Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 2

  • Un témoin de la présence de Dieu : Edith Stein (9 août)

    IMPRIMER

    edith-stein.jpgSainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    Carmélite déc., vierge, martyre, co-patronne de l'Europe (12 octobre1891 – 9 août 1942)

    Source : http://www.vatican.va/

    « Inclinons-nous profondément devant ce témoignage de vie et de mort livré par Edith Stein, cette remarquable fille d’Israël, qui fut en même temps fille du Carmel et sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, une personnalité qui réunit pathétiquement, au cours de sa vie si riche, les drames de notre siècle. Elle est la synthèse d’une histoire affligée de blessures profondes et encore douloureuses, pour la guérison desquelles s’engagent, aujourd’hui encore, des hommes et des femmes conscients de leurs responsabilités ; elle est en même temps la synthèse de la pleine vérité sur les hommes, par son cœur qui resta si longtemps inquiet et insatisfait, « jusqu’à ce qu’enfin il trouvât le repos dans le Seigneur » ». Ces paroles furent prononcées par le Pape Jean-Paul II à l’occasion de la béatification d’Edith Stein à Cologne, le 1er mai 1987.

    Lire la suite

  • Brésil : le pape François au secours de l’ancien président de gauche Lula da Silva.

    IMPRIMER

    Lu sur le site d’Ouest-France :

    « En visite au Vatican, jeudi, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Lula a récupéré un ouvrage dans lequel le souverain pontife à écrit un message destiné au président brésilien actuellement incarcéré pour corruption. Lula a pris connaissance de la missive depuis sa cellule au Brésil.

    Le pape François a adressé un court message manuscrit à Luiz Inacio Lula da Silva dans un recueil d’interviews de l’ex-président brésilien, en prison depuis avril pour corruption, a indiqué le service de communication de l’ex-dirigeant brésilien.

    « À Luiz Inacio Lula da Silva, avec ma bénédiction et en lui demandant de prier pour moi, François », écrit le souverain pontife sur la page de garde du livre « La vérité va gagner », publié en mars.

    Cet ouvrage lui a été apporté par l’ancien ministre des Affaires étrangères de Lula, Celso Amorim, à l’occasion d’une audience qui s’est déroulée jeudi au Vatican. Dans sa prison, Lula a reçu une photo imprimée du message.

    Celso Amorim était accompagné de l’ex-ministre argentin Alberto Fernández et de l’ex-sénateur chilien Carlos Ominami. L’audience a duré un peu plus d’une heure, a affirmé l’ex-ministre brésilien dans une vidéo publiée sur le compte officiel Facebook de Lula.

    Une rencontre « historique »

    « Le sujet principal a été la situation du président Lula, qu’il suit avec intérêt et qui le préoccupe », a affirmé M. Amorim, qualifiant d'« historique » cette rencontre avec le pape.

    Lula avait adressé une lettre ouverte au pape, en septembre 2016, après la destitution de la présidente Dilma Rousseff afin de dénoncer la situation politique et institutionnelle du pays.

    L’ex-président, âgé de 72 ans, purge actuellement une peine de 12 ans et un mois de prison à Curitiba, dans le sud du Brésil, pour corruption passive et blanchiment d’argent.

    Le leader du parti des Travailleurs (PT, gauche), qui a gouverné le Brésil de 2003 à 2010, se dit innocent et victime d’un complot pour l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle d’octobre, pour laquelle il est crédité, selon les sondages, de 30 % des voix. »

    Ref. Brésil. L’ancien président Lula reçoit un message du pape dans sa prison

    JPSC

  • Le bel hommage du cardinal Danneels au roi Baudouin (+ 31 juillet 1993)

    IMPRIMER

    30221596_10216896643278509_8296163932776092094_n.jpgEn 2013, une célébration eucharistique présidée par le cardinal Danneels a eu lieu en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule, à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort du Roi Baudouin.  Voici en intégralité l’homélie qui a été prononcée à l’occasion de cet hommage rendu en présence de la famille royale (source).

