Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique

  • Chaque Flamand paie 79 euros par an pour la religion...

    IMPRIMER

    Cela devait arriver : le poids représenté par le financement des cultes, en particulier du culte catholique, paraît de plus en plus insupportable à une population devenue indifférente à l'égard de la religion.

    De Metro, 10 décembre, p. 2 :

    Les Flamands paient 79 euros chaque année pour la religion (en 2018, les religions reconnues en Flandre ont reçu 474.621.366 euros d'impôts, selon le calcul du député flamand Maurits Vande Reyde (Open Vld). Chaque Flamand paie 79 euros par an pour la religion, principalement pour les professeurs de religion, ensuite pour les salaires et les pensions des ministres du culte. Vande Reyde propose de supprimer le financement par le gouvernement. "Les diocèses ont d'énormes ressources financières. Qu'ils paient les salaires des pasteurs et l'entretien des églises. Et faisons des cours de religion un cours de formation générale au lieu de donner à chaque religion son propre professeur."

    https://www.knack.be/nieuws/belgie/het-wordt-tijd-dat-we-geen-belastinggeld-meer-aan-religie-geven/article-opinion-1541345.html

  • Moins d'un mariage sur cinq célébré à l'église

    IMPRIMER

    De Sud-Presse, 10/12, p. 14 :

    Moins d’un mariage sur 5 à l’église

    L’Église catholique célèbre de moins en moins de mariages (dans notre pays). Une baisse qui n’a pas seulement dû à une baisse du nombre de mariage en général. Lorsque l’on rapporte le nombre de mariages catholiques célébrés en 2016 au nombre de mariages civils prononcés la même année, on obtient un taux de 17,6 %, contre 77,7 % en 1977 ! Selon le rapport 2018 de l’Observatoire des Religions et de la Laïcité, « il convient à cet égard de rappeler que, sauf dans le cas peu fréquent de l’annulation d’un mariage, chaque catholique ne peut contracter mariage devant l’Église qu’une seule fois », contrairement aux mariages civils qui sont peut-être des secondes unions. Et d’ajouter : « D’autre part, les couples de même sexe n’ont pas accès au mariage catholique.

  • Des menaces d'attentat ciblent la Basilique de Koekelberg

    IMPRIMER

    De Nawal Bensalem sur le site de la Libre :

    Menace d'attentat sur la Basilique de Koekelberg

    Une enquête est ouverte au parquet de Bruxelles pour identifier les auteurs des menaces

    Selon les infos de nos confrères de la DH, deux personnes ont fait irruption samedi 30 novembre dernier dans l'enceinte de la Basilique de Koekelberg alors que des fidèles y étaient réunis pour la prière. Il était 16 h lorsque les deux hommes sont entrés et ont proféré des menaces de mort envers les personnes présentes. Les fidèles auraient été traités de "mécréants" qui allaient bientôt "mourir" ou "brûler".

    L'affaire a tout de suite été prise très au sérieux par la police de la zone Ouest et le parquet de Bruxelles.

    Le magistrat et porte-parole, Denis Goeman, confirme qu'une enquête a été diligentée par le parquet. "Plusieurs devoirs d'enquête ont été menés et certains sont toujours en cours, afin d'identifier les suspects. Une vigilance accrue autour du site a été demandée également tant que l'enquête suit son cours".

    Une enquête ouverte pour menaces verbales avec ordre et/ou condition d'un attentat criminel. Les images des caméras de surveillance ont évidemment été saisies. D'autres techniques d'enquête sont lancées. 

  • "Vingt-six ans plus tard, je pense encore à cet enfant qui n'a pas vu le jour"

    IMPRIMER

    Du site du Vif, en Carte blanche :

    J'ai avorté il y a 26 ans: "un geste qui est tout sauf anodin"

    7/12/19 à 09:26

    En ce moment, plusieurs partis politiques veulent soumettre au vote une proposition visant à allonger le délai légal d'avortement de 12 à 18 semaines, en réduisant le délai de réflexion obligatoire de 6 jours à 48h et en supprimant tout volet pénal pour une interruption de grossesse qui enfreindrait le cadre légal. Au vu des débats en cours, je n'ai pu m'empêcher de songer à mon propre vécu. Au drame que j'ai traversé.

