Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 4

  • Lire (ou relire) Susan M. Stanford sur le traumatisme de l'avortement

    IMPRIMER

    Du site "Critiques libres" :

    Une femme blessée : Le traumatisme de l'avortement de Susan M. Stanford

    couverture

    À Chicago, Susan, 26 ans, professeure de psychologie en faculté, voit son mariage avec Franck, brillant juriste, se déliter peu à peu. Quand elle lui pose la question cruciale de savoir si elle peut espérer agrandir un jour la famille, il refuse en se disant pas prêt à être père. Le couple finit par se séparer. Susan rencontre un autre homme dont elle tombe enceinte. Ne se sentant pas la force de garder cet enfant conçu hors mariage, elle se résigne à avorter. Le traumatisme est tel pour la malheureuse qu’il lui faudra de longues années avant de retrouver le goût de vivre et de regagner la surface grâce à l’amitié de ses proches et surtout à la découverte du pardon et de l’amour divin. Elle doit bientôt quitter un poste de doyenne de l’Université pour ouvrir un cabinet de consultations psychologiques à Detroit où elle s’efforce d’aider d’autres femmes traumatisées par l’épreuve de l’avortement. Elle pratique ainsi une totale reconstruction « psychique et spirituelle » qui porte souvent de très beaux fruits.

    « Une femme blessée » se présente comme le très émouvant témoignage d’une femme honnête et intelligente. À la lumière d’une expérience aussi douloureuse que traumatisante, elle parvient à nous faire partager avec sensibilité et ferveur un message de foi et d’espoir en la vie et en la miséricorde divine laquelle permet aux femmes de se pardonner et de se faire pardonner. Ce chemin de résurrection peut être long et douloureux. Les séquelles psychiques de ce geste terrible pouvant être aussi nombreuses que la dépression nerveuse, le chagrin persistant, le remords chronique, les maladies psychosomatiques, les abus de drogues ou d’alcool et même les tentatives de suicide sans parler de celles purement physiques comme les possibles fausses couches ou grossesses extra-utérines. Un livre important sur une question aussi cruciale que vitale et nettement moins simple que voudraient le faire croire les tenantes de l’IVG fraîche et joyeuse.

     
  • L'assurance de la vie éternelle, ce don absolu

    IMPRIMER

    De Jules Germain sur aleteia.org :

    Martin Steffens : « L’assurance de la vie éternelle est un don absolu »

    Sorti aux éditions Desclée de Brouwer, "L'éternité reçue" de Martin Steffens, nous ouvre au plus grand des dons que nous fait Dieu : la vie éternelle. Il nous explique pourquoi ce don ne peut être un dû, mais une grâce dont il faut du temps pour en approcher le mystère.

    Comment ouvrir son cœur au don de la vie éternelle ? Nous avons rencontré Martin Steffens à l’occasion de la parution de son ouvrage L’Éternité reçue aux éditions Desclée de Brouwer. Il y poursuit sa profonde réflexion entamée notamment dans le très beau livre Petit traité de la joie. Consentir à la vie, ou encore dans Vivre ensemble la fin du monde. On y retrouve les mêmes interrogations avec cette approche très simple de la fragilité de nos vies comme lieu pour vivre les plus belles grâces.

    Aleteia : Dans votre ouvrage Petit traité de la joie et sous-titré « Consentir à la vie », vous évoquiez déjà cette « sagesse de camomille qui empoisonne la vie ». Que désignez-vous par « sagesse de camomille » et que lui reprochez vous ?

    Martin Steffens : Je reproche à cette sagesse de camomille ce que Hannah Arendt reprochait à la psychologie : elle tente de nous permettre de vivre dans le désert en nous faisant croire qu’on peut se réconcilier avec lui ; comme si l’on pouvait accepter et s’acclimater au tragique et à l’insupportable de l’existence humaine, le rendre acceptable. Alors que ce qui m’intéresse en philosophie, c’est au contraire d’analyser les points sur lesquels l’existence humaine achoppe, pour montrer que là où il y a contradiction, là où l’on est arrêté dans notre élan, dans notre vie, c’est là que quelque chose d’intéressant se passe. Les sagesses camomille sont ainsi ces stratégies de l’homme, inventées par l’homme et pour l’homme, consistant justement à nier cette contradiction, pour éviter d’avoir à s’ouvrir à un au-delà de l’homme.

    Lire aussi : Le grand entretien (1/2). Martin Steffens : « L’amour, c’est continuer d’aimer même quand on n’y trouve plus son compte »

    « La philosophie, dès lors qu’elle pense la mort autrement que comme un scandale profane la vie », écrivez-vous. Pourquoi la mort doit-elle d’abord être perçue comme un scandale ?

