Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes - Page 5

  • Un quart des prêtres français récemment ordonnés provient des milieux traditionalistes

    IMPRIMER

    Du Figaro relayé par le site "Riposte catholique" :

    Un quart des prêtres ordonnés en France sont issus des rangs traditionalistes

    Selon Le Figaro :

    Avec 84 prêtres diocésains ordonnés en 2017, l’Église de France est inquiète. La courbe, passée sous la barre symbolique des 100 ordinations annuelles après les années 2000, ne repassera pas le cap de la centaine avant longtemps. Autre fait marquant : près d’un quart des prêtres français ordonnés sont dans une mouvance traditionaliste. Même si l’on constate un léger progrès depuis les basses eaux de 2015, où seulement 68 prêtres avaient été ordonnés, la courbe, qui est passée sous la barre symbolique des 100 ordinations annuelles après les années 2000, indique qu’elle ne repassera pas le cap de la centaine avant longtemps. L’autre donnée de l’équation n’est pas plus réjouissante. Près de la moitié des prêtres diocésains en activité ont plus de 75 ans – 5 410 exactement fin 2015 – pour 6 217 prêtres de moins de 75 ans. Cet âge canonique marque normalement le départ à la retraite. Mais beaucoup de prêtres français continuent jusqu’à 80 ans. Voire jusqu’à 90 ans, comme le père de Mesmay, prêtre parisien qui a attendu cet âge pour prendre sa retraite ! Il y a bientôt un an, le 26 juillet, le père Hamel était assassiné en pleine messe en Normandie à l’âge de 86 ans. Comme tant d’autres confrères, il avait tenu à continuer sa mission jusqu’au bout. […]

    À côté de ces courbes statistiques prévisibles depuis longtemps, l’Église de France est confrontée à un phénomène de fond assez inattendu et que les statistiques officielles de l’épiscopat ne prennent pas en compte. Il se trouve en effet qu’aux 84 prêtres diocésains ordonnés en France en 2017 – dont 25 viennent d’ailleurs de communautés nouvelles d’inspiration charismatique – il faudrait ajouter 22 jeunes prêtres français. Les uns ordonnés dans des structures lefebvristes (11 Français sur 23 ordonnés). Les autres dans le courant traditionaliste, comme la Fraternité Saint-Pierre (6 Français sur 19 ordonnés) et plusieurs autres instituts.

    Témoin, le succès étonnant de la communauté Saint-Martin de sensibilité très classique. Elle compte, à elle seule, 90 prêtres actifs et autant de séminaristes sans compter une année propédeutique qui attire beaucoup de jeunes. Tout comme des séminaires diocésains de styles classiques séduisent davantage aujourd’hui. Dans ce contexte, le dixième anniversaire du motu proprio de Benoît XVI visant à normaliser la messe en latin selon le missel de 1962, n’est pas totalement anecdotique. La tendance lourde du goût des jeunes catholiques pour une certaine tradition se confirme de plus en plus clairement. […]

    Il serait temps que l’épiscopat français en prenne toute la mesure et laisse aux traditionalistes la place qu’il leur faut. Notamment en leur accordant des paroisses personnelles (seuls 4 évêques en ont accordées !), en leur prêtant des églises plus spacieuses et en acceptant de ces fraternité la droit d’exercer pleinement (et non, comme certains évêques, en limitant le nombre de prêtres autorisés à exercer dans leur diocèse…).

  • Quand notre société organise la traque des enfants trisomiques

    IMPRIMER

    De Sandrine De Schutter sur le site de LaLibre.be relayé par didoc.be :

    Pourquoi traquer les enfants trisomiques ?

    Une mère réagit à une nouvelle mesure du gouvernement. Celle-ci prévoit le remboursement presque intégral d’un test de dépistage de la trisomie 21, alors que plus de fonds devraient être débloqués pour le traitement de cette même maladie.

    Je veux hurler que ma petite fille blonde aux yeux bleus est un trésor ! Que chacun de ses progrès nous fait vivre un bonheur intense. Elle est trisomique, et alors ? Le budget consacré au dépistage précoce me dégoûte !

    C’est la douleur d’une mère, celle d’un enfant trisomique, que j’ai envie de hurler à la face du monde en apprenant ce matin, à la radio, que le test prénatal non invasif (ou « NIPT ») sera désormais remboursé, en totalité ou en très grande partie, à tous ceux qui y recourent.

    Le NIPT permet de dépister précocement la trisomie 21 avec un taux de certitude de 99,8 %. Actuellement, il coûte environ 290 euros. À partir du 1er juillet prochain, il devrait être presque intégralement remboursé. Pour assurer ce dépistage à grande échelle, traquer au mieux ces enfants trisomiques, quinze millions d’euros ont été débloqués. Quelque 100.000 tests par an sont annoncés : de quoi avertir (et prévenir) autant que possible de la naissance de ce que le ministre De Block appelle les mongoloïdes.

    Gestion sélective des naissances ?

    Ce test contribue à éviter à la mère une amniocentèse dangereuse, c’est vrai. Mais est-ce là l’objectif véritable d’un tel dépistage ? N’a-t-on pas plutôt fait un pas de plus dans ce qu’il est désormais convenu pudiquement d’appeler la « gestion sélective des naissances » ? La honte et le dégoût m’étreignent.

    Nous, parents d’un enfant trisomique, aurions tellement aimé recevoir du ministre de la Santé le même soutien : en remboursant la logopédie, les services d’aide précoce ou l’inclusion scolaire, par exemple. Mais avec un quotient intellectuel en dessous de 86 points (s’agissant de notre enfant), on ne veut pas investir : c’est grave.

    Je veux crier haut et fort que ma petite fille blonde aux yeux bleus est un trésor ! Que chacun de ses progrès est une vraie victoire qui nous fait vivre un bonheur intense : bien plus beau, bien plus vrai, bien plus profond, que tous les bonheurs éphémères inlassablement proposés par la société de consommation. Elle est trisomique, et alors ?

    Chaque jour, elle nous fait grandir

    À force de stimulations et de persévérance, notre fille suit une scolarité normale avec de l’aide, engrange les amitiés, apprend à lire et à écrire, nage, roule à vélo,… à son rythme. Investir en elle, c’est l’aider à progresser et à devenir autonome. Elle est profondément heureuse avec sa trisomie : c’est une autre réalité qu’il est bon de souligner, encore et encore. Pour cela, il lui suffit de se sentir aimée.

    Bien sûr, la vie n’est pas toujours facile. Ni la sienne, ni la nôtre. Mais quelle vie est facile ? Notre vie a du sens car elle est utile à un autre être, plus faible peut-être, mais qui a tant à nous apporter. Combien de personnes dépressives ne retrouvent-elles pas du sens à leur existence en s’engageant au service des autres ?

