Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • La légalisation du mariage gay inquiète l'épiscopat australien

    IMPRIMER

    De Radio Vatican (15 novembre) :

    Australie: la légalisation du mariage gay inquiète l'épiscopat

    (RV) Dans un communiqué paru le 15 novembre 2017, les évêques australiens ont fait part de leurs inquiétudes sur la protection de la liberté de conscience et la liberté religieuse, après l’adoption de la loi légalisant le mariage homosexuel le 15 novembre 2017.

    Mgr Denis Hart, archevêque de Melbourne et président de la conférence épiscopale australienne a réitéré son souhait de voir le parlement rassembler tous les Australiens, «en respectant les différents points de vue sur le mariage».

    «L’Église catholique, et tous ceux qui souhaitent conserver l’institution du mariage telle qu’elle est comprise depuis des siècles, continue de considérer le mariage comme l’union particulière entre un homme et une femme», a fait savoir l’archevêque de Melbourne, assurant que cette évolution du droit civil n’altèrait «aucunement» la nature du mariage selon sa conception catholique.

    «L’Eglise catholique continue de respecter la dignité des Australiens LGBTQ et nos prêtres continueront de prendre soin profondément de la dignité et de la valeur de chacun», a toutefois garanti Mgr Hart. 

    Enfin, le président de la conférence épiscopale australienne a appelé de ses vœux la reconnaissance et le respect des parlementaires pour les inquiétudes des plus de 4.8 millions d’Australiens opposés è ce changement juridique. Pour ce faire, il espère la mise en place d’une plus forte protection de la liberté de conscience et de la liberté religieuse, car «ces protections sont la garantie que les Australiens pourront continuer d’exprimer leur propre vision du mariage, et que les écoles confessionnelles pourront continuer d’en enseigner sa conception traditionnelle».

  • Amoris laetitia : quand le Cardinal Burke en appelle au Magistère de Pierre

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau (13 novembre) :

    Amoris laetitia : le Cardinal Burke en appelle au Magistère de Pierre

    Sortir des ambiguïtés en s’appuyant sur le charisme de Pierre. Un an après, jour pour jour, la publication de leurs dubia au Pape, le cardinal Burke s’exprime à nouveau publiquement, en demandant solennellement au Pape de faire ce pour quoi il a été appelé au Siège de Pierre : confirmer ses frères dans la foi « par une manifestation claire de la doctrine concernant la morale chrétienne et le sens de la pratique sacramentelle de l’Église » (entretien avec Edward Pentin, dans National Catholic Register de ce jour).

    Il rappelle l’immense confusion consécutive à l’exhortation Amoris lætitia, suscitant, de la part des évêques eux-mêmes, des interprétations opposées, certaines allant notoirement contre la foi catholique. Il explique que la clarté est consubstantielle à l’enseignement de foi donné avec autorité au nom du Christ.

    Depuis un an, le Pape n’a jamais répondu, ni à la demande des cardinaux, ni à aucune autre demande similaire, son approbation de l’interprétation des évêques de la province de Buenos-Aires ne pouvant constituer une réponse. L’ambiguïté demeure. La confusion s’étend. Volontairement ?

    Cette ambiguïté, dit le cardinal avec la plus grande force, n’engendre rien moins qu’un processus de « subversion des parties essentielles de la Tradition ». Elle met en péril l’enseignement permanent de l’Église, notamment sur les sacrements. En outre, si la conscience subjective devient la norme ultime, c’est toute la morale et toute la pratique sacramentelle qui se défont, et jusqu’à la notion même de sacrement.

    En choisissant cette forme indirecte de correctio fraterna le cardinal présente en quelque sorte au Pape une magnifique occasion de se ressaisir par le haut, de manière pétrinienne. Ce faisant, il touche au cœur du problème magistériel d’aujourd’hui : les ambiguïtés mortifères du « pastoral » qui affligent l’Église. De l’enseignement « pastoral » ambigu, le cardinal Burke en appelle au Magistère de Pierre.

    ———-

    Abbé Claude Barthe: Votre Éminence, où en sommes-nous après que vous avez, ainsi que le cardinal Walter Brandmüller et les deux cardinaux récemment décédés, Carlo Caffarra et Joachim Meisner, rendu publiques les dubia voici un an cette semaine ?

    Cardinal Raymond Burke : Un an après la publication des dubia sur Amoris Lætitia, qui sont restés sans réponse de la part du Saint-Père, nous constatons une confusion croissante sur les manières d’interpréter l’Exhortation apostolique. C’est pourquoi notre préoccupation sur la situation de l’Église et pour sa mission dans le monde, est devenue encore plus pressante. Je demeure, bien sûr, en communication régulière avec le cardinal Brandmüller sur ces affaires des plus graves. Et nous restons, tous les deux, en profonde union avec les feus cardinaux Joachim Meisner et Carlo Caffarra, décédés au cours de ces derniers mois. Ainsi,j’avertis à nouveau sur la gravité d’une situation qui ne cesse d’empirer.

    Lire la suite

  • Commission Pro Vie de l’épiscopat américain : Mgr Naumann l’emporte sur le cardinal créé par le pape François

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Salon beige » :

    « Les évêques américains ont élu à la tête de leur Commission pour les activités pro-vie Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City. Mgr Joseph Naumann est connu pour son engagement sans faille pour la vie et contre la culture de mort.

