Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 5

  • Les saints apôtres Philippe et Jacques ("le Mineur") (3 mai)

    IMPRIMER

    (SourceSaint Philippe et saint Jacques le Mineur, apôtres (1er s.)

    Saint Philippe et saint Jacques le Mineur, apôtres (1er s.)

    S. Philippe était de Bethsaïde, en Galilée, patrie de S. Pierre et de S. André.

    Le Sauveur, dès les premiers jours de sa vie publique, le rencontra et lui dit : "Suis-Moi !" 

    Après la Pentecôte (fête de la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, cinquante jours après Pâques), il alla prêcher dans les immenses contrées de l'Asie supérieure ; il évangélisa longtemps les Scythes, puis les Galates, les Phrygiens, et c'est dans la ville d'Hiérapolis, en Phrygie, qu'il confirma sa prédication par le témoignage de son sang

    Un jour que le peuple offrait de l'encens à un gros serpent qu'il regardait comme une de ses divinités principales, Philippe, saisi de compassion, se jette à terre et supplie Dieu de délivrer ces malheureux de la tyrannie du serpent infernal. L'affreuse bête expire aussitôt. Le peuple se montrait disposé à accepter la doctrine d'un homme qui opérait de telles merveilles ; mais les magistrats et les pontifes s'emparèrent de l'Apôtre, le battirent de verges, le clouèrent à une croix et l'accablèrent de pierres. À sa mort, la terre trembla et plusieurs édifices s'écroulèrent.

    Saint Philippe mourut dans un âge fort avancé puisque S. Polycarpe eut quelque temps le bonheur de converser avec lui. 

    Saint Jacques le Juste, appelé le Mineur pour le distinguer de Jacques le Majeur (frère de saint Jean), était né à Cana, en Galilée d'Alphée et de Marie, soeur, c'est-à-dire proche parente de la sainte Vierge. St jacques était de la tribu de Juda et "fère de Jésus", c'est-à-dire cousin de Notre-Seigneur selon la chair.

    La tradition affirme qu'il ressemblait au Sauveur, et que les fidèles aimaient à regarder en lui une vivante image de leur Maître remonté dans le Ciel. Jacques eut un frère, Apôtre comme lui, nommé Jude, et ses deux autres frères, Joseph et Siméon, furent disciples de Jésus. 

    Après la Pentecôte, quand les Apôtres se partagèrent l'évangélisation du monde, Jacques se fixa à Jérusalem, pour la conversion spéciale des Juifs. Son autorité était très grande dans l'Église primitive, et, au concile de Jérusalem, c'est lui qui, le premier après saint Pierre, prit la parole.

    "Se référant à Eusèbe, qui écrit que Pierre, Jacques le Majeur (frère de Jean) et Jean ne se réservèrent pas la direction de l'église locale de Jérusalem, mais choisirent Jacques le Juste (le frère du Seigneur) comme évêque (episcopos), le R.P. Daniélou dans son Histoire Ecclésiastique (II, 1, 4) suggère que Jacques le Juste ait été à la fois une sorte de président du collège local des presbytres et d'héritier des pouvoirs apostoliques (naturellement en ce qui concerne l'église locale de Jérusalem)." (4) 

    Les conversions nombreuses et éclatantes opérées par son ministère lui suscitèrent des ennemis.

    En 62, le grand prêtre Anne, fils de celui du pontificat duquel Jésus avait été crucifié, se crut assez fort pour briser la jeune Eglise. Il fit arrêter jacques, le déféra au Sanhédrin. Par Flavius Josèphe et le mémorialiste et historien chrétien Hégésippe, qui écrivait au milieu du IIe siècle, nous connaissons le détail du drame.

    Les princes des Juifs le firent monter sur la terrasse du temple de Jérusalem et lui dirent : "Juste, nous avons confiance en toi ; parle et dis-nous la vérité sur Jésus !"