    À 9 ans, elle est rayonnante, pleine d’empathie et de joie. Elle rend ses frères et sœurs plus attentifs aux autres, nous fait tous grandir dans le don de nous-même, nous enseigne la patience et le courage. La vérité est que notre fille trisomique, jour après jour, continue à nous faire grandir en humanité.

    Pourquoi cette traque ?

    Alors je veux crier une nouvelle fois ma tristesse face à une société qui semble avoir définitivement démissionné face à la fragilité. Pourquoi traque-t-on ainsi les enfants trisomiques ? Parce qu’un avortement coûterait moins cher à la collectivité qu’en assurer la prise en charge adéquate ? La vie de ma fille vaudrait-elle moins que celle d’un autre ? Dois-je comprendre que la différence rend indigne de vivre ?

    Combien de temps faudra-t-il encore avant que je ne me voie reprocher un manque de conscience citoyenne en faisant le choix personnel de garder un enfant dont le handicap coûtera cher au reste de la population ? Combien de temps s’écoulera-t-il avant qu’on ne me considère comme l’égoïste n’ayant pas voulu tirer les leçons pourtant si simples d’un NIPT positif ? N’aurais-je pas manqué de solidarité avec le portefeuille de mon voisin ?

    Non, définitivement, une campagne de dépistage précoce de la trisomie 21, remboursement à la clé, n’est ni un progrès ni une avancée. Vers où allons-nous ? Faut-il être parfait pour rester en vie ? Allons-nous aussi supprimer les enfants atteints de mucoviscidose ? Ou ceux qui, plus tard, développeront un cancer ? Où nous arrêterons-nous ? Quelle société sommes-nous en train de construire ? Peut-être celle du mensonge, où une pratique eugéniste nous est vendue comme un simple test destiné à aider les parents à se préparer au mieux à la naissance de leur enfant. Mais de quoi parle-t-on ?

    Le manque d’accompagnement

    Une fois le syndrome de Down détecté, quelle information et quel accompagnement sont apportés aux parents ? Presque aucun. A-t-on vraiment le droit de décider de la vie ou de la mort d’un enfant dont personne ne nous dit le bonheur qu’il vivra et qu’il nous procurera au-delà de sa différence ? On a peur de ce qu’on ne connaît pas. Pourtant, nombreux sont les parents qui, après avoir découvert à la naissance la trisomie de leur enfant, après avoir encaissé ce qui fut assurément un choc, se sont relevés et n’imaginent désormais plus la vie sans cet enfant.

    Ce n’est pas du handicap que l’enfant trisomique et sa famille souffrent le plus. C’est d’être pointés du doigt. Alors, qu’il me soit permis de faire ici une confidence : mon mari et moi-même n’avons pas choisi de poursuivre une grossesse déjà bien entamée, mais d’adopter notre fille trisomique. Oui, d’adopter. Nous avons fait un choix, en pleine conscience. Un choix de vie qui est pour nous un vrai chemin de bonheur.

    C’est ce bonheur que je veux aussi hurler à qui veut l’entendre, plus encore que la colère qui m’habite face à cette traque honteuse qu’on appelle dépistage. C’est la joie qu’apporte notre enfant trisomique que je veux clamer à la société tout entière. Jusqu’à m’en époumoner.

    Cet article a été publié dans La Libre Belgique du 19-6-17 sous le titre « Ce n’est pas du handicap que l’enfant trisomique et sa famille souffrent le plus. C’est d’être pointés du doigt. » Sandrine De Schutter se présente comme maman.

    Source : http://www.lalibre.be/debats/opinions/ce-n-est-pas-du-handicap-que-l-enfant-trisomique-et-sa-famille-souffrent-le-plus-c-est-d-etre-pointes-du-doigt-opinion-59469955cd709410f324f151

  • Londres : revirement à l’hôpital Great Ormond street qui envisage de nouvelles possibilités pour traiter Charlie Gard

    IMPRIMER

    Lu sur le site d'Ouest-France :

    Trump et le pape pour le maintien en vie d’un bébé, l’hôpital revoit sa position

    L'hôpital pour enfants de Great Ormond street à Londres a annoncé ce vendredi qu'il allait examiner de nouvelles possibilités pour traiter Charlie Gard, un bébé atteint d'une maladie rare.

    L’hôpital pour enfants de Great Ormond street à Londres a annoncé ce vendredi qu’il allait examiner de nouvelles possibilités pour traiter Charlie Gard, un bébé atteint d’une maladie rare, quelques jours après les interventions du Pape et du président américain Donald Trump.

    Le petit Charlie Gard, onze mois, souffre d’une maladie génétique rare et son cerveau et fortement endommagé. Il ne peut plus bouger, ne voit plus, et n’est plus capable de pleurer ou de déglutir. Ses parents se battent pour l’emmener aux États-Unis où un traitement expériemental est en cours d’élaboration, pour financer le déplacement, ils ont lancé une cagnotte, dont l’objectif est déjà atteint.

    L’hôpital devait cesser de maintenir en vie le bébé, Charlie Gard, à la suite d’une décision de justice mais contre l’avis de ses parents. « Deux hôpitaux internationaux et leurs chercheurs nous ont indiqué ces dernières 24 heures qu’ils avaient de nouveaux éléments pour le traitement expérimental qu’ils avaient proposé », a expliqué l’hôpital dans un communiqué, indiquant qu’il allait les examiner.

    « Nous estimons, tout comme les parents de Charlie, qu’il est juste d’explorer ces éléments », a ajouté l’établissement.

    Soutien du pape et de Trump

    En avril dernier, un tribunal britannique avait estimé que les médecins devaient cesser de maintenir artificiellement en vie Charlie Gard, qui souffre d’une maladie génétique rare et dont le cerveau est fortement endommagé.

    Après avoir été porté devant la Cour d’appel puis la Cour suprême au Royaume-Uni, le jugement avait été confirmé en juin par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), tandis que Connie Yates et Chris Gard, les parents de l’enfant, souhaitaient l’emmener aux Etats-Unis pour le faire soigner.

    Quelques jours après la décision de la CEDH, le Pape François et le président américain Donald Trump s’étaient exprimés. Dans un communiqué du Vatican, le pape avait demandé que le petit Charlie puisse être soigné jusqu’au bout : « Le Saint-Père suit avec affection et émotion l’affaire du petit Charlie Gard et exprime sa proximité à ses parents. » De son côté, Donald Trump affirmait dans un tweet que « les États-Unis seraient ravis d’aider le petit Charlie ».

  • La communauté Saint-Martin, une façon nouvelle d’appréhender le sacerdoce en réponse aux défis contemporains

    IMPRIMER

    D'Eléonore de Vulpillières sur aleteia.org :

    Au cœur des ordinations de la communauté Saint-Martin

    © EdV

    Cérémonie d'ordination : chaque prêtre présent impose les mains sur la tête du futur ordonné signe de communion et d’accueil. 

