Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 5

  • RD du Congo : Mokristu azali Mwinda (le Christ est la Lumière), Kabila te…

    IMPRIMER

    De Hubert Leclercq sur le site de La Libre Afrique :

    "Alors que le pouvoir congolais semble être frappé de panique face à l’ampleur de la mobilisation derrière la marche des catholiques, que les plans ourdis par les services de renseignements congolais sont dévoilés, les prêtres, eux, poursuivent l’organisation de cette marche de la Saint-Sylvestre pour réclamer le respect de l’Accord de la Saint-Syvestre 2016 pour permettre des élections démocratiques, crédibles et apaisées.

    Lire aussi:
    RDC: un curé de Kinshasa opposé à Kabila entendu par le parquet

    Ce jeudi en début de soirée, les prêtres de Kinshasa, qui ont envoyé une lettre au gouverneur de la ville-province pour demander que leur mouvement soit encadré par les forces de l’ordre, ont donné les grandes lignes de leur mouvement et les directives à suivre pour tous les « marcheurs ». Des directives qui démontrent tant leur volonté de mener une action pacifique, que leur détermination à marcher pour la démocratie.

    On apprend ainsi qu’il n’y aura qu’une seule messe dimanche dans chaque paroisse de 6h30 à 8h30. Les paroissiens accompagnés de leur curé débuteront ensuite la marche selon un itinéraire qui sera donné le dimanche même lors de la messe.

    Il y aura différents points de ralliement selon les paroisses et les zones géographiques.

    Les consignes sont claires et démontrent la détermination des Congolais à se faire entendre.

    • Ne jamais fuir devant les forces de l’ordre, mais serrer les rangs et chanter les cantiques ou se mettre à genoux.
    • Rester solidaires et si les forces de l’ordre veulent arrêter quelqu’un, tous les marcheurs sont invités à se constituer prisonniers.
    • Face aux gaz lacrymogènes, se servir des serviettes mouillées et avoir de l’eau.
    • Etre en possession d’une Bible, de rameaux, chapelet, etc.
    • Se munir de sa carte d’identité ou autres références de son identité, etc.
    • Ne pas arborer des calicots ou autres effigies des partis politiques, mouvements citoyens, etc.
    • Pour la tenue : vêtements de l’église, « moklisto azali mwinda », Marie, etc. Ou tout simplement T-shirt blanc, chemise blanche, autre vêtement de couleur blanche."

    Ref. RDC : Les prêtres déterminés à aller au bout de ce bras de fer

    Pour mémoire, la filière des Kabila, Laurent puis Joseph, a pris naissance dans les maquis de contrebandiers « communistes » suscités (sans grand succès) dans les années 1960 par la Chine et Cuba au Sud Kivu, du côté de Fizi, au bord du lac Tanganyika, à la frontière entre le Congo et la Tanzanie. L’effondrement du régime Mobutu, à la fin des années 1990,  leur a fourni une occasion en or de ramasser le pouvoir dans la rigole, sous le regard cynique des grandes puissances. Un peu d’air frais ne ferait pas de mal à ce qui fut, jusqu’en 1960, le Congo Belge. Vœux pieux ?

    JPSC  

  • La prédication destinée aux individus est une chose, la responsabilité qu’a chaque État vis-à-vis de son bien commun en est une autre

    IMPRIMER

    De l'abbé Guillaume de Tanoüarn sur le site "Boulevard Voltaire" :

    ABBÉ GUILLAUME DE TANOÜARN : « IL Y A UNE DIFFÉRENCE FONDAMENTALE ENTRE LA PRÉDICATION AUX INDIVIDUS ET LA POLITIQUE DES ÉTATS »

    Les propos du pape sur l’accueil des migrants dans son sermon de la messe de minuit suscitent commentaires et polémique.

    L’abbé Guillaume de Tanoüarn apporte son éclairage de prêtre sur cette question des migrants. Selon lui, on ne peut confondre charité et tolérance.

    L’homélie du pape François sur les migrants a fait couler beaucoup d’encre. Pouvez-nous nous éclairer ?

    Il est certes question des migrants, mais j’ai été frappé par la manière extrêmement spirituelle dont il en a parlé cette fois, beaucoup plus spirituelle que politique.

    De ce point de vue spirituel, le pape ne peut pas dire autre chose que prôner l’accueil, comme l’a fait d’ailleurs le pape Pie XII dans les mêmes termes.

    Le pape François parle de la fuite en Égypte de la sainte Famille. Le premier qui ait compris que cette fuite en Égypte était le modèle de l’immigration, de la fuite de son pays, c’est le pape Pie XII. Dans le document Exsul familia nazarethana (la famille de Nazareth exilée) de 1947, il montrait quel était le modèle de tous les émigrés.

    Je crois que le discours urbi et orbi ne fait pas du tout mention des migrants, mais au contraire s’intéresse à beaucoup de situations dans le monde, prône la paix à Jérusalem, fait part au cher peuple vénézuélien de son attachement, parle du Bangladesh et de beaucoup de pays dans le monde où les enfants se trouvent maltraités par l’Histoire et par les adultes.