    Le saint Apôtre s'écria : "Pourquoi m'interrogez-vous sur le Christ ? Il siège dans les Cieux à la droite de la Majesté divine, et un jour Il reviendra sur les nuées du Ciel." La foule approuvait ces paroles ; mais les chefs, jaloux, précipitèrent le vieillard du haut du haut du temple où le démon avait naguère tenté Jésus. Comme il n'était pas mort, on se mit à le lapider, puis en dépit de quelques protestations généreuses, un foulon l'acheva à grands coups de sa lourde masse. Exécution illégale, qui valut à Anne d'être déposé du souverain pontificat. (5)

    Brisé dans sa chute, il mourut l'an 62 en priant pour ses bourreaux : "Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

    Nous avons de St Jacques le Mineur une Epître qui a le titre de Catholique ou Universelle, parce qu'elle ne fut point adressée à une Eglise particulière, mais à tout le corps des Juifs convertis qui étaient dispersés dans les différentes parties de l'univers.

    PRATIQUE. Pardonnez à vos ennemis, priez pour vos persécuteurs.

    Sources:

    (1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 121 ; (2); (3); (4) DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 22 ; (5) DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, ibid., p. 46.

  • Euthanasie : les évêques belges sommés de se prononcer sur la décision des Frères de la Charité

    IMPRIMER

    Du Katholiek Nieuwsblad :

    Le Supérieur Général: les évêques belges doivent se prononcer sur la décision des Frères belges de la Charité relative à l'euthanasie

    Le Frère René Stockman, Supérieur Général des Frères de la Charité, attend une « prise de position claire de la Conférence des évêques belges » sur l'autorisation de principe de l'euthanasie dans les établissements de soins de la branche belge de l'ordre. Il est aussi très critique à l'égard des déclarations de l'évêque d'Anvers Johan Bonny.

    C'est ce qu'il a confié lors d'un entretien avec le Katholiek Nieuwsblad. Stockman a ajouté avoir reçu « par un canal informel une promesse de soutien » de la part des évêques belges. Il a également souligné que «le cardinal De Kesel a convenu que les institutions ont le droit légal de refuser l'euthanasie»

    La responsabilité de prendre position

    « Nous sommes en consultation avec la conférence des évêques de Belgique. Ils ont la responsabilité de prendre position et de s'exprimer à ce sujet. Il est également en contact avec un responsable de haut niveau au sein du Vatican. Je lui ai exposé clairement la situation. Les nouvelles ont également atteint Rome ".

    Protéger la dignité absolue de la vie

    Stockman réagit au nouveau document exprimant la vision de la branche belge des Frères de la Charité. Tertio a rapporté la semaine dernière que le document prévoit que l'euthanasie active ne sera plus exclue dans les centres psychiatriques des Frères de la Charité en Belgique, y compris pour des cas de détresse psychologique dans des situations non terminales.

    Stockman "désapprouve complètement cette décision. C'est incompatible avec la vision de notre congrégation. Ce n'est certainement pas la vision des Frères de la Charité. Le respect de l'inviolabilité de l'être humain est d'une importance capitale; nous considérons l'inviolabilité de la vie comme absolue. L'organisation en Belgique s'écarte de cette position de principes fondamentale".

    Une vision sécularisée

    Il voit le document comme « le résultat de la sécularisation profonde en Belgique et en Flandre. Je suis Flamand mais je n'ai pas travaillé en Belgique depuis 2000. J'ai depuis lors constaté beaucoup de changements. On se laisse entraîner dans la tendance à la sécularisation. Le texte ne fait pas référence à Dieu, à la Bible ou à la vision chrétienne de l'homme. C'est une vision tout à fait sécularisée ».