    « Il y  a vingt ans – presque jour pour jour – beaucoup d’entre nous étaient déjà dans cette cathédrale de Bruxelles Saints Michel et Gudule, pour prier. Réunis autour du corps de notre cher Roi Baudouin, nous l’avons rendu à notre mère la terre, ce corps qui tout au long de sa vie, a été le temple de son âme immortelle. Le jour viendra où ce corps ressuscitera par la grâce et la force de Dieu, maître de la vie. Ce jour-là où les tombes s’ouvriront à la vie, nous le verrons face-à-face dans la gloire de la résurrection. Le roi et beaucoup d’entre nous ont vécu dans cette foi dans la résurrection.
    Son corps se tait maintenant, mais non son cœur qui n’arrête de nous parler. « Defunctus adhuc loquitur »  – les morts continuent à nous parler.

    Oui, le roi Baudouin nous parle. Ecoutons-le. Mais aussi: regardons-le. Car le roi Baudouin était un roi tel le roi David dans la Bible, l’icône de toute royauté véritable. En effet il y a des rois qui sont plus que des rois: ils sont les bergers de leur peuple. Il y a des rois qui connaissent leurs devoirs et accomplissent leur devoir admirablement. Ils respectent le droit et prêtent serment de fidélité à leur pays et à ses lois.

    Mais les bergers sont plus. Ils aiment leur peuple. Les bergers ne sont pas que des hommes de devoir. Ils aiment chacune de leurs brebis. Les rois-bergers règnent aussi avec leur cœur. Tel fut le roi Baudouin: un roi-berger.
    Il appartient aux historiens de faire l’évaluation d’un règne. Mais ce que fut le roi Baudouin aux yeux de Dieu, il appartient à Dieu de faire l’évaluation. Mais aussi quelque peu à des hommes qui ont reçu la grâce  et  le regard de la foi. Peut-être Dieu – loin au-delà de mes mérites – m’a-t-il fait le don de parler un moment du roi. Après moi d’ailleurs, d’autres sans doute viendront pour en parler mieux que moi et pour approfondir ce regard de la foi sur lui.
    Le roi Baudouin fut un roi qui fut aussi berger. Les hommes l’aimaient et il les aimait. Pour d’innombrables hommes et femmes de ce pays, il a été ce qu’était David pour le peuple de Dieu.

    Bien sûr Dieu seul est le véritable Bon Pasteur. Son Fils Jésus a dit : « Je suis le Bon Pasteur ». Mais il y a des hommes, qui par un don d’en haut partagent cette charge.
    Le Bon Pasteur fait deux choses. Et il les fait simultanément. Ce qui n’est possible que pour Dieu seul. Le Bon Pasteur a le pouvoir de la bilocation. Il précède le troupeau et en même temps il le suit. Il est devant et derrière.
    Le Bon Pasteur en effet  doit aller devant son troupeau pour montrer le chemin. Il écarte les obstacles et les dangers, mais il montre aussi le chemin vers  les meilleurs pâturages. Ce qu’a fait le roi Baudouin pendant toute sa vie de roi : montrer le chemin et faire avancer le troupeau sur le chemin de la véritable humanité et du vrai bonheur. Il était soucieux des valeurs et des normes pour rendre plus heureux son peuple. Et il les pratiquait lui-même.
    Mais le Bon Pasteur ne fait pas qu’aller devant le troupeau, il doit aussi le suivre. Car il y a toujours ce petit agneau blessé, qu’il droit prendre sur les épaules. Il doit le consoler, l‘encourager et panser ses plaies. Le roi Baudouin était le Bon Samaritain qui aurait voulu se pencher sur tous les hommes blessés sur le chemin de Jéricho. Le roi portait les hommes blessés et souffrants sur son cœur.
    Et il y a toujours des agneaux  qui vont trop vite, d’autres qui ne peuvent pas suivre. Le roi cherchait le bon rythme pour la marche du troupeau. Dieu aime les rois de compassion.

    Cher roi Baudouin, vous avez servi le pays avec sagesse et amour, avec compétence et dévouement, avec tendresse et don de soi, intercède auprès de Dieu pour nous et pour notre pays. Oui, on peut intercéder avant qu’on ait sa statue sur les autels avec des cierges et des fleurs. Si Dieu le veut, cela viendra. Mais les statues sur les places publiques et les autels dans les églises, ce n’est que l’extérieur de la sainteté. Dieu l’a vue déjà beaucoup plus tôt.

