Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes - Page 2

  • Ce qu'il y a d'inquiétant dans le document final du Synode sur les Jeunes

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur son blog :

    Le document final du synode sur les jeunes : larges extraits traduits et analyse critique

    On attendait avec anxiété de savoir si le synode des jeunes allait promouvoir l’homosexualité et l’idéologie LGBT, acronyme de combat mise en avant dans l’Instrumentum laboris qui a servi de canevas au travaux des pères synodaux. Le document final, qui a été publié samedi soir 27 octobre à 21 heures, s'est révélé sur ce plan plus subtil qu'on ne le prévoyait. Mais dans l’ensemble, c'est le document lui-même qui est un instrument au service de la révolution dans l'Eglise – révolution démocratique, liturgique, doctrinale. Son langage, très largement calqué sur les expressions familières au pape François, ouvre multitude de portes. Il donne aux éléments les plus progressistes des armes et des outils de pression affûtés d'avance par l'intégration automatique des travaux du synode dans le « magistère ordinaire » : c'est le tour de passe-passe inventé à son orée, à travers la publication d'une nouvelle constitution synodale, Episcopalis communio.

    Cette arme, c'est la « synodalité », leit-motiv lancinant du texte alors que la notion n'a guère été présente pendant les débats qui ont résonné depuis début octobre. Elle occupe à elle seul un tiers du document final. Elle est l'outil de la révolution en ce qu’elle institue un pouvoir décisionnaire de la base, une participation au pouvoir vertical clairement affirmé pour les jeunes, les femmes, les laïcs…

    A l'ouverture du synode, le pape François avait évoqué les « rêves » des jeunes qu'il allait falloir écouter, accueillir, valoriser. Les jeunes, en exprimant leurs désirs, serviraient de fil rouge  et de référence aux réflexions des évêques et cardinaux. Absurde en soi, l’idée était d’emblée aggravée par le recours à des jeunes qui, dans leur majorité, souffrent du même déficit de formation catholique que l'ensemble de leur génération et de quelques générations de jeunes qui les précèdent, depuis l'écroulement de la catéchèse doublée d'un décervelage délibérément favorisé par tant de méthodes pédagogiques néfastes employées dans un grand nombre d'écoles du monde, et notamment du monde développé. L’« écoute des jeunes » est au cœur du document : mais un jeune, comme un vieux, peut dire n’importe quoi…

    D'ailleurs, le document final reconnaît ce fait, comme nous allons le voir.

    Complaisant envers la modernité, truffé de références à la lutte environnementale au détriment du sens des fins dernières, le document final mérite certainement une analyse serrée que je veux entamer avec vous aujourd’hui. Pour cela, j'ai traduit rapidement nombre des passages les plus contestables, confus, ou tout simplement vides, sachant seul le texte italien officiel existe pour l’heure, complété d’une synthèse qui a été distribuée à la presse et à laquelle je ne ferai pas référence.

    Il faut savoir que les Pères synodaux eux-mêmes se sont heurtés au problème de la langue. Samedi matin, alors qu'ils devaient découvrir l'ensemble du document final à l'aide d'une traduction simultanée orale, en disposant de quelque temps de réflexion pour déterminer leur vote paragraphe par paragraphe, le temps s'est révélé court, rapporte Diane Montagna de LifeSiteNews. De ce fait, la troisième  et dernière partie a été rapidement abordée dans l'après-midi, avec vote immédiat après la traduction simultanée qui était aussi le moment de la découverte du texte. Ainsi s'élabore en octobre 2018 le « magistère ordinaire ».

    Tous les paragraphes ont été adoptés à une majorité des deux tiers au moins, Certains avec plus de voix que d'autres. Sandro Magister détaille les paragraphes le moins bien adoptés.

    Mais de toute façon, mieux qu'une majorité, ce document final serait le résultat de l'action de l’Esprit Saint dans « l'espace protégé » ou Il pouvait agir, notamment parce que rien ne pouvait en sortir qui ne soit contrôlé. L'Esprit soufflant à travers la jeunesse édictant leur conduite aux membres de la hiérarchie de l’Eglise, et qu'il faut donc écouter : c'est à peu près cela, si l’on veut bien comprendre ce qu’a dit le pape François à la fin des votes.

    Bien sûr, il y a  dans le document final des expressions heureuses, des rappels nécessaires de la beauté de la vocation chrétienne… mais ils n'en forment pas l’essentiel. De toute façon, les médias consensuels en parleront amplement. N'est-ce pas La Croix qui annonce en titre un document final « consensuel » ? en vérité, il n'est pas, ou ne le serait pas si on en analysait le détail.

    Je vous propose de découvrir, avec un peu de patience, ce que j'y ai décelé d’inquiétant. A noter avant de commencer : le plus gros des références dans ce document de 60 pages se trouve dans les documents de Vatican II dont on perçoit qu'il cherche à en imposer une sorte d’aboutissement.

    A beaucoup d’égards, on regrette que le document final ne puise pas dans la riche expérience des saints qui ont travaillé auprès des jeunes – car ni les saints ni les jeunes n'ont changé de nature – ni dans celle des environnements catholiques où la foi est effectivement transmise et où les vocations sacerdotales et religieuses éclosent. Il est vrai que les jeunes d'esprit traditionnel se plaignent de n’avoir pas été sollicités ni écoutés lorsqu'il s'agissait de choisir des représentants pour les travaux préparatoires du synode sur les jeunes.

    Lire la suite sur le blog de Jeanne Smits

  • La synthèse du Document final du Synode des Jeunes

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Synode des Jeunes: la synthèse du Document final

    Trois parties, 12 chapitres, 167 paragraphes, 60 pages : c’est ainsi que se présente le Document final de la XVe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, sur le thème “Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel”. Le texte a été voté dans l’après-midi du 27 octobre, en Salle du Synode, et le Document a été remis au Pape, qui en a aussitôt autorisé la publication.

    Paolo Ondarza et Isabella Piro – Cité du Vatican

    L’épisode des disciples d’Emmaus, raconté dans l’Évangile de Luc, est le fil conducteur du Document final du Synode des jeunes. Il a été lu devant les pères synodaux, par le rapporteur général, le cardinal Sergio Da Rocha, en alternance avec les secrétaires spéciaux, le père Giacomo Costa et don Rossano Sala, et Mgr Bruno Forte, membre de la Commission pour la Rédaction du texte. Ce Document est complémentaire de l’Instrumentum Laboris du Synode, dont il reprend la division en trois parties. Accueilli par un applaudissement, le texte, a expliqué le cardinal Da Rocha, «est le résultat d’un vrai travail d’équipe» des pères synodaux avec les autres participants au Synode et «d’une façon particulière avec les jeunes». Le Document rassemble les 364 amendements présentés. «La plupart ont été précis et constructifs», a salué le rapporteur général.

