Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique

  • Un appel à l'aide des Petites Soeurs des Pauvres pour accompagner les personnes âgées

    IMPRIMER
    2020_04_07_09_38_43_Greenshot.png
    Accompagner les personnes âgées à travers la crise du Corona Organisé par Petites Sœurs des Pauvres - Belgique

    Madame, Monsieur,

    Les Petites Sœurs des Pauvres accueillent dans leurs 3 maisons de repos de Belgique  (Bruxelles, Namur et Anvers) plus de 260 personnes âgées de revenus modestes.

    ‘Rendre la personne âgée heureuse !’  
    C’est avec cette philosophie que les Petites Sœurs des Pauvres et l’ensemble de leur personnel œuvrent auprès des résidents, jour et nuit.

    Depuis le début de la crise que nous vivons  actuellement, nous nous battons quotidiennement pour lutter contre ce virus tellement agressif envers nos aînés.

    Pour protéger nos résidents et notre personnel, nous sommes obligés de nous procurer, tant que faire se peut, le matériel indispensable (Masques, blouses, gants, solutions désinfectantes, crème pour les mains détruites par les solutions hydro-alcooliques,…)

    En ces temps difficiles où le matériel vient à manquer,  cela occasionne des dépenses majeures non attendues.  A titre d’exemple le prix d’un masque chirurgical a quadruplé…

    Aujourd'hui, nous avons déjà mis en place un réseau de couturières pour fabriquer des masques en tissu , et la générosité fleurit aux 4 coins du pays !

    Les Petites Sœurs des Pauvres vivant en grande partie de dons tout au long  de l’année, elles ont encore plus besoin aujourd’hui de votre aide financière.

    Elles veulent avec toutes les équipes de Personnel des 3 résidences belges, accompagner et rester au chevet des plus fragiles.

    Voici le compte des Petites Sœurs des Pauvres de Bruxelles : BE79 0000 3547 6233

    Vous pouvez aussi verser de façon sécurisée sur ce Pot Solidaire en toute quiétude. 

    D’avance un tout grand merci pour votre soutien !

    François Trufin

    Cadre de Santé auprès des petites Sœurs des Pauvres

    Namur – Bruxelles - Antwerpen

    PARTICIPER au POT COMMUN SOLIDAIRE

  • Le Vicariat "Evangile et Vie" du diocèse de Liège favorable à la libération de détenus non dangereux

    IMPRIMER

    Diocèse de Liège - Diözese Lüttich - Église catholique de Liège

    Covid-19 - Communiqué du Vicariat Evangile et Vie sur la situation actuelle dans les prisons

    Communiqué

    La situation actuelle dans les prisons interpelle.
    Le risque sanitaire est important pour les détenus et les agents et pour tous ceux qui se côtoient dans les établissements pénitentiaires. Notre pays doit agir en conséquence.

    Nous attendons du Ministre de la Justice et des autorités compétentes un signal fort et nous nous associons à toutes les requêtes qui vont dans ce sens. D'autres pays ont déjà montré la voie. La libération de détenus non dangereux, après dépistage et l’assurance qu’ils sachent où aller, ferait diminuer de façon conséquente le nombre de prisonniers et contribuerait à exposer moins de personnes au risque de la pandémie.

    Ce serait tout simplement un geste d’humanité.

    Pour le Diocèse de Liège,
    Baudouin CHARPENTIER
    Vicaire Episcopal

  • Maisons de repos : le témoignage saisissant d'un infirmier

    IMPRIMER

    Du site de RTL Info :

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "C'est devenu un mouroir"

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    Infirmier dans un home, il livre avec émotion son témoignage: "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    Un tiers des victimes du coronavirus en Belgique résiderait dans des maisons de repos. Ce chiffre, c’est le député Georges Dallemagne qui le cite. Une chose est sûre: la peur et la colère des familles de seniors est grande. Celle de travailleurs dans les maisons de repos aussi.

