Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Publications - Page 5

  • Nouveauté en librairie : Les Raisons de la Foi de Saint Thomas d'Aquin

    IMPRIMER
     
    Comment Dieu peut-il avoir un Fils ? Comment le Saint-Esprit est-il Dieu ? Comment Dieu a-t-il pu s’incarner ? Comment peut-on manger le Corps de Jésus-Christ ? Y a-t-il un Purgatoire ? Comment concilier prédestination et liberté humaine ?…
     
    Autant de questions auxquelles il n’est pas toujours facile de répondre quand elles sont objectées contre la foi, en particulier par l’islam.
     
    Saint Thomas donne ici des arguments rationnels, à même de manifester la grande convenance du dogme catholique, et de détruire les objections. 

    Commander

  • Quand l'heure est venue

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël sur son blog :

    L'heure est venue

    L'heure est venue : c'est le titre d'un livre que vient de publier l'abbé Joël Guibert, aux éditions Pierre Téqui. L'auteur est un prêtre du diocèse de Nantes, désormais détaché par son évêque pour la prédication de retraites. Il a déjà écrit plusieurs livres, par exemple sur la spiritualité du Cœur de Jésus, sur la dévotion mariale selon saint Louis-Marie Grignon de Montfort, sur le message de la Divine Miséricorde de sainte Faustine, ou sur la vie dans le Saint-Esprit.

    L'heure est venue : c'est la parole de Jésus le soir du Jeudi-Saint dans sa prière sacerdotale. L'heure est venue de marcher vers la Croix et vers la glorification de Pâques. L’Église est appelée à vivre elle aussi la même Pâque : crucifixion, ou martyre de l’Église, mise au tombeau, car l’Église apparaîtra comme définitivement anéantie aux yeux du monde, mais ensuite résurrection et triomphe de l’Église, par l'intervention puissante de Dieu. Ce sera alors la nouvelle pentecôte, annoncée par tant de prophètes, le triomphe du Sacré-Cœur, dont parlait déjà sainte Marguerite-Marie, et le triomphe du Cœur immaculé de Marie, dont parle le secret de Fatima. Analysant la crise présente de l’Église et l'état du monde dans lequel nous vivons, de plus en plus christianophobe, l'auteur nous dit : « Dans les circonstances actuelles, la mise à genoux de l’Église n'est plus qu'une question de temps (...) Il nous semble de plus en plus clair que l’Épouse du Christ se trouve à la veille d'une Pâque -non pas la fin du monde-, mais une forme de kénose précédant une mystérieuse Pentecôte. Église, pour toi aussi, l'Heure est venue ! ».

    Le départ de la réflexion du Père Guibert se trouve dans la magnifique intervention du cardinal Sarah au dernier synode sur les deux totalitarismes qui menacent la famille et l’Église. On pense aux deux bêtes de l'Apocalypse, celle de la mer et celle de la terre. Déjà dans l'histoire récente on a connu ce phénomène avec les deux grands systèmes totalitaires du vingtième siècle : le nazisme et le communiste. Deux idéologies ennemies l'une de l'autre mais qui avaient en commun d'être antichrétiennes. Maintenant les deux idéologies qui sont marquées par la même haine du christianisme traditionnel sont le libertarianisme de nos démocraties occidentales et l'islamisme radical. Elles sont en contradiction absolue l'une avec l'autre, et pourtant elles s'appellent l'une l'autre et travaillent chacune de leur côté à la destruction, à la haine et à la disparition de la civilisation chrétienne.

    La Russie répandra ses erreurs dans le monde, avait dit la Sainte Vierge à Fatima. Depuis que le marxisme économique s'est effondré en Russie et en Europe de l'est, il s'est mué en un marxisme culturel qui imprègne nos sociétés libérales. Mais le projet diabolique reste le même. Il s'agit de créer un homme nouveau, en détruisant toutes les valeurs chrétiennes et humaines traditionnelles.