    «Il cheminait avec eux»

    En premier lieu, le Document final du Synode regarde le contexte dans lequel vivent les jeunes, en mettant en évidence les points de force et les défis. Tout part d’une écoute empathique qui, avec humilité, patience et disponibilité, doit permettre de vraiment dialoguer avec la jeunesse, en évitant des «réponses préconçues et des recettes toutes prêtes». Les jeunes, en effet, veulent être «écoutés, reconnus, accompagnés» et désirent que leur voix soit considérée comme «intéressante et utile dans le domaine social et ecclésial». L’Église n’a pas toujours eu cette attitude, reconnaît le Synode : souvent, les prêtres et les évêques, pris par de nombreux engagements, ont du mal à trouver du temps pour le service de l’écoute. Il faut donc former d’un façon adéquate aussi des laïcs, hommes et femmes, qui soient en mesure d’accompagner les jeunes générations. Face à des phénomènes comme la mondialisation et la sécularisation, en outre, les jeunes évoluent vers une redécouverte de Dieu et de la spiritualité, et ceci doit être une stimulation, pour l’Église, à investir le dynamisme de la foi.

    L’école et la paroisse

    Une autre réponse de l’Église aux questions des jeunes vient du secteur éducatif : les écoles, les universités, les collèges, les aumôneries permettent une formation intégrale des jeunes, en offrant en même temps un témoignage évangélique de promotion humaine. Dans un monde dans lequel tout est lié - famille, travail, défense de l’embryon et du migrant -, les évêques rappellent le rôle irremplaçable des écoles et des universités où les jeunes passent beaucoup de temps. Les institutions éducatives catholiques, en particulier, sont appelées à affronter le rapport entre la foi et les questions du monde contemporain, les différentes perspectives anthropologiques, les défis scientifiques et techniques, les changements des habitudes sociales et l’engagement pour la justice. La paroisse a aussi son rôle : «Église dans le territoire», elle doit repenser sa vocation missionnaire, qui souvent semble peu significative et peu dynamique, surtout dans le domaine de la catéchèse.

    Les migrants, paradigme de notre temps

    Le Document synodal s’arrête ensuite sur le thème des migrants, «paradigme de notre temps»en tant que phénomène structurel, et non pas comme une urgence transitoire. De nombreux migrants sont des jeunes ou des mineurs non accompagnés, qui fuient des guerres, des violences, des persécutions politiques ou religieuses, des catastrophes naturelles, ou la pauvreté, et finissent par devenir victimes de la traite, de la drogue, d’abus psychologiques et physiques. La préoccupation de l’Église se situe surtout pour eux dans l’optique d’une authentique promotion humaine qui passe à travers l’accueil de réfugiés, et soit un point de référence pour de nombreux jeunes séparés de leurs familles d’origine.

    Les migrants sont aussi une opportunité d’enrichissement pour les communautés et les sociétés dans lesquelles ils arrivent et qui peuvent être revitalisées par eux, est-il rappelé dans le Document, où résonnent les verbes synodaux «accueillir, protéger, promouvoir, intégrer», indiqués par le Pape François pour une culture qui puisse surmonter les défiances et les peurs. Les évêques demandent aussi plus d’engagement pour garantir à celui qui ne voudrait pas migrer le droit effectif à rester dans son propre pays. L’attention du Synode s’est aussi portée sur ces Églises qui sont menacées, dans leur existence, par l’émigration forcée et par les persécutions subies par les fidèles.

    Abus : faire la vérité et demander pardon

    Le Document développe une large réflexion sur les «différents types d’abus» (de pouvoir, économiques, de conscience, sexuels) commis par certains évêques, prêtres, religieux et laïcs. Pour les victimes, cela provoque des souffrances qui «peuvent durer toute la vie et pour lesquelles aucun repentir n’apporte de remède». Le Synode appelle dont à «un ferme engagement pour l’adoption de mesures rigoureuses de prévention qui puissent empêcher la répétition de ces actes, à partir de la sélection et de la formation de ceux à qui seront confiés des devoirs de responsabilité et d’éducation». Il faudra donc éradiquer ces formes comme la corruption ou le cléricalisme, sur lesquelles se greffent de tels types d’abus, et contrer le manque de responsabilité et de transparence avec lesquels de nombreux cas ont été gérés. Dans le même temps, le Synode remercie tous ceux qui «ont le courage de dénoncer le mal subi», parce qu’ils aident l’Église «à prendre conscience de ce qui est arrivé et de la nécessité de réagir avec décision»«La miséricorde, en effet, exige la justice». Toutefois, le Document n’oublie pas les si nombreux laïcs, prêtres, consacrés et évêques qui se dédient chaque jours avec honnêteté au service du prochain, et qui peuvent offrir «une aide précieuse» pour une «réforme d’une portée historique» dans ce domaine.

    La famille «Église domestique»

    Des thèmes ultérieurs présents dans le document concernent la famille, le principal point de référence pour les jeunes, la première communauté de foi, une «Église domestique». Le Synode rappelle en particulier le rôle des grands-parents dans l’éducation religieuse et dans la transmission de la foi, et met en garde contre l’affaiblissement de la figure paternelle et de ces adultes qui adopte un style de vie marqué par une forme de “jeunisme”. Outre la famille, l’amitié compte beaucoup pour les jeunes, parce qu’elle permet le partage de la foi, et l’aide réciproque dans le témoignage.

    Promotion de la justice contre «la culture du déchet»

    Le Synode s’est arrêté ensuite sur certaines formes de vulnérabilité vécues par les jeunes dans différents secteurs : dans le travail, où le chômage appauvrit les jeunes générations, en minant leur capacité de rêver ; les persécutions jusqu’à la mort ; l’exclusion sociale pour des raisons religieuses, ethniques ou économiques ; le handicap. Face à cette «culture du déchet», l’Église doit lancer un appel à la conversion et à la solidarité, en devenant une alternative concrète face aux situations de malaise. Mais les domaines dans lesquels l’engagement des jeunes réussit à s’exprimer avec originalité ne manquent pas : par exemple, le volontariat, l’attention aux thèmes écologiques, l’engagement en politique pour la construction du bien commun, la promotion de la justice, pour laquelle les jeunes demandent à l’Église «un engagement décidé et cohérent».

    La culture, la musique et le sport sont des «ressources pastorales»

    Le monde du sport et de la musique offre aussi aux jeunes la possibilité de s’exprimer le mieux possible. Dans le premier cas, l’Église invite à ne pas sous-évaluer les potentialités éducatives, de formation et d’inclusion, dans l’activité sportive. La musique peut être une «ressource pastorale» qui interpelle aussi en vue d’un renouvellement liturgique, parce que les jeunes ont le désir d’une «liturgie vivante», authentique et joyeuse, un moment de rencontre avec Dieu et avec la communauté.