  • Lourdes : ville étape du Tour de France 2018

    IMPRIMER

    JPSC

  • « Dans Humanae vitae, Paul VI a dit la vérité sur l’amour et la contraception »

    IMPRIMER

    De Samuel Pruvot dans l’hebdomadaire « Famille chrétienne » :

    Humanae vitae 1230167386.jpg« Le 25 juillet 1968, Paul VI publiait l’encyclique Humanae Vitae quitte à essuyer l’incompréhension. Un texte qui se révèle plus que jamais prophétique aujourd’hui. Le frère Francesco revient sur la session consacrée par l’abbaye de Kergonan les 4 et 5 août prochains (voir le lien en rouge ci-dessous)

    L'abbaye de Kergonan organise une session à l'occasion des 50 ans de Humanae vitae. Pourquoi cette encyclique a-t-elle été aussi mal comprise par les catholiques à l'époque ?

    Certains, il s’agit de le rappeler, ont reçu cette encyclique avec gratitude et l’ont transmise à leurs enfants comme un trésor. Beaucoup en effet, laïcs ou clercs, ont été désarçonnés. Dans les difficultés inhérentes à la vie de famille et propre à la modernité, ils ont pensé trouver dans les moyens de contraception une solution confortable, pour une aspiration au plaisir. Depuis le péché originel, on court après une harmonie perdue. Le rappel de la vérité interne de l’acte conjugal et de son lien avec la transmission de la vie a semblé rude. Paul VI exprimait par la non-dissociation entre union et procréation, la sollicitude de l’Église pour ses enfants. Il a prédit des désordres qu’aujourd’hui nous voyons. Avec 50 ans de recul, on peut dire que la contraception, généralisée, ne rend pas les couples plus solides, les familles plus soudées, l’accueil de l’enfant plus généreux et plus aimant, le rapport à la Création plus respectueux... au contraire ! On confond désir et amour, on attrape à la place de recevoir, on perd le sens de la féminité comme de la masculinité.

    50 ans après sa publication, la présence du cardinal Sarah à Kergonan est-elle le signe que les nouvelles générations sont plus réceptives à cette sainteté qui passe notamment par la chasteté ?

    Les jeunes générations savent que la contraception ne résout pas les problèmes relationnels. Le perfectionnisme parental face à l’enfant, qui doit être parfait et doit tout avoir, finit par être un poids pour les jeunes parents. On semble leur dire : « Vous avez voulu un enfant, vous vous débrouillez ». Les hommes politiques ne leur disent plus merci de la part de la société, les clercs oublient quelquefois de le dire de la part de l’Église. Les jeunes aspirent pourtant toujours à la vérité et à l’harmonie, ils peuvent se rendre compte qu’on a menti à leurs parents. Paul VI non. Paul VI, et ses successeurs leur ont dit la vérité.

     Dans votre programme vous faites largement appel aux témoignages des couples. En quoi est-ce si important ?

    Parce que cette vérité contenue dans Humanae vitae se reçoit d’abord par l’exemple. Cela aussi Paul VI l’a dit de façon prophétique et providentielle . C’est aux foyers qui ont reçu, qui ont découvert ce message d’amour qu’il revient d’être « guides et apôtres » d’autres foyers. Ils doivent trouver dans le cœur et les paroles du prêtre l’écho de la voix du Rédempteur, la compréhension de leur ministère d’époux. Le prêtre, le moine aussi ont besoin de ces témoignages de couples. Comme les couples ont besoin du pape, du préfet de la congrégation pour le culte divin, des évêques et des prêtres pour avoir ensuite la force de rendre visibles à tous les hommes la douceur d’Humanae vitae. »

    Ref. « Dans Humanae vitae, Paul VI a dit la vérité sur l’amour et la contraception »

    Toutes les infos sur cet événement sur le site https://kergonanhumanaevitae.fr/

    JPSC

     

  • En exclusivité sur belgicatho, un entretien passionnant avec le Professeur René Lebrun

    IMPRIMER

    Ce jeudi 19 juillet 2018, le professeur René Lebrun, docteur Honoris Causa de l’université de Limoges, docteur en Philologie et Histoire orientales, licencié-agrégé en philologie classique et entre autres, professeur émérite à l’université catholique de Louvain-La-Neuve et à l’Institut catholique de Paris, nous a accordé un entretien pour Belgicatho. 

    Professeur, pourriez-vous brièvement nous retracer votre parcours académique et aborder les questions qui vous ont intéressé au long de cette vie professionnelle ? 