    Chaque année, la communauté Saint-Martin peut rendre grâce pour les nombreuses vocations sacerdotales qu’elle suscite. Ces ordinations extra-diocésaines, pour un ministère quasi diocésain, apparaissent par bien des aspects comme le résultat d’une façon nouvelle d’appréhender le sacerdoce, en réponse aux défis contemporains.

    Le samedi 24 juin, on eu lieu de nombreuses ordinations partout en France. À Evron, en Mayenne, la communauté Saint-Martin accueille trois nouveaux prêtres et huit diacres. De toute la France, mais aussi d’Autriche — en costumes tyroliens — et d’Allemagne, l’assistance est venue entourer les ordinants, Pierre Gazeau, Xandro Pachta-Reyhofen et Phil Schulze Dieckhoff. La messe, qui dure trois heures, est présidée par l’évêque de Laval, Monseigneur Thierry Scherrer. Au cours de son homélie, celui-ci exhorte les ordinants à être des « témoins de la miséricorde envoyés dans le monde », tout en soulignant l’importance de l’humilité dans le ministère sacerdotal. Un monde qui a besoin de « vrais prêtres », pas seulement pour eux-mêmes, mais surtout pour les autres. L’évêque rappelle que les nouveaux prêtres, tout en conservant leurs personnalités, bien particulières, se doivent d’être les « instruments dociles » du Seigneur, en étant « totalement remis à Dieu ». À la fin de la messe, le nonce apostolique en France, Luigi Ventura, prêtre depuis quarante-huit ans, prononce avec émotion un mot de remerciement à l’endroit de la communauté et de ses nouveaux prêtres.

    Lire la suite sur aleteia.org

  • Une année "pour Dieu" à Bruxelles avec l'Institut Sophia

    IMPRIMER

    2016_05_25_5745cff27e142.jpgUne année "pour Dieu" à Bruxelles avec l'Institut Sophia

    L’Institut Sophia à Bruxelles propose à des jeunes de 18 à 28 ans de prendre une année pour réfléchir à cette interrogation fondamentale et y apporter une réponse libre, personnelle : qui est Jésus pour moi ?

    Fort de son expérience de dix ans, l’Institut Sophia propose une formation de niveau universitaire centrée sur la lecture de la Parole de Dieu, la vie spirituelle, l’étude de la philosophie et la découverte de la culture.

    Grâce à l’accompagnement de laïcs engagés au sein du diocèse de Bruxelles et au soutien de l’Institut d’Études Théologiques (IÉT) où sont formés une centaine d’étudiants, un suivi personnel et académique est mis en place selon les besoins de chaque jeune.

    La Parole retentit partout et toujours, pour qui sait tendre l’oreille de l’âme. C’est alors que la réponse intime et personnelle peut jaillir peu à peu, lumineuse et libre, ouvrant à une vie intérieure féconde.

    Telle est la vocation de l’Institut Sophia !

    Voici le point de contact : Portable (Belgique) : 00 32 477 042 367

    Rentrée académique 23 septembre 2017

    institutsophia@yahoo.fr - http://www.institutsophia.org

  • La "culture de la rencontre", cette priorité du pape François

    IMPRIMER

    Une confirmation de ce que Sandro Magister soulignait ICI :

    Le Pape adresse un message vidéo à un congrès de Scholas Occurrentes (de Radio Vatican) 

    (RV) Le Pape François a adressé un message vidéo en espagnol pour la conclusion, ce mercredi 5 juillet 2017, du congrès des “Chaires Scholas”, organisé par la Fondation pontificale Scholas Occurrentes à l’Université hébraïque de Jérusalem

    Environ 70 jeunes israéliens et palestiniens participaient à cet évènement, avec d’autres jeunes venus d’une quarantaine d’universités du monde entier.

    «Je veux célébrer ces journées vécues ici à Jérusalem, parce que vous-mêmes, à partir de vos différences, vous avez rejoint l’unité», s’est réjoui le Pape dans son message. Il a mis en avant l’importance de la fête comme expression de sens, et comme une occasion de dépasser les préjugés, pour pouvoir rêver et «trouver de nouvelles routes».

    Cette rencontre a montré qu’il faut «générer un contexte d’espérance pour que ces rêves grandissent et se partagent». « Un rêve, quand il est partagé, devient l’utopie d’un peuple, la possibilité de créer une nouvelle façon de vivre », a relevé le Pape. François a une nouvelle fois insisté sur «la culture de la rencontre» et l’importance de valoriser la diversité des cultures pour rejoindre non pas l’uniformité mais l’harmonie.

    «Et combien en a besoin ce monde si atomisé!», s’est exclamé le Pape. «Ce monde qui a peur de la diversité, qui à partir de cette peur parfois construit des murs qui finissent pas transformer en réalité le pire cauchemar, en vivant comme des ennemis». Il faut donc sortir, et aller à la rencontre les uns des autres.

    Le Pape a remercié les participants pour leur engagement à rêver, à chercher le sens, à mobiliser l’esprit, les mains et le cœur pour transformer en réalité la culture de la rencontre. Un olivier a été planté en signe de fraternité entre chrétiens, juifs et musulmans.

  • Quand Jean-Paul II évoquait sainte Maria Goretti (6 juillet)

    IMPRIMER

    MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II À L'ÉVÊQUE D'ALBANO À L'OCCASION DU CENTENAIRE DE LA MORT DE SAINTE MARIA GORETTI

    A mon Vénéré frère Mgr Agostino VALLINI, Evêque d'Albano

    1. Il y a cent ans, le 6 juillet 1902, à l'hôpital de Nettuno, mourait Maria Goretti, sauvagement poignardée le jour précédent dans le petit village de Le Ferriere, dans l'Agro Pontino. En raison de son histoire spirituelle, de la force de sa foi, de sa capacité à pardonner son bourreau, elle figure parmi les saintes les plus aimées du XXème siècle. C'est donc de façon opportune que la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ, à laquelle est confié le soin du Sanctuaire  dans  lequel  repose la dépouille mortelle de la sainte, a voulu célébrer cet événement avec une solennité particulière.

    Sainte Maria Goretti fut une jeune fille à laquelle l'Esprit de Dieu accorda le courage de rester fidèle à la vocation chrétienne, jusqu'au sacrifice suprême de la vie. Son jeune âge, le manque d'instruction scolaire et la pauvreté du milieu dans lequel elle vivait n'empêchèrent pas à la grâce de manifester ses prodiges en elle. C'est même précisément dans ces conditions qu'apparut de façon éloquente la prédilection de Dieu pour les personnes humbles. Les paroles avec lesquelles Jésus bénit le Père céleste pour s'être révélé aux petits et aux humbles, plutôt qu'aux sages et aux savants du monde (cf. Mt 11, 25) nous reviennent à l'esprit.