    Les jeunes apprécient «les célébrations authentiques dans lesquelles la beauté des signes, le soin de la prédication et l’implication communautaire parlent réellement de Dieu». Ils doivent donc être aidés à découvrir la valeur de l’adoration eucharistique et à comprendre que «la liturgie n’est pas une expression de soi-même, mais une action du Christ et de l’Église». Les jeunes générations, en outre, veulent être protagonistes de la vie ecclésiale, en faisant fructifier leurs propres talents, et en assumant des responsabilités. En tant que sujets actifs de l’action pastorale, ils sont le présent de l’Église, et ils doivent être encouragés à participer à la vie ecclésiale, et non pas bloqués avec autoritarisme. Dans une Église capable de dialoguer d’une façon moins paternaliste et plus directe, en effet, les jeunes peuvent être très actifs dans l’évangélisation de leurs camarades, en exerçant un véritable apostolat qui doit être soutenu et intégré dans la vie des communautés.

    Dieu parle à l’Église et au monde à travers les jeunes, qui sont l’un des «lieux théologiques»dans lesquels le Seigneur se fait présent. Porteuse d’une saine inquiétude qui la rend dynamique, peut-on lire dans la 2e partie du Document, la jeunesse peut être «plus avancée que les pasteurs» et doit donc être écoutée, respectée, accompagnée. Grâce à elle, l’Église peut se renouveler, en abandonnant «pesanteurs et lenteurs». Le Synode rappelle donc le modèle de «Jésus jeune parmi les jeunes» et invite au témoignage des saints, parmi lesquels de nombreux jeunes, prophètes du changement.

    Mission et vocation

    Une autre «boussole sûre» pour la jeunesse est la mission, un don de soi qui mène à un bonheur authentique et durable : Jésus, en effet, ne retire pas la liberté, mais la libère, parce que la vraie liberté est possible seulement en relation à la vérité et à la charité. Le concept de vocation est aussi lié à celui de mission : chaque vie est vocation en rapport à Dieu, elle n’est pas le fruit du hasard ni une bien privé à gérer en propre, et chaque vocation baptismale est un appel à la sainteté. Chacun doit donc vivre sa propre vocation spécifique dans chaque domaine : la profession, la famille, la vie consacrée, le ministère ordonné et le diaconat permanent, qui représente une «ressource» à développer encore pleinement.

    L’accompagnement

    Accompagner est une mission pour l’Église à développer au niveau personnel et en groupe : dans un monde «caractérisé par un pluralisme toujours plus évident et par une disponibilité d’options toujours plus grande», rechercher avec les jeunes un parcours destiné à accomplir des choix définitifs est un service nécessaire. Les destinataires sont tous les jeunes : séminaristes, prêtres ou religieux en formation, fiancés et jeunes époux. La communauté ecclésiale est un lieu de relations, où dans la célébration eucharistique on est touché, instruit et guéri par Jésus lui-même. Le Document final met aussi en évidence l’importance du sacrement de la Réconciliation et d’une bonne connaissance de la Doctrine sociale de l’Église, afin d’avoir des repères dans la prise de responsabilité civile, économique, politique dans un contexte de plus en plus multiculturel.

    Non au moralisme et à une fausse indulgence, oui à la correction fraternelle

    Le Synode promeut un accompagnement intégral centré sur la prière et le travail intérieur, en intégrant à la fois le recours à la transcendance et l’apport de la psychologie et de la psychothérapie. «Le célibat pour le Royaume» doit être compris comme «un don à reconnaître et à vérifier dans la liberté, la joie, la gratuité et l’humilité», avant de poser tout choix définitif.

    Les accompagnateurs doivent être conscients de leurs propres fragilité, et, «sans moralisme et sans fausses indulgences», savoir corriger fraternellement et s’abstenir de toute attitude de manipulation. «Ce profond respect sera la meilleure garantie contre le risque d’abus en tout genre», est-il écrit dans ce texte. Le discernement est un lieu de «lutte spirituelle» qui doit aussi prendre en compte la vie fraternelle et le service des pauvres comme des bancs d’épreuve.

    La synodalité, un style missionnaire

    Dans chaque Église particulière doit se poursuivre ce processus de discernement, cette assemblée synodale n’ayant été qu’une étape. Il faut valoriser les charismes que l’Esprit donne à tous, en évitant à la fois le cléricalisme qui exclut beaucoup de gens des processus décisionnels et la cléricalisation des laïcs qui freine l’élan missionnaire. L’autorité doit être vécue dans une logique de service, en ayant bien conscience du fait que l’expérience concrète de vie est le meilleur témoignage à donner aux jeunes. Sur un plan ecclésial, il faut repenser la pastorale des jeunes et mieux définir les structures de discernement vocationnel, au niveau des conférences épiscopales. Le Document mentionne aussi l’importance des JMJ.

    Le défi numérique

    Le Document rappelle l’importance du monde numérique dans la vie quotidienne des jeunes. Malgré tous les aspects négatifs et les vrais dangers d’internet (solitude, manipulation, exploitation, violence, chantage, pornographie…), ces outils sont appelés à être des outils d’évangélisation. Le Document mentionne aussi l’idée d’un système de certification des sites catholiques, afin de contrer la diffusion de «fake news» concernant l’Église. La protection des mineurs doit aussi être une priorité sur internet.

    Reconnaître et valoriser les femmes dans la société et dans l’Église

    Le Document met aussi en évidence le besoin d’une meilleure reconnaissance et d’une valorisation des femmes dans la société et dans l’Église, parce que leur absence appauvrit le débat et le chemin ecclésial : il faut d’urgence un changement d’attitude de la part de tout le monde, à partir d’une réflexion sur la réciprocité entre les sexes. «Une présence féminine dans les organes ecclésiaux à tous les niveaux, aussi dans des fonctions de responsabilité» et «une participation féminine aux processus décisionnels ecclésiaux, dans le respect du rôle du ministre ordonné» sont souhaités dans ce texte, qui rappelle qu’il s’agit ici d’un «devoir de justice qui trouve son inspiration en Jésus et dans la Bible».

    Corps, sexualité et affectivité

    Le Document s’arrête sur le thème de la sexualité, en évoquant les interrogations éthiques soulevées par certaines évolutions des techniques médicales et en évoquant les dangers de phénomènes comme le tourisme sexuel et la pornographie en ligne, mais surtout en rappelant que les familles et les communautés chrétiennes doivent faire découvrir aux jeunes que la sexualité est un don. L’Église est souvent perçue comme «un espace de jugement et de condamnation», alors que les jeunes recherchent «une parole claire, humaine et empathique», et «expriment un désir explicite de débat sur les questions relatives à la différence entre l’identité masculine et féminine, à la réciprocité entre les hommes et les femmes, ou à l’homosexualité».

