les victimes qui confessaient avoir pactisé avec Satan et répandu une hérésie évitaient l’exécution, ou encore au stalinisme des années trente », ajoutant qu’il s’agit d’une « violation de la liberté académique gravée dans les statuts universitaires. » Des statuts en effet adossés au Premier Amendement de la Constitution américaine, qui concerne précisément la liberté d’expression, de religion ainsi que la liberté de la presse.

    Le professeur Adams n’envisage pas pour autant de traîner l’affaire devant les tribunaux, en raison de la lenteur de la justice et de son coût exorbitant. Mais il fait enfin remarquer, à fort juste titre, que le mot catholique figurant à côté de ceux d’Université Marquette n’est rien d’autre que du… marketing !

  • Le problème des traductions liturgiques

    IMPRIMER

    L’esprit des célébrations sur la table en  formica  fait de la résistance. Pour débloquer la situation (mais dans quel sens ?) le pape François a nommé une commission dont on craint qu’elle ne court-circuite l’esprit de la liturgie défendu par le Cardinal Sarah, préfet de la congrégation du culte divin. Le mensuel « La Nef » (n° 291, avril 2017) publie à ce sujet une interview du Père Juan José Silvestre, professeur à l’Université romaine de la Sainte Croix (Opus Dei) :

    « Rome publiait en mai 2001 une instruction, Liturgiam authenticam, qui lançait notamment un vaste chantier pour améliorer nombre de traductions défectueuses dans la liturgie.& 8200;Les missels de langue anglaise ont ainsi été revus, mais les blocages persistent, si bien que François a nommé fin décembre une commission dont on sait peu de chose. Pour la France, la Conférence des Evêques de France a annoncé une entrée en vigueur de la nouvelle traduction liturgique du Notre Père pour l'Avent 2017. Le Père Juan José Silvestre, professeur associé de liturgie à l’Université pontificale de la Sainte-Croix (Rome) et ancien consulteur à la Congrégation pour le culte divin, nous éclaire sur la situation.

    La Nef – Pourquoi cette instruction pose-t-elle tant de difficultés ?

    Père Juan José Silvestre – Il est vrai que la liturgie nécessite une préparation. Tout comme la Bible. Pour faire un résumé rapide des critiques, on pourrait dire qu’elles accusent la liturgie de ne pas parler avec les mots de tous les jours. Mais la Bible non plus ne parle pas comme on parle à table ! Pour s’approcher de ce langage biblique et patristique qui imprègne toute la liturgie, il faut se préparer. Les traductions précédentes ont peut-être voulu que le sens soit immédiat, mais au prix de la perte d’une grande partie du contenu.

    Comme le disait Benoît XVI, nous sommes face à un analphabétisme liturgique et religieux. Face à cela, il faut former les gens, les aider à comprendre, et non pas dénaturer le langage. C’est le rôle des pasteurs. Pas des traducteurs. Les pasteurs doivent interpréter, enseigner, former. Les traducteurs doivent traduire les prières telles qu’elles sont.

    Quel est l’enjeu des discussions actuelles sur Liturgiam authenticam ?

    Avant Liturgiam authenticam, le mode de traduction, conformément à l’instruction de 1968, disait schématiquement que le devoir du traducteur était d’identifier le « noyau » des prières, de l’extraire de tout le langage biblique et patristique que les gens ne comprennent pas, et de plonger ce noyau dans la culture actuelle. Dire qu’il y a un « noyau » dans la prière et que le reste est décoration implique un subjectivisme absolu. Qui a donné au traducteur le pouvoir d’identifier le noyau théologique, de différencier ce qui est décoratif de ce qui ne l’est pas ? Il y a des arbitraires dont nous avons souffert, perdant par exemple tout ce qui parlait de sacrifice, d’oblation, d’immolation, parce que considérés comme non-modernes.

    Dans les années 1980, le pape Jean Paul II a fait remarquer que les traductions contenaient des erreurs, des manques. Il a donc demandé à revoir ces traductions. Ainsi, Liturgiam authenticam est parti du principe que le contenu des prières n’était pas à notre disposition.

    La réforme est-elle bloquée ?

    Ce qui me paraît important, c’est la conversion du cœur. Entre ceux qui veulent traduire selon Liturgiam authenticam et ceux qui s’opposent à ces traductions. S’il n’y a pas de bonne volonté des deux côtés, ce sera très difficile de progresser. Il me semble difficile de retourner en arrière, avant Liturgiam authenticam, en produisant des traductions appauvries qui « trompent » les fidèles, qui ne leur permettent pas d’entrer dans la richesse de la foi catholique. Peut-être peut-on améliorer quelques points de Liturgiam authenticam, mais il faut dans ce cas entrer véritablement en dialogue, ce qui n’a pas été fait par l’écrasante majorité des critiques. En dehors de celles qui paraissent dans les journaux, il n’y a pas d’opposition véritable à Liturgiam authenticam. Quand on demande où sont les erreurs, les problèmes, les altérations dans les traductions faites depuis seize ans, on n’obtient pas de réponse.

