Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 4

  • Erdogan rétablit le culte musulman dans la basilique Sainte-Sophie

    IMPRIMER

    De franceinfo Culture :

    Turquie : le président Erdogan redonne à Sainte-Sophie son statut de mosquée, l'Unesco exprime ses "vifs regrets"

    Après une décision de justice invalidant le statut de musée de l'ex-basilique, Recep Tayyip Erdogan a annoncé l'ouverture de Sainte-Sophie aux prières muslmanes. 

    Erdogan reprend la Basilique Sainte-Sophie pour la convertir en ...

    Basilique dans l'empire Byzantin, mosquée sous le règne Ottoman, Sainte-Sophie est finalement devenue un musée en 1934.

    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a signé, vendredi 10 juillet, un décret rendant à l'ex-basilique Sainte-Sophie d'Istanbul son statut de mosquée, en dépit des inquiétudes exprimées par plusieurs pays ou institutions étrangers. Le décret a été pris une heure à peine après que la plus haute juridiction administrative turque a annulé un autre décret gouvernemental, datant cette fois de 1934 et ayant transformé l'édifice en musée.

    L'Unesco, l'agence de l'ONU en charge de la culture, a annoncé qu'elle "regrettait vivement" la décision des autorités turques, "prise sans dialogue préalable", de "modifier le statut" de ce site classé au patrimoine mondial de l'humanité. Exprimant leur déception, les Etats-Unis ont dit prendre acte "de l'engagement du gouvernement turc de garantir un accès à Sainte-Sophie à tous les visiteurs".

    Une première prière dans deux semaines

    Recep Tayyip Erdogan a annoncé que les premières prières collectives musulmanes auraient lieu le 24 juillet. Le dirigeant conservateur a précisé que l'ex-basilique "resterait ouverte à tous, Turcs et étrangers, musulmans et non-musulmans".

    Plusieurs pays, notamment la Russie et la Grèce, qui suivent de près le sort du patrimoine byzantin en Turquie, ainsi que les Etats-Unis et la France, avaient auparavant mis en garde Ankara contre la transformation de Sainte-Sophie en lieu de culte musulman, une mesure que le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan appellait de ses voeux depuis des années.

    Oeuvre architecturale majeure construite au VIe siècle par les Byzantins, qui y couronnaient leurs empereurs, Sainte-Sophie est un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco et l'une des principales attractions touristiques d'Istanbul. Convertie en mosquée après la prise de Constantinople par les Ottomans au XVe siècle, elle a été transformée en musée en 1934 par le dirigeant de la jeune République turque, Mustafa Kemal, soucieux de "l'offrir à l'humanité".

  • Allemagne : les facultés de théologie et les séminaires se dépeuplent à un rythme inquiétant

    IMPRIMER

    De Cyprien Viet sur Vatican News :

    La crise des vocations sacerdotales s’amplifie en Allemagne

    10 juillet 2020

    L’Église catholique en Allemagne fait face à une forte diminution du nombre d’ordinations, dans le contexte de la pandémie de coronavirus mais aussi, plus largement, d’une sécularisation massive.

    L’Église catholique en Allemagne voit ses facultés de théologie et ses séminaires se dépeupler à un rythme inquiétant. Le nombre d’ordinations sacerdotales est à nouveau très faible cette année, avec seulement 57 ordinations sacerdotales pour les diocèses allemands cette année, un chiffre à peine plus élevé que les 55 ordinations de l’an dernier.

    La pandémie de coronavirus a posé des problèmes logistiques et provoqué le renvoi de certaines célébrations, mais la tendance globale est clairement à la baisse, selon les données présentées par le quotidien Augsburger Allgemeine, et relayées par l’agence Kath. La baisse est continue depuis les années 1960, à l’image d’une société allemande qui s’est progressivement détachée du fait religieux, y compris désormais dans des Länder comme la Bavière, traditionnellement considérée comme un bastion catholique, alors que les territoires de l’ex-Allemagne de l’Est sont marqués par un fort taux d’athéisme depuis plusieurs décennies.

    Une baisse continue depuis 60 ans

    En 1962, l’Allemagne avait enregistré 557 ordinations, et seulement 303 en 1970.  La baisse allait se poursuivre durant les décennies suivantes, avec dans les années 1990 entre 139 et 295 ordinations, puis dans les années 2000 entre 81 et 131. La relative stabilisation enregistrée en France, avec une centaine d’ordinations par an depuis une quinzaine d’années, ne se retrouve pas en Allemagne où la diminution se poursuit.