    «Il faut proposer aux jeunes une anthropologie de l’affectivité et de la sexualité capable de donner la juste valeur de la chasteté» pour la croissance de la personne, «dans tous les états de vie»«Dieu aime chaque personne et l’Église fait de même en renouvelant son engagement contre toute discrimination et violence sur une base sexuelle». De même, le Synode «réaffirme la portée anthropologique déterminante de la différence et de la réciprocité homme-femme, et considère réducteur de définir les personnes uniquement à partir de leur orientation sexuelle».

    Dans le même temps, il est recommandé de «favoriser les parcours d’accompagnement dans la foi, déjà existant dans de nombreuses communautés chrétiennes» à l’égard des personnes homosexuelles, afin de discerner les formes les plus adaptées pour leur participation à la vie de la communauté. Chaque jeune, sans aucune exclusion, doit être aidé à intégrer toujours plus la dimension sexuelle dans sa propre personnalité, «en grandissant dans la qualité des relations et en cheminant vers le don de lui-même».

    L’accompagnement vocationnel

    Le Document évoque le besoin d’un accompagnement plus structuré avant et après le mariage, et encourage la constitution d’équipes éducatives, qui puissent inclure des figures féminines et des couples chrétiens, pour la formation de séminaristes et de consacrées aussi afin de surmonter les tendances au cléricalisme.

    Un attention spéciale est demandée dans l’accueil des candidats au sacerdoce, qui advient parfois «sans une connaissance adéquate et une relecture approfondie de leur histoire»«L’instabilité relationnelle et affective, et le manque d’enracinement ecclésial sont des signes dangereux. Négliger les normes ecclésiales dans ce domaine constitue un comportement irresponsable, qui peut avoir des conséquences très graves pour la communauté chrétienne.»

    Appelés à la sainteté

    «Les diversités vocationnelles se rassemblent dans l’appel unique et universel à la sainteté. Malheureusement le monde est indigné par les abus de certaines personnes de l’Église plutôt que ravivé par la sainteté de ses membres», est-il écrit dans la conclusion du Document final. L’Église est donc appelée à «un changement de perspective». À travers la sainteté de nombreux jeunes disposés à renoncer à la vie au milieu des persécutions en se maintenant fidèles à l’Évangile, elle peut renouveler son ardeur spirituelle et sa vigueur apostolique.

    La table des matières du document final

  • Synode « des jeunes » : conjoncture oblige, le lobby homosexualiste a été freiné par le pape

    IMPRIMER

    Synode Pape.jpgNotre confrère  «diakonos.be» titre: «Synode des jeunes: la révolution arc-en-ciel n’aura pas lieu».

    Conjoncture oblige, "sous la pression du Pape, même les cardinaux les plus progressistes font marche arrière toute sur le thème de l'homosexualité, du LGBT et en reviennent au catéchisme ou bottent en touche".

    Sur son site « settimo cielo », Sandro Magister explique pourquoi le mouvement LGBT est demeuré sur la touche par la volonté du chef de l'Eglise. Traduction par les soins de "diakonos.be":

    « Les deux synodes sur la famille de 2014 et 2015 figurent parmi les plus téléguidés de l’histoire, au point qu’au début de la seconde session, treize cardinaux de premier plan ont été jusqu’à écrire une lettre au Pape François dénonçant les manœuvres visant à produire « des résultats décidés à l’avance sur des questions importantes et controversées ».

    En effet, les conclusions de ce double synode avaient été décidées avant même qu’il ne commence. Le couronnement de ce processus, ce fut l’exhortation synodale « Amoris laetitia » dans laquelle François donnait le feu vert à la communion des divorcés-remariés malgré l’opposition d’un bon tiers des pères synodaux.

    Par contre, le synode sur les jeunes qui s’achèvera dimanche 28 octobre prochain semble quant à lui avoir été l’un des plus calmes.

    Calme au point que même le thème le plus explosif de tous ceux qui étaient discutés – celui qui concerne l’homosexualité – a été pratiquement désamorcé.

    Les discussions en séance sont couvertes par le secret. Mais si on s’en tient à ce qui a été rendu public par les sources d’information officielles, il n’y a pas eu une seule intervention en faveur d’un changement de la doctrine catholique sur l’homosexualité.

    Et pourtant, l’« Instrumentum laboris », c’est-à-dire le document de travail sur lesquels les pères synodaux ont été appelés à débattre, semblait promettre monts et merveilles en mentionnant intentionnellement au paragraphe 197 l’acronyme LGBT, l’introduisant par là pour la toute première fois dans un texte officiel de l’Église catholique :

    « Des jeunes LGBT, par l’intermédiaire de diverses contributions parvenues à la Secrétairerie Générale du Synode, désirent ‘bénéficier d’une plus grande proximité’ et expérimenter une plus grande attention de la part de l’Église, tandis que certaines CE s’interrogent sur ce qui peut être proposé ‘aux jeunes qui au lieu de former des couples hétérosexuels décident de constituer des couples homosexuels et, surtout, désirent être proches de l’Église.’ »

    Lire la suite

  • Présentation de la première version du document final du Synode sur les jeunes

    IMPRIMER

    Le texte, divisé en 173 paragraphes, - a noté le cardinal Da Rocha - est «le fruit d'un travail d'équipe ; les pères synodaux, les participants au Synode et en particulier les jeunes en sont les auteurs. Le projet, toujours confidentiel, a été confié aux pères synodaux qui ont maintenant le temps de le lire et peuvent soumettre des propositions d’ajouts et de modifications. Le premier et principal destinataire du Document final - a rappelé le rapporteur général - est le Pape. Avec l'approbation du Pape, il sera mis à la disposition de toute l'Église, de certaines Églises, de jeunes et de tous ceux qui, impliqués dans la pastorale jeunesse et vocationnelle, le souhaitent.» (source)

    "Eclairage" de Gauthier Vaillant sur le site du journal La Croix :

    Dernière ligne droite pour le Synode sur les jeunes

    Les pères synodaux ont accueilli, mardi 23 octobre, la première version du document final du Synode sur les jeunes par « une longue salve d’applaudissements ». C’est ce qu’a assuré à la presse Paolo Ruffini, préfet du dicastère pour la communication. Le texte a été présenté dans l’hémicycle par le cardinal brésilien Sergio Da Rocha, rapporteur général du Synode, et les deux rapporteurs spéciaux. Près de trois semaines après son ouverture, le Synode est ainsi entré dans sa phase finale. L’après-midi suivant la présentation, les participants au Synode avaient quartier libre. Leur emploi du temps a été libéré pour permettre à chacun de prendre connaissance du document, qui s’annonce substantiel. Mercredi 24 octobre, la matinée sera consacrée à une « discussion libre » en assemblée plénière, lors de laquelle chacun pourra faire part de ses commentaires sur le texte, avant l’étape du dépôt des amendements. La plus grande partie du travail incombera ensuite à l’équipe de rédacteurs, qui devra achever la version finale du document qui sera présentée dans l’aula synodale samedi 27 octobre matin, puis à la presse le soir même.

