Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 3

  • Le pape contesté sur des affiches placardées dans Rome

    IMPRIMER

    Lu sur diakonos.be :

    DES MANIFESTES CONTRE LE PAPE FLEURISSENT LES MURS DE ROME. INÉDIT ET HISTORIQUE.
    123553856-3abfbf49-4949-477a-8290-284cc4cc6bc9.jpg
    De temps à autre, des manifestes non-autorisés apparaissent sur les murs de Rome, c’est-à-dire des affiches qui ne suivent pas les règles d’affichage imposées par la Commune. Il s’agit d’une version moderne de ces billets que les romains mécontents affichaient sur Pasquino, la statue mutilée qui se trouve près de la Piazza Navona pour protester contre les injustices et exprimer leur malaise.

    Le dernier cas de publication de ces manifestes – irréguliers – et irrévérencieux concernait le Ministre de l’Education Nationale, Valeria Fedeli il y a quelques mois à peine. Mais que les murs de Rome se couvrent de dizaines de manifestes contre le Pape, c’est une grande nouveauté.

    Ca s’est passé aujourd’hui et c’est l’agence de presse Kronos qui nous en informe en ces termes :

    « Ce matin, des dizaines de manifestes protestant contre le Pape François et son action sont apparus un peu partout sur les murs de Rome. On peut y voir une photo en gros plan du Pape fronçant les sourcils avec une expression particulièrement sombre. Au bas de l’affiche, sur un fond violacé, on peut y lire en italien mâtiné de dialecte romain : « Hé, François, tu mets sous tutelle des Congrégations, tu chasses des prêtres, tu décapites l’Ordre de Malte et les Franciscains de l’Immaculée, tu ignores des Cardinaux… Elle est où ta miséricorde ? ». Le poster est anonyme et ne contient ni signature ni symboles mais on peut facilement faire le lien avec les milieux conservateurs qui manifestent chaque jour davantage leur opposition au magistère, aux mesures et à la ligne pontificale du pape Bergoglio ».

    Source : Marco Tosatti, La Stampa

  • Quand Fillon rime avec désillusion...

    IMPRIMER

    De Frédéric Aimard sur le site de France Catholique :

    Fillon : la désillusion

    Après sa primaire, la présidentielle semblait «  imperdable  » pour la droite. Désormais, pour cause de «  Penegate  », l’hypothèse d’un désastre électoral devient envisageable.

    On a à peine besoin de rappeler les faits tant le feuilleton occupe les conversations. Le complot qui a préparé l’attaque médiatico-judiciaire contre le candidat désigné de la droite est palpable. On en connaîtra un jour les organisateurs. Cela dit, les faits enflent sous nos yeux. La semaine dernière on parlait d’une rémunération de 500 000 euros pour Penelope Fillon en tant qu’assistante parlementaire de son mari. Désormais la somme en cause est portée à 900 000. Pourtant, Vincent Goyet, un ancien assistant parlementaire filloniste, démontre de manière assez convaincante que, rapportée au nombre d’années concernées, la rémunération serait de l’ordre d’un net mensuel de 1521 euros par mois…

    Dans le meilleur des cas, la justice reconnaîtra que l’argent public, ou celui provenant de conférences ou conseils aux entreprises, a été versé conformément à la loi sur la transparence du financement des partis.

    Dans le pire des cas, elle établira que cet argent a été versé moyennant des emplois fictifs distribués à la femme, aux enfants, aux proches de l’homme politique ou qu’il y a abus de bien social...

    Certes les sommes en cause sont infinitésimales par rapport à celles évoquées dans la condamnation, le 2 février en première instance, de l’industriel et sénateur LR Serge Dassault, à la suite d’un redressement fiscal de 19 millions d’euros. Certes, on est loin des détournements et mensonges de l’ancien ministre de l’Économie Jérôme Cahuzac. Certes encore, beaucoup d’autres parlementaires travaillent «  en famille  » et cette pratique a même été utilisée par le Front national au Parlement européen (mais là, les règles sont plus strictes et le Parlement demande, depuis le 31 janvier, à Marine Le Pen, de rembourser 298 400 € euros versés à ses collaborateurs, qualifiés par elle d’assistants parlementaires, alors qu’ils effectuaient d’autres tâches politiques). Il n’empêche que ce train de vie d’un présidentiable qui n’a que la «  rigueur  » à la bouche est choquant pour de nombreux électeurs de toutes tendances.

    La réussite du meeting à La Villette le 29 janvier, où François Fillon a longuement fait acclamer sa femme par 15 000 militants, de nombreuses réunions en province, où il se montre déterminé et très offensif, la distribution de 3,5 millions de tracts… tout cela lui permettra-t-il de tenir les «  15 jours  » qu’il a demandés à ses pairs avant d’envisager un éventuel «  plan B  » pour la présidentielle  ? Et que se passera-t-il ensuite ou d’ici-là  ? Personne n’en sait rien. Même pas les juges qui ont pourtant toutes les cartes en mains.

