Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 4

  • Parlons enfin des soins palliatifs...

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Parlons enfin des soins palliatifs !

    Les soins palliatifs à l’honneur : nouveaux critères d’identification du patient palliatif et campagnes de démystification

    Un nouvel arrêté royal fixant les critères d’identification du patient palliatif a été publié le 20 novembre 2018. Les critères sont, à quelques modifications près, ceux du 1er volet de l’outil « PICT » (Palliative Care Indicators Tool), élaborés en 2015 par Marianne Desmedt, chef de projet aux Cliniques universitaires Saint Luc. Ils permettent une identification précoce du patient palliatif, indépendamment de sa pathologie. (Voir infra*)

    Le même jour, la Ministre de la Santé Maggie De Block a libéré un budget de 6 millions d’euros pour encourager la planification anticipée des soins (ACP), un processus de concertation entre le patient et son médecin sur l’orientation commune des soins et des traitements à mettre ou non en œuvre. (Voir aussi Carte de fin de Vie de l'IEB) En pratique, un nouveau code INAMI donnera droit à des honoraires spécifiques pour le médecin qui, après avoir identifié un patient comme palliatif, aura pratiqué un ACP. Se basant sur « l’autonomie de chaque individu de pouvoir décider des soins qu’il souhaite recevoir », la Ministre veut encourager une « démarche proactive et anticipative, qui facilite les prises de décision dans les situations d’urgence ou lorsque le patient n’est plus en état d’exprimer clairement ses volontés. »

    La Fédération Belge des Soins Palliatifs (FBSP) se réjouit de cette disposition, mais juge préalablement indispensable de dénoncer les mythes effrayants liés aux soins palliatifs et de montrer leur vrai visage, conforme à la réalité du vécu des patients. Pour démystifier les soins palliatifs et y sensibiliser les citoyens, elle a mis sur pieds une exposition de photographies, qui a été organisée à 2 reprises à Bruxelles et à Liège. Cette vidéo offre un aperçu des témoignages et photos de l’exposition.

    La plateforme bruxelloise des soins palliatifsPalliabru, estime pour sa part qu'il faut avant tout mieux informer les prestataires de soins, et principalement les médecins sur la bienfaisance des soins palliatifs, pour qu'à leur tour, ils encouragent leurs patients et les familles à y faire appel.

    La FBSP prévoit une campagne sur le sujet de bien plus grande envergure fin 2019, destinée au public et aux professionnels de la santé.

    Source : www.deblock.belgium.be ; www.fbsp-bfpz.org ; Rapport d’étude SPF sur le PICT

    Comment les soignants vont-ils identifier un patient apte à recevoir le statut de "patient palliatif" ?

  • Les origines de la crise de l'Eglise dans les années '70

    IMPRIMER

    De Guillaume Cuchet sur le site aleteia.org :

    Aux origines de la crise de l’Église dans les années 1970

    Dans le cadre du IXe colloque de l’Observatoire Foi et culture de la conférence des évêques de France, l’historien Guillaume Cuchet montrera comment les effets d’une crise religieuse et d’une crise culturelle peuvent se combiner. L’interpénétration d’une lente dérive de la pratique religieuse et de la mutation socio-culturelle héritée des Trente Glorieuses a été décisive dans le bouleversement du catholicisme après le concile Vatican II.

    La crise de l’Église des années 1970, plus précisément des années 1965-1978, de la fin du concile Vatican II à l’élection de Jean-Paul II, a-t-elle procédé de causes avant tout religieuses ou culturelles ? La question fait écho à un article bien connu de Lucien Febvre parue en 1929 sur « Les causes de la Réforme » au XVIe siècle à laquelle il avait apporté une réponse célèbre : « À révolution religieuse, causes religieuses », et non pas culturelles, sociales ou politiques. Formule profonde mais faussement claire, qui a des chances de ne pas l’être beaucoup plus en changeant de siècle et de révolution. Sans doute la crise des années 1970 procède-t-elle de causes à la fois religieuses et culturelles, tout le problème étant de savoir lesquelles, quel a été leur poids respectif et comment elles se sont articulées.

    Lire aussi : Mai 68 et Vatican II : les deux révolutions

    Deux thèses incomplètes

    Or on peut dire qu’il existe sur le sujet deux grandes thèses. La première, de type « externaliste » (comme disent les sociologues), consiste à dire que la crise en question a été socio-culturelle dans ses causes et religieuse dans ses effets. « Crise catholique de la société française » a écrit Denis Pelletier, et pas « crise du catholicisme français », c’est-à-dire version catholique de la crise générale que traverse alors la société française, qui a affecté aussi bien le protestantisme que l’école, la famille ou le Parti communiste.