    Ce qui est frappant, dans le discours urbi et orbi, est qu’il n’est pas question des migrants en Europe.
    Le pape ne souhaite pas se déjuger. Il continue donc à avoir un discours sur les migrants, mais un discours spirituel et non pas un discours politique comme était politique le discours pour la Journée mondiale des migrants.

    En Europe occidentale, on a la politique de la porte ouverte, et en Europe de l’Est, certains pays commencent à fermer leurs frontières. Le message papal a du mal à passer auprès de certains inquiets de la conservation de l’identité de leur pays et de la sécurité de leur frontière.

    On peut se demander si ce message papal est absolument libre.

    Il faut bien distinguer la dimension spirituelle de ce message, qui est naturelle. Il est naturel que, spirituellement, nous prônions l’accueil, mais l’accueil de personne à personne, pas l’accueil au plan politique. Il ne faut pas confondre le plan personnel et le plan politique. Il ne faut pas ordonner les grandes décisions politiques quand on est incapable, personnellement, de cette vertu d’accueil que prône le pape.

    Chaque pays est libre d’avoir sa politique et de préserver son bien commun qui lui est propre. Ce fameux vivre ensemble, ou bien commun, c’est la même chose. On voit bien, aujourd’hui, que notre vivre ensemble, notre bien commun ont du plomb dans l’aile. Il faut que les autorités politiques prennent leurs responsabilités à cet égard et défendent le bien commun.

    La doctrine de l’Église ne l’a jamais nié. Dans certains textes, François a semblé passer outre.
    Pour moi, il n’est pas entièrement libre. Lorsque son discours est politique, il est sous la pression des institutions internationales qui ont l’Église à l’œil. On peut dire qu’il y a une sorte de rivalité inégale politiquement entre l’ONU et l’Église. Cela oblige peut-être les autorités de l’Église à un discours qui est le discours normatif des institutions internationales et, donc, pro-migrants.

    Signifiez-vous qu’il y a une différence à faire entre charité et tolérance ?

    Il y a une différence fondamentale à faire entre charité et tolérance.

    Il y a une différence fondamentale à faire entre la prédication aux individus et la conduite des individus d’une part, et d’autre part la politique des États avec la responsabilité qu’a chaque État vis-à-vis de son bien commun.

    Le bien commun est une forme d’état des mœurs, c’est la vie commune. La vie commune est évidemment complètement modifiée lorsque des populations étrangères arrivent en nombre et d’une manière organisée. Cela pose un problème politique. Il est inutile d’aller chercher dans l’ordre spirituel une solution à ce problème.

  • Sondage pour Paris-Match : Macron et le pape François "personnalités de l'année"

    IMPRIMER

    L’art de fabriquer l’opinion : choisis sur la « short list » d’un sondage commandité à l’Ifop  par « Paris Match », le pape François et le président Macron l’emportent sur Angela Merkel, Teresa May et Donald Trump. Lu sur BFM TV :

    « Selon un sondage Ifop pour Paris Match, Emmanuel Macron et le pape François sont les personnalités de l'année 2017, ex aequo, pour un Français sur trois. Ils ont été désignés au milieu d'une liste de huit noms. 

    Emmanuel Macron et le pape François ont été désignés à égalité "personnalités de l'année 2017" par un Français sur trois, selon un sondage Ifop pour Paris Match publié mercredi. Parmi un choix imposé de huit personnalités, pour désigner "l'homme ou la femme de l'année", 33% des personnes interrogées ont opté pour le chef de l'Etat français et pour le pape. Ils devancent de loin Angela Merkel, troisième avec 11%, Donald Trump et Theresa May à 6%.
        
    L'élection d'Emmanuel Macron comme président de la République constitue aussi l'événement qui a le plus marqué en 2017 les Français interrogés. Parmi neuf propositions, 23% l'ont cité comme l'événement le plus marquant et 42% comme l'un des deux les plus marquants de l'année. La guerre contre Daech en Irak et en Syrie, les ouragans aux Antilles et la mort de Johnny Hallyday arrivent à égalité en deuxième position (15% les ont cités en premier). 

    Les avancées médicales en matière de greffe d'un visage, événement de l'année   

    En revanche, si l'élection d'Emmanuel Macron constitue une "bonne nouvelle" pour 53% des personnes interrogées, elle n'arrive qu'à l'avant-dernière place des douze événements proposés. En tête du classement : les avancées de la médecine avec la première greffe d'un visage (94%), les défaites militaires de Daech (86%) ou encore le dixième titre de champion du monde de judo de Teddy Riner (83%) sont plébiscités. Le voyage dans l'espace de Thomas Pesquet (82%), "le succès de la campagne mondiale anti-harcèlement (balance ton porc)" (80%) ou l'arrivée au gouvernement "de personnalités issues de la société civile" (74%) sont également perçus comme de "bonnes nouvelles".
        