    Le favori était Mgr Cupich, archevêque de Chicago, nommé et élevé à la pourpre cardinalice par François. Le Wall Street Journal résume :

    « La conférence des évêques catholiques américains a choisi mardi un archevêque conservateur pour un poste clef, donnant un signe de résistance à la vision du pape François pour l’Eglise parmi la hiérarchie catholique aux Etats-Unis. Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City, a été élu président de la Commission pour les activités pro-vie. Par un vote de 96 contre 82, il a battu le cardinal Blase Cupich, de Chicago, qui est vu comme un libéral dans l’Eglise et un proche du pape. »

    La tradition veut ou voulait que les commissions importantes soient présidées par un cardinal, et celle-ci a toujours été présidée par un cardinal.

    Les Prêtres pour la Vie ont aussitôt salué cette élection.

    « Nous le connaissons depuis près de 25 ans, depuis qu’il était directeur de la commission diocésaine pour la vie de Saint-Louis. ll a toujours encouragé nos efforts. »

    En mai dernier, Mgr Naumann avait demandait que l’archidiocèse de Kansas-City coupe les ponts avec les « Girl Scouts USA » en raison de leurs liens avec le Planning familial.

    « Il est essentiel que nos programmes pour la jeunesse et nos paroisses affirment des vertus et des valeurs cohérentes avec notre foi catholique ».

    Mgr Naumann avait posé cette question à propos du sénateur Tim Kaine qui se dit à titre personnel contre l’avortement mais vote pour toutes les lois favorisant l’avortement :

    « Pourquoi le sénateur Kaine est-il personnellement opposé à l’avortement s’il ne croit pas que cela consiste à prendre une vie innocente ? »

    Une question que l'on peut poser à certains politiques chez nous.

    Michel Janva »

    Ref. Mgr Joseph Naumann élu à la tête de la Commission pour les activités pro-vie des Etats-Unis

    JPSC

  • Le couple : un antidote à l'invididualisme

    IMPRIMER

    De Radio Vatican :

    Message du Pape sur "Amoris Laetitia": le couple est un antidote à l'invididualisme

    (RV) Le Pape François a adressé ce matin un message vidéo aux participants à un Symposium international sur l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, organisé par le Bureau pour la pastorale familiale de la conférence épiscopale italienne.

    L’occasion pour le Saint-Père, dans ce discours de sept minutes, de préciser une nouvelle fois l’orientation qu’il souhaite donner à la pastorale conjugale, deux ans après la conclusion du deuxième Synode sur la Famille. En s’appuyant sur le thème de cette rencontre, «l’Évangile de l’amour entre conscience et norme», François a précisé comment le mariage doit permettre à chacun et chacune de sortir de son individualisme, du culte de son propre ego.

    Le Pape a porté un message résolument positif, en mettant en valeur le «désir de famille» qui émerge «dans l’âme des jeunes générations»«La famille née du mariage génère des liens féconds, qui sont l’antidote le plus efficace face à l’individualisme galopant». Mais face aux difficultés inévitables de la vie des couples, l’Église doit leur apporter un soutien, en se basant sur les réalités de la vie conjugale.

    «Il est important que les époux, les parents ne soient pas laissés seuls, mais soient accompagnés dans l’engagement d’appliquer l’Évangile dans les aspects concrets de la vie.» Reste que c’est aux époux eux-mêmes de poser eux-mêmes leurs choix, leurs décisions : «Nous sommes appelés à former les consciences, et non pas à nous y substituer», a précisé le Pape, relevant toutefois un piège de la pensée dominante actuelle : «Le monde contemporain risque de confondre le primat de conscience, qui est toujours à respecter, avec l’autonomie exclusive de l’individu par rapport aux relations qu’il vit.»

    Face aux dangers de «l’égolâtrie», du «culte du moi», François s’est appuyé sur les écrits du théologien Romano Guardini, en expliquant que l’être humain ne peut se libérer de sa prison intérieure que s’il cherche un point d’ancrage qui est plus grand que son ego, mais qui vit dans son être : c’est là que se situe «Dieu vivant» en «plénitude».

    «Dans l’intime de chacun se situe un lieu où le Mystère se révèle et illumine la personne, en la rendant protagoniste de son histoire», a expliqué François. Il faut donc se rendre disponible à la grâce divine qui «remplit les amphores des cœurs humains d’une extraordinaire capacité de don, en renouvelant pour les familles d’aujourd’hui le miracle des noces de Cana.»

    (CV)

    Le message vidéo du Pape (en italien):

  • Amoris Laetitia : les doutes persistent et se renforcent

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister traduit sur le site diakonos.be :

    Les « dubia » sont plus vivants que jamais. Et le cardinal Müller en ajoute un de son cru

    Deux livres viennent récemment de sortir, tous deux sous la plume d’auteurs prestigieux et tous deux se voulant une réponse aux « dubia » exprimés il y a un an par quatre cardinaux au Pape François concernant l’exhortation post-synodale Amoris laetitia.

    Le premier de ces livres, édité en Italie par Ares, a déjà beaucoup fait parler de lui.  C’est celui de Rocco Buttiglione, philosophe célèbre et interprète autorisé de la pensée philosophique de Jean-Paul II, aujourd’hui grand défenseur des « ouvertures » introduites par François concernant la communion aux divorcés remariés et héraut tout aussi déterminé de la parfaite continuité entre le magistère du pape actuel en matière de morale et celui de l’encyclique « Veritatis splendor » du pape Karol Wojtyla.