    L'auteur nous invite donc à une intelligence en profondeur de ce qui se passe maintenant afin de sortir de notre naïveté. Car on ne peut être fidèle que dans un combat contre les forces du mal. Il y a une guerre entre les fils de la Femme et ceux du dragon et cette lutte est implacable. Malheureusement beaucoup de chrétiens sont des pacifistes dans le mauvais sens du terme et préfèrent se compromettre avec le monde. Ils ont l'amour du monde, qui exclut l'amour du Père.

    Je pense que la lecture de ce livre est profitable à plus d'un titre, car il nous donne une formation au véritable discernement spirituel devant l'actualité présente et nous fait comprendre de manière spirituelle les événements de l'actualité que nous lisons dans nos journaux. On comprend pourquoi on annonce le même jour un attentat islamiste dans tel pays et la légalisation du mariage homosexuel dans un autre. Tout se tient et va dans la même ligne : la haine du Christ.

    Nous avons besoin d'une telle formation de notre conscience et de notre discernement afin de comprendre ce qui se passe en profondeur et ainsi ajuster nos réactions et nos convictions dans une lecture chrétienne des « signes des temps ».

  • Les propos rafraîchissants et libérateurs de Paul Vaute sur RCF

    IMPRIMER

    De RCF Liège :

    Il est libre, Paul

    Une émission présentée par Jacques Galloy

    God's talents

    Après une riche carrière journalistique à La Libre, dont la Gazette de Liège, Paul Vaute prend sa retraite et évoque les grands défis actuels de l’information, du journalisme et du sens commun. Il retrouve du temps pour se consacrer à l’Histoire, sa grande passion. Un nouvel art de vivre.

  • Un livre magistral sur l'Immaculée Conception

    IMPRIMER

    D'Odon de Cacqueray sur le site de l'Homme Nouveau :

    Un livre magistral sur l’Immaculée Conception

    Un livre magistral sur l’Immaculée Conception

    Préfacé par le cardinal Sarah et édité chez Via Romana, le livre de Michèle Reboul,  ancienne professeur de philosophie, théologienne et écrivaine, est un hommage à la Vierge Marie. Pour l’auteur, le livre ne s’adresse pas seulement aux catholiques, mais à tous les curieux qui voudraient en savoir plus sur la Sainte Vierge, celle que Dieu a choisie pour être la mère de son fils, celle qui n’a jamais connu la marque du péché originel. 

    En 33 chapitres, un nombre christique s’il en est, L’Immaculée Conception, clé de voûte de la Création, tente de cerner ce dogme immense de l’Immaculée Conception. 

    Michèle Reboul a choisi de diviser son œuvre en trois livres internes, afin de faire rentrer progressivement le lecteur dans la compréhension de cette réalité que la Sainte Vierge nous a révélée elle-même. 

    La couronne des gloires de Marie autour de l’Immaculée Conception dresse la liste des privilèges de notre mère céleste ainsi que des dogmes mariaux que l’Église a gravés dans le marbre.

    Dans Le dogme de l’Immaculée Conception, Michèle Reboul touche la genèse de ce dogme, les étapes, les réflexions et le chemin parcourus par l’Église pour arriver à ce dogme. De la proclamation de la doctrine de l’Immaculée Conception, par le concile de Bâle, le 17 septembre 1439, à la reconnaissance en dogme de foi par Pie IX le 8 décembre 1854. Nous est également expliqué dans ce livre central, la différence entre Marie qui serait conçue immaculée et Marie qui est l’Immaculée Conception. 

    Le dernier livre n’est pas le moins important, il reprend chronologiquement toutes les apparitions où Maris est apparue pour révéler son Immaculée Conception. Le Laus, la rue du Bac, La Salette, Lourdes et bien sûr Fatima, avec toutes les problématiques liées à la révélation des trois secrets. 

    Le sous-titre peut surprendre clé de voûte de la Création, mais comme l’explique Michèle Reboul, la Sainte Vierge n’est jamais abordée séparée de son fils, de la même façon que la conception du Christ ne prend tout son sens que par la place qu’y occupe la Sainte Vierge. Ainsi, le Christ est également clé de voute de la Création.