    Déjà, je pense qu’elle est spontanément perçue comme un scandale. Ce serait terrifiant si ce n’était pas le cas. La mère qui accueillerait la mort de son enfant comme un simple fait serait quelque chose d’affreux. Ensuite, ce fait bête qu’est l’instinct de survie, c’est aussi la forme dans ce monde que prend le fait que nous avons été faits pour la vie éternelle. La mort est un scandale parce que nous percevons dans le plus intime de nous-mêmes que nous ne sommes pas faits pour elle. Faire taire ce scandale, c’est refuser d’entendre que le cri de la vie contre ce qui la tue est beau. Je reste dans la tradition chrétienne de l’anti gnosticisme : la chair n’est pas une malédiction, la vie n’est pas un séjour pénible dont il faut être libéré. Tout le néoplatonisme, le catharisme, qui revient désormais sous la forme des sagesses orientales, a toujours été combattu par l’Église. L’idéal qui veut surmonter, dépasser ou oublier le corps, ce n’est pas chrétien.

     

     
    Lire la suite sur aleteia.org
  • Immigration libre et Etat providence sont radicalement inconciliables

    IMPRIMER

    Drieu Godefried, un compatriote, docteur en philosophie à la Sorbonne, publie sur internet (Amazone) un livre qui répond à la question sur l’immigration :

    « Je ne cache pas que le libéralisme se résume à la pensée de M. Gaspard Koenig. Milton Friedman constatait qu’immigration libre et Etat providence sont radicalement inconciliables. Et, de fait, nous assistons en Europe à la tentative complètement ratée d’un tel mariage. A Bruxelles, par exemple, 90% des allocataires sociaux sont d’origine étrangère : beau succès ! Le système de santé britannique, qui est socialisé, croule littéralement sous le poids des soins de santé dispensés aux populations immigrées, parfois dès le lendemain de leur arrivée sur le sol anglais. Autre exemple : en Belgique, jusqu’il y a peu, les immigrés avaient le droit — ce n’est plus le cas maintenant — de faire venir leurs ascendants. Souvent issus de pays pauvres et de santé médiocre, ces ascendants se mirent à dépendre des soins de santé les plus en pointe, et les plus coûteux : un enfant verrait que ce n’est ni tenable, ni finançable, ni souhaitable. Friedrick Hayek nous invitait à distinguer la libre circulation des marchandises – à laquelle nous sommes favorables – et celle des personnes, qui n’a en aucune façon à être imposée à ceux qui n’en veulent pas, en raison de considérations élémentaires de l’ordre de la propriété et de la fiscalité. Et bien sûr de la démocratie. Elections après élections, nous constatons que les classes moyennes occidentales rejettent l’anarchie migratoire qu’on leur inflige depuis 20 ans. Quelle est cette définition de la démocratie qui permettrait de la leur imposer ? La vérité est que cette anarchie migratoire a profondément abîmé nos démocraties et qu’il faut se réjouir qu’aux Etats-Unis comme dans de nombreux pays d’Europe centrale, une génération de dirigeants y mette un terme. » (source)

  • Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

    IMPRIMER

    Du bulletin d'information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

    07/01/2018 - Fin de vie

    Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d’Evaluation de l’Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

    Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s’il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a provoqué intentionnellement la mort de sa patiente en souffrance à la demande de la famille, mais sans que la patiente elle-même n’en ait jamais fait la demande(Plus de détails voir  Bulletin  du 27/12/2017)

    Plusieurs membres de la Commission - la majorité semble-t-il - ont jugé opportun de renvoyer le dossier au Parquet. Mais pour ce faire, la loi euthanasie qui fixe aussi le fonctionnement de la Commission (Chapitre V), prévoit qu’il faut que 2/3 des membres soient d’accord, soit 10 membres sur 16, quorum qui n'a pas été atteint, semble-t-il, puisque la Commission n'a pas transmis au Parquet.

    Le dossier dont il est question aujourd’hui, aurait dû passer sous silence puisque les membres de la CFCEE sont tenus au secret absolu sur ce qui se dit lors des réunions.

    Mais voilà qu’un des membres suppléants de la CCFEE, médecin spécialiste neurologue et qui se dit pro-euthanasie- le Docteur Vanopdenbosch ?- a estimé que cela n’était pas juste, et a remis sa démission à la Chambre, organe duquel dépend la Commission.

    Plusieurs questions se posent :

    1. Jacqueline Herremans affirme dans unentretien téléviséque la CFCEE s’est penchée sur le cas et a dû, après avoir auditionné le médecin, qualifier l’acte. Et d’affirmer « S’il fallait le qualifier, je devrais utiliser les termes d’homicide volontaire avec préméditation. Bien entendu, quand je cite cette infraction, ce crime, j’ai également dans la tête une petite lumière qui me dit, attention, ce médecin était en face d’une personne qui souffrait »

    A en croire Jacqueline Herremans, ce n’est donc pas une euthanasie, puisque la patiente ne l’a pas demandée. Pourquoi dès lors, la Commission serait-elle compétente pour juger qu'un homicide volontaire avec préméditation ne doive pas être renvoyé au Parquet ? Et si la Commission n’est pas compétente, pourquoi les membres devaient-ils voter et décider de ne pas alerter le Parquet ? 