    Mgr. Bonny doit se rendre compte qu'il s'exprime en tant qu'évêque

    Stockman est également critique au sujet de la première réaction de Mgr. Johan Bonny sur le document. L'évêque d'Anvers dit, selon deredactie.be, n'avoir pas lu le texte en entier, « mais il me semble constituer un ensemble équilibré », dit Bonny. « Je peux imaginer que pour une congrégation comme les Frères de la Charité active dans le monde entier il est difficile de trouver une position identique sur les questions morales. Plus précisément, les frères dans notre société occidentale doivent trouver un modus vivendi entre des connaissances médicales, des considérations morales, l'opinion publique et la culture dominante ».

    En outre, a déclaré l'évêque Bonny à propos de ce texte « Il est possible que leur vision ressemble étroitement à la façon dont nous pensons cela comme évêques. En matière d'éthique, il est difficile d'aligner tout le monde sur la même position dans le monde entier. Les cultures et les mentalités dans les congrégations spécifiques, mais aussi dans l'Église elle-même, sont si différentes."

    Selon Stockman, Mgr. Bonny a exprimé son opinion. « Il n'est pas correct qu'un évêque - sans avoir lu le texte en entier - indépendamment des décisions des Conférences épiscopales à ce sujet s'exprime de cette façon. Cela me dérange beaucoup. En fait, il dit que l'euthanasie devrait être possible. Cela m'a dérangé énormément. Il doit se rendre compte qu'il parle en tant qu'évêque ".

    Continuer à se battre pour les valeurs fondamentales

    Le Frère Stockman a également affirmé avoir agi en coulisses pour essayer d'ajuster la vision de la branche belge de sa congrégation. Dans un livre et dans une contribution au Katholiek Nieuwsblad, il a soutenu que le rôle de la psychiatrie est d'aider les gens qui souffrent psychologiquement, pas de mettre fin à leur vie, et que la vie doit être protégée à tout moment.

    « Telle est l'essence et la mission de notre congrégation », dit Stockman. « Le Conseil général a exhorté le Conseil belge à se distancer formellement du document de perspective. Maintenant, c'est à eux de répondre ».

    Le Supérieur général reste combatif: « Cette évolution confirme la nécessité de continuer à se battre pour des valeurs fondamentales. »

  • Mai 2017 : prier pour les chrétiens d'Afrique

    IMPRIMER

    Du Père Thierry Monfils s.j. sur le site prieraucoeurdumonde.net :

    CHRÉTIENS D’AFRIQUE, PROPHÈTES DE RÉCONCILIATION

    Le Pape François nous appelle à prier ce mois-ci : « pour les chrétiens d’Afrique afin qu’ils rendent un témoignage prophétique de réconciliation, de justice et de paix, en prenant pour modèle Jésus Miséricordieux. »

    Ce défi nous ‟branche” sur « une terre qui souffre depuis plusieurs années de la guerre et de la haine, de l’incompréhension, du manque de paix » -Pape François à Bangui le 29.11.2015-, mais dont l’Église est en croissance. Et quelle croissance ! En Afrique, la foi en Jésus-Christ s’étend, le nombre de prêtres, de religieuses et de religieux est en hausse. L’enthousiasme pour le Seigneur s’y exprime dans la joie, et la foi en Jésus sauveur persévère à travers des circonstances injustes et violentes. Cela touche les cœurs et nous donne le goût de prier pour nos frères et sœurs d’Afrique.

    Pour prier en famille, les mots d’un jeune chrétien du Nigéria font écho à ces réalités « La vie dans nos pays d’Afrique est très belle, pleine de soleil, de chants, de danses. Regarde, Seigneur, comme nous sommes joyeux pendant la messe que nous célébrons pour toi chaque dimanche. Mais trop souvent, la guerre est proche de nous, la violence dans nos villes, la pauvreté dans nos familles. »

    Pour nous laisser toucher par ce défi, de nombreux témoignages de paix et de réconciliation sont mis en avant dans ce webmagazine :

    – L’appel à la paix et à la réconciliation lancé par les Évêques de la République démocratique du Congo (RDC) à Butembo, le 23 mai 2015. Il  s’adresse à la fois aux fidèles catholiques et à  toute la société pour leur rappeler « que nous sommes tous frères » et leur dire : « Nous vous demandons de cesser la violence » ;