    Nos seniors sont-ils en danger? Ce midi dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", Christophe Deborsu donnait la parole à plusieurs citoyens qui travaillent quotidiennement dans des maisons de repos.

    "Si ça continue, les maisons de repos seront bientôt à moitié vides"

    La plupart ne veulent pas témoigner à visage découvert et nous livrent leur témoignage par téléphone. C'est le cas d'un infirmier du Brabant Wallon. Il déplore le manque de moyens et le manque de tests réalisés qui ne font qu'aggraver le nombre de cas. Pour lui, "si ça continue, les maisons de repos seront bientôt à moitié vides".

    "Nous n’avons pas des mesures d’hygiène qui correspondent à la situation actuelle. Malheureusement, on ne teste pas et on nous dit que au-delà de 75 ans on n’hospitalise pas. Le personnel, et je le déplore, n’est pas testé ou en tout cas n’a pas été testé à temps", explique-t-il par téléphone.

    "Les maisons de repos deviennent des camps d’extermination"

    "Cette crise est brutale et inattendue, mais le problème est vraiment qu’on ne dépiste pas les gens qui travaillent en maison de repos. On dirait que ça n’a aucune importance. Excusez-moi, je vais employer des mots très durs, je me lâche un peu, mais j’ai l’impression que les maisons de repos deviennent des camps d’extermination. Clairement et purement. Les personnes hospitalisées dont on ne sait que faire, on va les mettre dans des maisons de repos", dit-il avec émotion.

    "C’est devenu un mouroir, c’est honteux"

    "On ne nous donne aucun moyen de faire face à nos résidents et on nous envoie des gens de l’extérieur. Bien sûr qu’il faut s’occuper d’eux. On nous envoie des personnes âgées dont on ne peut plus rien faire, dont les hôpitaux considèrent que c’est du soin palliatif. Pour ne pas engorger les hôpitaux, et je peux le comprendre, on les met chez nous. Mais nous, nous n’avons pas suffisamment de protections pour nos propres résidents, on nous envoie les gens d’ailleurs. C’est devenu un mouroir, c’est honteux. A partir du moment où on ne nous donne pas de moyens, voilà ce qu’il va arriver, je le dis clairement. Si on ne fait rien dans les 15 jours à 3 semaines, vous allez avoir les maisons de repos qui vont continuer à dégringoler."

  • Coudre des SUR-BLOUSES pour protéger le personnel soignant des maisons de repos des petites sœurs des pauvres (Bruxelles, Namur et Anvers)

    IMPRIMER

    Urgence pour les Petites soeurs des Pauvres Belgique !

    " Nous recherchons des personnes prêtes à nous aider à coudre des SUR-BLOUSES pour protéger le personnel soignant des maisons de repos tenues par les petites sœurs des pauvres en Belgique. Bruxelles, Namur et Anvers.

    Super simple : ourlet+ 2 coutures (tutoriel fourni)
    Tissu : vieux drap en coton ou autre qui résiste au lavage température 60*.

    0473 42 62 40
    #PremièreLigne

    2020_04_06_09_25_32_Greenshot.png
    cliquer sur le descriptif pour l'agrandir
  • Messe des Rameaux ce dimanche 5 mars célébrée par Mgr Delville à la Cathédrale Saint-Paul de Liège

    IMPRIMER

    Cette messe «sine populo», confinement prophylactique oblige, a été chantée en présence d’un nombre limité d’officiants : l’enregistrement video s’arrête malheureusement à la consécration. D’autres enregistrements sont prévus durant les offices de la semaine sainte.  