    1. Pourquoi la Commission hésite-t-elle à renvoyer le dossier au Parquet ?
      La presse néerlandophone mentionne que certains membres craignent que detels dossiers nuisent à l’image de la loi euthanasie belge et puissent même décourager les médecins de pratiquer l’euthanasie parce qu’ils auraient peur d’être poursuivis. Ces arguments politiques prévalent-ils sur le respect de la loi ?
    2. Selon Jacqueline Herremans, le médecin « avait le soucis du bien-être du patient» et  « a sans doute été quelque peu dépassé par la situation».  On ne doute pas que la situation était difficile autour du lit de la patiente, pour elle et pour la famille. Alors pourquoi le médecin n’a-t-il pas fait appel à une équipe de soins palliatifs et à un confrère pour le conseiller ? 
    3. Si la personne était véritablement en souffrance et en fin de vie, pourquoi n’a-t-il pas pensé àla soulager par une sédation contrôlée palliative au lieu de provoquer sa mort ?Connait-il la différence entre sédation palliative et euthanasie? 
    4. Comment peut-on encorefaire confiance aux membres de la Commissionqui se placent au-dessus de la loi et trompent la confiance des citoyens et du législateur, surtout lorsqu’il s’agit d’un acte de mort d’une personne malade et fragilisée ?
    5. Combien d’autres cas tels que celui-ci la CFCEE a-t-elle déjà « enterrés » ? Car depuis 16 ans et pour12.726dossiers d’euthanasies, il n’y en a eu qu’un seul qui est encore en cours depuis 3 ans et qui a été renvoyé au Parquet.
    6. Et enfin, une dernière question :que va faire le Parquetdemain puisque voilà un médecin qui a volontairement fait mourir sa patiente, sans qu’elle  le sache et ne l’ait demandé ?

    La Commission d’évaluation devra-t-elle démissionner, les membres ayant voté pour couvrir un meurtre pourraient-ils eux aussi être inquiétés ?

  • Le discours du pape au Corps diplomatique

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Discours au Corps diplomatique : le pape défend les Droits fondamentaux de l’homme (Texte intégral)

     
    Voeux au Corps diplomatique © Vatican MediaVoeux Au Corps Diplomatique © Vatican Media

    Le droit à la vie, à la liberté et à l’inviolabilité de chaque personne humaine, le droit de former une famille, la liberté de mouvement, le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, le droit au travail… le pape François a défendu ces droits fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ce 8 janvier 2018, devant le Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège.

    Le pape a en effet consacré son traditionnel discours de vœux du Nouvel An à ce document, soixante ans après son adoption de la part de l’Assemblée Générale des Nations Unies (10 décembre 1948): « Après soixante ans, a-t-il déploré, il est regrettable de relever comment de nombreux droits fondamentaux sont aujourd’hui encore violés. »

    Au fil de son long discours, le pape a formulé des vœux pour les pays ravagés par les conflits, notamment l’Irak, la Syrie, l’Ukraine, et divers pays d’Afrique. Il a plaidé pour « le désarmement intégral » : « La prolifération des armes aggrave clairement les situations de conflit et comporte des coûts humains et matériels considérables qui minent le développement ainsi que la recherche d’une paix durable. »

    Anne Kurian

    Discours du pape François

    Excellences, Mesdames et Messieurs,Elle constitue une belle coutume, cette rencontre qui, en conservant encore vive dans les cœurs la joie de Noël, m’offre l’occasion de vous présenter personnellement les vœux pour l’année commencée depuis peu et de manifester ma proximité ainsi que mon affection aux peuples que vous représentez. Je remercie le Doyen du Corps Diplomatique, Son Excellence Monsieur Armindo Fernandes do Espiríto Santo Vieira, Ambassadeur de l’Angola, pour les paroles déférentes qu’il vient de m’adresser au nom de tout le Corps Diplomatique accrédité près le Saint-Siège. J’adresse une spéciale bienvenue aux Ambassadeurs venus de l’extérieur de Rome pour l’occasion, dont le nombre s’est accru suite aux relations diplomatiques nouées avec la République de l’Union du Myanmar, en mai dernier. De même, je salue les Ambassadeurs résidents à Rome toujours plus nombreux, parmi lesquels se trouve, à présent, l’Ambassadeur de la République de l’Afrique du Sud, tandis je voudrais dédier une pensée particulière à feu l’Ambassadeur de la Colombie, Guillermo León Escobar-Herran, décédé quelques jours avant Noël. Je vous remercie pour les relations fructueuses et constantes que vous entretenez avec la Secrétairerie d’État et avec les autres Dicastères de la Curie Romaine, en témoignage de l’intérêt de la communauté internationale pour la mission du Saint-Siège et pour l’engagement de l’Église catholique dans vos pays respectifs. Dans cette perspective se situe aussi l’activité du Saint-Siège concernant les Conventions, qui l’an dernier a vu la signature, au mois de février, de l’Accord Cadre avec la République du Congo et, au mois d’août, de l’Accord entre la Secrétairerie d’État et le Gouvernement de la Fédération Russe sur les voyages sans visa des titulaires de passeports diplomatiques.