    Les attentats liés à l'islamisme radical arrivent en tête des sources d'inquiétude des personnes interrogées (96%), devant les catastrophes naturelles comme les ouragans aux Antilles (88%), mais aussi "le creusement des inégalités sociales et le déclassement" ressenti par de nombreux Français (86%). Enfin, 61% souhaitent voir en 2018 le "déclin du terrorisme islamiste" et 48% une "forte baisse du nombre de chômeurs" se concrétiser.
        
    Sondage réalisé en ligne du 15 au 18 décembre auprès d'un échantillon de 1.009 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

    Ref. Macron et le pape François "personnalités de l'année" selon un sondage

    L’actu people : du bruit , toujours du bruit.

    JPSC

  • Noël chez les paras français dans la brousse africaine

    IMPRIMER

    Venard(1).jpgLu sur le site web du bi-mensuel « L’Homme Nouveau » :

    Après l'abbé Grosjean (cf article d'hier) c'est au tour du père Christian Venard, aumonier militaire, de nous livrer son témoignage sur la façon dont il vit les célébrations des messes de Noël. Un moment pour se recentrer sur l'essentiel : "Dieu, en Jésus, s'est fait homme pour moi ! L'Invisible se rend visible, l'Infini se fait petit enfant."

    Quand avez-vous été ordonné et où exercez-vous votre ministère actuellement ?

    J'ai été ordonné le 29 juin 1997 en la cathédrale de Metz pour le diocèse aux armées françaises dans lequel je sers depuis 1998, d'abord pendant plus de quinze ans chez les parachutistes, aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et désormais au sein de la Gendarmerie nationale. J'ai participé durant toutes ces années à plus de quinze opérations extérieures, du Kosovo au Mali, en passant par l'Afghanistan, le Liban, etc.

    Les fidèles qui songent à leur prêtre en période de Noël se demandent souvent comment il tient physiquement et sont aux aguets pour voir s'il fera ou non le même sermon aux trois messes... Du côté de prêtre, qu'en est-il ?

    Je vous répondrai surtout de mon expérience avec les soldats, à Noël, en opération. De leur côté, ils attendent du « Padre » qu'il soit bien présent dans un moment aussi spécial, loin des familles. De mon côté, c'est d'abord de tout faire pour qu'un maximum de ceux qui le désirent puissent participer à la messe de Noël, à un moment ou un autre, et ce, malgré les contraintes opérationnelles. C'est certainement un moment exigeant pour l'aumônier en opération et rempli de fatigue.

    On ne peut évidemment pas parler de « messe » préférée mais quelle est, de celle de Minuit, de l'Aurore ou de celle du Jour, celle qui vous touche le plus ? Pourquoi ?

    C'est de loin celle de la nuit. La nuit est aussi, pour le militaire, le moment du danger, de l'incertitude. Alors célébrer Noël la nuit, c'est montrer comment Dieu, lumière de lumière, vient plonger dans nos ténèbres pour les illuminer de sa présence et nous redonner espoir. Comment Il vient, Petit Enfant se donner à nous et nous délivrer de nos peurs, nous redonner confiance pour la construction d'un monde meilleur, même au plus fort de la violence, en le suivant lui, le Prince de la Paix.

    Un souvenir en particulier, une anecdote que vous voudriez raconter à propos de Noël ?

    Un Noël de guerre bien sûr, au fin fond de la brousse ivoirienne, à la frontière entre deux villages séparés (d'un côté chez les « rebelles » de l'autre chez les forces loyalistes). Les deux chefs des villages sont venus demander aux militaires français la possibilité de se réunir pour fêter Noël tous ensemble. J'ai pu célébrer la messe avec les deux villages et tous les militaires français. Les Ivoiriens ont voulu que les parachutistes leur chantent des chants de Noël français traditionnels. C'était merveilleux, avec les bruits de la brousse de nuit en arrière-fond. Puis tous les Ivoiriens, à la lueur des torches, nous ont raccompagnés jusqu'à notre campement. Là, ils ont déposé en offrande des fruits, des légumes, des fleurs, etc. Eux sont repartis faire la fête toute la nuit, pendant que nous organisions entre paras une petite veillée fraternelle, ponctuée de petits cadeaux et de chants. Au petit matin, les villageois se sont séparés à nouveau de chaque côté de  la « frontière » due à la guerre civile.

    Noël fait encore partie des fêtes religieuses qui font venir à l'église beaucoup de personnes éloignées de la foi. Comme prêtre, qu'est-ce que cela implique et signifie pour vous ?

    Une attention très grande à essayer de prêcher le Dieu d'Amour qui se fait l'un des nôtres, en invitant les assistants à sortir des images trop matérialistes (cadeaux, grosse bouffe, etc.), ou trop conventionnelles ou émotionnelles (le « Petit Jésus », les chants de tradition, etc.). Retrouver, à travers les rites traditionnels et populaires l'émerveillement de l'incroyable : Dieu, en Jésus, s'est fait homme pour moi ! L'Invisible se rend visible, l'Infini se fait Petit Enfant. Quelle merveille !

