Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats

  • Le cardinal Marx n'est pas près d'obtempérer aux injonctions romaines...

    IMPRIMER

    "Je ne vois pas pourquoi les sujets sur lesquels LE MAGISTÈRE S'EST DÉJÀ PRONONCÉ ne devraient plus être l'objet de débats ainsi que le suggère votre courrier [...] De nombreux croyants en Allemagne considèrent [que ces sujets] doivent être discutés." (source)
    (Courrier du 12 septembre du cardinal Marx au cardinal Ouellet)

    Du National Catholic Register :

    Cardinal Marx Says German ‘Synod’ Will Proceed Despite Vatican Objections
    The letter followed a week of coverage concerning plans by the German bishops.

    MUNICH — The head of the German bishops’ conference told Vatican officials last week that addressing controversial theological topics during the German bishops’ proposed “binding synodal path” will be a service to the universal Church.

    “We hope that the results of forming an opinion [on these matters] in our country will also be helpful for the guidance of the universal Church and for other episcopal conferences on a case-by-case basis. In any case, I cannot see why questions about which the magisterium has made determinations should be withdrawn from any debate, as your writings suggest,” Cardinal Reinhard Marx wrote in a Sept. 12 letter to Cardinal Marc Ouellet, who is head of the Vatican’s Congregation for Bishops.

    “Countless believers in Germany consider [these issues] to be in need of discussion,” Cardinal Marx added.

    Cardinal Marx’s letter informed the Vatican that the German synodal process will continue as planned, despite recent instructions from the Vatican Curia and Pope, and will treat matters of universal teaching and discipline. 

    The letter followed a week of coverage concerning plans by the German bishops to create a Synodal Assembly with “deliberative power” to address issues including the separation of power in the Church, priestly life, women’s access to ministry and office in the Church and sexual morality.

    The letter was a response to the Vatican’s most recent intervention in German preparations for a synodal process, in which Cardinal Ouellet sent Cardinal Marx a four-page legal assessment of the German plans, which concluded that the Synodal Assembly is contrary to instructions from Pope Francis and “not ecclesiologically valid.”

    The legal analysis especially criticized German plans to discuss matters of discipline and doctrine that have already been decided by the Church’s universal teaching or universal law.

    “It is easy to see that these themes do not only affect the Church in Germany but the universal Church and — with few exceptions — cannot be the object of the deliberations or decisions of a particular Church without contravening what is expressed by the Holy Father in his letter,” concluded the legal review, signed by Archbishop Filippo Iannone, head of the Pontifical Council for Legislative Texts.

    CNA reported Sept. 5 that the executive committee of the German bishops’ conference in August had approved draft statutes for the creation of a Synodal Assembly, in partnership with the Central Committee of German Catholics, a lay group that has called for the ordination of women, an end to clerical celibacy, and the blessing of same-sex unions in churches.

    At the same meeting, the German bishops’ executive committee rejected an alternative synodal plan that was drafted to reflect the instructions of Pope Francis, issued to the bishops in a June letter to all the faithful of Germany. Those instructions warned the bishops against falling into a “new Pelagianism” and insisted that synodality could not be used as an excuse for reducing Church governance and teaching to a democratic process.

    In his Sept. 12 letter to Cardinal Ouellet, Cardinal Marx registered his apparent disapproval at the Vatican’s decision to present its legal advice without consulting him first.

    “Perhaps a conversation before sending these documents would have been helpful,” Cardinal Marx wrote.

    In an apparent rejection of the Vatican’s legal assessment, Cardinal Marx added that the Church in Germany will “conduct a consultation of our own kind that is not covered by canon law.”

    The legal opinion of the Pontifical Commission for Legislative Texts, sent to the Germans by Cardinal Ouellet, concluded that the bishops seem intent on convening a particular council “without using the word” as a means of passing binding resolutions without Roman approval.

     A council differs from a synod in that, with Vatican approval, it is able to make new policies for the Church for a particular reason.

    But Cardinal Marx said Germany’s plans are not for a council, or even a synod in the traditional sense, but something unique and not anticipated by canon law.

    “The Synodal Way is a sui generis process,” Cardinal Marx wrote. “The draft statutes should therefore by no means be read and interpreted through the lens of canonical instruments such as a plenary council. It is not a Particular Council!”

    The cardinal’s letter also insisted that the Vatican legal assessment is based on a draft of the German plans that “has long been outdated” and had since been “further developed in July and August.”

    The version of the statutes passed by the German bishops’ executive committee on Aug. 19 was obtained and published by CNA

    While Cardinal Marx noted that the statutes include a recognition of the authority of both the diocesan bishop and the episcopal conference, Article 2 of the current statues say that the Synodal Assembly “has deliberative power.”

    Despite Cardinal Marx’s insistence to Cardinal Ouellet that the statutes underwent further changes in August, CNA has obtained internal documents from the German bishops’ conference that show that the statutes most recently voted on by the executive committee were drafted Aug. 1 and remained unchanged through the end of that month.

    CNA has confirmed with officials at both the Congregation for Bishops and the Pontifical Council for Legislative Texts that the Vatican was already in possession of the most recent draft of the German synodal statutes by the time Cardinal Ouellet’s letter was sent to Cardinal Marx on Sept. 4.

    The current version was also considered by Cardinal Marx to be sufficiently finalized that he instructed conference officials to prepare authorized translations of the statues in various languages following the Aug. 19 meeting. Senior conference officials told CNA that it is the intention of the German bishops to create an example that can be “exported” to other parts of the world. 