    L’ensemble est pensé de façon pédagogique, afin que les chapitres aident au fur et à mesure de la lecture à la compréhension de la suite. Pour autant, si le lecteur cherche des informations précises et n’a pas le temps de lire les quelque 550 pages qui composent l'œuvre, il trouvera dans le sommaire toutes les réponses à ses questions. 

    Ce livre est donc à lire et à avoir dans sa bibliothèque. 

    À noter, l’absence de conclusion à proprement parler, mais la présence d’une dernière partie intitulée À Jésus par Marie, qui clôture magnifiquement l’œuvre.

    L'Immaculée Conception Clé de voûte de la Création, Michèle Reboul, aux éditions Via Romana, 29€. 

     

  • "Créés pour se donner" : conférence de Stéphane Seminckx à Bruxelles (UOPC) le 9 juin à 15H00

    IMPRIMER

    Bâtir sa maison sur le roc. Logo

    a le plaisir de vous convier à 

    une conférence de l'Abbé Stéphane Seminckx 

    suivie d'une séance de dédicace du livre

    Capture d’écran 2018-05-26 à 23.00.53.png

    
 le samedi 9 juin 2018 de 15 à 17h

     Pour réserver vos places : bx@batirsamaisonsurleroc.be

     Pour visionner la vidéo de promotion du livre, vous pouvez cliquer ici

     Salle de Conférences de la Librairie UOPC, 
Avenue Gustave Demey 14-16 (1er étage)
- 1160 Bruxelles

  • Les phénomènes paranormaux et l'Eglise

    IMPRIMER

    Le livre : "LES PHÉNOMÈNES PARANORMAUX ET L'EGLISE" vient d'être édité par M+ édition

    Les phénomènes paranormaux existent et l'Eglise catholique en parle, avec un discours cohérent et ouvert aux apports non seulement des sciences, mais de sa théologie révélée. La première cause à rechercher doit toujours être l'hypothèse NATURELLE. Ensuite et ensuite seulement, on va chercher une cause qui dépasse la nature expérimentée : esprits des morts, anges ou démons, Dieu le Créateur tout-puissant de toute chose. Ce livre constitue le guide pour apprendre à discerner les causes.

    M+ éditions SOLIDAIRE. Afin d'aider Arnaud Dumouch nous lui reversons 40% du prix de vente. Si vous le souhaitez aidez nous dans le lancement de M+ éditions

    Pour commander ce livre Cliquez ici : https://mpluseditions.fr/m-culture/16-les-phenomenes-paranormaux-et-l-eglise.html

    Vous pouvez aussi nous faire parvenir un règlement par chèque. Nous accuserons réception de votre commande et nous encaisserons à l’envoi du livre par la poste. 

    Bien donner votre adresse de livraison

    Visitez notre site internet:  https://mpluseditions.fr/

    Nos livres sont en ventes exclusive sur le site.

  • Bazarder l'héritage de mai 68 : une nécessité selon Denis Tillinac

    IMPRIMER

    Du site de RTFrance :

    Denis Tillinac : «Il faut bazarder intégralement l'héritage de Mai 68» 

    Le gaulliste Denis Tillinac livre pour RT France une critique incisive de Mai 68 et de ses leaders, qu'il définit comme «des générations de jouisseurs égoïstes». L'écrivain constate d'ailleurs que «Mai 68 a désintégré toute la société».

    Ecrivain, Denis Tillinac est l'auteur de près de trente oeuvres littéraires. Il a reçu de nombreuses distinctions comme le prix Roger-Nimier ou le prix Paul-Léautaud. Cet ancien soutien et proche de Jacques Chirac vient de publier, aux éditions Albin Michel, Mai 68, l'arnaque du siècle.

    RT France : Denis Tillinac, vous publiez un livre, Mai 68, l'arnaque du siècle (aux éditions Albin Michel). Tout d'abord, racontez-nous votre Mai 68. Vous viviez à Bordeaux, vous étiez étudiant : comment l'avez-vous vécu ?

