Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 9

  • Harry et Meghan n'auront que deux enfants pour préserver la planète !

    IMPRIMER

    Alors que le déclin démographique des pays de la vieille Europe s'accentue, créant un vide que viennent combler les migrations en cours, ce couple princier embraie avec les lubies de la bienpensance environnementale :

    De Delphine DE FREITAS sur le site de LCI :

    Le prince Harry explique pourquoi lui et Meghan Markle ne feront que "deux enfants maximum"

    La carte famille nombreuse ? Très peu pour lui. Le prince Harry, entré dans le monde merveilleux de la paternité le 6 mai dernier avec la naissance de son fils Archie, n'a pas l'intention de suivre les traces de son frère William et de sa belle-sœur Kate Middleton, à la tête d'une tribu de trois enfants, George, Charlotte et Louis. Le duc de Sussex souhaiterait se limiter à "deux, maximum !"

    Une révélation lancée au détour d'un entretien avec la primatologue, anthropologue et ethnologue anglaise de renommée mondiale Jane Goodall, publié dans le numéro du British Vogue de septembre dont Meghan Markle est la rédactrice en chef exceptionnelle. Ce choix ne vient pas pour des raisons pratiques ou de confort mais est plutôt le signe d'une conscience écolo marquée chez le jeune père. Car à quoi bon encombrer une planète déjà bien mal en point et surpeuplée ?

    "Nous sommes la grenouille dans l'eau et l'eau est déjà en train de bouillir, ce qui est terrifiant" Le prince Harry

    L'échange qu'a le prince Harry avec Jane Goodall est centré sur les conséquences du réchauffement climatique et la crainte de ses effets sur les futures générations. "Nous devons le rappeler à tout le monde (...) : nous sommes la grenouille dans l'eau et l'eau est déjà en train de bouillir, ce qui est terrifiant", note-il, reconnaissant que l'arrivée d'Archie a modifié sa perception des choses. "Je pense, étrangement, qu'à cause de tous les gens que j'ai rencontrés et de tous les endroits que j'ai visités, j'ai toujours eu une connexion et un amour pour la nature. Je vois ça différemment maintenant", poursuit-il. 

    "J'ai toujours pensé que cet endroit était un emprunt. Et bien sûr, aussi intelligents que nous sommes ou aussi évolués que nous sommes supposés l'être, nous devrions être capables de laisser quelque chose de meilleur pour la nouvelle génération", insiste-t-il. La protection de la planète devrait être l'un des chevaux de bataille de Sussex Royal, la nouvelle fondation avec laquelle Harry et Meghan défendront les causes qui leur sont chères. Il y a quinze jours, le couple a d'ailleurs a reçu une première donation de la Walt Disney Company, en marge de l'avant-première du "Roi Lion", pour sa "prochaine initiative sur l'environnement qui sera officiellement annoncée à l'automne".
  • Japon : autorisation d'une première expérience de chimères animaux-humains

    IMPRIMER

    LE JAPON AUTORISE LA PREMIÈRE EXPÉRIENCE DE CHIMÈRES ANIMAUX-HUMAINS

    29 juillet 2019

    Hiromitsu Nakauchi, spécialiste des cellules souches, est le premier scientifique japonais à recevoir une aide de l’Etat pour des expériences chimériques : faire grandir des organes humains dans des animaux à des fins de transplantation humaine (cf. Chimères porc-homme : un essai annoncé au Japon). C’est la première expérience de chimères depuis la levée de l’interdiction en mars dernier (cf. Le Japon assouplit sa réglementation sur les chimères).

    Hiromitsu Nakauchi, qui dirige des équipes dans les universités de Tokyo et de Stanford (Californie), a déjà réussi en 2017 à faire grandir un pancréas de souris dans un embryon de rat. Greffé sur une souris diabétique, ce pancréas « a pu contrôler la glycémie et guérir efficacement la souris du diabète1 ». Cette fois, le chercheur veut aller plus loin, en fabriquant des pancréas humains. La stratégie utilisée « consiste à créer un embryon animal dépourvu du gène nécessaire à la production d'un certain organe, comme le pancréas, puis à injecter des cellules souches pluripotentes humaines (iPS) dans l'embryon animal (…). Au fur et à mesure que l'animal se développe, il utilise les cellules iPS humaines pour fabriquer l'organe, qu'il ne peut pas fabriquer avec ses propres cellules ».