    The results will be “helpful for the guidance of the universal Church and for other episcopal conferences,” Cardinal Marx wrote.

    The text of Cardinal Marx’s letter was released to German media over the weekend, appearing in Frankfurter Allgemeine on Saturday.

  • De nombreux évêques s'arracheraient les cheveux...

    IMPRIMER

    Lu sur le forum catholique :

    Voici une traduction d'un article du National Catholic Register:

    Messori sur les troubles dans l’Église: beaucoup sont inquiets mais le Christ ne quittera pas son Église

    par Edward Pentin, le 17/09/2019

    ''Selon l'écrivain italien, co-auteur de Entrez dans l’Espérance avec le Pape Saint Jean-Paul II, de nombreux prélats sont en train de "s’arracher les cheveux" à cause de la situation actuelle, et "ceux qui commandent sont intolérants face à toute voix critique.''

    Le célèbre écrivain italien catholique Vittorio Messori a déclaré que «de nombreux catholiques sont inquiets, certains sont même désespérés» au sujet de l'état actuel de l'Église, mais que ce n'est pas sans espoir car le Christ ne laisse jamais son Église seule.

    Messori, qui a écrit ‘’Entretien sur la foi’’ (The Ratzinger Report) avec le Cardinal Joseph Ratzinger et ‘’Entrez dans l’Espérance’’ avec le Pape Saint Jean-Paul II, a déclaré au quotidien catholique italien La Fede Quotidiana que la confusion est "présente et qu'elle est affligeante, déconcertante."

    Il a dit qu'il existe une sorte de «conformisme», à propos du Pape François, qui est «palpable» dans l'Église.

    «Il est déconcertant que seuls deux ou trois cardinaux âgés de presque 90 ans parlent et protestent», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il connaissait «de nombreux évêques et aussi des cardinaux avec lesquels j'ai dialogué en privé et qui s’arrachent les cheveux en désaccord. ”

    «Mais ils ont peur, restent silencieux et se taisent», a-t-il déclaré.

    Messori a noté que pendant deux millénaires la critique du pape avait été découragée mais qu'aujourd'hui cette tendance est "accentuée".

    «On dit que c’est l’Église de la miséricorde, mais c’est un non-sens», a-t-il déclaré. "Ceux qui commandent sont intolérants face à toute voix critique."

    L’écrivain italien se souvenait d’avoir écrit un «article poli» dans le quotidien italien Corriere della Sera dans lequel il «posait des questions» et faisait des «réflexions», mais avait ensuit été «submergé de réactions abusives, notamment de la part de certains médias catholiques». Il a ajouté qu'une sorte de comité avait été créé pour demander au Corriere della Sera de le démettre de ses fonctions de contributeur.

    «Alors, avec quelle cohérence peut-on affirmer qu’il s’agit de l’Église de la miséricorde, du dialogue ouvert et juste, de la parrhésie? a-t-il demandé, évoquant l'appel fréquent du Pape François à la fois à la miséricorde et à une discussion franche et ouverte.

    Mais il a noté que l'Église n'est pas une entreprise, une multinationale ou simplement un gouvernement. «En bref, cela ne peut pas échouer», a observé Messori.

    «Bien sûr, il y a des raisons de s’alarmer. Je pense, par exemple, au prochain Synode sur l’Amazonie et à des malentendus connexes. Je ne sais pas ce qu'ils veulent réaliser - probablement des prêtres mariés.

    «Par conséquent, je suis inquiet, mais pas désespéré», a-t-il déclaré, car «le Christ ne laisse pas l'Église seule» et que l'Église «n'est pas de Bergoglio ou des évêques, mais seulement du Christ».

    «Il la gouverne avec sagesse», a-t-il déclaré. "Les forces du mal ne gagneront pas."

    En 2017, Messori a reproché au pape de refléter la société moderne en transformant l'Église en un lieu où «tout est instable et changeant».

    «Dans un« monde liquide» où tout devient incertain, précaire, provisoire, c’est précisément la stabilité et la fermeté de l’Église catholique dont toute l’humanité a besoin, pas seulement les croyants», a-t-il déclaré.''

    Source

  • Flandre : menaces sur le cours de religion

    IMPRIMER

    De Jacques Hermans sur le site de la Libre :

    En Flandre, le cours de religion divise laïcs et catholiques

    La N-VA veut remplacer une heure de religion par une heure de néerlandais. L’émoi est vif.

    Le temps où les "petits vicaires" de campagne militaient pour la cause flamande auprès de leurs paroissiens est révolu. La N-VA ne peut plus compter aujourd’hui sur ces bons petits soldats prêchant l’émancipation de la Flandre. Le parti nationaliste n’apprécie pas trop le "virage à gauche" de l’Église flamande devenue minoritaire aujourd’hui, ni celui de sa puissante coupole fédérant l’enseignement catholique sise rue Guimard.

    La N-VA continue vaille que vaille de manier la croix et la bannière pour mettre en exergue sa propre culture, fondée sur des valeurs chrétiennes. Mais un fossé se creuse aujourd’hui parmi les nationalistes entre ceux qui défendent les valeurs chrétiennes et "les indifférents". Divisée, la N-VA commence à se rendre compte qu’à travers tous ces débats idéologiques elle se met à dos une partie - non négligeable - de son électorat.