    Denis Tillinac (D. T.) : J’ai écrit ce livre pour dire que j’ai très mal vécu Mai 68. J’étais un étudiant de 20 ans, pas politisé, romantique, un peu anar’ – comme toujours à 20 ans – et je m’indigne de voir que, 50 ans après, on persiste à nous présenter Mai 68 comme un moment de ludisme, de créativité, de générosité et de libération, sexuelle entre autres – or ce n’est pas vrai. Personnellement, j’ai vécu quelque chose de très ennuyeux où les copains devenaient au fil des jours – ça avait commencé d’ailleurs dès mai 67 – de plus en plus politisés avec un langage de plus en plus manichéen, des mœurs de plus en plus policières.

    J’ai trouvé cela ennuyeux, oppressif et pas du tout créatif. Je trouvais que les slogans étaient ineptes. En définitive, j’ai pris mon solex et j’ai traversé la route sur des autoroutes désertes à 30 km/h pour aller retrouver à l’autre bout de la France la femme que j’aimais. C’était cela mon acte politique de Mai 68… Une fuite.

    Lire la suite

  • Le philosophe Denis Moreau : "j'assume une foi intéressée"

    IMPRIMER

    Lu sur La Libre Belgique du 2 juin (p. 50-51) :

    “Il faut des catholiques de droite et de gauche”

    Le philosophe Denis Moreau :

    « Si je suis catholique, précisément, c’est parce que cela m’aide à bien vivre. Je le reconnais : je défends l’idée d’une religion intéressée, sans négliger non plus la question des “fins dernières”. Si je suis catholique, c’est aussi pour gagner la vie éternelle, et jouir du bonheur promis au Paradis. J’assume cette foi intéressée.  Si je suis chrétien, c’est parce que je suis convaincu que c’est bon pour moi, que cela m’aide à mieux vivre, et à affronter certains problèmes de l’existence. » … « Il y a une tradition de progrès social de la gauche, la défense des opprimés notamment, des plus faibles. Et, sur ces sujets, le catholicisme a aussi des choses à dire. Il faut pouvoir s’intéresser aux pauvres ; les inégalités sont insupportables. Le pape François répète cela en boucle… Le catholicisme doit irriguer toute la société, donc il est souhaitable qu’il y ait des catholiques de droite et des catholiques de gauche. Mais je trouve un peu dommage que le catholicisme de gauche ait quasiment disparu. Alors certes, la gauche française est en perte de repères, mais le catholicisme pourrait sans doute lui apporter quelque chose. D’ailleurs, il est souhaitable que les croyants s’engagent en politique pour participer à la vie du monde dans lequel ils évoluent. Et il me semble que cet engagement doit se faire différemment de la manière dont on le concevait dans les années 1950-1970 : on parlait alors du modèle de “l’enfouissement” du “levain dans la pâte”(les chrétiens devaient agir sans se signaler comme chrétiens, de manière discrète). » 

    Pour lire l'article in extenso : page 50page 51

  • L'avortement blesse les femmes

    IMPRIMER

    De Madeleine-Marie Humpers sur cathobel.be :

    FIC141341HAB0.jpgQuand l’avortement blesse les femmes. Marie Philippe brise le tabou

    De nombreuses femmes souffrent d’avoir eu recours à l’. Une réalité que les discours sur le « droit » des femmes à avorter passent généralement sous silence. Dans son livre Après l’. Des femmes témoignent leur donne la parole…

    A l’approche des élections, la Belgique est en plein débat sur la dépénalisation de l’avortement. L’Irlande a voté pour sa légalisation. Pourtant, les femmes qui ont subi une IVG restent généralement en retrait de ces débats politiques. Elles sont néanmoins les mieux placées pour en parler. En France, Marie Philippe a créé une association pour venir en aide aux femmes qui se posent la question de l’avortement ou qui ont subi une IVG. L’aide proposée passe par l’écoute mais aussi par l’information. Une écoute qui manque souvent à des femmes dont la souffrance est devenue presque taboue. Une information qui fait défaut, à l’heure où, par crainte d’enfreindre la loi (en France, il existe un « délit d’entrave à l’IVG »), de nombreux médecins n’osent plus évoquer les risques liés à l’avortement.