    Le début de ma carrière en tant que chercheur et enseignant à l’université, c’est en 1980 à Genève ; j’ai enseigné à Genève l’histoire de l’Anatolie et la langue hittite. L’année suivante en 81, j’ai été engagé à la KUL et j’y ai presté le hittite pendant dix ans, en néerlandais. En 86, je vais être engagé à Paris, en parallèle de la KUL, à l’Institut catholique de Paris, où je vais enseigner l’akkadien, le hittite et l’histoire de l’Anatolie et cela jusqu’en 2005. Au début des années 90, j’ai renoncé à Leuven et j’ai été engagé ici à l’UCL où j’ai été responsable des cours d’akkadien, ou de babylonien si vous voulez (c’est équivalent), de hittite, d’histoire de l’Anatolie et je suis devenu le président de l’Institut orientaliste. Maintenant, je reste actif : on est quelques professeurs émérites à avoir bénéficié tout récemment, il y a deux mois, d’un titre « émérite actif » ce qui me permet de conserver mon bureau et de garder les mêmes budgets pour les recherches ; on a droit à une secrétaire etc. Les voyages scientifiques à l’étranger sont payés par l’université. À côté de cela, je dirige plusieurs publications et collections dont la collection Homo religiosus fondée par le cardinal Ries. Quand il a fondé cette collection et le centre d’histoire des religions, j’ai immédiatement été son bras droit. Et c’est comme cela que je lui ai succédé tout naturellement car c’était son souhait. Cette collection est publiée chez Brepols.

    Aujourd’hui, quelles sont les grandes questions qui sont encore discutées dans l’histoire de l’Anatolie ?

    Ce qui reste passionnant c’est bien sûr le hittite avec ces textes en hittite, à peu près 76 000 textes, dont une grande partie n’est toujours pas publiée ! J’ai lancé, il y a quelques mois, une recherche ici, en vue d’une publication par l’Institut orientaliste ou dans la collection Homo religiosus concernant une édition scientifique des rituels hittites. Il y a plus de mille textes, donc on peut s’amuser ! Il y a aussi les nombreuses inscriptions en caractères glyphiques puisque les Hittites utilisaient deux systèmes d’écriture : une cunéiforme, surtout pour les tablettes d’argile, et d’autre part, pour tout ce qui était monuments ou les sceaux, c’était en écriture glyphique – avant on disait hiéroglyphique, par comparaison avec l’Égypte, même s’il n’y a aucun lien entre les deux - 

    Quand j’ai commencé mes études d’orientalisme, c’était encore une écriture très mystérieuse.

    Lire la suite

  • Saint Charbel Makhlouf (24 juillet)

    IMPRIMER

    HOMÉLIE DU PAPE PAUL VI lors de la CANONISATION DE CHARBEL MAKHLOUF, le dimanche, 9 octobre 1977 :

    Vénérables Frères et chers Fils,

    L’Eglise entière, de l’Orient à l’Occident, est invitée aujourd’hui à une grande joie. Notre cœur se tourne vers le Ciel, où nous savons désormais avec certitude que saint Charbel Makhlouf est associé au bonheur incommensurable des Saints, dans la lumière du Christ, louant et intercédant pour nous. Nos regards se tournent aussi là où il a vécu, vers le cher pays du Liban, dont Nous sommes heureux de saluer les représentants: Sa Béatitude le Patriarche Antoine Pierre Khoraiche, avec nombre de ses Frères et de ses Fils maronites, les représentants des autres rites catholiques, des orthodoxes, et, au plan civil, la Délégation du Gouvernement et du Parlement libanais que Nous remercions chaleureusement.

    Votre pays, chers Amis, avait déjà été salué avec admiration par les poètes bibliques, impressionnés par la vigueur des cèdres devenus symboles de la vie des justes. Jésus lui-même y est venu récompenser la foi d’une femme syro-phénicienne: prémices du salut destiné à toutes les nations. Et ce Liban, lieu de rencontre entre l’orient et l’Occident est devenu de fait la patrie de diverses populations, qui se sont accrochées avec courage à leur terre et à leurs fécondes traditions religieuses. La tourmente des récents événements a creusé des rides profondes sur son visage, et jeté une ombre sérieuse sur les chemins de la paix. Mais vous savez notre sympathie et notre affection constantes: avec vous, Nous gardons la ferme espérance d’une coopération renouvelée, entre tous les fils du Liban.