    Lire la suite

  • RDC : « Que les médiocres dégagent » (Cardinal Laurent Monsengwo)

    IMPRIMER

    monsengwo3.jpg

    On imaginerait évidemment mal l'archevêque De Kesel s'exprimer sur ce ton pour crosser l'un ou l'autre politicien belge: le temps du cardinal Joseph Van Roey, surnommé "le Rhinocéros de Malines", n'est plus qu'un lointain souvenir dans une Belgique déchristianisée. Mais il n'en va pas partout ainsi. Lu sur le site de "La Libre Afrique":

    "L’archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo Pasinya, figure de la puissante Eglise catholique congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d’année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo (RDC), un an après la médiation de l’épiscopat dans la crise liée au maintien du président Joseph Kabila. « Il est temps que les médiocres dégagent », « barbarie », « mensonge systémique », « brutalités policières »…: il a suffi de quelques mots bien sentis en 48 heures pour que Mgr Monsengwo, 78 ans, fasse honneur à sa réputation d’opposant numéro un. D’autant que les appels à manifester de l’opposition politique ont sonné creux fin 2017 face à l’interdiction et la dispersion systématique de tout rassemblement.

    L’archevêque de Kinshasa, une capitale d’environ 10 millions d’habitants et plus de 130 paroisses, est la figure de proue de l’Eglise romaine dans un pays de quelque 80 millions d’habitants très majoritairement catholiques malgré la prolifération des Eglises évangéliques dite du « réveil » (dont certains avancent qu’elles soutiennent le président Kabila).

    Puissant à Kinshasa, le prélat congolais pèse lourd aussi à Rome. Elevé au rang de cardinal par le pape Benoît XVI, Mgr Monsengwo représente l’Afrique dans le collège des neuf cardinaux nommés par le pape François pour travailler sur la réforme de la Curie.

    Le Vatican lui a apporté son soutien après ses déclarations fracassantes. A Kinshasa, le nonce apostolique, Luis Mariano Montemayor, un Argentin proche du pape, a aussi dénoncé « la réaction disproportionnée des forces de sécurité congolaises » face à la marche des catholiques du 31 janvier.

    Dans un premier temps, Mgr Monsengwo n’avait pas commenté cet appel de laïcs proches de l’Eglise à une marche pour demander au président Kabila de déclarer publiquement qu’il quitterait bien le pouvoir.

    La réponse des forces de sécurité (au moins cinq morts, 134 paroisses encerclés, cinq messes interrompues…, d’après la nonciature) semble avoir réveillé une profonde colère chez cet homme de taille moyenne, qui lit ses homélies à voix basse entrecoupée de longs silences.

    Communiqué souhaitant la fin du « mensonge systémique » et que « les médiocres dégagent », interview à radio Vatican, messe du 4 janvier à la mémoire des martyrs de l’indépendance (*), qu’il compare « aux morts d’aujourd’hui » victimes des « brutalités policières »…: ses prises de position ont suscité une mise en garde du gouvernement frisant la menace de poursuites.

    « Monseigneur Laurent Monsengwo a tenu des propos injurieux à l’endroit des dirigeants du pays ainsi que des forces de l’ordre », a indiqué vendredi un compte-rendu du Conseil des ministres diffusé par le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga.

    Archevêque de Kinshasa depuis 2007, Mgr Monsengwo s’inscrit dans l’histoire de l’Église du Congo, engagée depuis l’indépendance de la Belgique, le 30 juin 1960, dans les questions de société, selon le père Léon de Saint-Moulin, jésuite et historien du Congo.

    Noël 2016 déjà. M. Kabila n’a pas organisé d’élections alors que son deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre, provoquant des manifestations étouffées dans le sang en septembre et décembre.

    « Il est révolu le temps où l’on cherchait à conserver le pouvoir par les armes, en tuant son peuple. Celui qui respecte la Constitution n’a rien à craindre de la justice », glisse le cardinal pendant la messe de minuit entre deux citations tirées des Evangiles. Quelques jours plus tard, pour enrayer la violence, le puissant épiscopat congolais parraine un accord majorité-opposition prévoyant des élections en décembre 2017 au plus tard.

    Des élections finalement reportées au 23 décembre 2018. Mgr Monsengwo s’est-il senti floué? La conférence épiscopale fait en tous cas savoir qu’elle regrette ce report et demande au président Kabila de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession.

    En 2011, le cardinal avait déjà contesté la réélection du jeune chef de l’Etat, en estimant que les résultats de la présidentielle – face à l’opposant historique Etienne Tshisekedi wa Mulumba – n’étaient « conformes ni à la vérité, ni à la justice ».

    A l’époque du président Kabila père (Laurent-Désiré, 1997-2001), alors archevêque de Kisangani, Mgr Monsengwo se montre déjà critique envers le nouveau pouvoir. Pendant les guerres de 1998-2003 qui ravage l’est de l’ex-Zaïre, il doit à un moment quitter cette grande ville du nord-est de la RDC, théâtre d’une guerre entre forces du Rwanda et de l’Ouganda.

    Son parcours politique a commencé sous la dictature du maréchal Mobutu Sese Seko (1965-1997), qui a entretenu des relations ambivalentes avec l’Eglise, entre interdiction des noms chrétiens et accueil du pape Jean-Paul II en 1980.