    Mais plus encore que ce qu’écrit Buttiglione, rien de très neuf, c’est surtout la préface de son livre qui a beaucoup fait jaser.  Elle est signée par le cardinal Gerhard L. Müller, l’ex-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

    Et de fait, une telle préface a paru à beaucoup être contradictoire.

    En effet, d’un côté Müller écrit qu’il partage entièrement les thèses de Buttiglione et en recommande chaleureusement la lecture.

    D’un autre côté cependant, le cardinal présente de lui-même – explicitement – un seul cas d’accès éventuel à la communion de la part d’un catholique passé à une nouvelle union alors que son premier conjoint est encore en vie.  Il s’agit du cas où le premier mariage, bien que célébré à l’Eglise, doive être considéré comme invalide pour absence de foi ou pour manque des autres prérequis essentiels au moment de la célébration, mais qu’une telle invalidité « ne puisse pas être canoniquement prouvée ».

    Dans ce cas, Müller écrit :

    « Il est possible que la tension qui existe entre le statut public-objectif du ‘second’ mariage et la faute subjective puisse ouvrir, aux conditions décrites, l’accès au sacrement de la pénitence et à la sainte communion moyennant un discernement pastoral au for interne ».

    Or, personne n’a remarqué que le cas hypothétique évoqué par Müller est le même que celui que Joseph Ratzinger avait déjà proposé et discuté à plusieurs reprises, tout en admettant lui aussi l’éventuel accès aux sacrements, toujours cependant avec une décision prise « au for interne » avec le confesseur et en étant attentif à ne pas causer un scandale public :

    > Pas de communion pour les hors-la-loi. Mais Benoît XVI étudie deux exceptions

    Si l’on s’en tient à ce qu’il écrit à la préface, tel est donc la pierre d’angle – tout à fait traditionnelle – sur laquelle le cardinal Müller se fonde concernant l’accès à la communion des divorcés remariés.

    Buttiglione s’aventure quant à lui beaucoup plus loin en se prévalant de la caution bien peu compréhensible de l’ex-préfet de la doctrine.  Un « dubia » de plus, indiscutablement, plutôt qu’un de moins.

    Lire la suite

  • Quand Disney plonge les enfants dans les délices de la famille homoparentale...

    IMPRIMER

    Via CitizenGo :

    Cela devait arriver et... c'est arrivé. 

    Disney vient de lancer son premier dessin animé racontant les aventures d'une famille dont les enfants ont "la chance" d'avoir deux mamans et pas de papa...

  • Face à la nouvelle académie pontificale pour la vie du pape François, une "Académie Jean-Paul-II pour la vie humaine et la famille"

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix (3/11) :

    Des opposants au pape François lancent une contre-Académie pour la vie

    Contestant la nouvelle orientation que le pape François entend donner à l’Académie pontificale pour la vie, d’anciens membres ont fondé un autre organisme placé sous le patronage de Jean-Paul II.

    D’ex-membres de l’Académie pontificale pour la vie, qui n’avaient été reconduits lors de son remodelage par le pape François, ont annoncé, samedi 28 octobre à Rome, la constitution d’une Académie Jean-Paul-II pour la vie humaine et la famille.

    Ses fondateurs, dont certains étaient membres à vie de l’Académie pontificale pour la vie avant sa refonte par François, s’estiment en outre toujours tenus par le serment de fidélité à la doctrine catholique qu’ils ont prêté au moment de leur entrée en fonction. Ils se définissent comme « pleinement fidèles à l’authentique magistère et à la doctrine pérenne de l’Église catholique ».

    À LIRE : Le pape François réforme l’Académie pontificale pour la vie

    Se réclamant de l’enseignement de saint Jean-Paul II, fondateur de l’Académie pontificale pour la vie, ils contestent la nouvelle orientation que le pape actuel lui a donnée, ainsi qu’à l’Institut Jean-Paul-II pour la famille, historiquement lié à l’Académie.

    « On entend ces jours-ci de nombreuses voix clamant que la situation actuelle de la société humaine a si profondément changé que de nombreuses actions qui étaient considérées comme intrinsèquement mauvaises ou gravement peccamineuses par Familiaris consortio ou Humanae vitae ne peuvent plus être désignées ainsi », regrettent-ils notamment dans un manifeste.

    Organisation « indépendante » de l’Église

    Le premier président de cette Académie est le théologien allemand Josef Seifert dont la critique d’Amoris laetitia vient d’être récemment contredite par le philosophe Rocco Buttiglione, spécialiste de la pensée de Jean-Paul II, dont l’ouvrage vient d’être préfacé par le cardinal Gerhard Müller.

    À LIRE : Le cardinal Müller soutient Amoris laetitia

    Parmi les membres fondateurs, on compte l’historien italien Roberto de Mattei, proche des milieux intégristes, ou encore Christine Vollmer, qui avait été à la pointe des critiques émises contre le pape Benoît XVI après ses propos sur le préservatif – acceptable « dans certains cas » – dans son livre Lumière du monde.