    La seconde, de type « internaliste », considère, au contraire, que la crise a été avant tout spirituelle — « crise de la foi », pour reprendre une expression couramment employée, d’Henri de Lubac à Louis Bouyer —, voire, dans les milieux traditionalistes, résurgence de la crise moderniste du début du XXe siècle, jadis contenue par Pie X mais revenue avec une force décuplée à la faveur du concile. Dans cette hypothèse, la mutation socio-culturelle aurait tout au plus fourni à la crise ses matériaux, voire son simple prétexte.

    Lire aussi : Crise dans l’Église : quelques réformes possibles

    Ces deux thèses, ici réduites à leur clarté d’épure, me paraissent comporter chacune une part de vérité et il faut les combiner. Le problème de la première est qu’elle sous-estime trop la spécificité de la crise catholique, c’est-à-dire à la fois sa radicalité (bien manifestée par l’effondrement subit de la confession, les départs de prêtres, etc.), mais aussi son antériorité relative, puisque c’est un fait tout de même étonnant, et trop rarement souligné, que la crise dans l’Église ait, à bien des égards, précédé la crise dans la société. En sens inverse, la thèse de la crise spirituelle, indépendamment du fait qu’on ne sait pas toujours très bien en quoi elle consiste, explique la crise sans bien s’expliquer elle-même.

    Lire la suite sur aleteia.org

  • Irlande : quand des infirmières et des sages-femmes ne veulent participer d’aucune façon à l’avortement

    IMPRIMER

    IRLANDE : APRÈS LES MÉDECINS, LES INFIRMIÈRES ET LES SAGES-FEMMES REFUSENT DE PRATIQUER L'AVORTEMENT

     de genethique.org

    En Irlande, un groupe d’infirmières et de sages-femmes a rejoint les médecins et déclare ne pas vouloir participer aux services d’avortement. Elles expliquent que dans le cas d’avortements par méthode chirurgicale, elles devront donner les soins préopératoires, ce qu’elles refusent.

    Le mois dernier, des centaines de médecins ont élevé la voix contre l’avortement et ont manifesté leurs préoccupations à propos de la nouvelle loi. Ils ont demandé au ministre de la santé, Simon Harris, de ne rien précipiter (cf. Avortement en Irlande : les médecins demandent à inscrire leur droit à l’objection de conscience dans le projet de loi).

    Dans le texte prévu, les objecteurs de conscience doivent transférer les soins de la femme enceinte à un médecin susceptible de pratiquer l’avortement. Pour les infirmières et les sages-femmes, cette clause est une « participation à la procédure ». Elles ne veulent participer d’aucune façon à l’avortement : une participation qui « inclut toute supervision, délégation, planification ou soutien du personnel impliqué dans l'interruption de grossesse», a déclaré Mary Fitzgibbon qui a organisé la pétition.

    Elles demandent au ministre de la santé de les consulter et de soutenir les amendements qui protègent la liberté de conscience et estiment qu’elles devront quitter la profession si elles n’obtenaient pas gain de cause.

    Pendant ce temps, le Planning Familial irlandais a demandé que le projet de loi sur l'avortement soit dès maintenant  amendé et que les «sanctions pénales» soient supprimées.

    Le ministre de la santé a expliqué que les services d’avortement devraient être en place pour la nouvelle année.

    Sources: Irish Examiner, Evelyn Ring (28/11/2018)

  • A chacun ses priorités : les préoccupations de nos évêques sont climatiques...

    IMPRIMER

    De cathobel.be :

    Marche pour le climat: préoccupation commune des évêques belges

    Coalition  (voir article sur ce site), les évêques belges partagent les préoccupations des citoyens. Ils nous invitent à nous joindre à l’appel Claim the climate pour une politique climatique ambitieuse et socialement juste.

    « Comme le Pape François, nous appelons à une conversion écologique radicale et à une écologie intégrale. Nous sommes de plus en plus souvent confrontés ces dernières années, aux effets dévastateurs du changement climatique qui affectent principalement les plus pauvres et leur sécurité alimentaire, la pérennité de l’habitat, la biodiversité et la qualité des écosystèmes.

    Les conséquences sociales et écologiques de la crise climatique sont mobilisatrices. On opte de plus en plus pour un mode de vie durable, une simplicité volontaire, une réduction de la consommation de biens et d’énergie et une diminution des déchets. Les gens passent aux énergies renouvelables, aux produits locaux, à la mobilité verte et aux produits durables. Ils investissent dans des projets qui permettent la transition vers une économie sobre en carbone.