    En ce jour, je souhaite témoigner pour que nos politiciens prennent conscience de l'impact que laisse un tel geste, qui est tout sauf anodin. Un avortement ne sera jamais un acte médical ordinaire.

    Cela s'est passé il y a 26 ans. J'avais alors 27 ans, la fleur de l'âge, un âge où l'on est jeune, un âge où l'on est insouciante. J'entretenais depuis quelque temps une relation avec un homme un peu plus âgé, marié et père de trois enfants.

    Je ne chercherai pas ici à me justifier : le passé appartient au passé, ce qui est derrière nous est révolu. Pour la première fois, on m'accordait de l'importance. Je me sentais aimée, désirée, choyée, et même admirée. Nous vivions une passion sans se soucier de quoi que ce soit.

    Avec le temps, nous nous sommes montrés négligents, et ce qui devait arriver se produisit. Appelons cela le destin ou la fatalité.

    J'ai d'abord traversé une longue période de déni. Les jours passaient, et je ne voulais rien savoir de ce qui m'arrivait. Et puis j'ai dû me rendre à l'évidence. Mon corps changeait, je sentais en moi un bouleversement, quelque chose de l'ordre de l'hormonal, et même plus que cela : j'étais enceinte. Une vie se développait en mon sein.

    J'ai pris rendez-vous chez le gynécologue. Cela a pris du temps, trop de temps.

    Je suis bientôt arrivée à 15 semaines de grossesse. J'ai dit au médecin que je ne voulais pas de cet enfant, que je ne voulais pas le garder, que c'était impossible. D'emblée, il m'a donné les coordonnées pour avorter aux Pays-Bas. Cela se passait en septembre 1993.

    J'ai prévenu le papa ainsi que ma meilleure amie, mais je ne voulais écouter aucun conseil. Tout ce que je savais, c'est que c'était impossible.

    Le père voulait que je garde l'enfant. Quelle folie ! Comment allait-il faire pour garder le secret, lui, marié et père de trois enfants? Comment pourrait-il continuer à vivre cette double vie ?

    J'ai décidé toute seule de ce que j'estimais être le meilleur choix, au vu des circonstances, même si je l'ai longtemps regretté depuis. Je refusais surtout de détruire une famille. Mais je n'avais pas réalisé alors ce que j'allais vivre.

    Le corps n'est pas une machine qu'on peut activer et désactiver comme on l'entend. Nous sommes ce corps que nous habitons. Nous sommes la vie qui l'anime. Interrompre la vie qui naît dans notre sein ne peut se vivre comme un geste anodin, mais seulement comme un acte qui nous affecte à jamais. On n'oublie jamais. Il y avait une vie humaine qui naissait en moi, une vie que j'hébergeais, une vie à laquelle j'ai mis fin. Une partie de moi est partie avec cet enfant.

    Chaque situation est singulière. Chaque situation est difficile. Aucune femme ne doit être jugée pour ce qu'elle a vécu. Mais il faut que chacun soit bien conscient de ce qui se vit dans ce drame de l'avortement. J'ai parlé à de nombreuses femmes qui ont vécu des situations similaires à la mienne. Toutes continuent à y penser, des années durant. Et on voudrait normaliser ce drame ?

    Vingt-six ans plus tard, ce vécu est toujours là, en moi. Vingt-six ans plus tard, je pense encore à cet enfant qui n'a pas vu le jour.

    Je voudrais que nos politiques réfléchissent bien avant de légaliser un acte qui nous blesse, en tant que femmes, dans notre "moi" le plus intime, au plus profond de nous-mêmes. Les débats en cours passent complètement à côté de ces blessures, estimant que la "liberté de la femme" justifie tout, jusqu'à se faire violence à elle-même.

