Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes - Page 4

  • Quand le pape François donne des leçons d’économie politique : une analyse contredite par les chiffres?

    IMPRIMER

    Pape-François.jpgDu vaticaniste Sandro Magister sur son blog « settimo cielo » traduit par notre confrère « diakonos.be » :

    "Pendant que le Pape François était en tournée à Panama pour les JMJ, le Gotha de la finance mondiale se réunissait à Davos en Suisse, la « Montagne enchantée » du roman de Thomas Mann, fresque grandiose de la bourgeoisie du dix-neuvième siècle.

    Un contraste visible. Parce que le Pape est par antonomase le pape des pauvres et de la révolte des exclus contre les puissants.

    Il est vrai qu’en pratique les hommes les plus riche du monde et les pontes de la finance se battent pour être reçus par lui au Vatican et lui offrir leur obole. Et François les accueille à bras ouverts et les couvre d’éloges : des magnats de Google et d’Appel à la présidente du FMI Christine Lagarde (photo), « une femme intelligente qui soutient que l’argent doit être au service de l’humanité ».

    Mais cela n’affecte pas le discours dominant qui place invariablement ce pape dans le camp des pauvres et des exclus. Avec une prédilection toute particulière pour ceux qu’il appelle les « mouvements populaires » anticapitalistes et no global, en particulier ceux qui sont sud-américains, qu’il a convoqués et rencontrés à plusieurs reprises et auxquels il aime adresser des discours interminables d’une trentaine de pages chacun, véritables manifestes politiques de son pontificat.

    Pourtant depuis quelque temps, plutôt qu’à ces « mouvements populaires », François s’adresse davantage aux jeunes auxquels il a consacré un synode en octobre dernier. Mais son message reste toujours le même.  Les jeunes sont les « exclus de la société », ils sont victimes d’une paupérisation progressive du monde dans lequel « les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres » alors que de plus en plus de richesses se concentrent dans les mains de quelques-uns et que la pauvreté s’étend inexorablement à des franges de plus en plus larges de la société.

    Les médias du Vatican se font tout naturellement l’écho de ce discours, surtout depuis que « L’Osservatore Romano » a lui aussi a été rappelé à l’ordre, c’est-à-dire prié de « faire corps » en toute circonstance avec le Pape.

    Andrea Monda, le nouveau directeur du quotidien du Saint-Siège, a rapidement apporté la preuve de son adhésion à la vision économique et politique de François à travers une interview accordée un célèbre théologien protestant américain, Harvey Cox, qui se trouve en totale harmonie avec cette vision, sous un gros titre s’étalant sur toute une page : « La religion populaire, unique espérance contre la domination du Dieu marché ».

    Cette interview, publiée à la veille du voyage de François au Panama, est intéressante par ses réponses mais encore bien plus par ses questions, visant toutes à défendre – entre les éclairs apocalyptiques de « la Guerre des étoiles » – la thèse selon laquelle « le Marché [toujours en majuscules, ndlr] est un véritable empire contre lequel les hommes, et même les peuples, doivent se rebeller et résister ».

    *

    Lire la suite

  • Le collège Matteo Ricci : un nouveau collège jésuite à Bruxelles

    IMPRIMER

    Communiqué de presse
    Bruxelles, le 24 janvier 2019.

    Collège Matteo Ricci: un nouveau collège jésuite à Bruxelles

    Un nouveau collège francophone d’enseignement secondaire général ouvrira ses portes à Bruxelles en septembre 2019. Situé sur le site de l’ancien athénée Maïmonide (boulevard Poincaré, 67 à Anderlecht, près de la gare du Midi), il pourra accueillir à terme plus de 800 élèves.

    Ce projet est porté par des personnes engagées dans la vie associative bruxelloise, par des anciens élèves des jésuites et par la Compagnie de Jésus, en dialogue avec l’archevêché de Malines-Bruxelles. 
    L’école, affiliée au Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique (SeGEC), fera partie du réseau des collèges jésuites de Belgique francophone, regroupant déjà 9 Pouvoirs Organisateurs. Mûri depuis quatre ans, ce projet se veut une réponse au besoin pressant de construire de nouvelles écoles secondaires, singulièrement dans des zones à forte tension démographique.