    À LIRE : Les propos du pape sur le préservatif créent des troubles au sein de l’Église

    L’annonce de cette nouvelle académie, qui se définit comme « une organisation non-gouvernementale (…) indépendante des organisations civiles et religieuses »,a été faite lors d’un colloque organisé pour les 50 ans d’Humanae vitae par l’organisation « Voice of the Families ». Formée au moment des synodes sur la famille de 2014 et 2015, celle-ci bataille depuis fermement contre l’exhortation apostolique Amoris laetitia.

    Outre Robert de Mattei et Josef Seifert, figuraient parmi les orateurs de ce colloque le cardinal allemand Walter Brandmuller, un des quatre signataires des « dubia » adressés à François en novembre 2016 ; Mgr Luigi Negri, ancien archevêque de Ferrare, connu pour ses critiques acerbes du pape François ; ou encore Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune qui avait été, lui, reconduit dans ses fonctions de membre de l’Académie pontificale pour la vie.

    À LIRE : Le pape François renouvelle l’Académie pontificale pour la vie

  • Quand Gwendolyn Rutten veut pousser les femmes au foyer à chercher un emploi

    IMPRIMER

    Du site du Vif.be :

    "Comme si on ne méprisait pas encore assez les femmes au foyer !"

    Fien De Meulder, mère au foyer et auteur du roman "Een redelijk gelukkig huwelijk" (Un mariage assez heureux), réagit à la proposition de la présidente de l'Open VLD Gwendolyn Rutten de réformer les avantages fiscaux pour les époux afin de stimuler les femmes au foyer à chercher un emploi.

    Comme si on ne méprisait pas encore assez les "femmes au foyer" comme moi, Gwendolyn Rutten en rajoute. Elle ne me trouve pas assez émancipée. Je risquerais d'être trop peu qualifiée. J'ai quatre diplômes universitaires en poche, et j'ai décidé de rester à la maison pour m'occuper de mes trois enfants. Manifestement, cela l'inquiète. Que je sois un mauvais exemple pour mes pauvres petits enfants. Qu'ils prennent du retard dans la course au profit. À présent, elle veut me sanctionner en me faisant payer plus d'impôts. Dans l'intérêt de l'émancipation, l'Open VLD exige plus d'impôts de personnes sans revenus. Il fallait oser.

    Nous avons choisi de sortir en partie de cette course au profit. Tous les grands-parents vivent à l'étranger, mon mari fait de longues journées, et nous ne nous soucions pas de ce que notre maison ne soit pas branchée, que nos vêtements ne soient pas de la bonne marque. Pourquoi est-ce que je paierais un étranger pour s'occuper de nos enfants ? Je sais que c'est un luxe, mais nous avons la chance que ce soit possible. Pourquoi est-ce que je défends ce choix ? Parce qu'on méprise les mères qui travaillent à la maison. Parce que l'air du temps est celui de madame Rutten. Nous devons tous être "activés". Celui qui ne contribue pas au culte de la prospérité a moins le droit de parler, a moins de valeur.

    Il y a quelque temps que l'air du temps me tracasse. Tellement que j'ai écrit un roman sur le sujet. Sur ce que ça fait de ne pas être un élément économiquement rentable dans le système économique tout-puissant. Comment d'autres personnes vivent ça comme un affront personnel.

    Après, je pourrais faire semblant de travailler très durement, et comment osez-vous me mépriser? Mais je ne vais pas le faire. Le travail n'est pas trop dur. Les gens qui ont un job et des enfants travaillent nettement plus durement. J'aime faire ça. Je peux prendre mon temps. Je paie même quelqu'un pour nettoyer, la partie que je n'aime pas faire. Non, je ne vais pas faire semblant de me tuer au travail. Est-ce obligatoire ? Devons-nous trimer jusqu'à ce que nous nous écroulions pour que l'Économie soit contente ? De sorte que les actionnaires gagnent encore plus ? De sorte que nous consommions encore plus pendant le court laps de temps qui nous reste à côté du travail ?

    Non, j'admets volontiers qu'il m'arrive de lire toute une après-midi au soleil. D'aller déjeuner avec une amie sans culpabiliser ou de faire un jogging dans le parc. Cela vous dérange, madame Rutten ? Si cela peut déranger quelqu'un, c'est mon mari. Nous avons convenu qu'il peut se concentrer totalement sur son travail - pas besoin d'excuses s'il rentre tard, pas de problème pour les voyages à l'étranger - que je n'aille pas déjeuner ou faire mon jogging quand un enfant est malade, ou en examens, ou que c'est journée pédagogique. Que j'arrive à temps à l'école. Qu'il y a de la marge pour la lenteur. Pour traîner une heure dans le canapé. On peut, madame Rutten? Je ne vous dis pas non plus comment gérer votre maison. Faut-il vraiment me répéter que j'agis mal et que je suis opprimée et inutile pour la société? Je me sens très utile, merci. Et presque pas opprimée. Sauf peut-être par votre regard méprisant.

    Je pense que le problème est là. C'est devenu une question morale. Les gens sans job payé sont considérés comme paresseux. Nous ne participons pas au discours du plus grand, plus rapide et toujours plus riche. Et que nous soyons diplômés ou pas, ne pouvons-nous pas continuer à faire ce choix ? Je ne crois pas qu'il s'agit d'émancipation. Vous avez trouvé des gens qu'on ne presse pas pour obtenir des bénéfices, et vous voulez changer ça.