    Durant des années, Marie Philippe a donc soutenu, écouté, accompagné des femmes et a recueilli de nombreux témoignages via le site de l’association (www.ivg.net) et sur sa page Facebook (@ivgoupas). Le livre qu’elle vient de publier plonge le lecteur dans la réalité de l’avortement, à partir du vécu des femmes elles-mêmes: Après l’IVG. Des femmes témoignent.

    Quand l’IVG profite aux hommes…

    Dans les témoignages, les pressions subies par les femmes sont frappantes. Tandis que les adolescentes sont plus souvent influencées par leur famille, entre vingt et quarante ans environ, c’est le conjoint qui est en général responsable de ces pressions, pouvant aller jusqu’au harcèlement. Ainsi Vanessa (28 ans) témoigne :

    « Je suis à sept semaines de grossesse au moment où je lui annonce fermement ma décision [de garder l’enfant]. Là commence pour moi le calvaire, il se montre d’abord culpabilisant puis très menaçant, il profère ses menaces de mort par le biais de tierces personnes, proches de moi et dont il espère que leurs paroles me feront changer d’avis ; puis poursuit ses menaces envers moi directement. Il est précis et calculateur, il ne laisse pas de trace de message ou autres. Il rôde autour de chez moi, m’explique ce qu’il compte me faire et comment le faire et là, pas à pas, moi qui ne suis pourtant pas trouillarde, je prends peur ».

    Vanessa portera plainte, sans suite. Désespérée et terrorisée, elle finira par avorter. En France, il n’existe aucune loi qui protège les femmes des pressions subies pour les pousser à l’IVG. Le cas de Vanessa est particulièrement violent, pourtant bien d’autres femmes doivent faire face à un chantage pernicieux… « Tu avortes ou je te quitte ! ». Marie Philippe constate le véritable « pouvoir de domination » dont disposent les hommes sur leurs compagnes, spécialement en début de grossesse. « La femme qui cède est comme assujettie, opprimée par son ‘partenaire’, qui la considère plus comme un objet que comme un être humain doté d’une dignité dans toutes les composantes de sa personne, comme femme et mère ». En général, l’avortement est présenté comme une liberté, un « droit » pour les femmes, mais la réalité des pressions subies par les femmes en vue d’un avortement contredit cette représentation de l’IVG: « Dire que le ‘droit fondamental’ à l’IVG conduit à une authentique libération de la femme est un leurre », affirme Marie Philippe. « C’est là le grand paradoxe de cette liberté qui leur est donnée de faire un avortement sans aucune mise en garde, ni entrave ou dissuasion forte: cette liberté les conduit en fait à accomplir un acte psychologiquement assujettissant. Un acte qui les atteint dans leur dignité de femme. Elles éprouvent souvent un sentiment de profonde injustice par rapport à l’homme qui, par sa nature, ne vit pas l’IVG dans son corps et dans son esprit. On touche ici du doigt une contradiction majeure du discours sur l’égalité homme/femme dans ce domaine »« Trop souvent l’IVG est un droit des femmes…utilisé pour les hommes ! », dénonce Marie Philippe.

    Lire la suite

  • Quand un vicaire général de Paris publie un livre-plaidoyer en faveur des migrants

    IMPRIMER

    Suite à la parution du livre de Monseigneur de Sinety:​  Il faut que des voix s’élèvent, (Flammarion, 132 p., 12 €) sur l’immigration, Thibaud Collin a publié une tribune dans le dernier numéro de “L’Homme Nouveau” (source):

    La crise migratoire sans précédent qui traverse tout le continent européen a inspiré un livre-plaidoyer pour les migrants à Mgr Benoist de Sinety, vicaire général de Paris. Fallait-il que sa voix s’élève ? Livre empli de lieux communs, cet appel à l’ouverture démontre plus un déni de la réalité qu’une réelle charité apostolique.