    Déjà figure morale et populaire, Mgr Monsengwo a pu apparaître dans les années 90 comme le Desmond Tutu congolais en prenant la tête de la Conférence nationale souveraine (CNS) supposée libéraliser le pouvoir, puis d’une sorte de Parlement de transition, avant d’être écarté. Un quart de siècle plus tard, cet homme polyglotte se trouve plus que jamais au centre du jeu en cette année 2018 de toutes les attentes."

    ______

    (*) Le 4 janvier 1959 un match de football à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) dégénéra en émeute politique violente contestant le fait que l’Abako (alliance des Bakongo) n’aurait pas reçu l’autorisation administrative de manifester ses revendications sur la voie publique. Les forces de l’ordre, surprises par l’ampleur de la manifestation et vite dépassées, ripostèrent sans ménagement au prix d’une cinquantaine de morts. Cet événement inattendu marqua profondément l’esprit des indigènes comme des coloniaux et l’autorité politique belge, s’exprimant par la voix du Roi Baudouin dès le 13 janvier suivant, enclencha une marche forcée du Congo vers  l’indépendance : dix-huit mois plus tard, le jeudi 30 juin 1960, le Congo accéda en effet à une indépendance improvisée, immédiatement suivie par la rébellion de la force publique (5 juillet 1960), un effondrement structurel de l’Etat et une anarchie endémique dont le Congo  actuel continue de subir les conséquences : le temps se venge toujours de ce qu’on fait sans lui.

    Ref.« Que les médiocres dégagent »: Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila et de son régime

    A noter que, malgré les efforts de la Belgique,  deux pays européens -la France et l’Espagne- ont empêché l’Union européenne de voter une résolution condamnant l’attitude de Joseph Kabila. On devine pourquoi.

    JPSC

  • Homélie pour l'Epiphanie

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël osb :

    Épiphanie homélie

    Le Bon Dieu a voulu que les mages viennent à la crèche. Il les a appelés et conduits miraculeusement. Des mages païens, à la suite des bergers de la nuit de Noël, qui eux étaient juifs. Ainsi le divin Messie est né non seulement pour les juifs mais aussi pour tous les peuples de la terre. Le Bon Dieu veut être connu et aimé de tous les hommes. Aucun n'est exclu. L'épiphanie est une fête qui nous rappelle l'importance de l'évangélisation. Pensons à tous les peuples de l'Asie, Chine, Indes et Japon, qui ne connaissent pas encore le Christ. Petit à petit, ils vont s'ouvrir au message de l’Évangile. Pensons aussi aux musulmans. Il y a maintenant des musulmans qui se convertissent au Christ. Plutôt que d'avoir peur des islamistes, nous devrions courageusement annoncer Jésus-Christ et son message de paix et d'amour. Un chef religieux musulman en Algérie se plaignait à un prêtre catholique : pourquoi ne nous parlez-vous pas davantage du Christ ? Il y a une soif de découvrir Jésus-Christ chez plus de musulmans qu'on le croit.

    Les mages sont entrés dans la crèche et la Sainte Vierge les a accueillis et leur a présenté le petit enfant Jésus. Dans le salve Regina, cette belle antienne à la Vierge, nous faisons cette prière : après l'exil (de cette vie), montre-nous Jésus, le fruit béni de tes entrailles. Notre entrée au paradis sera semblable à ce que les mages ont vécu à la crèche. Nous verrons la Sainte Vierge, notre divine Mère, et celle-ci nous montrera son Divin Enfant pour que nous le contemplions éternellement. Parfaite alors sera notre joie. L'épiphanie est donc aussi une fête de l'espérance.
    Les mages se sont prosternés et ont adoré l'enfant Jésus. Nous ferons la même chose dans quelques instants, au moment de la consécration. Nous serons à genoux pour adorer Jésus Hostie. Il sera aussi réellement présent sur l'autel qu'il l'était dans la crèche. Nous adorerons de tout notre cœur celui qui est à la fois notre Dieu, notre Roi et notre Sauveur.
    Ouvrant alors leurs cassettes, les mages ont offert leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Nous aussi en ce jour nous avons à offrir à Jésus bien des choses. Offrons-lui notre or, c'est-à-dire ce que nous possédons, notre richesse. Utilisons désormais ce que nous avons selon la volonté de Dieu. Si nous avons le privilège d'être riches, donnons ce que nous pouvons aux pauvres. Celui qui donne aux pauvres prête à Dieu. Offrons aussi l'encens de notre prière et de notre adoration. Il y a à Ciney, rue du commerce, une chapelle de l'adoration perpétuelle. Aimons y entrer, chaque fois que l'occasion s'en présente, pour tenir compagnie quelques instants à celui qui est présent dans le Saint-Sacrement. Offrons enfin la myrrhe, c'est-à-dire le parfum de nous bonnes actions. Nous consolerons ainsi Jésus de l'ingratitude des hommes.
    Enfin, divinement avertis, les mages sont retournés chez eux par un autre chemin, pour éviter le roi Hérode. Apprenons à nous laisser guider par la lumière du Saint-Esprit et par les signes que nous donne la Providence. Acceptons l'imprévu de Dieu dans les événements. Sachons nous abandonner entre les mains de Dieu, pour faire sa volonté et non la nôtre.
     