    Le chercheur va dans un premier temps cultiver des embryons de souris jusqu’à 14,5 jours, puis chez le rat jusqu’à 15,5 jours, et enfin chez le porc jusqu’à 70 jours. Les chercheurs estiment qu’il leur faut procéder « par étapes et avec prudence » pour permettre un dialogue avec le public rendu « anxieux et préoccupé » par ces expériences.

    En 2018, Hiromitsu Nakauchi avait expliqué devant l’American Association for the Advancement of Science, en congrès au Texas, que ses précédentes expériences de chimères n’avaient pas abouti. Il avait injecté des cellules souches iPs humaines dans des moutons modifiés qui ne devaient pas pouvoir créer de pancréas. « Mais les embryons hybrides, cultivés pendant 28 jours, contenaient très peu de cellules humaines, et rien qui ressemble à des organes ». Probablement « à cause de la distance génétique entre les humains et les moutons », justifie Nakauchi. Le scientifique espère que sa nouvelle expérience, menée à différents stades de croissance embryonnaire, lui permettra de « déterminer ce qui limite la croissance des cellules humaines dans les embryons animaux ».

    Pour aller plus loin :

    Sources:

    Nature, David Cyranoski (26/07/2019) -  Japan approves first human-animal embryo experiments

  • Vincent Lambert : l'ère du "pathocentrisme d'influence"

    IMPRIMER

    Du site Euthanasie STOP :

    Le triste sort de Vincent Lambert et le "pathocentrisme d'influence"

    29/07/2019

    par Louis-André RICHARD
    Professeur de philosophie

    Vincent Lambert est finalement décédé. La belle affaire, n'était-il pas mortel comme nous tous? Mais voilà, son sort a été scellé via une décision du tribunal après une interminable saga judiciaire opposant les membres d'une même famille. Ainsi l'intimité du rapport à la vulnérabilité a été mise à mal par sa propulsion incongrue sur la place publique.

    Écrire sur l'histoire de Vincent Lambert a quelque chose d'indécent. Je m'y suis toujours abstenu par une sorte de pudeur à l'égard de sa personne comme de ses proches. Par ailleurs, comment ne pas être profondément agacé par le battage médiatique autour de son cas? Onze ans de déchirements ont été exposés aux yeux et aux sus de tous. L'homme est mort, la famille doit retrouver l'intimité pour faire son deuil. Sur la place publique cependant, la machine médiatique continuera de se nourrir du cas singulier exceptionnel. Elle cherchera de faire de Vincent Lambert un parangon de l'ouverture à la légalisation de l'euthanasie.

    Alors il faut se résoudre à écrire un peu. L'individu n'est plus, repos à son âme et paix à son entourage! Mais si Vincent Lambert, sujet de droit de l'État français est disparu, Vincent Lambert, sujet symbolique d'une forme d'idéologie politique, est maintenu. Son image incorpore la liste des figures favorisant le mécanisme d'une sorte de tyrannie de l'exception destinée à promouvoir le changement législatif à l'enseigne de l'élargissement des droits individuels. Logique imparable dans notre monde actuel, l'idéologie suggère un progressisme carburant à l'ouverture sans limite. Elle table sur les histoires extraordinaires émouvantes afin d'assurer son ancrage.

    Politiquement nous sommes à l'ère de ce que je nomme le "pathocentrisme d'influence". Il s'agit de faire des Vincent Lambert de de ce monde des icônes politiques, baromètres de l'empathie citoyenne. C'est une opération destinée à mesurer notre sensibilité à la douleur d'autrui, elle-même considérée comme le seul critère du discernement politique. Sous l'effet moralisateur d'une suspicion à ne pas être suffisamment sensibles, il devient suspect de ne pas souscrire à l'idée du progrès menant à l'expansion des droits, dont celui d'avoir la possibilité d'être aidé à mettre fin à ses jours.