    De nombreuses organisations chrétiennes prennent cette direction. L’Église catholique s’engage également dans cette voie. Ainsi, à l’automne dernier, les diocèses belges ont explicitement demandé aux institutions financières avec lesquelles ils collaborent, de privilégier dans leurs investissements les entreprises qui œuvrent pour un avenir énergétique durable. Ce sont des pas importants dans l’immense tâche pour le ‘soin de la maison commune’ (cf. Pape François, Laudato Si’).

    Une politique climatique ambitieuse et socialement juste

    Le rapport du GIEC pour les Nations Unies indique ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C ainsi que les conséquences désastreuses si nous laissons monter la température moyenne sur Terre de 2°C ou plus. Le rapport nous enseigne que nous avons besoin de transformations rapides, de grande envergure et sans précédent.

    Le prochain sommet sur le climat qui se tiendra à Katowice en Pologne du 3 au 14 décembre 2018, sera crucial pour l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris et la mise en route du processus de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous partageons les préoccupations des nombreuses organisations de la Coalition Climat belge et soutenons leur appel à participer à la marche Claim the climate qu’ils organisent à Bruxelles, ce 2 décembre.

    Nous appelons les citoyens, les organisations et les gouvernements à accélérer et à intensifier leurs efforts pour faire face à la crise climatique. »

    Et pour ceux et celle s qui ne peuvent participer à cette marche, les évêques nous invitent aussi à agir en union de prière. Ils nous suggèrent  d’adresser cette intention lors des célébrations du début de l’Avent, le samedi 1er et le dimanche 2 décembre.

    « Prions pour les dirigeants du monde et leurs collaborateurs au grand sommet de l’ONU sur le climat, qu’ils prennent des mesures courageuses pour enrayer la spirale de la pauvreté et de la destruction écologique qui menacent notre monde et notre avenir. Qu’ils collaborent et s’accordent dans un dialogue qui dépasse les contradictions. Prions le Seigneur. »

    Source : communiqué de presse des évêques de Belgique, mardi 27 novembre, Bruxelles

  • Une mère porteuse américaine témoigne des mensonges qui entourent la GPA

    IMPRIMER

    D'Eléonore de Nouël et Paul Sugy sur le site du Figaro Vox (LeFigaro.fr) :

    «La GPA est entourée de mensonges» : le témoignage de Kelly, mère porteuse américaine

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Kelly a été mère porteuse à trois reprises, dans le Dakota, un État américain où la GPA est autorisée. Face à ceux qui décrivent cette pratique aux États-Unis comme «éthique», son témoignage fait retentir au contraire la détresse d'une femme qui, comme beaucoup d'autres, s'est sentie trahie. D'après elle, les agences qui lui ont proposé ce «travail» ne l'ont jamais mise en garde contre les risques physiques, juridiques et psychologiques qu'il comporte. 


    Un documentaire sur le témoignage de Kelly, «Bif Fertility», a été réalisé par Jennifer Lahl en 2018 et traduit en français par La Manif pour tous. Cette infirmière a accompagné de nombreuses mères porteuses qui avaient des difficultés pour se reconstruire après des gestations pour autrui éprouvantes. Elle a proposé à Kelly de se faire leur ambassadrice, pour lutter contre une pratique qui ne se maintient selon elle qu'au prix de nombreux mensonges.


    FIGAROVOX.- Quelles sont les raisons qui vous ont poussée, pour la première fois, à cliquer sur l'annonce d'une agence et à vous proposer pour être mère porteuse?

    Kelly MARTINEZ.- La première fois, je suis tombée sur une annonce par hasard sur Internet. Ma situation à l'époque n'était pas simple car à 19 ans j'étais déjà mariée, et mère de deux enfants. Mon époux n'avait pas d'emploi stable et nous avions vraiment besoin d'argent. J'ai donc postulé comme on candidate pour n'importe quel emploi, en me disant que cette offre était une aubaine: on me proposait 25 000 $! Il faut dire aussi que je ne savais pas vraiment en quoi cela consistait: je ne connaissais personne qui avait fait cela avant moi. Je vivais dans des cercles plutôt catholiques et conservateurs ; beaucoup de gens autour de moi n'ont d'ailleurs pas compris mon choix.

    Comment s'est passée ensuite cette première gestation pour autrui?