    Mais ce que l’on sait c’est que le programme politique de redressement du pays, sur lequel des experts ont travaillé depuis plus de trois ans, et dont on pouvait espérer qu’il constituerait une expérience volontariste pour sortir notre pays de la crise, eh bien  ! ce programme est d’ores et déjà sorti de l’actualité. Soit que le président ne s’appellera pas Fillon, mais Macron grâce à une Marine Le Pen à 25 % au premier tour, soit qu’une incroyable résilience et la chute toujours possible de ses concurrents amènent François Fillon jusqu’à l’Élysée, mais avec une autorité tellement diminuée que tout deviendrait beaucoup plus difficile à mettre en œuvre.

    Alors, dans l’un ou l’autre cas, faute de pouvoir réformer l’administration du pays, la tentation sera d’en revenir au pur pragmatisme et à une politique de révolution sociétale, pour faire «  moderne  », qui ne manque pas d’adeptes à droite aussi.

    Lire également : a-tout-un-chacun/l-affaire-fillon

  • France : François Fillon dans la tourmente

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur aleteia.org :

    Présidentielle : la tempête se déchaîne sur Fillon

    Pourra-t-il résister au « Penelope Gate » ? La question taraude Les Républicains dont certains évoquent un improbable plan B tandis que le gros des troupes serre les rangs derrière le chef.

    Tiendra-t-il ? La question se fait lancinante au terme d’une semaine où les coups ont redoublé contre François Fillon. À peine avait-il achevé son meeting à Charleville-Mézières, jeudi soir, le 2 février, que France 2 en remettait une couche en diffusant sur « Envoyé spécial » une vieille interview de Penelope Fillon, accordée en mai 2007 au Sunday Telegraph, dans laquelle elle déclare en anglais, sa langue maternelle : « En fait je n’ai jamais réellement été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre ». Mais elle y évoque des tractages et sa présence aux meetings de son mari.

    Georges Fenech franchit le Rubicon

    « La maison Fillon se lézarde », estime Le Monde (2 février). « À l’automne 2016, le député de Paris avait pourtant acquis une légitimité en béton armé bâtie sur les 4,4 millions d’électeurs de la primaire. Sous les coups de boutoir des soupçons et des révélations du “Penelope Gate”, sa candidature s’effrite d’heure en heure. (…) Pour certains, il devient urgent de trouver une solution de remplacement à ce candidat “qui court encore mais avec une tonne de plomb sur les épaules”. »

    C’est le député LR (sarkozyste) du Rhône Georges Fenech, lui-même ancien magistrat, qui a le premier franchi le Rubicon mercredi matin, 1erfévrier : « Je pense que le résultat des primaires est aujourd’hui caduc face à cet événement imprévisible (…) qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral », a-t-il déclaré au micro de Franceinfo. « Je crois que la situation est très, très compromise », a-t-il ajouté, disant « exprimer tout haut ce que beaucoup, beaucoup de parlementaires pensent tout bas ». Puis sur BFMTV, il a rajouté une touche dramatique : « Nous sommes comme l’orchestre du Titanic, en train de couler ». « Il faut raison garder, lui a répondu sur RCF François-Noël Buffet, sénateur-maire d’Oullins et membre de l’équipe de campagne de l’ancien Premier ministre.

    Mais Georges Fenech ne s’est pas arrêté là. Le soir même, il a envoyé à tous les députés et sénateurs de son parti une pétition qui appelle au remplacement du candidat, pétition mise en ligne par l’hebdomadaire Marianne. Tout en affirmant l’attachement des signataires à la présomption d’innocence, et « leur solidarité avec François Fillon », le texte soutient que « les derniers événements judiciaires remettent en cause la légitimité du candidat » et réclame « la convocation d’un Conseil national extraordinaire des Républicains » pour que « notre famille politique reprenne son destin en mains ». « Soit nous défendons mordicus François Fillon. Soit on prend une autre option, celle de mettre un nouveau candidat de la droite et du centre à la présidentielle » déclare pour sa part au Point Sébastien Huyghe, ancien porte-parole du parti LR en 2015, soutien de Nicolas Sarkozy à la primaire et député du Nord.

    Le juppéiste Philippe Gosselin est aussi sorti de l’ombre : il a lancé mercredi un appel au maire de Bordeaux « pour qu’il réfléchisse à la possibilité de prendre le relais de François » selon le JDD. Mais Alain Juppé avait déjà affirmé à plusieurs reprises qu’il n’était pas question pour lui d’être un recours. L’attaque la plus violente est venue d’Henri Guaino, jeudi matin, sur France 2 : pour le député LR des Yvelines, lui-même candidat à la présidentielle, il s’agit d’un « naufrage » et la position de Fillon est « intenable » : « Il ne peut même plus défendre son programme », notamment en demandant des sacrifices aux Français.

    Lire la suite sur aleteia.org

    Voir : https://www.facebook.com/fillon.francois/videos/10155020818512533/

  • Sortir l'avortement du code pénal ?

