Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 2

  • "L'Europe en question": un débat avec P. Defraigne et A. Steinherr organisé par l'Union des étudiants catholiques de Liège: ce mardi 10 octobre (18h00) à l'Ulg

    IMPRIMER

    lunch_debat_oct2017.jpg

    Voir ici : l’Europe en question

    Pour s’inscrire,  cliquer ci-dessous : 

    l’Union monétaire et question & l’Europe dernier recours de la démocratie face aux transformations du monde 

    ou téléphoner là: 04.344.10.89

    JPSC

  • Comité des droits de l'homme : l'ECLJ se mobilise pour le respect de la vie

    IMPRIMER

    Via zenit.org :

    Comité des droits de l’homme : Mémoire en défense du respect de la vie remis par L’ECLJ

    Mobilisation jusqu’au 2 novembre 2017

    Grégor Puppinck, capture eclj.org

    Grégor Puppinck, Capture Eclj.Org

    Le Comité des droits de l’homme révise actuellement la définition internationale du « droit à la vie » et envisage d’imposer à tous les États la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie !

    Pour contrer cette tentative, l’ECLJ a donné l’alerte, rédigé un Mémoire détaillé (consultable ici) et l’a remis au Comité en son nom et au nom des 132.710 personnes qui ont signé la pétition.

    Dans son Mémoire, l’ECLJ alerte sur le fait que sous les apparences d’un progrès de l’autonomie individuelle, l’affirmation de la « liberté de mourir » et du « droit de tuer » est une régression des droits de l’homme portée par une conception inégalitaire de l’homme qui admet, voire encourage le sacrifice des plus faibles. Ce sont les femmes pauvres et isolées, les personnes âgées, malades, handicapées et les enfants à naître qui vont en être les victimes, comme en témoignent déjà les statistiques de l’avortement et de l’euthanasie. Si une telle interprétation devait prévaloir, le respect de la vie humaine ne serait plus garanti qu’aux seuls êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme. Cette conception de l’humanité est précisément celle qui a été condamnée en 1948. Ce n’est pas un hasard si l’avortement et l’euthanasie ont d’abord été légalisés en U.R.S.S. et dans l’Allemagne nazie.

    Le dépôt de ce Mémoire est une étape importante, mais la « bataille » continue !

    Le Comité des droits de l’homme a reçu de nombreuses contributions. Certaines sont excellentes, d’autres font l’apologie du « droit à la mort ». Les membres du Comité vont à présent les lire puis se réunir à Genève entre le 27 octobre et le 2 novembre pour réviser leur projet d’observation générale sur « le droit à la vie ».

    L’ECLJ, en tant qu’ONG ayant le statut consultatif auprès des Nations Unies, assistera activement à ces discussions du Comité et vous tiendra informés de l’évolution de ses travaux. L’ECLJ reste mobilisé avec ses organisations partenaires, à New-York comme à Genève.

    Jusqu’au 2 novembre, nous vous invitons à poursuivre et à accroître la mobilisation, en informant le plus grand nombre de personnes de cette tentative de créer un « droit à la mort », en signant et en faisant signer la pétition, en partageant l’information.

    Grégor Puppinck Directeur

    European Centre for Law and Justice 

    4, Quai Koch67000 Strasbourg, France

    Phone : + 33 (0)3 88 24 94 40

    http://www.eclj.org

  • Europe : la foi chrétienne s’évapore dans la confusion et l’indifférence

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister traduit et publié par le site diakonos.be :

    « Il arrive de plus en plus souvent que des groupes d’écoliers protestants d’Europe du Nord en visite à Rome soient emmenés par leurs professeurs à assister à une messe catholique, pour voir comment c’est, et qu’ils reçoivent tranquillement la communion.

    Il s’agit d’un des résultats d’un nivellement par le bas croissant entre ces deux confessions, dans la mentalité de nombreux protestants et catholiques d’Europe et d’Amérique, comme vient de le confirmer une vaste enquête menée dans cinquante pays par le Pew Research Center de Washington.

    > After 500 Years, Reformation-Era Divisions Have Lost Much of Their Potency

    Ainsi donc, 500 ans après avoir placardé ses 95 thèses à Wittenberg, Martin Luther n’est plus le fomenteur de discorde qu’il a été pendant des siècles.