    Ce nouvel établissement visera à offrir aux jeunes des quartiers environnants ou plus lointains (grâce à une bonne accessibilité), notamment ceux du croissant multiculturel de Bruxelles, une éducation de qualité, fidèle à la tradition de la pédagogie jésuite.

    Celle-ci, mise en œuvre dans l’ensemble des établissements de la Compagnie de Jésus, s’articule autour de cinq points clés : une attention à chaque élève avec un accompagnement personnalisé, la responsabilisation des élèves par l’émulation et le soutien mutuel, un regard bienveillant sur le monde, un engagement pour la justice sociale, le développement de la vie intérieure et de la spiritualité.

    La spécificité du Collège Matteo Ricci sera ainsi de proposer un soutien et un accompagnement personnalisé et innovant à tous les élèves. Une large palette de techniques de soutien, l’organisation d’un premier degré différencié, une attention particulière aux intelligences multiples et aux élèves à besoins spécifiques en seront quelques illustrations. 

    Le collège développera l’apprentissage des langues notamment à travers l’immersion linguistique. Il articulera sa pédagogie autour d’un centre de savoirs, véritable centre nerveux de l’école, permettant les apprentissages les plus innovants pour préparer ses élèves aux ruptures sociétales causées par la révolution numérique et aux défis d’une société où apprendre ne se fait plus comme avant.

    Le collège portera le nom de Matteo Ricci, jésuite italien du XVIe siècle, considéré comme un apôtre de l’inculturation. Il mettra particulièrement l’accent sur la dimension interculturelle et la mixité sociale qui seront au cœur de son projet. La Compagnie de Jésus gère avec d’autres dans le monde de nombreux établissements dont la population n’est pas principalement catholique. 

    Les jésuites et leurs partenaires qui animent ces collèges ont développé un savoir-faire qui porte un message d’accueil dans le dialogue avec toutes les convictions qui sont présentes dans ces écoles.

    En septembre 2019, deux années seront ouvertes (1ère et 3e années). Les inscriptions en première année secondaire 2019-2020 auront lieu du 11 février au 1er mars 2019 (www.collegematteoricci.be/inscriptions).


    POUR EN SAVOIR PLUS:

    Sur le site jesuites.com

    Sur le site collegematteoricci.be:

    • Présentation du collège, du projet pédagogique et inscriptions
  • JMJ de Panama : une appli de bioéthique proposée aux jeunes

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Une appli de bioéthique pour les jeunes présentée aux JMJ de Panama

    Une application sur les thèmes de bioéthique a été réalisée par le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, en lien avec la Fondation Jérôme Lejeune.

    Gabriella Gambino - Sous-secrétaire du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie

    La reproduction médicalement assistée est-elle l’unique alternative en cas de stérilité? Que signifie mourir dans la dignité? Des explications scientifiques, des réflexions éthiques, l’enseignement de l’Église, certains témoignages sur le sujet et d’autres interrogations, ont été recueillies dans “Keys to bioethics”, un manuel virtuel de bioéthique pour les jeunes réalisé par le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, en collaboration avec la Fondation Jérôme Lejeune, qui sera présenté au cours des JMJ de Panama, et sera disponible à travers une application gratuite en italien, en anglais et en espagnol pour les systèmes Android. Nous sommes en attente de pouvoir l’avoir prochainement aussi pour les systèmes iOS.

    Des questions et des réponses sur les thèmes de la vie

    Un manuel pour les jeunes avec des questions et des réponses sur les questions fondamentales de l’existence: le développement de l’être humain depuis sa conception, la sexualité et le genre, la maladie et la mort, l’avortement et la recherche sur les cellules souches, l’euthanasie et les transplantations d’organes.