    L’expérience vécue par le P. Daniel Kabuya, Prêtre Missionnaire d’Afrique, en 2016, à Nairobi. Un groupe de partage entre étudiants a permis à des jeunes de découvrir la miséricorde,  le pardon y étant reçu comme un don venant de Dieu : « Cela m’a changé en profondeur ! » ;

    Le récit du P. Laurent Balas, Père Missionnaire d’Afrique, fait mémoire des fruits de la prière pour la paix récitée quotidiennement au Mali, alors menacé par des groupes djihadistes : « Seul l’amour nous rend capable de ne pas céder à la violence » ;

    -Celui de Sr Christine Magnin, xavière, depuis Abidjan (Côte d’Ivoire) où est en cours depuis 12 ans une initiative d’éducation à la paix.  ‟ Les clubs de la paix ” unissent des jeunes de différentes ethnies, religions et nationalités dans l’estime mutuelle.

    Pour nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu au cœur de nos détresses,  nous sommes invités par Pierre-Baptiste, équipe France, à contempler Jésus miséricordieux, avec les mots du Psaume 84 (85) : « J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ; qu’ils ne reviennent jamais à leur folie ! » (v. 9).

    Que notre prière, tout au long de ce mois,  soit pour nous tous un élan fraternel vers l’Afrique.

    Thierry Monfils, s.j., responsable du Réseau Mondial de Prière du Pape – Luxembourg & Belgique francophone

  • Les Marocains convertis au christianisme revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour

    IMPRIMER

    Lu sur challenges.fr :

    Au Maroc, les convertis au christianisme sortent de l'ombre

    Vivant dans l'illégalité, pratiquant leur culte dans la clandestinité, les Marocains convertis au christianisme revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour, dans une société majoritairement musulmane où la question reste taboue et l'apostasie réprouvée.

    Dans un appartement d'un quartier populaire d'Agadir (sud), des hymnes liturgiques jaillissent d'une chaîne hi-fi sous un crucifix d'argent accroché au mur: "Je suis Marocain avant d'être chrétien", souffle Rachid, la quarantaine, qui accueille dans son salon une dizaine de convertis pour un "après-midi de prières".

    Issu d'une famille adepte du soufisme, une tradition ésotérique de l'islam, ce pasteur protestant a embrassé la foi chrétienne en 2004. "Enfant, mon père m'obligeait à aller à la confrérie soufie. Mais je ne m'y retrouvais pas", raconte à l'AFP ce père de deux enfants.

    C'est adolescent qu'il commence à s'intéresser au christianisme. Depuis un cyber-café, il entre en contact avec un site qui "prêche la parole de Dieu" et lui fait parvenir une bible. "Je l'ai lue intégralement, étudié la parole de Dieu, suivi des formations. (...) A l'âge de 24 ans, j'ai été baptisé dans un appartement à Casablanca", confie-t-il.

    - 'Remplir un vide' -

    Assis à ses côtés, Mustapha, 46 ans, s'est converti en 1994 pour "remplir un vide spirituel". Ce fonctionnaire, petit-fils d'un religieux musulman de Taroudant, près d'Agadir, a été durant sa jeunesse membre actif du mouvement islamiste Justice et bienfaisance.

    "Lassé par les contradictions de l'islam, je me suis intéressé au christianisme en échangeant une correspondance assidue avec un centre religieux en Espagne". Puis "j'ai franchi le pas", se souvient Mustapha, lui aussi pasteur "diplômé par correspondance des États-Unis".

    Il a vécu secrètement sa foi jusqu'à il y a un an et demi, quand il diffuse sur internet une vidéo dans laquelle il parle à visage découvert de sa conversion.

    La réaction est immédiate: "des proches m'ont tourné le dos, j'ai été mis au placard au travail. Mes enfants ont été harcelés à l'école", déplore-t-il.