    Ref. Le Noël des prêtres : Christian Venard ou le Noël d'un aumônier militaire

    JPSC

  • Grand-Duché : le Syndicat des fabriques d'église mobilisé contre la réforme voulue par le ministère de l'Intérieur

    IMPRIMER

    Du site 5minutes.rtl.lu :

    La réforme des fabriques d'église suscite toujours des rumeurs.

    Parce qu'aucune véritable communication n'est possible avec le ministre de l'Intérieur, 113 fabriques d'église ont déjà demandé l'intervention de l'Ombudsman. Le ministre ne serait tout simplement pas à l'écoute et il ne souhaiterait pas recevoir le Syndicat des fabriques d'église, le Syfel.

    Le projet de loi en question devrait être voté début 2018 à la Chambre et il pourrait entrer en vigueur dès avril.

    Pour le Syfel, il reste surprenant qu'il soit possible au Luxembourg de dissoudre une personne juridique comme une fabrique d'église sans son accord et sans consultation et de voler ou de nationaliser ses biens. Et tout cela, sans susciter de réaction de la part du Conseil d'Etat.

    Le Conseil d'Etat qui pratiquerait le deux poids, deux mesures. Pour la réforme des services de secours, il vient très récemment de qualifier le transfert des propriétés des sections locales de pompiers d'expropriation. Mais pas pour les fabriques d'église.

    Même une pétition de près de 12.000 signatures n'a pas eu pour effet qu'il soit tenu compte de ces revendications. La démocratie participative annoncée par le gouvernement ne serait que farce et hypocrisie. Le Syfel menace de lourdes conséquences juridiques si aucun compromis n'était trouvé.

    Et l'évêché ne s'en sort pas mieux. Le Syfel lui reproche de n'avoir dit que "oui et amen" au gouvernement sur ce point. En récompense, il a obtenu le contrôle du Fonds qui va rassembler les avoirs des fabriques d'église.

    Le Syfel se demande enfin si une loi votée par la Chambre, dont la base est une convention, qui pourrait être déclarée nulle par un tribunal, peut être appliquée.

  • Messe de Mozart et Christmas cake pour l'Epiphanie (7 janvier) à l'église Sainte-Julienne de Verviers

    IMPRIMER

    Epiphanie.jpgVous êtes invités à assister à la 

    Messe de l’Epiphanie 

    le dimanche 7 janvier à 11H00

    à l’église Ste Julienne (Verviers)

    animée par 

    La Chorale Ste Julienne 

    qui chantera 

    la messe de Mozart K220

    ("Spatzenmesse"),

    accompagnée par les orgues et par des instruments à cordes, 

    sous la direction de Margaret Todd-Scott.

    Après la Messe nous aurons le plaisir de vous offrir l’apéritif accompagné du Christmas Cake anglais.

  • Mais où sont les contes de Noëls d'antan ?

    IMPRIMER

    D'Anne Bernet sur le site de l'Homme Nouveau :

    Noël : contes roses, contes noirs

    Noël : contes roses, contes noirs

    Le monde a-t-il donc tant changé en à peine un demi-siècle que certaines coutumes, certains usages, qui tissaient depuis si longtemps la trame des jours catholiques semblent aujourd’hui appartenir à des époques révolues sans retour ?

    Je me souviens qu’enfant, et cela ne remonte tout de même pas à Mathusalem, le 24 décembre, avant de partir en famille à la messe de Minuit, mon grand-père nous réunissait dans le salon et, tirant de la bibliothèque les Lettres de mon moulin, nous lisait Les trois messes basses. « Une dinde truffée, Garrigou ? » « Oui, Don Balaguer, une dinde truffée, grosse comme cela … » et la maudite petite clochette du clergeon endiablé de tinter et de tinter encore aux oreilles du pauvre prêtre malade de gourmandise jusqu’à voler au Seigneur les trois messes de la sainte nuit de la Nativité.

    Lit-on encore Alphonse Daudet ? Ou les Christmas Carols de Dickens ? Ou même cette délicieuse nouvelle de Jean de La Varende, Le Saint Esprit de Monsieur de Vaintimille, qui voyait un gentilhomme, saisi devant la pauvreté d’une crèche villageoise, y jeter, magnifique, afin d’honorer l’Enfant Dieu, son prestigieux grand cordon de l’Ordre royal … 

    Pour commencer, les messes de minuit, sauf exception, ne sont plus à minuit, ce qui leur enlève, reconnaissons-le, une bonne part de leur mystère et de leur charme, et si elles le sont encore, avant de s’y rendre, ce n’est plus autour d’un aïeul et d’un livre que l’on se réunit, mais d’un poste télévisé qui, indifférent à la grâce de la Bonne Nouvelle, distille en continu des programmes d’année en année plus désespérément vulgaires …

    Les Anglo-Saxons ont trouvé moyen de sauver le conte de Noël à leur manière, qui consiste souvent à ne pas perdre une bonne occasion de gagner de l’argent et, chaque année, en décembre, les auteurs de romans policiers sont mis à contribution afin de proposer aux lecteurs de magazines des nouvelles sur fond de crime se passant dans l’ambiance ultra codifiée des fêtes de fin d’année, accompagnées de préférence d’une fin heureuse et de quelques références morales, sinon religieuses, de bon aloi. Puis ces histoires sont, l’année suivante, reprises en volume, car il n’y a pas de petits profits.