    Aux Etats-Unis, 65% des catholiques et 57% des protestants se disent persuadés qu’il y a plus de points communs que de différences entre leurs religions respectives.

    Et même en Europe occidentale, plus de la moitié des protestants et des catholiques pensent la même chose. Avec un pic de 78% auprès des protestants Allemands, de 67% parmi les catholiques des Pays-Bas et de 65% chez les catholiques d’Autriche.

    Mais même chez les catholiques d’Italie, ceux pour qui les similitudes prévalent sont majoritaires : 47% contre 41%.

    Parmi les catholiques qui continuent à se sentir plus différents qu’identiques, on retrouve la Belgique et l’Espagne en queue de peloton avec 28% tandis que les protestants les plus irréductibles se trouvent un Suède avec 18%.

    L’enquête a également permis d’identifier une frange significative de la population qui ne se sent ni catholique ni protestante mais qui se déclare sans religion.

    En Europe occidentale, c’est aux Pays-Bas qu’on on retrouve la plus grande proportion d’athées et d’agnostiques avec 48%. Suivent la Norvège avec 43%, la Suède avec 41%, la Belgique avec 37%, le Danemark et l’Espagne avec 30%.

    Les données concernant la patrie de Luther, l’Allemagne, sont intéressantes. Le traditionnel équilibre entre catholiques et protestants s’est rompu. Les protestants se sont effondrés à 28%, les catholiques représentent 42% et les athées et agnostiques forment désormais un quart de la population, soit 24%.

    Même en Italie, les athées et agnostiques ont atteint les 15% contre 78% de catholiques et 1% de protestants.

    En ce qui concerne la pratique religieuse, les protestants européens qui vont encore à l’église une fois par semaine se réduisent à la portion congrue. Ils ne sont que 3% au Danemark, 7% en Allemagne et pratiquement partout sous les 10%. Il n’y a qu’aux Pays-Bas où le peu de protestants qui restent – 18% de la population – sont encore 43% à se rendre à l’église chaque semaine.

    A l’inverse, toujours aux Pays-Bas, les catholiques pratiquants sont en chute libre: seuls 5% d’entre eux vont à l’église chaque semaine alors qu’ils représentent 20% de la population. Les chiffres sont tout aussi maigres en Belgique avec 8% de pratiquants, au Royaume-Uni avec 9%, en Autriche 11%, en France 13% et en Allemagne 14%. Il n’y a que l’Italie, le Portugal, l’Espagne et l’Irlande qui dépassent les 20%.

    Curieusement, concernant ce qui a été pendant des siècles l’un des principaux facteurs de division, c’est-à-dire la conviction des protestant que le salut s’obtienne “sola fide”, tandis que pour les catholiques la foi doive être accompagnée des œuvres, le balancier s’est déplacé en faveur de ces derniers. C’est-à-dire que pratiquement partout, y compris chez les protestants, la majorité pense maintenant que la foi et les œuvres sont toutes deux nécessaires. La seule exception se trouve chez les protestants norvégiens chez qui le “sola fide” prévaut à 51% contre 30%.

    Il faut cependant faire remarquer que le “sola fide” luthérien a encore beaucoup de partisans chez les catholiques : ils sont un quart de catholiques à l’adopter en Italie et en Allemagne et un tiers au Royaume-Uni, en France et en Suisse.

    Quant à la communion des protestants aux messes catholiques – et vice-versa celle des catholiques aux cultes évangéliques – l’enquête du Pew Research Center ne dit rien sur le sujet. Mais il est de notoriété publique qu’il s’agit d’un comportement de plus en plus répandu et qui, bien loin d’être désapprouvé, est au contraire encouragé par les déclarations du Pape François ou du cardinal Walter Kasper. »

    Pew.png

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

    Ref. Pour moi, Trente et Luther sont pareils. Enquête choc sur les catholiques et les protestants

    JPSC

  • EI : un califat inexpugnable dans le cyberespace ?

