17/08/2014

Chrétiens d'Irak : quand le Vif pointe la frilosité belge

Lu sur le Vif :

Chrétiens d'Orient : la frilosité belge

Le martyre des chrétiens d’Orient laisse de glace une bonne partie du monde politique belge. L’Eglise fait profil bas. Pourquoi ce manque de solidarité ?

Une véritable terreur s’est abattue sur le nord de l’Irak. L’une après l’autre, les villes tombent aux mains des djihadistes de l’Etat islamique (EI), bien décidés à imposer leur foi et leurs lois. Environ 200 000 chrétiens et membres d’autres minorités, comme les yézidis, sont chassés, certains réduits en esclavage, voire massacrés. Ces abominations ne sont pas neuves. Pourtant, personne n’a évoqué jusqu’à présent la fameuse “responsabilité de protéger”, qui avait justifié, en 2011, l’intervention occidentale en Libye, quand Benghazi et ses insurgés étaient menacés par les troupes de Kadhafi.

L’embarras diplomatique est patent. Etats-Unis, France et Royaume-Uni reçoivent en pleine face le retour de leurs politiques erratiques dans ce monde arabe compliqué. L’invasion américaine en Irak en 2003 (sans l’aval de la Belgique) n’a pas fini de produire ses effets délétères. Non seulement ces pays ont joué aux apprentis sorciers de la démocratie, avec des opérations militaires sans vision stratégique, mais ils ont noué des relations perverses avec des monarchies du Golfe, qui apportent du combustible aux conflits syriens et irakiens.

La Belgique aurait pu se démarquer de cette incohérence. Mais non. Alors que le gouvernement belge avait décidé, en 2011, d’envoyer des F-16 en Libye afin de protéger les civils menacés par Kadhafi, il n’a pris, en 2014, aucune mesure concrète pour aider les minorités d’Irak.

Aujourd’hui, c’est un silence assourdissant qui prévaut dans les travées de nos parlements, comme dans les milieux associatifs ou académiques. Pourquoi cette frilosité qui confine à l’abandon pur et simple de populations en détresse ? « Les chrétiens orientaux considèrent les pays européens comme leurs alliés naturels, rappelle au Vif/L’Express le député flamand Ward Kennes (CD&V). En 2011, il avait fait adopter à l’unanimité une résolution en leur faveur au Parlement flamand. « Si nous ne prenons pas notre responsabilité, personne ne le fera à notre place, poursuit-il. Or je constate même un sentiment de gêne chez beaucoup de Belges et d’Européens par rapport à la défense des droits fondamentaux des minorités chrétiennes ».

Malgré les récentes déclarations très fermes du pape François, même l’Eglise belge semble tétanisée à l’idée de prendre une position trop en pointe. Rien de tel en France, où l’épiscopat et les autorités politiques se sont mobilisés. Pourquoi cette frilosité ?

Marie-Cécile Royen et François Janne d’Othée

Pour Andrea Riccardi (Sant'Egidio), la force du pape François, c'est le peuple

Lu sur l'Express.fr :

"La force du pape François, c'est le peuple"

Propos recueillis par Claire Chartier

Andrea Riccardi, historien spécialiste du christianisme, est connu pour ses actions en faveur des pauvres, du dialogue interreligieux et de la paix, au sein de la communauté Sant'Egidio. Du pape François, dont il a fait la connaissance bien avant son élection, il attend beaucoup. Interview. 

Dans la longue liste des observateurs du pontificat très médiatique de Jorge Mario Bergoglio, il est sans doute l'un des mieux informés. Toute l'Italie connaît Andrea Riccardi, son large sourire et sa barbe poivre et sel. Les liens de cet historien spécialiste du christianisme avec le Vatican ne datent pas d'hier. En 1968, jeune lycéen, il fonde avec des amis la communauté Sant'Egidio, qui s'illustrera dans les décennies 1990 et 2000 par ses actions en faveur des pauvres, du dialogue interreligieux et de la paix, notamment en Afrique. Largement soutenu dans son action par Jean-Paul II, Andrea Riccardi sait toutes les logiques et les jeux de pouvoir de l'Eglise romaine. Après un détour par la politique sous le gouvernement de Mario Monti, dans lequel il fut ministre de la Coopération, Riccardi l'intellectuel reprend son bâton de pèlerin progressiste. 

Avec le pape François, le Vatican vit un tohu-bohu médiatique sans précédent, au point que les cardinaux semblent un peu dépassés par le personnage. François est-il à ce point surprenant?

Il ne faut pas oublier que, durant le conclave, aucun candidat ne se détachait. Lors de la précédente élection, Jorge Mario Bergoglio constituait un "papabile" sérieux face à Joseph Ratzinger, mais peu de monde le connaissait réellement, car il est très réservé. Les cardinaux électeurs ont pensé que ce pape âgé et pieux, bon gestionnaire de diocèse et de surcroît jésuite à une époque où les jésuites ne font plus peur, ferait un bon pape de transition. Bergoglio, de son côté, a été habile en ne parlant pas de sa candidature avant le conclave. Moi qui l'ai vu à la veille de ces journées si particulières, je peux vous assurer qu'il ne désirait pas être pape. A ses yeux, briguer la papauté tiendrait même presque du problème psychologique! Mais, en bon chrétien et en bon jésuite, il s'est dit : "Maintenant que je suis élu, je dois remplir ma mission, avec sérieux." 