    Un instrument pratique

    L’idée de créer une application sur les thèmes de bioéthique est née à partir d’un manuel précédent en format papier, que la Fondation Jérôme-Lejeune de Paris avait réalisé à l’occasion des JMJ de Rio de Janeiro en 2013, et qui avait été distribué aux jeunes dans les sacs.Par pur hasard, il y a quelques mois, j’ai reçu une copie du manuel et, en cherchant à imaginer comment attirer l’attention des jeunes sur les thèmes de bioéthique, en profitant des JMJ de Panama, j’ai pensé à mes enfants et à leurs camarades: ils ont toujours leurs portables en main, dans lesquels ils cherchent la réponse à toutes les questions. D’où l’idée de faire du manuel, revu et mis à jour, une application chargeable sur les téléphones. Un instrument pratique, avec lequel les jeunes puissent se confronter sur les thèmes désormais communs, qui entrent quotidiennement dans nos maisons, que l’on pense à la fécondation artificielle, la sélection prénatale, la contraception, l’euthanasie, vis-à-vis desquelles il est difficile de s’orienter et de savoir discerner à la lumière du vrai bien.

    Les défis exigeants de la foi

    Les JMJ sont une extraordinaire occasion de conversion et de croissance dans la foi pour des centaines de milliers de jeunes du monde entier, mais un des défis majeurs reste de leur montrer que la foi et la vie morale sont intrinsèquement liées. La foi illumine de façon résolue la raison humaine dans la compréhension de la vérité et du bien. En ce sens, cette application veut être un instrument pour solliciter parmi les jeunes leur désir de vérité: le début d’un travail que les adultes devront ensuite poursuivre et approfondir avec eux au catéchisme, à l’école, en famille ou en communauté.

  • Panama : des JMJ parmi les plus petites jamais organisées

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix :

    Le pape François au Panama pour des JMJ à taille humaine

    Le pape François arrive mercredi 23 janvier au soir au Panama pour des Journées mondiales de la jeunesse qui promettent d’être parmi les plus petites jamais organisées.

    Dans la lignée de ce qu’il ne cesse de répéter aux jeunes, il devrait, une nouvelle fois, les exhorter à l’engagement.

    Pour son 26e voyage international et son 40e pays visité, le pape François va retrouver son Amérique latine natale à l’occasion des Journées mondiales de la jeunesse de Panama, où il doit arriver mercredi 23 janvier au soir.

    L’occasion d’un bain de jouvence latino après une année difficile marquée par les scandales et les attaques ? Sans doute, même si cette Amérique centrale qu’il visite est bien particulière dans un monde latino plus éclaté qu’il n’y paraît. D’ailleurs, dans ce Panama de 4 millions d’habitants, où il n’a jamais posé le pied, ce ne seront pas les grandes foules qui accueilleront François.

    Les communications n’étant pas aisées, les jeunes des pays voisins devront faire de longues heures de bus pour arriver sur place. Cela se ressent nettement sur les chiffres : avec 150 000 inscrits pour l’instant, ces JMJ promettent ainsi d’être parmi les plus petites jamais organisées.

    Mais ce « petit » rassemblement devrait conférer aux JMJ de Panama une dimension humaine qui ne devrait pas déplaire à un pape attentif à la rencontre avec chacun.

    Réconciliation

    Il a ainsi tenu à ce que la cérémonie pénitentielle de vendredi se déroule dans une prison, où il confessera de jeunes détenus. « Une marque d’attention aux jeunes qui ne pourront pas participer au rassemblement », insiste le directeur de la Salle de presse, Alessandro Gisotti.

    Au-delà de cette liturgie pénitentielle, le thème de la réconciliation traversera très largement ce voyage qui, s’il se déroule en seule terre panaméenne, aura été largement préparé par l’ensemble des pays d’une Amérique centrale déchirée par les conflits et l’instabilité politique.

    « Pour François, ces jeunes rassemblés dans la paix tout en affichant fièrement le drapeau de leur pays est un signe important », a confié aux journalistes Alessandro Gisotti pour qui sera centrale la question de la violence des jeunes, et ses causes (des inégalités aux trafics en passant par la corruption et le manque d’avenir).