    Quand Mgr de Sinety se fait l’avocat des migrants

    ”La fraternité est d’abord une rencontre. Grâce aux réfugiés, migrants, exilés, les Français ont une occasion exceptionnelle de redécouvrir la générosité et l’enthousiasme qui fait naître le service de  l’autre. ». Peut-on, après avoir refermé son petit livre (Mgr de Sinety, Il faut que des voix s’élèvent, Flammarion, 132 p., 12 €.), remercier Mgr Benoist de Sinety, vicaire général du diocèse de Paris, d’avoir été l’occasion de prises de conscience sur ce sujet complexe et sensible nommé trop simplement « les migrants»? Il n’y a guère de sujets qui engendrent plus de passions et de polémiques dans notre pays. Il n’y a guère de sujets qui concentrent plus d’enjeux moraux, politiques, religieux, économiques et civilisationnels. Malheureusement, tous ceux qui aimeraient, grâce à cette lecture, mieux appréhender ces enjeux resteront sur leur faim. En 130 pages, Mgr de Sinety fait part de son indignation quant à la manière dont les migrants sont traités dans notre pays. On n’a pas à juger une telle indignation qui comme tout affect est par essence indiscutable. On peut cependant juger ce qu’elle engendre ; en l’occurrence ici un texte d’une indigence intellectuelle inquiétante. En effet, il est manifeste que Mgr de Sinety éprouve une authentique compassion pour toutes ces personnes, certes irréductibles à toutes les catégories administratives et médiatiques. Comme toute personne, elles ont droit au respect de leur dignité. Mais est-ce à dire que la compassion doit devenir l’unique principe du jugement pratique ? Est-ce à dire que la dignité est un absolu relativisant toute différence de traitement ? Mgr de Sinety est prêtre ; on ne peut donc lui reprocher d’avoir une approche morale de la question. Mais le prêtre n’en est pas moins doué de raison pratique. Or lorsqu’un affect envahit la raison et finit par la saturer, on tombe dans le moralisme. Tel est le cas ici. L’exercice du jugement pratique est comme court-circuité. Toutes les médiations de l’ordre humain sont écrasées dans une approche incantatoire qui cherche principalement à culpabiliser le lecteur de ne pas être à la hauteur des défis migratoires actuels. On croit lire du Sartre accusant nombre de ses compatriotes d’être des « salauds ». Il n’est pas impossible qu’à travers cet exercice cathartique l’auteur cherche lui-même à se libérer de ses « lourds remords ». Comme s’il s’agissait de se faire pardonner (par qui ?) une existence trop heureuse.

    Un propos abstrait

    Mais alors pourquoi ne pas avoir écrit un livre de témoignage, racontant la manière dont il a pris conscience de la nécessité de cette rencontre de «l’autre», puis les étapes de cet accueil, ses déconvenues et ses joies, etc. Mais non, Mgr de Sinety veut prendre de la hauteur et se placer, telle la conscience universelle, en position de surplomb sur toutes les contingences du monde humain. D’où l’extraordinaire abstraction de son propos. À aucun moment, il ne prend en compte pour les discuter les arguments exposés, par exemple, par Laurent Dandrieu (Laurent Dandrieu, Église et immigration :  le grand malaise, Presses de la Renaissance, 308 p., 17,90 €.) ou encore Jean-Yves Le Gallou (Jean-Yves Le Gallou, Immigration: la catastrophe. Que faire ?, Via Romana, 484 p., 23 €.) dans leurs livres sur le même sujet. Probablement, qu’on ne discute pas avec n’importe qui. Il y a des questions de principe avec lesquelles on ne transige pas. Cette attitude me fait penser à celle d’une militante de la cause gay, éminente chercheuse en sciences sociales et responsable d’une association de parents gays et lesbiens, qui en 2013 avait refusé de lire mon livre, de me serrer la main et de discuter avec moi lors d’une émission sur France Culture. En effet, quand on sait que l’on est dans le vrai, pourquoi perdre son temps à discuter avec des gens aveuglés par leurs préjugés ? Certes.