    Une pétition en cours

    Ce qui oppose catholiques et laïcs jusqu’au sein même du parti, c’est le cours de religion qui pourrait passer de deux heures à une heure par semaine dans le secondaire. La N-VA propose en effet concrètement de remplacer dans les écoles une heure de religion par une heure de… néerlandais. Ce changement de cap symbolique fait des vagues en Flandre. Dans les écoles catholiques, les professeurs de religion ont lancé une pétition sur le site Thomas. (www.godsdienstonderwijs.be).

    Dans le même esprit, Mgr Johan Bonny, l’évêque référendaire en charge de l’Enseignement catholique en Flandre, a mis l’accent sur l’importance du maintien des deux heures de religion ou de philosophie, qui ont toute leur importance "dans un monde où le vivre-ensemble et la recherche du sens sont essentiels aussi bien pour l’élève que pour la société".

    Certains voient dans cette proposition une revanche de la N-VA sur les tjeven, "les cathos" de la rue Guimard. Il y a un an, la fédération Katholiek Onderwijs Vlaanderen avait proposé de remplacer une heure de néerlandais par une heure de "citoyenneté". La N-VA s’était étranglée. Elle n’avait pas davantage digéré le projet "Dialoogschool", initiative de la fédération.

    Cette "école du dialogue" a pour but de promouvoir l’interculturalité et le vivre-ensemble dans un esprit de tolérance. En particulier, le cours de religion, affirment certains, tire sa légitimité de ce qu’il forme les élèves à mieux comprendre les défis de notre société multiculturelle. Les nationalistes ont hurlé car ils veulent au contraire que l’école mette l’accent sur l’apprentissage des fondamentaux du christianisme, ce qui correspond à leur volonté "de mieux connaître les racines de la civilisation occidentale, qui est à la base de l’identité flamande". Alimentent-ils dès lors le débat antireligieux pour recentrer le discours sur l’identité flamande ?

    Le front des laïcs

    La N-VA semble pour l’heure vouloir maintenir son cap. Jusqu’à nouvel ordre ? Surfant sur la même vague laïque et individualiste que celle de l’Open VLD, les nationalistes recherchent toujours cette denrée rare, "ce puissant antidote contre l’islam".

    Un front commun avec les libéraux flamands est-il en train de se former ? En tout cas, l’Open VLD rêve de laïciser l’enseignement et préconise de remplacer l’une des deux heures de religion par une heure d’éducation à la citoyenneté, comme dans l’enseignement officiel francophone. Un choix défendu par l’enseignement officiel (Gemeenschapsonderwijs, GO).

    Les libéraux flamands ne sont pas mécontents d’avoir trouvé un allié de circonstance en la personne de… Bart De Wever, qui, à plusieurs reprises, s’est pourtant montré soucieux de "combattre l’inculture religieuse en Flandre". Au journaliste Luc Alloo, il avait affirmé, le 17 mars dernier, (donc avant les élections), que "les valeurs chrétiennes font partie de notre culture occidentale" et qu’il n’avait "personnellement pas l’intention de renier la religion dans laquelle il avait été élevé". Pourtant, dans son livre Over identiteit (paru en avril dernier), le président de la N-VA écrit que "la religion catholique a perdu son sens dans notre société d’aujourd’hui". Il ajoute que "les vieilles traditions catholiques ne sont plus que… folklore", des propos qui lui ont valu de vives critiques dans les milieux catholiques traditionnels.

    Dans ce débat symbolique, le CD&V, en pleine crise existentielle, se mure dans un silence assourdissant. Il peine à prendre position tant les problèmes à l’intérieur du parti sont nombreux à gérer. Et cela commence à se voir. "Ce qui est sûr, c’est que le CD&V n’a obtenu que 15 % des suffrages et, maintenant, en faisant profil bas sur cette question essentielle, on peut dire qu’ils sont en train de perdre leur âme et leur identité chrétienne", affirme Didier Pollefeyt, professeur de théologie à la KULeuven.

  • Les droits de l'homme : sans limites ?

    IMPRIMER

    De Chantal Delsol sur le Figaro Vox via Magistro

    Les droits de l’homme sont-ils sans limite ?
     
    FIGAROVOX/TRIBUNE - Les droits de l’homme ne sont plus universels et immuables mais catégoriels et sans cesse croissants. Aussi est-il légitime de leur poser des bornes, argumente le professeur de philosophie politique*.
     
    Aux États-Unis, une "commission des droits inaliénables" a été récemment mise en place par le secrétaire d’État, Mike Pompeo. Son objet est de réfléchir sur ce que sont devenus les droits de l’homme depuis leur affirmation solennelle en 1948 dans la déclaration universelle des droits de l’homme. La présidente de la commission, Mary Ann Glendon, professeur de droit à Harvard, a affirmé que la commission travaillerait "au plan des principes, pas de la politique". Les membres de la commission sont inquiets de voir les droits, catégorie sacrée au sens culturel du terme, se développer anarchiquement. Les opposants à la création de cette commission, eux, sont inquiets en pensant, non sans raison, qu’on pourrait conclure à la relativisation de certains droits.