    Violence et migrations

    François devrait notamment évoquer la question du Nicaragua – qui devait accueillir la partie diocésaine des JMJ avant d’y renoncer à cause de la grave crise politique qui le frappe – mais aussi, plus largement la question de la violence qui n’épargne aucun pays de la région. Ainsi la Colombie, voisine du Panama, visitée il y a un plus d’un an et encore récemment frappée par un grave attentat, voire le Venezuela tout proche…

    D’autres thèmes pourront être aussi à l’ordre du jour, tel les migrations – beaucoup des jeunes Centraméricains qu’il rencontrera sont eux-mêmes des migrants.

    Comme il en a désormais l’habitude, François devrait également rencontrer des victimes d’abus sexuels, même si cela ne figure pas officiellement à son programme.

    « Messager de consolation et d’espérance »

    Au fil de ces questions, le pape, qui a aussi voulu que l’angélus célébré après la messe de clôture des JMJ se déroule dans un foyer d’accueil de jeunes malades du sida, passera ainsi en revue toutes les situations de la jeunesse. « Messager de consolation et d’espérance, le pape veut se montrer proche des jeunes qui souffrent », résume Alessandro Gisotti.

    Une façon pour le pape de placer ces JMJ dans la continuité du chemin entamé depuis le rassemblement de Cracovie, en passant par le Synode d’octobre dernier sur les jeunes, mais en ouvrant aussi sur la prochaine assemblée, en octobre prochain, sur l’Amazonie. De fait, les journées en diocèses auront été largement marquées par cette dimension du service et de l’engagement, notamment en matière d’écologie.

    Au fil de ces rencontres avec les jeunes, François, qui les avait exhortés à Cracovie à « sortir du canapé » et n’a pas hésité, dans un message vidéo diffusé en novembre, à les appeler à une « révolution du service », martèle ainsi son appel à l’engagement d’une jeunesse à qui il ne cache pas la confiance qu’il lui porte.

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du pape, ne disait pas autre chose dans L’Osservatore romano de ce week-end, soulignant que François rappellera aux jeunes combien ils peuvent « influer sur le cours de l’histoire et des événements ».

    Y compris, a-t-il expliqué, en s’engageant en politique, comprise, a expliqué le principal collaborateur du pape, comme « au service de la communauté, de la société et soucieuse du bien commun, donc du bien de tous et du bien de chacun ».

  • JMJ : le pape appelle les jeunes à la révolution

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Pour ses troisièmes JMJ, le pape appelle les jeunes à la "révolution" 

    Le pape François est attendu mercredi à Panama en Amérique centrale, pour une nouvelle édition des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) où il sera accueilli par au moins 150.000 jeunes catholiques de plus de 150 pays, auxquels il a d'ores et déjà demandé de prendre la tête d'une "révolution" pour "changer le monde".

    Après Rio de Janeiro en 2013, l'année de son élection, Cracovie en 2016, Jorge Bergoglio, 82 ans, assistera aux troisièmes JMJ de sa papauté dans le petit pays de 4 millions d'habitants, premier Etat d'Amérique centrale à les organiser.

    Le premier pape argentin et latino-américain de l'Histoire ne manquera pas d'y aborder des sujets propres à son continent comme la pauvreté, la corruption ou l'émigration. Il s'adressera d'ailleurs tout particulièrement à de nombreux jeunes migrants, a précisé le Saint-Siège.

    "Nos jeunes ont besoin, particulièrement en Amérique centrale, qu'on leur donne des opportunités" face à "la dure réalité qui les force à émigrer ou les fait tomber entre les griffes des narco-trafiquants", a commenté l'archevêque de Panama, Mgr José Domingo Ulloa, de passage à Rome.

    Une révolution qui peut vaincre les grandes puissances

    Avant le coup d'envoi de cette 34e édition des Journées mondiales de la jeunesse (un rendez-vous institué par Jean-Paul II), le pape François a demandé aux jeunes via un message vidéo de se mettre au service des autres, "une révolution qui peut vaincre les grandes puissances".