    Le plus important, à mes yeux de femme meurtrie, serait aujourd'hui de tout faire pour éviter à d'autres de vivre ce drame. La priorité devrait être de les accompagner. Quand mettra-t-on en oeuvre une politique de santé publique visant à réduire le nombre d'avortements ? J'ai lu dans la presse qu'une femme belge sur cinq recourt à l'avortement au moins une fois dans sa vie. C'est trop ; c'est beaucoup trop.

    Carine Van H

  • URGENT ET IMPORTANT ! Signez pour vous opposer à la proposition de loi avortement

    IMPRIMER

    2019_12_04_10_13_18_Greenshot.png

    LA PROPOSITION DE LOI : 5 POINTS CLÉS

    • Augmentation du délai légal d'avortement

    La proposition de loi rend possible l’avortement jusque la moitié de la grossesse, c’est à dire 20 semaines d’aménorrhée (18 semaines de grossesse)

    • Diminution du délai de réflexion

    La proposition de loi divise par trois le délai de réflexion minimum, de 6 jours à 48h. Ce qui augmentera nécessairement les situations de regrets.

    • Suppression du devoir d’information

    La proposition de loi supprime l’obligation d’informations sur les aides psychologiques et matérielles disponibles pour poursuivre la grossesse.

    • L'IVG comme "acte médical"

    La proposition de loi définit l’IVG comme “un acte médical à part entière”, selon le projet de loi “il n’y a aucune raison de maintenir des sanctions pénales spécifiques à l’encontre des médecins qui agiront pour ces actes médicaux avec la même conscience professionnelle que lorsqu’ils accomplissent tout autre acte médical”

    • Remise en cause de la liberté des institutions

    La proposition de loi  remet en cause la liberté des institutions en inscrivant : « aucun médecin ne peut être empêché de pratiquer une interruption volontaire de grossesse en vertu d’une convention. Le cas échéant, une telle clause d’interdiction est réputée non écrite »

    SIGNER

    LA CARTE BLANCHE PUBLIEE DANS LALIBRE ET DEMORGEN

  • Bruxelles (Chapelle royale rue du Musée), 5 janvier : concert de Noël par l'Ensemble Benevento

    IMPRIMER

    L'Ensemble Benevento vous invite à leur concert de Noël

    le 5 janvier à 16H00

    Nous voyageons avec vous à travers le temps de Noël, en utilisant des compositions vocales et instrumentales.

    Chapelle Royale - Rue du Musée 2, BRUXELLES

    L'Ensemble BENEVENTO est un groupe musical bénévole composé de jeunes instrumentistes et chanteurs belges et néerlandais, d'amateurs ainsi que de musiciens professionnels. Depuis quelques années, ils ont réussi à mettre en place un ensemble enthousiaste au sein de leur groupe familial et amical qui a comme but de partager et faire connaitre des beaux chants de Noël oubliés, ainsi que de faire participer des enfants. L'ensemble se concentre sur la musique baroque et ancienne, avec des instruments correspondants tels que flûte à bec, clavecin, traverso et viole de gambe. L'ensemble se compose actuellement d'une moyenne de 12 personnes et donne des concerts aux Pays-Bas et en Belgique, le line-up dépend du contexte.
  • Namur, 8 décembre : les séminaristes du séminaire Redemptoris Mater chantent Noël

    IMPRIMER
    Les séminaristes du séminaire Redemptoris Mater chantent Noël (source)

    Les séminaristes des séminaires Redemptoris Mater de Namur et de Malines-Bruxelles donneront un concert de Noël ce dimanche 8 décembre à Jambes. Souvent originaires d'Amérique du Sud, ces passionnés de chant comme de musique interpréteront des chants de Noël, des chants de paix ... de chez nous et d'ailleurs.