    La regrettée Phyllis Dorothy James, dernière souveraine britannique du genre, n’avait pas échappé à cet usage. Voici donc réunis à titre posthume (P.D. James Les douze indices de Noël. Fayard ; 192 p) quatre textes publiés entre 1969 et 1996, offrant pour certains des aventures inédites du super-intendant Adam Dalgliesh, héros récurrent de la romancière.

    Bien qu’elle eût des principes, sans doute plus que la moyenne de ses confrères, Mrs James ne donnait pas dans les bons sentiments et ces histoires sont d’un parfait cynisme. 

    L’on y verra Dalgliesh, tout jeune flic encore, confronté par hasard, un jour de Noël, à un suicide qui se révèlera un crime, puis, pour obliger un proche, enquêtant avec soixante ans de retard sur la mort très suspecte d’un vieillard saisi par le démon de midi, avant de déboucher sur le plus inattendu des dénouements, car les meurtriers ne sont pas toujours ceux que l’on soupçonne … Encore ces deux textes, de bonne tenue, conservent-ils une certaine morale. Impossible d’en dire autant de cette veillée de Noël en 1941 dans un manoir anglais digne d’Agatha Christie qui verra la soirée finir par l’implacable exercice d’une cruelle justice familiale, et moins encore des destinées d’un assassin bien sous tous rapports revenu sans scrupules sur les lieux de son crime après avoir laissé pendre à sa place un innocent …

    Et l’esprit de Noël, cher à Dickens tant tout cela ? Eh bien, soyez tranquilles, il est absolument absent de ces histoires cruelles et réalistes … Comme la justice divine et les promesses faites aux hommes de bonne volonté.

    Dans ces conditions, si je puis me permettre un conseil, éteignez ce maudit téléviseur, coupez le sifflet à ces rires gras qui insultent au mystère de la Vierge qui mit au monde un Fils et ouvrez, pour votre plaisir et celui de vos proches, les délicieux Contes de Noël (Elor. 150 p.) signés de Mauricette Vial-Andru, Jean-Louis Picoche, Yolande Desseau et Maël de Brescia, pour le simple bonheur de retrouver un peu de votre âme d’enfant et de croire encore que tous les miracles sont possibles en cette nuit bénie.

    Comme dans tout conte de Noël qui se respecte, vous y rencontrerez de braves bergers de Bethléem surpris aux champs et désireux d’aller voir un petit enfant couché dans la paille, en emportant de beaux cadeaux, quitte à s’expliquer avec la femme forte des Écritures qui les attend à la maison et n’aime pas voir gaspiller l’argent du ménage. Vous connaîtrez la vraie et belle histoire du petit âne qui porta Notre-Dame en Égypte. Vous saurez comment la Nouvelle Ève rédima la première. Et pourquoi l’humble sauge guérit tous les maux ou presque. Vous découvrirez le petit peuple des Santounais et vous saurez pourquoi Dieu permit que l’on se souvint d’eux. 

    Puis vous croiserez une grand-mère provençale dont la foi sauva le mas menacé par les flammes, et le bon Père Raphaël qui, à force de se prendre pour un grand pécheur, avait perdu le don du bonheur et de l’amour. Et cette famille pieuse qui, pour faire moderne, renonça à « s’agenouiller devant des figurines en argile. », donc à installer la crèche.

    Enfin, comme il faut bien admettre que tout n’est pas rose dans notre douce époque, vous rencontrerez un petit enfant orphelin qui demanda à Jésus de le délivrer de ses malheurs, un vieux curé que ses paroissiens laissaient seul, même le 25 décembre, devant « un pain boulot et un pichet d’eau ». Vous ne serez donc pas étonnés, avec de pareils chrétiens, qu’un jour, Noël ait disparu de villes grises où toute croyance sera interdite.

    Mais qui a dit qu’il fallait désespérer ?

    Joyeux Noël ! 

  • Pourquoi Dieu s'est fait homme

    IMPRIMER

    Né en 1927, Jean-Pierre Torrell, dominicain, a pris son doctorat en théologie aux Facultés dominicaines du Saulchoir (Paris), en 1961. Par la suite, il a étendu ses recherches au Moyen Âge et complété sa formation à l’Institut d’études médiévales de l’Université de Montréal. Professeur de théologie fondamentale et d’ecclésiologie au Studium dominicain de Toulouse, il a également enseigné ces matières à l’Université Grégorienne, à Rome, et à St Michael’s College, à Toronto. Devenu professeur d’ecclésiologie et de christologie à la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg (Suisse) en 1981, il y a enseigné diverses autres matières. Ancien membre de la Commission léonine pour l’édition critique des œuvres de saint Thomas d’Aquin, il est l’un des principaux promoteurs d’une méthode renouvelée pour lire l’œuvre de Thomas. (https://www.youtube.com/watch?v=Uscqj3uzzek)