    Lire la suite

  • Teresa Xia, mère catholique et victime de la Révolution culturelle en Chine

    IMPRIMER

    Du site "Eglises d'Asie" (Agence d'Information des Missions Etrangères de Paris) :

    Le témoignage de Teresa Xia, mère catholique et victime de la Révolution culturelle

    Augustine Han, fils aîné d’une catholique chinoise victime de la Révolution culturelle (1966-1976), témoigne du sort vécu par sa mère cinquante ans plus tôt. Teresa Xia, qui continuait à prier ouvertement malgré le Mouvement d’éducation socialiste, a été torturée par les Gardes rouges après avoir refusé de renier sa foi. Elle est morte trois ans plus tard, au printemps 1969. Lang Tao Shan, une catholique et journaliste chinoise, évoque le témoignage des survivants de la Révolution culturelle.

    À Chaoyang, dans la province chinoise de Liaoning bordant la Mongolie Intérieure, beaucoup, parmi les plus âgés, se souviennent encore de Teresa Xia. Durant la Révolution culturelle (1966-1976), elle a fait partie des millions de victimes du zèle révolutionnaire communiste chinois. Augustine Han, fils aîné de Teresa Xia, essaie de rester calme en parlant de sa mère, mais sa voix tremble. Presque cinquante ans après les évènements, la peine est toujours aussi présente face à ce qui arrivé à sa mère. Teresa est née en 1920 dans une famille convertie au catholicisme et a étudié dans une école catholique, où elle a appris le catéchisme. Après le lycée, elle a suivi des études supérieures avant de se marier. Durant le Mouvement d’éducation socialiste, lancé par Mao Zedong en 1963 contre les personnes considérées comme « réactionnaires », Xia a dû suivre des cours de propagande.

    La Révolution culturelle, qui a duré dix ans, a commencé deux ans plus tard. Durant cette période, les catholiques priaient en secret chez eux. Pourtant, Xia a osé prier ouvertement, notamment pour des personnes mourantes. Sa foi a provoqué la colère des communistes. Un jour, Xia et quatre autres personnes ont été forcés à s’agenouiller sur une estrade en bois dans une école en face des membres de la Commune populaire, revêtus symboliquement de bonnets de cancres et portant sur la poitrine des pancartes les dénonçant. Ils furent ensuite battus. Le 6 septembre 1966, après avoir arrêtée, Xia a continué de proclamer sa foi face aux questions des membres de la Garde rouge, un mouvement paramilitaire étudiant.

    Persécution et humiliation

    Augustine Han explique que les gardes qui l’interrogeaient ont utilisé les pieds en bois d’une chaise et d’un bureau afin de battre sa mère tout en l’agressant verbalement. Quand Xia a continué de professer sa foi en Dieu, les gardes ont ensuite brûlé sa bouche avec une bougie, faisant se gonfler ses lèvres et sa langue. Elle n’a plus jamais pu parler par la suite. Le matin du 7 septembre 1966, Xia fut transportée chez elle. Elle est morte trois ans plus tard au printemps 1969, à l’âge de 50 ans. Maria Zhou, une proche, se souvient que Xia exprimait l’amour du Christ à travers de bonnes actions. Elle pouvait ainsi nettoyer les habits des malades ou donner de la nourriture aux pauvres, alors que sa propre famille n’avait pas suffisamment à manger.

    Beaucoup de catholiques ont dû renier leur foi, mais Xia ne l’a jamais fait, ajoute Maria. Celle-ci raconte aussi que la fille aînée de son père était religieuse, et qu’une de ses tantes était vierge consacrée et vivait à la maison. Leurs têtes ont été tondues et elles ont dû s’agenouiller sur des pierres en guise de correction et d’humiliation. Après avoir été battues, leurs têtes étaient tellement boursouflées qu’elles faisaient peur aux enfants, mais les deux vieilles femmes plaisantaient en affirmant n’avoir rien ressenti... Une autre catholique, Ann Jia, aujourd’hui âgée de plus de 90 ans, explique que durant la Révolution culturelle, les églises ont été confisquées et les prêtres chassés. Ann se souvient aussi que Zhao Youmin (également appelé Zhao Yimin), ordonné évêque du diocèse de Lianoning en avril 1958, dans la province de Jinzhou, a également été battu sauvagement durant cette période