    Il a été observé à juste titre que le martyre de sainte Maria Goretti ouvrit ce qui devait être appelé le siècle des martyrs. C'est précisément dans cette perspective, au terme du grand Jubilé de l'An 2000, que j'ai souligné comment "la vive conscience de la pénitence ne nous a pas empêchés de rendre gloire au Seigneur pour ce qu'il a fait au cours de tous les siècles, en particulier au cours du siècle que nous laissons derrière nous, assurant à son Eglise une vaste cohorte de saints et de martyrs" ( Novo millennio ineunte, n. 7).

    2. Maria Goretti, née à Corinaldo, dans les Marches, le 16 octobre 1890, dut très tôt prendre la route de l'émigration avec sa famille, arrivant, après plusieurs étapes, à Le Ferriere di Conca, dans l'Agro Pontino. Malgré les problèmes liés à la pauvreté, qui ne lui permirent pas d'aller à l'école, la petite Marie vivait dans un milieu familial serein et uni, animé par la foi chrétienne, où les enfants se sentaient accueillis comme un don et étaient éduqués par  leurs  parents  au respect d'eux-mêmes et des autres, ainsi qu'au sens du devoir accompli par amour de Dieu. Cela permit à la petite fille de grandir de façon sereine en nourrissant en elle une foi simple, mais profonde. L'Eglise a toujours reconnu à la famille le rôle primordial et fondamental de lieu de sanctification pour ceux qui en font partie, à commencer par les enfants.

    Dans ce contexte familial, Marie acquit une solide confiance dans l'amour providentiel de Dieu, une confiance qui s'est manifestée en particulier au moment de la mort de son père, frappé par la malaria. "Maman, ne perds pas courage, Dieu nous aidera", disait la petite fille dans ces moments difficiles, réagissant avec force au profond vide laissé en elle par la mort de son père.

    3. Dans l'homélie pour sa canonisation, le Pape Pie XII, de vénérée mémoire, indiqua Maria Goretti comme "la petite et douce martyre de la pureté" (cf. Discours et radio-messages, XII [1950-1951], 121), car malgré la menace de mort, elle ne manqua pas au commandement de Dieu.

    Quel exemple lumineux pour la jeunesse! La mentalité privée d'engagements, qui envahit une grande partie de la société et de la culture de notre temps, a parfois du mal à comprendre la beauté et la valeur de la chasteté. Il ressort du comportement de cette jeune sainte une perception élevée et noble de sa propre dignité et de celle d'autrui, qui se reflétait dans les choix quotidiens, en leur conférant pleinement leur sens humain. N'y a-t-il pas en tout cela une leçon d'une grande actualité? Face à une culture qui accorde trop d'importance à l'aspect physique de la relation entre homme et femme, l'Eglise continue à défendre et à promouvoir la valeur de la sexualité comme un élément qui touche chaque aspect de la personne et qui doit donc être vécu selon une attitude intérieure de liberté et de respect réciproque, à la lumière du dessein originel de Dieu. Dans cette perspective, la personne se découvre être à la fois la destinataire d'un don et appelée à devenir, à son tour, un don pour l'autre.

    Dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, j'observai que "dans la vision chrétienne du mariage, la relation entre un homme et une femme - relation réciproque et totale, unique et indissoluble - répond au dessein originel de Dieu, qui s'est obscurci dans l'histoire par la "dureté du coeur", mais que le Christ est venu restaurer dans sa splendeur originelle, en révélant ce que Dieu a voulu "depuis le commencement" (Mt 19, 8). Dans le mariage, élevé à la dignité de sacrement, est aussi exprimé le "grand mystère" de l'amour sponsal du Christ pour son Eglise (cf. Ep 5, 32)" (n. 47).

    Il est indéniable que l'unité et la stabilité de la famille humaine doivent aujourd'hui faire face à de nombreuses menaces. Mais, heureusement, à côté de celles-ci, on constate une conscience renouvelée des droits des enfants à être élevés dans l'amour, protégés de tous les types de dangers et formés de façon à pouvoir, à leur tour, affronter la vie avec force et confiance.

    4. Dans le témoignage héroïque de la sainte de Le Ferriere, le pardon offert à l'assassin et le désir de pouvoir le retrouver, un jour, au paradis est également digne d'une attention particulière. Il s'agit d'un message spirituel et social d'une importance extraordinaire pour notre temps.

    Le récent grand Jubilé de l'An 2000, parmi d'autres aspects, a été caractérisé par un profond appel au pardon, dans le contexte de la célébration de la miséricorde de Dieu. L'indulgence divine pour les difficultés humaines se présente comme un modèle exigeant de comportement pour tous les croyants. Le pardon, dans la pensée de l'Eglise, ne signifie pas relativisme moral ou permissivité. Au contraire, il exige la pleine reconnaissance de la faute et la prise en charge de ses propres respon-sabilités, comme condition pour retrouver la paix véritable et reprendre avec confiance son chemin sur la route de la perfection évangélique.

    Puisse l'humanité avancer de façon décidée sur la voie de la miséricorde et du pardon! L'assassin de Maria Goretti reconnut la faute commise, il demanda pardon à Dieu et à la famille de la martyre, il expia avec conviction son crime et garda pendant toute sa vie cette disposition d'esprit. La mère de la sainte, pour sa part, lui offrit sans réticence le pardon de la famille, dans la salle du tribunal où se tint le procès. Nous ne savons pas si ce fut la mère qui enseigna le pardon à sa fille ou le pardon offert par la martyre sur son lit de mort qui détermina le comportement de sa mère. Il est toutefois certain que l'esprit de pardon animait les relations au sein de toute la famille Goretti, et c'est pourquoi il put s'exprimer avec tant de spontanéité chez la martyre et sa mère.

    5. Ceux qui connaissaient la petite Maria, dirent le jour de ses funérailles:  "Une sainte est morte!". Son culte s'est diffusé sur tous les continents, suscitant partout l'admiration et la soif de Dieu. En Maria Goretti resplendit le caractère radical des choix évangéliques, qui ne connaît pas d'obstacles, mais au contraire est soutenu par les sacrifices inévitables requis par l'appartenance fidèle au Christ.

    Je montre l'exemple de cette sainte en particulier aux jeunes, qui sont l'espérance de l'Eglise et de l'humanité. A la veille, désormais, de la XVIIème Journée mondiale de la Jeunesse, je désire leur rappeler ce que j'ai écrit dans le Message qui leur était adressé en préparation à cet événement ecclésial tant attendu:  "Au plus fort de la nuit, on peut se sentir apeuré et peu sûr, et l'on attend alors avec impatience l'arrivée de la lumière de l'aurore. Chers jeunes, il vous appartient d'être les sentinelles du matin (cf. Is 21, 11-12) qui annonçent l'arrivée du soleil qui est le Christ ressuscité!" (n. 3).

