Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture - Page 3

  • Le mythe d'Al-Andalus masque une terrible régression culturelle

    IMPRIMER

    De BCT sur le site de la revue Item :

    Avec l’Islam: terrible regression culturelle

    Al-Andalus est généralement présenté comme un paradis perdu, une société multiculturelle idéale, empreinte de raffinement et de tolérance dont l’éclat contrastait avec les supposés « âges sombres européens », marqués par la barbarie et l’obscurantisme médiéval. Cette vision toute manichéenne, érigée en dogme par « l’Histoire officielle », est peu à peu remise en cause par des historiens courageux.

    Après le livre de Sérafin Fanjul Al-Andalus, l’invention d’un mythe (Editions du Toucan), la récente publication du livre de Dario Fernandez-Morero, professeur au département d’espagnol et de portugais de l’Université Nortwestern (Illinois), Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus, mythes et réalités (éditions Jean-Cyrille Godefroy) remet lui aussi l’histoire à l’endroit en dénonçant la falsification d’al-Andalus. Clair et passionnant, largement accessible aux non-spécialistes, cet ouvrage a l’immense mérite de replacer l’occupation musulmane de l’Espagne dans le long conflit civilisationnel opposant l’islam à l’Europe.

    Le mensonge d’al-Andalus

    Lire la suite

  • Les splendeurs du christianisme, de Liège à Turin, s'exposent à Metz d'octobre à janvier

    IMPRIMER

    1920_1080_1_crea-affiche-metz-splendeurs-e.jpgDe Sophie Delhalle sur Cathobel.be :

    « Splendeurs du christianisme », de Liège à Turin

    Le musée de La Cour d’Or – Metz Métropole s’associe à l’Université de Lorraine pour présenter les « Splendeurs du christianisme ». L’ temporaire porte sur la spécificité des formes de la création artistique issues du christianisme, dans un vaste territoire allant de la mer du Nord à l’Italie du nord, du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Certaines pièces ont été prêtées par des institutions muséales belges.

    L’exposition présentera donc des trésors empruntés à de nombreuses institutions culturelles françaises, italiennes, belges, avec une préférence pour des oeuvres rares, émouvantes, belles et peu connues. L’originalité de cette démarche a d’ailleurs valu au projet d’exposition le label « Exposition d’intérêt national 2018 », délivré par le ministère français de la Culture et de la Communication. L’exposition est également labellisée « Année européenne du patrimoine culturel 2018 ».

    Lire la suite

  • De l’abbaye de Preuilly à l’abbaye de Fontenay : 900 ans d’histoire cistercienne

    IMPRIMER

    Pourquoi la transmission historique et spirituelle peut ressourcer notre société et l’Eglise : tel est l’objet du reportage réalisé par KTO sur les 900 ans de l’abbaye de Preuilly dans lequel figure aussi un passage sur les 900 ans de l’abbaye de Fontenay, anniversaire auquel participait un groupe de choristes issu notamment de l’académie de chant grégorien de Belgique (voir vers la 30ème minute de l’émission) :  

    JPSC

  • Synode « des Jeunes » : ne pas dénaturer la foi des africains au contact de l’occident

    IMPRIMER

    Approfondir sans dénaturer. Interview du cardinal-archevêque de Bangui (Centrafrique) :

    JPSC

  • "Notre monde est une très belle occasion d'espérance..."

    IMPRIMER

    François-Xavier Bellamy: "notre monde est une très belle occasion d'espérance"

    Emission sur RCF présentée par Stéphanie Gallet

    Le philosophe François-Xavier Bellamy vient de publier un essai remarqué, "Demeure : Pour échapper à l'ère du développement perpétuel" (éd. Grasset).

    9782246815587-001-T.jpeg"LA PERTE DU MONDE ET DE LA RÉALITÉ DE NOS VIES"

    La politique française (mais pas seulement elle) est dans tous ses états. Dans ce chaos médiatique et politique, quelque chose pourtant demeure. C’est la conviction de François-Xavier Bellamy. Echapper à l’ère du mouvement perpétuel. C’est la conviction forte qui ressort du dernier ouvrage de François-Xavier Bellamy. « Demeure » (éd. Grasset) propose au lecteur de déconstruire sa fascination pour le mouvement, pour le changement.