    Alors que la modernité nourrissait des idéologies censées susciter des sociétés parfaites, la post-modernité ne se voue qu’au développement de la liberté individuelle sur tous les plans. Les droits sont inflationnistes, parce que l’envie individuelle a tendance à susciter chaque fois un nouveau droit. Sauf l’impossibilité technique, il n’y a pas de limitation à mes désirs. Même la fameuse liberté qui "s’arrête là où commence celle de l’autre" est entamée : face à l’être faible qu’est l’enfant, c’est ma volonté d’adulte qui seule compte - j’ai le "droit" de produire un enfant sans père parce que j’en ai envie, j’ai "droit" à un enfant si je veux. Et tous ces nouveaux droits réclament aussitôt leur inaliénabilité. On met en avant la souffrance des demandeurs pour justifier la légitimité de leurs souhaits.
    Les choses vont si loin que Muriel Fabre-Magnan, s’appuyant sur des textes européens, se demande si le sadomasochisme doit être considéré comme un droit de l’homme, après avoir vu la Cour européenne des droits de l’homme établir lors d’un procès pour sadomasochisme, le droit de l’autonomie personnelle à "s’adonner à des activités perçues comme étant d’une nature physiquement ou moralement dommageables ou dangereuses pour sa personne". La "commission des droits inaliénables" veut pointer du doigt cet engrenage déraisonnable.

    L’inflation des droits a été patente depuis la Seconde Guerre. On pourrait parler des droits dits de seconde et de troisième génération, dont la signification a changé par rapport aux affirmations premières. Mais surtout, et depuis peu, l’universalité a été mise à mal pour laisser place aux droits des groupes, parfois des groupuscules. Pour la Déclaration originelle de 1948, il n’y a ni des Iroquois ni des Français, il n’y a que des humains, et c’est cela qui fait la grandeur de la Déclaration. C’est cela d’ailleurs qui suscitait la moquerie des contempteurs des droits de l’homme : je ne connais pas l’Homme, je ne connais que des Français et des Anglais, disait Joseph de Maistre. Or, aujourd’hui, les droits universels des humains quels qu’ils soient, c’est-à-dire hors leurs appartenances sociales et autres, s’éclipsent pour laisser place aux droits des groupes comportementaux ou identitaires. Il y a les droits des femmes. Les droits des homosexuels. Les droits des "LGBTQI", etc. Ils renvoient à des possibilités légales d’adopter certains comportements, qui revendiquent à grand bruit d’être aussitôt traduits en droits inaliénables, suscitant un nuage de droits concernant tous les domaines de la vie, et figeant (c’est bien le but) ces comportements dans le marbre comme s’il s’agissait de dogmes théologiques.

    Les droits de l’homme originels, ceux énoncés au départ par les Déclarations, équivalent pour nous à des dogmes théologiques, et ils sont gravés dans le marbre ("tout homme a droit à la liberté de penser"), même s’ils ne sont pas toujours respectés. C’est leur généralité, leur universalité, leur côté lapidaire et parfois laconique, qui garantit leur insigne valeur. Mais tous ces droits dérivés et particuliers qui fleurissent chaque jour doivent être discutés, et non pas imposés par quelques groupuscules : c’est ce que signifie cette commission.
    Lorsqu’on a le sentiment d’avoir laissé des principes enfler indûment, de s’être peut-être fourvoyé avec le temps qui passe, on revient alors aux fondements : aux pères fondateurs dont on a pu s’éloigner sans penser aux conséquences. On refonde ce qui a été altéré en revenant aux sources, comme l’avait bien montré Machiavel à propos des républiques. C’est pourquoi la commission parle d’en venir à distinguer des droits humains inaliénables et des "droits ad hoc". Il est clair qu’il est question d’enlever à certains droits leur inaliénabilité. Et l’on comprend l’inquiétude des opposants.

    Car il s’agit, essentiellement, de répondre à la pression du courant progressiste qui veut imposer le caractère inaliénable de bien des nouvelles revendications, revendiquées sous peine de manquement à la modernité toute-puissante. Certains pays (la France, l’Allemagne) considèrent que le mariage entre deux personnes de même sexe est un droit de l’homme. Mais d’autres pays, comme la Hongrie ou la Pologne, contestent rigoureusement ce droit. Et ils sont injuriés et traités d’analphabètes. Or ces différences devraient entraîner non des insultes, mais la reconnaissance de spécificités légitimes, et c’est pourquoi la commission parle de "droits ad hoc". Autrement dit, on pourrait considérer que ces divergences ne sont pas une question de retard provincial ou d’idiotie congénitale, mais de point de vue et de conviction. On peut avoir des raisons de penser que l’IVG n’est pas un droit, mais une tolérance devant des cas graves, un respect de la décision individuelle en situation tragique. C’était d’ailleurs la pensée et le propos de Simone Veil, qui a été rapidement détournée par l’effet de cette enflure, justement.

    La dénomination de droits ad hoc permettrait aux différents pays ou régions, comme les États américains, de définir leurs visions des droits au-delà des droits fondamentaux définis par les Déclarations. Ce serait un gage de la pluralité des opinions. Le problème étant que le courant dominant n’accepte pas du tout des challengers et ostracise tout ce qui diffère de lui.

    La pensée conservatrice se saisit ici des droits de l’homme en posant une question qu’elle juge essentielle : les droits de l’homme n’ont-ils pas des limites ? Ils en ont bien au regard de notre responsabilité face à l’environnement. Et, certainement, ils sont limités par notre responsabilité à l’égard des humains, qui ont aussi leurs exigences. La position de ces limites est chaque fois discutable, et exige par conséquent des débats entre les différentes visions du monde. Significativement, les opposants de la commission s’indignent qu’on veuille poser des limites, qui vont "discriminer" - c’est-à-dire récuser des souhaits. Ils légitiment l’inflation des droits. Les conservateurs, au contraire, pensent que les droits humains ne dépendent pas de nos désirs, qui sont en effet exponentiels, mais d’exigences humaines plus profondes et plus complexes. Refuser d’en débattre, c’est donner la prime aux émotions, qui dans ce genre d’affaires ne sont jamais bonnes conseillères.