    (Avec Ucanews, Lang Tao Shan)

  • KTO : En Irak, la renaissance chrétienne après Daesch

    IMPRIMER

    Après l´invasion de Daesh et la fuite des chrétiens de la plaine de Ninive, les familles reviennent peu à peu s´installer. Aujourd´hui, la ville de Qaraqosh commence à renaître après avoir été vidée de ses habitants et presque entièrement détruite. Signe également de cette nouvelle vitalité, 350 enfants feront leur première communion pour la première fois depuis le retour des familles. Un reportage en partenariat avec l´OEuvre d´Orient et avec le concours de Pèlerin. Retrouvez également le reportage de Pèlerin dans son numéro du 19 juillet 2018.

    JPSC

  • La mort d'un journaliste exemplaire

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy sur le site de la revue "La Nef" :

    Jean Mercier nous a tiré son chapeau

    Jean Mercier est mort à Paris le 19 juillet. Il avait 54 ans et était journaliste à La Vie dont il était rédacteur en chef adjoint en charge du service religion. Il a été l’honneur de sa profession. Homme ouvert, intelligent et doux, il était d’une grande curiosité et analysait les choses et les événements sans parti pris ni grille idéologique, ce qui n’est pas si fréquent dans ce métier. Venu du protestantisme au catholicisme, il portait Benoît XVI en très haute estime et avait appris à connaître des parties de l’Eglise souvent ignorées – que l’on pourrait nommer par simplification « traditionalistes » – avec lesquels il avait noué des liens amicaux. Il voyait bien qu’il y avait dans ces mouvances, malgré assurément certaines réserves qu’il pouvait avoir, un dynamisme exceptionnel qu’il fallait prendre en compte pour le service de l’Eglise. Il avait publié en 2014 un essai remarquable, Célibat des prêtres. La discipline doit-elle changer ? (Desclée de Brouwer) où il répondait négativement à cette question avec force arguments. Il publia aussi un roman exquis, Monsieur le curé fait sa crise (Editions Quasar, 2016), qui fut un best-seller à juste titre, tant il offrait là un portrait saisissant, sur un mode humoristique et jamais méchant, d’un prêtre d’aujourd’hui, débordé et confronté aux mille difficultés d’une paroisse ordinaire.

    Pourtant, il y a un peu plus de trois ans, il avait annoncé à ses amis qu’il était atteint d’un cancer de l’œsophage déjà avancé. Il nous envoyait régulièrement des mails nous tenant informés de son long calvaire. Un véritable chemin de croix qui l’a conduit au Golgotha où il a rejoint le Père dans la paix éternelle. Ses messages étaient un modèles du genre : sa lutte acharnée pour la vie durant ces trois années de souffrance, sans jamais se plaindre; son espérance durant les périodes d’accalmie et son grand abandon durant les rechutes, sans jamais cesser le combat néanmoins. Finalement, il nous informait par un dernier mail, le 2 juillet dernier : « Je suis désormais en soins palliatifs à Jeanne-Garnier à Paris. […] Un lieu idéal pour terminer ses jours. Je suis donc sur ma dernière ligne droite. Je suis en paix, tout simplement. Je vous remercie pour votre générosité et je vous embrasse. »

    Il faut dire les choses telles qu’elles sont : Jean a souffert et est mort saintement en grand chrétien. Nous savons qu’il est maintenant auprès du Père et la tristesse est pour ceux qui restent et qui seront privés de sa générosité et de sa gentillesse. Nous pensons tout particulièrement à son épouse, Chantal, et à son fils à qui nous adressons nos sincères condoléances.

    Ses obsèques seront célébrées dans la collégiale de Vernon (Eure) le lundi 23 juillet à 15 heures.

    Christophe Geffroy

    Lire aussi : https://www.leforumcatholique.org/message.php?num=850200

  • Ouverture du procès en béatification de Chiara Corbella, jeune mère héroïque

    IMPRIMER

    Ck2cbyUWkAAmBVC.jpgLe diocèse de Rome ouvre le procès en béatification de Chiara Corbella

    Six ans après la mort de Chiara Corbella, le diocèse de Rome ouvre son procès en béatification. L’histoire et le sacrifice de cette jeune mère de 28 ans avait ému toute l’Italie, et bien au-delà.