    "Beaucoup de jeunes, croyants ou non croyants, au terme d'une période d'études, manifestent le désir d'aider les autres, de faire quelque chose pour ceux qui souffrent. Telle est la force des jeunes, votre force à tous, qui peut changer le monde", a-t-il dit.

    Le pape incite les jeunes à construire activement leur vie et à prendre des risques, au lieu de se réfugier passivement "dans un canapé" comme "des retraités". Il a aussi à cœur de critiquer leur usage excessif des téléphones portables ou leur goût pour la liberté amoureuse sans contraintes. "En amour, tu dois mettre toute la viande sur le gril", a-t-il au contraire conseillé à des jeunes à Rome, employant un dicton argentin.

     
  • Quand une école bruxelloise interdit à ses élèves d'aller manifester pour le climat

    IMPRIMER

    Un courrier plein de bon sens adressé aux parents par la Direction d'un Institut bruxellois :

    Expéditeur: Administration Saint-Boniface
    Date: 16 janvier 2019
    Objet: Courrier aux parents - Youth for climate

    Chers Parents,

    Vous avez ou serez sans doute sollicités par vos enfants pour la marche de ce jeudi ‘Youth for Climate’.

    La position de l’Institut est claire : nous ne couvrons pas les absences des élèves qui voudraient se rendre à cette manifestation.

    Si les élèves veulent malgré tout s’y rendre, cela se fera sous votre entière responsabilité et nous vous prions dès lors de bien vouloir écrire un mot de votre main à la préfecture stipulant :

    • Que vous déchargez l’institut de toute responsabilité durant cette manifestation
    • Que vous couvrez votre enfant pour la période 10h20 – 13h00 et que tout retard sera sanctionné.
    • Que vous êtes au courant que les cours seront donnés normalement
    • Que toute interrogation ou exercice coté non présenté sera sanctionné d’un zéro.

    Toute absence non couverte par vous sera évidemment sanctionnée.

    En cas de couverture par votre responsabilité, sachez néanmoins que nous devrons comptabiliser ce demi-jour dans les absences non justifiées pour des raisons légales.

    Enfin, je voudrais porter à votre connaissance les faits qui ont motivé cette prise de position :

    Depuis trois ans, je demande via le conseil des élèves d'avoir une équipe qui nous aide à trier les déchets. La situation est la suivante : nous avons fait venir une dizaine de poubelles bleues que nous avons disposées dans la cour, à côté des poubelles grises. Jamais nous n'avons pu les envoyer au tri plastique/métal parce que les élèves ne respectaient pas le tri. Dès lors, comme nous payions 2000 euros pour rien par an, nous avons demandé à Bruxelles Propreté de venir rechercher ces poubelles bleues. Pourquoi, si les élèves veulent vraiment changer les choses, n'avons-nous jamais eu d'action concrète à ce sujet ? Sont-ils prêts à monter un tel groupe qui prendrait contact avec Bruxelles Propreté et encadrerait l’ensemble de nos élèves ?

    De plus, les rhétos qui veulent absolument montrer leur engagement pour le climat, sont-ils prêts à renoncer à leur voyage de fin d’étude en avion ? Pouvons-nous leur proposer un voyage en train au Luxembourg à la place ?

    Pourquoi ne prennent-ils pas non plus d’engagement pendant leurs loisirs et n’organisent-ils pas une marche les 11 et 12 février (durant nos journées pédagogiques) ?

    Je leur ai également proposé de faire un groupe « Saint-Boni » à l’occasion de la marche organisée le 27 janvier…

    Bref, nous espérons que vous comprendrez notre position qui voit d’un œil un peu suspect un engagement qui prend forme durant les heures de cours alors qu’il y a tant d’occasions déjà manquées de le faire plus concrètement au sein même de l’Institut.

    Veuillez agréer, chers Parents, l’expression de mes sentiments climatiquement distingués.