    * De l’Institut. "La Démocratie dans l’adversité et les démocraties illibérales", enquête internationale codirigée par Chantal Delsol et Giulio De Ligio, vient de paraître aux Éditions du Cerf.
    Avec l'autorisation de l'auteur - Paru dans Le Figaro, 13 septembre 2019

  • Synode amazonien : ce à quoi il faut s'attendre (selon le cardinal Hummes)

    IMPRIMER

    Du site du Vatican consacré au Synode sur l'Amazonie :

    Vers le Synode sur l'Amazonie. Entretien avec le cardinal Cláudio Hummes

    Cardeal Hummes relator geral do Sínodo

    Vers le Synode sur l'Amazonie. Entretien avec le cardinal Cláudio Hummes. Antonio Spadaro, sj

    Le 15 octobre 2017, le pape François a convoqué un Synode spécial à Rome pour la région pan-amazonienne, indiquant comme objectif principal « de trouver de nouvelles voies pour l’évangélisation de cette portion du Peuple de Dieu, en particulier les indigènes, souvent oubliés et privés de la perspective d’un avenir serein, notamment à cause de la crise touchant la forêt amazonienne, poumon d’une importance capitale pour notre planète ». Le8 juin 2018 le document préparatoire a été publié[1].

    Le Synode sur l’Amazonie est un grand projet ecclésial quivise à dépasser les limites et redéfinir les lignes pastorales, en les adaptant aux temps présents. La région de la Panamazonie est composée de 9 pays : Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou, Venezuela, Surinam, Guyana et Guyane française. Cette région, où se concentrent plus d’un tiers des ressources forestières primaires du monde, est une source importante d’oxygène pour toute la terre. C’est une des plus grandes réserves de biodiversité de la planète.

    Des évêques choisis de différentes régions, y compris tous les évêques de la région amazonienne, interviendront au synode. Le Saint-Père a nommé le cardinal brésilien Cláudio Hummes, franciscain, archevêque émérite de Saint-Paul, rapporteur général du Synode. Le cardinal jésuite péruvien Pedro Barreto, archevêque de Huancayo, est une autre figure de grande importance. Ils sont respectivement président et vice-président du « Réseau ecclésial pan-amazonien » (REPAM).

    Ce réseau transnational entend créer une collaboration harmonieuse entre les différentes composantes de l’Église : circonscriptions ecclésiastiques, congrégations religieuses, Caritas, diverses associations ou fondations de bienfaisance, et des groupes laïcs catholiques. L’un de ses principaux objectifs est la défense de la vie des communautés amazoniennes menacées par la pollution, le changement radical et rapide de l’écosystème dont ils dépendent, et l’incapacité à protéger ces droits fondamentaux.

    Le 31 Octobre 2006, le Card. Hummes fut nommé Préfet de la Congrégation pour le Clergé par le pape Benoît XVI. En mai 2007, il participa à la 5eConférence épiscopale latino-américaine à Aparecida en tant que membre nommé par le pape. Aujourd’hui, il est président de la Commission pour l’Amazonie de la Conférence des évêques du Brésil.

    Compte tenu de son expérience et de son travail, nous avons décidé d’avoir avec lui un entretien qui puisse servir d’introduction aux travaux du Synode et montrer son importance[2].

    Antonio Spadaro sj

    Éminence, nous nous approchons du Synode sur l’Amazonie, un grand événement ecclésial qui met au centre de la réflexion une région spécifique et particulière du monde, d’une immense et incroyable richesse et complexité. Pour cette raison, certains craignent que le prochain Synode puisse avoir des répercussions sur l’unité dans l’Église. Qu’en pensez-vous ?

    Aujourd’hui, on parle beaucoup de l’unité de l’Église. Elle est essentielle, très importante. Cependant, il faut la comprendre dans le sens d’une unité qui accueille la diversité, selon le modèle de la Trinité. C’est-à-dire, il est tout aussi nécessaire de souligner que l’unité ne peut jamais détruire la diversité. Le Synode met concrètement l’accent sur la diversité au sein de cette grande unité. La diversité est la richesse de l’unité, elle l’empêche de se transformer en uniformité, de fournir des justifications au contrôle.

    Lire la suite

  • Synode sur l'Amazonie : le document préparatoire crée l'émoi dans l'Eglise

    IMPRIMER

    De Côme de Prévigny sur Renaissance Catholique :

    Le document préparatoire du Synode sur L’Amazonie crée l’émoi dans l’Église

    Lire la suite

  • Hong-Kong : comment interpréter le silence du Vatican

    IMPRIMER

    De Sandro Magister en traduction française sur le site Diakonos.be :

    Sur Hong-Kong, le Pape se tait pour obéir à Pékin

    Garder le silence sur tout ce qui est susceptible de contrarier les autorités de Pékin, voilà certainement l’un des nombreux prix que le Saint-Siège a accepté de payer pour préserver l’accord fragile sur la nomination des évêques qu’il a signé le 22 septembre 2018 avec la Chine.

    C’est un silence que s’impose en premier lieu le pape François, d’habitude très loquace sur tout et sur tout le monde mais qui, quand il s’agit des manifestations populaires qui embrasent Hong-Kong depuis trois mois, n’a encore véritablement rien dit.