    Pour vivre leur foi au grand jour, Mustapha, Rachid, et d'autres, regroupés au sein d'une "Coordination nationale", ont saisi début avril le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) pour demander "la fin de la persécution" contre leur petite communauté.

    "Nous revendiquons le droit de choisir des prénoms chrétiens pour nos enfants, de prier dans les églises, d'être inhumés dans des cimetières chrétiens, de nous marier selon notre religion", énumère Mustapha, également porte-parole de la Coordination.

    Aucun chiffre officiel n'existe sur le nombre de convertis marocains, estimés entre 2.000 et 6.000 par le Département d’État américain. Concentrés entre Marrakech et Agadir, ils sont principalement protestants -baptistes et évangéliques-, d'après les témoignages recueillis par l'AFP.

    Au Maroc, où l'islam est la religion d’État et le roi Mohammed VI le "commandeur des croyants", les autorités aiment vanter leur tolérance religieuse qui permet aux chrétiens étrangers et aux juifs d'exercer librement leur religion.

    - 'Un grand pas!' -

    Reste que pour les Marocains, considérés automatiquement comme musulmans quand ils ne sont pas de la minorité juive, l'apostasie est désapprouvée par la société et le prosélytisme condamné par la loi.

    Si le fait de renoncer à l'islam n'est pas explicitement mentionné dans le code pénal, les convertis risquent la prison s'ils sont soupçonnés d'"ébranler la foi d'un musulman ou de le convertir à une autre religion".

    Ces dernières années, plusieurs cas d'arrestations pour prosélytisme ont défrayé la chronique.

    "Le sujet est ultra-sensible car il renvoie à l'histoire de la colonisation et à l'idée selon laquelle le christianisme constituerait un danger pour l'unité du Maroc", décrypte pour l'AFP un sociologue des religions.

    Mais les lignes bougent: "les arrestations ont presque cessé, c'est un grand pas! Les actes de harcèlement sont devenus rares, et restent le fait de la société", observe Rachid. Sorti de la clandestinité, il "vit normalement sa religion dans un quartier populaire au vu et au su de ses voisins musulmans".

    "Le pays a fait de nombreuses avancées en matière de droits de l'Homme", estime Mustapha, qui loue l'action du roi en faveur du "vivre-ensemble".

    Le "code pénal, les partis politiques et la société n'ont cependant pas suivi", regrette-t-il, pointant une société "schizophrène, pleine de paradoxes, où beaucoup adoptent un mode de vie sécularisé, mais "se crispent dès qu'on parle de conversion".

  • Athanase, un évêque dans la tourmente (2 mai)

    IMPRIMER

    (Source) Athanase, né vers 295, connut dans son enfance les dernières persécutions. Il était sans doute déjà diacre de l'évêque Alexandre d'Alexandrie lorsqu'il écrivit le « Contra gentes et de incarnatione Verbi » qui est à la fois une apologie contre les païens et un exposé des motifs de l'Incarnation. Diacre, il accompagna au concile de Nicée (325) son évêque auquel il succéda en juin 328.

    Énergique, intelligent et instruit, il visita entièrement tout son diocèse fort agité par les hérétiques ariens et mélétiens. Après avoir deux fois refusé à l'empereur Constantin de recevoir Arius, il dut se disculper des accusations des mélétiens à Nicomédie (332) et à Césarée de Palestine (333). Refusant une troisième fois de réconcilier Arius, Athanase fut cité à comparaître devant le concile de Tyr (335) d'où, n'ayant trouvé que des ennemis, il s'enfuit à Constantinople pour plaider sa cause devant l'Empereur qui le condamna à l'exil.

    Pendant qu'Athanase, déposé par le concile de Tyr, était en exil à Trêves, les troubles étaient si forts à Alexandrie qu'on n'osa pas lui nommer un successeur. Après la mort de Constantin Ier (22 mai 337), Constantin II le rendit à son diocèse (17 juin 337) où il arriva le 23 novembre 337. Les ariens élurent Grégoire de Cappadoce qui, avec l'appui du préfet d'Égypte, s'empara des églises d'Alexandrie qu'Athanase dut quitter (mars 339).