    François-Xavier Bellamy, philosophe, engagé en politique, plaide pour un véritable enracinement en naviguant entre les différents courants philosophiques. Son ouvrage qui débute sur Saint-Exupéry. Ce qui n’est pas une évidence lorsqu’il s’agit de démonter la vitesse. "C’était une évidence car ce texte a précédé dans le travail de l’écriture l’importance que j’avais de cette question sur notre passion du mouvement. C’est un texte assez peu connu, c’est une lettre. Il y raconte cette passion pour la vitesse. Et il se demande si cette passion n’a pas été une sorte de perte du monde et de la réalité du monde qui l’entourait. Nous pouvons nous aussi avoir le sentiment de perdre la réalité de ce monde, de perdre la réalité de nos vies" explique-t-il.

    "RIEN DE PLUS STÉRILE QUE L'INDIGNATION"

    Quand on regarde l’actualité de notre monde, précise François-Xavier Bellamy, "il y a une forme de révolte nécessaire. Cette formule s’éclaire avec la crise écologique que nous traversons. Le désert grandit, sur le plan matériel, et dans notre vie intérieure. J’aime le monde dans lequel nous vivons, mais nous vivons une époque inquiétante à bien des aspects. Et je ne voudrai pas me résigner à ce que cette époque a d’asséchant. Il faut distinguer la passion que nous pouvons avoir pour le cœur de l’homme de tous les travers de cette époque" ajoute-t-il.

    François-Xavier Bellamy ne veut pour autant pas passer pour un indigné. "Il n’y a rien de plus stérile que l’indignation. Ce qui compte c’est de faire de tous les maux que traverse notre monde un engagement, et une espérance. Ce n’est pas une sorte d’optimisme béat. C’est quand les choses semblent aller mal que l’on peut faire une occasion d’espérance. De ce point de vue là, notre monde est une très belle occasion d’espérance" lance encore le philosophe. "Plus que jamais, nous avons besoin du sens des mots, du sens d’une parole qui se partage" ajoute-t-il.

    "NE PAS ENFERMER LES DÉBATS DANS UN CAMP"

    Certains disent de François-Xavier Bellamy a du mal à choisir entre la philosophie et l’engagement politique. "Je n’ai pas de mal à choisir en ce sens que l’un et l’autre vont de paire. L’engagement politique, ce n’est pas forcément le fait de devenir élu un jour. Il y a beaucoup de formes d’engagement politique. Nous sommes tous engagés en politique car nous sommes citoyens. Il n’y a pas de séparation à faire. Ce qui compte, c’est de vivre dans une véritable unité personnelle" précise-t-il.

    Il conclut en expliquant que "ce qui compte, c’est moins de renouveler la pensée à droite que de tenter de partager ensemble des constats. On peut avoir voté à droite ou à gauche, et construire des diagnostics communs. C’est très stérile d’enfermer les débats dans un camp".

  • Vive le latin !

    IMPRIMER

    De Clémentine Jallais sur le site Réinformation TV

    « Vive le latin – histoires et beauté d’une langue inutile » : Nicola Gardini

    Des humanités, on ne sait encore quel sort leur sera fait pour le bac mouture 2021 – Jean-Michel Blanquer vient de leur promettre un « traitement de faveur », mais qu’aucun texte, encore, n’atteste. « Mais alors, à quoi me serviront ces cours ?! » me demande ma fille, désabusée, matheuse qui plus est, voyant s’enfuir les prometteuses options de latin et de grec… Pour cela, il faut lire l’ouvrage de Nicola Gardini, « Vive le latin – histoires et beauté d’une langue inutile ». Un livre qui fait fureur par-delà les Alpes, au pays de Cicéron et que les éditions de Fallois sont allés chercher et traduire, à juste titre.

    Alors, bien sûr, c’est un Italien qui parle, qui raconte des amours et des enchantements tout personnels… Mais la portée en est universelle. Car « sous le jardin de la langue quotidienne, il y [a] le tapis des racines anciennes »… et nous mourrons de ne plus le sentir sous la langue et dans la tête ! Et puis Gardini est tout sauf un vieux professeur perdu dans son époque. Il est de son temps – et c’est pour ça qu’il est arrivé au latin.