  • En la fête des Saints Innocents, prier pour toute vie naissante

    IMPRIMER

    Prière litanique, d’après la prière de Benoit XVI  du 27.11.2010, lors de la Veillée Mondiale de prière pour toute vie naissante (source)

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… réveille en nous le respect pour toute vie humaine naissante. »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… rends-nous capables de discerner dans le fruit du sein maternel l’œuvre admirable du Créateur. »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… dispose nos cœurs à l’accueil généreux de tout enfant qui vient à la vie. »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… bénis les familles, sanctifie l’union des époux, rends fécond leur amour. »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… accompagne de la lumière de ton Esprit les choix des assemblées législatives, pour que les peuples … reconnaissent et respectent le caractère sacré de la vie, de toute vie humaine. »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… guide le travail des scientifiques et des médecins, afin que le progrès contribue au bien intégral de la personne et qu’aucun être ne soit supprimé ou ne souffre l’injustice.

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… donne une charité créative aux administrateurs et aux financiers, pour qu’ils sachent … promouvoir des moyens suffisants afin que » les familles puissent accueillir sereinement la Vie.

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… donne-nous une charité créative » pour qu’aucune famille ne tombe dans l’exclusion par manque de moyens financiers.

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… console les époux qui souffrent de l’impossibilité d’avoir des enfants et, dans ta bonté, pourvois ! »

    Seigneur, Toi « la source de la Vie,… éduque-nous tous à prendre soin des enfants orphelins ou abandonnés, afin qu’ils puissent faire l’expérience de la chaleur de ta charité, de la consolation de ton divin Cœur. »

  • Et si nous faisions le choix du silence ?

    IMPRIMER

    Et si nous prenions le parti de nous taire ?

    Il y aura bientôt sept ans (28 janvier 2011) que nous avons entrepris un « travail de réinformation » sur ce blog. C’était l’époque où le pape Benoît XVI faisait constamment l’objet de critiques dans les médias et où l’Eglise subissait les attaques répétées de ses détracteurs. En Belgique, Mgr Léonard était une des cibles privilégiées des journaleux de tout poil et aussi du monde politique. Depuis lors, les choses ont bien changé : un concert de louanges universel accompagne le pape François, et le primat de Belgique, revêtu de la pourpre cardinalice refusée à son prédécesseur, connaît à présent les honneurs de la Curie romaine. Avons-nous aujourd’hui les mêmes raisons de nous obstiner dans un travail de « réinformation » pour tâcher de défendre l’Eglise universelle ou celle qui est en Belgique ? Tout ne va-t-il pas pour le mieux ? Ne serions-nous pas des esprits chagrins, nostalgiques d’un pape à l’éméritat et d’un archevêque à la retraite, ruminant leur amertume devant la popularité du bon pape François et de son ami Jozef De Kesel ?

    Pourquoi rapporter aussi, pour la xième fois, les critiques formulées à l'égard d'Amoris Laetitia par un quarteron de théologiens obstinés ? Pourquoi continuer à s’alarmer face à la politique audacieuse de réorganisation de l’Eglise et de la Curie ? Pourquoi se désoler face à l’audace pastorale des responsables ecclésiastiques qui n’hésitent pas à sacrifier des églises, des paroisses, des communautés, des couvents, des monastères, des séminaires ?  Tout cela ne participe-t-il pas au merveilleux mouvement de renouveau initié par Vatican II il y a un demi-siècle sous l’impulsion des saints papes Jean XXIII et Paul VI ? A quoi bon se focaliser sur les dérives éthiques de nos sociétés alors que nos épiscopes semblent ne pas trop s’en préoccuper ? Que nos églises continuent à se vider, que les vocations deviennent rarissimes, que le clergé vive très approximativement les exigences de la discipline ecclésiastique, que les cours de religion soient bientôt bannis des écoles, que les actes de malveillance à l’égard des symboles religieux se multiplient… tout cela n’est-il pas bien insignifiant ? L’important n’est-il pas de se rendre aux périphéries, d’entretenir le dialogue avec l’islam, de considérer le grand remplacement de nos populations comme une bénédiction, de pratiquer une tolérance et une miséricorde tous azimuts… ? Face à la puissance de ce vent de l’histoire, l’obstination d’un petit blog comme celui-ci semble bien dérisoire ; à tout prendre, l’option du silence ne serait-elle pas préférable ?

  • Liège : fêtez les Rois le samedi 6 janvier prochain à 17 heures à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

    Epiphanie 2018.jpg

    La Fête de l’Epiphanie organisée à Liège le samedi 6 janvier prochain à 17 heures en l’église du Saint-Sacrement, est une fête familiale, avec la procession à la crèche, le partage de la galette des rois et l’échange des vœux pour l’an nouveau au cours d’une réception clôturant la célébration.