    Marcher sur les traces du divin Maître comporte toujours une prise de position décidée en Sa faveur. Il faut s'engager à le suivre partout où il va (cf. Ap 14, 4). Toutefois, les jeunes savent qu'ils ne sont pas seuls sur ce chemin. Sainte Maria Goretti et les nombreux adolescents qui, au cours des siècles, ont payé par le martyre l'adhésion à l'Evangile, se trouvent à leurs côtés pour communiquer à leurs âmes la force  de  rester fermes dans la foi. C'est ainsi qu'ils pourront être les sentinelles d'un matin radieux, illuminé par l'espérance. Que la Très Sainte Vierge, Reine des Martyrs, intercède pour eux!

    En élevant cette prière, je m'unis spirituellement à tous ceux qui prendront part aux célébrations jubilaires au cours de ce centenaire et je vous envoie, Vénéré pasteur diocésain, ainsi qu'aux Pères passionnistes bien-aimés qui oeuvrent dans le Sanctuaire de Nettuno, aux fidèles de sainte Maria Goretti et, en particulier, aux jeunes, une Bénédiction apostolique spéciale, propitiatoire d'abondantes faveurs célestes.

    Du Vatican, le 6 juillet 2002

  • Les "enfants adorateurs" ou quand des petits s'éveillent à la vie intérieure

    IMPRIMER

    D'Anne-Claire de Castet sur le site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    Enfants adorateurs : l’éveil à la vie intérieure

    enfants adorateursDes enfants contemplant « Jésus caché »  ©N.JUNG.COM

    EXCLUSIF MAG – Dès leur plus jeune âge, l’adoration les fait entrer naturellement dans l’intimité du Christ et les familiarise à un cœur à cœur direct avec Dieu.

    Comme ils le font deux fois par mois, les enfants adorateurs de Rouen se réunissent derrière l’église du Sacré-Cœur. Les « grands » de 6 ans sont attentifs à l’enseignement de Cyriane, une maman responsable du groupe, mais il fait chaud en ce mercredi après-midi caniculaire et ceux de 4 ans commencent à s’agiter. Pourtant, il est temps d’aller adorer le Saint-Sacrement dans la chapelle contiguë. Après s’être signés, les petits s’agenouillent spontanément, certains se prosternent face contre terre, et le calme se fait. Un moment. Pas très long, mais un moment où quelque chose s’est passé. Les 6-8 ans prennent leur suite et les yeux rivés sur le Saint-Sacrement, contemplent « Jésus caché ». Jules a 8 ans : « Trop long vingt minutes ? – Oh non ! », répond-il avec un sourire lumineux.

    Comment de si petits peuvent-ils adorer quand, avec la meilleure volonté du monde, des adultes ont du mal à ne pas « sécher » ? « Il y a une connexion directe entre le cœur des enfants et le Seigneur. Ils ont le Wifi », assure Cécile, maman de petits adorateurs en région parisienne et ancienne responsable de groupe. Les enfants de cet âge comprennent avec leur cœur avant de chercher à raisonner. Il se passe vraiment quelque chose affirment tous ceux qui les assistent pendant les adorations.

    Bien sûr, il serait utopique d’imaginer trente enfants en lévitation pendant une heure. « Ce n‘est pas grave s’ils sont un peu agités. Même si le temps d’oraison est furtif, c’est déjà ça », rassure Cécile. Toutes les responsables de groupe avouent humblement semer sans savoir ce qui va pousser. Florence Schlienger, longtemps responsable à Versailles, se rappelle un enfant qui avait tourné le dos à l’autel pendant toute l’adoration. Pourtant, le mois qui suivit, il parla sans cesse de l’amour de Dieu à sa maman. C’est une éducation à la vie intérieure dont on ne voit pas tout de suite les fruits, admettent aussi les mamans, mais on sème pour plus tard. Le Père Thibaud Labesse, aumônier du groupe d’enfants adorateurs de Saint-Cloud, confirme : « Plus tôt on apprend à prier, plus cela devient naturel. »

    « On comprend que le Bon Dieu est là »

    Ce cœur à cœur avec Jésus nourrit leur vie intérieure. Beaucoup de mamans d’adorateurs témoignent d’un changement de comportement à la messe, comme la mère d’Honorine âgée de seulement 4 ans et demi. Alexia, la responsable du groupe de Saint-Cloud et maman de cinq enfants, constate sur ses aînés que « cela a contribué à rendre la Présence réelle plus évidente ». Maylis, 8 ans, n’hésite d’ailleurs pas à affirmer : « On comprend que le Bon Dieu est là. » Le Père Labesse demandait récemment aux petits : « Quel est le lieu où est révélé le plus l’amour de Dieu ? » « Du tac au tac ils ont répondu : “La croix de Jésus” ! », rapporte le vicaire encore émerveillé.

    « On accompagne les enfants et on déploie une pédagogie pour entrer dans le silence et se mettre en présence de Jésus », explique Sœur Beata, qui aide les Missionnaires de la Très-Sainte-Eucharistie dans leur apostolat. D’environ une heure, ces parcours commencent par des ateliers qui les prédisposent à l’adoration : lecture de l’Évangile, temps d’enseignement, coloriage de dessins adaptés. Puis ils se rendent en groupe à l’adoration, ponctuée de chants, de gestes d’offrande, d’intentions de prière et de la consécration des enfants adorateurs : dix minutes pour les plus petits (4 ans), vingt-cinq pour les CM2 avec des plages de silence plus larges.

    Partie de Montmartre, cette école de prière, qui n’a pas vocation à remplacer le catéchisme, avait essaimé à Versailles, reprise notamment par Florence Schlienger. Forte de ses quinze ans d’expérience, celle-ci a écrit un guide, Préparer le cœur des enfants à adorer, à la demande des Missionnaires de la Très-Sainte-Eucharistie. Vendu par leurs soins, il est destiné à ceux qui souhaitent lancer et animer un groupe d’enfants adorateurs. « C’est une éducation à la prière qui leur permet d’acquérir petit à petit une relation vivante à Jésus », explique Sœur Philippine, de la Famille missionnaire Notre-Dame au Grand-Fougeray (Ille-et-Vilaine), qui organise des groupes sur le même modèle.