    «Il s’agit d’une tendance alarmante, commente Thomas Sternberg, président du Comité central des catholiques allemands (Zdk). L’an dernier, il y a eu une ordination pour 11 prêtres partis à la retraite», explique-t-il. Cette donnée rejoint le constat d’une augmentation des sorties d’Église, un phénomène massif outre-Rhin, mais dont les motivations sont parfois fiscales, et non pas seulement spirituelles, car l’affiliation officielle à une Église suppose le paiement d’un impôt.

    Plus de 272 000 catholiques ont quitté leur Église en 2019, soit 26% de plus qu’en 2018. Les affaires d’abus sexuels commis par des membres du clergé catholique semble avoir accentué ce phénomène de désaffiliation mais certains observateurs remarquent que le nombre de sorties d’Église, est à peu près équivalent concernant l’Église protestante avec environ 270 000 départs annuels selon les données les plus récentes. La sécularisation est donc un mouvement de fond qui dépasse les différences institutionnelles.

  • Saint Benoît, père de l'Europe chrétienne

    IMPRIMER

    saint_Benoit.jpgJean-François Mangin résume, dans la notice reprise ci-dessous, l'apport de saint Benoît. Il rejoint notre concitoyen Léo Moulin, agnostique, qui avait une immense admiration pour la Règle de saint Benoît, véritable modèle d'équilibre. Benoît nous est proche : n'a-t-il pas vécu dans une époque de décomposition, celle qui suivit la chute de l'empire romain, et n'a-t-il pas, en ces temps troublés, jeté les bases d'une civillisation nouvelle dont les abbayes seront les noyaux? C'est ce qui lui a valu d'être proclamé patron de l'Europe. Cela devrait nous inciter, plutôt qu'à nous lamenter sur tous les symptômes de la décrépitude actuelle, à tourner le dos à ce qui meurt sous nos yeux pour semer de nouveaux germes de vie...

    Lire la suite

  • Benoît, père des moines d'Occident (11 juillet)

    IMPRIMER

    fondazione-agraria-celebrazioni-120-events-images-san-benedetto.pngLors de l'audience générale du mercredi 9 avril 2008, le pape Benoît XVI a consacré sa catéchèse à l'évocation du père des moines d'Occident : saint Benoît de Nursie :

    Chers frères et sœurs,

    Je voudrais parler aujourd'hui de saint Benoît, fondateur du monachisme occidental, et aussi Patron de mon pontificat. Je commence par une parole de saint Grégoire le Grand, qui écrit à propos de saint Benoît:  "L'homme de Dieu qui brilla sur cette terre par de si nombreux miracles, ne brilla pas moins par l'éloquence avec laquelle il sut exposer sa doctrine" (Dial. II, 36). Telles sont les paroles que ce grand Pape écrivit en l'an 592; le saint moine était mort à peine 50 ans auparavant et il était encore vivant dans la mémoire des personnes et en particulier dans le florissant Ordre religieux qu'il avait fondé. Saint Benoît de Nursie, par sa vie et par son œuvre, a exercé une influence fondamentale sur le développement de la civilisation et de la culture européenne. La source la plus importante à propos de la vie de ce saint est le deuxième livre des Dialogues de saint Grégoire le Grand. Il ne s'agit pas d'une biographie au sens classique. Selon les idées de son temps, il voulut illustrer à travers l'exemple d'un homme concret - précisément saint Benoît - l'ascension au sommet de la contemplation, qui peut être réalisée par celui qui s'abandonne à Dieu. Il nous donne donc un modèle  de  la  vie  humaine  comme ascension vers le sommet de la perfection. Saint Grégoire le Grand raconte également dans ce livre des Dialogues de nombreux miracles accomplis par le saint, et ici aussi il ne veut pas raconter simplement quelque chose d'étrange, mais démontrer comment Dieu, en admonestant, en aidant et aussi en punissant, intervient dans les situations concrètes de la vie de l'homme. Il veut démontrer que Dieu n'est pas une hypothèse lointaine placée à l'origine du monde, mais qu'il est présent dans la vie de l'homme, de tout homme.