    Concluons. Dans le Notre Père nous disons : que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite. Les mages ont réalisé ces demandes du Pater. Ils sont pour nous un exemple. Puissions-nous les imiter en mettant Jésus-Christ au centre de notre existence, avec le soutien maternel de la Vierge Marie.
  • Sur la miséricorde dans les situations atypiques : l'éclairage du Père Carniaux, abbé de Leffe, sur Amoris Laetitia

    IMPRIMER

    Amoris laetitia, la lecture du Père Carniaux, o.praem.  : “Sur la miséricorde dans les situations atypiques”

    La Croix

    Vies Consacrées 89 (*)

    Le Père abbé de Leffe, Benoît Carniaux, o.praem., professeur de théologie fondamentale, fonde son interprétation des passages discutés d’Amoris Lætitia dans la vision tout ensemble thomiste et ignatienne qu’a le pape François de la miséricorde. Attrition, indulgence, justice, peine expiatoire, gradualité, imputabilité : ces notions fontales, bien entendues, préparent, au rythme de la grâce, le cœur humain aux noces éternelles.

    La DC

    Étymologiquement, « être miséricordieux » signifie ouvrir son cœur à la misère, donner un cœur aux miséreux : miseri-cor-dare. C’est là vraiment la carte d’identité de Dieu : « La miséricorde est le propre de Dieu dont la toute-puissance consiste justement à faire miséricorde » (1). Ces paroles de saint Thomas d’Aquin montrent que la miséricorde n’est pas un signe de faiblesse, mais bien l’expression même de la force de Dieu (2).

    S’inscrivant dans cette perspective, la devise du pape François, « miserando atque eligendo » (3) est tirée d’une homélie du moine anglais saint Bède le Vénérable qui, parlant de la vocation de Matthieu, écrivait : « Jésus vit un publicain, et comme Il le regardait avec un sentiment d’amour, et le choisit, Il lui dit : “Suis-moi” ». Mais si on veut être précis il faudrait traduire miserando par un gérondif qui n’existe pas : « en miséricordant », en lui donnant sa miséricorde. « En le miséricordant et en le choisissant », veut donc décrire le regard de Jésus qui offre sa miséricorde et qui simultanément choisit, qui emmène avec lui. On voit là comment pardon et vocation, guérison et vocation, et sans doute aussi réparation et vocation, peuvent être liés.

    Avant d’aborder plus précisément l’exhortation apostolique Amoris Lætitia, nous allons faire le point sur la façon dont le pape envisage globalement la miséricorde. Pour cela, nous aurons recours à deux autres textes bien différents : la Bulle d’indiction du Jubilé de la Miséricorde Misericordiae Vultus (le Visage de la Miséricorde, MV) et une interview avec le journaliste Andrea Tornielli : on peut trouver ces deux textes réunis dans le Livre Le nom de Dieu est Miséricorde (4).

    Lire la suite

  • Les intentions de prière du pape pour 2018

    IMPRIMER

    Défis-Intentions de prière du Saint-Père

    confiées à l’Apostolat de la Prière – Prier au cœur du monde pour une diffusion mondiale

    pour l’année 2018

    JANVIER

    Les minorités religieuses en Asie : Pour que les chrétiens, ainsi que les autres minorités religieuses, puissent vivre leur foi en toute liberté dans les pays asiatiques.

    FÉVRIER

    Non à la corruption : Pour que ceux qui ont un pouvoir matériel, politique ou spirituel ne glissent pas vers la corruption.

    MARS

    Formation au discernement spirituel : Pour que l’Eglise tout entière reconnaisse l’urgence de la formation au discernement spirituel, au niveau personnel et communautaire.

    AVRIL

    Pour ceux qui ont une responsabilité dans l’économie : Pour que les penseurs et acteurs de l’économie mondiale trouvent le courage de dire non à une économie de l’exclusion, en ouvrant de nouveaux chemins.

    MAI

    La mission des laïcs : Pour que les fidèles laïcs accomplissent leur mission spécifique en mettant leur créativité au service des défis du monde actuel.

    JUIN

    Les réseaux sociaux : Pour que les réseaux sociaux favorisent la solidarité et l’apprentissage du respect de l’autre dans sa différence.

    JUILLET

    Les prêtres dans leur mission pastorale : Pour que les prêtres qui souffrent de la fatigue et de la solitude dans leur travail pastoral, soient aidés et consolés par l’amitié du Seigneur et de leurs frères.

    AOÛT

    Les familles, un trésor : Pour que les décisions économiques et politiques protègent les familles comme trésor de l’humanité

    SEPTEMBRE

    Les jeunes d’Afrique : Pour que les jeunes du continent africain aient accès à l’éducation et au travail dans leur propre pays.

    OCTOBRE

    La mission des consacrés : Pour que les consacré(e)s réveillent leur ferveur missionnaire et rejoignent les pauvres, les marginaux et les sans voix.

    NOVEMBRE

    Au service de la paix : Pour que le langage du cœur et le dialogue priment toujours sur le langage des armes.

    DÉCEMBRE

    Au service de la transmission de la foi Pour que les personnes engagées au service de l’intelligence de la foi trouvent un langage pour aujourd’hui, dans le dialogue avec les cultures.