    Réfugié à Rome, il fut réhabilité par un concile réuni sous le pape Jules Ier mais il dut attendre la mort de son compétiteur et l'amnistie de l'empereur Constance pour rentrer dans son diocèse (21 octobre 346). Constance reprit les hostilités contre Athanase qui fut de nouveau chassé d'Alexandrie (356) et dut se réfugier dans la campagne égyptienne jusqu'à la mort de l'Empereur dont le successeur, Julien, rappela immédiatement les exilés (361).

    Rentré le 21 février 362, Athanase fut encore condamné à l'exil le 23 octobre 362 mais Julien ayant été tué dans la guerre contre les Perses (26 juin 363), son successeur, Jovien, vrai catholique, le rappela. Jovien mourut accidentellement (février 364) et son successeur, Valens, arien, chassa de nouveau Athanase d'Alexandrie le 5 octobre 365 où il l'autorisera à revenir le 1er février 366. Athanase mourut dans la nuit du 2 au 3 mai 373.

    Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI : w2.vatican.va/…/hf_ben-xvi_aud_…

  • Liturgie : n’être rien pour que Dieu soit tout

    IMPRIMER

    liturgie_7.jpg

    Lu sur diakonos.be : 

    « Nous édifions une forteresse de prière et de charité pour permettre à nos frères harassés par les luttes du siècle de faire halte au pied du Seigneur ; la beauté des offices liturgiques leur servira de norme dans le si difficile art de prier et fera sur l’âme de nos visiteurs l’effet d’une oasis rafraîchissante. Ils trouveront là des hommes d’oraison, adonnés à une vie calme, paisible, paysanne, rythmée par la liturgie et les travaux des champs. Rien n’est trop grand pour les œuvres accomplies au service de la majesté divine. La cathédrale est gothique, l’abbatiale est romane, a-t-on dit. Il y a du vrai, l’esprit roman s’accorde avec la paix bénédictine. Trois caractères me semblent attachés au roman : solidité, pureté et plénitude, j’ajouterai : respect du mystère. C’est le cadre que nous avons choisi pour célébrer en latin et en grégorien, la plus belle liturgie du monde. La soif de n’être rien pour que Dieu soit tout. »

    Dom Gérard, “La vocation monastique”, abbaye du Barroux.
    (Cité par proliturgia.org)

    Ref. LITURGIE: N'ÊTRE RIEN POUR QUE DIEU SOIT TOUT

    JPSC

  • Un « Lieutenant du Grand Maître » élu pour un an à la tête de l’Ordre de Malte

    IMPRIMER

    Lu sur le site de l’Ordre ce samedi 29 avril :

    « Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto a été élu ce matin Lieutenant du Grand Maître de l’Ordre souverain de Malte. Le corps électoral, le Conseil Complet d’État, s’est réuni dans la Villa Magistrale, l’un des deux sièges institutionnels de l’Ordre de Malte, à Rome. 

    Le Lieutenant du Grand Maître prêtera serment devant le Délégué spécial du Pape auprès de l’Ordre souverain de Malte, l’archevêque Angelo Becciu, et les membres du Conseil Complet d’État demain matin dans l’Église Santa-Maria sur l’Aventin.

    Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto succède à Fra’ Matthew Festing, 79ème Grand Maître, qui a démissionné le 28 janvier 2017.

    Le Pape François a été informé par lettre du résultat de l’élection. Tous les Grands Prieurés, Sous-prieurés et Associations nationales de l’Ordre de Malte à travers le monde ont été informés, de même que les 106 États avec lesquels l’Ordre entretient des relations diplomatiques.