    En maintenant dans l'espace public, l'image d'un Vincent Lambert à la situation insupportable, on insinue, comme une posture intolérante abjecte, l'idée de ne pas avoir le droit de choisir l'heure de sa mort. Penser le contraire serait un signe de grande insensibilité, voire même un échec à l'humanisme. Voici le type de récupération idéologique induite par cette triste histoire. Du moins, c'est l'argutie présente au coeur du discours des ADMD de ce monde, en Belgique, en France et au Québec itou.

    Dans les faits, M. Lambert n'a jamais été en situation de fin de vie. À mon humble avis, il n'aurait jamais dû se retrouver en unité de soins palliatifs. Il aurait dû être hébergé dans une maison de soins prolongés. Toute cette affaire repose sur une chicane de famille, dont les tourments intimes ont été publiquement exposés par l'appareil médiatique. Dans le dédale des démarches juridiques, dans celui de la confusion autour des enjeux éthiques et par-delà les intérêts partisans, on a abouti à une décision menant à la mise à mort d'un homme, n'étant pas en toute fin de vie.

    Cette décision de la magistrature française est lourde de conséquences. Pourquoi ? Elle préjuge, peut-être malgré elle jusqu'à un certain point, de la qualité de vie digne d'être appréciée. Là est le vrai malaise et la source d'un dilemme profond. Vincent Lambert, lourdement handicapé, avait-t-il perdu toute qualité de vie ? C'est la grande interrogation éthique, dont on ne saurait faire l'économie de la réflexion. En tout cas, c'est ce que semble avoir reconnu et bien exprimé Michel Houellebecq : « Vincent Lambert n'était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n'était en proie à aucune souffrance du tout (...) Il n'était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu'on ne connaît à peu près rien. ... Dans ces conditions, fallait-il tuer Vincent Lambert ? Et pourquoi lui, plutôt que les quelques milliers de personnes qui à l'heure actuelle, en France, partagent son état ? »

    En bout de ligne, nous nous retrouvons devant un paysage éthique et politique dans lequel il est impossible de s'orienter de manière un peu judicieuse, un paysage moral où la délibération sensée devient difficile, voire impossible. À cette enseigne, comme l'a bien exprimé le professeur Emmanuel Hirsch : "M. Vincent Lambert est le symbole de notre incapacité à discerner, dans un contexte complexe et douloureux, ce que sont nos responsabilités et ce que sont nos véritables urgences. " En cela, il faut rester vigilant contre le danger de l'arbitraire comme contre celui de la précipitation aux heures de décisions gravissimes.

    Je persiste et je signe. Pour bien discerner, il faut bien raisonner, on doit alors se méfier du "pathocentrisme d'influence". Dans l'examen des lendemains de l'affaire Vincent Lambert, il y aura des perdants avérés. Je mentionne la famille d'abord à qui j'offre toutes mes condoléances et les communautés de soins palliatifs, dont la réputation subira un grand coup. À ces dernières, j'offre toute ma bienveillance. Ses acteurs sont des exemples de soutiens indéfectibles aux plus vulnérables. Ils représentent un rempart contre l'individualisme lénifiant.

  • Pour certains écologistes radicaux, ne plus soigner les personnes âgées serait le bon moyen de réduire la population et donc de limiter les atteintes à l'environnement

    IMPRIMER

    Lu sur le site de L'Express :

    Non à l'euthanasie écologique (extrait)

    Chirurgien, énarque, entrepreneur, Laurent Alexandre est aujourd'hui business angel.

    Pour certains écologistes radicaux, ne plus soigner les personnes âgées serait le bon moyen de réduire la population et donc de limiter les atteintes à l'environnement.