    Lire la suite

  • Un tiers des catholiques allemands envisagent de quitter l'Eglise

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Un sondage révèle que 30% des catholiques allemands envisagent de quitter l'église

    L'enquête fait suite à la publication des chiffres officiels le mois dernier, qui ont montré qu'un nombre record de catholiques ont officiellement quitté l'Église en Allemagne en 2019.

    Catholic News Agency

    9 juillet 2020

    BERLIN, Allemagne - Un sondage publié jeudi a révélé que 30% des catholiques allemands envisagent de quitter l'Eglise.

    Le sondage, mené par l'institut de recherche INSA Consulere pour l'hebdomadaire catholique Die Tagespost, a indiqué que près d'un tiers des personnes interrogées étaient d'accord avec la déclaration "Je suis membre de l'Eglise et je peux imaginer de quitter l'Eglise bientôt".

    Les chercheurs ont déclaré le 9 juillet que 54% des catholiques étaient en désaccord avec cette déclaration, 9% ont déclaré ne pas savoir et 7% n'ont pas donné de réponse, a rapporté CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA.

    L'enquête fait suite à la publication de chiffres officiels le mois dernier, qui ont montré qu'un nombre record de catholiques ont officiellement quitté l'Eglise en Allemagne en 2019.

    Selon les statistiques, 272 771 personnes ont quitté l'Eglise catholique l'année dernière, ce qui représente une augmentation significative par rapport au chiffre de 2018 (216 078).

    Certaines de ces personnes qui quittent officiellement l'Église catholique en Allemagne cherchent à éviter de payer l'impôt ecclésiastique du pays. Si une personne est enregistrée comme catholique, 8 à 9 % de son impôt sur le revenu est versé à l'Église. La seule façon pour eux de ne plus payer l'impôt est de faire une déclaration officielle de renonciation à leur appartenance à l'Église. Il n'est alors plus autorisé à recevoir les sacrements ou à recevoir une sépulture catholique.

    Les chercheurs ont également interrogé des membres de l'Église évangélique en Allemagne (EKD), un organisme représentant 20 groupes protestants, dont des luthériens. Ils ont constaté que 26 % des personnes interrogées envisageaient de partir.

    L'EKD a également publié des statistiques officielles le mois dernier, montrant que le nombre de ses membres a considérablement diminué en 2019, passant de 21,14 millions en 2018 à 20,7 millions en 2019, soit une baisse de 440 000.

    L'Église catholique en Allemagne s'est engagée dans une "voie synodale" réunissant laïcs et évêques pour discuter de quatre grands thèmes : la manière dont le pouvoir est exercé dans l'Église, la morale sexuelle, le sacerdoce et le rôle des femmes.

    Les évêques allemands ont d'abord déclaré que le processus se terminerait par une série de votes "contraignants", ce qui a suscité des inquiétudes au Vatican, qui craint que les résolutions ne remettent en cause l'enseignement et la discipline de l'Église.

    En juin 2018, le pape François a envoyé une lettre de 28 pages aux catholiques allemands, les exhortant à se concentrer sur l'évangélisation face à "l'érosion et la détérioration croissantes de la foi".

    Après des échanges entre la conférence des évêques et les responsables du Vatican, la première assemblée synodale a eu lieu à Francfort fin janvier.

    La deuxième réunion, prévue en septembre, a été reportée à février 2021 en raison de la crise du coronavirus. Les organisateurs ont décidé que la "Voie synodale" se terminera probablement en février 2022, plutôt qu'en octobre 2021, comme prévu initialement.

    Les chercheurs de l'INSA Consulere ont interrogé 2 040 adultes pour l'enquête Tagespost du 3 au 6 juillet.

  • La pandémie de la peur fait autant de ravages que la pandémie du virus

    IMPRIMER

    Du site de l'IEB :

    Eric Vermeer : "La pandémie de la peur est tout aussi délétère que la pandémie du virus"

    08/07/2020

    Au sortir de la crise sanitaire, la tendance est forte d'oublier les répercussions de la pandémie et du confinement sur les personnes plus fragiles. Avec l'éclairage d'Eric Vermeer, infirmier, éthicien, psychothérapeuthe et président d'un comité d'éthique, l'Institut Européen de Bioéthique souhaite revenir sur le vécu de cette crise par les patients psychiatriques. Malgré le contexte actuel de reprise économique et sociale, Eric Vermeer invite à ne pas oublier les répercussions physiques et psychologiques du confinement, et à tirer des leçons pour l'avenir.