  • Débats autour du parcours de Jorge Mario Bergoglio

    IMPRIMER

    Un article traduit sur diakonos.be :

    Le mystère Bergoglio. Pourquoi le général des jésuites ne voulait pas qu’il devienne évêque

    Un nouveau livre qui va paraître sur le Pape François fait déjà parler de lui avant même sa sortie annoncée pour le 26 février :

    > Lost Shepherd : How Pope Francis is Misleading His Flock

    Un tel titre sonne particulièrement critique. Mais il ne s’agit pas d’une critique stérile. L’auteur du livre, Philip Lawler, est en fait l’un des auteurs catholiques les plus renommés et modérés aux Etats-Unis. Il a été directeur du « Catholic World Report », le magazine d’information d’Ignatius Press, la maison d’édition fondée par le jésuite Joseph Fessio, un disciple de Joseph Ratzinger. Il dirige aujourd’hui « Catholic World News », il est né et a grandi à Boston, est marié et père de sept enfants.

    Pendant la phase initiale du pontificat de François, Lawler n’a pas manqué d’en apprécier les nouveautés. Mais aujourd’hui, il finit par voir en lui le « pasteur égaré » d’un troupeau dispersé.

    Cet avis critique sur le pape Jorge Mario Bergoglio, il l’a notamment mûri en relisant attentivement le parcours du jésuite et de l’évêque Bergoglio en Argentine.

    C’est d’ailleurs exactement ce que les autres biographes du pape actuel ont fait, aussi bien ceux qui lui sont favorables que ses détracteurs : ils ont reconstruit son parcours argentin afin d’en tirer une meilleure compréhension de ses actions en tant que pape.

    *

    Le dernier livre en date qui vient d’être publié sur lui est un exemple frappant de cette relecture de la période argentine de Bergoglio: « The Dictator Pope », diffusé sous forme d’e-book en italien et en anglais depuis fin de l’automne dernier par un auteur anonyme, vraisemblablement anglophone, se cachant derrière le pseudonyme de Marcantonio Colonna.

    L’un des passages de « The Dictator Pope » qui a suscité le plus d’émoi est celui dans lequel l’auteur lève le voile sur le rapport rédigé en 1991 sur Bergoglio par le supérieur général de la Compagnie de Jésus, le hollandais Peter Hans Kolvenbach (1928-2016) au cours des consultations secrètes sur l’opportunité de nommer de ce même Bergoglio évêque auxiliaire de Buenos Aires.

    Lire la suite

  • Joseph Ratzinger, un théologien moderne mais pas moderniste

    IMPRIMER

    Joseph Ratzinger théologien. Pas « moderniste » mais moderne

    par Antonio Caragliu* (source)

    Antonio Livi, dans sa recension du dernier volume d’Enrico Maria Radaelli signalé dans le précédent article de Settimo Cielo, a le mérite d’être clair et de nous inviter à aborder certains problèmes de fond autour du thème toujours très actuel et pertinent du rapport entre foi et raison.

    Il reproche à Joseph Ratzinger d’adopter « le présupposé épistémologique de l’impossibilité de la connaissance rationnelle de Dieu et de la loi naturelle », désavouant de la sorte la doctrine classique des « preambula fidei » et se faisant ainsi complice du « modernisme », sceptique et subjectiviste.

    La thèse de Livi ne me convainc pas. Elle nous incite cependant à nous poser une question intéressante : quel est le caractère spécifiquement moderne de la théologie de Joseph Ratzinger ?

    En effet, le pape émérite revendiquait lui-même explicitement la modernité de sa propre réflexion théologique : « J’ai cherché à faire avancer l’Eglise sur base d’une interprétation moderne de la foi », déclare-t-il dans ses « Dernières conversations » avec Peter Seewald.

    Comme l’indique Livi, la modernité de la théologie ratzingerienne touche à la vision de la doctrine classique des « preambula fidei », autrement dit ces vérités d’ordre rationnel et naturel qui préparent à la foi. Mais cette vision différente, contrairement à ce qu’affirme Livi, ne contredit en rien le principe selon lequel il est possible de connaître Dieu rationnellement, auquel Ratzinger arrive par une autre voie.

    Cette autre voie se confronte à l’athéisme méthodologique propre aux sciences expérimentales qui, en faisant abstraction de la question de l’existence de Dieu sur le plan logique, marquent le passage de la culture classique à la culture moderne.

    Pour affronter cet athéisme méthodologique, Livi et Ratzinger prennent deux routes différentes.

    Livi prend la route d’une métaphysique du « sens commun » qu’il définit lui-même comme étant « l’ensemble organique des certitudes concernant l’existence des entités de l’expérience immédiate qui sont toujours et nécessairement à la base de toute autre certitude, c’est-à-dire à la possibilité de vérité dans les jugements, aussi bien d’existence qu’attributifs » (A. Livi, « Filosofia del senso comune. Logica della scienza e della fede », Rome 2010, p. 7). La route clairement métaphysique de Livi se concentre sur la détermination des « évidences primaires » qui restent substantiellement étrangères par rapport à l’enquête sur le réel propre aux sciences modernes.