    Et pourtant, depuis le début, les protestations ont vu défiler en première ligne les chrétiens et principalement les catholiques qui, bien qu’ils ne représentent que 8% de la population de la ville, sont très actifs et influents, à commencer par leurs plus hautes autorités :

    > Quanta Chiesa c’è nella piazza di Hong Kong

    En juin dernier, c’était c’était l’évêque auxiliaire de Hong-Kong, Joseph Ha Chi-shing, un frère franciscain, qui présidait les veillées de prière (voir photo) devant le bâtiment du Conseil législatif. Et le premier grand appel au retrait de la loi sur l’extradition en Chine – la mèche qui a mis le feu au poudre – portait en haut de la liste la signature du cardinal Jean Tong Hon, l’ancien évêque de Hong-Kong et actuel administrateur apostolique du diocèse dans l’attente que Rome nomme un successeur.

    Dans le diocèse de Hong-Kong, Rome n’est pas soumise aux mêmes contraintes qu’en Chine continentale où le choix de chaque nouvel évêque revient aux autorités de Pékin. Mais le retard pris par cette nomination est lui aussi une preuve de la crainte du Saint-Siège de contrarier son partenaire chinois.

    Avec pour résultat que, dans ce soulèvement, les catholiques de Hong-Kong – évêques, prêtres, religieux et fidèles – se retrouvent isolés et privés de tout soutien de la part de Rome.

    Et s’ils parlent, ils ne peuvent le faire qu’à titre personnel, comme a d’ailleurs dû le préciser l’évêque auxiliaire, Mgr Ha, au cours d’une interview qu’il a accordée il y a quelques jours à l’agence « Asia News » de l’Institut pontifical pour les missions étrangères :

    > Mons. Ha di Hong Kong: Vicini ai giovani, lavoriamo per la riconciliazione

    Mais le silence sur Hong-Kong n’est pas l’unique élément révélateur des rapports difficiles entre l’Église de Rome et la Chine.

    Pour se faire une idée plus globale de la tutelle écrasante exercée par les autorités chinoises sur les religions et surtout sur l’Église catholique, même après l’accord de l’an dernier, nous recommandons de lire le texte de l’allocution prononcée fin août par le directeur de « Asia News », le P. Bernardo Cervellera, au cours d’une conférence en Allemagne.

    Nous reproduisons cette allocation ci-dessous avec la permission de l’auteur. Cependant, l’appareil documentaire – les liens et les notes – très utiles se trouvent dans le texte original disponible sur « Asia News » en italien, en anglais et en espagnol, ainsi qu’en chinois :

    > La politica religiosa in Cina prima e dopo l’accordo sino-vaticano

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

    *

    Lire la suite

  • Bioéthique : le rêve de Mgr d'Ornellas

    IMPRIMER

    On sait qu'en France l'heure est au débat sur les questions bioéthiques (PMA, GPA). L'évêque de Rennes a fait part de son rêve lors d'une conférence au Collège des Bernardins.

    Du site aleteia.org (Agnès Pinard Legry) :

    Bioéthique : l’intervention inspirée de Mgr d’Ornellas

    web2-ornellas-2-bioethique-kto.jpg
    Capture KTO
    Mgr Pierre d'Ornellas.
     
    16 septembre 2019

    Alors que l’Église de France organisait lundi soir une conférence au collège des Bernardins pour présenter ses positions sur les différentes questions de bioéthique ce lundi 16 septembre, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et responsable du groupe bioéthique au sein de la Conférence des évêques de France (CEF), a livré un message fort en adaptant le célèbre discours de Martin Luther King, « I have a dream ».

    C’est un discours puissant qu’a prononcé ce lundi 16 septembre Mgr Pierre d’Ornellas au collège des Bernardins. S’exprimant dans le cadre de la soirée organisée par la Conférence des évêques de France (CEF) pour présenter ses positions sur le projet de loi bioéthique, l’archevêque de Rennes a convoqué la figure de Martin Luther King, « prophète de la fraternité ». « Moi aussi j’ai un rêve qui se nourrit de la foi en Dieu », a-t-il affirmé en préambule de son intervention. Reprenant le célèbre discours du pasteur américain, Mgr d’Ornellas a confié quel était son rêve en matière de bioéthique pour la société.
    KTOTV @KTOTV


    Le "I have a dream" de Mgr d'Ornellas, archevêque de Rennes pour une "synonyme de gratitude"
    
</section>
<section class=

  • Le dévoiement de l'Institut Jean-Paul II se confirme

    IMPRIMER

    De Diane Montagna (LifeSite News) sur le blog de Jeanne Smits :

    L'Institut Jean-Paul II “purgé” proposera des cours favorables à la contraception et aux relations homosexuelles

    Featured Image
    L'Institut Jean-Paul II (devenu Institut théologique des sciences du mariage et de la famille) proposera cette année des cours dispensés par des professeurs ouvertement favorables à la contraception dans certaines circonstances, ainsi qu'à la valorisation des actes homosexuels. Le P. Maurizio Chiodi et le P. Pier Davide Guenzi se sont tous deux exprimés en ce sens. Le dévoiement de l'institution voulue par Jean-Paul II se poursuit de manière spectaculaire, confirmant à sa manière ce dont sœur Lucie de Fatima avait averti feu Mgr Carlo Caffarra : la dernière bataille de Satan contre l'Eglise porterait sur le mariage et la famille. Elle écrivait cela au futur cardinal en réponse à la demande de prières que ce dernier lui avait adressée au moment de la création de l'Institut.