    Comment avez-vous été confronté, dans votre profession, au Covid-19 et aux mesures sanitaires qui ont été prises par les autorités ?

    Le monde des soignants a été fortement ébranlé avec l'arrivée de la pandémie. Pour ma part, j'ai pu le constater avant tout à travers ma fonction d'éthicien et de président d'un comité d'éthique au sein d'un centre neuro-psychiatrique.

    Très vite, un sentiment d'insécurité s'est installé dans l'établissement. A l'époque de la toute-puissance médicale, où l'on opère des patients à distance par le biais de la robotique, où la médecine est devenue de plus en plus pointue, surtout dans le domaine de l'investigation, et où le transhumanisme semble avoir raison de tout, un minuscule virus paralyse le monde et nous rappelle notre vulnérabilité.

    La collaboration entre les experts scientifiques et le monde politique n'a pas empêché un profond malaise dans le monde hospitalier. La peur, vécue différemment par chacun des soignants, était réelle et a eu un impact tangible sur la qualité de vie des patients.

    Quelles ont été les répercussions du confinement sur les patients psychiatriques ?

    Les patients psychiatriques ont toujours été les « grands oubliés » dans le monde médical. Cette crise a montré que la stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques reste très ancrée. Certains médecins se sont même demandés s'il fallait opérer un « triage » dans les services d'urgence, et déclarer “non prioritaires” les personnes souffrant de troubles psychiques. Comme si ces personnes avaient moins de valeur que les autres…

    Lire la suite

  • Restauration de Notre-Dame : quand le bon sens l'emporte

    IMPRIMER

    Du site de Valeurs Actuelles :

    Notre-Dame : la cathédrale sera reconstruite à l’identique

    9 juillet 2020
     
    Notre-Dame de Paris : « Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ...

    Emmanuel Macron a tranché : le joyau architectural parisien sera restauré tel qu’il était avant l’incendie.

    Après de longs mois d’hésitation, le sort de la cathédrale Notre-Dame est enfin arrêté : l’édifice sera reconstruit à l’identique, selon la décision d’Emmanuel Macron annoncée ce jeudi 9 juillet, rapporte notamment Le Point.

    « Le président a fait confiance aux experts »

    Le président a « acquis la conviction » que la cathédrale doit être restaurée à l’identique, a fait savoir l’Élysée dans la soirée, après une réunion de la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture (CNPA). Elle rassemblait des élus, experts et architectes du chantier. Le palais présidentiel ajoute : « Le président a fait confiance aux experts et préapprouvé dans les grandes lignes le projet présenté par l'architecte en chef (Philippe Villeneuve), qui prévoit de reconstruire la flèche à l'identique ». 

    Après l’incendie du 15 avril 2019, le chef de l’État avait pourtant émis l’hypothèse d'« un geste architectural contemporain » pour rebâtir la cathédrale. Des projets avaient alors émergé, prévoyant une flèche en verre, ou encore une terrasse panoramique. Finalement, au terme de la réunion de la CNPA, cette dernière a « approuvé à l'unanimité le parti de restauration proposé consistant à rétablir l'architecture de Viollet-le-Duc, en ce qui concerne la couverture et la flèche dans le respect des matériaux d'origine », a expliqué le sénateur Jean-Pierre Leleux, à la tête de la commission.

  • La France doit-elle s'excuser pour la colonisation de l'Algérie ?

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Repentance — De quoi la France devrait-elle s'excuser en Algérie ?

    La tribune de l’historien Jean Sévillia sur les demandes répétées de repentances (et de compensations sonnante ste trébuchantes) demandées à la France pour sa colonisation de l’Algérie. En réclamant de nouvelles excuses à la France, le président algérien Abdelmadjid Tebboune entretient un ressentiment qui fait obstacle à un travail mémoriel apaisé sur la présence française en Algérie, estime l’historien. Jean Sévilla est chroniqueur au Figaro Magazine et membre du comité scientifique du Figaro Histoire, auteur de nombreux essais historiques, dont notamment Les Vérités cachées de la guerre d’Algérie (Fayard, 2018)

    Depuis 1962, l’Algérie a organisé de manière systématique l’écriture de son passé sur la base d’une propagande destinée à confirmer la légitimité de l’État-FLN, notamment avec le chiffre mythique de 1,5 million d’Algériens morts pendant la guerre d’indépendance (le chiffre réel, déjà bien assez lourd, est de 250 000 à 300 000 victimes, tous camps confondus). Avec le temps, ce récit à sens unique s’est étendu à la conquête de l’Algérie au XIXe siècle, ce qui permet aux hiérarques du système d’englober la totalité de la présence française en Algérie, de 1830 à 1962, dans un même discours réprobateur. Nul n’a oublié comment Abdelaziz Bouteflika, en visite d’État à Paris en 2000, avait pris la parole depuis la tribune de l’Assemblée nationale pour semoncer la France et l’inviter à reconnaître « la lourde dette morale des anciennes métropoles envers leurs administrés de jadis ».

