Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 6

  • Coronavirus : et Benoît XVI ?

    IMPRIMER

    De MAIKE HICKSON sur LifeSiteNews :

    Le pape Benoît se porte bien et prie pour le monde souffrant du coronavirus

    Le pape Benoît XVI prie quotidiennement pour les victimes de la pandémie de coronavirus et pour leurs proches.

    30 mars 2020

    Parmi tout ce que l'on rapporte, le Vatican compte plus d'infections à coronavirus parmi ses membres (voir ICI); une source bien informée à Rome a déclaré à LifeSiteNews que le pape émérite Benoît XVI est en bonne santé et est bien protégé. Il vit isolé dans sa résidence Mater Ecclesiae et offre ses prières pour les affligés et pour ceux qui s'occupent des malades.

    Depuis que la nouvelle a été annoncée qu'il y avait de nouveaux cas de coronavirus au Vatican, les catholiques du monde entier se sont interrogés sur la situation du pape Benoît. LifeSite a contacté une source bien informée qui a répondu sous couvert d'anonymat. La source a rapporté que le pape Benoît se porte bien et a un bon moral.

    Le pape Benoît XVI vit au monastère Mater Ecclesiae au Vatican et respecte les règles strictes du gouvernement italien, a déclaré la source à LifeSiteNews. Le pape Benoît XVI vit une vie cloîtrée. Il prie quotidiennement pour les victimes de la pandémie et leurs proches. De plus, le pape Benoît XVI offre des prières spéciales pour les médecins et le personnel de santé, ainsi que pour ceux qui ont une responsabilité politique et prennent des décisions importantes concernant la santé et la sécurité des citoyens.

    Comme LifeSite l’avait signalé le 27 mars, un membre du Secrétariat d’État du Vatican avait été testé positif pour le coronavirus, devenant alors le cinquième membre infecté du Vatican. Par la suite, un autre employé de la Secrétariat d'État a été testé positif.

    Le samedi 29 mars, Reuters a rapporté que ni le pape François ni ses proches collaborateurs n'étaient infectés par le virus et que 170 personnes au Vatican avaient été testées.

    À ce jour, l'Italie compte 101 739 personnes infectées, dont 11 591 patients décédés du coronavirus.

    Le pape Benoît XVI réside au monastère de Mater Ecclesiae depuis mai 2013, l'année de sa démission.

    Il n'a élevé la voix que récemment pour défendre le célibat sacerdotal lors de la publication d'un essai, dans un livre collaboratif du cardinal Robert Sarah. Ce projet d'édition avait provoqué une polémique, à l'issue de laquelle le pape François décida qu'il ne voulait pas avoir l'archevêque Georg Gänswein - le préfet de la maison pontificale - à ses côtés lors des apparitions publiques. Ainsi, Gänswein - qui est également le secrétaire personnel du pape émérite Benoît XVI - reste aux côtés du pape à la retraite pendant cette période de procès. De plus, le pape Benoît est assisté par des religieuses.

  • Quand la mort d'Henri Tincq nous éclaire sur les affinités des journalistes vaticans

    IMPRIMER

    Le journaliste Henri Tincq vient de mourir du coronavirus. Qu'il repose en paix. Il ne serait ni correct ni décent de régler des comptes au moment de son départ. Son engagement d'homme de gauche, chroniqueur au Monde, son progressisme avéré dans la ligne d'un Vatican II en rupture avec la Tradition, son antipathie à l'égard de tout ce qui se réclamait de cette Tradition, son éloignement par rapport aux combats menés pour les valeurs non négociables (vie, mariage, famille), étaient manifestes. Ce qui est surprenant, c'est de lire sur le site de Vatican News (sous la plume d'Olivier Bonnel) cette chronique nécrologique en forme d'hommage appuyé rendu au journaliste disparu et qui en dit long sur les véritables affinités doctrinales et idéologiques des journalistes attitrés du Vatican :

    Mort du vaticaniste français Henri Tincq, emporté par le coronavirus

    Le journaliste, "plume" respectée de l'information religieuse en France, est décédé le 29 mars du coronavirus, à l'âge de 74 ans.

    Olivier Bonnel-Cité du Vatican

    La nouvelle de sa disparition a provoqué une vive émotion dans la presse catholique française et même au-delà. Henri Tincq est mort le 29 mars à l'âge de 74 ans, après avoir contracté le coronavirus. Spécialiste de l'information religieuse au quotidien Le Monde, de 1985 à 2008, ce fils d'un menuisier et d'une institutrice né en 1945 près de Lens dans le Pas-de-Calais avait d'abord commencé sa carrière journalistique à La Croix, en 1972, dont il avait été tour à tour chef du service politique et rédacteur en chef adjoint. 