    IMPRIMER

    à lire sur le site de L'Express :

    Groupe Etat islamique: vers le refuge du califat virtuel

  • Au Mali, les églises catholiques sont la cible des islamistes

    IMPRIMER

    D'Isabelle Cousturié sur aleteia.org :

    Mali : les églises catholiques cibles des islamistes

    La conférence épiscopale malienne se déclare profondément "inquiète" après plusieurs attaques et actes de vandalisme commis récemment contre églises et chapelles dans le centre du pays.

    « Ces dernières semaines, ces derniers mois, nos églises, nos chapelles, ont été victimes de plusieurs attaques par de présumés jihadistes. (…) Nous sommes inquiets », a déclaré à l’AFP le secrétaire de la conférence épiscopale du Mali, Edmond Dembélé. La semaine dernière, dans le village de Dobara (à 800 kilomètres au nord de Bamako), des hommes armés « ont forcé la porte de l’église et y ont retiré crucifix, images et statue de la Vierge Marie, nappes d’autel », avant de tout brûler devant l’église. Les semaines précédentes, a précisé Edmond Dembélé, d’autres églises et chapelles ont subi le même sort sous les yeux des fidèles. Et, dans la localité de Bodwal, des chrétiens ont été chassés de leur lieu de culte par des hommes armés avec ce message : « Nous allons vous tuer si nous vous voyons prier encore dans l’église ».

    Une situation qui se dégrade

    Ces attaques seraient le reflet d’une situation qui s’est nettement dégradée ces derniers mois dans le centre du Mali. Selon un rapport récent de l’ONG Human Rights Watch, des groupes armés islamistes ont notamment procédé à des « exécutions sommaires de civils et de militaires de l’armée malienne, à la destruction d’écoles et au recrutement forcé d’enfants soldats ». Malgré une intervention militaire internationale qui se poursuit encore actuellement sur le territoire, pour les chassés des différentes régions, des zones entières échappent encore au contrôle des forces armées.

    Le Mali étant un pays laïc, le gouvernement « prend toutes les mesures pour assurer la sécurité des lieux de culte », a assuré un responsable du gouvernorat de Mopti, dans le centre du pays. L’Église malienne s’apprête à fêter le 130e anniversaire de son évangélisation. En septembre dernier, elle a accueilli son premier cardinal, Jean Zerbo, l’archevêque de Bamako, créé par le pape François le 28 juin dernier. Autorités administratives, politiques et religieuses de toutes confessions ainsi que des milliers de chrétiens, se sont déplacés de tout le Mali et des pays voisins pour l’honorer en grande pompe.

  • La parabole du bon Samaritain s'applique-t-elle aux états ?

    IMPRIMER

    La réponse de Rémi Brague (sur le Figaro Vox - Eugénie Bastié) :

    "Non, la parabole du bon Samaritain ne s'applique pas aux États !"

    Réagissant aux propos du Pape sur les migrants, le philosophe revient sur le dilemme des chrétiens face à l'immigration. Ceux-ci sont déchirés entre le devoir de charité universelle et l'attachement à l'État-nation.

    Le Figaro Magazine : Le pape François milite pour un accueil massif de migrants, affirmant qu'il faut "faire passer la sécurité personnelle [des migrants] avant la sécurité nationale", et appelant à un accueil beaucoup plus large des migrants. Que vous inspirent ces propos ?

    Rémi BRAGUE : "Accueillir" est un mot bien vague. Il dissimule mille difficultés très concrètes. Sauver des naufragés de la noyade est bien, mais ce n'est qu'un début. Encore faut-il se demander ce qui les a poussés à s'embarquer. Là-dessus, le pape dit beaucoup de choses sensées, par exemple que l'Occident a contribué à déstabiliser le Moyen-Orient. Ou que les migrants voient l'Europe comme un paradis qu'elle n'est pas. Ou que les passeurs qui leur font miroiter l'Eldorado s'enrichissent sur leur dos, etc. Il y a aussi des problèmes très pratiques : les nouveaux venus peuvent-ils être assimilés ? Ou au moins intégrés sans créer des ghettos où ils vivraient selon d'autres lois que celles des pays d'accueil ? Un exemple, qui m'a été donné récemment par une amie allemande qui s'occupe de former les immigrés et de leur trouver du travail : ceux qui ont été scolarisés dans leur pays parlent assez vite nos langues.