    Mardi 23 octobre, en début d’après-midi, les journalistes présents au point presse quotidien ont bien sûr cherché à savoir les grands thèmes abordés dans le texte. Les membres du Synode présents, sans entrer dans les détails, ont toutefois donné quelques indices.

    Place des femmes, migrations… quelques indices sur les thèmes du document final

    Interrogé sur la place des femmes dans le Synode, par exemple, le cardinal philippin Luis Antonio Tagle a assuré que « le synode a été particulièrement attentif à écouter les voix féminines ». Et a même relaté une proposition concrète faite lors des débats : « que les femmes présentes dans les Écritures soient davantage présentées comme des figures interprétatives »« De mon point de vue, a poursuivi le cardinal Tagle, le témoignage des femmes, qu’il s’agisse de laïques ou de religieuses, de jeunes ou d’expertes, a apporté un élargissement d’horizon qui était nécessaire. »

    La question des jeunes chrétiens persécutés devrait également figurer dans le document final. « Nous avons entendu le cri de certains patriarches orientaux », a assuré Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, évêque de Dolisie au Congo-Brazzaville, citant l’exemple du cardinal irakien Louis Raphaël Sako, patriarche des Chaldéens. « Le Synode a porté un regard de solidarité, et pourrait initier une sorte de plaidoyer pour l’attention et pour prêter main-forte à ceux qui sont persécutés et qui sont membres de l’Église », a-t-il estimé.

    L’homosexualité et la place des enseignements moraux de l’Église

    L’évêque africain s’est par ailleurs félicité que la question des migrations ait été une préoccupation partagée par l’ensemble des participants au Synode. À ce sujet, il a d’ailleurs indiqué avoir insisté dans l’hémicycle sur les causes environnementales des migrations, notamment dans son pays, au sujet duquel il a souligné le problème de la déforestation, et mis en cause, « l’industrie extractive » et la responsabilité de « certaines multinationales » dont l’activité détruit les terres cultivables et poussent les jeunes paysans à quitter leurs terres.

    Enfin, les participants du jour ont dû faire face à des questions pressantes sur l’homosexualité et la place des enseignements moraux de l’Église dans le document final. « Le sujet a été abordé plusieurs fois », a répondu le cardinal Tagle, assurant que « la posture d’une Église accueillante, qui regarde avant tout l’humanité de chacun, a été toujours présente, et pas seulement comme un thème de discussion, mais comme une atmosphère »« J’ai le pressentiment que le sujet sera présent dans le document, mais je ne sais pas précisément en quels termes », a ajouté l’archevêque de Manille, qui a confié n’avoir pas encore eu le temps de lire tout le document.

    Plus généralement, le cardinal Tagle, qui participe à son septième synode, a d’ores et déjà renvoyé à la suite : « C’est ce qui se passera après la clôture du Synode, dans les Églises locales, dans les paroisses, les écoles, les familles, qui sera le ’vrai’ Synode. »

  • Vocations : la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X bat des records

    IMPRIMER

    Du site "Riposte catholique" :

    Record d’entrées dans les Séminaires de la Fraternité Saint-Pie X

    Sur l’année 2018, la Fraternité Saint-Pie X a reçu 65 nouveaux séminaristes dans ses séminaires, son nombre d’entrées le plus important depuis sa fondation. La tradition est bien vivante ! Réjouissons nous… mais prions pour que les ouvriers soient nombreux à répondre à l’appel.

    Source la Porte Latine

    Depuis le début de l’année, en comptant les jeunes gens entrés dans les deux séminaires de l’hémisphère sud d’Argentine et d’Australie, ce sont au total 65 candidats au sacerdoce qui ont frappé à la porte de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X : un quasi record, puisqu’il faut remonter à plus de trente ans pour retrouver un tel chiffre.

    Ils étaient 53 en 2017, 57 en 2016, 53 en 2015, 51 en 2014, 43 en 2013, 50 en 2012, 57 en 2011, 48 en 2010, 40 en 2009, 47 en 2008.

  • Synode des Jeunes : on sent d'où vient le vent...

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix (NB : c'est nous qui soulignons) :

    Un Synode en quête de propositions

    Le Synode sur les jeunes aborde lundi 22 octobre sa dernière semaine. Malgré des débats parfois intéressants, les participants ont du mal à aboutir à des propositions concrètes.

    Voilà deux semaines et demie que les participants du Synode sur les jeunes sont au travail. Ces derniers jours, ils ont plus particulièrement axé leur réflexion sur la troisième partie du document de travail consacré aux propositions pastorales en direction des jeunes. Mais à la lecture des rapports des quatorze groupes linguistiques, publiés samedi 20 octobre, il semble que le Synode a du mal à entrer dans le concret.

    Certes, les évêques développent une intéressante réflexion en faveur d’une présence plus incisive de l’Église dans le monde numérique. Ils comptent particulièrement sur l’action des jeunes catholiques qui maîtrisent presque naturellement les nouvelles technologies. Plus largement, d’ailleurs, l’idée que les jeunes sont les premiers évangélisateurs des autres jeunes s’est imposée, certains parlant clairement d’un « ministère » des jeunes pour les jeunes.

    Néanmoins, la plupart des rapports des groupes linguistiques peinent à sortir des généralités : « il faut », « les jeunes ont besoin », « les communautés devront »… Beaucoup de bonnes résolutions mais, au final, peu de propositions concrètes.

    Même sur un sujet comme la formation dans les séminaires, les évêques ont du mal à émettre des intuitions propres. Ainsi, la volonté d’une formation pas seulement universitaire mais aussi plus humaine et spirituelle, ou l’implication de laïcs et de femmes dans cette formation : des idées fortes… mais déjà recommandées par le nouveau programme des séminaires publié il y a deux ans par le Vatican et que les épiscopats locaux sont censés mettre actuellement en œuvre à leur niveau !

    « En fait, 80 % des sujets évoqués n’ont pas de rapport avec les jeunes mais concernent toute l’Église », soupire Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles, qui reconnaît que certains de ces thèmes ont été portés par les jeunes eux-mêmes. Ainsi sur la place des femmes dans l’Église et l’idée qu’il faut mettre fin à un certain machisme ecclésial, particulièremùent mise en avant par une génération qui baigne désormais dans la mixité. Ou encore sur l’accueil des personnes homosexuelles dans l’Église. « Dans l’Église, tous doivent se sentir chez eux, sans aucune exclusion. C’est ce que nous demandent avec force les jeunes », explique ainsi le cardinal John Ribat, archevêque de Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée), président délégué du Synode.