    Comme souvent, Cyriane et Alexia ont, quant à elles, conçu les parcours, en lien avec leur curé. À Sainte-Marie-des-Batignolles (Paris), l’adoration est même proposée aux 0-7 ans en séances de 15 minutes. À Viroflay, Aude s’est appuyée sur un autre guide, Je me prépare à l’adoration (Éd. Emmanuel), pour construire son parcours. La présence du prêtre est essentielle : il représente le Christ, et les enfants prient avec et pour lui. « L’adoration faisant entrer l’enfant dans l’intimité du Christ, dans un réflexe d’amour avec le Seigneur, elle est un terreau pour les vocations », assure Florence. Elle qui a vu les merveilles semées par cette école de prière en est convaincue : « Cette introduction de la présence de Dieu dans la vie personnelle est ce qui va relever l’Église, plus que tous les cours de théologie ! »

    Congrès Adoratio 2017

    Organisé par les Missionnaires de la Très-Sainte-Eucharistie, ce congrès sur l’adoration eucharistique a pour thème « Adorer au cœur du monde ». Il se tiendra du 9 au 14 juillet à Saint-Maximin la Sainte-Baume (Var) dans la basilique Sainte-Marie-Madeleine, lieu où la sainte, « Apôtre de la Miséricorde », a été enterrée. Ce congrès ouvert à tous s’adresse à toute personne qui veut faire une nouvelle expérience de l’amour et de la miséricorde divine par l’eucharistie et la journée du 10 juillet sera spécifiquement consacrée aux paroisses adoratrices.

    Le congrès sera animé par des conférenciers et témoins, laïcs, religieux, prêtres, tous engagés dans un ministère de miséricorde centré sur l’adoration eucharistique : le cardinal Mauro Piacenza, Mgr Dominique Rey, Mgr André Léonard, le Père Nicolas Buttet, Véronique Lévy…

    Claire a participé au dernier congrès en 2015  : « Le cadre est exceptionnellement beau et chargé de l’histoire spirituelle de sainte Marie Madeleine. J’ai été touchée par l’ambiance familiale qui règne entre les pèlerins. Les intervenants étaient des grandes figures de  la foi et j’ai pu découvrir les Missionnaires de la Très-Sainte-Eucharistie. Dans ces journées, tout était fait pour n’avoir qu’à accueillir les grâces ! » 

  • Le ministre de l'Economie du Vatican inculpé en Australie pour pédophilie

    IMPRIMER

    Lu dans le « Figaro » :

    « Le cardinal George Pell, argentier du Vatican, fait l'objet d'une enquête de la police sur des accusations de pédophilie, qu'il dément catégoriquement. Âgé de 76 ans, il est le plus éminent ecclésiastique mis en cause dans une telle affaire. Il a été inculpé jeudi d'abus sexuels et est convoqué le 18 juillet devant un tribunal australien.

    Le cardinal australien George Pell a été inculpé jeudi en Australie pour de multiples sévices sexuels. Contrairement à ce que les premiers éléments communiqués ont laissé croire, cette inculpation ne concerne pas explicitement des sévices commis sur des enfants. Plus haut représentant de l'Église catholique en Australie, le prélat de 76 ans est aussi le numéro trois du Saint-Siège, dont il est le ministre de l'Économie depuis 2014. Il est visé depuis 2016 par une enquête liée à ces accusations, qu'il dément catégoriquement depuis. Il avait été interrogé à Rome par la police australienne en octobre.

    «La police de l'État de Victoria a inculpé George Pell pour des délits d'agressions sexuelles anciennes», a déclaré à la presse le commissaire adjoint de la police, ajoutant qu'«il y a de nombreux plaignants liés à ces accusations». L'officier n'a donné aucune précision sur les faits précis pour lesquels le cardinal est inculpé. Il n'a pas non plus répondu aux questions des journalistes, soulignant la nécessité de préserver l'intégrité de la procédure judiciaire.

    «J'ai hâte d'avoir enfin l'occasion d'aller devant un tribunal»

    George Pell est convoqué le 18 juillet devant le tribunal de première instance de Melbourne pour y être entendu. «Je suis innocent, ces accusations sont fausses», a par la suite déclaré George Pell devant la presse, avant d'annoncer son intention de rentrer dans son pays. «J'ai hâte d'avoir enfin l'occasion d'aller devant un tribunal», a-t-il affirmé. «L'idée même d'abus sexuel m'est odieuse», a-t-il déclaré, en dénonçant une entreprise «sans relâche de démolition» de son image durant l'enquête. «J'ai toujours été complétement cohérent et clair dans mon rejet total de ces allégations.» «La procédure de justice m'offre désormais l'occasion de blanchir mon nom et de revenir ici à Rome pour travailler», a-t-il conclu.

    Le cardinal George Pell lors de sa prise de parole devant la presse, jeudi à Rome.

    Le Vatican a indiqué avoir accepté «le congé» réclamé par le cardinal australien George Pell, sans exiger sa démission. Dans un communiqué soulignant «l'honnêteté» et «le dévouement énergique» du cardinal, le Vatican précise que le pape François a été informé de la demande exprimée par le cardinal australien et qu'en l'absence de ce dernier, le Secrétariat à l'Économie du Saint-Siège continuera à fonctionner normalement.

    Des faits qui remontent aux années 1970 et 1980

    Les accusations ont été révélées durant l'été 2016, après la diffusion partielle d'un rapport de police par ABC. «C'est une affaire sur laquelle nous avons enquêté et sur laquelle nous enquêtons toujours», avait alors confirmé le commissaire principal de la police de l'État de Victoria. La chaîne australienne indiquait avoir obtenu huit procès-verbaux d'auditions de plaignants, de témoins et de proches, relatifs aux allégations portées contre le cardinal. L'enquête policière portait, entre autres, sur des accusations émanant de deux hommes, aujourd'hui âgés d'une quarantaine d'années, qui affirment avoir été victimes d'attouchements de la part du cardinal à l'été 1978-79. Un autre témoignage évoquait une scène lors de laquelle George Pell se serait montré nu devant trois garçons de huit à 10 ans, dans un vestiaire d'un club de surf de Torquay, pendant l'été 1986-1987.

    Quelques mois avant ces révélations, George Pell avait longuement témoigné par visioconférence depuis Rome devant une commission d'enquête royale australienne. Celle-ci s'intéressait à la façon dont l'Église australienne avait réagi aux accusations de pédophilie visant des prêtres, datant pour la plupart des années 1970. Entendu trois fois dans ce cadre, le cardinal avait démenti en avoir eu connaissance tout en reconnaissant que l'Eglise catholique avait «failli» et avait connu une période «de crimes et de dissimulations».

    Deux des plaignants «ravis»

    Ordonné prêtre en 1966 à Rome, avant de revenir en Australie en 1971 où il avait gravi les échelons de la hiérarchie catholique, George Pell a été nommé archevêque de Melbourne en 1996, puis de Sydney en 2001. Il avait été accusé en 2002 d'abus sexuels pour des faits présumés très anciens mais avait été innocenté par la suite. Il avait été choisi en 2014 par le pape François pour mettre davantage de transparence dans les finances du Vatican.