    L'astrophysicien Aurélien Barrau explique qu'il faut "faire la guerre à la fin du monde", ce qui alarme la blogueuse Nathalie MP : "La guerre autorise tous les états d'urgence, tous les couvre-feux, tous les rationnements et toutes les mesures d'exception." Effectivement ! L'écologiste Jean-Marc Jancovici affirme dans Socialter : "Dans les pays occidentaux, il y a un premier moyen de réguler la population de façon raisonnablement indolore : ne pas mettre tout en oeuvre pour faire survivre les personnes âgées malades, à l'image du système anglais qui ne pratique, par exemple, plus de greffe d'organes pour des personnes de plus de 65 ou 70 ans. On en revient à ce que disait Georgescu-Roegen : tous les moyens qu'on va dépenser pour faire vivre de vieilles personnes dans de très mauvaises conditions, c'est autant de moyens que vous ne mettez pas à disposition des jeunes pour trouver leur place dans un monde plus contraint. C'est un peu brutal, mais ça me paraît être un moindre mal par rapport aux autres modes de régulation que nous avons connus : la famine, la maladie, et le conflit..." 

  • La puberté n'est pas une maladie

    IMPRIMER

    La puberté n’est pas une maladie (source)

    Le conseil régional du Frioul-Vénétie Julienne (Italie du Nord-Est) a approuvé le 17 juillet une motion demandant au gouvernement italien d’interdire la prescription de substances qui empêchent le développement sexuel normal des adolescents (sous prétexte de « traitement de réassignation sexuelle pour les enfants souffrant de non-conformité de genre »).

    La motion souligne que « la puberté n’est pas une maladie » et qu’on ne doit donc pas l’empêcher par une chirurgie ou une médication aux effets irréversibles. Elle cite un document du Collège américain de pédiatrie indiquant que 61 à 98 % des mineurs dépassent ce que d’aucuns nomment la « dysphorie de genre » après une puberté naturelle. Ledit Collège dénonce le mythe du « transgendérisme », car on ne peut tout simplement pas changer de sexe.
  • La Belgique, ce pays du pire...

    IMPRIMER

    De Stéphane Buffetaut (source) :

    Belgique : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

    Sur le plan sociétal, la Belgique nous a habitué au pire. Ce petit pays (...) dont la classe politique est sans doute l’une des plus affligeantes de l’Union européenne (ce qui en soi est un record), est devenu le champion de « l’inhumanisme » contemporain au nom, bien entendu, du progrès, de la non stigmatisation et de l’individualisme roi.

    Depuis le 1er janvier 2018, les hommes ou les femmes qui considèrent que le sexe mentionné dans leur acte de naissance ne correspond pas à leur « genre » peuvent faire modifier le sexe mentionné sur l’acte d’état-civil, ainsi que leur prénom, sans conditions médicales et chirurgicales. Avant une loi belge de juin 2017 la démarche n’était possible qu’après une intervention chirurgicale de changement de sexe et l’obtention d’une attestation d’un suivi psychologique. Ce qui paraissait assez raisonnable autant que ce puisse l’être. Mais bien évidemment ces dispositions étaient sans doute trop « discriminantes » et insuffisamment progressistes. Donc la loi du 25 juin 2017 avait donc stipulé que les personnes qui avaient la conviction que leur « genre », tel que mentionné dans leur acte de naissance, ne correspondait pas à leur identité pouvait faire modifier leur état civil. Ainsi, en Belgique, une personne peut donc se déclarer femme tout en gardant son sexe masculin. Et inversement !

    Toutefois cette fabuleuse loi précise que l’on ne peut faire usage qu’une seule fois de cette possibilité pour changer « son marqueur de genre », de masculin à féminin ou de féminin à masculin… Cette demande étant irrévocable, l’intéressé doit se présenter deux fois devant l’officier d’état civil pour confirmer son choix au plus tôt trois mois après la première déclaration, au plus tard six mois après.

    Bien entendu certaines associations militantes, en l’occurrence Cavaria, Rainbow House et Genres Pluriels (une association qui lutte pour la visibilité des personnes aux « genres fluides, trans et intersexes ») ont estimé que la loi restait imprégnée « d’une vision binaire de l’identité de genre » ! Elles ont donc déposé en janvier 2018, un recours en annulation partielle de la loi du 25 juin 2017 devant la Cour Constitutionnelle de Belgique afin de mettre fin à cette intolérable discrimination à l’égard des personnes « non binaires ». L’argument étant que la loi n’avait pas résolu le cas des personnes qui ne se sentent ni homme ni femme.