    JPSC

  • Sur RCF : samedi 4 avril 17h00, Messe des Rameaux en solidarité avec Haïti

    IMPRIMER

    Samedi 4 avril 17h00, Messe des Rameaux en solidarité avec Haïti, Carême de Partage 2020 avec Entraide & Fraternité

    unnamed.jpg

    Messe des Rameaux en solidarité avec Haïti

    Samedi 4 avril 17h00

    Hosanna ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur ! Célébration du dimanche des Rameaux anticipée ce samedi 4 avril. Elle est présidée par le père salésien Rodney Barlathier, de la paroisse saint-François de Sales à Liège.

    Cette messe est dédiée à la campagne de carême de partage 2020 d'Entraide et Fraternité au profit de Haïti, frappé de plein fouet par une crise économique, politique et par le virus : www.entraide.be.

    Publication de l’annonce Facebook à relayer.

    Merci pour les intentions de prière reçues à intentions@rcf.be

    Vous pouvez nous suivre :

    Direct radio : 1RCF Belgique partout en DAB+, RCF Liège 93.8 FM, RCF Bruxelles 107.6 FM

    Direct audio internet : téléchargez l’App RCF, streaming www.rcf.be

    Direct vidéo: 1RCF Belgique ou RCF Liège  Ou RCF Bruxelles

    Replay : https://rcf.be/messes-confinees

  • Réviser le financement des cultes en Belgique ?

    IMPRIMER

    De NousCitoyens :

    Faut-il réviser le financement des cultes en Belgique ?

    Le système actuel de financement des cultes est bétonné dans la Constitution. Il n’assure pas une égalité de traitement entre les différents courants philosophiques. Il y a un déphasage grandissant entre la répartition du gâteau et la distribution statistique de la population entre les différentes obédiences. Le système est sous pression. Le législateur va-t-il se contenter de corriger le système actuel (au risque de le compliquer davantage) ou réformer de fond en comble le financement des cultes ? Sous la dénomination de « système italien élargi » nous présentons un système qui applique la démocratie participative.

  • Les paroissiens de La Cambre réagissent à une décision incompréhensible de l'évêque de Bruxelles

    IMPRIMER
    On connaît la décision surprenante qui va conduire les chanoines prémontrés de La Cambre à devoir quitter leur ministère. Face à une criante absence d'explications et dans l'espoir de concilier les visions de toutes les parties prenantes, des paroissiens se sont organisés pour composer la lettre ci-dessous, à l'attention de Mgr Kockerols. Ils lui demandent plus de clarté quant à cette incompréhensible décision qui ne tient aucun compte des besoins des fidèles, ainsi qu'un éclairage quant à ses projets pour la paroisse de La Cambre.

    Ils proposent à tout le monde de prier le chapelet ce samedi 4 avril à cette intention.

    CARITAS IN VERITATE!

    On peut, si on le désire, cosigner cette lettre et la proposer à d'autres paroissiens intéressés qui n'en auraient pas connaissance. Pour signer la lettre, il suffit simplement d'envoyer ses prénom, nom, adresse et e-mail à: lettrelacambre@gmail.com

    à Monseigneur Kockerols, Evêque auxiliaire de Bruxelles

    Bruxelles, le 3 avril 2020

    Monseigneur,

    Ne pouvait-il y avoir meilleur moment que le temps de confinement, où il n'y a plus de célébrations liturgiques ni de rencontres rassemblant les paroissiens, pour que ceux-ci ne puissent apprendre que par un communiqué de Cathobel la décision prise à propos du départ de leurs pasteurs? S'il s'agissait d'une convention qui liait l'Évêché et le Monastère des Prémontrés, il ne s'agissait pas moins du sort d'une paroisse vivante autour du charisme des Pères, de leur liturgie et spiritualité.