    La messe sera animée par les membres du chœur de chambre « Praeludium », l’organiste Patrick Wilwerth ainsi que les solistes du chant Isabelle Valloton et Peter Cannière

    Au programme : les chants grégoriens de la Fête, une messe et des motets polyphoniques pour le temps de la Nativité ainsi que des noëls interprétés à l’orgue.

    Fondé en 1994 par Patrick Wilwerth, le chœur de chambre Praeludium est un ensemble vocal de haut niveau dont la plupart des membres sont issus des académies de musique de la région liégeoise. Son répertoire va de la musique ancienne à  la musique contemporaine.

    Isabelle Valloton est membre du Chœur grégorien de Paris. Peter Cannière est directeur artistique du Gregoriaans Koor van Leuven et professeur au Centrum Gregoriaans de Drongen (Tronchiennes).

    Patrick Wilwerth est professeur d’orgue au conservatoire de Verviers et directeur musical du chœur universitaire de Liège.

    Une manifestation ouverte à tous. Entrée libre.

    Plus de renseignements :tel. 04.344.10.89 ou sursumcorda@skynet.be

    Ref. Liège : fêtez les Rois le samedi 6 janvier prochain à 17 heures à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    JPSC

    _____________________

    Sursum Corda asbl. Association pour la sauvegarde de l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy, 132 à Liège. Siège social : Rue Vinâve d’île, 20 bte 64. Tel. 04.344.10.89 (si on ne répond pas : GSM 0498 33 46 94).

    E-mail : sursumcorda@skynet.be.

    Web : http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

     

  • Le cardinal Maradiaga aurait été injustement calomnié

    IMPRIMER

    D'Anita Bourdin sur zenit.org (23 décembre) :

    Honduras: l’Université catholique soutient les diocèses, explique le card. Maradiaga

    Aucune somme versée à son nom

    Le cardinal Maradiaga affirme qu’il ne reçoit pas d’argent de l’université catholique à titre personnel mais que l’université verse de l’argent à l’archidiocèse de Tegucigalpa pour les besoins pastoraux.

    Le cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa (Honduras), également coordinateur du Conseil des cardinaux, le “C9”, il a répondu dans une interview d’Andrea Gagliarducci pour l’agence CNA (Etats-Unis, groupe ACI), aux accusations lancées par l’hebdomadaire italien L’Espresso du 21 décembre 2017, qui lui reproche des émoluments qui s’élèveraient à 35 000 euros par mois, perçus de l’université catholique, et qui affirme que des sommes importantes ont été versées auprès de l’institution financière londonienne Leman Wealth Management.

    Interrogé à ce sujet, vendredi 22 décembre 2017, le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke, confirme qu’il y a eu « une enquête voulue en personne par le Saint-Père », sans préciser sur quoi ni le résultat.

    L’hebdomadaire italien cite le nom de Mgr Jorge Pedro Casaretto, évêque argentin, envoyé au Honduras en mai dernier, comme visiteur apostolique.

    L’archevêque explique que l’Université est propriété de l’archidiocèse de Tegucigalpa qui l’a faite grandir au point qu’elle a maintenant 11 campus dans le pays et qu’elle peut « aider les œuvres pastorales » de l’Eglise.

    Il indique que les sommes versées chaque mois permettent de payer les études « des séminaristes », « entretenir et construire » des églises, « soutenir les curés des paroisses rurales », secourir « de nombreux pauvres qui viennent tous les jours chercher de l’aide », acheter les véhicules des paroisses, payer les « dépenses de santé des prêtres ». Il précise : « aucun d’entre nous n’a de salaire ».

    Ces sommes, souligne-t-il, « ne sont pas virées à mon nom, mais à l’archidiocèse ».

    Les accusations portées par la publication italienne ressemblent à celles portées contre l’archevêque il y a un an auprès des autorités locales qui l’ont disculpé : pourquoi les republier « maintenant » ?, interroge l’archevêque, qui rappelle que d’ici huit jours il présente sa démission au pape.

    Il atteindra en effet la limite d’âge canonique de 75 ans, pour l’exercice d’une charge épiscopale le 29 décembre: il présentera sa démission et le pape François prolongera ou pas son mandat.

    Il se demande aussi comment les informations sont parvenues à l’hebdomadaire italien.

    Il indique qu’il y a plus d’un an, il a renvoyé un administrateur de l’Université « parce qu’il était en train de voler ». C’est après ces événements que le pamphlet accusateur anonyme a été diffusé.

    Le cardinal Maradiaga estime que ces accusations viennent aujourd’hui de « personnes contraires à la réforme de la curie vaticane qui désirent [le] calomnier pour lui faire quitter ce service de la Mère Eglise et du Saint-Père François ».

    Il cite Voltaire : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Il conclut : « Je continuerai à servir jusqu’à la décision du Saint-Père ».

    Pour sa part, le père Carlos Rubio, curé de San Martín de Porres à Tegucigalpa, a répondu à l’agence ACI, au nom du diocèse, en révélant que « tous les évêques reçoivent une aide [de l’université] pour leur diocèse, pas pour leur usage personnel ».