    En 2005, à Sétif, il montait d’un cran dans l’accusation : « L’occupation (française, NDLR) a adopté la voie de l’extermination et du génocide qui s’est inlassablement répétée durant son règne funeste. » Et en 2018, pour son dernier discours présidentiel, il reprenait le refrain habituel en saluant « le combat d’un peuple contre lequel le colonisateur a porté sa barbarie répressive à ses ultimes extrémités ». [Étrange génocide qui a vu la population musulmane passée de 2 millions à 12 millions sous l’occupation française]

    Lire la suite

  • Une statue du Sacré-Coeur a disparu à Saint-Jean-Sart

    IMPRIMER

    D'Adrien Renkin sur SudInfo.be :

    La statue du Sacré-Cœur de Saint-Jean-Sart a été volée: ce Christ, en plâtre, venait d’être totalement restauré et replacé il y a trois semaines

    9 Juillet 2020

    Vendredi dernier, la statue du Sacré-Coeur de Saint-Jean-Sart dans la commune d’Aubel a disparu. Le Christ en plâtre ne s’est pas volatilisé tout seul, quelqu’un l’a déboulonné. Un acte qui heurte le comité qui venait de le remettre à neuf.

    La statue a disparu.
    La statue a disparu. - D.R.

    Lorsqu’une statue du Christ disparaît, il n’y a que deux possibilités. Soit il s’agit d’un miracle, soit d’un vol odieux. (...) La statue du Sacré-Cœur de Saint-Jean-Sart a en effet disparu entre jeudi dernier et vendredi et elle n’a toujours pas refait surface.

  • USA : L'idéologie et l'industrie de l'avortement au détriment de la santé des femmes

    IMPRIMER

    ETATS UNIS : L’IDÉOLOGIE ET L’INDUSTRIE DE L’AVORTEMENT, AU DÉTRIMENT DE LA SANTÉ DES FEMMES

    07 juillet 2020

    Regrettant la décision de la Cour Suprême rendue la semaine dernière (cf. Etats-Unis : La Cour Suprême invalide une loi sur l’avortement), l'archevêque Joseph Naumann de Kansas City, président du Comité des activités pro-vie de la Conférence des évêques catholiques américains rappelle qu' « en plus de la vie des enfants à naître, la santé et le bien-être des mères sont d'une importance vitale ». Il a déclaré : « Nous nous opposons à l'avortement parce que nous croyons qu'il prend la vie d'un enfant - à chaque fois ; mais nous pensons aussi que si [il est réalisé], nous devons au moins protéger la santé de la mère », seconde victime de l’avortement.

    La Cour a supprimé l’exigence qui imposait que les médecins pratiquant des IVG dans des centres prévus à cet effet soient titulaires d’une autorisation d’exercer dans un hôpital situé à moins de 50 kilomètres du lieu de l’opérationL’archevêque estime que « c'était une exigence raisonnable que la Cour n'a pas maintenue » semblant ainsi donner la priorité aux profits de l'industrie de l'avortement sur la santé des femmes. « Malheureusement, l'industrie de l'avortement réalise des profits énormes » et elle est soutenue par une idéologie qui prétend à l’existence d’un « droit à l'avortement » qui l'emporte sur toute autre préoccupation, « y compris les services de santé ».

    Reconnaissant qu’ « en ce moment, nous sommes dans un climat où nous n'avons pas... cette protection des enfants à naître », l’archevêque lance un appel : « Ce que nous ne pouvons pas faire avec la loi, nous pouvons le faire avec l'amour ». Il a évoqué une initiative nationale, Marcher avec les mères dans le besoin, visant à évaluer les services disponibles pour les femmes confrontées à des grossesses difficiles et à déterminer comment l'Église peut mieux soutenir les femmes dans ces situations.

    L'archevêque insiste : « Nous pouvons sauver des vies avec l'amour, que nous ne pouvons pas protéger avec les lois actuelles ».