    Il y a des inconvénients à la vie d'une mère au foyer. On me méprise souverainement. C'est solitaire. Et je me mets dans une position vulnérable: sans carrière, je dépends financièrement de mon mari.

    Et pourtant, je ne prends pas ce risque à la légère, madame Rutten. Je le prends parce que je crois fermement que ce choix est le meilleur pour ma famille. Pour mon mari, pour mes enfants, et pour moi.

    Est-ce que je peux? De vous ? Maintenant que vous avez tant travaillé que vous avez obtenu le pouvoir ? Puis-je faire le choix de ne pas acquérir de pouvoir ? Puis-je me placer dans une position vulnérable en consacrant du temps à ma famille et écrire quelque chose de non rentable ? Voulez-vous vraiment créer une société où la lenteur et la vulnérabilité sont sanctionnées, et où l'économie est la seule chose qui ait de la valeur ?

  • Nés d’un mariage nul, ils témoignent

    IMPRIMER

    Il n’est un secret pour personne qu’à défaut de pouvoir les dissoudre, la mentalité « pastorale » qui a produit ’Amoris Laetitia'  est aux petits soins pour faciliter les reconnaissances de nullité canonique des mariages litigieux. Mais, dans les jugements de ses tribunaux, l’ Eglise d'aujourd'hui tient-elle vraiment compte de tous les paramètres ? Une réflexion d’Élisabeth Caillemer sur le site de « Famille chrétienne » :

    « EXCLUSIF MAG – Le mariage de leurs parents a été déclaré invalide par un tribunal ecclésiastique. Une décision difficile à admettre pour certains enfants dont la souffrance commence timidement à être reconnue dans l’Église.

    Repères

    700 mariages ont été reconnus nuls en France en 2007.

    Source : L’ABC des nullités de mariages catholiques, Père Jacques Vernet et Béatrice Draillard, Nouvelle Cité, 2011.

    On ne parle jamais d’eux, l’Église ne parle jamais d’eux. Des enfants du divorce, si. Dans son exhortation apostolique Amoris laetitia ( 246), le pape François évoque « la montagne qui écrase l’âme d’un enfant, dans les familles où l’on se fait du mal jusqu’à briser le lien de la fidélité conjugale ». Mais spécifiquement de ceux dont le mariage des parents a été déclaré nul, jamais. Pourtant, certains en souffrent cruellement et restent seuls, parfois pendant des années, face à leur douleur et à leurs interrogations.

    « Quand le jugement de reconnaissance en nullité du mariage de mes parents a été prononcé, j’avais 13 ans, raconte Johanna, 45 ans. Passées la sidération et l’incompréhension sont arrivés les doutes, puis la révolte. Qui étais-je devenue aux yeux de Dieu ? L’Église, par son jugement, avait-elle fait de moi un être illégitime ? Où était ma place ? » Brisée par cette suspicion de bâtardise, la jeune femme a néanmoins gardé la foi tout en prenant ses distances avec l’institution. « Je me sentais proche de Dieu, mais loin de l’Église. Je dissociais les deux. J’avais la phobie des prêtres : ils étaient solidaires de ce jugement. Pour eux, j’étais forcément un mouton noir. »

    Caroline, 32 ans, en avait 12 quand ses parents ont divorcé, 18 quand leur mariage a été reconnu invalide. Un père et une mère qui se déchirent, se séparent, se partagent le service de table, les week-ends et les vacances scolaires, tout cela n’a certes pas été une partie de plaisir. « Mais pour moi le divorce n’avait rien changé à leur statut : ils étaient toujours mariés devant Dieu. C’était le principal, je m’accrochais à ça, j’espérais qu’ils reviendraient ensemble. » Jusqu’au jour où sa mère lui a fait part de cette curieuse invalidité de mariage déclarée par un juge ecclésiastique. « J’ignorais l’existence d’une telle procédure. On ne m’a donné aucun détail. Cette nullité m’obligeait à faire le deuil définitif du mariage de mes parents. Peu de temps après, chacun s’est remarié de son côté, à l’église, puisqu’on considérait qu’ils n’avaient jamais été mariés. Tout cela m’a laissée perplexe. D’une famille unie, j’étais passée à une famille éclatée, puis recomposée, tout cela avec la bénédiction de l’Église. »

    Florence, elle, n’a jamais digéré cette décision qu’elle estime en contradiction totale avec le catéchisme de son enfance. « La nullité, c’est violent. Ça revient à affirmer qu’il ne s’est jamais rien passé entre mes parents. L’Église nous dit que le mariage est un lien sacré, indissoluble, mais elle se donne le droit de tout effacer. » Depuis, la jeune ado de 17 ans dit avoir cessé de croire en Dieu.

    Violentes et mystérieuses, ces nullités de mariage provoquent d’importants dégâts psychologiques et spirituels sur les enfants. L’Église, qui dans sa sollicitude se penche sur les couples en difficulté, n’en a, semble-t-il, pas pris la mesure. Pas d’accompagnement spirituel pour les victimes collatérales de ces mariages avortés. Un clergé peu formé en droit canonique, parfois désarçonné face à leurs questions. Des parents qui, sous-estimant les blessures entraînées par leur démarche (« Ils sont surtout bouleversés par le divorce »), l’expliquent sommairement à leur progéniture ou pensent le faire « plus tard » ; et finalement, le disent au moment d’annoncer leur « remariage ». Sans parler de ceux qui n’ont pas digéré la procédure, intentée contre leur gré par leur ex-conjoint. Benoît se souvient avoir appris « la nouvelle » lors d’une dispute avec sa mère : « Ton père a fait annuler notre mariage en nous faisant passer pour immatures. » Un choc.