    Je vous propose ici ma traduction intégrale de l'article publié hier sur LifeSiteNews à ce propos par Diane Montagna. – J.S.


    Photo ci-dessus : Maurizio Chiodi, © Diane Montagna.

    C'est une nouvelle incursion de la culture de mort ecclésiastique dans les institutions fondées par saint Jean Paul II : un prêtre connu pour avoir approuvé la contraception artificielle et les unions homosexuelles vient d'être officiellement engagé comme professeur à l'Institut pontifical Jean-Paul II à Rome.

    Le nouveau programme de de cours pour l'année académique 2019-2020, publié le 11 septembre, indique que le Père Maurizio Chiodi, spécialiste italien de théologie morale, donnera un cours de licence intitulé « L'éthique théologique de la vie » et animera également un séminaire de doctorat intitulé « Conscience et discernement : texte et contexte du chapitre 8 d'Amoris Laetitia. »

    Le P. Chiodi a déjà par le passé invoqué le controversé chapitre 8 du document de synthèse du Pape François sur la famille pour justifier le recours à la contraception artificielle et pour faire valoir la bonté morale des relations homosexuelles.

    En 2016, le P. Chiodi a donné une conférence dans une université pontificale de Rome au cours de laquelle il affirmait qu'il y existe « des circonstances – je me réfère à Amoris Laetitia, chapitre 8 – qui, précisément pour des raisons de responsabilité, exigent la contraception. »

    Lorsque « les méthodes naturelles sont impossibles ou difficiles à mettre en œuvre, d'autres formes de responsabilité doivent être trouvées », avait-il affirmé. Dans de telles circonstances, disait Chiodi, « le recours à une méthode artificielle de régulation des naissances pourrait être reconnue comme l'accomplissement d'un acte de responsabilité, non pas pour rejeter radicalement le don d'un enfant, mais parce que dans ces situations la responsabilité appelle le couple et la famille à d'autres formes d'accueil et d'hospitalité ».

    Lire la suite

  • Un "concile allemand" sans l'aval de Rome ?

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Vatican: les plans du synode allemand n'ont pas de validité ecclésiologique

    Une évaluation, signée par le président du Conseil pontifical du Vatican pour les textes législatifs, indique que ces plans violent les normes canoniques et visent à modifier les normes et doctrines universelles de l’Église.

    12 septembre 2019

    Ed Condon / CNA

    CITÉ DU VATICAN - Dans une lettre envoyée aux évêques allemands la semaine dernière, le Vatican a déclaré que les projets de démarche synodale concernant l'Eglise en Allemagne n'étaient «pas valables sur le plan ecclésiologique».

    Des projets de «processus synodal contraignant » ont été annoncés pour la première fois cette année par le cardinal Reinhard Marx, président de la conférence épiscopale allemande.

    CNA a annoncé la semaine dernière que le comité exécutif de la conférence des évêques allemands avait approuvé les projets de statuts de la future «Assemblée synodale» en août, avant la dernière audience d'une assemblée plénière des évêques allemands, prévue pour les 23-26 septembre. CNA a également signalé que de petits groupes de travail liés au synode avaient déjà commencé à discuter d'une série de sujets controversés concernant l'Église.

    Dans une lettre adressée le 4 septembre au cardinal Marx, le cardinal Marc Ouellet, chef de la Congrégation des évêques du Vatican, a déclaré que le projet d'assemblée synodale devait être conforme aux directives émises par le pape François en juin, notamment qu'un synode allemand ne pourrait pas agir pour changer l'enseignement ou la discipline universelle de l'Église.

    Le cardinal Ouellet a également envoyé au cardinal Marx une évaluation juridique de quatre pages du projet de statuts des évêques allemands.

    L’évaluation, signée par le président du Conseil pontifical du Vatican pour les textes législatifs, indique que les projets des évêques allemands violent les normes canoniques et visent en réalité à modifier les normes et doctrines universelles de l’Église.

    Dans son examen juridique du projet de statuts, Mgr Filippo Iannone, président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, a noté que les Allemands proposaient de traiter quatre thèmes clés: «autorité, participation et séparation des pouvoirs», «moralité sexuelle», «forme de vie sacerdotale» et «les femmes dans les ministères et les offices de l'Église».

    «Il est facile de voir que ces thèmes n’affectent pas seulement l’Eglise en Allemagne, mais l’Eglise universelle et - à quelques exceptions près - ne peuvent être l’objet des délibérations ou des décisions d’une Eglise particulière sans aller à l’encontre de ce que le Saint-Père a exprimé dans ses paroles écrit l'archevêque Iannone dans sa lettre.

    Dans sa lettre à l'Église en Allemagne, publiée en juin, le pape François a mis en garde les évêques allemands pour qu'ils respectent la communion universelle de l'Église.

    «Chaque fois qu'une communauté ecclésiale a essayé de résoudre ses problèmes seule, faisant confiance à ses forces ou à ses méthodes, à son intelligence, à sa volonté ou à son prestige, elle a fini par accroître et perpétuer les maux qu'elle tentait de résoudre», écrit François.

    L'évaluation juridique du Vatican soulève une série de préoccupations au sujet de la structure proposée et des participants au «chemin synodal» allemand. Elle a conclu que les évêques allemands ne planifiaient pas un synode national, mais plutôt un concile particulier, chose qu'ils ne peuvent faire sans l'approbation de Rome.