    Résultat de recherche d'images pour "jambes 8 décembre Sacré-Coeur"

    C'est un concert très chaleureux qui s'annonce déjà, le dimanche 8 décembre prochain, à 17h, à l'église du Sacré-Cœur à Jambes (rue Duhainaut, 3). Un concert qui sera donné par les séminaristes des deux séminaires Redemptoris Mater présents en Belgique. Ces lieux de formation se trouvent notamment à Namur.

    Ces séminaires diocésains missionnaires internationaux forment des candidats à la prêtrise du monde entier ou presque. Ils viennent majoritairement d'Amérique latine. Une fois leur formation terminée, ils sont ordonnés et exercent leur ministère dans le diocèse.

    Au programme de ce concert, ils ont choisi de chanter les grands classiques de Noël mais pas seulement. C'est avec les chants de Noël repris à travers le monde que nous ferons connaissance. Pour les accompagner, des musiciens, des guitaristes. L'occasion de découvrir le talent tant vocal que musical de ces séminaristes.
    Le concert est organisé afin de soutenir la formation de ces jeunes. Le verre de l'amitié qui suivra le concert permettra de faire connaissance avec les séminaristes.

    Infos et réservations: abbé Claudio Diaz O497/39 50 99

  • Témoigner ou nous dérober? Il faut choisir...

    IMPRIMER

    De Kerknet.be :

    Frère René Stockman: profilage ou nivellement, quelle attitude choisissons-nous?

    6 DÉCEMBRE 2019

    Le Supérieur général des Frères de la Charité se demande si les chrétiens devraient se laisser entraîner passivement dans le courant sociétal

    Cependant, la question est de savoir si nous disposons encore d'un espace pour être actif en tant que chrétien aujourd'hui et si nous ne sommes pas confrontés à des dilemmes qui rendent la croyance vraiment difficile et parfois la rendent pratiquement impossible, écrit le frère René Stockman, supérieur général des Frères de la Charité, dans un article récemment publié. En d'autres termes, pouvons-nous encore nous présenter comme chrétiens dans le monde? Ou sommes-nous obligés de niveler encore plus notre foi, avec le danger de se retrouver dans une atmosphère de relativisme, à l'égard de laquelle le pape Benoît XVI a si souvent mis en garde les croyants?

    Profilage ou nivellement: quelle attitude choisissons-nous?

    Un nouveau type de trinité

    La question est de savoir si, en tant que chrétien, nous subissons et acceptons passivement ce qui est largement accepté dans la société et est généralement devenu juridiquement possible? Ou restons-nous fidèles à notre foi et offrons-nous de la résistance par tous les moyens qui nous sont offerts dans une démocratie? (...) Ne nous laissons pas trop décourager par certains qui nous présentent comme des extrémistes parce que nous voulons seulement donner forme au message évangélique de manière cohérente et radicale dans le respect des autres croyances.

    D'autres sont beaucoup moins réticents à se présenter avec leur message radical et à ridiculiser les valeurs évangéliques.

    Leur objectif est de donner forme, de manière orchestrée, à un nouveau type de trinité que personne ou quoi que ce soit ne peut toucher: la liberté absolue, l'autonomie et l'autodétermination. Celles-ci semblent être les ingrédients d'une religion sociale nouvellement professée aujourd'hui.

    Débats éthiques

    Le nivellement signifie souvent que nous devrons faire des compromis avec des visions et des valeurs qui sont complètement incompatibles avec le message évangélique, avec les valeurs chrétiennes, avec la vision chrétienne de l'homme et de la société. Nous pensons ici aux nombreux débats éthiques qui se déroulent aujourd'hui et où la dignité intrinsèque inaliénable de toute vie est touchée, du tout début à la fin naturelle. Si nous restons accrochés au radicalisme auquel le message évangélique nous appelle, nous atteindrons très rapidement une frontière intouchable. Si nous nous en tenons à cela, nous serons bientôt exclus ou nous devrons nous fermer à ces débats.