    « Je pense que le document final du Synode doit parler à tous les jeunes. Même les jeunes homosexuels doivent se sentir inclus dans ce qui sera proposé », renchérit le cardinal Blase Cupich, archevêque de Chicago (États-Unis).

    Mais, au-delà des déclarations, les rapports des groupes de travail affichent une grande prudence. Comme si, après les âpres débats du Synode sur la famille, les évêques craignaient d’afficher des divergences perçues comme des divisions, voire de mettre le pape en difficulté.

    « Les propositions concrètes ne sont pas dans les rapports des groupes de travail,tempère Paolo Ruffini, préfet du dicastère pour la communication et porte-parole du Synode. Elles devraient apparaître dans le débat qui suivra la présentation, mardi, du document final à l’Assemblée. Les pères synodaux pourront alors faire des propositions concrètes. »

    « Les différences culturelles sont si fortes qu’il est difficile de parler concrètement, constate Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire de Genève. Les jeunes sont très différents : on ne peut pas appliquer un même modèle partout. » Ce qui interroge sur le modèle même du Synode. En coulisses, certains plaident même pour des synodes continentaux, à l’image de ce qui se fera l’an prochain pour l’Amazonie.

    De fait, sur de nombreux points, le Synode devrait renvoyer les sujets concrets aux conférences épiscopales. Avec le risque de provoquer de fortes déceptions, tant le Synode avait créé des attentes chez les jeunes qui s’y étaient impliqués.

    Craignant peut-être l’écueil d’un document final indigeste, « en général lu par un petit nombre et critiqué par beaucoup », comme le pape l’avait lui-même prévu dans son discours d’ouverture, le Synode a d’ailleurs décidé d’écrire en plus une lettre aux jeunes. Ce devrait être un texte court et entraînant, peut-être aussi décliné sous forme numérique. Une façon de dire aux jeunes que, malgré tout, leur parole a été entendue.

  • Le cardinal De Kesel a ordonné l’unique nouveau prêtre flamand pour l’année 2018

    IMPRIMER

    Lu sur l'édition de ce jour de La Libre Belgique, p. 2:

    La personnalité : Elia William Cantaert 

    Ce n’est pas un scoop : la crise des vocations bat toujours son plein au sein de l’Église catholique belge. Et cette dernière ordonne surtout, bon an, mal an, un nombre limité de nouveaux prêtres francophones. C’est qu’au nord du pays, l’institution subit encore la sécularisation. En Wallonie et à Bruxelles, l’Église l’affronte depuis quelques lustres. Mais cela n’empêche pas les ordonnés de faire montre d’un beau dynamisme en paroisse ou au sein des mouvements d’Église. Dans ce contexte morose, le cardinal De Kesel a ordonné dimanche après-midi à la cathédrale Saint-Rombaut à Malines, l’unique nouveau prêtre flamand pour l’année 2018. Âgé de 28 ans, Elia William Cantaert est le troisième d’une famille de neuf enfants. Après ses humanités il a obtenu un baccalauréat en pédagogie à l’Université de Gand. Sa foi a toujours été active, nourrie aussi par son engagement social. Pendant ses études, il a ainsi participé à plusieurs pèlerinages à Lourdes comme brancardier. C’est du reste dans la cité mariale pyrénéenne qu’Elie a découvert sa vocation sacerdotale. En 2011, Mgr André-Joseph Léonard l’avait envoyé au séminaire Notre-Dame de Namur pour y suivre la formation sacerdotale proposée par l’archidiocèse de Malines-Bruxelles. Et l’an dernier, Elia Cantaert rejoignit à l’initiative du cardinal De Kesel le séminaire Jean XXIII à Louvain pour y parfaire sa formation sacerdotale.

  • Synode « des jeunes » : un entretien avec Mgr Fridolin Ambongo, archevêque coadjuteur de Kinshasa

    IMPRIMER

    Une interview réalisée pour KTO par Philippine de Saint-Pierre. Une occasion de découvrir la personnalité du prélat appelé à être un jour le successeur du Cardinal Laurent Monsengwo, primat de l’Eglise catholique au Congo. Avant sa nomination à Kinshasa, Mgr Ambongo fut archevêque de Mbandaka (Coquilhatville) dans l’ancienne province de l’Equateur.

    JPSC

  • Il est plus difficile d’être évêque ou prêtre en Europe qu’au Vietnam !

    IMPRIMER

    Du site "Eglises d'Asie" (Missions Etrangères de Paris) :

    Mgr Dao : « Il est plus difficile d’être évêque en Europe qu’au Vietnam ! »

    19/10/2018

    Mgr Duc Dao est le cinquième évêque de Xuan Loc. Jusqu’en mai 2016, il était évêque auxiliaire et recteur du grand séminaire, qui compte aujourd’hui plus de 450 séminaristes. Il est également recteur du nouvel Institut catholique du Vietnam. Le diocèse de Xuan Loc, érigé le 14 octobre 1965 à partir de l’archidiocèse de Saïgon, est massivement catholique avec plus d’1,1 million de fidèles, soit environ un tiers de sa population. Constitué en partie d’un afflux massif de catholiques venus du Nord après 1954, il compte 250 paroisses, administrées par 500 prêtres. Le diocèse est également animé par 447 religieux et 1810 religieuses. Rencontre.

    Mgr Joseph Dinh Duc DAO, évêque de Xuan Loc, est le 2 mars 1945 dans le diocèse très catholique de Bui Chu, au Nord-Vietnam, il a suivi en 1954 l’exode qui conduisit sa famille vers le Sud. À 19 ans, il est entré au grand séminaire Saint-Joseph de Saigon. L’année suivante, il fut envoyé à Rome, à l’Institut de la propagation de la foi. C’est là qu’il sera ordonné prêtre, à 26 ans, le 27 mars 1971. Il obtint un doctorat en théologie morale à l’université rédemptoriste Alfonsianum et un doctorat en missiologie à l’Université grégorienne. À Rome, il a dirigé le Centre international d’animation missionnaire. Il a été enfin, pendant dix ans, le directeur du bureau de coordination de la pastorale des Vietnamiens à l’étranger. En 2009, il est retourné dans le diocèse de Xuân Lôc où il a été nommé recteur du grand séminaire. Quatre ans plus tard, en février 2013, il était nommé évêque auxiliaire du diocèse.