    Assez mal, je dois le reconnaître. Déjà, j'avais notifié à l'agence que je ne souhaitais pas porter un enfant pour un couple d'homosexuels parce que je voulais une femme qui m'accompagne pendant la grossesse ; mais finalement ils m'ont quand même mise en relation avec un couple de deux hommes, vivant à Paris. On a cherché à me persuader, en me faisant comprendre que j'étais leur seul espoir… Et on ne m'a pas laissé le choix. Pas plus qu'on ne m'a laissé choisir le nombre d'embryons implantés: on en implante systématiquement deux dans l'espoir que l'un des deux au moins survive, et c'est ainsi que je me suis retrouvée enceinte de jumeaux. C'était d'ailleurs plus lucratif: comme dans n'importe quel marché, plus on travaille et plus on gagne d'argent, et pour des jumeaux, l'agence touchait plus d'argent et moi j'étais mieux payée que pour un seul embryon.

    Nous avions vraiment besoin d'argent et cette offre était une aubaine : on me proposait 25 000 $ !

    Ensuite, on m'a forcé aussi à mettre mon nom sur l'acte de naissance alors que ce n'était pas ce qui était prévu dans le contrat initialement. Ce n'est d'ailleurs qu'en invoquant cette condition que j'avais réussi à persuader mon mari de me laisser faire cette gestation pour autrui: il était explicitement spécifié que mon nom n'apparaîtrait nulle part. Mais la nuit avant le transfert de l'embryon, l'agence m'a appelée pour me prévenir de ce qu'ils appelaient une «formalité»: les enfants naîtraient à mon nom, et l'acte de naissance serait réécrit aussitôt l'adoption faite. Là encore on m'a forcée: si je refusais, je devais rembourser l'intégralité des frais de clinique déjà avancés. Évidemment je ne pouvais pas rembourser, j'avais déjà en partie consommé les sommes avancées… j'étais prise au piège.

    Lire la suite

  • Quand les bateleurs investissent nos cathédrales...

    IMPRIMER

    Il semble plus facile de remplir les cathédrales pour y applaudir des spectacles de cirque que pour y maintenir la foi vivante...

    C'est ICI

  • Le ministère de la Santé kényan met fin aux activités de Marie Stopes International sur son territoire

    IMPRIMER

    KENYA : LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ IMPOSE À MARIE STOPES INTERNATIONAL D'ARRÊTER DE PRATIQUER DES IVG SUR LE TERRITOIRE

     de genethique.org

    Le Kenya somme Marie Stopes International, le géant britannique de l’avortement, de cesser toute pratique de l’IVG sur le territoire Kenyan, et exige un relevé détaillé de ses activités. Suite à une pétition citoyenne, le ministre de la santé a mis en place un comité médical chargé d’enquêter sur Marie Stopes Kenya et ses activités.

    L’enquête a révélé des activités illégales. Au Kenya, l’avortement est autorisé lorsque la vie de la mère est menacée, ou au moins sa santé. Et faire de la publicité sur les services de santé est interdit. Non seulement l’organisation fait beaucoup de publicité pour ses services d’avortement, à la radio comme sur les réseaux sociaux, mais en plus l’organisation promeut l’avortement pour grossesse indésirable, la contraception des mineures et l’avortement des mineures sans consentement parental. Ann Kioto, à l’origine de la pétition, a appelé la hotline de Marie Stopes, et a fait croire qu’elle était enceinte. On lui a immédiatement répondu qu’elle devait fournir 5 000 shillings kenyans pour l’avortement, environ 48 dollars, et qu’ils savaient que c’était ce qu’elle voulait. « Ils essayent de vous convaincre d’avorter », explique-t-elle, ajoutant qu’à aucun moment il ne lui a été demandé si elle souhaitait poursuivre sa grossesse, et qu’aucun suivi de grossesse ne lui a été proposé, ni d’information sur l’accouchement.

    Le directeur de Marie Stopes Kenya, le Dr Hezron McObewa, a été entendu au cours de l’enquête. Celui-ci a reconnu qu’ « ils proposaient des avortements aux mineurs sans surveillance parentale » et que le « désir d'avorter était un critère suffisant » pour eux. Il a ajouté que les avortements ne représentaient qu’ 1% des activités de l’organisation, mais « lorsque la commission médicale a demandé les données sources pour cette demande, il n’a pas été en mesure de les fournir ». La police a dû intervenir dans un dispensaire de Marie Stopes, pour empêcher des injections contraceptives en masse sur des mineures. Ces activités sont illégales au regard de la loi kenyane.

    La commission médicale a suspendu toutes les activités d’avortement de Marie Stopes au Kenya et a qualifié leurs publicités sur les médias sociaux d’« erronées et trompeuses ».