    IMPRIMER

    Belgique : faut-il sortir l'avortement du Code pénal ?

    A lire : Flash Expert "Sortir l'avortement du Code pénal?"

    Ces derniers mois, 3 colloques ont été organisés à l'initiative de la laïcité organisée visant à sortir l'avortement du Code pénal, dont le dernier en date, le vendredi 27 janvier dans les bâtiments du Sénat.
    Plusieurs propositions de loi sont d'ailleurs déjà prêtes (Voir tableau). D'autres partis disent y travailler.

    L'argument principal est que l'avortement volontaire est un choix de la femme et le maintenir au sein du Code pénal pourrait mener à une culpabilisation de...

  • Film « Silence » de Scorcese : questions et ambiguïtés

    IMPRIMER

    "Silence", la dernière œuvre cinématographique de Martin Scorsese, réalisateur du film blasphématoire "La dernière tentation du Christ", a été projeté en avant-première au Vatican au début du mois de décembre 2016, en présence de quelques 300 jésuites du monde entier et de quelques autres invités du pape. Le pape François, qui a eu une entrevue très cordiale avec le réalisateur et sa famille, et le supérieur des Jésuites, retenus l’un et l’autre par d’autres obligations, n’ont toutefois  pas assisté à la projection. Dans le n° 289 - février du mensuel « La Nef », Christophe Geffroy analyse le film qui sort en France le 8 février prochain :

    silence.png

    "Avec Silence, le cinéaste américain Martin Scorsese nous offre un film à la fois grandiose et terriblement ambigu sur le martyre et l’apostasie.

    Point de vue 

    Le film que Martin Scorsese a tiré du roman de Shûsaku Endô, Silence (1), paru en 1966, est à la fois grandiose, exceptionnel et en même temps oppressant et éprouvant avec un message plus qu’ambigu ! Il faut reconnaître au metteur en scène d’avoir été très fidèle au roman et d’avoir admirablement rendu l’atmosphère accablante dans laquelle vivaient les catholiques japonais persécutés au XVIIe siècle. La caméra est superbe et le jeu des acteurs parfait. L’histoire, inspirée de faits réels, est celle des deux derniers jésuites portugais à être envoyés au Japon après les grandes et féroces persécutions perpétrées dès la fin du XVIe siècle et qui prirent une ampleur encore plus cruelle lorsque le catholicisme fut officiellement interdit en 1614. Deux jeunes jésuites portugais, le Père Sebastiao Rodrigues (inspiré de la figure historique de Giuseppe Chiara et joué par l’excellent Andrew Garfield qui crevait déjà l’écran dans Tu ne tueras point de Mel Gibson) et le Père Francisco Garupe (Adam Driver) sont envoyés au Japon où tous les prêtres ont été massacrés. Leur but, outre de conforter les chrétiens japonais laissés sans pasteur, est d’enquêter pour connaître la vérité sur l’apostasie du supérieur jésuite sur place, le Père Cristovao Ferreira (Liam Neeson), qui était leur mentor et dont on dit qu’il vit désormais, sous le nom de Sawano Chuan, avec une épouse et qu’il écrirait même contre la foi catholique.

    Lire la suite

  • Ordre de Malte : les enjeux de la crise

    IMPRIMER

    Bergoglio.jpgAprès l’intervention pontificale dans les affaires  de l’Ordre souverain de Malte, l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » fait le point  en publiant,  sous la signature d’Aymeric Pourbaix,  un article de synthèse qui pose un diagnostic d’une clarté remarquable, sans langue de buis ni idéologie partisane :

    « EXCLUSIF MAG – Le pape François a obtenu, le 25 janvier, la démission du grand maître de l’ordre souverain de Malte, après deux mois de tensions, et demandé un profond renouvellement spirituel et moral.

    En interne, la démission du grand maître de l’ordre de Malte, le 25 janvier, a sonné comme un coup de tonnerre. « Moment difficile », lâche timidement un diplomate de l’ordre, qui provoque une certaine « perplexité », y compris chez les donateurs de cette œuvre millénaire. Sans parler des très nombreux bénévoles, qui ont suivi cette pénible affaire à travers la presse.

    De fait, en demandant au Britannique Fra’Matthew Festing, 79e grand maître depuis neuf ans, de renoncer à sa charge, le pape François a tranché pour dénouer un climat de tensions de plusieurs longues semaines. Depuis le 6 décembre en fait. Date à laquelle le grand maître exige la démission de son « numéro trois », l’Allemand Albrecht von Boeselager. Officiellement pour rupture de la « confiance » entre les deux hommes. Mais le grand chancelier Boeselager proteste contre les accusations portées contre lui, et en appelle au Vatican.