    Des enfants conçus dans l’amour

    « C’est un sujet qui se heurte au droit canon », analyse Brigitte Leroy-Lebailly, psychologue clinicienne, experte auprès d’une officialité. « J’ai toujours été étonnée que les tribunaux ne prennent pas en compte les effets de ces nullités sur les enfants. Je m’en suis ouverte auprès de l’official. Il m’a dit que, pour le droit canon, la reconnaissance de nullité ne concernait pas les enfants… Mais je pense que cela ne dispense pas d’en tenir compte dans la pratique. »

    Mandatés pour analyser les circonstances et l’état d’esprit dans lesquels les futurs époux se sont engagés dans la voie du mariage, les psychologues n’interviennent pas auprès des enfants. Du moins directement. « À titre personnel, je leur réserve toujours une place dans mes entretiens, poursuit l’experte. J’explique aux parents la façon dont ils peuvent leur parler de cette nullité. Ils doivent eux-mêmes être apaisés face à cette situation, ne pas être dans la négation de leur passé, expliquer qu’ils y ont cru, mais que cela n’a pas fonctionné. Ils peuvent éventuellement leur donner les raisons de cette nullité en faisant attention aux mots qu’ils choisiront. Surtout, les enfants doivent savoir qu’ils ont été conçus dans l’amour, ce qui est différent de dire qu’ils ont été conçus dans un mariage chrétien. »

    [...]

    Ref. Nés d’un mariage nul, ils témoignent

    JPSC

  • Divorcés remariés : comment le cardinal Barbarin applique Amoris Laetitia sur le terrain

    IMPRIMER

    De Bénévent Tosseri sur le site du journal La Croix :

    Le cardinal Barbarin souhaite que les divorcés remariés retrouvent « leur place dans l’Église »

    Le cardinal Philippe Barbarin a présenté dimanche 15 octobre devant une cathédrale comble les « chemins de discernement » proposés par le pape François dans Amoris Laetitia.

    Après Rouen et Le Havre, Lyon est le troisième diocèse à organiser une telle rencontre, pour « concrètement mettre en œuvre » l’exhortation apostolique sur la famille.

    Catherine attend sur le parvis. Un livre sous le bras, elle guette le cardinal Philippe Barbarin. Voilà une heure que l’archevêque de Lyon s’attarde auprès de ces « personnes ayant vécu une rupture conjugale » qu’il a invitées, dimanche 15 octobre au soir, à venir échanger avec lui dans la Primatiale Saint Jean-Baptiste. La nuit est tombée, Catherine peut enfin lui tendre l’ouvrage. Une copie de La Joie de l’amour, l’exhortation apostolique sur la famille que cette auxiliaire de puériculture demande au cardinal de dédicacer. Avant d’engager la conversation.

    À ses côtés, son nouveau compagnon, Laurent. Ce technicien de maintenance a dû « quitter » sa paroisse, en même temps qu’il se séparait de sa femme. Comme Élodie, « mère célibataire », qui s’est jointe à l’échange. « Il a fallu nous faire accepter ailleurs », regrette-t-elle. « On sent que l’Église n’est plus figée sur ces questions, souligne Laurent, 52 ans. Catherine et moi sommes allés voir le prêtre fraîchement arrivé dans notre paroisse. Il nous a fait bon accueil. »

    A lire : Avec les prêtres de Lyon, le pape évoque longuement Amoris laetitia

    Veiller à « ne jamais utiliser le langage du permis et du défendu »

    Symboliquement assis parmi la foule au début de la rencontre, puis rencogné à l’ombre d’un pilier, le cardinal a applaudi à la fin des six témoignages de « catholiques séparés, divorcés ou divorcés remariés », livrés devant une cathédrale comble. Cela, un an et demi après la publication d’Amoris laetitia. Et dix jours après avoir rencontré le pape François, avec 80 prêtres du diocèse. « Quand j’ai demandé aux prêtres : Sur quel thème souhaitez-vous qu’il nous parle ?”, les réponses ont été unanimes :”Sur le chapitre 8 d’Amoris laetitia” visant à” accompagner, discerner et intégrer la fragilité” », rapporte le cardinal.

    Car c’est « un chemin difficile » qu’ouvre le pape, a commenté l’archevêque de Lyon. En partant des points sur lesquels François a insisté auprès de la délégation lyonnaise. D’abord « considérer avant tout les personnes » et non les situations maritales. Ensuite, veiller à « ne jamais utiliser le langage du permis et du défendu ».

    Un « chemin difficile », donc, que certains prêtres du diocèse ont emprunté. Comme le P. Franck Gacogne, curé de Saint-Benoît, à Bron, debout aux côtés de Florence et Georges. Ce sont eux qui parlent, d’une voix. Voilà douze ans qu’ils cherchaient à « reprendre contact avec l’Église », notamment lors du baptême de leurs trois enfants. Mais ils n’avaient longtemps reçu que des « réponses inadéquates », disent-ils pudiquement.