    « Un essai sur la beauté du latin » Nicola Gardini

    Ils sont là, juste derrière. Ils sont toute notre culture – l’essence de l’intelligence humaine parvenue à une apogée certaine. L’ouvrage de Nicola Gardini est à la fois un éloge et une défense du latin et de toute la littérature composée dans cette langue qui s’étale sur des siècles et sous la plume d’une quantité d’auteurs.

    Parce qu’aujourd’hui l’offensive est systématique dans tous les programme scolaires et ailleurs. Et que ce doit être une préoccupation pour tous, pas seulement pour les latinistes. Car nous sommes tous nés de cette culture et de cette histoire. Notre pensée et même nos sentiments occidentaux sont pétris de latinité. « La civilisation de la parole humaine et la foi dans les possibilités du langage n’ont pas de monument plus imposant que le latin ».

    Il n’en reste que des bribes ? Suffisamment pour y passer une vie ! Un peu de « conscience historique », que diable ! Sa connaissance « ou au moins, écrit Gardini, le sentiment de ce qui lui est propre » est plus que jamais nécessaire.

    « Des voix encore parfaitement nettes » : pourquoi le latin est tout sauf une langue morte

    Il y a bon nombre d’arguments sur la vertu linguistique du latin, des résonances étymologiques à la détermination méthodique des structures syntaxiques… Mais s’ils sont vrais, ils ne suffisent guère à Gardini, qui veut parler beauté et beauté vivante, parce qu’éminemment parlante.

    « C’est une vieille habitude d’accoler au latin (et au grec ancien) la métaphore disgracieuse et vague de langue morte ; bien au contraire, le latin est vivant parce qu’il nous parle, parce qu’il y a des textes d’une étonnante force expressive écrits dans cette langue, d’une influence considérable au cours de nombreux siècles, qui continuent à nous dire des choses importantes sur le sens de la vie et de la société (…) »

    Rien d’abstrait, de fait, dans cet ouvrage où l’auteur se promène, avec légèreté et profondeur tout à la fois parmi ces grands auteurs qui ont galvanisé ses passions, jeunes ou plus tardives. On passe de Catulle à Lucrèce, de Térence à Cicéron, sans bien sûr oublier le « charme », le « réconfort », la « lumière » de Virgile, les « leçons de bonheur » de Sénèque ou la ferveur convaincante de Saint Augustin… et Horace et son fameux « ut pictura poesis » !

    Il butine avec amour à travers les siècles, soulignant la perfection poétique d’un mot ou l’ironie cinglante d’un adynaton (une figure de style que j’avais bien oubliée). L’émerveillement du lycéen qu’il fut, devant ce pouvoir « de l’expression en tant que telle » demeure celui de l’écrivain qu’il est devenu. Tous nos auteurs européens n’y ont-ils pas puisé ? Dante aurait-il écrit sa Divine Comédie sans la précieuse ascendance des Métamorphoses ovidiennes… ?

    Vive le latin – histoires et beauté d’une langue inutile : « reprenons tout à partir du latin » !

    S’érige plus que jamais cette prétention moderne de tout rapporter à soi. « Les Anciens nous parlent d’eux. Et nous, en apprenant qui ils sont, nous apprenons, en substance, à parler de nous-mêmes ; nous devenons, pour ainsi dire, un tout petit peu des Anciens, nous aussi, plutôt que de prétendre qu’ils deviennent eux, des modernes. »

    Plus que jamais s’érige aussi cette prétention moderne d’auréoler toute connaissance du sordide épithète de pragmatique, « la transposition immédiate du savoir sous la forme de quelque service pratique »… Quid de la mémoire, de l’imagination, de la créativité ?! Quid de la « libertas », mot phare de Cicéron ? Quid, surtout, des grandes questions de l’existence : « Où vais-je ?… », « Qui suis-je ? » « Quiconque étudie le latin doit l’étudier pour une raison fondamentale (…) Parce que c’est en en latin qu’ont été écrit les secrets de notre identité la plus profonde et que, ces secrets, l’on veut les déchiffrer. »

    Seulement le goût décline cruellement, écrit Gardini… et l’on cherche à convaincre les esprits que le bien-être matériel est l’unique source de bonheur – et d’éducation.