    Manuella Affejee- Cité du Vatican

    La photo de son visage lumineux, bien que marqué par la maladie, est accrochée dans de nombreuses maisons en Italie, et surtout à Rome, sa ville d’origine, où son souvenir est évoqué avec émotion et fierté par tous ceux qui l’ont connue. En 2010, Chiara Corbella, jeune Romaine très engagée dans le Renouveau charismatique avec son époux Enrico Petrillo, est diagnostiquée d’une tumeur maligne, alors qu’elle est enceinte de son troisième enfant, -les deux premiers, atteints de graves malformations décelées in utero, étaient morts peu de temps après l’accouchement.

    Dilemme tragique, choix héroïque

    Au vu des risques pour la vie de son enfant à naitre, Chiara et son mari décident ensemble de reporter plusieurs traitements, dont une lourde opération, afin de mener la grossesse à terme. Son fils, Francesco, nait en parfaite santé en mai 2011. Commence alors une chimiothérapie intensive, qui ne réussira toutefois pas à contenir l’expansion de la maladie. Chiara s’éteint le 13 juin 2012, à l’âge de 28 ans. Ses funérailles, célébrées par le cardinal Agostino Vallini, à l'époque vicaire pour le diocèse de Rome, rassemblent des milliers de personnes, touchées par le témoignage de vie et l’héroïsme de cette jeune femme «ordinaire». Un mois et demi avant sa mort, Chiara, son mari et son fils avaient pu rencontrer le Pape Benoît XVI, informé de leur situation, et lui avaient remis une lettre; un moment très simple et «de grande consolation», avait témoigné Enrico, lors d’un entretien accordé à Radio Vatican, quatre mois après le décès de sa femme.

    Une réputation de sainteté qui grandit

    «Laïque et mère de famille, épouse et mère remplie de foi en Dieu, peut-on lire dans l’édit publié par le vicariat de Rome, son sacrifice reste comme un phare d’espérance, un témoignage de la foi en Dieu, l’Auteur de la vie, et un exemple de l’amour plus grand que la peur et la mort». Ce même document invite donc tous les fidèles à lui communiquer directement, ou à faire parvenir au tribunal diocésain, tous les éléments favorables ou contraires à la réputation de sainteté de Chiara Corbella, «qui n’a cessé de croitre ces dernières années». Ces écrits personnels seront également remis pour examen au même tribunal par le postulateur de sa cause.

  • La joie parfaite selon saint François d'Assise

    IMPRIMER

    Comment Saint François, cheminant avec frère Léon, lui exposa ce qu'est la joie parfaite :

    saint François 220px-StFrancis_part.jpgComme saint François allait de Pérouse à Sainte Marie des Anges avec frère Léon, au temps d'hiver, et que le froid très vif le faisait beaucoup souffrir, il appela frère Léon qui marchait un peu en avant, et parla ainsi : « O frère Léon, alors même que les frères Mineurs donneraient en tout pays un grand exemple de sainteté et de bonne édification, néanmoins écris et note avec soin que là n'est pas point la joie parfaite. »

    Et saint François allant plus loin l'appela une seconde fois : « O frère Léon, quand même le frère Mineur ferait voir les aveugles, redresserait les contrefaits, chasserait les démons, rendrait l'ouïe aux sourds, la marche aux boiteux, la parole aux muets et, ce qui est un plus grand miracle, ressusciterait des morts de quatre jours, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

    Marchant encore un peu, saint François s'écria d'une voix forte : « O frère Léon, si le frère Mineur savait toutes les langues et toutes les sciences et toutes les Écritures, en sorte qu'il saurait prophétiser et révéler non seulement les choses futures, mais même les secrets des consciences et des âmes, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

    Allant un peu plus loin, saint François appela encore d'une voix forte : « O frère Léon, petite brebis de Dieu, quand même le frère parlerait la langue des Anges et saurait le cours des astres et les vertus des herbes, et que lui seraient révélés tous les trésors de la terre, et qu'il connaîtrait les vertus des oiseaux et des poissons, de tous les animaux et des hommes, des arbres et des pierres, des racines et des eaux, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

    Et faisant encore un peu de chemin, saint François appela d'une voix forte : « O frère Léon, quand même le frère Mineur saurait si bien prêcher qu'il convertirait tous les fidèles à la foi du Christ, écris que là n'est point la joie parfaite. »