    C'est en 1985 qu'il rejoint Le Monde comme chroniqueur religieux puis responsable de la rubrique "religions". Il est reconnu pour être un des observateurs les plus avisés du pontificat de Jean-Paul II, qu'il a souvent suivi lors de ses voyages. Proche du cardinal Jean-Marie Lustiger, à qui il a d'ailleurs consacré une biographie (Le cardinal prophète, publié chez Grasset), Henri Tincq était connu pour sa grande capacité de travail.

    Auteur d'une quinzaine d'ouvrages, il avait pris sa retraite en 2008 mais continuait de collaborer à plusieurs publications comme Le Monde des Religions ou le site Slate. Dans son dernier ouvrage paru en octobre dernier (Vatican, la fin d'un monde, au Cerf), Henri Tincq se faisait le choniqueur inquiet d'une Église traversée par les tempêtes et secouée par les scandales, mais dressait des pistes de réformes qui portaient une espérance chrétienne qui l'a toujours habité.

    Bataille des idées

    Durant sa carrière, Henri Tincq eut aussi la passion des idées et n'hésita pas à croiser le fer avec des responsables de l'Église catholique ou des confrères journalistes, mais toujours en cherchant à rester honnête intellectuellement. «Henri Tincq trempait souvent sa plume dans le vinaigre. Nous avons eu des discussions et des divergences. Mais il avait un vrai coeur de croyant. Lors de notre dernière rencontre, malade, il m’a demandé de prier pour lui. Qu’il repose en paix» a confié Mgr Matthieu Rougé, l'évêque de Nanterre, sur son compte Twitter.

    De santé fragile, il a été emporté par le Covid-19 à l'hôpital de Villeneuve Saint-Georges, dans le Val de Marne. Compte-tenu des restrictions sanitaires, une cérémonie dans la plus stricte intimité aura lieu. Un hommage public ultérieur devrait avoir lieu dans sa paroisse de Saint-Maur après la levée du confinement. 

  • Carême et confinement; feuillet du mercredi 1er avril : "Pourquoi nous aimons le Père de Foucauld" avec Madeleine Delbrêl

    IMPRIMER

    2020_04_01_09_03_26_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Brésil : du haut du ciel, des bénédictions du Saint-Sacrement et de statues de la Vierge

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AMERIQUE/BRESIL - En avion avec l'ostensoir ou des statues de Notre-Dame pour bénir les brésiliens durant la pandémie

    mardi, 31 mars 2020

    CNBB

    En avion avec l'ostensoir ou des statues de Notre-Dame pour bénir les brésiliens durant la pandémie

    Goiania (Agence Fides) – Pour invoquer la santé et la protection du peuple de Dieu, après la bénédiction impartie par le Pape François Urbi et Orbi le 27 mars depuis la Place Saint-Pierre, certains Diocèses du Brésil ont promu des initiatives particulières visant à bénir les fidèles, inviter à la prière et manifester la proximité y compris en cette époque de confinement à cause du Covid 19.

    A Goiânia, l'Archevêque. S.Exc. Mgr Washington Cruz, a survolé la capitale et la région métropolitaine avec le Très Saint Sacrement. « Que Jésus-Christ, résurrection et vie, nous rende forts dans la foi et nous accorde le don de la guérison, le don de vaincre cette pandémie » a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée par la Conférence épiscopale du Brésil (CNBB) avant son voyage. L'Archevêque a commenté son expérience en ces termes : « Il est' agi d'une expérience de ma petitesse et de ma nullité. Celui qui survolait Goiânia était Jésus dans le Très Saint Sacrement de l'autel. Je n'étais qu'un instrument qui Le portait. Ce qui était important était Lui-même, qui certainement bénissait la ville, ses alentours, l'Archidiocèse, le Brésil et le monde entier ».

    A Belém, l'image pèlerine de Notre-Dame de Nazaré, patronne de l'Etat du Parà et considérée Reine de l'Amazonie, a été transportée en hélicoptère par le Recteur de la Basilique mariale, le Père Luiz Carlos Maria Gonçalves, et par un certain nombre de fidèles qui ont prié avec le chapelet, « suppliant les bénédictions et la protection de Notre-Dame de Nazaré », selon une vidéo partagée par l'intermédiaire des réseaux sociaux. L'Archevêque de Belém, S.Exc. Mgr Alberto Taera Corrêa, a déclaré qu'il s'agit d'une expérience très positive « qui a aidé de nombreuses personnes à ressentir la protection de Notre-Dame en cette période particulièrement difficile ». « J'espère que de nombreuses autres initiatives nous aideront – a-t-il ajouté – à combattre au travers des armes les plus puissantes dont nous disposions, à savoir la prière, la pénitence, le jeûne et la charité, qui constituent les armes du Carême et qui peuvent nous aider à relever ce défi ».