    « Le mort ou le moribond, c’est celui qui n’écoute pas, non celui qui parle »

    La vie est pourtant plus vivante à mesure qu’elle se nourrit du passé. Tout ce monde antique, resté accessible par l’écriture, ne doit pas être enterré, sous peine que nous le soyons nous-mêmes. Des nains sur des épaules de géants, disait Victor Hugo ! « L’histoire de nos vies n’est qu’une fraction de l’Histoire » dit encore Gardini, qui cite avec bonheur Pagnol en guise d’envoi, ce grand amoureux de Virgile.

    L’offensive est là, comme une évidence choquante. Est cité en exergue d’un des chapitres le grand archéologue et historien de l’art italien, Salvatore Settis : « La marginalisation radicale des études classiques dans la culture générale et les systèmes scolaires est un processus de profonde mutation culturelle que nous ne pouvons en aucune façon ignorer…. »

    Une mutation qui ne se fait pas incidemment. Moins l’homme peut réfléchir par lui-même et avoir conscience de son identité, mieux c’est.

    Clémentine Jallais

    Vive le latin – histoires et beauté d’une langue inutile, Nicola Gardini ; éditions de Fallois ; 278 p

  • Comment la gauche polonaise tente de discréditer l'Eglise

    IMPRIMER

    Lu ICI 

    “Kler”, film engagé : en Pologne, la gauche intensifie sa campagne contre l’Eglise catholique accusée de pédophilie endémique

    Profitant des scandales affectant l’Eglise catholique dans le monde, et notamment des scandales homosexuels et pédophiles (mis ensemble dans le même sac de la pédophilie) aux Etats-Unis, au Chili et en Allemagne, en Pologne la gauche politico-médiatique part de nouveau à l’assaut de l’Église avec comme arme lourde – faute sans doute de munitions suffisantes dans le monde réel – le film d’un réalisateur ouvertement athée et anticlérical. Ce film est censé, pour reprendre les mots du journal français Le Monde, « dénoncer les péchés de l’Eglise » et « créer un électrochoc en Pologne ». « Dans le dernier bastion catholique d’Europe », écrit Le Monde associé au journal libéral-libertaire et anticlérical polonais Gazeta Wyborcza, « le film, qui se veut le miroir de l’hypocrisie de l’Eglise polonaise face, notamment, aux scandales de pédophilie, est en passe de devenir un véritable phénomène de société. » D’après Le Monde, qui mérite d’être cité ici en ce que sa description du film reflète parfaitement ce qu’en disent les médias de gauche en Pologne, le film Kler (Le clergé) du réalisateur Wojciech Smarzowski « est une œuvre sur les coulisses d’une institution, dont bien des Polonais, même croyants, ont du mal à accepter la toute-puissance. Si le réalisateur prétend vouloir montrer ce qui se passe “de l’autre côté de l’autel”, le film met paradoxalement à l’écran ce qu’une large partie de la population pense tout bas : l’avidité, les abus de pouvoir du clergé, la corruption, une pédophilie endémique. »

    Un film qui reflète l’image qu’ont de l’Eglise une partie des Polonais qui ne vont jamais à l’église

    Le journaliste catholique polonais Tomasz Terlikowski note dans l’hebdomadaire Do Rzeczy du 1er octobre que si l’œuvre de Smarzowski est un condensé de stéréotypes et de préjugés haineux contre les catholiques en général et le clergé polonais en particulier, il a le mérite de refléter la vision qu’a de l’Eglise catholique une partie de la population polonaise. C’est sans doute majoritairement cette partie de la population, avec certainement dans ses rangs de nombreux lecteurs du quotidien Gazeta Wyborcza et des hebdomadaires de gauche Polityka et Newsweek Polska, qui va voir ce film pour se conforter dans ses sentiments anticatholiques et antireligieux. Car les trois prêtres et l’évêque mis en scène dans le film Kler ont la particularité de réunir à eux seuls tous les défauts et toutes les déviances possibles : pédophilie et autres déviances sexuelles, mépris pour la loi, corruption, hypocrisie, fascisme, vulgarité, alcoolisme et brutalité.