    » Lire aussi - Le pape François crée un «ministère des Finances» au Vatican

    L'avocat de deux hommes qui ont porté plainte contre Mgr Pell a affirmé que ses deux clients, qui souhaitent conserver l'anonymat, étaient «ravis». «Cela a été très dur pour eux d'oser sortir du rang», a déclaré Ingrid Irwin au Melbourne Herald Sun. «Accuser quelqu'un qui, pour certains, n'est autre que l'adjoint de Dieu leur a créé beaucoup de problèmes.»

    L'annonce de cette inculpation coïncide avec la fin de la commission d'enquête devant laquelle le cardinal avait témoigné, qui avait commencé ses travaux en 2013. Les témoignages de milliers de victimes ont été recueillis dans ce cadre. L'avocate présidant ces travaux, Gail Furness, avait annoncé en février que 4444 faits de pédophilie avaient été signalés aux autorités de l'Église australienne et qu'entre 1950 et 2010, et que «7% des prêtres étaient des auteurs présumés» d'abus sexuels sur des enfants.

    Ref. Le ministre de l'Economie du Vatican inculpé en Australie pour pédophilie

    JPSC

  • Liège, 15 juin : NIGHTFEVER SPECIALE FETE-DIEU à la CATHEDRALE

    IMPRIMER

     

    NightFeverLiege #5 ce jeudi 15 juin
    Spéciale Fête-Dieu, Cathédrale de Liège!

    Vous ne priez pas souvent ? Vous allez adorer.

    Rejoignez sur Facebook l'évènement de ce jeudi 15 juin

    Opération 1.000 bougies pour la paix.
    Elles symbolisent votre intention, peu importe si c’est de la joie ou un remerciement, si vous êtes en deuil, si vous êtes soucieux, ou tout simplement bouleversé. De la bonne musique, adoration, ambiance feutrée, un vrai coeur à coeur avec Jésus.

    Nous recherchons encore des volontaires pour la NightFever: chorale et service accueil à la cathédrale, contactez info@liegefetedieu.be

    Découvrez le programme des 4 jours de festivités
    www.liegefetedieu.be

  • Douze mille pèlerins de Paris à Chartres durant le week-end de la Pentecôte. Max Guazzini était parmi eux

    IMPRIMER

    Lu sur le site de "Famille chrétienne"

    Chartres.jpg"Parmi les douze mille pèlerins qui ont participé pendant le week-end de Pentecôte au pèlerinage de Chartres organisé par Notre-Dame de Chrétienté, était présent Max Guazzini, chanteur, attaché de presse, avocat, patron de la radio NRJ puis du Stade Français qu’il a portés au faîte du succès. Homme passionné qui fait bouger les lignes, cet intime de Dalida et admirateur de Benoît XVI vient de publier « Je ne suis pas un saint » (Laffont, mars 2017). Rencontre.

    Vous étiez à Chartres hier. Quelles sont vos impressions?

    J’ai fait le pèlerinage quand j’étais étudiant, maintenant je vais plutôt à l’arrivée. C’était une journée radieuse, un moment de grâce et plein d’espérance. Voir tous ces jeunes qui marchent trois jours, bannière au vent ! On a besoin de quelque chose qui nous dépasse et le pélé de Chartres dépasse toutes les personnes qui y participent ! Evidemment les médias n’en parlent pas. J’avais écrit un tweet l’année dernière, qui se tenait en même temps que Nuit Debout : « Pèlerinage de Chartres, 110 km à pied, + de 12000 jeunes qui marchent et ne cassent rien. Pas d’intérêt pour les médias ». Ce tweet a été vu 77 620 fois.

    Votre livre est une fresque vivante des dernières décennies, qui fait passer des coulisses du show-bizz à l’encens des messes extraordinaires. Pourquoi avoir choisi ce titre « Je ne suis pas un Saint ? »

    Cette idée de titre remonte à un article du journal l’Equipe écrit suite au CD que j’avais sorti « les Chants de Marie ». J’avais expliqué à la journaliste que ce n’était pas parce que j’avais fait cet album que j’étais un saint et cela avait fait le titre de l’article. Dans mon livre il y a une trame catholique, malgré tous mes errements. Il commence et finit par ma vie de foi, mais pendant des années je ne suis pas allé à la messe ou seulement épisodiquement.

    Vous êtes-vous perdu au milieu ?

     « Perdu », c’est beaucoup dire ! Je n’ai jamais été antireligieux et continuait même à regarder chaque année la bénédiction Urbi et Orbi.  Je pense plutôt à l’évangile de Marthe et Marie, quand on s’affaire à beaucoup de choses, on est distrait au sens pascalien. Mais cela dit, même quand ma foi était au fond d’un tiroir, j’ai toujours été fier d’être catholique.

    Comment conciliez-vous maintenant des facettes de votre histoire qui semblent contradictoires ?

    C’est vrai qu’il y a beaucoup de facettes très différentes, mais toute vie est un puzzle, avec des zones flamboyantes et des zones d’ombre, que j’aurais été malhonnête de nier.

    A la tête d’NRJ vous avez bouleversé le paysage de la radio libre, puis celui du Rugby français en faisant du Stade Français ce qu’il est devenu. Quel est votre secret pour réussir tout ce que vous entreprenez ?

    Je ne sais pas si j’ai tout réussi ! Mais j’ai toujours agi avec passion. La passion et la création sont mes moteurs. J’étais dans un contexte favorable pour NRJ et comme je suis fou, on a dépassé les limites !

    Des regrets ?

    Oui bien sûr. J’ai des regrets vis-à-vis de certaines personnes envers qui je n’ai pas été assez attentif.

    Quel événement a finalement ravivé votre foi ?

    J’ai toujours su que le Seigneur était présent - je m’étais même posé la question d’être prêtre dans mon enfance, mais j’aurais du renoncer à trop de choses. Je ne sais pas ce qui m’a ramené à la pratique… les voies du Seigneur sont impénétrables. C’était en 2007, j’avais décidé de retourner à la messe le dimanche. Puis j’ai appris qu’une messe en latin était célébrée à Sainte-Jeanne-de-Chantal Porte de Saint-Cloud. Elle est à midi, cet horaire me convient parfaitement car je ne suis pas un lève-tôt. Un jour une jeune femme m'a proposé d’intégrer la chorale quand elle s’est aperçue que je connaissais les chants latins. Je ne suis pas vraiment tradi, mais j’ai été formé dans le rite extraordinaire [à l’école Notre Dame de la Viste à Marseille] je m’y retrouve donc davantage. Je regrette que l’on ait tout envoyé promener.