    Les autres ont du mal à fixer leur attention et ne comprennent pas l'intérêt d'apprendre. Ne seront-ils pas presque forcés de se replier sur leur communauté d'origine ? À l'extrême opposé, s'il s'agit d'importer des personnes qualifiées, médecins, ingénieurs, etc., avons-nous le droit de priver leur pays d'origine de compétences précieuses qui leur permettraient de se développer, ce qui, de plus, diminuerait l'envie d'émigrer ?

    La sécurité personnelle prime effectivement toutes les autres considérations. La garantir est le premier devoir de l'État. Mais cette sécurité concerne aussi bien les migrants que les populations déjà là. L'État a le devoir de faire en sorte que le respect soit réciproque. Il doit par exemple empêcher que les migrants se conduisent, comme on dit, "comme en pays conquis", qu'ils importent en Europe les conflits qui les opposaient entre eux. La sécurité nationale et celle des personnes, loin de s'opposer, vont ensemble ; la première est même la condition de la seconde.

    Est-ce qu'il vous semble que le pape François est en rupture avec ses prédécesseurs, notamment Benoît XVI ? 

    Du temps de Benoît XVI, le problème ne se posait pas encore avec une telle acuité, et je ne sais pas s'il aurait jugé bon de se prononcer, encore moins ce qu'il aurait dit. D'une manière générale, la différence de formation et de style est suffisamment criante. Ce qu'il en est du fond est une autre histoire.

    Lire la suite

  • Deux ans et plus de 60.000 km au cœur de la vie et du martyre des chrétiens d’Orient

    IMPRIMER

    Du site de l'Oeuvre d'Orient :

    Sortie du livre de Vincent Gelot, « chrétiens d’Orient, périple d’un monde menacé »

    Vincent Gelot, aujourd'hui chargé de projets en Syrie, Liban et Jordanie pour l'Œuvre d'Orient, relate ses deux formidables années d'odyssée, à bord d'une 4L à la rencontre des chrétiens d'Orient, de 2012 à 2014.

    « Je rends grâce pour ces témoignages de l’Église en Orient, une Église qui a donné tant de saints, et qui souffre aujourd’hui. » Pape François (témoignage extrait du livre clandestin de Vincent Gelot).

    Du Liban à l’Afghanistan, du Yémen à l’Égypte, ce livre raconte en images inédites l’incroyable odyssée de Vincent Gelot : deux ans et plus de 60.000 km au cœur de la vie et du martyre des chrétiens d’Orient.

    Inclus :

    -- des témoignages manuscrits bouleversants rapportés clandestinement ;
    -- des chants sacrés et des prières enregistrés dans les 22 pays traversés (accessibles via des flashcodes).

    Consulter un extrait du livre

    L’interview de Manuella Affejee pour Radio Vatican

  • Les évêques congolais appellent leurs concitoyens à exiger le respect de leurs droits

    IMPRIMER

    De Ghizlane Kounda sur le site de la RTBF :

    RDC : Les évêques appellent les Congolais à 'se mettre debout'

    Les Nations-Unies dénoncent dans un rapport des violations de droits humains en République démocratique du Congo. Les autorités de Kinshasa sont mises en cause pour des vagues de répression meurtrières dans le Kivu et dans le Kasaï. La crise politique en RDC s’éternise. Manifestement, les élections ne s’organiseront pas d’ici la fin de l’année, comme le prévoyait l'accord de la St-Sylvestre.

    On en parle avec Père Clément Makiobo, l’un des représentants de la Cenco, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo.

    Les représentants congolais de l’Église ont joué un rôle clé dans les négociations de l’accord de la Saint-Sylvestre. Croyez-vous encore en cet accord ?

    La Cenco a une responsabilité morale dans ces négociations du fait qu’elle y a participé en décembre dernier. Et donc elle ne peut que croire en cet accord. Certes il y a des obstacles, mais pour nous, il est encore possible de sauver cet accord, ne serait-ce que son volet électoral.

    Pourtant, cet accord prévoit d’organiser des élections avant la fin 2017. Aujourd’hui, on sait que c’est impossible car l’enrôlement des congolais n’est pas terminé. Le texte est donc caduc.