    Au sein de votre évêché, votre séminaire est matériellement imposant…

    Mgr Duc Dao : En effet. Notre séminaire est celui qui compte le plus grand nombre de séminaristes au Vietnam. Nous avons 454 séminaristes venus de onze diocèses, dont la moitié de Xuan Loc. Pour l’ensemble du pays, nous avons environ 2000 séminaristes pour huit grands séminaires. Notre diocèse a été fondé en 1965, à partir de l’archidiocèse de Saigon. Pour environ 3,5 millions d’habitants, nous comptons plus d’un million de catholique, soit un tiers de la population. Pour mémoire, nous sommes plus nombreux qu’à Saigon, qui compte environ 700 000 catholiques. Notre diocèse a reçu de nombreuses migrations de catholiques. D’abord en 1954 depuis le Nord, puis en 1972 depuis le Centre, et enfin après 1975 depuis tout le pays, en raison de la fertilité de notre territoire. En fait, ce sont les catholiques locaux qui se sont intégrés aux migrants. Nous avons construit une tradition religieuse commune. Moi-même, je suis originaire du Nord…

    Comment se manifeste aujourd’hui cette différence entre le nord et le sud du Vietnam ?

    On constate que les gens du Nord et du Centre sont plus « combatifs » que les gens du Sud. Car nous avons dû lutter pour conserver notre vie, nos identités. Aussi bien dans la vie quotidienne que dans la vie de l’Église, les gens du Sud ont longtemps vécu plus librement. Nos vocations, ici, viennent souvent des familles du Nord.

    Quelles sont vos relations avec les autorités ?

    Durant la guerre, l’Église a cherché à servir les gens, en conservant un équilibre. Depuis 1975, elle a cherché à être acceptée, à entrer dans la société gouvernée par les Communistes. Aujourd’hui, du moins en apparence, nous sommes acceptés. Nous cherchons à vivre ensemble, à servir la société dans un esprit missionnaire. Aujourd’hui, les catholiques sont considérés comme un groupe parmi d’autres. Notre lien avec Rome n’est pas vécu comme une trahison, un danger politique. Nous vivons une évolution de plus en plus favorable à l’évangélisation. Mais nous devons toujours faire preuve de prudence dans l’action… Que le régime soit communiste ou capitaliste, nous sommes appelés à être des fidèles témoins de Jésus-Christ. La mentalité du combat n’est pas celle de l’Église. Nous devons simplement annoncer l’Evangile du Christ, source de joie et de réconciliation. Globalement, l’Église du Vietnam est perçue comme un facteur de réconciliation, notamment en raison de notre présence auprès des plus faibles.

    L’Église catholique ne souffre plus d’être assimilée à une puissance étrangère ?

    Une conception erronée, qui a longtemps identifié les catholiques avec les puissances occidentales occupantes, a rendu l’évangélisation difficile. Il est vrai que l’identité confucianiste du système impérial pouvait assimiler la conversion au christianisme à une traitrise. La France a utilisé cette identité, très étroite, en compliquant la situation, tout en prenant la défense des personnes persécutées. De plus, notre mentalité a tendance à considérer à égalité toutes les religions. Mais pour nous Jésus est un absolu : il nous faut le choisir.

    Comment envisagez-vous l’avenir de votre diocèse ?

    Notre diocèse s’urbanise de plus en plus. Mais la vitalité de la foi est toujours là. Chez vous, en Europe, la foi ce sont des idées. Ici, la foi c’est la vie. Certes le vent de la sécularisation, qui porte la séduction de la richesse, souffle dans le monde entier. Mais en Europe, la sécularisation porte en elle la lutte contre l’autorité de l’Église, ce qui n’est pas le cas ici. Chez nous, la sécularisation, si elle a pour objectif l’acquisition de richesses, n’est ni contre Dieu, ni contre l’Église. D’une certaine façon, l’Église est aussi persécutée en Europe comme au Vietnam. Il est plus difficile d’être évêque ou prêtre en Europe qu’au Vietnam ! Ici, si nous sommes attaqués, la communauté nous défend. L’Église est comme une famille de Dieu. Cette conception familiale conditionne ici les relations entre les personnes, tout au long de la vie.

    Comment voyez-vous l’avenir des vocations ?

    Nous avons encore beaucoup de vocations, mais nous constatons quelques signes de diminution, à cause de la vie matérielle plus facile, de la séduction des richesses disponibles. Mais ce sont toujours la paroisse et la famille qui soutiennent les vocations. Dans notre culture, la religion est un héritage de la personne, de la famille.

    Vous êtes recteur du tout nouvel Institut catholique du Vietnam. Qu’en attendez-vous ?

    L’Institut catholique est une réalité nouvelle, depuis seulement trois ans. Nous commençons avec une cinquantaine d’étudiants et aujourd’hui les étudiants sont un total de 120. C’est pour nous un véritable défi : il s’agit de trouver et former des professeurs, de monter une bibliothèque… C’est une véritable nécessité pour exprimer la maturité de l’Église. Certes, la dévotion est très forte dans notre Église, mais il nous faut aussi réfléchir sur cette vitalité de la foi, l’approfondir, pour exprimer aussi la foi comme idée… mais pas comme en Europe ! Après les guerres, le communisme, le temps est venu de développer ce que nous n’avons pas développé auparavant. Car tous les pays sont exposés à tous les courants d’idée : nous devons encourager nos prêtres, nos fidèles, à réfléchir plus. La tradition seule n’est pas suffisante. Nous devons entrer en dialogue avec les mouvements culturels, avec les institutions culturelles contemporaines, nous consacrer à la recherche. Les acteurs de la pastorale n’ont pas le temps pour cela. La vie a changé, notre « foi pastorale » doit également changer. Nous devons pouvoir nous interroger : pourquoi sommes-nous catholiques ?

    (EDA / Frédéric Mounier)

  • En Occident, beaucoup de jeunes quittent l'Église, mais en Afrique, les jeunes la cherchent

    IMPRIMER

    De Lucie Sarr sur "Africa" (LaCroix.com) :

    Un archevêque sud-africain juge l’Instrumentum laboris du synode trop « euro-centré »

    Lors d’une conférence de presse organisée, samedi 13 octobre, en marge du synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, le cardinal Wilfrid Napier, archevêque de Durban, en Afrique du Sud, a estimé que le document de travail du synode ne prend pas assez en compte les préoccupations des jeunes africains.

    Pour le cardinal Wilfrid Fox Napier, archevêque de Durban, en Afrique du Sud, les préoccupations des Africains ne sont pas assez prises en compte par l’Instrumentum laboris du Synode sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations », paru mardi 19 juin.

    Ce texte, qui sert de base aux discussions du Synode qui se tient à Rome depuis le 3 octobre, a été élaboré par un groupe d’experts. Ces derniers ont travaillé à partir du questionnaire envoyé aux conférences épiscopales en janvier 2017, du questionnaire mis en ligne sur le site du Vatican, mais aussi en prenant en compte les actes du séminaire sur les jeunes de septembre et ceux de la rencontre présynodale de mars.