    "Il ressort clairement des articles du projet de statuts que la Conférence épiscopale [allemande] envisage de créer un concile particulier conformément aux Canons 439 à 446, mais sans utiliser ce terme", indique la lettre, soulignant la nécessité d'une autorisation du Vatican pour un tel rassemblement.

    Lire la suite

  • L'Eglise catholique sur le banc des accusés

    IMPRIMER

    L'Église sur le banc des accusés

    Une émission de RCF présentée par Antoine Bellier

    LE TEMPS DE LE DIRE

    JEUDI 12 SEPTEMBRE À 9H0

    DURÉE ÉMISSION : 55 MIN

    L'histoire de l'Église a ses zones d'ombres, qui ne doivent pas occulter ses lumières. Sans complaisance, on peut s'en approcher pour étudier avec justesse l’histoire du christianisme.

    Des affaires de pédophilie aux croisades, en passant par l’Inquisition, sa vision supposée rétrograde des femmes, ou encore son hostilité envers la science, les accusations de toutes sortes pleuvent régulièrement sur l'Église. Celle-ci serait coupable de tous les maux et aurait empêché à l’humanité d’atteindre sa majorité. Bref, elle serait, pour reprendre cette expression bien connu de l’anticlérical Voltaire, la figure de l’infâme qu’il faudrait écraser.

    Cependant, si on accepte un tant soit peu d’être honnête intellectuellement, de quitter pour un temps les talk-show bon marchés du samedi soir et les discussions du café du commerce, on s’aperçoit assez vite que ce sont ces accusations qui sont infâmantes. Certes, pour cela, il est nécessaire de quitter les rives du sensationnalisme de la légende noire pour regarder avec vérité, sans complaisance, ni souci apologétique exagéré, l’histoire du christianisme telle qu’elle est. Certes, elle a ses ombres mais celles-ci ne doivent pas occulter ses lumières. Bref, si procès il y a, il doit être équitable.

    INVITÉS

    • Jean Sévillia, écrivain, journaliste, essayiste, chroniqueur histoire du Figaro Magazine, membre du comité scientifique du Figaro Histoire
    • François Huguenin, historien, éditeur, journaliste, éditorialiste sur RCF
    • Christophe Dickès, historien, journaliste, spécialiste de la papauté, fondateur de la webradio Storiavoce

    BIBLIOGRAPHIE

    • L'Église en procès - La réponse des historiens

    Jean Sévillia (dir.)

    éd. Tallandier / Le Figaro Magazine (2019)

  • Le document préparatoire du synode amazonien contient des erreurs théologiques et même des hérésies

    IMPRIMER

    Synode sur l'Amazonie : des erreurs et des hérésies dénoncées par le cardinal Burke et Mgr Schneider (source)

    Synode sur l'Amazonie : des erreurs et des hérésies <br>dénoncées par le cardinal Burke et Mgr Schneider

    Du 6 au 27 octobre, se déroulera le synode des évêques sur l'Amazonie. La publication de l'Instrumentum Laboris, le document préparatoire de ce synode, a suscité des craintes et des réactions chez plusieurs théologiens, clercs et fidèles laïcs. Ce texte avait déjà fait l'objet de vivre critiques par la cardinal Müller et le cardinal Brandmüller. Le cardinal Burke (déjà auteur d'une lettre à destination des cardinaux et pointant du doigt les erreurs de l'Instrumentum Laboris) et Mgr Schneider ont choisi de présenter à l'ensemble des fidèles catholiques, six sujets gravement problématiques ressortant du texte préparatoire. Ils invitent à "une croisade de prière et de jeûne afin d'implorer Dieu pour que l'erreur et l'hérésie ne pervertissent pas la prochaine assemblée extraordinaire du synode des évêques sur l'Amazonie". Voici une traduction de leur lettre ouverte.

    Divers prélats et commentateurs fidèles laïcs, ainsi que des institutions laïques, ont mis en garde sur le fait que les auteurs de l'Instrumentum Laboris, publié par le secrétariat du Synode de Evêques pour servir de base pour la discussion durant la prochaine assemblée extraordinaire sur l'Amazonie, ont inséré de graves erreurs théologiques et des hérésies dans le document.

    Nous invitons le clergé catholique et les fidèles à participer à une croisade de prière et de jeûne afin d'implorer Notre Seigneur et Sauveur, par l'intercession de la Sainte Vierge sa Mère, pour les intentions suivantes :

    • Que les erreurs théologiques et les hérésies insérées dans l'Instrumentum Laboris ne soient pas approuvées durant l'assemblée synodale.
    • Qu'en particulier le Pape François, dans l'exercice de son ministère pétrinien, puisse confirmer ses frères dans la foi par un rejet sans ambiguïté des erreurs de l'Instrumentum Laboris, et qu'il ne consente pas à l'abolition du célibat sacerdotal dans l'Eglise latine en introduisant la pratique de l'ordination d'hommes mariés, les dits « viri probati », pour le sacerdoce sacré.

    Nous proposons une croisade de quarante jours de prière et de jeûne à commencer le 17 septembre et à terminer le 26 octobre 2019, le jour précédant la conclusion de l'assemblée extraordinaire du Synode des Evêques sur l'Amazonie. Quiconque serait informé de la croisade après la date officielle de son commencement pourrait bien sûr s’y joindre à n’importe quel moment.

    Lire la suite