    Il est entendu puisque, le 22 décembre, le Saint-Siège nomme une commission pour tirer au clair les raisons de cette éviction. De son côté, l’ordre de Malte rétorque qu’il s’agit d’une « affaire interne », et diligente sa propre enquête sur les membres de cette commission pontificale. Il y a en effet « conflit d’intérêts », affirme alors le grand maître, pour certains membres de cette commission, liés entre eux par un important legs géré par un fonds d’investissement en Suisse. Depuis cette date, les observateurs assistent médusés à un échange de communiqués peu amènes entre l’ordre et le Saint-Siège, sans qu’aucune issue ne semble pouvoir être trouvée à ce conflit.

    Le 24 janvier, au terme d’un entretien tendu avec le pape, le grand maître est ainsi conduit à « présenter sa démission », selon les termes du communiqué du Saint-Siège, pour le « bien de l’ordre et de l’Église ». La tutelle d’un délégué pontifical est aussi annoncée, pour rétablir l’ordre et la confiance, et le grand chancelier Boeselager réinstallé dans ses fonctions.

    Lire la suite

  • Trump voudrait-il diviser les catholiques ?

    IMPRIMER

    De Marie Malzac sur le site du journal La Croix :

    Un cardinal américain affirme que Trump « veut diviser l’Église »

    « Troublé » par les décisions du nouveau président américain Donald Trump, à la fois « pro vie » et anti migrants, l’archevêque de Newyark, le cardinal Joe Tobin, voit là une « stratégie pour diviser l’Église ».

    La concomitance du soutien apporté par le nouveau président américain Donald Trump à la « grande manifestation pro-vie » qui s’est tenue à Washington vendredi 27 janvier – « une brèche d’espérance » et de « l’annonce de décisions de fermeture aux migrants n’est pas un hasard ». C’est ce que souligne le cardinal Joe Tobin, archevêque de Newyark, dans une interview accordée à l’édition italienne du Huffington Post à l’occasion de son passage à Rome pour l’installation dans sa paroisse cardinalice de Santa Maria delle Grazie a Via Trionfale.

    « Il s’agit d’une stratégie pour diviser les évêques, a-t-il relevé dans cet entretien publié quelques jours plus tard, pour diviser l’Église catholique ». L’archevêque du diocèse de New Jersey, créé cardinal par le pape François en novembre 2016, rappelle qu’à ses yeux « les grandes valeurs de la vie doivent être respectées dans leur ensemble et dans toutes ses phases : de la conception à la mort naturelle ».

    Trouble et perplexité

    Interrogé sur la situation provoquée par la décision de Donald Trump de fermer les frontières américaines aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane, le cardinal Tobin se dit « troublé ». « Je ressens une grande perplexité car cela va à l’encontre de la tradition et même de l’ethos du peuple, les États-Unis étant une nation constituée principalement de migrants », poursuit-il.

    Le principal symbole américain, la statue de la liberté, « est devenue un symbole de l’immigration », souligne encore l’archevêque de Newark, rappelant que sa grand-mère aussi, « comme neuf millions de personnes parvenues en Amérique par la mer au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle », avait été accueillie par cette image en approchant des côtes.

    La pauvreté mais aussi le « sentiment d’exclusion », celui d’être dépossédé des « décisions les plus importantes de la vie » et l’écart croissant entre riches et pauvres ont permis à Trump, selon le cardinal Tobin, de remporter l’élection présidentielle. « Il s’est appuyé sur cette insécurité », analyse-t-il, parvenant à convaincre la population que les démocrates sont un parti élitiste, loin des gens ».

    « Idéologie » anti-migrants

    Certains, dénonce l’archevêque de Newark, relaient une caricature qui prétend que les immigrés prennent les emplois des Américains. « Il s’agit d’une idéologie, dit-il. Les immigrés exercent souvent les emplois les plus humbles au sein de la société, que personne d’autre ne voudrait faire et ils le font souvent avec gratitude ».

    « En Europe aussi on vit avec cette peur généralisée, a-t-il ajouté, et j’espère que la tradition de foi, de tolérance et d’humanisme y aura également le dessus, car lorsque la peur l’emporte, les hommes sont capables de grands actes de barbarie ».

    Par le passé, le cardinal Tobin s’est souvent exprimé en faveur des migrants. Ainsi, en 2015, lorsqu’il était encore à la tête du diocèse d’Indianapolis, il s’était directement opposé au gouvernement républicain Mike Pence (désormais vice-président des États-Unis) en se disant favorable à l’accueil de réfugiés syriens par les catholiques dans l’Indiana.

     

  • Il est possible de contester les fondements de Mai 68

    IMPRIMER

    Mathieu Bock-Côté :
    Il est possible de contester les fondements de Mai 68

    Propos recueillis par Philippe Maxence le dans Culture sur le site de l'Homme Nouveau

    Auteur d’un essai percutant, Le multiculturalisme comme religion politique, Mathieu Bock-Côté décrypte avec bonheur le stade contemporain d’un progressisme à bout de souffle. Nous l’avons rencontré en décembre après qu’il ait fait un tabac à la Fête du livre de Renaissance Catholique. Québécois déterminé, souverainiste impénitent, Mathieu Bock-Côté est un sociologue hors norme : il ne récite pas une leçon, mais vit, au rythme de l’accent délicieux de nos cousins d’Amérique, chaque parole qu’il prononce. Ne le cherchez pas trop loin : il est sur la barricade pour renverser les derniers murs de Berlin de la pensée unique.