    Migration et pillage des ressources

    Aux yeux du cardinal Napier, les délégués africains au synode devraient « présenter la réalité africaine beaucoup plus clairement », par exemple l’impact des migrations massives en provenance d’Afrique sur les pays du continent eux-mêmes. « L’Afrique est en train de perdre certains de ses jeunes les plus doués », a-t-il déclaré, y voyant là le résultat de « l’exploitation des ressources naturelles et de l’environnement. »

    Selon lui, des jeunes qui auraient pu vivre du fruit de leurs terres ne peuvent plus le faire à cause de la déforestation et des techniques minières agressives, qui les obligent à quitter leur pays.

    L’archevêque de Durban a, en outre, dénoncé les difficiles conditions économiques dans le continent africain et qui entraînent le travail des enfants, hypothéquant leur avenir. « Ils ne reçoivent pas l’éducation dont ils ont besoin pour bien commencer la vie », a-t-il relevé. Pour cet archevêque sud africain, ce cycle d’exploitation continue aussi en raison de la corruption de nombreux gouvernements africains.

    Jésus comme solution aux problèmes

    Le cardinal Napier, a noté une autre réalité africaine qui ne figure pas dans l’Instrumentum laboris du synode : la croissance du christianisme chez les jeunes africains.

    « Tandis que beaucoup de jeunes occidentaux quittent Jésus, ou du moins son Église, et ce, pour diverses raisons, en Afrique, il existe un type de phénomène très différent, à savoir que les jeunes cherchent en Jésus des réponses à leurs problèmes ». Pour lui, la croissance du christianisme chez les jeunes Africains présente d’importantes leçons pour les pays plus développés.

    L’archevêque de Durban s’est enfin félicité de l’apport actif des 34 jeunes invités par le pape François au Synode. « Nous ne parlons pas seulement des jeunes, nous discutons avec eux », a-t-il expliqué, soulignant, par ailleurs, « l’implication proactive» du pape François dans le processus synodal qui rend l’expérience unique.

  • Synode « des Jeunes » : ne pas dénaturer la foi des africains au contact de l’occident

    IMPRIMER

    Approfondir sans dénaturer. Interview du cardinal-archevêque de Bangui (Centrafrique) :

    JPSC

  • A Rome, une annonce de l'évêque de Bruxelles pourrait secouer l'Église

    IMPRIMER

    Secouer, vraiment ? De Bruno d’Otreppe dans la « Libre Belgique » de ce mercredi 10 octobre 2017 :

    Kokerols 5bbdea1ecd708c805c1fb4da.jpg«  Le communiqué de presse est tombé ce midi. Mgr Kockerols, évêque auxiliaire pour Bruxelles, lance un appel pour que de jeunes hommes mariés puissent devenir prêtres.

    Un tel appel, venant d'un évêque, est en soi un événement. Mais il ne tombe de surcroît pas au hasard de l'agenda. Mgr Kockerols est l'envoyé des évêques de Belgique au synode qui se tient pour l'instant à Rome sur les jeunes. Ce synode, on le sait, se déroule dans un climat de crise à la suite, notamment, des nombreux cas de pédophilie révélés ces dernières semaines aux États-Unis et en Allemagne.

    Inévitablement, et même si aucun lien d'évidence n'est scientifiquement prouvé entre célibat et pédophilie, les observateurs s'attendaient à ce que cette question soit relancée. Ce synode, qui rassemble des jeunes et des évêques du monde entier, sera donc une chambre d'écho d'envergure aux propos de l'évêque de Bruxelles.

    Pour argumenter son appel, Mgr Kockerols développe une réflexion autour de ce qu'est la "vocation". Le choix de la vie qu'est la vocation, explique-t-il, est pour le chrétien un "chemin de sainteté" puisqu'il consiste à "devenir disciple du Christ". Or cet appel peut amener la personne à vouloir servir l'Église en souhaitant devenir prêtre. "Je suis convaincu, conclut Mgr Kockerols, que certains jeunes, qui ont puisé dans la vocation baptismale leur appel à s’engager par les liens du mariage, répondraient volontiers « me voici » si l’Eglise devait les appeler au ministère presbytéral".

    Le sens que l'Église donne au célibat des prêtres

    Notons, et Mgr Kockerols le dit explicitement, qu’il ne s’agirait pas de permettre aux prêtres de se marier, mais bien d’ordonner - comme cela se fait en dans l’Église maronite par exemple - des jeunes hommes mariés.

    Sur le plan historique, c’est lors du concile de Latran I au XIIe siècle que le célibat fut rendu obligatoire dans l’Église latine. Cette décision ne venait cependant pas de nulle part : le célibat était déjà largement pratiqué.

    Les raisons qui l’expliquent sont multiples. Elles relèvent bien sûr de questionnements très concrets autour de l’héritage par exemple, mais les raisons fondamentales - avancées par l'Églises - sont autres. Le célibat, qui n’est en rien un dogme se pratique par la volonté des prêtres de pouvoir se donner pleinement - "tout entier" dira le Concile Vatican II - à Dieu et aux hommes.

    Cependant, note sur son site la Communauté Saint Martin qui accueille en France de nombreux séminaristes, "mettre en valeur l’argument de la totale disponibilité à la mission comme motif du célibat fait naître rapidement des objections. Des gens mariés pourront être très disponibles et des prêtres célibataires fort peu tant ils seront préoccupés d’eux-mêmes. Le vrai fondement du célibat est ailleurs." Il se trouve en réalité dans le fait que le prêtre montre qu’il "ne craint pas de sacrifier les joies du mariage et de la famille dans le but de témoigner de sa foi" et d’amener les hommes vers Dieu. Il devient "l’homme pour les autres", "disponible", "sans cœur partagé". "Cette manière d’aimer dans et par le célibat est le langage du don de soi." En ce sens, le célibat n’est pas vu par l’Église comme une loi mais comme un don. Il "est l’expression, le signe, la conséquence du désir de se donner".

    Comme en témoigne l'appel de Mgr Kockerols, rien n'empêche cependant que la réflexion soit relancée: la discipline du célibat n'est pas un dogme ni une règle immuable.

    Ref. A Rome, une annonce de l'évêque de Bruxelles pourrait secouer l'Église

    Bof, c’est plutôt le « Boléro » de Ravel : le vieux phonographe se remet en marche pour entendre une fois encore les ritournelles di ptit boket  qui n’en finit pas.

    JPSC

    Le commentaire de Denis Crouan ("Pro liturgia") :

    Cet appel montre que Mgr Kockerols ignore au moins deux choses :
    1. que la prêtrise procède de l’acceptation d’un état de vie à “assumer” - au même titre que le mariage - et non du choix d’un emploi à “assurer” dans l’Eglise ;
    2. que dans le protestantisme, la crise des vocations est au moins aussi dramatique que dans le catholicisme alors que les pasteurs (qui ne sont pas des prêtres, redisons-le) peuvent librement se marier.