    Pour aller plus loin :

  • Deux arrêts de la Cour suprême des Etats-Unis en faveur de la liberté religieuse

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Objection de conscience aux Etats-Unis: victoire des Petites sœurs des pauvres

    « Deux arrêts en faveur de la liberté religieuse »

    « Deux arrêts de la Cour suprême en faveur de la liberté religieuse », titre Radio Vatican, ce  9 juillet 2020, après la victoire des Petites soeurs des pauvres et de deux écoles catholiques des Etats-Unis.

    « C’est une double-victoire pour la liberté religieuse aux États-Unis : dans deux arrêts distincts, la Cour suprême s’est prononcée en faveur d’une congrégation religieuse féminine et de deux écoles catholiques qui avaient fait appel. La première, pour la reconnaissance du droit à l’objection de conscience dans l’application de l’Affordable Care Act (la réforme des soins de santé de l’ancienne administration Obama plus connue sous le nom d’Obamacare, ndlr), et pour le respect de la liberté d’enseignement dans les écoles confessionnelles », explique Radio Vatican.

    L’objection de conscience des Petites soeurs des pauvres

    Et de préciser la victoire pour l’objection de conscience des Petites sœurs des pauvres, qui aident les personnes âgées en état de précarité: « Les religieuses avaient fait appel des dispositions prévues par l’Obamacare prévoyant l’obligation, également pour les institutions religieuses, de couvrir les services d’avortement et de contraception dans les plans d’assurance de leurs employés, sous peine de sanctions sévères. La congrégation avait déjà remporté une victoire importante en 2014, lorsque la Cour suprême elle-même avait reconnu son droit à être exemptée de cette obligation. Les Petites sœurs des pauvres avaient toutefois déposé un deuxième recours, cette fois contre le compromis conclu avec le gouvernement, qui donnait la possibilité aux organisations confessionnelles de refuser la couverture d’assurance pour la contraception, avec ce que l’on appelle l' »opt-out », tout en permettant aux employés qui optent pour ces services d’être remboursés par l’État. Selon les Petites sœurs des pauvres, ce compromis les rendait complices de la fourniture de contraceptifs, ce qui était contraire à leurs principes religieux. »

    Pour ce qui est des écoles, la radio du pape ajoute: « Le deuxième arrêt de la Cour suprême concerne la liberté des établissements d’enseignement confessionnel de sélectionner leur personnel sur la base de leurs principes religieux et donc sans interférence des autorités de l’État. Dans cette affaire, le tribunal de dernière instance du système judiciaire fédéral s’est prononcé en faveur de l’école Our Lady of Guadalupe et de l’école St James. »

    Radio Vatican fait état de la réaction positive des évêques des Etats-Unis: « Les évêques américains saluent «un pas en avant important» pour la liberté religieuse et de conscience dans le pays. Deux déclarations en ce sens ont été publiées: la première par Mgr Thomas G. Wenski, président de la Commission pour la liberté religieuse de la Conférence épiscopale (USCCB), et Mgr Joseph F. Naumann, président des activités pro-vie des évêques, et la seconde, toujours par Mgr Wenki et Mgr Michael C. Barber, S.J. d’Oakland, président de la Commission pour l’éducation catholique de l’USCCB. »

    La liberté de l’éducation

    Ils insistent sur le respect de l’objection de conscience: « Le long litige des Petites Sœurs des Pauvres, comme dans d’autres cas similaires, aurait pu être évité en exemptant tous les objecteurs de conscience de l’obligation d’assurance pour les contraceptifs. «La contraception n’est pas un soin de santé» et «le gouvernement n’a pas le droit de forcer un ordre religieux à coopérer avec le mal», souligne la déclaration avec force, exprimant l’espoir que le jugement «clôturera définitivement cette affaire de discrimination gouvernementale contre les personnes de foi» et appelant à la vigilance pour l’avenir. »

    Pour ce qui est de la liberté de l’éducation, Radio Vatican relève également la réaction des évêques: « « L‘éducation est un aspect central de la mission de l’Église: c’est une des œuvres spirituelles de miséricorde», rappellent-ils dans la déclaration. «Les écoles Our Lady of Guadalupe et St James ont le droit, reconnu par la Constitution, de sélectionner le personnel qui exerce ce ministère de l’Église» et le gouvernement n’a pas le pouvoir d’interférer dans les décisions relatives à ce ministère. «La décision de la Cour suprême a reconnu à juste titre cette limitation de l’autorité de l’État». »

  • L'Union Européenne aura finalement un autre envoyé spécial pour la liberté religieuse dans le monde

    IMPRIMER

    De Marco Respinti sur Bitter Winter :

    L'UE aura un autre envoyé spécial pour la liberté religieuse dans le monde

    09/07/2020

    La fonction a été restaurée après que la Commission européenne l'ait démantelé et que beaucoup aient protesté. Bien que son nom soit encore inconnu, le travail du prochain correspondant doit commencer en Chine.