    Le cardinal a tenu à leur « demander pardon »

    D’autres témoins ne cachent pas les souffrances traversées. Certains disent s’être retrouvés pour échanger au sein d’un « club des parias ». « Ni jugée, ni écartée de la vie chrétienne », une autre personne confie néanmoins avoir été « confrontée à des positions contradictoires, indifférentes ou embarrassées de certains pasteurs ». Et le cardinal a tenu à leur « demander pardon », avant de remettre à chacun des témoins un exemplaire de l’exhortation apostolique.

    Finalement, Florence et Georges ont trouvé une oreille, en la personne du curé de Bron. « Êtes-vous en paix ? Ce fut sa première question », rapporte le couple de divorcés-remariés, qui a alors choisi de s’impliquer au sein de la communauté locale, en tenant des permanences d’accueil. Le début d’un long cheminement. Ils allaient désormais à la messe en famille. Mais se sentaient « esseulés sur leur banc » au moment de la communion. « Plus nous trouvions notre place, moins nous nous sentions le droit de l’avoir », résument-ils.

    Grâce aux chemins ouverts par Amoris laetitia, le prêtre leur a alors proposé un accompagnement, s’appuyant sur un parcours bâti par les Équipes Reliance, liées aux Équipes Notre-Dame. Puis ils ont préparé « une célébration avec une bénédiction de notre couple ». Lors de la messe dominicale suivante, ils retrouvaient le chemin de l’eucharistie. Et s’impliquaient encore plus dans la paroisse, notamment auprès couples divorcés-remariés, engagés à leur tour dans un chemin de discernement. Avant, « éventuellement », comme eux, un accès aux sacrements.

    Les groupes d’accueil sont encore rares

    Cette prudence rejoint celle du cardinal Barbarin, qui a longuement développé la question, rappelant que « l’accès à la communion a toujours été un problème délicat dans l’Église », et cela pour tous les chrétiens. Concernant les divorcés-remariés, certes, dit-il, « quand une personne ne supporte pas de ne pas pouvoir communier et finalement décide, à cause de cette brûlure intérieure, de ne plus venir à la messe, il serait absurde et inhumain de continuer à brandir devant elle un panneau d’interdiction ». « Pour certaines personnes, a répété le cardinal à plusieurs reprises, ce cheminement de la foi passera par le fait d’aller communier, pour d’autres de participer à la messe sans communier, comme Charles Péguy. »

    L’important aux yeux du cardinal est avant tout de permettre aux personnes « en situation de rupture » de « retrouver leur place dans l’Église ». Et, de ce point de vue, il reste encore du chemin à faire.

    Le parcours de Florence et Georges est un exemple rare d’accompagnement porté par une dynamique paroissiale. « Certains de mes confrères sont sensibilisés à la question, mais peut-être privilégient-ils un accompagnement personnel, évalue le père Franck Gacogne. Alors que la dimension ecclésiale me semble importante. » De fait, rares sont les paroisses du diocèse de Lyon à avoir pour l’heure mis en place un groupe d’accueil de personnes en rupture d’alliance.

    Ces dernières sont pour le moment invitées par Bénédicte et Édouard Michoud, délégués épiscopaux à la pastorale des familles, à « poursuivre avec (leur) communauté locale, (leur) paroisse ». Sans « chemin unique », insistent-ils, l’important étant de « dépasser d’éventuelles peurs ». De la part des personnes en rupture d’alliance, comme de la part des communautés locales.

    Bénévent Tosseri, à Lyon

  • Vous avez dit : "ménage" ?

    IMPRIMER

    De Jean-Michel Beaussant sur le site de l'Homme Nouveau :

    « Ménages » à un puis « à trois »…

    De la formule « ménage d’une personne »introduite dans une enquête de l’Insee en passant par « la famille monoparentale » et autres avatars on en est arrivé au « trouple » reconnu en Colombie. Une (r)évolution significative d’une dissolution des mœurs encouragée, destructrice de la personne et de la famille.

    Selon la dernière enquête de l’Insee sur les familles (2013) publiée récemment, ce sont désormais les « ménages » d’une personne (sic) qui sont les plus nombreux en France (35 %), suivis des ménages de deux personnes (33 %) et des ménages de trois personnes ou plus (32 %), la part des grands ménages de cinq personnes ou plus ne cessant de diminuer : 1 sur 16 contre 1 sur 5 en 1999 (comme les ménages d’une personne). Autre évolution notoire, l’augmentation des familles monoparentales : une sur cinq contre une sur dix en 1999.

    Le ménage n’est plus le couple avec la famille classique et la famille n’est plus classiquement le couple et ses enfants. On constate les manipulations sémantiques de l’Institut statistique, transformant les mots et les définitions selon l’évolution des mœurs et l’idéologie dominante.

    Dans une même résidence

    Un « ménage » est désormais formé de l’ensemble des personnes qui partagent la résidence principale, sans qu’elles soient nécessairement unies par des liens familiaux. Mais les personnes vivant en collectivités sont considérées comme vivant hors ménage (étudiants, personnes âgées en maison de retraite, religieux…). Un ménage se réduit à une seule personne lorsqu’elle vit seule : « célibataire, veuf ou veuve occupants à eux seuls un logement ». On aurait naguère plutôt parlé de « foyer ». Aucune femme ni aucun homme ne pouvant concevoir un enfant tout seul, on saisit bien en outre ce que le concept de « famille monoparentale », c’est-à-dire de « monoparent », a de nominaliste, c’est-à-dire de (dé)construction, donc d’(invention) idéologique.