    (s) La Direction

  • L'éducation sexuelle précoce pourrait être traumatisante

    IMPRIMER

    L'éducation sexuelle précoce pourrait être traumatisante (source)

    Un texte de Martin TAMPIER de Correct Maple 

    Ce mois de janvier 2019, le ministère de l’Éducation du Québec est en train d’introduire le nouveau curriculum à la sexualité dans toutes les écoles du Québec, avec l’appui de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) et – supposément – des parents. Pourtant, tous ne sont pas d’accord. Le curriculum québécois, créé sous le gouvernement libéral (PLQ) d’après le modèle de l’UNESCO, est similaire aux autres programmes d’éducation « complète » à la sexualité introduits dans les dernières années à travers le monde. Posons donc un regard à ce qui se passe au niveau mondial.

    L’information précoce nuit aux enfants

    Le professeur Raphael Bonelli, psychiatre autrichien, nous alerte au sujet de la sexualisation précoce, considérant que certaines notions sont introduites dès la maternelle. Or, la sexualisation précoce serait, selon lui, une stratégie typique des pédophiles. Ils commencent leur séduction à visée sexuelle en passant de l’information de type sexuel pour ainsi susciter un intérêt élevé, lequel ne correspond pas à l’âge de l’enfant. Ils essaieront d’inciter les enfants à des pratiques autoérotiques et les jeux sexuels avec leurs pairs, avant de lancer leur attaque. Plusieurs patients du Dr Bonelli qui luttent avec une dépendance à la pornographie ont en commun une exposition précoce à la sexualité, dans une forme qu’ils ne pouvaient pas encore digérer à leur âge. Le trauma s’installe lors des sessions d’éducation : « En groupe, les enfants de huit ou neuf ans qui sont victimes d’abus démontrent souvent un intérêt élevé. Pourtant, ce même intérêt frappant est malsain et un symptôme de leur traumatisme. » Et cette pathologie est donc forcée aux enfants encore innocents. On parle du pénis comme du nez, sans gêne (naturelle) ni restriction : la désensibilisation institutionnalisée. Des problèmes psychologiques à long terme jusqu’à l’âge adulte peuvent en résulter. Dr Bonelli recommande donc de laisser l’information et la prévention aux parents. Seuls les parents peuvent donner une réponse individualisée à l’enfant. En groupe, il y en aura toujours un qui aura plus de questions que ses camarades, et tous seront donc exposés à la même information sans le vouloir. Le Dr Johannes Huber, gynécologue autrichien, s’oppose également à une confrontation prématurée des enfants à la sexualité dans les écoles. Selon lui, cela nuirait aux enfants et démolirait les efforts de prévention d’abus. Ironiquement, le programme propagé par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, viserait à réduire les abus sexuels. Serait-on en train de chasser les démons au nom de Belzébuth ? Écoutons Dr Huber, qui élabore que ce sont les hormones qui déterminent le moment où un enfant commence à s’intéresser à la sexualité – soit au début de sa puberté. « Il y en a qui commencent à dix ans, d’autres à onze ou même plus tard. C’est ici qu’on devrait fournir de l’information, ni avant, ni après. Une discussion précoce de la sexualité crée un rejet parmi les enfants. » De plus, il a constaté que les femmes qui commencent à utiliser des moyens de contraception à un âge précoce, soit 15 ans ou plus tôt, se retrouvent plus tard, soit vers l’âge de 25-30 ans, dans sa salle d’attente et se font traiter pour des troubles hormonaux.

    Lire la suite

  • Le transgenrisme de plus en plus à la mode chez les plus jeunes

    IMPRIMER

    Les enfants se tournent vers le marché noir des hormones de changement de sexe pour « transiter »

    National_Geographic_gender_revolution-LifeSiteNews.jpg

    La couverture de janvier 2017  du National Geographic montrant un garçon se disant fille — National Geographic

    Par Jonathon Van Maren — traduit par Campagne Québec-Vie

    5 décembre 2018 (LifeSiteNews) — Alors que le nombre d'enfants s'identifiant comme transgenres grimpe en flèche — plus de 4000% au Royaume-Uni — les experts commencent à souligner le fait que la promotion et l'intégration constante de la théorie de l'identité du genre déclenchent un phénomène social. En fait, de nombreux enfants ne sont même pas prêts à attendre qu'une clinique d'identité du genre veuillent les prendre en charge — une enquête menée par le Daily Mail a révélé qu'un marché noir de drogues pour changer de sexe a fait son apparition sur Internet.