    Les signaux contradictoires en provenance de Bruxelles se poursuivent. Le 8 juillet, la Grecque Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne (CE), a annoncé sur Twitter la décision de la CE de rétablir la fonction d'envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction en dehors de l'Union européenne, afin de montrer "[...] notre détermination à faire respecter les droits de TOUTES les confessions et convictions dans le monde entier.

    La décision est venue de manière tout à fait inattendue. En effet, le 4 juin, la CE avait écrit à la Table ronde internationale des religions à Bruxelles, qui avait soutenu le renouvellement de ce bureau, déclarant que le rôle de l'envoyé spécial serait suspendu et ajoutant vaguement que la même mission serait poursuivie d'autres manières.

    Le bureau de l'envoyé spécial a été créé le 6 mai 2016, conformément à la demande formulée par le Parlement européen dans sa résolution du 4 février 2016 qui visait à répondre aux massacres des minorités religieuses en Irak et en Syrie perpétrés par le groupe terroriste connu sous le nom d'ISIS.

    Ce poste était donc occupé par le Slovaque Ján Figel', qui avait déjà été commissaire européen et ministre des transports dans son propre pays, et qui l'a occupé jusqu'en décembre 2019, date à laquelle son mandat a expiré.

    Immédiatement, des associations et des évêques de la liberté religieuse en Europe - dont le portail d'information multilingue en ligne International Family News, que je dirige, et un groupe d'ONG et de médias pro-droits de l'homme, dont Bitter Winter - ont adressé des pétitions à la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, pour demander un nouveau mandat pour Figel'. Mais lorsque la CE a répondu non seulement que le mandat de Figel' ne serait pas confirmé, mais aussi que le bureau de l'envoyé spécial lui-même serait supprimé, beaucoup ont été étonnés. À ce stade, nous avions émis l'hypothèse que la question pourrait avoir un rapport avec l'intention de l'UE d'éviter une confrontation directe avec des pays importants dans le monde dont le bilan en matière de droits de l'homme et de liberté religieuse est très faible.

    L'affaire a toutefois été rouverte lorsque trois importants chefs religieux allemands ont de nouveau fait appel à Mme von der Leyen.

    Maintenant que l'office de l'envoyé spécial a été reconfirmé à la satisfaction de nombreux partisans de la liberté religieuse, quelque peu réconfortés par le commentaire de Schinas selon lequel "la nomination, qui sera bientôt officialisée, montre notre détermination à faire respecter les droits de TOUTES les confessions et croyances dans le monde entier", certains doutes subsistent.

    Tout d'abord, l'office de l'envoyé spécial a été rétabli, mais le nom de l'envoyé spécial est encore inconnu. Toutes les pétitions adressées à Mme von der Leyen avaient demandé le renouvellement du mandat de Figel'.

    Nommer d'autres personnes, aussi qualifiées soient-elles, serait un coup personnel porté à un homme qui a brillamment servi dans ce rôle, malgré les nombreuses limites structurelles de sa fonction, et peut-être un changement subreptice de la politique de la CE à l'égard de la liberté religieuse elle-même. Seul l'avenir nous le dira.

    Sur le plan positif, la nomination d'un envoyé est un signe que l'UE entend prendre au sérieux la liberté religieuse, même en dehors de ses frontières, ou du moins que la Commission estime que les protestations contre l'annulation de la fonction ont été trop nombreuses pour rester sans réponse. L'UE doit maintenant prendre au sérieux toutes les violations de la liberté religieuse dans le monde, à commencer par le pays qui, par sa taille, le nombre de ses citoyens et son bilan catastrophique en matière de droits de l'homme, est le principal coupable dans le monde des violations de la liberté des croyants de toutes confessions : la Chine, qui est trop souvent restée hors du radar de l'UE.