    Comme sociologue, vous êtes un observateur de ce qui se passe en France où vous êtes d’ailleurs un acteur du débat intellectuel par vos chroniques. Quel regard portez-vous sur la France actuelle ?

    Matthieu Bock-Côté : Nous assistons actuellement à une mutation de l’espace public en France.

    La révolution 68 est contestée dans ses fondements mêmes et les gardiens de cette révolution sont saisis de frayeur. Ils hurlent, ils insultent, ils crachent : on l’a vu notamment entre le premier et le deuxième tour de la primaire de la droite, où la gauche médiatique n’avait pas de mots assez durs pour François Fillon. Ce qu’on lui reprochait, manifestement, c’était de ne pas représenter l’ethos soixante-huitard, de témoigner de la permanence d’une certaine France historique qu’on croyait pourtant vaincue.

    Mais restons dans le domaine des idées : la véritable nouveauté, c’est qu’il est possible aujourd’hui de contester les fondements de la révolution 68 et non pas uniquement ses dérives. On se délivre ainsi du dispositif idéologique progressiste – j’entends par là que le progressisme n’accepte généralement d’être critiqué qu’à partir de ses propres principes. Il est permis de lui reprocher d’aller trop loin ou d’aller trop vite, mais on ne saurait lui reprocher dans la mauvaise direction. Ceux qui veulent faire autrement sont diabolisés. La droite avait accepté l’interdiction au point de consentir à évoluer dans le périmètre de respectabilité tracé par le progressisme.

    C’est peut-être ce qui éclate en ce moment. On ne se contente plus de dénoncer les effets pervers et les conséquences désastreuses de Mai 68. On remonte directement aux causes : on le critique dans ses fondements anthropologiques. Quelle conception de l’homme s’est imposée dans la dynamique des radical sixties ? On commence à comprendre que l’homme ne court pas seulement derrière l’accroissement des biens matériels ou des prestations sociales.

    On redécouvre la figure de l’homme comme héritier et les vertus de la continuité historique. C’est ce qui se trouve derrière la fameuse question identitaire, qui fait resurgir, si vous me passez l’expression, l’impensé de la modernité : le monde ne saurait être intégralement contractualisé, rationalisé, judiciarisé. Mais ne nous enthousiasmons pas trop vite : le progressisme est fragilisé mais il demeure dominant.

    Lire la suite sur le  site de l'Homme Nouveau

  • Amoris Laetitia : le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi répond aux dubia des quatre cardinaux

    IMPRIMER

    Nous traduisons ici la note parue sur le blog de Sandro Magister "Settimo Cielo" :

    Le pape se tait, mais le cardinal Müller s'exprime. Et il répond aux "dubia".

    C'est à lui aussi, ainsi qu'au pape François, que les cardinaux Brandmüller, Burke, Caffara et Meisner avaient soumis leurs cinq "dubia" sur l'interprétation d'"Amoris laetitia", leur demandant de donner des éclaircissements.

    Et ni lui, le cardinal Gerhard L. Müller, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ni tout autant le pape n'avaient répondu jusqu'ici aux questions des quatre cardinaux.

    En compensation, cependant, le cardinal Müller procède à cette clarification dans une grande interview publiée aujourd'hui dans le magazine "Il Timone"; le directeur Riccardo Cascioli et Lorenzo Bertocchi ont recueilli ses propos:

    Dans l'interview, le cardinal n'évoque pas directement les «dubia», mais évoque en termes clairs les points que précisément les quatre cardinaux demandaient que l'on clarifie.

    Il ne manque pas de fustiger ces évêques qui préférant recourir à leurs sophismes pour l'interpréter au lieu de guider leurs ouailles ont couru le risque qu'encourt un aveugle lorsvqu'il conduit d'autres aveugles par la main.

    Voici les passages clés de l'interview :

    Q. - Peut-on donner une contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle?

    R. - Non, c'est impossible. Par exemple, on ne peut pas dire qu'il ya des circonstances dans lesquelles
    un adultère n'est pas un péché mortel. Pour la doctrine catholique, il est impossible de faire coexister le péché mortel et la grâce qui justifie. Pour surmonter cette contradiction absurde, le Christ a institué pour les fidèles le sacrement de la pénitence et de la réconciliation avec Dieu et avec l'Église.

    Q. - C'est une question dont on discute beaucoup au sujet du débat autour de l'exhortation post-synodale "Amoris laetitia".