    Comme l’écrit l’hebdomadaire conservateur Gazeta Polska dans son dernier numéro, même les communistes n’avaient jamais osé aller si loin dans leur propagande antichrétienne et anticatholique. Le journal relève le fait qu’un des prêtres héros du film est un chapelain du syndicat Solidarité et un pédophile qui, après avoir passé la nuit avec un jeune garçon, dit une messe pour la patrie. La police politique des années 80, quand elle cherchait à faire cesser les messes pour la patrie du bienheureux père Jerzy Popiełuszko, n’attribuait à ce dernier qu’une maîtresse majeure.

    Lire la suite

  • 7 clés pour lire Soljénitsyne

    IMPRIMER

    Du site Herodote.net :

    Soljénitsyne (1918 - 2008)

    7 clés pour lire son œuvre

    Publié ou mis à jour le : 2018-10-08 19:22:48

    Avec ses yeux rusés et son sourire formidable, sa stature de géant et sa pugnacité, Soljénitsyne (1918-2008) a surgi des profondeurs de l’U.R.S.S. pour apporter au monde une grande bouffée d’air pur.

    Alexandre Soljénitsyne en 1994, Letras Libres magazine, DR.

    Ce fils de la révolution était un communiste romantique avant d’expérimenter dans sa chair l’arrestation arbitraire et la dure réalité des camps (1945-1953). C’est là qu’il conquiert sa liberté intérieure, ouvrant les yeux sur l’envers du système.

    En 1962, il publie Une journée d’Ivan Denissovitchmais se voit bientôt contraint de poursuivre son travail de façon clandestine. Livre après livre, l’écrivain génial déploie une écriture novatrice et une critique de plus en plus radicale du régime, jusqu’à L’Archipel du Goulag en 1973.

    Sûr de sa mission, il sait que la force du verbe peut ébranler des empires et réveiller des consciences endormies. L’art ne ment pas. Par-delà les mots, il dévoile des réalités spirituelles, la dignité de l’homme et la primauté de Dieu.

    Au terme d’un éprouvant duel avec les autorités soviétiques, Alexandre Issaïevitch est expulsé en 1974. Il s’exile en Suisse puis aux États-Unis où il se consacre à la rédaction de La Roue rouge qui sonde les origines du drame russe. Très critique envers l’Occident qu’il juge lâche et matérialiste, Soljénitsyne n’a pas peur de porter une parole de contradiction, sans compromission avec la vérité. Une œuvre savoureuse, subtile et stimulante qui jaillit des entrailles mêmes de la vie.

    Lire la suite

  • La foi ardente de Montserrat Caballé

    IMPRIMER

    De Caroline Becker sur le site Aleteia.org :

    Quand Montserrat Caballé éblouissait Benoît XVI en chantant le Notre Père

    La légendaire diva espagnole, Montserrat Caballé, est décédée le 6 octobre dernier à l'âge de 85 ans.

    La chanteuse lyrique Montserrat Caballé, icône du bel canto espagnol, vient de disparaître à l’âge de 85 ans. La « Superba », comme elle était surnommée en raison de son incomparable technique vocale, était célèbre pour ses grands rôles à l’opéra. Mais au cours de sa longue carrière, elle a aussi interprété des grandes œuvres de la musique sacrée.

    Parmi ses plus belles interprétations, celle qu’elle a donné en 2006 en l’honneur du pape Benoît XVI a marqué les esprits. À l’occasion de la Rencontre mondiale des familles à Valence (Espagne), la chanteuse a interprété devant le souverain pontife le Notre Père composé par José Maria Cano. Un moment inoubliable qui a ému le pape Benoît XVI, grand amateur de musique et pianiste de talent.