    Qu’en pense le pape selon vous ?

    Je crois que le pape, en réalité, n’a pas une idée définitive sur cette question. Du point de vue liturgique, ses interventions peuvent être résumées à deux thématiques : valoriser l’adoration, et souligner la relation qui existe entre la liturgie et la vie.

    Il me semble qu’un langage commun ne favorise pas l’adoration, le sens du mystère dont parle le pape François. Tant de fois il a répété que nous sommes habitués à prier, demander, remercier, mais très peu à adorer. Le langage de Liturgiam authenticam aide justement à comprendre que la rencontre avec Dieu est différente de celle avec mes amis, même si Dieu est le grand Ami. Ce langage liturgique favorise l’adoration et la primauté de Dieu.

    Pour la relation liturgie-vie, il est important que la liturgie pénètre dans la vie, en la tirant vers le haut. Si nous ne banalisons pas la liturgie, le monde devient plus élevé, il est recréé. En ce sens, il faut que la liturgie aide à élever le monde. Il ne faut pas nous contenter du monde tel qu’il est, car cela revient à mondaniser la liturgie. C’est précisément ce dont le pape François ne veut pas : mondaniser la liturgie. Au contraire, c’est le monde qui doit devenir adoration.

    Un dernier mot ?

    Il faut aussi beaucoup d’humilité, vertu essentielle pour s’approcher de la liturgie selon Romano Guardini. En effet, il faut sortir de nous-mêmes pour entrer dans quelque chose que nous n’avons pas créé, mais qui nous a été donné. Dans le monde occidental, nous sommes habitués à construire, à faire nous-mêmes. Contrairement au monde oriental, qui qualifie d’ailleurs la liturgie de « divine », montrant que celle-ci est reçue de Dieu.

    Propos recueillis à Rome par Aymeric Pourbaix, I.Media

    Ref. Le problème des traductions liturgiques

    JPSC

  • Quand Stéphane Mercier est longuement interviewé

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur reinformation.tv :

    Interview de Stéphane Mercier, licencié par l’université catholique belge UCL pour son argumentation contre l’avortement

    Stéphane Mercier, le professeur de philosophie qui s’est retrouvé au centre d’une polémique à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (UCL) pour avoir invité ses étudiants à réfléchir sur un argumentaire philosophique contre l’avortement, est désormais sous le coup d’une sanction prononcée par la direction : licenciement pur et simple à effet immédiat au 1er avril. Stéphane Mercier avait bien voulu donner une longue interview à reinformation.tv quelques jours avant que tombe cette sanction, nous livrant dans le même temps le portrait d’un homme engagé et conscient des responsabilités propres à notre époque. La voici.

    RITV : Stéphane Mercier, vous vous êtes montré très clairement provie. Aujourd’hui, cela vous vaut accusation. Assumez-vous cette qualité ?

    Stéphane Mercier : A 100 %, et cela fait ma fierté : ma fierté à la fois comme être humain de prendre ainsi la défense, à ma modeste mesure, d’autres êtres humains, et ma fierté comme philosophe parce que j’ai l’impression que philosophiquement, le droit à la vie est indiscutable. Et plus profondément encore, comme catholique romain, parce que comme le disent les saints, la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant.

    RITV : Quel est votre âge ? Et quelle a été votre formation, puisque votre raisonnement ne ressemble pas beaucoup à celui de certains nouveaux philosophes ? Quels sont vos philosophes de prédilection ?

    S.M. : J’ai 34 ans. Ma formation, je l’ai faite tout entière ici à Louvain-la-Neuve, puisque, contrairement à ce que certains médias avaient suggéré, je ne suis pas un nouveau dans la maison. J’ai commencé mes études ici, en philosophie, en 2000. Quand j’ai eu ma licence – le Master d’aujourd’hui – en 2004, j’ai été nommé assistant à la faculté de philosophie pendant 10 ans. J’ai eu mon doctorat en 2010 et je suis devenu chargé de recherche à l’équivalent belge du CNRS en France pendant quatre ans. Depuis 2014, je suis de nouveau chargé de cours dans le département de philosophie. Et ce jusqu’à cette année… et vraisemblablement, pas au-delà.

    Quant à mes philosophes de prédilection, j’ai travaillé sur saint Thomas qui est bien sûr un incontournable. J’ai essentiellement fait ma thèse et mes recherches sur la philosophie romaine, sur Cicéron, sur Sénèque, et je travaille aussi en philosophie comparée sur le stoïcisme et le confucianisme. Je ne suis pas très sensible aux choses contemporaines que je trouve souvent un peu verbeuses et jargonnantes, alors que les philosophes latins, antiques et médiévaux ont toujours un beau souci de clarté que j’apprécie beaucoup.

    Stéphane Mercier, ancien élève de l’université catholique belge UCL

    RITV : Vous êtes donc un ancien élève de Louvain-la-Neuve et vous y enseignez depuis de très nombreuses années : y a-t-il eu avant aujourd’hui d’autres incidents de ce type ? Que s’est-il passé de nouveau pour que l’on vous poursuive ainsi ?

    Lire la suite