    Non, il n’est pas caduc. D’abord, n’oublions pas que cet accord de la St-Sylvestre est la seule feuille de route reconnue par le Conseil de sécurité des Nations-Unies. Et donc pour nous, ce texte a encore des éléments à défendre et à protéger, en vue de sortir le pays de la crise.

    Ensuite, l’accord prévoit effectivement d’organiser des élections en décembre 2017 mais il précise qu’en cas de retard ou de problème, ces élections peuvent être repoussées, à condition qu’il y ait une concertation entre la Ceni (la Commission électorale nationale indépendante), le gouvernement et le Conseil national de suivi de l’accord. Cela signifie donc que le processus est toujours en cours.

    Récemment à l'ONU, le président Joseph Kabila a annoncé la venue prochaine d’un calendrier électoral. Nous voulons bien le croire. Mais nous serons très attentifs à la manière dont il va concrétiser ce qu'il annonce.

    Une chose est sûre, la publication d’un calendrier électoral consensuel sera une étape importante pour sortir de la crise politique.

    Cela fait des mois que la majorité présidentielle annonce la venue imminente d’un calendrier sans jamais le faire…

    Effectivement, c’est un problème. Nous espérons que la communauté internationale pèsera de tout son poids pour contraindre le pouvoir de Kinshasa à le faire. Nous voulons alerter les acteurs politiques congolais et nos partenaires, l’Union européenne mais aussi l’Union africaine, pour qu’ils s’impliquent davantage dans la mise en œuvre de ce volet électoral. Car cette crise a des graves conséquences humanitaires et économiques. Nous sommes convaincus qu’il faut une approche globale de la crise congolaise.

    Quel message adressez-vous aux Congolais ?

    Depuis des mois, nous répétons aux congolais le même message : la RDC va très mal, mais ils doivent se prendre en main, sans attendre de solutions extérieures. Ils doivent créer leur avenir, se mettre debout c’est-à-dire exiger leurs droits. Il y a de nombreuses méthodes non-violentes pour exiger des élections. Nos frères aux États-Unis ont réussi à se battre dans la non-violence pour obtenir des droits civiques. Les congolais peuvent eux aussi faire prévaloir leurs droits, dans la non-violence.

  • Syrie : un chrétien préside le Parlement

    IMPRIMER

    Lu sur le site du journal La Croix :

    Hammoudé Sabbagh, un chrétien élu à la tête du Parlement syrien

    Hammoudé Sabbagh, 58 ans, vient d’obtenir ce poste qui n’avait pas été occupé par un chrétien depuis le mandat français.

    C’est un fait rare : les députés syriens ont élu jeudi un nouveau chef du Parlement, Hammoudé Sabbagh, qui devient le premier chrétien à obtenir ce poste depuis des décennies en Syrie.

    Devenu député en 2012, ce chrétien syriaque de 58 ans, originaire de la province de Hassaké (nord-est), a obtenu 193 voix sur 252, selon les médias officiels. C’est la première fois qu’un chrétien est nommé à ce niveau politique depuis Fares el-Khoury qui avait été élu à deux reprises durant le mandat français (1920-1946) et une troisième fois après l’indépendance de la Syrie.

    Licencié en droit, Hammoudé Sabbagh est comme la majorité des parlementaires syriens membre du Baas, parti au pouvoir depuis un demi-siècle après l’avènement de Hafez Al Assad, père de l’actuel président Bachar Al Assad.

    À Hassaké, avec les « réfugiés ordinaires » qui ont fui Daech

    Une minorité en danger

    Avant le début du conflit en Syrie en mars 2011, les chrétiens, issus de 11 communautés différentes, représentaient environ 5 % de la population. Ils se sont largement tenus à l’écart du conflit. Cependant, nombreux sont ceux qui ont pris le parti du président Assad par crainte de l’islamisme de certains groupes rebelles.

    Le régime de Damas s’est d’ailleurs posé tout au long du conflit comme le protecteur des minorités en Syrie. Les chrétiens ont été pris pour cible par les djihadistes du groupe État islamique (EI), qui ont perpétré des enlèvements de masse et des destructions d’églises. Selon l’évêque chaldéen d’Alep, Mgr Antoine Audo, la moitié du 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays.