    La chanteuse était connue pour sa foi profonde et son amour pour la Vierge Marie, qu’elle n’hésitait pas à exprimer publiquement, comme en témoigne sa superbe interprétation de l’Ave Maria. « Chanter La Vierge ou Marie-Madeleine de Jules Massenet… c’est comme si vous ressentiez la douleur profonde de la Mère de Dieu », déclarait-elle.

     
     
  • "Agneau de Dieu" à Gand, ou quand il vaut mieux insulter un chrétien qu'un musulman...

    IMPRIMER

    Lu ICI :

    « AGNEAU DE DIEU » À GAND : MIEUX VAUT INSULTER UN CHRÉTIEN QU’UN MUSULMAN…

    Il y a quelques années, il ne se passait pas un mois sans que dans quelque ville de province un ou plusieurs imbéciles désœuvrés ne viennent déposer de nuit une tête de porc sanguinolente sur le parvis d’une mosquée. Un acte résultant au mieux d’une nuit trop arrosée, au pire d’une islamophobie crasse, et qui à chaque fois appelait à raison une condamnation équivoque et unanime de la classe politique et médiatique.

    On comprend bien entendu que le respect de la religion soit une valeur essentielle de notre démocratie. On comprend mal par contre pourquoi ces insultes suscitent soudainement un concert de louanges lorsqu’elles visent la culture de notre pays, et en particulier la religion catholique.

    Ainsi la pièce « Agneau de Dieu », jouée depuis une semaine pour l’ouverture du NT theater de Gand, n’a ni plus ni moins que relégué les profanations à la tête de porc au rang de ridicule plaisanterie. Jugez-en : A partir de la figure de l’agneau mystique décapité (c’est-à-dire l’allégorie du sacrifice du Christ, pour les Chrétiens), le metteur en scène Milo Rau réalise une « actualisation » du célèbre tableau des frères Van Eyck en transposant chacun des personnages du tableau par des acteurs censés représenter leur équivalent au XXIème siècle.

    Le hic, c’est que les actualisations sont plus que douteuses. Ainsi, l’auteur a longtemps recherché pour remplacer les Croisés du tableau original (partis défendre les pèlerins de Palestine) par des combattants syriens repentis. Une entrée en matière rapidement éclipsée par la représentation d’Adam et Eve, joués par un couple de gantois nus comme des vers (comme la peinture originale), prenant visiblement très au sérieux leur mission de géniteurs de l’humanité puisqu’ils se mettent rapidement « au travail » sur scène, mimant leur performance sexuelle… sous les yeux d’une demi-douzaine de jeunes enfants. Quant au personnage incarnant ni plus ni moins que Dieu le Père, le voilà qui vient nous expliquer sa jeunesse, et comment son propre père décida de s’enrôler pendant la guerre… parmi les SS.

    Cerise sur la gâteau, la transposition de la vierge Marie, pour laquelle on a choisi… la mère d’un combattant djihadiste tué en Syrie. En effet, souligne le réalisateur, toutes deux ont perdu un fils mort pour sa foi. On ne peut reprocher à une mère de protéger et continuer à aimer son enfant quoi qu’il lui en coûte (après tout, c’est à ça que servent les mamans), mais il n’empêche… Les deux milliards de personnes dans le monde pour qui le Christ est Dieu apprécieront de voir le sacrifice de Jésus innocent amalgamé à la mort d’un sordide assassin parti en Syrie. Peut-être d’ailleurs y a-t-il tué entre autres… des Chrétiens d’orient. Il semblerait que dans ce monde, toutes les victimes ne sont pas égales !

    Ne s’arrêtant pas de si bon chemin, le NT theater se mit en tête d’organiser une procession de pénitents autour de la cathédrale de Gand, trimbalant comme une précieuse relique un tonneau contenant… des ovules et du sperme congelés, dont celui du metteur en scène. Un tentative pour une fois ratée de repousser un peu plus loin les frontières de la provocation, qui emporte surtout la palme du ridicule.

    Bien sûr, vous m’objecterez que la situation de cette pièce n’est pas comparable aux profanations à la tête de porc. Et vous avez raison, ce n’est pas du tout la même chose. Tout d’abord, les musulmans sont insultés en général par une bande de petits crétins avinés et inconscients, là où les Chrétiens le sont par une élite intellectuelle et artistique parfaitement consciente de ce qu’elle fait.