    Lire la suite

  • Un an après le renvoi de Theodore McCarrick du collège des cardinaux

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand sur le site de l'Agence i.media :

    Vatican - le 26/07/2019 à 15:41:00 Agence I.Media
    Il y a un an, Theodore McCarrick était renvoyé du collège cardinalice (SYNTHESE)

    Le 27 juillet 2018, Theodore McCarrick, archevêque émérite de Washington (Etats-Unis), démissionnait du Collège cardinalice après des accusations crédibles d’abus sexuels, notamment sur un mineur. Exigée par le pape François, cette démission a jeté une lumière crue sur l’exigence d’action contre les abus au sein de l’Eglise catholique. Un an après, I.MEDIA revient sur les mesures qui ont suivi cet événement.


    © Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media

    Un cardinal renvoyé du Collège cardinalice – car il s’agit bien plus de ça que d’une démission – cela ne s’était pas vu depuis 1927 et le retrait de la barrette rouge du cardinal François Louis Billot. Il faut dire que les accusations portées contre McCarrick sont particulièrement graves. Si les accusations d'abus sur des séminaristes étaient connues depuis quelques semaines, c’est la publication du terrible témoignage d’un homme abusé par lui depuis son enfance qui conduit presque immédiatement à cette sanction.

    Toutefois, les procédures à l’encontre de l’important prélat ne se sont pas cantonnées à cette mesure. Contraint à une “vie de prière et de pénitence” par le Souverain pontife, Theodore McCarrick doit aussi affronter un procès canonique. En février dernier, celui-ci a abouti à la sanction la plus sévère : le renvoi de l’état clérical. Du jamais vu pour un ancien cardinal.

    La déflagration provoquée par l’affaire McCarrick ne s’est toutefois pas limitée à l’ancien archevêque. Le 20 août 2018, le chef de l’Eglise catholique s’adresse directement à l’ensemble des fidèles du monde, par une ‘lettre au peuple de Dieu’. Celle-ci veut “réaffirmer une fois encore notre engagement pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables” et appelle à une réponse “globale et communautaire”. Il estime ainsi nécessaire une “conversion personnelle et communautaire” par le recours à “l’exercice pénitentiel de la prière et du jeûne”.

    Lire la suite

  • Une conférence sur le transhumanisme au Vatican

    IMPRIMER

    Du site "Transhumanisme et intelligence artificielle' :

    Le Vatican accueille une conférence sur le transhumanisme

    2019_07_31_05_55_11_Greenshot.png

    Lire la suite sur le site

  • Démenti de l'Institut Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille

    IMPRIMER

    Vatican News nous fait part de ce démenti qui ne satisfait évidemment pas ceux qui dénoncent la réforme de cet institut et qui se demandent s'il faut rire ou pleurer à la lecture de ce communiqué...

    L’Institut Jean-Paul II rejette les accusations de rupture théologique sur les questions familiales

    L’Institut Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille, dont les nouveaux statuts ont été publiés il y a quelques jours, a été accusé de mener une épuration des professeurs et de liquider l’héritage du saint Pape polonais. Dans un communiqué, l’Institut dénonce «une information distordue, factieuse et parfois de mauvaise foi, qui n’a même pas cherché une vérification des nouvelles à la source».

    Le renouvellement de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les Sciences du Mariage et de la Famille a pour sens de montrer encore plus «la centralité de la famille dans l’Église et dans la société», en confirmant et en relançant «avec une nouvelle vigueur l’intuition originale et encore féconde de saint Jean-Paul II» : un communiqué de cet Institut l’a rappelé hier, lundi 29 juillet, suite aux polémiques de ces derniers jours qui ont parlé d’épuration des professeurs, d’une volonté de rompre avec l’héritage de Jean-Paul II et d’affaiblir l’étude de la théologie morale.

    Le communiqué dénonce les critiques parfois agressives et infondées qui ont été diffusées, mais remercie au contraire «tous ces journalistes qui, même avec de légitimes positions critiques envers certains choix, ont voulu raconter avec honnêteté les changements en acte».