    Vous avez même rassemblé des chants grégoriens dans le CD Credo.

    C’était il y a cinq ans, il a été Disque d’Or. Ce CD rassemble 46 chants populaires grégoriens. Les chants grégoriens constituaient un fond commun que tout le monde connaissait et qui maintenant a disparu. C’est regrettable, car maintenant, d’une paroisse à l’autre, le répertoire peut varier énormément et on est à la merci de celui qui choisit les chants sans forcément les connaître. Je pense que les gens ont besoin de sacré, de beaux chants et de ne pas subir des chansonnettes ! Pourquoi mettre de côté notre patrimoine, pourquoi abandonner le Salve Regina ? Faire table rase du passé n’a pas rempli nos églises. On aspire au sacré et le rite fait partie de la foi.

    Mais le grégorien est difficile et pas à la portée de tous.

    Je parle du grégorien populaire. Il est universel et beaucoup plus complet. En fait je suis pour un équilibre intelligent. On pourrait au moins mixer les chants dans nos liturgies.

    D’où vient votre dévotion pour Marie ?

    Dans la maison de mes grands-parents à Marseille il y avait une niche avec une statue de Notre-Dame de Lourdes. J’ai une grande dévotion pour elle et suis allé plusieurs fois à Lourdes.

    Vous préparez un nouvel album ?

    Oui, avec Universal, pour janvier 2018 mais je ne peux pas en dire plus.

    Irez-vous au Puy du Fou pour les 40 ans ?

    Je suis invité et espère pouvoir y aller. Moi qui suis binational, je pense que chaque pays doit cultiver sa culture ancestrale. L’histoire actuellement est écrite à sens unique. Par exemple au Séminaire des Carmes il pourrait au moins y avoir une reconnaissance officielle du massacre à l’arme blanche de 191 religieux, deux par deux, seulement pour avoir refusé de faire allégeance à la constitution civile du clergé. Finalement Daech n’a rien inventé ! 

    Etes-vous toujours en chemin ?

    Oui je suis toujours en chemin. Je vais à la messe tous les dimanches par foi, tradition, identité catholique. Il ne faut pas avoir peur de se revendiquer catholique !

    J’ai cette phrase du Christ qui dit « Viens et suis moi »  et je repense à ce vieux péplum Quo vadis ? où l’on voit Pierre qui a une vision du Christ alors qu’il s’enfuyait de Rome. L’apôtre Lui demande « quo vadis Domine », où vas-tu Seigneur ? et Jésus lui répond « je vais à Rome mourir à ta place ». Moi je n’ai pas encore répondu à la question de savoir où je vais.

    Anne-Claire de Castet"

    Max Guazzini : « Chartres, un moment de grâce »

    JPSC

  • 14-24 ans : Instagram et Snapchat sont les pires applis en matière de bien-être et de santé mentale

    IMPRIMER

    Du site "signis.net" :

    Instagram : pire réseau social pour le bien-être des jeunes

    Londres, 24 mai 2017 (Numerama). D'après les retours des utilisateurs de réseaux sociaux entre 14 et 24 ans, Instagram et Snapchat sont les pires applis en matière de bien-être et de santé mentale. En cause : le culte de l'image (souvent retouchée) et l'impression de ne pas bénéficier d'une vie aussi animée que celle d'autrui.

    De tous les réseaux sociaux à la mode, lequel exerce le pire impact sur le bien-être des adolescents ? Instagram est marqué de ce triste attribut — suivi de près par Snapchat — à en croire l’étude menée par la Royal Society for Public Health (RSPH), une association caritative britannique dédiée à la santé publique.

    Les sondés, 1 479 adolescents (ou jeunes adultes) entre 14 et 24 ans, devaient répondre à 14 questions concernant la santé et le bien-être (niveau d’anxiété, dépression, solitude…) sur ces plateformes pour attribuer une note à chacune. YouTube est considéré comme la plateforme à l’impact le plus positif sur la santé mentale, suivi par Twitter puis par Facebook. Viennent ensuite seulement Snapchat en quatrième position et Instagram en bout de piste.

    Pour Shirley Cramer, directrice du RSPH, les mauvais scores de ces deux applis — la première assumant son plagiat de la seconde — ne sont pas une coïncidence : « Il est intéressant de voir que Snapchat et Instagram sont bons derniers […] — ces deux plateformes sont focalisées sur l’image » Le RSPH va jusqu’à s’inquiéter d’une potentielle  «  crise de santé mentale provoquée par les réseaux sociaux » chez les jeunes.

    L’étude cite le témoignage de plusieurs sondés, dont l’une qui affirme : « Instagram amène facilement les filles et les femmes à penser que leurs corps sont loin d’être suffisamment beaux puisque les gens utilisent des filtres et modifient leurs photos pour paraître « parfaits ». » Un autre témoigne ainsi : « Cela a augmenté mon niveau d’anxiété […] Je m’inquiète toujours de savoir ce que les autres pensent de mes publications et de mes photos. »

    La RSPH constate un phénomène plus insidieux : « Le fait de voir en permanence des amis en vacances ou sortir peut amener les jeunes à se sentir exclus alors que d’autres profitent de la vie. Ces sentiments peuvent provoquer une attitude de « désespoir par comparaison » chez les jeunes ». L’étude analyse ainsi : « Les attentes irréalistes provoquées par les réseaux sociaux peuvent pousser les jeunes à des sentiments de gêne, de mauvaise estime de soi et une recherche de perfection qui peut prendre la forme de troubles d’anxiété. »

    Pour autant, l’association ne cite pas seulement l’impact négatif des réseaux sociaux : elle souligne aussi que certaines peuvent avoir un impact positif sur l’expression individuelle. Elle appelle surtout à adopter des mesures pour lutter contre ces dérives. Outre l’identification, par les réseaux sociaux, des utilisateurs à risque pour les guider vers un service d’aide approprié, elle appelle aussi ces plateformes à signaler les photos de personnes qui ont été retouchées, par exemple en intégrant un pictogramme dédié.

    La RSPH suggère aussi des campagnes de sensibilisation, dans le cadre scolaire, à une bonne utilisation des réseaux sociaux, et le lancement de fenêtres pop-up indiquant qu’on passe trop de temps sur la plateforme — une mesure soutenue par 70 % des sondés, conscients du phénomène d’addiction qui peut vite voir le jour.

    Instagram affirme que sa priorité est de garder la plateforme sécurisée pour les ados, rappelant qu’il fournit déjà des conseils pour gérer le harcèlement ou des avertissements avant l’accès à certains contenus. De son côté, Facebook a récemment multiplié les initiatives pour lutter contre le suicide, mais les récentes  révélations sur sa politique interne de modération interrogent sur sa régulation réelle du contenu.