    R. - "Amoris laetitia" s'interprète clairement à la lumière de toute la doctrine de l'Eglise. [...] Je n'aime pas, et il n'est pas correct que tant d'évêques interprètent "Amoris laetitia" en fonction de leur propre façon de comprendre l'enseignement du pape. Cela ne va pas dans la ligne de la doctrine catholique. Le Magistère du Pape est interprété par lui-même ou par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Si le pape peut interpréter ce que disent les évêques, ce n'est pas aux évêques qu'il incombe d'interpréter le pape, sinon cela ruinerait la structure de l'Eglise catholique. A tous ceux qui parlent trop, je recommande d'abord d'étudier pour commencer la doctrine [des conciles] sur la papauté et l'épiscopat. L'évêque, en tant que maître de la Parole, doit d'abord être bien formé pour ne pas risquer de tomber dans la posture d'aveugle qui conduit d'autres aveugles par la main. [...]

    Q. - L'exhortation de saint Jean-Paul II, «Familiaris Consortio», prévoit que les couples de divorcés remariés et qui ne peuvent se séparer, doivent s'engager à vivre dans la continence pour pouvoir accéder aux sacrements. Cette exigence est-elle toujours d'actualité ?

    R. - Bien sûr, elle ne peut pas être évitée, car c'est non seulement une loi positive édictée par Jean-Paul II, mais lui-même a exprimé ce qui est un élément constitutif de la théologie morale chrétienne et de la théologie des sacrements. La confusion sur ce point concerne également la non-acceptation de l'encyclique "Veritatis Splendor" qui incluait la doctrine claire de ce qui est mal en soi. [...] Pour nous, le mariage est l'expression de la participation à l'unité existant entre le Christ époux et l'Eglise son épouse. Cela n'est pas, comme certains l'ont dit au cours du Synode, une simple analogie vague. Non! C'est la substance du sacrement, et aucune puissance dans le ciel et sur la terre, ni un ange, ni pape, ni un concile ou une loi des évêques, n'a le pouvoir de la modifier.

    Q. - Comment peut-on résoudre le chaos qui résulte des différentes interprétations qui sont données de ce passage d'Amoris laetitia?

    R - Je recommande à tous de réfléchir, d'étudier d'abord la doctrine de l'Eglise, à partir de la Parole de Dieu dans l'Ecriture Sainte qui est très claire sur le mariage. Je recommande également de ne pas entrer dans une casuistique qui peut conduire facilement à des malentendus, surtout celle selon laquelle si l'amour meurt, alors meurt aussi le lien du mariage. Ce sont des sophismes: la Parole de Dieu est très claire et l'Eglise n'accepte pas de séculariser mariage. La tâche des prêtres et des évêques ne consiste pas à créer la confusion, mais à rendre les choses claires. Personne ne peut se référer seulement à certains petits passages d'Amoris laetitia, mais on doit lire tout dans son entièreté, avec l'objectif de rendre plus attrayant pour les personnes l'Evangile du mariage et de la famille. Ce n'est pas Amoris laetitia qui a provoqué une interprétation confuse, mais bien quelques interprètes confus de ce document. Nous devons tous comprendre et accepter la doctrine du Christ et de son Église, et en même temps être prêts à aider les autres à la comprendre et à la mettre en pratique, même dans des situations difficiles.

  • Fraternité Saint-Pie X : bientôt un accord avec Rome ?

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix :

    Pour Rome, un accord est en vue avec la Fraternité Saint-Pie-X

    « Nous travaillons à perfectionner certains aspects de la forme canonique qui sera celle d’une prélature personnelle », explique le responsable des discussions avec les lefebvristes.

    Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale « Ecclesia Dei », chargée à Rome des relations avec les lefebvristes, a assuré lundi 30 janvier au site Internet Vatican Insider que les discussions avec la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X étaient sur le point d’aboutir à un accord.

    « En ce moment, nous travaillons à perfectionner certains aspects de la forme canonique qui sera celle d’une prélature personnelle », assure l’archevêque italien, en charge depuis 2009 des relations avec la FSSPX.

    Selon lui l’accord est en vue, même si cela devrait prendre encore un peu de temps.

    La veille, dans un entretien à la Web-télévision d’extrême droite TV Libertés, le supérieur général de la FSSPX, Mgr Bernard Fellay, confirmait qu’un accord était proche et que, pour parvenir à un accord canonique, il ne lui semblait pas nécessaire que la situation dans l’Église catholique soit « totalement satisfaisante ».

    Selon lui, l’attitude du pape François vis-à-vis des intégristes catholiques doit être comprise dans sa volonté plus globale d’être proche des « périphéries ».

    « Il est nécessaire d’arriver à une solution canonique qui reconnaisse la Fraternité »

    C’est de cette manière qu’il explique, par exemple, le fait pour le pape d’avoir prolongé, au-delà de l’année jubilaire la faculté pour les prêtres de la FSSPX de confesser validement et licitement mais aussi d’ordonner licitement des prêtres avec l’accord de l’évêque du lieu.

    La situation est toutefois un peu plus complexe, tempère Mgr Pozzo : « Le Saint-Siège permet et tolère les ordinations de la FSSPX, tout en continuant à les considérer valides mais non licites, après communication des noms des ordinands à l’évêque du lieu », explique-t-il, se référant à une décision de Benoît XVI.