    Nous sommes nombreux à les avoir rejoints dans une louange commune, dans un partage commun : jeunes ménages avec des enfants, couples, veufs, célibataires, hommes et femmes à la recherche d'un pôle de vie spirituelle et de prière. Nous étions heureux de nous retrouver le dimanche, car les chanoines avaient réussi à créer une communauté où on se connaissait de plus en plus, c'est avec joie que nous nous engagions dans la pastorale : la catéchèse pour les enfants que nous rencontrions chaque semaine les entraînant dans un chemin de foi, la préparation au mariage menée conjointement par les pères et des couples engagés, la liturgie de la parole pour les enfants lors des célébrations eucharistiques où nos enfants participaient de plus en plus, chacun à leur manière dans les assemblées du dimanche où résonnaient l'orgue et le piaillement des petits. Les événements spirituels et les fêtes paroissiales montées grâce à l'enthousiasme de nombreux paroissiens étaient autant de façons de faire rayonner la Parole et de bâtir la communauté. Voir l'Abbaye revivre avec un rythme de prière, comme la source d'eau vive qui dans la Bible coule du côté du temple, voir des chanoines qui sont là pour vous écouter, vous accueillir dans les moments de joie, de détresse, vous accompagner, vous porter dans la prière c'est tellement nécessaire. Cette permanence de l'accueil et de l'écoute, de la prière : c'est si rare, tellement beau !

    Pourquoi, mais pourquoi les voir partir, pour quelle raison? Ils nous ont partagé récemment qu'ils n'étaient que vicaires et nous apprenons aujourd'hui que notre paroisse dépend directement de notre évêque, mais avez-vous jamais rencontré le conseil paroissial? Lui avez-vous jamais expliqué ce que vous attendiez de l'Abbaye de la Cambre? Êtes-vous venu récemment vivre la ferveur et l'intensité de ce qui se vit à la Cambre? C'est comme si nous, paroissiens, n'existions pas... Et comme si la décision du départ des chanoines fut prise comme si elle ne nous concernait pas.

    Monseigneur, je crois que vous n'avez pas réalisé le choc que vous provoquez. Nous le ressentons comme si vous ne teniez pour rien la vie pastorale qui a animé le lieu, comme si vous ne réalisiez pas ce puits de grâce d'une communauté qui prie.

    Ainsi nous osons vous demander de vous rencontrer ici à l'Abbaye de la Cambre pour que nous voyions ensemble le projet pastoral que nous avons vécu et construit et voir avec vous comment poursuivre cet élan pastoral avec nos pasteurs.

    Veuillez agréer, Monseigneur, l’expression de notre respectueuse considération.

    Les Paroissiens de la Cambre

  • Bruxelles : le nouveau dézingage d'une communauté religieuse pour d'obscures raisons

    IMPRIMER

    Une nouvelle étape va être franchie dans le processus de désertification spirituelle de Bruxelles avec le départ d'une communauté qui animait un des hauts lieux du patrimoine religieux de la capitale. C'est ce que rapporte un article paru hier sur cathobel qui ne dit rien sur les raisons concrètes qui ont conduit à cette décision :

    La communauté des Prémontrés va quitter La Cambre

    Installée depuis sept ans à l’abbaye de la Cambre, les chanoines Prémontrés quitteront celle-ci vers la fin de l’été.

    Dans un communiqué conjoint, Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire pour Bruxelles, et le Père Abbé de l’Abbaye de Leffe, Benoît Carniaux O. Praem, ont annoncé ce jour la nouvelle. Ils rappellent qu’il y a sept ans, la communauté des Chanoines Prémontrés de l’abbaye Notre-Dame de Leffe avait répondu favorablement à la demande de l’Eglise de Bruxelles d’envoyer quelques-uns de ses membres à la Cambre. « C’était une façon de réinstaurer une vie religieuse régulière dans ce site incomparable. C’était aussi une façon originale d’inscrire cette église dans la dynamique de l’Unité pastorale de Ste Croix, avec ses autres clochers : Ste Croix, S. Boniface et S. Adrien », stipule le texte..