    Marie Stopes a aussi été accusé d’activités illégales dans d’autres pays d’Afrique, notamment en Zambie. En Tanzanie, une enquête est aussi en cours.

    Sources: C-FAM, Rebecca Oas, Ph.D. (23/11/2018)

  • La détérioration générale de la liberté religieuse dans le monde et le cas particulièrement inquiétant de l'Inde

    IMPRIMER

    De Sandro Magister en traduction sur diakonos.be :

    Rapport 2018 sur la liberté religieuse dans le monde. La pire surprise vient d’Inde

    Dans le rapport de presque 900 pages sur la liberté religieuse dans le monde qui vient de sortir ces derniers jours, la fondation de droit pontificat Aide à l’Église en Détresse confirme une détérioration générale de la liberté religieuse.

    Par rapport au dernier rapport datant 2016, la situation a véritablement empiré dans pas moins de 17 des 38 États où l’on a constaté des persécutions ou des discriminations. Et on y retrouve certains des pays les plus peuplés du monde comme la Chine, l’Inde, l’Indonésie, Pakistan, Russie, Nigeria…  Avec pour résultat que presque deux tiers de la population mondiale, soit 61%, vit aujourd’hui dans un pays où la liberté de religion est menacée.

    Et de toutes les confessions, c’est la religion chrétienne qui est la plus touchée. Un chrétien sur sept vit aujourd’hui dans un pays classé « persécution ».

    Le rapport d’Aide à l’Église en Détresse donne une description précise de la situation de chaque pays en commençant par dresser un portrait du cadre juridique relatif à la liberté religieuse en vigueur au sein du pays en question et en poursuivant par une énumération des événements contraires à la liberté religieuse qui se sont produits ces deux dernières années.

    Les 21 pays classés « persécution » dans laquelle la liberté religieuse est la plus opprimée sont les suivants, par ordre alphabétique :

    Afghanistan, Arabie Saoudite, Bangladesh, Chine, Corée du Nord, Érythrée, Inde, Indonésie, Iraq, Libye, Myanmar, Niger, Nigéria, Pakistan, Palestine, Syrie, Somalie, Soudan, Turkménistan, Ouzbékistan, Yémen.

    Tandis que ces 17 autres pays sont classés « discrimination », c’est-à-dire qu’on y enregistre des atteintes à la liberté religieuse un cran en-dessous du précédent :

    Algérie, Azerbaïdjan, Bhoutan, Brunei, Égypte, Iran, Kazakhstan, Kirghizistan, Laos, Maldives, Mauritanie, Qatar, Russie, Tadjikistan, Turquie, Ukraine, Vietnam.

    Dans les 38 États de ces deux listes, ceux dans lesquels Aide à l’Église en Détresse a constaté que les attaques contre la liberté religieuse avaient empiré ces deux dernières années sont :

    Brunei, Chine, Inde, Indonésie, Iran, Kazakhstan, Kirghizistan, Libye, Maldives, Mauritanie, Myanmar, Niger, Pakistan, Somalie, Tadjikistan, Turquie, Yémen.

    Le rapport précise qu’il faudrait également ajouter à cette liste les cinq pays suivants dans lesquels le manque de liberté religieuse « est tellement grave qu’il ne peut empirer » :

    Afghanistan, Arabie Saoudite, Corée du Nord, Érythrée, Nigéria.

    Il n’y a que deux pays dans lequel le rapport note une « amélioration » relative par rapport à la situation précédente : l’Iraq et la Syrie. Même si ceux-ci figurent encore dans les pays classés « persécution ».

    En Iraq, en particulier, le retour des chrétiens à Mossoul et dans la pleine de Ninive de dizaines de milliers de chrétiens qui avaient fui les attaques de l’État Islamique est un signe positif. Beaucoup de leurs maisons ont justement été reconstruites par Aide à l’Église en Détresse.  Mais il est également arrivé qu’ils trouvent leurs propres maisons occupées par des étrangers munis de faux titres de propriété.

    Le problème – comme le fait remarquer le rapport c’est que toutes ces souffrances des communautés religieuses sont largement ignorées par les gouvernements et par les médias occidentaux dans lesquels « la liberté religieuse est en train de subir un glissement vers le bas dans le classement des droits humains, éclipsée par d’autres question comme le gender, la sexualité et la race ». Au Pakistan, l’affaire de la chrétienne Asia Bibi, qui vient d’échapper à la peine capitale après avoir passé neuf ans en prison mais dont la vie et celle de sa famille est toujours menacée, à l’instar de nombreux chrétiens de ce pays, menacés par des foules de fanatiques musulmans, s’est déroulé dans l’indifférence générale, dans l’attente d’un pays qui lui accorde l’asile.