  • Asia Bibi a été nominée au Prix Sakharov 2017

    IMPRIMER

    De l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Nomination au Prix Sakharov 2017 pour Asia Bibi et nouveaux coups de réflecteurs sur la loi sur le blasphème

    Lahore (Agence Fides) – Asia Bibi, la chrétienne condamnée à mort pour blasphème et incarcérée depuis 2009, a été nominée dans le cadre de l’édition 2017 du prestigieux Prix Sakharov pour la liberté de pensée, conféré par l’Union européenne. Le Prix constitue une initiative du Parlement européen et est remis à des individus ou à des groupes s’étant distingués dans le domaine de la défense des droits fondamentaux et des libertés fondamentales. Parmi les candidats de cette année, outre Asia Bibi, se trouvent Aura Lolita Chavez Ixcaquic, défenseur des droits fondamentaux provenant du Guatemala, Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, Coprésidents du Parti démocrate populaire pro kurde (HDP) en Turquie, des groupes et des personnes représentant l’opposition démocratique au Venezuela, Dawit Isaak, dramaturge suédois et érythréen, arrêté en 2001 par les autorités érythréennes, et Pierre Claver Mbonospa, activiste des droits fondamentaux au Burundi.

    Peter Van Dalen, membre du groupe des Conservateurs et réformistes européens au sein du Parlement européen, qui a proposé la candidature d’Asia Bibi, a expliqué que « le cas d’Asia Bibi comporte une importance symbolique pour d’autres qui ont souffert ou souffrent pour la liberté de religion ou d’expression ».

    « En elle, peut être vue la situation de toute la communauté chrétienne. Son cas est tragiquement indicatif de l’insécurité pesant sur toutes les minorités lorsqu’il s’agit du respect de leurs droits fondamentaux » remarque dans un commentaire envoyé à Fides Kaleem Dean, intellectuel et analyste pakistanais. « Si elle obtenait le Prix Sakharov, Asia Bibi recevrait 50.000 €uros. Pourtant, ce qui est en jeu ici est quelque chose qui vaut plus que cette somme – même si elle est utile à titre de dédommagement du préjudice subi : ce qui est en jeu est la reconnaissance de la liberté religieuse au Pakistan » poursuit-il.

    « Le gouvernement – déclare-t-il – met actuellement la tête sous le sable pour ne pas entendre les cris angoissés provenant des communautés religieuses minoritaires ». Son cas particulier est également lié à la très connue loi sur le blasphème. « Les accusations de blasphème constituent un instrument de ce qui est devenue une oppression d’Etat contre les minorités. Les gouvernants devraient avoir le courage et la clairvoyance de réformer la loi sur le blasphème » conclut Kaleem Dean.

    « Le Premier Ministre pakistanais, Shahid Khaqan Abbasi, qui participait ces jours-ci à la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations unies, s’est refusé de parler de la loi sur le blasphème au Pakistan, se contentant d’affirmer que le Parlement pakistanais constitue l’organe responsable de la modification des lois » remarque pour Fides Nasir Saeed, Directeur de l’ONG CLAAS (Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement), engagée dans la défense des minorités religieuses au Pakistan. « Depuis des années – poursuit Nasir Saeed – cette question es tabou et même le Premier Ministre du Pakistan a peur de faire des commentaires. Le rôle du Premier Ministre est également de garantir le fait que les lois ne soient pas manipulées mais malheureusement, ces lois sur le blasphème sont régulièrement exploitées comme instrument de vengeance permettant de poursuivre des personnes innocentes. Au cours de ces dernières années, les abus d’usage de la loi sur le blasphème ont augmenté. Elle est désormais considérée comme une manière simple, rapide et peu coûteuse de résoudre des controverses privées et de punir ses adversaires ».

    « La loi sur le blasphème – conclut Nasir Saeed – n’est pas conforme aux standards internationaux en matière de droits fondamentaux. Les abus d’usage commis génèrent par ailleurs d’autres violations du droit international. Le gouvernement du Pakistan n’affronte pas un problème si important bien qu’il s’agisse d’une question de vie ou de mort ».