    Les têtes de porc sanguinolentes sont déposées en pleine nuit en un exemplaire unique et bien vite enlevé, tandis que la décapitation de l’agneau n’est quant à elle qu’affichée… au grand jour sur une centaine d’affiches (12 m²) aux quatre coins de la ville de Gand et dans toute la presse du pays. La tête de porc est une « menace pour notre démocratie », mais l’agneau mystique revisité est un « chef d’oeuvre artistique ».

    Le décapiteur de porc sera sévèrement puni s’il est attrapé un jour ; les exhibitionnistes gantois sont quant à eux encensés, voire seront primés au vu et au su de tout le monde. L’islamophobe au moins a financé lui-même sa bêtise, tandis que le NT Theater a pour sa part été largement soutenu par les pouvoirs publics (c’est à dire 2.620.000 € de votre argent, du mien… et de celui des Chrétiens insultés) pour pondre ces inepties.

    Enfin, et sans excuser son acte, on peut sans grand risque affirmer que le porc islamophobe a couru, de la part de ses victimes, un risque  de représailles autrement plus important que l’agneau christianophobe, qui franchement ne court pas de grands dangers de la part des dociles disciples de Jésus. Cela en devient presque drôle, quand on apprend que Milo Rau a renoncé à son projet initial d’exécuter un agneau sur scène pour finalement le tondre, de peur d’aller trop loin. Il s’est donc contenté d’insulter le catho et de monter un porno pour enfant sur scène, tout en évitant sagement d’offusquer les militants de la cause animale. On frémit devant tant d’audace et de politiquement incorrect !

    Ce qui ne manque pas de piquant, c’est d’observer à quel point des observateurs d’ordinaire prompts à dénoncer toute profanation visant d’autres religions, s’extasient en choeur devant cette production.

    Ainsi, l’inénarrable Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, se félicite d’un agneau « tendre et saignant ». Guy Duplat de La Libre décrit un « formidable agneau mystique » et une scène d’exhibition ou Adam et Eve « tendrement enlacés, se caressent longuement sous les yeux du chœur des enfants assis juste devant eux. Scène étonnante mais d’une tendresse finalement très pudique. » Ou comment élever l’oxymore au niveau de discipline olympique. Le Standaard lui emboîte le pas en parlant d’un Classique instantané, et anticipe la critique en affirmant péremptoirement « Qui pense qu’il s’agit de porno, ne sait pas de quoi il parle ». Ne vous avisez donc pas de penser qu’à l’époque de #metoo, d’éducation des enfants à la responsabilité sexuelle et de scandales de pédophilies, il n’est pas indiqué de s’exhiber à poil sur scène en mimant un acte sexuel devant des jeunes enfants. Vous ne feriez que prouver que, visiblement, vous n’avez rien compris… tout cela est de l’art, bien entendu !

    Enfin… c’est surtout une nouvelle preuve que l’art contemporain de nos jours tient plus d’une escroquerie intellectuelle aux frais du contribuable que d’une réelle recherche du beau et du vrai. Il se complaît dans la haine de notre culture (dénaturer un des plus beaux tableaux du monde), de notre propre identité (au moins en partie chrétienne), autant que dans la complaisance coupable avec ce qui n’en mérite aucune, en l’occurence le djihadisme islamique.

    L’art façonne la société, on peut donc se demander quelle est la société que veulent les réalisateurs de « L’Agneau mystique » et de cette autodestruction culturelle. Détruire notre civilisation ? La livrer à une autre beaucoup moins tolérante ? Exposer à la face du monde sa propre vacuité ? Une chose est sûre : si nous voulons redonner à nos citoyens la fierté de leur culture européenne, et aux « nouveaux Belges » l’envie d’adhérer à cette culture, il serait grand temps d’arrêter de gaspiller l’argent public à de telles sottises pour le consacrer à ce qui en vaut vraiment la peine. Restaurer notre patrimoine, par exemple. Ou subventionner quelque chose de plus évolué et plus beau qu’un cube en bois ou un étron géant. Ca nous changerait !