    Le Daily Mail a découvert lors de l'enquête, publiée le 4 décembre, qu'ils pouvaient très facilement acheter une « gamme de médicaments transgenres », sans qu'aucune question ne soit posée, pour aussi peu que vingt-cinq livres sterling. Il n'y a pas de vérification de l'âge des personnes qui tentent d'acheter des médicaments hormonaux en ligne, et il y a apparemment un grand nombre de forums en ligne où les enfants peuvent s'expliquer mutuellement comment commander les médicaments et quels sites pharmaceutiques sont les meilleurs à utiliser.

    Lire la suite

  • USA : la majorité des jeunes adultes serait en désaccord avec les Démocrates sur l'avortement

    IMPRIMER

    AUX ETATS-UNIS, LA MAJORITÉ DES JEUNES ADULTES EN DÉSACCORD AVEC LES DÉMOCRATES SUR L'AVORTEMENT

     de genethique.org

    Aux Etats-Unis, au cours des trois dernières années, les démocrates se sont battus pour élargir l’accès à l’avortement et ils ont instauré une plate-forme nationale d’informations sur le sujet.

    Les médias américains font valoir que la plupart des jeunes de moins de 34 ans seraient favorables à cette politique. Pourtant, une nouvelle enquête de Students for Life of America a révélé que la situation est tout autre.  La « génération Y », l’un des plus grands blocs électoraux des Etats-Unis, est aussi l’une des plus prudentes lorsqu’il s’agit de la vie d’êtres humains. Seulement 7% des 18-34 ans sont en accord avec la mise en place d’une plate-forme nationale sur l’avortement, financée par les fonds publics, et 42% s’opposent à l’avortement  « au sens large ». Cette étude risque de bouleverser le système des démocrates, qui mise surtout sur sa crédibilité auprès d’un groupe d’âge étonnamment pro-vie. Kristan Hawkins, présidente de Students for Life of America, a déclaré que « les labels comme pro-vie, pro-choix, accès, santé ou droits des femmes dissimulent souvent les vraies réalités des politiques qui sillonnent aujourd'hui le pays ».

    Une autre étude de Marist poll confirme ces chiffres, précisant que « 74 % des Américains, y compris 54% qui s’identifient comme "pro-choix"- sont favorables à "des restrictions importantes" sur l’avortement », indépendamment de leurs milieux d’origines et opinions politiques. Les jeunes ont également une vision étonnamment défavorable à la planification familiale.

    Sources: Daily Signal, Tony Perkins (15/01/19)

  • Le choix du Panama comme hôte des prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) montre la “considération” du pape François pour ce pays

    IMPRIMER
    De Xavier Le Normand sur le site d'I.Media :

    JMJ : “Le soutien et l'accompagnement que le pape François vient apporter à la pastorale des jeunes d'Amérique latine marqueront l'histoire”, estime l’ambassade du Panama près le Saint-Siège (ENTRETIEN)

    Le choix du Panama comme hôte des prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) montre la “considération” du pape François pour ce pays, explique-t-on à l’ambassade panaméenne près le Saint-Siège en réponse aux questions d'I.MEDIA. En participant au rassemblement du 23 au 28 janvier 2019, le pape pourra offrir une “consolation” à ce pays marqué par l’immigration.

    Qu’attend le Panama de ces JMJ et de la visite du pape François ?

    Pour le Panama, le plus important de cette rencontre est la grande opportunité offerte à l’isthme centraméricain, aux pays des Caraïbes et aux nations les plus proches d’Amérique du Sud, de vivre une Journée mondiale de la jeunesse, opportunité jusqu’à présent limitée de la région. Les jeunes de la région auront l’occasion magnifique de rencontrer d’autres jeunes du monde – et le Saint-Père – pour parler de leurs souffrances et de leurs espoirs. Il en va de même pour les jeunes des Caraïbes. Par exemple, plus de 450 jeunes Cubains participeront à ce grand rassemblement mondial.