    « C’est ainsi que les PP. Hugues Bada et Tanguy Rivière sont venus vivre et prier à la cure de l’abbaye et ont animé avec beaucoup de cœur la pastorale locale. Les célébrations ont attiré de plus en plus de personnes », précisent encore Mgr Kockerols et le Père Abbé de Leffe.  Mais ils ajoutent: « Il était cependant devenu de plus en plus difficile, vu les défis pastoraux de l’Eglise de Bruxelles d’une part, et les enjeux propres à l’abbaye de Leffe d’autre part, de maintenir telle quelle cette présence. »

    Face à cette situation, une réflexion conjointe a eu lieu avec les principales personnes concernées. Et même si des alternatives ont bien sûr été envisagée, le constat a été qu’au terme de cette réflexion, la collaboration telle que mise en œuvre depuis sept ans, ne pouvait plus se poursuivre. Une décision qui a été prise « avec infiniment de peine et de regret » tant du côté de l’abbaye de Leffe que de l’Eglise de Bruxelles.

    Dès lors les Chanoines Prémontrés de Leffe quitteront la Cambre vers la fin de l’été. « Nous savons combien ce départ suscitera de l’émoi et de la tristesse. Mais nous vous invitons surtout à rendre grâce pour tous les fruits reçus de Dieu et partagés ensemble », concluent le Père Abbé Benoît Carniaux O. Praem et Mgr Jean Kockerols, qui se confient à la prière des fidèles, ajoutant: « Il n’est pas facile d’exercer une responsabilité dans l’Eglise en ces temps exigeants. Nous avons d’autant plus besoin de votre soutien et de votre collaboration. Que le Seigneur nous guide et nous accompagne ».

    Lire le communiqué officiel

     

    Cette décision a suscité de vives réactions dont celle-ci :

    Communication de la part de paroissiens de La Cambre

    Une nouvelle congrégation religieuse, à savoir les Prémontrés, vient d’être mise à la porte de Bruxelles ce mercredi 1er avril. Deux de ses membres animaient avec zèle l’église de la Cambre depuis leur arrivée il y a sept ans. Les chanoines avaient vite fait exploser le nombre de leurs fidèles, ces derniers étant très heureux de retrouver de vrais pasteurs dans une atmosphère de prière, avec une liturgie de toute beauté et un soin pastoral hors pair.

    Mais pour Mgr Kockerols, « il était cependant difficile , vu les défis pastoraux de l’Eglise de Bruxelles, d’une part, et les enjeux propres à l’abbaye de Leffe d’autre part, de maintenir telle quelle cette présence ». 

    Pourtant, nous savons de bonne source que l'abbaye de Leffe n'avait pas d'objection à ce que les chanoines continuent à animer l'Église de La Cambre. 

    Alors, que penser?

    On entend dire qu'en réalité, ces pasteurs ne convenaient plus à l'Evêque auxiliaire parce qu'ils "s'intégraient mal" dans la nouvelle structure d'Unités Pastorales. En effet, le nouveau système des "UP" veut que les prêtres n'aient plus de paroisse propre, mais circulent dans un certain nombre de paroisses regroupées. 

    Or, les Pères Prémontrés, avec leur vocation de vie régulière de prière, avec la liturgie des heures, assuraient une présence quasi constante sur place, alors que l'Evêque aurait aimé les dépêcher à sa guise aux quatre coins de l'Unité Pastorale. Cependant, c'est justement grâce à cette présence que les chanoines avaient établi une véritable Communauté à la Cambre. Quel cadeau en effet pour les fidèles, assurés des prières continues de leurs pasteurs, connus personnellement pour presque chacun d'entre eux, émerveillés de retrouver une liturgie magnifique, et de former une réelle communauté vivante! Il fallait voir l'atmosphère familiale et joyeuse à La Cambre lors des nombreux événements organisés de main de maître par les Pères! Combien n'ont pas retrouvé la foi à l'écoute des homélies sublimes ou émerveillés par la beauté des offices? Combien n'ont pas trouvé une oreille constante, présente jour après jour, et un réconfort dans les peines? Combien n'ont pas retrouvé tout simplement la joie d'appartenir à une Communauté ouverte et tournée vers le chemin du Ciel?

    On entend dire aussi que notre Evêque auxiliaire préférerait donner une vocation plus culturelle et moins cultuelle à la Cambre. Il nous semble que la culture doit être au service des Communautés et non le contraire. Une église n'est-elle pas d'abord un lieu de prière? L'art dans une église a-t-il pour objectif de soutenir la prière ou de prendre la place des chrétiens en les jetant dehors?

    S'agit-il aussi, comme on l'entend, d'une question immobilière? 

    Ne vivons-nous pas ici un exemple désolant de ce cléricalisme tant décrié par le Pape François? Ne voyons-nous pas notre Evêque auxiliaire essayer de formater notre Église de Bruxelles selon son opinion et son idéologie plutôt que de laisser s'épanouir une diversité voulue par le Seigneur et permettant au plus grand nombre de retrouver chacun sa sensibilité? 

    Ne s'agit-il pas par ailleurs d'un écrasant abus de pouvoir, d'une décision affectant la vie spirituelle de milliers de paroissiens, et prise sans aucune consultation de ceux-ci?

    En tant que paroissiens, nous sommes complètement anéantis par cette décision qui tombe comme un couperet. Les Pères Hugues et Tanguy étaient de vrais pasteurs, de bons pasteurs. Ils étaient un immense soutien pour la plupart d'entre nous. Nous sommes complètement désemparés, comme des enfants ayant perdu leur père, comme des brebis sans leur berger et repensons au chagrin de Jésus qui, "voyant la foule, fut pris de pitié pour elle, parce qu'elle était fatiguée et abattue, comme des brebis qui n'ont pas de berger."

    En quoi ces "défis pastoraux" sont-ils réglés en expulsant deux prêtres de leur église bondée? Quels sont les défis pastoraux d'une Eglise, si ce n'est pas d'annoncer le Christ, de convertir à l'Evangile le plus grand nombre, et de faire grandir la foi? 

    Au contraire, nous sommes dans notre diocèse les témoins impuissants de cette « sentence de mort » qu'une fois de plus, l’évêque auxiliaire dit prendre « avec peine et regret ». Celle-ci ne semble être qu'un maillon d'une politique active de diminution du nombre de prêtres, de messes, de sacrements, d’églises, de fidèles. Nous voyons congédier les une après les autres les communautés vivantes qui portent du fruit. On dit que notre Evêque souhaiterait habituer les fidèles à ce qu'il n'y ait plus de prêtres. 

    Tout cela semble être le fruit d'une idéologie morbide et absurde, voulant imposer un modèle et détruire ce qui ne s'y accorde pas, dans une logique irrémédiable de déclin. Nous refusons ce modèle programmé de destruction de l'Église. Après la Fraternité des Saints Apôtres, les Fraternités de Jérusalem, les Prémontrés, qui seront les prochains à être expulsés? 

    Les paroissiens de La Cambre réagissent à une décision incompréhensible de l'évêque de Bruxelles

  • Liège : Le chanoine Eric de Beukelaer succède à l’abbé Alphonse Borras comme Vicaire Général du diocèse

    IMPRIMER

    Lu sur le site du diocèse 

    seminaire-borddemeuse.jpg« Ce vendredi 27 mars 2020, notre évêque, Mgr Jean-Pierre Delville, souhaite informer les diocésains des changements au sein du Conseil épiscopal de Liège prenant cours dès le début de la nouvelle année pastorale 2020-2021 :