    Un renforcement des parcours théologiques

    «L’approbation du double titre d’études (licence et doctorat en Théologie du mariage et de la famille et en Sciences du mariage et de la famille) assure un gain à la spécificité de la recherche théologique qui est en même temps explicitée et reliée au reste des sciences qui étudient le mariage et la famille», est-il précisé dans le communiqué. «À l’intérieur de ce renforcement de l’offre théologique, la réflexion morale trouve une place nouvelle et plus spécifique, qui se décline dans le double enseignement de Morale du mariage et de la famille et d’Éthique théologique de la vie. Il y aura en revanche moins d’enseignement de Morale fondamentale, déjà prévu dans les études théologiques de premier cycle, sans lequel on ne peut pas accéder à la licence en Théologie (article 3 des Statuts)». En ce sens, explique le communiqué, le projet académique du nouvel Institut, approuvé par la Congrégation pour l’Éducation catholique, se configure comme «un élargissement de la réflexion sur la famille et non comme une substitution de thèmes et arguments».

    Lire la suite

  • Cette lettre de saint Ignace d’une incroyable actualité

    IMPRIMER

    Du site web « aleteia » :

    Loyola web3-handwritten-letter-hands-woman-post-shutterstock_611511482-janna-golovacheva-ai1.jpg

    Écrite un an avant sa mort, cette lettre de saint Ignace de Loyola étonne par la puissance qui s’en dégage encore. Près de cinq siècles plus tard, le lecteur d’aujourd’hui y trouve résumé l’essentiel de ce qu’un homme de bonne volonté peut croire et espérer quand il se confie à Dieu.

    C’est une lettre pour ceux qui croient que la puissance du Seigneur les accompagne dans tous les actes de leur vie. C’est une lettre pour ceux qui espèrent, parce qu’ils placent leur confiance en Dieu, un Dieu qui sait mieux les combler qu’aucune action humaine. C’est une lettre pour ceux qui veulent apprendre à rechercher en toute chose et à tout moment la lumière de la sagesse de Dieu. Afin qu’elle dissipe nos peurs et pour qu’elle guide nos actes en fructifiant en nous les dons du Christ.

    « Il me semble que vous devriez vous résoudre à faire avec calme ce que vous pouvez. Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. Sont agréables à Dieu notre soin et notre sollicitude raisonnables pour mener à bien les affaires dont nous devons nous occuper par devoir. L’anxiété et l’inquiétude de l’esprit ne plaisent point à Dieu. Le Seigneur veut que nos limites et nos faiblesses prennent appui en sa force et en sa toute-puissance ; il veut nous voir croire que sa bonté peut suppléer à l’imperfection de nos moyens. Ceux qui se chargent d’affaires nombreuses, même avec une intention droite, doivent se résoudre à faire simplement ce qui est en leur pouvoir, sans s’affliger s’ils ne parviennent pas à tout réaliser comme ils le voudraient. À condition toutefois qu’ils aient accompli tout ce que la nature humaine peut et doit faire selon les indications de la conscience. Si on doit laisser de côté certaines choses, il faut s’armer de patience, et ne pas penser que Dieu attend de nous ce que nous ne pouvons pas faire : Il ne veut pas davantage que l’homme s’afflige de ses limites. Pourvu que l’on donne satisfaction à Dieu, — ce qui est plus important que de donner satisfaction aux hommes — il n’est pas nécessaire de se fatiguer outre mesure. Bien plus, lorsqu’on s’est efforcé d’agir de son mieux, on peut abandonner tout le reste à celui qui a le pouvoir d’accomplir tout ce qu’il veut.

    Plaise à la divine Bonté de nous communiquer toujours la lumière de la Sagesse, pour que nous puissions voir clairement et accomplir fermement son bon plaisir, en nous et dans les autres… pour que nous acceptions de sa main ce qu’il nous envoie, en faisant cas de ce qui a le plus d’importance : la patience, l’humilité, l’obéissance et la charité… Que Jésus-Christ soit seulement en nos âmes avec ses dons spirituels ! Amen. » (Saint Ignace de Loyola (1491-1556) – Lettre du 17/11/1555)

    Ref. Cette lettre de saint Ignace d’une incroyable actualité

    JPSC

  • Les quatre évêques nord-Irlandais disent non à la légalisation de l’avortement décidée par la Chambre des Communes à Londres

    IMPRIMER

    A la faveur de la crise politique qui sévit depuis deux ans et demi en Irlande du Nord, en la laissant sans gouvernement, Westminster a approuvé à une très large majorité deux amendements pour légaliser l’avortement et le « mariage » pour les duos d’invertis en Irlande du Nord si le gouvernement nord-irlandais n’est pas rétabli d’ici le 21 octobre prochain.