    Hier 30 mars, l'Archidiocèse de São Luís a été survolé par l'image de Notre-Dame des Victoires, patronne de la ville à laquelle est dédiée la Cathédrale métropolitaine, en invoquant son intercession, afin que « Dieu nous libère du mal qui afflige le Brésil et le monde ». A bord de l'appareil se trouvait le Père Roney Rocha Carvalho, Curé de la Cathédrale. Au cours du voyage, tous les fidèles ont été invités à prier le chapelet « en formant ainsi une grande chaîne de prière en ville ». (SL) (Agence Fides 31/03/2020)

  • Le regard de Mgr Vingt-Trois sur la crise que nous vivons

    IMPRIMER

    Du site de l'Eglise catholique à Paris :

    « La vulnérabilité est la première leçon de cette crise »

    Paris Notre-Dame – 2 avril 2020

    Le monde s’enlise dans la pandémie du Covid-19. Tout est bloqué, le nombre de morts ne cesse d’augmenter, les hôpitaux sont saturés. Tout porterait au désespoir. Pas pour le cardinal André Vingt-Trois, archevêque émérite de Paris, qui offre son regard sur une crise sanitaire qui pourrait être, selon lui, l’occasion d’un sursaut de responsabilisation et de conscience face à un mode de vie et un système économique et social exsangues.

    JPEG - 219.6 ko
    Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque émérite de Paris.
    © Karine Dalle

    Propos recueillis par Isabelle Demangeat @LaZaab

    Paris Notre-Dame – Un simple virus terrasse toute l’humanité, y compris l’homme occidental qui se montrait omnipotent. Comment l’interpréter ?

    Mgr André Vingt-Trois – Il y a eu la Chine, puis l’Italie. Et cette tendance à penser que cela n’arriverait pas en France. Aujourd’hui, tout le monde est concerné. Il n’y a plus de compétition ou de concurrence, mais un sort commun. Cette vulnérabilité est la première leçon de cette crise. La vulnérabilité des individus qui peuvent être contaminés sans même en avoir conscience, la vulnérabilité du système économique mondial, et, en ce qui concerne les pays occidentaux, la vulnérabilité d’un mode de vie. Nous sommes amenés à vivre ce moment à travers le confinement, c’est-à-dire à travers la suppression d’un nombre considérable d’éléments de notre vie qui nous semblaient aller de soi alors qu’ils étaient fondés sur une inégalité de répartition des richesses. Ce déséquilibre économique et social, qui était notre équilibre, est en train de s’effondrer.

    P. N.-D. – Pour continuer à vivre, il faut s’arrêter. Une aberration pour un système fondé sur la croissance. N’est-ce pas le symptôme que ce système est invivable ?

    A. V.-T. – Tout à fait. La Première guerre mondiale a été la fin du mythe du salut par le progrès scientifique tel qu’il s’était élaboré au XIXe. Le XXe siècle a élaboré son propre mythe du progrès, un progrès économique fondé sur la croissance appuyée sur la consommation. Ce système de développement permanent de la consommation s’inscrit dans la perspective que l’univers est illimité. Nous voyons bien, aujourd’hui, à travers cette crise sanitaire, la difficulté de notre société à prendre conscience que les ressources ne sont pas illimitées. Qu’il faut les économiser, ne pas les gaspiller, et, les partager. Cette crise impose un certain dénuement, de relations, de loisirs, d’activités. Ce dénuement nous force à reprendre en considération des aspects de l’existence auxquels plus personne ne pensait. Des choses qui tiennent à la vie, à la mort, à la santé, à la précarité de nos relations affectives, de nos relations sociales. René Descartes disait qu’il fallait s’enfermer dans sa chambre pour pouvoir penser. Pour prendre une référence chrétienne, nous sommes en train de vivre un Carême de réalité et non plus un Carême d’intention. Débarrassés d’un certain nombre de divertissements, les conditions nous sont plus favorables pour nous recentrer sur l’essentiel de notre vie.

    Lire la suite

  • Le Collège des Bernardins vous offre des cours en ligne grratuits

    IMPRIMER

    SINOD - LES MOOC DU COLLÈGE DES BERNARDINS

    Dix regards d'espérance sur le monde d'aujourd'hui
     
    Pour vous accompagner dans cette période d'isolement et vous permettre de continuer à apprendre et avancer dans la foi aux côtés des milliers d'inscrits qui composent notre communauté, le Collège des Bernardins vous invite à découvrir ou redécouvrir deux de nos anciens MOOC : « Les sacrements » par Monseigneur Matthieu Rougé et « Une histoire biblique des origines » par le Père David Sendrez.