    « Le pape François a concédé seulement la légitimité de l’administration du sacrement de pénitence et de l’onction des malades, continue-t-il. C’est justement pour que tous les autres sacrements, quoique déjà valides, deviennent licites, qu’il est nécessaire d’arriver à une solution canonique qui reconnaisse la Fraternité. »

    Approfondissements et désaccords

    Selon Vatican Insider, l’essentiel des problèmes doctrinaux avec Écône a été résolu, Rome demandant aux membres de la FSSPX ce qui est nécessaire pour être catholique : dire la profession de foi, croire en la validité des sacrements célébrés selon le Novus Ordo (la liturgie post-conciliaire) et l’obéissance au pape.

    « Il y a eu un dialogue et une explication sur les rapports entre magistère et tradition, souligne Vatican Insider. Restent objets d’approfondissement – et aussi de désaccords qui peuvent continuer : les questions liées à l’œcuménisme, à la liberté religieuse et aux rapports entre l’Église et le monde. »

    Ce rapprochement intervient alors que le site Internet du district de France de la FSSPX vient de publier un article de l’abbé Jean-Michel Gleize, professeur d’ecclésiologie au Séminaire Saint-Pie-X d’Écône, qui juge « improbable » la théorie selon laquelle un pape ne peut devenir hérétique. Il déclare que, « depuis Vatican II, les papes Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI ont enseigné et le pape François enseigne encore une théologie qu’il serait difficile d’accommoder avec la substance du dogme catholique ».

  • Le vice-président américain s'est joint à la marche contre l'avortement à Washington

    IMPRIMER

    D'Etienne Jacob sur le site du Figaro :

    Washington: le vice-président américain se joint à la marche contre l'avortement

    Des dizaines de milliers d'opposants à l'interruption volontaire de grossesse ont défilé dans la capitale américaine pour la 44e édition de la «March for Life», en présence de Mike Pence, premier vice-président des États-Unis à assister à l'événement.

    «Nous voici à un tournant historique.» C'est avec ces mots que Mike Pence, a qualifié vendredi la «March for Life», grand rendez-vous annuel des militants opposés à l'IVG. Premier vice-président à assister à l'événement, l'ex-gouverneur de l'Indiana a prononcé un discours d'espoir pour des dizaines de milliers de militants venus manifester dans les rues de Washington. «La vie est en train de gagner», a scandé le numéro deux de l'Administration Trump.

    La manifestation a pris une tournure particulière cette année, les militants étant galvanisés par la victoire de Donald Trump, le 8 novembre dernier. En effet, la Maison-Blanche et le Congrès sont désormais contrôlés par des opposants à l'avortement. Ce nouveau contexte politique favorable était source d'espérance pour les milliers de personnes rassemblées sur le National Mall, grande esplanade au sud de la Maison-Blanche. «Nous avons espoir que soient adoptées des lois pour protéger les enfants à naître, des lois qui prennent en compte toutes les femmes qui vivent une crise de grossesse, ne savent pas vers qui se tourner et ignorent qu'il existe des alternatives à l'IVG», a confié à l'Agence France-Presse Carol Bracken, une des participantes. Venue de l'État du Connecticut, cette enseignante de 57 ans tenait une pancarte affichant: «L'avortement arrête un cœur et en brise un autre.»

    Les militants ont brandi des pancartes pour s'opposer à l'avortement.

    Les manifestants venus de tous les États-Unis ont défilé entre la Maison-Blanche et la Cour suprême, deux institutions dont ils attendent désormais beaucoup. Ils ont notamment appelé le nouvel exécutif à cesser de financer Planned Parenthood, le plus grand réseau de planning familial des États-Unis.

    «Soutien total» de Trump

    «L'heure est vraiment arrivée pour nous de restaurer le respect de la vie», affirmait Michael O'Dea, un responsable d'une association catholique de l'État du Michigan proposant une couverture santé alternative à l'Obamacare. L'assistance était notamment composée de centaines d'élèves d'établissements scolaires catholiques.

    Dans un tweet vendredi, Donald Trump a assuré de son «soutien total» les participants à la «March For Life», qui se dit être le plus grand événement mondial contre l'avortement.

    Le président leur avait déjà donné satisfaction lundi en signant parmi ses tout premiers décrets une interdiction de financement des ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Le Républician doit aussi nommer jeudi à la Cour suprême un magistrat qu'il a promis de choisir parmi les opposants à l'avortement.

    La «Marche pour la vie» se déroule six jours après que la «Marche des femmes» a rassemblé dans la capitale fédérale un demi million de femmes souhaitant défendre leurs libertés fondamentales. La «Women's March» a surpris par son ampleur et la «March for Life» entendait faire de même. Donald Trump a assuré jeudi que les opposants à l'IVG pourraient surpasser en nombre les femmes qui avaient manifesté après son investiture. «Vous ne pourrez rien lire là-dessus», avait-il dénoncé, accusant les médias de ne pas couvrir l'événement en raison de la partialité qu'il leur prête.