    Le nouveau Lieutenant du Grand Maître, élu pour un an, affirme son engagement à travailler étroitement avec le Souverain Conseil de l’Ordre pour développer les activités diplomatiques, sociales et humanitaires et à entretenir la vie spirituelle et l’engagement de ses 13 500 membres et de ses plus de 100 000 bénévoles et employés. (...)

    La Réforme constitutionnelle
    Une des premières et des plus importantes missions de Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto pendant son mandat est de travailler au processus de réforme de la Constitution et du Code de l’Ordre.
    La Charte Constitutionnelle a été promulguée en juin 1961 et modifiée en 1997.
    Plus précisément, la réforme constitutionnelle envisagée traitera de potentielles faiblesses institutionnelles. La récente crise a montré certaines faiblesses dans les contrôles et les équilibres en matière de gouvernance que la réforme prendra en considération. La réforme se concentrera sur le besoin de l’Ordre de renforcer sa vie spirituelle et d’augmenter le nombre de ses membres profès. Les consultations ont déjà commencé et tous les membres de l’Ordre ont été invités à faire des suggestions.

    Le Lieutenant du Grand Maître
    Conformément à la Constitution, le lieutenant du Grand Maître reste en charge pendant un an, avec les mêmes pouvoirs que le Grand Maître. Le Lieutenant du Grand Maître doit reconvoquer le Conseil Complet d’État avant la fin de son mandat.

    Le Lieutenant du Grand Maître est le souverain et le chef religieux de l’Ordre et doit se dévouer complètement au développement des activités de l’Ordre et donner à ses membres l’exemple d’une vie animée par les principes chrétiens. Il exerce la suprême autorité. Avec le Souverain Conseil, il prend les mesures législatives non prévues par la charte constitutionnelle, promulgue les actes du gouvernement et ratifie les accords internationaux. Le Lieutenant du Grand Maître réside au siège du gouvernement de l’Ordre, au Palais Magistral à Rome. »

    Ref. Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto elu Lieutenant du Grand Maître de L’Ordre Souverain De Malte

     JPSC

  • Opus Dei : trente et un nouveaux prêtres ordonnés le samedi 29 avril 2017

    IMPRIMER

    Etienne Montero.png

    Ce samedi 29 avril 2017 en la Basilique Saint-Eugène à Rome trente et un numéraires de l’Opus Dei ont été ordonnés prêtres par le cardinal Giuseppe Bertello, président du Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican. Parmi ceux-ci Etienne Montero, ancien doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Namur (photo).

    Les futurs prêtres avaient reçu l’ordination diaconale des mains de Mgr Echevarria, le prélat de l’Opus Dei décédé le 12 décembre dernier. « Vous devez exclusivement vous donner au service de tous, avec joie et générosité » avait-il dit à cette occasion.

    « Etre ministre du Christ  suppose un changement profond dans la vie, c’est une grâce qui nous dépasse, un don immérité que l’on reçoit pour le mettre au service des autres «  (Mgr Echevarria).

    La cérémonie sur You tube :

    JPSC

  • Le dernier voyage de la bienheureuse Mère Marie-Thérèse Haze, fondatrice des Filles de la Croix

    IMPRIMER

    Du site de RTC.TELE.Liège :

    La translation du corps de la Bienheureuse Marie-Thérèse

     

    Plus de 1.500 participants ont participé à la translation du corps de la bienheureuse mère Marie-Thérèse Haze (1782-1876) de l’église en Hors-Château à la Cathédrale de Liège ce samedi 29 avril 2017 à Liège.

    La fondatrice des filles de la Croix était entourée d’une grande délégation de Filles de la croix venue du monde entier : Inde, Allemagne, Irlande, Angleterre, Cameroun, Etats-Unis etc ainsi que de nombreuses écoles et amis liégeois.

    De nombreuses animations ont eu lieu le long du parcours emprunté par le cortège. La belle célébration à la cathédrale s’est terminée par l’installation du cercueil dans l’autel de la chapelle latérale saint Joseph.