    Le Directeur de CLAAS rappelle qu’existent des rapports concernant un grand nombre de cas de blasphème basés sur de fausses accusations et sur l’absence d’enquêtes judiciaires. « C’est pourquoi nous invitons le Premier Ministre pakistanais à inscrire la question à l’agenda de son gouvernement et à la porter devant le Parlement » conclut-il. (PA) (Agence Fides 26/09/2017)

  • Asia Bibi : plus de 3000 jours en prison

    IMPRIMER

    D'Isabelle Cousturié sur aleteia.org :

    Asia Bibi a dépassé les 3000 journées de prison

    Condamnée à mort pour outrage à l’islam, en 2009, la catholique pakistanaise attend toujours le verdict final de sa condamnation.

    Le 14 juin 2009, Asia Bibi est jetée en prison. Un an après elle est condamnée à mort pour blasphème, et depuis 2013, après deux transferts, elle croupit au fonds d’une des trois cellules, sans fenêtres, dans le couloir de la mort du pénitencier de Multan, dans le sud de la province du Pendjab. Un an après le report du procès en appel par la Cour suprême du Pakistan, et les menaces de mort de 150 muftis à l’égard de quiconque porterait assistance aux « blasphémateurs », l’affaire n’a pas progressé d’un iota. Le 30 août dernier, Asia Bibi a passé le cap des 3 000 journées d’incarcération.

    Sa famille vit dans la clandestinité. La seule chose que l’on sait vient de son avocat, le musulman Saif ul Malook, qui lui a rendu visite ces derniers mois. Il affirme qu’elle se porte bien et espère encore en sa libération. En revanche, la Cour suprême semble l’avoir oubliée, toujours pas décidé à trancher entre la confirmation de la peine capitale ou sa relaxe.

    Lire aussi : Pakistan : un adolescent chrétien refuse d’apostasier, ses camarades l’assassinent

    Pendant ces 3 000 jours Asia Bibi n’a jamais cessé de prier et de demander des prières. En hommage à cette chrétienne devenue une icône pour tous ceux qui luttent, au Pakistan et dans le monde, contre toutes les violences faites au nom des religions, voici la prière qu’elle a elle-même composée, l’année dernière, à l’occasion des fêtes de Pâques, et qui l’accompagne dans sa détention :

    « Seigneur ressuscité, permets que ta fille Asia ressuscite aussi avec toi. Brise mes chaînes, fais que mon cœur puisse se libérer et monte au delà de ces barreaux, et accompagne mon âme pour qu’elle soit proche de ceux qui me sont chers, et qu’elle reste toujours près de toi. Ne m’abandonne pas au jour de la détresse, ne me prive pas de ta présence. Toi qui as souffert la torture et la croix, allège ma souffrance. Tiens-moi près de toi Seigneur Jésus. Au jour de ta résurrection, Jésus, je veux te prier pour mes ennemis, pour ceux qui m’ont fait du mal. Je prie pour eux et je te prie de leur pardonner pour le mal qu’ils m’ont fait. Je te demande, Seigneur, de lever tous les obstacles afin que je puisse obtenir le bienfait de la liberté. Je te demande de me protéger et de protéger ma famille. J’adresse un appel particulier au Saint-Père François pour qu’il se souvienne de moi dans ses prières ».

    Après huit ans de souffrances, d’angoisse et d’espoirs déçus, tenons bon dans nos prières et nos actions de soutien à son égard, car à travers elle ce sont tous les chrétiens persécutés que nous soutenons dans leurs sacrifices.

  • Catalogne : la question identitaire a favorisé la déchristianisation

    IMPRIMER

    De Guilhem Dargnies sur le site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    José María Ballester : « En Catalogne, la question identitaire a favorisé la déchristianisation »

    drapeau catalan

    Le drapeau catalan

    D’après le journaliste catholique freelance à Madrid, José María Ballester, les évêques catalans sont responsables de la déchristianisation en Catalogne pour avoir privilégié les questions identitaires.

    Comment les catholiques espagnols réagissent-ils à la tenue du référendum d’autodétermination en Catalogne ?

    Ils sont majoritairement contre, comme les Espagnols laïcs. Pour une fois qu’ils sont d’accord entre eux !