    À partir du lundi 23 mars, ces deux MOOC seront mis en ligne gratuitement et de manière intensive : trois vidéos par jour et par MOOC, du lundi au vendredi.

    MOOC Une histoire biblique des origines - reprise exceptionnelle

    MOOC Les sacrements - reprise exceptionnelle

    Qu’est-ce qu’un MOOC ?

    Un MOOC (Massive Open Online Courses) est un cours en ligne gratuit, ouvert à tous et proposé sur une période donnée. Il se compose de brèves vidéos accompagnées de ressources pédagogiques et d’une évaluation continue facultative.

    Le MOOC se caractérise par une forme dynamique, didactique et une interaction forte entre enseignant et participants. Il est destiné à tous ceux qui, faute de temps ou de proximité avec un lieu de formation, profiteront des outils numériques pour apprendre, seul ou à plusieurs.

    La communauté SINOD

    SINOD : Apprendre en ligne, comprendre ensemble !

    SINOD est une communauté internationale d’apprenants bénéficiant d’une plateforme numérique pour accéder à la richesse de formation et de partage du Collège des Bernardins. En quatre années d’existence, SINOD compte plus de 25 000 inscrits répartis dans près de cent pays. Forte d’un catalogue d’une dizaine de cours en ligne et de nombreuses ressources pédagogiques, elle est aujourd’hui à la pointe de la proposition numérique en termes d’enseignement et de dialogue sur la foi catholique. La plateforme est appelée à développer sa mission première, les MOOC, tout en diversifiant ses thèmes et formats de diffusion afin de rassembler un nombre toujours plus grand de participants au sein de sa communauté.

    Père Jean-Philippe Fabre - Directeur des cours publics, des rendez-vous de l'École Cathédrale et du MOOC Sinod
  • Le Parti Communiste Chinois utilise le coronavirus comme prétexte pour traquer les croyants

    IMPRIMER

    D'YANG XANGWEN sur le site "Bitter Winter" :

    Le Parti Communiste Chinois utilise le coronavirus comme prétexte pour traquer les croyants

    28/03 / 2020

    Profitant des mesures de contrôle pour empêcher la propagation du virus, l'État chinois traque les fidèles de l'Église de Dieu Tout-Puissant et d'autres groupes interdits

    L'utilisation excessive de la technologie par la Chine pour contrôler ses citoyens a encore augmenté pendant l'épidémie de coronavirus, disent les experts, soulignant comment le PCC en tire parti pour accélérer la collecte massive de données personnelles, grâce à la reconnaissance faciale et d'autres méthodes, au nom de la santé publique. Les membres de groupes religieux interdits sont parmi les principales cibles.

    Selon les informations recueillies par Bitter Winter, lors de la propagation du virus, le PCC n'a cessé d'arrêter des fidèles de l'Église de Dieu Tout-Puissant, qui est le groupe religieux le plus persécuté en Chine. Au moins 100 fidèles ont été arrêtés depuis janvier dans les provinces du Sichuan, du Fujian et du Shandong.

    Comme indiqué dans un rapport de 2018 du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, "de 2014 à 2018, la surveillance, l'arrestation et la persécution par le Parti communiste chinois ont poussé au moins 500 000 chrétiens à fuir leurs maisons, des chrétiens de l'Église du Dieu Tout-Puissant (CDO) et pour cette raison plusieurs centaines de milliers de familles ont été détruites".

    Posti di blocco istituiti a ingresso dei condomini

    Des points de contrôle sont installés pour loger les copropriétés
    Points de contrôle installés à l'entrée des copropriétés et des hôpitaux de la ville de Zibo, Shandong, qui demande la lecture du code de santé des résidents (Image tirée d'Internet)

    "Je me cachais sous le lit chaque fois que les agents venaient fouiller la maison", a déclaré à Bitter Winter l'un des fidèles de CDO en fuite. Il figurait sur la liste des personnes recherchées par le gouvernement, dressée dans le cadre d'une campagne nationale pour "éliminer les gangs criminels et éliminer le mal", dans laquelle les autorités offrent de 5 000 à 10 000 renminbi (environ 700 à 1 400 $) à toute personne qui fournit des informations à votre propos.