    Le livre de Mgr de Sinety manifeste inconsciemment et paradoxalement un mépris de classe. Il a une approche de la question des migrants qui s’enracine dans le traitement médiatique des récentes migrations depuis 2015, en faisant abstraction de sa profondeur historique et de son caractère civilisationnel et religieux. Ainsi l’islam n’est jamais nommé ni même évoqué en 130 pages. La situation de « la France périphérique », « l’insécurité culturelle », réalités courageusement analysées par des sociologues pourtant plutôt classés « à gauche », ne sont l’objet d’aucune discussion. On a l’impression que Mgr de Sinety voit les choses de Paris intra muros et se demande comment faire pour aider les migrants qu’il voit à la télévision mais qu’il croise aussi peut-être au coin de la rue. Ainsi raconte-t-il que des paroissiens de Saint-Germain-des-Prés ont décidé, au terme d’une réunion où il les a interpellés, de baisser le loyer de leur chambre de bonne. Bienheureuses personnes capables d’un tel geste. Il considère que nous sommes des nantis, des enfants gâtés, etc. Mais qui est ce « nous » ? Il nomme certes quelques-unes des difficultés (Lapsus révélateur, Mgr de Sinety parle du « chômage qui frappe quelques centaines de milliers (sic) de personnes » dans notre pays.) que connaît notre pays mais quand on les compare à la misère de l’Afrique, finalement de quoi se plaint-on ?

    Ce livre repose sur une confusion entre les préceptes moraux négatifs (« tu ne commettras pas d’adultère») et les préceptes moraux positifs (« honore ton père et ta mère »). Alors que les premiers doivent être toujours respectés quelles que soient les circonstances (aucune circonstance ne rend vertueux un adultère), les seconds sont à réaliser selon l’exercice de la vertu de prudence. Ainsi je ne peux déduire automatiquement du commandement les modalités de la prise en charge de mes parents âgés. Mgr de Sinety aborde la question des migrants comme étant l’objet d’un impératif absolu abstraction faite de toutes circonstances. Peut-être qu’il ne pense pas ainsi, mais comme à aucun moment il ne fait le travail de mise en contexte social, politique et religieux, son exhortation tombe à plat. Elle ne fera que conforter les belles âmes « droitdelhommistes » dans leur aveuglement et confirmera le jugement de tous ceux qui pensent que les clercs qui abordent aujourd’hui de tels sujets sont de doux rêveurs idéalistes. On attend encore le livre qui saura se situer à la hauteur des enjeux de ce problème pratique complexe. Mgr de Sinety en assumant sa position comme relevant de « l’éthique de la conviction » offre un boulevard à ceux qui assument « une éthique de responsabilité ». Dualité éthique mortifère, car ce dont on a besoin c’est bien de jugements prudentiels posés au service du bien commun, national et international.

  • Vatican II : le moment du décrochage...

    IMPRIMER

    Du Salon Beige :

    Le concile Vatican II représente pour le catholicisme français (mais pas seulement) le moment du « décrochage »

    102129_couverture_Hres_0

    C'est le constat auquel est arrivé Guillaume Cuchet, dans son ouvrage Comment notre monde a cessé d’être chrétienL'Homme Nouveau publie une intéressante discussion entre l'auteur, l'abbé Claude Barthe et l'historien Jean Chaunu. Extraits :

    "Je suis parti des données rassemblées par le chanoine Boulard qui était dans l’Église le grand spécialiste après-guerre des questions sociologiques et que les historiens connaissent bien, en raison notamment de la publication en 1947 de sa fameuse Carte religieuse de la France rurale, dite « carte Boulard », qui est un des documents les plus énigmatiques et les plus explicatifs de l’histoire de France. L’avantage de cette sociologie très modeste en apparence, qui s’est attachée à décrire la situation plus qu’à véritablement l’expliquer, est qu’elle permet de prendre le problème à la racine en commençant par compter et dater les phénomènes. Ce qui, paradoxalement, manquait le plus dans la littérature « scientifique » existante sur le sujet. Tout le monde avait des idées sur les explications, les interprétations, mais on paraissait avoir fait l’économie de la première des opérations historiographiques qui consiste à décrire précisément la situation et ses tendances.