    *

    S’il fallait relever les principaux éléments nouveaux parmi tous les pays examinés dans le rapport, le cas de la Chine est particulièrement frappant. Alors que le Vatican vient justement de signer un accord avec pays, on y constate une recrudescence de l’hostilité envers toutes les confessions et pas seulement la religion chrétienne catholique, une législation de plus en plus restrictive, la destruction de lieux de culte et « au moins cent mille musulmans emprisonnés à durée indéterminée dans des camps de rééducation bondés ».

    Mais la plus grande surprise que réserve le rapport d’Aide à l’Église en Détresse concerne le deuxième pays le plus peuplé au monde, l’Inde.

    Selon le pool international d’experts qui a rédigé le rapport de 2018, l’Inde est effectivement le pays où l’on enregistre la plus forte variation – en pire – par rapport à une situation antérieure déjà très négative.

    Dans la soi-disant « plus grande démocratie du monde », il n’y a pas de religion d’État. Mais depuis que le dernier recensement a relevé une baisse du nombre d’hindous,  l’hostilité envers les minorités musulmanes et chrétiennes s’est par réaction fortement accentuée, et ne nouvelles lois punissant la conversion à des religions autres que l’hindouisme sont entrées en vigueur dans un nombre croissant d’États de la fédération.

    L’arrivée au pouvoir en 2017 du Bharatiya Janata Party, un parti à tendance fortement nationalise qui associe l’identité indienne à la religion hindoue, a encouragé la diffusion des agressions contre les autres religions de la part des extrémistes hindous, bien souvent avec la complaisances des forces de sécurité.

    Selon Persecution Relief, un forum œcuménique qui étudie la persécution antichrétienne, 736 attaques, souvent mortelles, ont été enregistrées depuis 2017, ce qui représente une nette augmentation par rapport aux 348 de l’année précédente. Le prétexte souvent invoqué pour justifier ces agressions est la consommation de viande de boeuf, en violation, selon les extrémistes hindous, des lois qui protègent les vaches sacrées.

    Et tout cela dans l’indifférence du monde occidental qui continue à entretenir l’idée qu’hindouisme est synonyme de pacifisme.

  • Belgique : explosion des enregistrements de changement de sexe à l'état civil

    IMPRIMER

    Du Bulletin de l'Institut européen de bioéthique (23/11/2018) :

    Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

    Depuis le 1er janvier 2018, soit l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transsexualité, le nombre de personnes ayant fait enregistrer un changement de sexe dans leurs actes d’état civil a augmenté de près de 600 personnes, soit un tiers des enregistrements depuis 25 ans.

    Fin septembre 2018, le compteur de l’état civil affichait 1.625 enregistrements de changement de sexe. Sur les enregistrements de 2018, 42% concernent des personnes âgées de moins de 25 ans, indiquant une forte demande de la jeune génération.  On observe aussi une augmentation du nombre de jeunes femmes souhaitant se faire enregistrer comme hommes. 71% des changements ont été enregistrés en Région flamande, 23% en Région wallonne et 5% à Bruxelles.

    Cette évolution est en grande partie due au fait que la loi permet désormais de faire modifier officiellement l’enregistrement de son sexe et de son prénom sans opération génitale ou stérilisation préalable, à travers une simple procédure administrative auprès du fonctionnaire de l’état civil.

    Source : lespecialiste.be – Communiqué de presse de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes

  • Le Christ-Roi, homélie du Père Simon Noël

    IMPRIMER

    Le Christ-Roi, homélie du Père Simon Noël 

    En 1925, le pape Pie XI publiait l'encyclique Quas Primas, dans laquelle il instituait la fête du Christ-Roi. Il voulait ainsi rappeler que Notre-Seigneur devait régner non seulement sur nos cœurs, mais aussi sur les sociétés humaines et condamnait le laïcisme des États modernes, qui se répandait de plus en plus. De nos jours notre monde moderne vit la sécularisation à outrance. Nos contemporains vivent dans une société où Dieu est devenu totalement absent. La situation s'est donc aggravée tout particulièrement.