    Le p. Rubio souligne qu’il ne s’agit pas d’acte de « corruption »: « Ce n’est pas de l’argent de l’Etat, mais d’une institution [l’Université catholique] qui dépend de l’Eglise. » Il explique que « c’est une aide de l’université catholique pour la mission des diocèses », dans un contexte « de grande pauvreté » et de « grands besoins ».

    En outre, toujours selon l’agence ACI, l’évêque auxiliaire de Tegucigalpa, Mgr Juan José Pineda Fasquelle, 57 ans, nommé en 2005, a été accusé auprès du Vatican, notamment pour des opérations financières.

    D'Anita Bourdin, sur zenit.org, le 26 décembre :

    « Je suis désolé pour le mal qu’ils t’ont fait »: le pape téléphone au card. Maradiaga

    Des sommes perçues par l’archidiocèse pour ses besoins pastoraux

    “Je suis désolé pour le mal qu’ils t’ont fait”, a déclaré le pape François au cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa, au Honduras, mis en cause par un hebdomadaire italien qui reprend un pamphlet du Honduras – qui s’est révélé mensonger il y a environ un an -, comme nous l’indiquions déjà le 23 décembre 2017.

    Le pape François a en effet parlé au téléphone avec le cardinal Maradiaga qui lui même déclare, à la télévision Suyapa de l’Eglise catholique du Honduras – relayée par Radio Vatican en italien – que ces attaques viennent de “qui ne veut pas les réformes”, et qu’il a reçu “de nombreuses manifestations de solidarité, même de non-catholiques”.

    En effet le cardinal Maradiaga est aussi le coordinateur du Conseil des cardinaux, le “C9” qui assiste le pape dans le gouvernement de l’Eglise et la réforme de la curie romaine.

    Le cardinal a fait état d’un appel téléphonique du pape François qui lui a dit: “Je suis désolée pour le mal qu’il ont fait contre toi. Mais toi, ne t’inquiète pas.” Le cardinal dit avoir répondu: “Sainteté, je suis ne paix. Je suis en paix parce que je suis avec le Seigneur Jésus qui connaît le coeur de chacun.”

    La publication italienne a accusé le cardinal  d’avoir perçu des émoluments de l’université catholique du Honduras qui s’élèveraient à 35 000 euros par mois.

    Le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke, confirme qu’il y a eu « une enquête voulue en personne par le Saint-Père ».

    L’archevêque explique que l’Université est propriété de l’archidiocèse de Tegucigalpa qui l’a faite grandir au point qu’elle a maintenant 11 campus dans le pays et qu’elle peut « aider les œuvres pastorales » de l’Eglise.

    Il indique que les sommes versées chaque mois permettent de payer les études « des séminaristes », « entretenir et construire » des églises, « soutenir les curés des paroisses rurales », secourir « de nombreux pauvres qui viennent tous les jours chercher de l’aide », acheter les véhicules des paroisses, payer les « dépenses de santé des prêtres ». Il précise : « aucun d’entre nous n’a de salaire ».

    Ces sommes, souligne-t-il, « ne sont pas virées à mon nom, mais à l’archidiocèse ».

    Les accusations portées par la publication italienne ressemblent à celles portées contre l’archevêque il y a un an auprès des autorités locales qui l’ont disculpé : pourquoi les republier « maintenant » ?, interroge l’archevêque, qui rappelle que d’ici huit jours il présente sa démission au pape.

    Il atteindra en effet la limite d’âge canonique de 75 ans, pour l’exercice d’une charge épiscopale le 29 décembre: il présentera sa démission et le pape François prolongera ou pas son mandat.

    Il se demande aussi comment les informations sont parvenues à l’hebdomadaire italien.

    Il indique qu’il y a plus d’un an, il a renvoyé un administrateur de l’Université « parce qu’il était en train de voler ». C’est après ces événements que le pamphlet accusateur anonyme a été diffusé.

    Le journaliste italien a donc relayé des accusations déjà lancées de façon anonyme en 2016 par un ancien employé de l’université licencié pour une gestion malhonnête de fonds de l’institution.

    Pour le cardinal, rapporte Radio Vatican, la déontologie aurait voulu qu’avant de lancer de telles accusations, on cherche à écouter la personne accusée. Il rappelle que la calomnie est un “péché” mais aussi un “délit” punissable.

    Le cardinal Maradiaga estime que ces accusations viennent aujourd’hui de « personnes contraires à la réforme de la curie vaticane qui désirent [le] calomnier pour lui faire quitter ce service de la Mère Eglise et du Saint-Père François ».

    Il cite Voltaire : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Il conclut : « Je continuerai à servir jusqu’à la décision du Saint-Père ».

    Il dit qu’il sera heureux que le pape accepte sa démission ou la repousse: « Je suis évêque depuis 39 ans et depuis 25 ans archevêque de Tegucigalpa. Je suis aussi tenté par la possibilité de me retirer en paix. »