    Ratzinger opte en revanche pour une voie que je définirais comme un « approfondissement ontologique » des présupposés épistémologiques eux-mêmes de la science moderne. Un approfondissement ontologique qui tire l’origine de la raison humaine de la « Raison créatrice » de l’être.

    A ce propos, il convient d’insister sur le fait que la connaissance qui émerge de la science moderne ne consiste pas tant en une description d’états de fait et de choses (c’est l’erreur dans lequel persiste le néopositivisme et la philosophie analytique) mais dans la connaissance de lois, c’est-à-dire des rapports entre les choses, de fonctions.

    Une telle approche méthodologique fait abstraction de la détermination de la causalité de l’existence des choses.

    Cependant, l’approfondissement ontologique de Ratzinger ne porte pas sur ces « entités » et la cause de leur existence – comme le fait la métaphysique classique ou celle de Livi – mais sur la légitimité et la rationalité que constitue l’inévitable présupposé transcendantal de la recherche scientifique.

    C’est une voie qui est à la fois moderne et extraordinairement conforme à la foi biblique.

    Voici ce que Ratzinger écrit dans son « Essai introductif à la nouvelle édition de 2000 » de l’édition italienne de son introduction au christianisme [en français « La foi chrétienne hier et aujourd’hui », NdT]] qui fait l’objet des critiques de Radaelli et de Livi :

    « Le prologue de Jean place l’idée du Lógos au centre de la foi chrétienne en Dieu. Le mot Lógos signifie raison, sens, mais également parole ; donc, un sens qui est parole, qui est relation, qui est créatif.  Dieu, qui est Lógos, donne à l’homme le sens du monde, la sens de l’existence, la correspondance de Dieu à la raison et la correspondance de la raison à Dieu, même si sa raison dépasse continuellement la nôtre et peut parfois nous sembler obscure.  Le monde naît de la raison et cette raison est une personne, elle est amour : tel est le message de la foi biblique en Dieu.  La raison peut parler de Dieu, ou mieux elle doit parler de Dieu sous peine de s’amputer elle-même.  À la raison est liée l’idée de création.  Le monde n’est pas seulement ‘maya’, une apparence, que l’homme devrait, au bout du compte, laisser derrière lui.  Le monde ne se réduit pas à une roue infinie de souffrances à laquelle l’homme doit essayer de se soustraire.  Le monde est positif. » (« Introduzione al cristianesimo », Brescia 2005, p. 21).

    Il n’y a pas nécessairement de rapport logique entre les vérités ontologiques de la Raison créatrice et les présupposés transcendantaux de la science. Comme nous l’avons dit ci-dessus, les lois scientifiques font abstraction de la question de l’existence de Dieu et de l’origine de la réalité.  C’est pour cette raison logique que Ratzinger soutient que l’hypothèse de Dieu demeure « la meilleure des hypothèses, bien qu’elle soit une hypothèse », (J. Ratzinger, « L’Europa di Benedetto nella crisi delle culture », Sienne 2005, p. 123).

    Et c’est dans l’approche de cette raison logique que se trouve, à mon sens, le caractère spécifiquement moderne de la théologie de Ratzinger.

    Une théologique certes moderne mais qui n’est pas pour autant sceptique, subjectiviste ou moderniste.

    *

    Avocat du barreau de Trieste et membre de l’Union des Juristes Catholiques Italiens

  • L'objection de conscience aussi pour les étudiants en médecine et infirmerie

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Les étudiants en médecine et infirmerie pourront faire objection de conscience

    28/12/2017 - Clause de conscience

    La Faculty of sexual and reproductive healthcare (FSRH), organe médical responsable au Royaume-Uni de la formation des professionnels dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, donne désormais la possibilité à ses stagiaires en médecine ou en infirmerie d’invoquer la clause de conscience. C’est ce qu’annoncent les nouvelles directives qui viennent d'être publiées.
    Médecins, infirmiers et maintenant étudiants et stagiaires médecins ou infirmiers en stage, pourront à présent refuser de pratiquer un avortement ou de fournir de la contraception d’urgence (potentiellement abortive) sur base de convictions personnelles, sans que cela ne mette en péril leurs chances d’obtenir leur diplôme.

    La direction de la FSRH justifie cela par une volonté d’accueillir des opinions diverses au sein du monde médical.

    Les besoins des patients ne seront pas négligés pour autant, la directive de 2017 déclare en effet que « tout clinicien souhaitant ne pas prescrire la contraception d’urgence en raison de ses convictions personnelles devra le signifier à son service ou à son employeur, afin que d’autres arrangements puissent être pris pour les patients ». Si un médecin souhaite refuser certaines pratiques, il doit s’abstenir d’émettre le moindre jugement à l’égard du patient et garantir par une autre voie que « les besoins (de celui-ci) soient satisfaits. »

    Toutefois, si un stagiaire acceptait de mettre de côté ses convictions personnelles pour répondre aux besoins du patient, et remplissait ainsi l’intégralité de ses « obligations », cela serait aussi mentionné sur son diplôme.

    Sources : Dailymail