    Face à cela, que nous dit la Parole de Dieu que nous venons d'entendre ? Elle nous dit que, malgré l'incroyance et l'apostasie régnantes, Jésus est roi et il l'est pour toujours. Dans le livre de Daniel, dont nous venons d'entendre un passage, il nous est annoncé que le jour de son ascension, après sa victoire pascale, le Christ, le Fils de l'homme, a été investi de la royauté par son Père sur l'univers entier. En tant que Fils de Dieu, Jésus est roi en lui-même. Mais en outre il l'est devenu par droit de conquête en tant qu'homme. En mourant pour nous, en nous rachetant par son précieux sang, il a acquis le droit de régner sur nous. L'apocalypse, dans le passage de ce jour, dit que Jésus-Christ est le témoin fidèle, par ce qu'il est mort sur la croix pour la vérité, qu'il est le premier-né des morts, parce qu'il a vaincu la mort par sa résurrection, et qu'ainsi, il est devenu le prince des rois de la terre.

    A la fin des temps, lorsqu'il reviendra son règne sera victorieux, visible et définitif. Toutes les nations se prosterneront devant lui. Ce sera la victoire finale, le triomphe absolu du Christ. Cela est assuré, nous ne pouvons en douter, et à ce titre nous voyons déjà en lui le roi de l'univers. L'apocalypse aujourd'hui disait qu'il va venir, que tout œil le verra et qu'ils le verront ceux qui l'ont transpercé. En ce jour ultime, tous les hommes verront avec clarté que Jésus-Christ est le souverain de l'univers.

    Mais devons-nous nous contenter de ce qui ne pourra manquer d'advenir à la fin ? Ne pouvons-nous pas déjà, tant que l'histoire dure encore, souhaiter que le Christ puisse régner, plus parfaitement qu'il ne le fait en réalité ? Oui, nous le pouvons, et même nous devons travailler à l'instauration de la royauté de Jésus-Christ. Oui, nous devons travailler de toutes nos forces à la construction d'un monde de justice et d'amour, dans la perspective de la cité de Dieu à bâtir. Nous ne nous contenterons pas d'attendre que Dieu vienne instaurer son règne plus tard, à la fin, mais nous préparerons cette venue définitive du Royaume, par une vie toute de soumission à la volonté de Dieu. Jésus n'a pas rougi de nous aimer, nous ne devons pas rougir de lui, en face des hommes d'aujourd'hui qui si souvent le rejettent ou le méprisent. Le monde actuel refuse la royauté de Jésus-Christ, soyons donc de notre côté des témoins convaincus de Jésus-Christ.

    Bien sûr, la première chose est que Jésus règne sur nos cœurs. Mais si nous croyons vraiment en lui et si nous l'aimons avec authenticité, nous voudrons aussi qu'il règne davantage dans notre monde actuel. C'est pourquoi nous travaillons à la venue d'une société plus chrétienne. C'est la raison pour laquelle le pape Pie XI insistait sur la royauté sociale de Jésus-Christ.

    Dans l'Evangile, Jésus répond à Pilate qu'en effet il est roi, mais que sa royauté n'est pas de ce monde. Il n'est pas venu pour apporter des solutions aux problèmes du monde. Ne risquons-nous pas de nos jours de séculariser le message de l’Évangile ? Comme l'a dit le pape François, l’Église n'est pas une ONG. Certes, si nous vivions davantage selon l’Évangile du Christ, tout irait beaucoup mieux dans le monde, mais Jésus est venu d'abord pour sauver les âmes et les conduire au paradis.

    N'oublions jamais que l’Église a un but essentiellement surnaturel. En ce jour, nous sommes invités à proclamer la royauté de Jésus-Christ, et à faire en sorte que le Christ-Roi règne totalement sur nos personnes et sur nos vies. « Que votre règne arrive », disons-nous dans la prière du Seigneur. Et en communiant nous allons nous offrir à lui pour qu'il règne entièrement sur nous. La vie chrétienne est une mort à soi-même et au monde et une vie pour Dieu. Voici comment un abbé bénédictin du XVIe siècle, Louis de Blois, commence son livre intitulé L'Institution spirituelle : « Dieu, l'immuable et souverain bien, peut seul satisfaire et apaiser les désirs de l'âme raisonnable. Les hommes devraient donc tous aspirer avec une sainte avidité à la perfection de la vie et à l'intime union à Dieu qu'elle procure ici-bas ». Oui, cette fête est pour nous un appel à ne plus vivre que pour Dieu et à laisser Jésus régner sur nous, en abandonnant en tout notre volonté propre et en nous dépouillant complètement de notre égoïsme.