    Lire la suite

  • Une tragédie qui pourrait réveiller la conscience religieuse de l’homme moderne 

    IMPRIMER

    Du site du journal La Croix :

    « Cette tragédie peut réveiller la conscience religieuse de l’homme moderne »

    Entretien 

    Confiné à son domicile, Fabio Romano, directeur des ressources humaines des hôpitaux de l’Œuvre de Saint Jean de Dieu en Italie du Nord, accompagne de loin les équipes médicales. L’épidémie de coronavirus est une épreuve pour les chrétiens qui n’empêche ni la foi, ni l’espérance.

    Recueilli par Christophe Henning

    La Croix : Fabio Romano, vous êtes confiné chez tout en assurant la direction des établissements de santé de l’œuvre de Saint Jean de Dieu, en Italie du Nord. La lutte contre le coronavirus est sans fin…

    Fabio Romano : Nous vivons ces jours-ci dans le chaos total. Certes, nos hôpitaux ne sont pas dans le cœur de la tempête qui sévit en Lombardie (1), mais nous participons à la mobilisation d’urgence et de prise en charge des malades du Covid-19. Toutes nos activités de chirurgie, d’orthopédie par exemple, ont été suspendues pour garder un maximum de places disponibles, pour faire face à l’urgence.

    → EXPLICATION. Pourquoi l’Italie est-elle si touchée par le virus ?

    Vous dirigez une dizaine de structures différentes.

    R. : Je suis directeur des ressources humaines des hôpitaux de l’Œuvre de Saint Jean de Dieu pour l’Italie du Nord, soit une dizaine d’établissements, 2 500 salariés (2). J’ai travaillé dans de grandes entreprises notamment de télécommunication, aux États-Unis et à Paris. Il y a deux ans, j’ai accepté de m’engager dans la famille des « fratelli », à une période de ma vie où le défi qui m’importe est plus humain que professionnel.

    Comment vos établissements sont-ils touchés par la crise ?

    R. : Il y a l’activité hospitalière mais aussi la maison de retraite et le centre pour les malades psychiatriques : la situation est très dure pour eux, qui sont confinés, sans visite ni sortie possible. C’est une situation incroyable et inédite qui nous conduit à emprisonner des humains ! C’est difficilement supportable mais indispensable. Je pense aussi au personnel sanitaire, médecins, infirmières, qui sont aux côtés des malades, tous mobilisés, qui prennent des risques majeurs durant cette crise.

    Comment vivre son engagement dans la foi dans cette situation ?

    R. : Dieu nous a mis à l’endroit où nous devons être. Face à cette pandémie qui s’installe, l’Œuvre de Saint Jean de Dieu va continuer son travail avec charité et attention aux plus fragiles, en étant attentif à chacun, aussi proche que possible dans l’épreuve. Nous devons tous inventer de nouvelles façons de vivre, prendre des précautions et être présent au rendez-vous que Dieu nous assigne.

    Lire la suite

  • Suivre les offices de la Semaine Sainte avec la Communauté Saint-Martin

    IMPRIMER

    Calendrier des transmissions en direct

    En cette période de confinement, la Communauté Saint-Martin vous propose de vous unir aux messes et offices du séminaire, qui seront retransmis en direct sur facebook et youtube, selon le calendrier suivant :

    Samedi 4 avril : 1ères vêpres des Rameaux à 19h

    Dimanche des Rameaux 5 avril : laudes à 9h, messe à 11h, 2èmes vêpres à 18h30

    Lundi 6, mardi 7 et mercredi 8 avrillaudes à 8h20, messe et vêpres à 18h

    Jeudi Saint, 9 avril : laudes à 9h, messe in Cena Domini à 18h, Heure sainte à 22h

    Vendredi Saint, 10 avril : office des ténèbres à 9h, chemin de croix à 15h, office de la Passion à 18h00,

    Samedi Saint, 11 avril : office des ténèbres à 9h00, vigile pascale à 21h

    Jour de Pâques 12 avrillaudes à 9h15, messe de la Résurrection à 11h, vêpres solennelles à 18h

    Lundi de Pâques 13 avrillaudes à 9h15, messe à 11h

    consulter le Missel

  • Carême et confinement; feuillet du mardi 31 mars : méthode d'adoration selon Pierre-Julien Eymard

    IMPRIMER

    2020_03_31_08_54_30_Greenshot.png

    TELECHARGER le PDF

  • La TRAVERSEE : un parcours digital pour traverser au quotidien la crise de Covid-19 dans la Paix

    IMPRIMER

    2020_03_30_10_36_16_Greenshot.png

  • Carême et confinement; feuillet du lundi 30 mars : récits et expériences eucharistiques (Albert Bessières S.J.)

    IMPRIMER

    2020_03_30_09_29_25_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF