Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clin d'oeil

  • Quand Giovannino Guareschi adressait une dernière lettre à Don Camillo

    IMPRIMER

    Du site "Paix Liturgique" :

    LA DERNIÈRE LETTRE DE GIOVANNINO GUARESCHI A DON CAMILLO

    Le 21 juillet 2018, l'église Saint-Michel-Archange de Roncole Verdi, village de la commune de Busseto, en Émilie-Romagne (Italie), a accueilli une messe de Requiem à l'occasion du cinquantième anniversaire du rappel à Dieu de Giovannino Guareschi, le créateur de don Camillo. À la demande des enfants de l'écrivain – car don Camillo, avant d'être la série de films à succès que nous connaissons, est une œuvre littéraire profondément catholique – cette messe a été célébrée selon la forme extraordinaire du rite romain, en présence du maire de Busseto, lieu de sépulture de Guareschi, et de celui de Roccabianca, son lieu de naissance. Don Marino Neri, secrétaire de l'Amicizia sacerdotale Summorum Pontificum (voir notre lettre 584 notamment), a prononcé pour l'occasion un sermon vigoureux rappelant que, si la fin proche de l'homme est sa sanctification, sa fin ultime est la gloire de Dieu à laquelle l'auteur de don Camillo a contribué excellemment.

    Cet événement nous a permis de prendre connaissance d'un petit chef-d'œuvre que nous vous proposons bien volontiers en cette période de lectures estivales : la lettre adressée par Giovannino Guareschi à « son » don Camillo au lendemain du concile Vatican II et publiée le 19 mai 1966 par le journal Il Borghese. Nous omettons la dernière partie de cette lettre dans laquelle Guareschi regrette avec son ironie mordante que le cardinal Josef Mindszenty n'ait pas été élu Pape à la suite de Jean XXIII car « l'Église du Silence aurait alors acquis une voix puissante ».

    Cher don Camillo, 

    Je sais que vous avez des problèmes avec votre nouvel évêque. Il m'a été rapporté que vous avez dû détruire le maître-autel de l'église paroissiale pour le remplacer par la fameuse « table à repasser », modèle Lercaro (1), reléguant votre bien-aimé Crucifix dans un coin près de la porte d'entrée, de façon à ce que l'Assemblée lui tourne le dos...

    De même, j'ai su que le dimanche, une fois célébrée la « Messe du Peuple », vous alliez en célébrer une autre dans la vieille chapelle, intacte, de votre ami Perletti : une messe clandestine, en latin, pour les catholiques.Du coup, les gros bonnets de la Démocratie chrétienne vous ont dénoncé et vous voici fiché en curie parmi les « prêtres subversifs » après avoir reçu un dur avertissement de l'évêque.

    Mon Père, vous n'avez décidément rien compris. Il est juste que le Christ ne soit plus sur l'autel : le Christ en Croix est l'image de l'extrémisme. Notre Seigneur était un factieux, un fasciste, et son exhortation « Ou avec Dieu ou contre Dieu » n'est qu'un plagiat du célèbre slogan mussolinien « Ou avec nous ou contre nous ».
    Ne se comportait-il pas comme un fasciste en chassant à coups de matraque les marchands du Temple ???
    C'est le sectarisme, l'intransigeance et l'extrémisme du Christ qui l'ont amené à la Croix alors que, s'il avait choisi la voix du compromis démocratique, il aurait très bien pu s'entendre avec ses adversaires.

    Don Camillo, vous ne vous rendez pas compte que nous sommes en 1966 : les aéronefs parcourent le cosmos à la découverte de l'Univers et la religion chrétienne n'est plus adaptée à la situation. Le Christ a voulu naître sur la Terre ce qui, tant que l'ignorance et la superstition faisaient de la Terre le centre voire l'essence de l'Univers, pouvait encore passer mais qui aujourd'hui, à l'heure des explorations spatiales et de la découverte de nouveaux mondes, le rapporte à un phénomène provincial. Un phénomène qui, comme l'a solennellement établi le Concile, va redimensionner.

    Pour vous, Mon Père, les beatniks et leurs cheveux longs ne sont que des pouilleux à envoyer se faire tondre le crâne, et leurs compagnes avec ces jupes courtes qui leur couvrent à peine l'aine des filles de petite vertu à soumettre d'urgence au dépistage de la syphilis. En revanche, à Rome, l'Autorité Ecclésiastique Supérieure a créé une messe spéciale pour ces pouilleux et ces demoiselles de petite vertu – une messe Beat, jouée et hurlée par trois groupes de chevelus.

    Vous êtes resté bloqué dans l'autre siècle, Mon Père. Aujourd'hui, l'Église s'adapte à son époque, se mécanise. À Ferrare, sur la « table à repasser » de l'église San Carlo, il y a un distributeur d'hosties : au moment de l'Offertoire, le fidèle qui souhaite communier dépose son offrande sur un plateau, presse un bouton et, au son d'un joyeux carillon, l'hostie tombe dans le calice !

    Et, croyez-moi, il n'est pas impossible que dans les laboratoires du Vatican ne soit déjà à l'étude une machine plus complète dotée d'une petite pince qui, une fois la pièce introduite et le bouton pressé, porte directement aux lèvres du communiant l'hostie consacrée électroniquement.

    Don Camillo, l'an dernier vous m'avez fait des reproches parce que dans une de mes pièces j'ai raconté que don Giacomo, jeune prêtre des temps modernes, confessait ses fidèles par téléphone et leur envoyait des pulvérisateurs d'eau bénite au lieu de se déplacer pour bénir leurs foyers. Vous m'avez dit qu'on ne plaisantait pas avec ces choses-là...

    Pourtant, sur initiative de l'Autorité Ecclésiastique Supérieure, voici qu'on y est presque. Le jour n'est pas si loin où après s'être confessé par téléphone, le fidèle recevra par courrier recommandé l'hostie consacrée à domicile accompagnée d'une petite pince fournie par le « service mécanique » de la paroisse pour pouvoir la consommer sans la toucher avec ses doigts impurs (2). Je n'exclus pas que, pour arrondir les maigres revenus de la paroisse, le curé ne fasse imprimer sur l'hostie quelque message publicitaire...

    Don Camillo, je sais que Peppone, aujourd'hui, se fiche ouvertement de vous. Je sais qu'il vous a intimé de retirer du prieuré le portrait provocateur de Pie XII, « le pape fasciste et ennemi du Peuple », menaçant de vous dénoncer à l'évêque. Mais Peppone a raison : les rôles se sont inversés et bientôt la Section du Parti vous ordonnera de déplacer l'horaire des fonctions sacrées pour ne pas menacer la « Festa dell'Unità » (3) organisée sur le parvis de l'église.Don Camillo, si vous ne vous mettez pas à la page et n'arrêtez pas d'appeler « Sans-Dieu » les communistes et de les décrire comme des ennemis de la religion et de la liberté, la Fédération locale du Parti vous suspendra a divinis. Moi qui vous suis attentivement et vous suis attaché depuis vingt ans, je ne voudrais pas vous voir finir d'une si triste façon.

    Je sais bien que de nombreux paroissiens, et pas seulement les plus âgés, sont avec vous mais je sais aussi que vous préféreriez partir en silence, en cachette, pour éviter tout incident ou toute polémique qui pourrait tourmenter votre troupeau.

    En réalité, vous avez une sainte terreur de voir les catholiques se diviser. Malheureusement, cette division existe déjà.

    -------

    (1) Du nom du très rouge cardinal de Bologne, Giacomo Lercaro, l'un des plus virulents promoteurs de l'aggiornamento conciliaire en Italie. Choisi par Paul VI, Mgr Lercaro présida de 1964 à 1968 la Commission pour l’Application de la Réforme liturgique, dont le secrétaire n'était autre que Mgr Bugnini...

    (2) Là, Guareschi n'osait pas imaginer que les fidèles pourraient un jour être encouragés à se saisir par eux-mêmes de la sainte Hostie !

    (3) L'Unità est l'équivalent italien de L'Humanité. Chaque section du PCI (Parti communiste italien) avait l'habitude d'organiser une ou plusieurs fêtes annuelles placées sous le patronage du quotidien du Parti.

  • Football : quand le pape console les Brésiliens

    IMPRIMER

    Du Soir de ce lundi 9 juillet (p. 32) :

    Consolation 

    Grand amateur de football, le pape argentin François a eu un mot consolateur à l’attention des fidèles brésiliens présents dimanche sur la place Saint-Pierre de Rome. « Je vois des drapeaux brésiliens, a déclaré le chef de l’Eglise à la fin de l’angélus dominical en s’adressant à la foule. Bonjour les Brésiliens et… allez, il y aura une autre occasion », a-t-il déclaré en souriant.

  • Une messe au Katholikentag : danse liturgique ?

    IMPRIMER

    On connaissait les prêtres danseurs saliens (du latin salire, sauter)  de l’antiquité païenne sautant avec leurs lances et leurs boucliers en l’honneur du dieu mars, les processions dansantes au moyen âge  (dont il nous reste une trace avec celle d’Echternach) ou celles des petits acolytes avec leurs encensoirs dans  le rite congolais. Ici le mime des  lianes de la forêt  exécuté pendant la messe devant le cardinal Marx et les évêques allemands du » Katholikentag » a un côté plus surprenant, pour ne pas user d'un autre qualificatif :

    Ref. 13 mai, Katholikentag. Messe avec cardinal Marx et... danse devant l'autel

    JPSC

  • Le bon coup de com de l'abbaye de Grimbergen

    IMPRIMER

    Lu ICI :

    Les moines de Grimbergen souhaitent reprendre le brassage

    Les bières Grimbergen sont bien connues mais ne sont pas du tout brassées par des moines ou pour une abbaye. En effet, les indications « bières d’abbaye » n’ont aucune valeur d’authenticité ou de légalité envers une communauté religieuse. Seule l’appellation « authentic trappist product » fixe des règles liant le brassage de la bière à un monastère reconnu. Grimbergen est donc bien une marque industrielle.

    Les Pères de l’Abbaye de Grimbergen souhaitent changer cet état de fait en reprenant le brassage. L’objectif: reprendre les vieilles recettes et la tradition brassicole de l’abbaye. Mais retrouver ces recettes n’est pas forcément facile, ni utile… L’abbaye (et ses archives brassicoles) fut démolie lors des guerres de la Révolution Française, en 1797. La reconstruction de l’abbaye (d’où le symbole du phénix) n’a pas intégré de nouvelle brasserie et le décryptage des archives restantes n’ont pour le moment pas révélé de recettes originales. Et même si elles étaient retrouvées, la plupart des recettes d’antan sont simplement imbuvables de nos jours. La pasteurisation, la maîtrise des fermentations ou des ingrédients ont transformé le paysage brassicole depuis des décennies.

    En dehors de l’intérêt historique, l’abbaye de Grimbergen signe surtout un bon coup de communication.

  • Si l'Église ne défend pas le symbole de la religion chrétienne, qui le fera ?

    IMPRIMER

    Vu sur le site « Salon beige »:

    JPSC

  • Le pape Benoît XVI fête ses 91 ans

    IMPRIMER

    Lu sur le site « Pro Liturgia » de Denis Crouan :

    « Le pape émérite Benoît XVI fête ses 91 ans. Très bon anniversaire et meilleurs vœux, Saint Père !
    Cliquer ici pour voir quelques images retraçant le parcours de Joseph Ratzinger.
    Et quand la Bavière s'invite au Vatican, ça donne cela... »


    Ref. Pro Liturgia

    JPSC

  • Festival de Cannes : le film consacré au pape François sera présenté hors compétition

    IMPRIMER

    Non, ce n’est pas un poisson d’avril : le film de Wim Wenders, où le pape François joue son propre rôle, sera projeté hors compétition au prochain Festival de Cannes, un dimanche, selon les organisateurs. Lu sur le site « Aleteia » :

    « Le documentaire du cinéaste allemand Wim Wenders intitulé Pape François : un homme de parole, sera projeté hors compétition lors du Festival de Cannes 2018, a annoncé le site du Festival le 12 avril 2018. Le film sera présenté en avant-première lors d’une séance spéciale, « un dimanche », selon les organisateurs, probablement le 13 mai puisque la 71e édition du Festival international du film se déroulera du 8 au 19 mai.

    Ce film, le premier de l’histoire à être directement tourné avec un souverain pontife en exercice, et avec des séquences tournées spécialement, sortira en Italie le 18 mai. En France, il sortira sur les écrans le 12 septembre prochain. Ce documentaire coréalisé par le Vatican est « plus qu’une biographie ou un documentaire, c’est un voyage initiatique dans l’univers du pape François », précise Universal qui commercialise le film.

    La bande annonce du film avait été diffusée début mars à l’occasion des cinq ans du pontificat du pape François. Le film « s’articule autour des idées du message du Pape, afin de présenter son travail ainsi que les réformes et les réponses qu’il propose face à des questions aussi universelles que la mort, la justice sociale, l’immigration, l’écologie, l’inégalité de revenus, le matérialisme ou le rôle de la famille ».

    Ref. Le film où le pape François joue son propre rôle projeté au Festival de Cannes

    Selon Aleteia  « les internautes ont ironisé une partie de la journée sur l’éventuelle venue du Saint-Père sur la Croisette à cette occasion. Ce qui est certain, c’est que cette édition sera marquée par une singulière initiative des organisateurs:l’interdiction des selfies », sans doute pour ne pas faire concurrence au film lui-même.

    JPSC

  • Le plus vieux des Belges est mort; il était prêtre et "traditionnel" mais on sera indulgent vu son grand âge !

    IMPRIMER

    Lu sur L’Avenir (Sambre-Meuse, p. 1) : 

    Doyen du pays, l’abbé Clemens est décédé 

    Pour ses 100 ans, Benoît XVI – qui était alors toujours pape – lui avait adressé ses vœux et envoyé un portrait dédicacé. Durant l’été 2014, il avait été désigné «prêtre le plus vieux du monde». «Il cumulait ainsi plusieurs records puisqu’il était à la fois le doyen de l’entité d’Ham-sur-Heure-Nalinnes, de Belgique et du Benelux tout en étant le plus vieux curé du monde, souligne le bourgmestre Yves Binon qui l’a bien connu. … Le bourgmestre décrit un prêtre empreint d’une certaine rigueur et traditionaliste dans sa perception de la religion. «Mais c’était normal, vu son grand âge,» explique-t-il. Pensez qu’il était déjà là lors de la construction de l’église de Nalinnes-Bultia. Il en a d’ailleurs été le seul curé jusqu’à aujourd’hui. Voici peu, il y avait encore du monde à ses messes.»

  • Quand la paroisse Sainte-Catherine (BXL) se lance dans la bière

    IMPRIMER

    De Christian Laporte sur le site de La Libre :

    Une bière d’abbaye bruxelloise pour soutenir Sainte-Catherine

    La paroisse de Ste-Catherine la diffusera pour permettre son développement.

    On peut imaginer qu’au sanctuaire marial de Notre-Dame du Laus, sis près de Gap, on trouvera bientôt aussi en plus, bien sûr, des nourritures spirituelles - dont les moindres ne sont pas les toujours très robustes célébrations de l’archevêque de Malines-Bruxelles émérite, Mgr André-Joseph Léonard - une bonne bière d’abbaye… bruxelloise qui a nom Sainte-Kat’!

    Comme donc Sainte-Catherine, cette paroisse chère au cœur de l’ex-primat de Belgique où il avait installé la Fraternité des Saints Apôtres avant son départ pour les Alpes de Provence. Il n’empêche, plus personne ne pourra accuser ladite paroisse d’être hors du monde, repliée sur ses certitudes. En effet, avec Brussels Beer Project, la communauté de Sainte-Catherine lance la semaine prochaine sur le parvis de l’église une bière d’abbaye d’un genre nouveau. La Ste-Kat’ est née de la rencontre improbable du Brussels Beer Project et de l’équipe pastorale de la paroisse du "Vismet" et plus particulièrement du P. Jérémie Schaub. Avec ses trois collègues de la paroisse qui défraya la chronique lors de sa fermeture/réouverture, il y voit une occasion de réinsérer le culte dans son quartier et de s’intégrer plus à la vie locale. BBP y a vu lui un cadeau du Ciel pour relancer un style de bière typé.

    Les Amis de Sainte-Catherine sur le pont

    Certes, les abbayes étaient installées loin des villes mais les églises sont au cœur de celles-ci. De là à brasser une "bière d’église ouverte sur le monde", il n’y avait qu’un tour de cloître rapidement franchi… Et voilà donc qu’on nous annonce une production de 50 000 bouteilles réalisée par la micro-brasserie de la rue Dansaert.

    Précision à l’attention de ceux qui craignent de voir les pasteurs se muer en marchands du temple : c’est l’ASBL des Amis de Ste Catherine qui assurera la distribution dans les cafés et restaurants sis autour de la place et auprès des particuliers qui passeront à l’église. Autre précision importante : tous les bénéfices couvriront les aménagements de l’église et permettront d’organiser un voyage-pèlerinage vers le Puy-du-Fou vraiment accessible à tous. En attendant le P. Schaub, ses confrères et l’équipe de Brussels Beer project baptiseront officiellement la nouvelle cervoise qu’on espère, évidemment, divine ce 4 octobre à partir de 18 h sur le parvis de l’église. Christian Laporte

    Rens. : stekatbeer@gmail.com

  • Ciel ! Des prêtres en soutane !

    IMPRIMER

    Vu sur le site de France Bleu :

    Les nouveaux curés de Brive portent la soutane

    La soutane avait pratiquement totalement disparue. Elle réapparaît aujourd'hui surtout portée par les jeunes prêtres

    La soutane avait pratiquement totalement disparu. Elle réapparaît aujourd'hui surtout portée par les jeunes prêtres © Maxppp - P. Deliss/picture-alliance/godong/Newscom

    Des prêtres en soutane en Corrèze ! Dans quelques jours, trois prêtres de la Communauté Saint-Martin doivent arriver dans le diocèse de Tulle. Cette communauté qui forme des jeunes prêtres est souvent montrée du doigt pour son côté très conservateur.

    La Communauté Saint-Martin est basée dans l'abbaye d'Evron en Mayenne. Elle forme des prêtres, une centaine chaque année, qui sont envoyés ensuite dans les départements pour suppléer l'absence localement de curés. Une congrégation certes reconnue par le Saint-Siège mais qui montre un visage très conservateur de l'Eglise, pour ne pas dire traditionaliste. Les prêtres notamment portent la soutane, et chantent des chants grégoriens en latin durant les messes. C'est l'évêque du diocèse de Tulle qui a fait appel à cette communauté. Et monseigneur Francis Bestion n'est pas du tout gêné par cet aspect. "Bien sûr ils portent la soutane. Mais il ne la portent pas pour revendiquer quelque chose. Ce n'est pas un  étendard".

    L'habit fait le moine

    Et les fidèles en Corrèze n'ont visiblement pas peur de l'arrivée de ces prêtres. "On en a tous besoin pour se sentir en communauté. C'est à ça que sert leur soutane" précise Clotilde Leménager, présidente de l'Association Familiale Catholique de la Corrèze. Monseigneur Bestion espère même que ces prêtres en soutane susciteront des vocations grâce à leur jeunesse. _"Les jeunes ne voient pas de jeunes prêtres pour pouvoir s'identifier à eux et comme nous quand nous étions jeunes se dire : pourquoi pas faire comme eux ?"

    "Qu'ils se montrent ouverts"

    Il n'y a que des fidèles plus âgés pour émettre quelques réserves certes mesurées. "Tout dépend de l'enseignement qu'ils auront, dit Marie-Joseph Evrard, du Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement. Comme ils vont surtout intervenir auprès de jeunes, j'espère qu'ils se montreront ouverts". Les trois prêtres, plus un stagiaire de la communauté, seront affectés dès leur arrivée à l'espace missionnaire de Brive-la-Gaillarde.

  • Le nouveau décalogue du catholique postmoderne

    IMPRIMER

    Lu sur diakonos.be :

    Les 10 commandements du catholique postmoderne

    Une contribution externe d’un fidèle lecteur du site

    I. Tu croiras en Dieu en te laissant conduire par un principe général de satisfaction subjective, individuelle ou communautaire, propice à ton développement personnel, dans le respect de la sensibilité de chacun et le souci de la solidarité entre tous

    Le rapport à soi : tu te laisseras conduire par un principe général de satisfaction subjective, individuelle et/ou communautaire, dans ta foi en Dieu, qui est avant tout propice à ton développement personnel, dans le respect de la sensibilité de chacun et le souci de la solidarité entre tous.

    II. Tu t’adapteras aux idées des autres et tu t’ouvriras sur les valeurs des autres, sauf sur celles des catholiques « inadaptés » ou « fermés », « légalistes » ou « rigoristes »

    Le rapport à l’autre : tu vivras dans l’adaptation bienveillante, presque sans limites, aux idées de l’autre, et dans l’ouverture conciliante, quasiment sans réserves, sur les valeurs de l’autre, catholique ou non, chrétien ou non, croyant ou non, sauf, évidemment, si l’autre est un catholique « inadapté » ou « fermé », « légaliste » ou « rigoriste ».

    III. Tu approuveras que chacun puisse se tourner vers toute idée de Dieu correspondant à sa sensibilité et à sa subjectivité, et non vers le seul vrai Dieu, Père, Fils, Esprit

    Le rapport à Dieu : non seulement tu accepteras, mais en outre tu approuveras que chacun puisse ne pas se tourner, ou se tourner, vers Dieu, comme il l’entend, c’est-à-dire avant tout voire seulement en fonction de sa sensibilité et de sa subjectivité, et tu le feras dans le plus grand respect pour chaque identité, évolution, orientation, individuelle ou communautaire, mais évidemment pas dans celui de la sensibilité catholique « conservatrice » ou « traditionnelle ».

    IV. Tu fuiras toute occasion de réflexion personnelle, argumentée et documentée, qui te permettrait de devenir réaliste sur le croire-ensemble et sur le vivre-ensemble

    Le rapport à la culture et à la société : tu n’auras pas de réflexion personnelle, argumentée et documentée, notamment philosophique et théologique, susceptible de te permettre de devenir réaliste sur le bien-fondé du croire-ensemble et du vivre-ensemble, ainsi que sur les impensés et les limites du culturellement correct et du sociétalement correct.

    V. Tu n’excluras pas de traiter un jour de « nostalgiques », de « passéistes », « d’identitaires » ou de « réactionnaires » les catholiques qui se réfèrent, d’une manière explicite et spécifique, à la Tradition de l’Eglise catholique

    Le rapport au christianisme catholique : tu accepteras, et même approuveras, de n’avoir le choix qu’entre « ne pas être contre » et « être pour » l’auto-dépassement du christianisme catholique, dans la rénovation permanente jusqu’à la liquidation progressive, et tu n’excluras pas a priori de traiter un jour de « nostalgiques », de « passéistes », « d’identitaires » ou de « réactionnaires » les catholiques qui se réfèrent, d’une manière explicite et spécifique, à la Tradition de l’Eglise catholique.

    Lire la suite