    L’évolution des comportements va de pair avec l’évolution idéologique dans une interactivité troublante. Si le nombre desdits ménages augmente (28,5 millions en 1993, soit + 4,2 millions depuis 1999) ce n’est pas à cause principalement des mariages et de la démographie française (toujours déclinante avec un vieillissement de la population), mais cela est dû pour moitié à la réduction de la taille des « ménages » (avec une raréfaction des familles nombreuses) et pour moitié à la croissance de la population due surtout à l’apport migratoire (25 % des bébés nés en 2016 ont au moins un parent né à l’étranger). Cette augmentation est donc portée essentiellement par ce que Paul Valéry appelait « la multiplication des seuls », notamment des célibataires de plus en plus nombreux dans notre « dissociété familiale », par la multiplication des couples ou des paires sans ou avec un seul enfant, ainsi que par la multiplication des ruptures et des divorces…

    À cause de la soi-disant libération sexuelle, de moins en moins de personnes vivent en couple à 35 ans. Ainsi le nombre des « ménages à un » ou desdites « familles monoparentales », c’est-à-dire le plus souvent et plus exactement des « sans famille constituée », ne cesse de croître régulièrement : + 87 % en 23 ans. La tendance devrait d’autant moins s’inverser que les travaux de plus en plus forcés des femmes leur donnent une indépendance financière qui ne les contraint plus à vivre en couple et les incite aussi à avoir moins d’enfants et plus tardivement.

    La famille reniée

    Après le « mariage » homosexuel dit « pour tous », on peut aussi s’attendre à d’autres monstruosités sémantiques reflétant tout autant un déni de la réalité familiale et dissimulant la promotion idéologique et subversive de modèles contre-nature. Pourquoi pas, au nom de l’amour de soi, un « mariage » narcissique avec soi-­même, justifiant ontologiquement le « ménage à un » et la « filiation monoparentale » pour les onanistes atrabilaires, avec accès à la GPA ou à la PMA selon les cas ? Ou pourquoi pas un mariage à trois ou à plusieurs de même sexe ou non, au nom du polyamour ? C’est précisément cette configuration-là que vient de reconnaître la Colombie, selon le récit d’Europe1 :

    « Ils sont trois hommes, s’aiment, mais la loi ne reconnaissait pas leur famille. Leur situation a changé depuis que la Colombie a officiellement légalisé leur foyer. »

    Gabrielle Cluzel commente ironiquement cette nouvelle dans Boulevard Voltaire (septembre 2017) :

    « Ce “trouple”, qui réunit un acteur, un éducateur physique et un journaliste, est “une reconnaissance que d’autres familles existent”, selon German Rincon Perfetti, avocat de l’association LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels). Je sais, l’acronyme se rallonge, et ce n’est sans doute pas fini ; avec un peu d’imagination, on peut convoquer tout le clavier AZERTY : multisexuel, altrenativsexuel, polysexuel… »

  • Amoris Laetitia : beaucoup de bruit pour rien ?

    IMPRIMER

    "Publiée sous le pseudo de Tolkien, je lis sur le blog « Forum Catholique » cette réflexion un peu blasée sur la question de l’accès des divorcés civilement remariés à la communion sacramentelle : « Des « combats homériques » ont lieu en ce moment sur « le » sujet d’ Amoris Laetitia. Vraiment, concrètement, honnêtement, qu'est-ce que cela change ? -Pour les cathos convaincus : ils ne sont pas concernés par le sujet. -Pour les non cathos, cela ne les concernait pas plus avant que maintenant. -Reste le sujet pour des cathos 'moyens' qui se retrouveraient à vivre cette situation. En quoi cela change la situation des approches déjà menées au for particulier des confesseurs ? → soit les concernés ne changeaient déjà rien à leurs comportements préexistants à cette publication, et ils s'en trouveront renforcés dans leurs habitudes actuelles ; → soit les concernés avaient déjà prévu de vivre selon la règle préalablement établie, et donc cela ne changera rien de plus ; → reste effectivement ceux qui profiteront de "l'aubaine" pour se poser encore moins de questions. Objectivement, la situation est telle dans l'Eglise que je ne suis pas certain que faire de la pastorale aussi peu expliquée et aussi peu claire au niveau du pape facilite sa bonne réception. Et certaines critiques sont de ce fait parfaitement justifiées quand on voit les modalités de large application faite par certains. Mais à la rigueur, cela ne fait qu'accompagner la décrépitude du monde catholique (et j'inclus également les tradis, qui divorcent comme les autres, demandent des annulations de mariage comme les autres, trompent qui leur femme, qui leur mari, comme les autres) : juste un seul exemple pour illustrer mon propos : allez discuter avec des prêtres travaillant en officialité et demandez- leur qu'ils vous parlent des requêtes exponentielles reçues ces 15 dernières années pour des demandes de reconnaissance en nullité de mariage, qui sont dans bien des cas perçues comme un dû par les requérants, et vous aurez une toute petite idée de l'aperçu que cette approche d'AL n'est en fait qu'une tentative très maladroite de poser une emplâtre sur une jambe de bois... »"

    JPSC