    Pierre Lenoir

    PS : Si comme moi vous aimeriez marquer votre opposition à ces obscénités, un collectif de parents néerlandophones indignés propose de signer une pétition ici.

  • Sur la chute de Rome

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    La chute de Rome a bien eu lieu

    Dans un livre paru il y a plus de trente ans, l’historien allemand Alexander Demandt avait recensé la totalité des théories permettant d’expliquer la chute de l’Empire romain. Il arrivait à un total assez surprenant de 210 hypothèses!

    Certaines relevaient d’explication sérieuses: le déclin de la ville de Rome, les problèmes économiques ou fiscaux, la corruption politique… autant d’idées qui restent encore au centre des recherches de nombreux historiens. D’autres relevaient davantage de la sociologie: la chute de l’empire s’expliquerait ainsi par l’émancipation des femmes, par le relâchement des mœurs ou encore par l’influence de religions comme le judaïsme ou le christianisme. Enfin, d’autres thèses plus farfelues étaient avancées comme les épidémies, l’abandon des terres ou encore le changement climatique… Avec ces explications multiples, l‘histoire de la chute de Rome nous apparaît ainsi sans fin. Faisant les choux gras des éditeurs, le sujet est d’autant plus prégnant qu’il règne aujourd’hui comme une atmosphère de fin d’époque ou de décadence relayées non seulement dans la presse, la production éditoriale mais aussi dans ces arènes plus passionnées que passionnantes que sont les réseaux sociaux.

    Aujourd’hui, deux thèses s’affrontent principalement: celle qui se situe dans la lignée de l’historien Henri Irénée Marrou ou plus récemment de Peter Brown, estime qu’il existe une antiquité tardive et que la transition vers le monde médiéval occidental se fit sur le temps long. On la retrouve aussi dernièrement dans le livre de Bertrand Lançon, La Chute de Rome, une Histoire sans Fin (Perrin). L’autre thèse est celle développée récemment par le livre de Michel de JaeghereLes derniers jours (Belles Lettres/Perrin Tempus). L’auteur y explique que la chute de Rome est identifiée dans le temps, qu’elle provoqua la fin d’une civilisation, le passage d’un monde à un autre. Il est interrogé par Christophe Dickès.

    Christophe Dickès évoque les différences (quasiment symétriques) entre les invasions germaniques et les invasions arabes dans l'Empire romain. 

    L’invité: Michel de Jaeghere est journaliste, directeur du Figaro Histoire et du Figaro HS. Auteur de plusieurs ouvrages, son oeuvre d’historien se distingue notamment par son travail sur la Chute de Rome: Les derniers jours (Belles Lettres – Tempus). Il a aussi publié La compagnie des Ombres (Belles Lettres), une compilation de ses articles, études et éditoriaux consacrés à l’histoire.



    Attention, la vidéo ci-dessous est une reprise de l’enregistrement audio. l’image est donc fixe.

  • Traditionalistes à la mode de Bretagne

    IMPRIMER

    Vu sur le site web « salon beige » :

     

    Plus de six cents fidèles assistèrent, dimanche dernier 30 septembre à Sainte-Anne-d’Auray, à la messe de clôture du premier « Pèlerinage pour la Bretagne ». Messe solennelle, dans une nef comble, célébrée au maître-autel de la basilique. Orgue et bombarde soutenaient les cantiques bretons chantés par une foule fervente. Des pèlerins de toute la Bretagne historique avaient marché durant deux jours pour honorer sainte Anne, patronne de leur pays et de leurs familles.

    Organisé par l’association Feiz e Breizh (Foi en Bretagne), ce pèlerinage novateur, ouvert à tous, se veut avant tout missionnaire. Il repose sur l’esprit de tradition et de chrétienté, dans un esprit d’attachement à la langue bretonne et d’enracinement. D’ores et déjà, Feiz e Breizh donne rendez-vous l’année prochaine – pour la seconde édition de ce pèlerinage – à tous les Bretons de cœur !

    www.feiz.bzh

     Ref. Succès du premier pèlerinage pour la Bretagne

    JPSC