    Il existe un écart de sensibilité entre les catholiques catalans, dont le vote oscille entre la gauche et le centre droit, et ceux de Madrid dont le vote se concentre essentiellement sur le parti de droite. Comment l’expliquer ?

    Je nuancerais : il est vrai que le vote catholique est plus épars en Catalogne que dans le reste de l’Espagne où, dans sa grande majorité, il est en faveur du Partido Popular.

    Mais le vrai problème est pourquoi les catalans de langue espagnole vont-ils deux fois plus à la messe que ceux de langue catalane, comme le montre un récent sondage réalisé par un organisme dépendant du gouvernement régional catalan ? De toutes les régions d’Espagne, c’est en Catalogne que la déchristianisation a été la plus rapide. On peut même parler de chute en piqué. Les évêques catalans ont-ils trop privilégié les questions identitaires par rapport aux objectifs pastoraux ? Le problème, en tout cas, reste entier.

    L’Église d’Espagne n’a-t-elle pas été identitaire à sa façon en s’engageant aux côté du régime franquiste, contribuant à éloigner les Catalans de l’institution ?

    Il y a une part de vrai là-dedans : l’identification au national catholicisme, qui avait une vision historico-religieuse de l’Espagne un peu trop centraliste, a sûrement contribué à éloigner une partie du catholicisme catalan. Mais est-ce que ça justifie un mouvement de pendule excessif dans l’autre sens ? À mon avis, non ! Il y a eu une incompréhension entre les catholiques catalans et le reste de l’Espagne. Mais en aucun cas cela ne justifie le nationalisme excessif de certains secteurs du catholicisme catalan.

    En quoi les évêques catalans se distinguent-ils de leurs confrères espagnols ?

    L’épiscopat catalan s’est distingué à plusieurs reprises. Notamment au début de la Guerre Civile, le cardinal Francisco Vidal i Barraquer, archevêque de Barcelone, était l’un des deux évêques – l’autre était le basque Mateo Múgica - à refuser de signer la lettre de l’épiscopat qui considérait le conflit comme une croisade. 

    Le sanctuaire de Montserrat est ensuite devenu un foyer de contestation culturel et intellectuel sous Franco. Qu’en retenez-vous ?

    Un de ses prieurs, le Père Escarré, a été contraint à l’exil en 1965 après avoir émis des critiques très sévères à l’égard du régime dans le journal Le Monde. C’est aussi à Montserrat qu’a été fondé, en 1974, un an avant la mort de Franco, le parti nationaliste Convergencia i Unió, aujourd’hui PdCat, qui le plus gouverné la Catalogne depuis 1980.

    Dix ans après la mort de Franco, en 1985, les évêques catalans publient « racines chrétiennes de la Catalogne » dans lequel ils décrivent la Catalogne comme une « réalité nationale. » Quelles en ont été les conséquences sur les relations avec les évêques espagnols ?

    Disons que depuis l’avènement de la démocratie, l’épiscopat catalan a en effet toujours essayé de préserver sa singularité. Cela a donné lieu à quelques frictions avec la Conférence des Évêques Espagnols (CEE) à Madrid, sans qu’il n’y ait jamais eu de rupture : Rome ne le permet pas. Ils ont toutefois une province particulière, la tarraconense, qui n’est en aucun cas l’égal de la CEE. Quant au document de 1985, il n’a en tout cas pas forcé la main ni des présidents successifs de la CEE ni de Jean Paul II, ni de Benoît XVI, ni de François.

    Que retenez-vous du christianisme en Catalogne ?

    Il y a une histoire chrétienne singulière, comme il y a une Catalogne à la personnalité indéniablement singulière. Son symbole le plus visible est Notre-Dame de Montserrat, sanctuaire et monastère bénédictin, hauts lieux de l’histoire catalane.

    Mais je précise que cette personnalité singulière est loin de permettre à la Catalogne de prétendre à son indépendance : moins de la moitié des Catalans est indépendantiste. Ce qui ne signifie pas que la majorité est espagnoliste. Il y a une forte division sociale et sociologique. C’est pourquoi ce scrutin m’apparaît comme un risque inutile qui ne peut qu’aggraver les divisions.