    Les débats en cours se réfèrent à une toute nouvelle échelle de valeurs, à des prémisses qui ne peuvent pas être conciliées avec les fondements sur lesquels se fondent nos valeurs chrétiennes et rendent donc tout dialogue ultérieur tout simplement impossible. Lorsqu'on ne peut plus discuter du fond, le dialogue sur les modalités possibles n'a plus de sens et n'est même pas approprié .

    Ne serait-ce pas aujourd'hui un témoignage de courage que de continuer à nous profiler comme chrétiens, avec un radicalisme auquel le message évangélique nous appelle, et donc à nous tenir prophétiquement dans le monde?

    Lisez l'article complet du frère René Stockman.

  • "Quel sens a la vie?" : êtes-vous inscrit(e) à l'Université pour la Vie ?

    IMPRIMER

    Inscrivez-vous à l'Université de la vie : 4 lundis soirs consécutifs, dès janvier 2020

    Quatre lundis soirs (20h15 - 22h15) les 13, 20, 27 janvier et 3 février 202

    Grossesse, tests génétiques, avortement, soins palliatifs, euthanasie et démence, handicap, ... Face à toutes ces questions de bioéthique ... et aussi l'actualité en Belgique, pouvons-nous faire l'impasse sur la question du sens de la vie ?

    4 SOIRÉES DE FORMATION OUVERTES À TOUS. En VISIO-CONFÉRENCE et EN DIRECT, pour S'INFORMER ET SE FORMER sur les questions de bioéthique d'actualité.

    Avec :
    Eric Vermeer, infirmier éthicien en soins palliatifs à Namur.
    Jean-Noel Dumont, philosophe
    Gilles Hériard Dubreuil, président du Courant pour une écologie Humaine
    Esther Pivet, polytechnicienne, spécialiste de la question du genre
    Jean-Guilhem Xerri, psychanalyste et biologiste médical
    Dr Laure Lallemand, médecin, logothérapeuthe et praticienne naprotechnologie
    Yves Meaudre, vice-président d'Enfants du Mékong

    Tugdual Derville, Caroline Roux, Blanche Streb, Valérie Boulanger, François-Xavier Pérès d'Alliance VITA … et d'autres invités et témoins exceptionnels à découvrir chaque soir !

    Porté par Vita International et l'Institut Européen de Bioéthique

    CE RENDEZ-VOUS PRÈS DE CHEZ VOUS : Bruxelles, Liège, Namur, Mons, Louvain-la-Neuve et Gand !

    INSCRIVEZ-VOUS vite!

  • Bruxelles (église royale Sainte-Marie), 15 décembre : Concert de chants de Noël par la chorale de la Communauté Roumaine Catholique de Bruxelles

    IMPRIMER

    2019_12_07_08_42_04_Greenshot.png

  • Bruxelles (église royale Sainte-Marie), 14 décembre - 10 mai : Expo Marian Furtuna "Sous le signe de l'icône"

    IMPRIMER

    Sous le signe de l'icône

    Vivez une soirée exceptionnelle dans ce cadre plein d'histoire offert par l'Eglise Royale Sainte Marie ! Nous vous proposons une exposition de peinture réalisée par l’artiste roumain Marian Furtuna de Cluj-Napoca.

    Par son travail, l’artiste transpose le visiteur dans un monde spirituel et immatériel. Ses tableaux créatifs et travaillés sont une invitation à la découverte du monde chrétien avec un œil ouvert. La mixité et l’intemporel de ces œuvres trouveront place devant le regard admiratif des visiteurs de notre église, une église du patrimoine national belge, un monument, de style romano byzantin. Par sa beauté et ouverture, l’église sera le théâtre d’un évènement exceptionnel, où les œuvres de Marian Furtuna seront mises sous la lumière des beaux vitraux tout en restant sous l’écho d’une forte spiritualité.