    Sa consigne était toujours #NePasVégéter, elle a été entendue.

     translation marie therese 3

    Dans le cortège, les Evêques, le clergé, les délégations de religieuses et d'amis des différentes provinces de la Congrégation, des délégations des institutions fondées par les Filles de la Croix, des chœurs et différents groupes.

    Vers 16 h 00, une eucharistie solennelle s'est déroulée en la Cathédrale avant que le transfert du corps de la Bienheureuse Marie-Thérèse ne soit opéré dans la chapelle Saint-Joseph.

    translation 2

    Photos RCF

    Pour découvrir la vie de la Bienheureuse : http://filles-de-la-croix-de-liege.be/index.php/historique/

  • Le pape en Egypte (2e jour)

    IMPRIMER

    Sur zenit.org :

    Messe au Caire: « l’unique extrémisme admis pour les croyants est celui de la charité »

    Homélie du pape François (Texte complet)

    «Le pape de la paix dans l’Egypte de la paix», allocution du patriarche Sidrak

    Ce que fait le pape à Rome aide aussi les catholiques en Egypte

    Comment surmonter sept tentations? Le pape répond en père spirituel

    Au clergé et aux consacrés catholiques d’Egypte

    «N’ayez pas peur!»: message du pape François au clergé et aux consacrés d’Egypte

    Comment surmonter sept tentations (texte complet)

    Le pape quitte l’Egypte en remerciant pour l’accueil « chaleureux »

    Après deux jours de dialogue interreligieux et œcuménique

    Egypte : le pape consacre son deuxième jour à la communauté catholique

    Une messe et un temps de prière avec les prêtres et les consacrés

    Egypte: priez pour ceux que vous aimez et ceux que vous n’aimez pas, conseille le pape à des jeunes

    Salutations à la nonciature après le dîner

    « Vous êtes l’un des symboles de la paix dans un monde tourmenté », dit Tawadros II au pape

    Rencontre œcuménique lors du voyage apostolique en Egypte

    Un jeune chef italien pour les repas du pape à la nonciature du Caire

    Un déjeuner avec les patriarches et les évêques d’Egypte

  • L'apparition aux disciples d'Emmaüs; prédication par le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

    IMPRIMER

    r13.jpg

    http://www.delamoureneclats.fr

    Prédication (archive du 23 avril 2014) pour le 3e dimanche de Pâques par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Lc 24, 13-35)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 24,13-35.

    Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
    Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
    L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
    Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
    Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
    Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
    Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
    À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

  • La légende de la "papesse Jeanne"

    IMPRIMER

    De Charlotte Vaudour sur Aleteia.org :

    L’extraordinaire légende de la papesse Jeanne

    Le premier long-métrage de Jean Breschand, "La papesse Jeanne", sort le 26 avril et raconte l'histoire légendaire d'une jeune femme qui accède au trône pontifical.

    Une femme est-elle montée sur le trône pontifical ?

    À quelques variantes près, différents scénarios relatent l’histoire de la papesse Jeanne. Vers 850, l’époque est violente, les barbares venus du nord envahissent les contrées chrétiennes. Une jeune fille originaire de Mayence, en Allemagne, quitte sa famille pour faire des études et suivre son amant. Prénommée Jeanne, elle se fait passer pour un moine britannique érudit surnommé Jean l’Anglais. Après avoir étudié en Angleterre puis à Athènes, elle se rend à Rome pour entrer à la Curie. Jean l’Anglais est proclamé pape et devient Jean VIII en 857, entre Léon IV et Benoît III, au moment de l’usurpation d’Anastase le Bibliothécaire (un antipape qui a exercé la fonction mais n’est plus reconnu comme légitime aux yeux de l’Église catholique). Les fidèles ont très peu d’occasion de le voir. C’est deux ans et sept mois plus tard, à l’occasion de la Fête-Dieu, que Jean VIII se tordant de douleur pendant une procession met au monde un enfant. Le pape se révèle être une papesse ! Fin de la légende.

     

    Lire  la suite sur aleteia.org