    De vingt ans de comptabilité approfondie, entre, en gros, 1945 et 1965, Boulard avait conclu à la stabilité globale des taux dans la longue durée moyennant une pente légèrement déclinante, un peu déprimante, certes, parce qu’en dépit d’efforts répétés on n’arrivait pas à redresser les courbes, mais assez rassurante tout de même, parce qu’elle préservait a priori de toute mauvaise surprise. [...] En mettant en série tous ces sondages et en rendant leurs données comparables, il a mis en évidence une cassure dans la pratique religieuse survenue quelque part autour de 1965Il en a tiré une première conclusion : tout ne venait pas de 1968, comme on avait déjà tendance à le dire de son temps. [...] Je suis donc entré dans le dossier avec cette date en tête, 1965-1966, que j’ai retrouvée depuis dans toute une série de cas locaux que j’ai pu examiner. Comment expliquer une telle rupture dans une histoire qui est censée ne jamais en connaître ? Il faut bien qu’il y ait eu un évènement pour la produire et, si possible, un évènement religieux parce que, comme disait Lucien Febvre, l’histoire « religieuse » procède avant tout d’explications « religieuses » (même si la religion catalyse beaucoup de « social »). D’où la nécessité de faire la part de l’évènement conciliaire dans la rupture.

    Lire la suite

  • La triste évolution de l’Église catholique post-conciliaire : une mise en garde aux prélats orthodoxes qui rêvent d'un concile

    IMPRIMER

    Nous avons rendu compte ici de l’ouvrage de Guillaume Cuchet « Comment notre monde a cessé d’être chrétien » (Seuil, 288 pages, 21€ ). Cet ouvrage  est examiné également dans le monde orthodoxe . Le site "orthodoxie.com" en fait une analyse sur laquelle notre confrère du «Salon beige » attire l’attention de ses lecteurs :

    "[...] Le concile a engendré une perte de repères chez les fidèles [catholiques, ndB]. Le texte conciliaire Dignitatis humanae, publié en 1965, sur la liberté religieuse, est apparu « comme une sorte d’autorisation officieuse à s’en remettre désormais à son propre jugement en matière de croyances, de comportements et de pratique, qui contrastait fortement avec le régime antérieur », ce qui suscitait chez le père Louis Bouyer cette remarque chagrine : « Chacun ne croit plus, ne pratique plus que ce qui lui chante. »

    Dans le domaine de la piété, note Cruchet, des aspects de la réforme liturgique qui pouvaient paraître secondaires, mais qui ne l’étaient pas du tout sur le plan psychologique et anthropologique, comme l’abandon du latin, la communion dans la main, la relativisation des anciennes obligations, ont joué un rôle important. De même que les critiques de la communion solennelle qui se sont multipliées à partir de 1960 et surtout de 1965, ainsi que la nouvelle pastorale du baptême (à partir de 1966) et du mariage (en 1969-1970), qui avait tendance à hausser le niveau d’accès aux sacrements en exigeant des candidats davantage de préparation et d’investissement personnel.

    Dans le domaine des croyances, c’est le fait même du changement de discours qui a compté. La variation de l’enseignement officiel rendait sceptiques les humbles, qui en déduisaient que, si l’institution s’était « trompée » hier en donnant pour immuable ce qui avait cessé de l’être, on ne pouvait pas être assuré qu’il n’en irait pas de même à l’avenir. Toute une série de« vérités » anciennes sont tombées brutalement dans l’oubli, comme si le clergé lui-même avait cessé d’y croire ou ne savait plus qu’en dire, après en avoir si longtemps parlé comme de quelque chose d’essentiel.

    Un autre domaine dans lequel la conjoncture a pu déstabiliser les fidèles, note l’auteur, « est celui de l’image de l’Église, de sa structure hiérarchique et du sacerdoce. La “crise catholique” des années 1965-1978 fut d’abord une crise du clergé et des militants catholiques. L’abandon de la soutane (dès 1962) et de l’habit religieux, la politisation (à gauche) du clergé, les départs de prêtres, de religieux et de religieuses, parfois suivis de leur mariage, sont apparus à beaucoup comme une véritable “trahison des clercs”, sans équivalent depuis les “déprêtrisations” de la Révolution, qui a eu les mêmes effets déstabilisants. »

    Lire la suite