    Objectif: la Cour suprême

    La «Marche pour la vie» marque un anniversaire considéré comme funeste par ses participants: l'arrêt «Roe v. Wade» de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement en 1973 dans tous les États-Unis. Pour sa 44e édition, le cardinal Timothy Dolan s'est également exprimé depuis New York ainsi que Kellyanne Conway, influente conseillère du nouveau maître de la Maison-Blanche et mère de famille catholique.

    Le cortège devait marcher jusqu'à la colline du Capitole. Les manifestants seront alors invités à faire pression sur leurs représentants au Congrès. Mais l'œil des manifestants sera aussi tourné vers l'édifice en face: la Cour suprême américaine, appelée à trancher en dernier ressort les questions toujours passionnelles aux États-Unis touchant à l'avortement.

    Les participants de la «Marche pour la vie» savent que si Donald Trump se retrouvait en position de nommer un deuxième juge conservateur au cours de son mandat, leur rêve de renverser «Roe v. Wade» pourrait devenir réalité. «J'espère que l'avortement va devenir illégal, car je considère que c'est un meurtre», espérait Katelyn Goodwin, une lycéenne de 17 ans.

    Une banderole pour la 44e édition de la «March for Life».
  • USA : une grande démonstration pro-life attendue à Washington

    IMPRIMER

    Lu sur le site de LaLibre.be :

    Les opposants à l'avortement comptent déferler sur Washington

    Galvanisés par le président américain Donald Trump, les militants anti-avortement entendent faire une démonstration de force en défilant vendredi à Washington, dans un nouveau contexte politique qui leur est favorable.

    Les manifestants venus de tous les Etats-Unis marcheront entre la Maison Blanche et la Cour suprême, deux institutions dont ils attendent désormais beaucoup.

    Cette "Marche pour la vie" se déroulera six jours après que la "Marche des femmes" a rassemblé dans la capitale fédérale un demi-million de femmes souhaitant défendre leurs libertés fondamentales.

    La "Women's March" a surpris par son ampleur. La "March for Life", qui se présente comme le plus grand événement mondial contre l'avortement, entend faire de même.

    Le nouveau président américain a d'ailleurs estimé que les opposants à l'avortement pourraient surpasser en nombre les femmes qui ont éclipsé son investiture tenue la veille.

    "Il y aura 300, 400, 500, 600.000 personnes", a affirmé jeudi M. Trump à Philadelphie (nord-est). Et "vous ne pourrez rien lire là-dessus", a-t-il dénoncé dans la foulée, en accusant à l'avance les médias de ne pas couvrir l'événement en raison de la partialité qu'il leur prête.

    "Beaucoup de gens s'attendent à ce que ce soit la plus grande +Marche pour la vie+ depuis longtemps", a de son côté assuré à l'AFP Chris Gast, de l'association Right to Life of Michigan (RLM).

    L'antenne de RLM de la ville de Grand Rapids, dans cette région des Grands Lacs, dépêchera à elle seule 12 autocars, a-t-il affirmé.

    Le vice-président en vedette 

    La "Marche pour la vie" marque un anniversaire considéré comme funeste par ses participants: "Roe v. Wade", l'arrêt emblématique de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement en 1973 dans tous les Etats-Unis.

    Pour sa 44e édition, le rassemblement annuel se présente sous de nouveaux auspices favorables aux "pro-life", ainsi que se présentent les opposants à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

    Ils ont obtenu lundi un gage de fidélité du nouveau président américain, qui a signé parmi ses tout premiers décrets une interdiction de financement des ONG internationales soutenant l'avortement.

    Les "pro-life" devraient bientôt obtenir un autre motif de satisfaction: Donald Trump nommera le 2 février au neuvième siège de la Cour suprême un magistrat qu'il a promis de choisir parmi les opposants à l'avortement.

    Si la "Marche pour la vie" se veut indépendante, elle accueillera en vedette le vice-président Mike Pence, qui prendra la parole à la tribune.

    Parmi les autres intervenants figurent des élus républicains, le cardinal Timothy Dolan de New York (nord-est) et Kellyanne Conway, influente conseillère du nouveau chef de l'exécutif et mère de famille issue d'un milieu catholique.

    Le cortège, qui se réunira sur les pelouses publiques au sud de la Maison Blanche, marchera jusqu'à la colline du Capitole. Les manifestants seront alors invités à faire pression sur leurs représentants au Congrès, à solide majorité républicaine.

    Mais l'oeil des manifestants sera aussi tourné vers l'édifice en face, la Cour suprême américaine, appelée à trancher en dernier ressort les questions toujours passionnelles aux Etats-Unis touchant à l'avortement.

    Les participants de la "Marche pour la vie" savent que si Donald Trump se retrouvait en position de nommer un deuxième juge conservateur au cours de son mandat, leur rêve de renverser "Roe v. Wade" pourrait devenir réalité.