  • La chasse aux prêtres

    IMPRIMER

    De François Foucart sur le site de l'Homme Nouveau :

    La chasse aux prêtres

    La chasse aux prêtres

    C’est Mgr David Macaire, archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France, le plus jeune évêque de France, qui disait récemment : « Nous sommes collectivement massacrés, si je puis dire, par le suicide de deux jeunes prêtres. » Il s’agit du Père Jean-Baptiste Sèbe, 38 ans, à Rouen, le 18 septembre, et du Père Pierre-Yves Fumery, 38 ans également, à Gien, le 19 octobre. Tous deux avaient été soupçonnés de faits « préoccupants ». Enquête faite, il n’en reste pratiquement rien. Un peu d’imprudence.

    À dire vrai, je m’étais bien promis de ne plus évoquer ce dossier permanent de la chasse aux prêtres parce que le lynchage collectif à partir de quelques cas est monstrueux. Et surtout parce que pour des prêtres seuls, fatigués déjà et pour certains fragiles, le simple soupçon de conduite déviante n’est pas supportable. La preuve.

    Alors, il faut seulement (si ce pouvait être pour la dernière fois !) redire : oui, il y a eu, depuis longtemps, un certain nombre de cas avérés de pédophilie, notamment dans des internats ; oui, on dispose d’un grand nombre de données psychologiques qui peuvent expliquer – sans les excuser – ces comportements déviants chez des clercs ; oui, ce sont des conduites, scandaleuses, inadmissibles, et l’Église a trop longtemps fermé les yeux en éloignant les coupables.

    Mais il faut aussi dire que la réponse de l’épiscopat, en général, a été celle de la peur accompagnée du réflexe du pire, la délation : au moindre soupçon, même s’il ne s’agit que d’un petit geste affectueux, vous les anciennes victimes (même si vous avez 40 ou 45 ans et que vous vous portez très bien), vous les parents qui sous prétexte de défense accusez souvent sans rien savoir, vous les associations dont le fonds de commerce est souvent bien suspect, vous les médias qui ne connaissez pas du tout la Maison-Église, eh bien ! vous avez bonne mine aujourd’hui en souvenir de Jean-Baptiste et de Pierre-Yves.

    Il faut aussi dénoncer certains moyens dérisoires de l’épiscopat comme cette avalanche de comités : Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes ! (CRIP), Vicariat Enfance Adolescence, ou encore CPLP (Cellule Permanente de Lutte contre la Pédophilie), toujours confiés (pour se dédouaner) à des femmes psy ou assimilées dont l’une porte le titre ridicule de « théologienne titulaire d’un doctorat en abus sexuels » !

    Outre, bien sûr, écarter les cas avérés, plutôt que de faire repentance et de « cafter » sans cesse, il faut aimer et soutenir tous nos jeunes prêtres qui deviennent, le plus souvent, les vraies victimes.

  • La vitalité exceptionnelle de l'Eglise au Vietnam

    IMPRIMER

    De Marzena Devoud sur le site aleteia.org :

    L’Église du Vietnam animée d’une vitalité exceptionnelle

    VIETNAM EXHIBITION

    Jean-Marie Dufour

    Nous fêtons ce 24 novembre les 117 martyrs du Vietnam. Canonisés par le pape Jean Paul II, il y a trente ans, leur sacrifice a marqué très profondément l’histoire de l’Église catholique du Vietnam. Riche de 500 ans d'existence, celle-ci est animée aujourd’hui d’une vitalité exceptionnelle.

    À n’en pas douter, le sang de ses martyrs, les violences, les persécutions et l’hostilité du pouvoir communiste actuel portent leurs fruits : l’Église du Vietnam affiche aujourd’hui une incroyable vitalité, particulièrement dans le nord du pays. C’est ce que souligne Frédéric Mounier, commissaire de l’exposition « Vietnam : Une fille ainée de l’Église en Asie » dont l’inauguration aura lieu ce samedi 24 novembre aux Missions étrangères de Paris : « C’est une Église réellement ressuscitée ».

    Lire aussi : Il y a 500 ans, on plantait la première croix au Vietnam

    Autour de Hanoï, la capitale peuplée de près de dix millions d’habitants, les paroisses égrenées au fil des rizières de la vallée du Fleuve rouge tissent un réseau catholique exceptionnel. Les séminaires sont restés fermés de 1954 jusqu’au milieu des années 2000. Les élites intellectuelles ont été décimées. Des centaines de milliers de catholiques ont fui vers le sud. Pourtant, les églises sont pleines du matin au soir, ainsi que les salles de catéchismes et les séminaires. De nombreuses églises sont construites chaque année. Un jeune prêtre le constate : « Ce qui nous a sauvés, c’est le communisme. En nous persécutant, il a maintenu la foi des martyrs.»

    Lire la suite sur aleteia.org