    Mot de l’artiste :
    ‘’La spiritualisation vue comme prolongation, verticalité ou écoulement est né étant l’expression de signes à l’intérieur desquels la plasticité et l’expressivité de la couleur, du dessin, de la composition, de la belle symphonie s’opèrent en permanence. ‘’

    Vernissage le 14 décembre à 17h – lors du concert annuel des chants de Noel de la communauté roumaine catholique de Bruxelles

    Pour plus d’information : prêtre Filip CHERESI 0472 438 509

    Entrée gratuite

  • La recherche sur les embryons en Belgique : jusqu'aux modifications génétiques héréditaires et aux chimères?

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    La recherche sur les embryons en Belgique : jusqu'aux modifications génétiques héréditaires et aux chimères?

    05/12/2019

    Qu'est-ce que l'embryon humain ? Quelles recherches sont menées sur les embryons ? Comment se positionne la Belgique sur la recherche sur les embryons par rapport aux autres pays européens ? Les résultats des essais cliniques utilisant des cellules souches embryonnaires sont-ils concluants ? Autant de questions qui furent abordées lors du quatrième colloque organisé par la Commission Fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les Embryons in vitro (CFE), le 29 novembre dernier au Parlement.

    Sophie Debrock, embryologue à la KULeuven, a notamment cité les finalités de la recherche sur les embryons : à savoir, l'amélioration des techniques de fécondation in vitro, l'étude du développement de l'embryon, l'utilisation de cellules souches embryonnaires, la génétique, ainsi que les modifications du génome de l'embryon. Ce sont d'une part les embryons surnuméraires (après une procréation médicalement assistée) qui font l'objet de ces recherches lorsque les parents y consentent. Ceux-ci peuvent aussi autoriser que leurs embryons servent de matériau de laboratoire pour la formation du personnel médical, bien que la Commission ne contrôle pas l'utilisation des embryons dans ce cas-là.

    D'autre part, la loi belge autorise les chercheurs à créer des embryons expressément pour la recherche. Depuis que la commission évalue la pratique (2006) et jusqu'en 2017, cela concerne 2.832 embryons (Voir le Dossier de l'IEB pour une analyse des chiffres). Se réjouissant du fait que la Belgique n'ait pas signé la Convention d'Oviedo en 1997, les chercheurs n'ont aucune contrainte pour créer ces embryons, ou pour lancer des recherches qui apportent des modifications génétiques héréditaires chez l'embryon. Ce qui fait de la Belgique un des pays du monde les plus permissifs en la matière.

    On a aussi appris à ce colloque que des cellules souches embryonnaires ont été transplantées dans des cerveaux de souris. C'est l'objet des recherches de Pierre Vanderhaeghen, chercheur à l'ULB qui viserait à développer des traitements contre certaines déficiences intellectuelles chez l'homme. Le chercheur a toutefois admis que la recherche sur base de cellules souches embryonnaires contient « beaucoup plus de potentiel que de réalisations ». Rappelons en effet que seuls trois essais cliniques ont pour l'instant été menés à terme. Les promesses appuyées par les promoteurs de la recherche sur l'embryon sont d'autant plus surprenantes que la pratique existe depuis plus de 20 ans, et qu'au niveau international, les résultats des premiers essais cliniques ne laissent entrevoir qu'une légère amélioration de la vision chez moins de dix patients atteints de dégénérescence maculaire.

    L'alternative des cellules souches pluripotentes induites, qui ont l'avantage de provenir du corps humain sans entraîner la destruction d'un embryon, fit l'objet de bien peu d'attention lors du colloque (malgré l'intérêt croissant qu'y portent certains pays comme le Japon), si ce n'est pour en dire que ce domaine nécessite plus de recherches, et n'est pas aussi proéminent que le « golden standard » (sic) des cellules souches embryonnaires.

    Le biologiste Charles Susanne (ULB), membre de la Commission, a clôturé le colloque en encourageant à développer la recherche fondamentale sur les modifications génétiques héréditaires chez l'embryon, et en appelant à “approfondir” la question des chimères*, autorisées depuis 2007 au Royaume-Uni, mais interdites de création en Belgique...

    *chimère : être provenant à la fois d'une espèce animale et de l'espèce humaine.