    « À la faveur du prochain renouvellement du Conseil épiscopal, dans lequel différents mandats arriveront à terme le 31 août 2020, l’abbé Alphonse Borras m’a présenté sa démission de sa charge de vicaire général qui, elle, était à durée indéterminée, à savoir jusqu’à la fin de cet épiscopat. Comprenant le poids que cette mission représente, j’ai accepté sa démission. Je remercie de tout cœur l’abbé Alphonse Borras pour son zèle inlassable, pour la confiance qu’il m’a manifestée et pour l’immense travail qu’il a accompli depuis dix-neuf ans au vicariat général, sous l’épiscopat de Mgr Aloys Jousten et sous le mien. Quoique la charge ait un côté ingrat, il a pu y faire face, comme il me l’écrit lui-même « avec enthousiasme et même avec passion, surtout pour l’accompagnement du Chantier Paroisses et pour la Commission des Ministères laïcs, y compris toutes les tâches inhérentes à ces deux domaines ». Et j’ajouterai : pour l’accueil de nos confrères prêtres « venus d’ailleurs » et leur insertion au service de notre diocèse. Les autres membres du Conseil épiscopal se joignent à moi pour exprimer aussi leur gratitude à l’abbé Alphonse Borras.

    J’ai proposé à ce dernier de collaborer avec l’abbé Raphaël Collinet pour les questions canoniques. Celui-ci terminera sa mission le 31 décembre 2020 et accédera à la pension. Je remercie aussi de tout cœur l’abbé Raphaël Collinet pour le travail délicat qu’il a accompli, en matière de causes matrimoniales et de mesures disciplinaires, depuis 1986. L’abbé Alphonse Borras a accepté et mettra ainsi à l’œuvre ses compétences en matière canonique, tout en gardant du temps pour son travail théologique.

    J’annonce en même temps que j’ai proposé au chanoine Éric de Beukelaer de reprendre la charge de vicaire général à partir du 1er septembre 2020 et qu’il a accepté cette mission. Je suis heureux qu’il ait répondu positivement à ma demande et je lui souhaite un fécond ministère à ce poste important de notre diocèse. Il contribuera activement dès maintenant par différents contacts à l’élaboration du Conseil épiscopal renouvelé. Aux alentours de la Pentecôte, je prévois de donner des informations sur la composition future du Conseil épiscopal.

    En cette fin du temps de carême, marquée par la pandémie et les contraintes du confinement, je confie notre diocèse au Seigneur, à l’intercession de Notre-Dame et de Saint-Lambert.

    Jean-Pierre Delville 
    Liège, 27 mars 2020 »

    Ref. Changements au sein du Conseil épiscopal du diocèse de Liège

     JPSC

  • Funérailles : des mesures vraiment justifiées ?

    IMPRIMER

    Alors que la population peut continuer à fréquenter les supermarchés, il lui est interdit de s'assembler, même en comité réduit, pour les funérailles d'un défunt dans une église. Cette surenchère venant d'un ministre régional (socialiste) est-elle justifiée ?

    Lu sur L'Avenir du 26 mars, p. 10: 

    Les funérailles en plein air 

    Le gouvernement wallon n’autorise plus d’obsèques en lieu fermé. Et donc ni dans les églises, ni dans les funérariums. … Dans une décision communiquée lundi fin de journée et reprise par les gouverneurs de province, le ministre Pierre-Yves Dermagne précise, entre autres, que «le nombre de participants aux funérailles d’un défunt est limité à un maximum de quinze personnes, en ce compris le personnel communal et des pompes funèbres. En outre, dans le respect des convictions de chacun, la cérémonie, confessionnelle ou non, devra être organisée en un lieu non confiné, autrement dit en plein air.» Cette décision a pu surprendre car en France, pays plus touché que nous par la pandémie, le ministère de l’Intérieur autorise toujours des cérémonies d’obsèques à l’église ou au funérarium, pour 20 personnes. «Mais nous préférons prendre cette mesure générale. Il y va de la Santé publique. Déjà nous avions dû faire supprimer les mariages et baptêmes dans les églises, lieux de rassemblement. Il a fallu prendre la même décision pour les funérailles », précise Olivier Rubay, porte-parole du ministre Dermagne.