    Ce véritable coup de force, destiné à faire avancer la culture de mort en Irlande du Nord, a suscité une vive réaction de la part de quatre évêques nord-Irlandais. Ils disent non à la légalisation de l’avortement et à la voie libre au mariage pour les duos d’invertis, décidés par la Chambre des Communes à Londres.

    Mgr Eamon Martin, primat de l’Église Catholique Romaine irlandaise et évêque de Armagh, l’évêque de Down et Connor (Belfast) Mgr Noel Trenor, l’évêque de Derry Mgr Donal McKeown et celui de Clogher Mgr Larry Duffy, à la tête des plus importants diocèses du nord de l’île, ont signé une lettre conjointe où ils expriment leur désapprobation concernant ces décisions prises à Westminster. Une désapprobation que l’on pourrait croire fondée principalement sur les principes catholiques et les droits de Dieu alors qu’en réalité, si elle rappelle il est vrai « le droit égal à la vie de la mère et de l’enfant en son sein », se base cependant avant tout sur l’aspect « anti-démocratique » de la loi votée par la Chambre des Communes :

    « Nous nous unissons, écrivent les évêques, aux centaines de personnes qui ont déjà exprimé leur préoccupation et voulons exprimer notre désappointement pour la manière dont on a usé comme jamais auparavant de la loi pour la formation du nouveau parlement d’Irlande du Nord pour pénétrer dans la législation avec un impact dévastateur sur le droit à la vie des enfants dans le sein de leur mère. Le droit à la vie et à l’amour de la mère et de l’enfant qui va naître et au bien de chaque société est fondamental, les citoyens méritent la plus grande participation au débat démocratique sur la législation qui doit régler un tel droit. »

    Lire la suite

  • Mariage et famille : une révolution dans l'enseignement romain ?

    IMPRIMER

    Du site Diakonos.be :

    L'INSTITUT JEAN-PAUL II A ÉTÉ RAYÉ DE LA CARTE

    On vient d'apprendre que le sulfureux Mgr Paglia, nommé par le pape François à la tête de l'Institut Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille vient de suspendre tous les professeurs ainsi que le président de l'Institut, Mgr Melina.

    L'objectif semble être de faire table rase de l'enseignement de Jean-Paul II et de sa théologie de la famille pour le remplacer par l'enseignement plus récent mais aussi plus ambigü de l'exhortation Amoris Laetitia du Pape François, qui soulève toujours de nombreux doutes sans réponse.

    « L'œuvre de destruction, entamée par le décret du Pape François qui a créé un nouvel institut confié à Monseigneur Vincenzo Paglia en tant que Grand Chancelier, est maintenant dans une phase décisive avec l'approbation des nouveaux statuts et du nouveau programme » commente le journaliste Riccardo Cascioli.

    Les nouveaux statuts confèrent également un pouvoir sans précédent à Mgr Paglia qui s'est arogé le droit d'engager et de licencier des professeurs, de nommer le président et le vice-président. Elle le rend aussi omniprésent dans toutes les structures internes de l'Institut, même si son curriculum vitae révèle qu'il n'est même pas titulaire d'un doctorat.

    En ce qui concerne le contenu des cours du nouvel Institut, les statuts ont éliminé les cinq programmes de Master proposés : Master en bioéthique, en sexualité et fertilité, en conseil familial, en pastorale familiale et en études sur le mariage et la famille.

    Source: La Nuova Bussola Quotidiana
    Traduction française: leblogdejeannesmits.blogspot.com/2019/07/institut-jean-paul-ii-raye-de-la-carte-paglia.html

    Lire également : http://www.benoit-et-moi.fr/2020/2019/07/31/le-nouveau-sac-de-rome-par-des-vandales/