    En ce qui concerne les paroles que le pape François adressera aux jeunes et au monde entier, nous attendons sa consolation concernant les problèmes liés à la migration forcée en Amérique latine et dans d'autres régions du monde qui sont harcelées par l'intolérance. Nous savons aussi que le pape François a beaucoup à nous dire au sujet de la protection de la maison commune, mais aussi sur la situation des femmes et de la famille en Amérique latine. Le soutien et l'accompagnement que Sa Sainteté vient apporter à la pastorale des jeunes d'Amérique latine marqueront l'histoire. Nous savons qu'après le synode sur les jeunes, cette illumination du pape sur la jeunesse sera très inspirante.

    Lire la suite

  • L'enseignement de la religion catholique en Flandre va davantage se concentrer sur les fondements théoriques du christianisme

    IMPRIMER

    Dans une Flandre hypersécularisée, l'épiscopat tente de recentrer le cours de religion sur les fondamentaux... Il semble que dans le Sud du pays on n'ait pas les mêmes priorités. Quoiqu'il en soit, on peut s'interroger sur l'impact du cours de religion sur les convictions des jeunes qui désertent massivement les églises alors qu'ils suivent encore en grand nombre les cours de religion catholique. Quand le sel a perdu sa saveur...

    Du site du Vif :

    En Flandre, le cours de religion catholique se concentrera davantage sur la Bible

    Les petits Flamands qui suivent un cours de religion catholique devront à l'avenir mieux connaître les principes théoriques du christianisme. Ainsi en ont décidé les évêques flamands, rapporte lundi De Morgen. Du côté francophone du pays, rien de tel n'est prévu, assure le Segec, le Secrétariat général de l'enseignement catholique en communautés française et germanophone. "L'approche est loin d'être identique."

    Sacrement de l'eucharistie, parabole de l'enfant prodigue, livre de Job... L'enseignement catholique en Flandre va davantage se concentrer sur les fondements théoriques du christianisme. Les évêques ont élaboré une sorte de "canon" de 349 principes et symboles catholiques à apprendre.

    Jusqu'ici, la priorité était donnée à l'interprétation contemporaine des valeurs chères à la religion catholique plutôt qu'aux fondamentaux bibliques. Un changement de cap alors que le précédent programme de religion catholique en Flandre datait de 1999 déjà. Une telle réflexion n'est pas menée du côté francophone de la Belgique.

    "L'approche est loin d'être identique", souligne Conrad Vandewerve, porte-parole du Segec. En 2013, un référentiel pour le cours de religion catholique a été élaboré par un groupe de travail, rassemblant "l'ensemble des chefs des religions reconnues et de la laïcité", explique-t-il.

    "Ce référentiel donne droit à des compétences transversales comme le questionnement philosophique, l'éducation à la citoyenneté ou encore le dialogue interconvictionnel", poursuit-il. "Elles sont intégrées au cours de religion sans s'y substituer." Si le texte a subi quelques adaptations depuis 2013, il n'existe nullement l'intention de se focaliser sur l'apprentissage des fondamentaux bibliques, assure le porte-parole.

  • L'archevêché de Montréal incite les parents à retirer leurs enfants des cours d'éducation sexuelle

    IMPRIMER

    L’archevêché de Montréal a relayé hier (10 janvier) une invitation à retirer les enfants de leurs classes d’éducation sexuelle afin de confier aux parents le soin de donner eux-mêmes le nouveau cours obligatoire en respectant « la pudeur naturelle » des jeunes.

    Les autorités ecclésiastiques font la promotion d’un manuel [portant sur le cours d’éducation sexuelle imposé aux enfants de maternelles en 3e année du primaire, il faudrait le dire ici] destiné aux parents catholiques, qui compare le nouveau programme à une agression.  

    à découvrir ICI