    Et comme de tels propos avaient bien duré pendant deux milles, frère Léon, fort étonné, l'interrogea et dit : « Père, je te prie, de la part de Dieu, de me dire où est la joie parfaite. » et saint François lui répondit : « Quand nous arriverons à Sainte-Marie-des-Anges, ainsi trempés par la pluie et glacés par le froid, souillés de boue et tourmentés par la faim, et que nous frapperons à la porte du couvent, et que le portier viendra en colère et dira : « Qui êtes-vous ? » et que nous lui répondrons : « Nous sommes deux de vos frères », et qu'il dira : « Vous ne dites pas vrai, vous êtes même deux ribauds qui allez trompant le monde et volant les aumônes des pauvres ; allez-vous en » ; et quand il ne nous ouvrira pas et qu'il nous fera rester dehors dans la neige et la pluie, avec le froid et la faim, jusqu'à la nuit, alors si nous supportons avec patience, sans trouble et sans murmurer contre lui, tant d'injures et tant de cruauté et tant de rebuffades, et si nous pensons avec humilité et charité que ce portier nous connaît véritablement, et que Dieu le fait parler contre nous, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

    Et si nous persistons à frapper, et qu'il sorte en colère, et qu'il nous chasse comme des vauriens importuns, avec force vilenies et soufflets en disant : « Allez-vous-en d'ici misérables petits voleurs, allez à l'hôpital, car ici vous ne mangerez ni ne logerez », si nous supportons tout cela avec patience, avec allégresse, dans un bon esprit de charité, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

    Et si nous, contraints pourtant par la faim, et par le froid, et par la nuit, nous frappons encore et appelons et le supplions pour l'amour de Dieu, avec de grands gémissements, de nous ouvrir et de nous faire cependant entrer, et qu'il dise, plus irrité encore : « ceux-ci sont des vauriens importuns, et je vais les payer comme ils le méritent », et s'il sort avec un bâton noueux, et qu'il nous saisisse par le capuchon, et nous jette par terre, et nous roule dans la neige, et nous frappe de tous les noeuds de ce bâton, si tout cela nous le supportons patiemment et avec allégresse, en pensant aux souffrances du Christ béni, que nous devons supporter pour son amour, ô frère Léon, écris qu'en cela est la joie parfaite.

    Et enfin, écoute la conclusion, frère Léon : au-dessus de toutes les grâces et dons de l'Esprit-Saint que le Christ accorde à ses amis, il y a celui de se vaincre soi-même, et de supporter volontiers pour l'amour du Christ les peines, les injures, les opprobres et les incommodités ; car de tous les autres dons de Dieu nous ne pouvons nous glorifier, puisqu'ils ne viennent pas de nous, mais de Dieu, selon ce que dit l'Apôtre : « Qu'as-tu que tu ne l'aies reçu de Dieu ? et si tu l'as reçu de lui, pourquoi t'en glorifies-tu comme si tu l'avais de toi-même ? ». Mais dans la croix de la tribulation et de l'affliction, nous pouvons nous glorifier parce que cela est à nous, c'est pourquoi l'Apôtre dit « Je ne veux point me glorifier si ce n'est dans la croix de Notre-Seigneur Jésus Christ. » : à qui soit toujours honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen.

    (Thomas de Celano, biographie de saint François d’Assise)

    Ref. la joie parfaite selon saint François d’Assise

    Le pape Benoît XVI a écrit : « En disant que la souffrance est une face intérieure de l’amour nous comprenons pourquoi il est si important d’apprendre à souffrir et, inversement, pourquoi éviter à tout prix la souffrance rend l’homme inapte à la vie : il connaîtrait le vide de l’existence qui ne peut entraîner qu’amertume et refus, et non acceptation et maturation : celui qui a intérieurement accepté la souffrance mûrit et devient compréhensif envers les autres et plus humain. Celui qui a toujours évité la souffrance ne comprend pas les autres : il devient dur et égoïste ». En ce sens, nous pouvons répéter cette parole si mal comprise de saint Josémaria Escriva : « bénie soit la douleur, aimée soit la douleur, sanctifiée soit la douleur » (Chemin, n° 108) qui accomplit en nous l’Homme nouveau. Car depuis le matin de Pâques, nous le savons : sa croix et ses plaies sont devenues glorieuses. Alleluia.

    JPSC