Lire la suite sur l'Express.fr

Mais on pourra lire également - et utilement - ceci

En Corée, le pape prie pour les victimes de l'avortement

Sur le blog de Jeanne Smits :

Corée : le pape François prie pour les victimes de l'avortement

Comme annoncé, la visite du pape François en Corée du Sud a été marquée par une halte dans un « cimetière » pour bébés avortés. Il s'est recueilli devant la statue de la Sainte Famille qui domine une pelouse parsemée de petites croix blanches symbolisant les innombrables enfants à naître tués au fil des ans en Corée. Une prière silencieuse que les médias présentent comme un geste très fort de la part de ce pape qui avait pourtant dit vouloir éviter les sujets « controversés » pour pouvoir mettre l'accent sur la pastorale et l'accès aux « périphéries ». Entouré de militants pro-vie, il s'est entretenu plus particulièrement avec l'un d'entre eux, né sans bras et sans jambes, qui a eu la chance de naître en Corée malgré son défaut congénital.

L'émouvant monument se dresse dans le domaine du foyer de Kkottoghnae, lieu d'accueil pour les handicapés, les alcooliques, les sans-abri, les personnes abandonnées par leurs familles, des enfants délaissés proposés à l'adoption, fondé dans les années 1970 par un prêtre.

A ce titre la prière de François a revêtu une signification plus grande encore, dans un pays où le rejet des handicapés est encore souvent la règle et où l'avortement, malgré d'importantes restrictions introduites en 1953, est autorisé pour éliminer les bébés souffrant de malformations graves.

Mais en Corée du Sud, l'avortement a été très largement autorisé de fait, les autorités ayant traqué pendant des décennies les familles nombreuses et fait la propagande pour le contrôle des naissances, au nom de la croissance économique. Ce n'est que depuis quelques années que le taux de natalité désastreux – l'un des plus bas du monde – a poussé le gouvernement à changer de discours, là encore pour des raisons économiques.

16/08/2014

Femme, ta foi est grande ! (20e dimanche du T.O.)

Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde fsJ (homelies.frArchive 2008)

Jésus vient d’avoir une controverse musclée avec les pharisiens sur la notion de « pur et impur » telle qu’elle ressort de « la tradition des anciens ». Comme il a « scandalisé » ses interlocuteurs (15, 12), Notre-Seigneur se retire prudemment dans la région de Tyr et de Sidon, terre « impure » par excellence où ses détracteurs ne le suivront pas. Sans doute veut-il faire le point avec ses disciples - élevés à la synagogue, c'est-à-dire à l’école des pharisiens - sur son enseignement quelque peu anticonformiste, pour ne pas dire révolutionnaire. Tout porte à penser que la rencontre avec la femme syro-phénicienne prolonge la réflexion sur les conceptions légalistes concernant la pureté.

En fait Jésus se rend à un rendez-vous : l’heure est venue d’accomplir la pédagogie divine concernant les rapports entre Israël et les païens. Et pour être sûr que les témoins puissent dégager le sens de l’événement, Notre-Seigneur va se situer explicitement dans la lignée prophétique, dont il va porter à terme les enseignements sur ce sujet. Reprenons le cours du récit.

La Cananéenne appartient au peuple chassé de la Terre que Dieu avait donné à Israël. La prière qu’elle adresse à Jésus témoigne cependant d’une étonnante connaissance de la tradition juive ; le titre « Seigneur, fils de David » suggère même une ébauche de foi, comme le confirme sa demande, puisqu’elle attend de Jésus qu’il prenne autorité sur le démon qui tourmente sa fille, ce qui est un pouvoir proprement divin.

En feignant ignorer la prière de cette femme, puis en repoussant sa demande sous prétexte qu’il n’est « envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël », Notre-Seigneur adopte dans un premier temps le comportement des prophètes anciens. Ceux-ci s’adressaient en effet exclusivement au peuple élu, qu’ils étaient chargés de ramener en priorité le dans la fidélité à l’Alliance.

Le silence de Jésus a sans aucun doute également une portée pédagogique ; Notre-Seigneur veut obliger ses disciples à s’interroger : cette femme païenne, habitant en terre étrangère, mais témoignant par sa foi naissante qu’elle est visitée par Dieu, est-elle « impure » en raison de son appartenance raciale, ou au contraire, faut-il juger de sa « pureté », c’est-à-dire de la qualité de sa relation à Dieu à partir de « ce qui est sorti de sa bouche et qui provient de son cœur » (15, 8) ?

A vrai dire, les disciples ne semblent pas avoir perçu le problème : leur seul souci est que le Maître donne au plus vite « satisfaction » à cette femme, pour couper court à une situation franchement embarrassante. Pensez donc : un Rabbi juif poursuivi par les cris d’une païenne : quel scandale ! Si les chefs religieux apprenaient cela à Jérusalem, ils auraient beau jeu de le diffamer. Autrement dit, les disciples demeurent tout aussi enfermés dans leur a priori et leur formalisme religieux que les pharisiens qu’ils redoutent.

La parole dure de Jésus refusant d’intervenir en faveur d’une brebis qui n’est pas du troupeau d’Israël, ne décourage cependant pas la femme cananéenne ; rassemblant son courage, « elle vint se prosterner devant lui » dans un geste d’humble adoration. Lui barrant la route, elle supplie celui en qui elle a mis toute son espérance : « Seigneur, viens à mon secours ! » Ce n’est pas pour elle mais pour ses disciples que Jésus se fait insistant, disant à haute voix ce que ceux-ci pensent tout bas dans le secret de leur cœur. Tout comme la Samaritaine, cette femme cananéenne a perçu intuitivement le mystère de la personne du Christ. Elle sait bien que le pain de sa Parole est destiné aux enfants d’Israël, puisque « le salut vient des Juifs ». Mais elle a deviné que ces enfants font preuve de bien peu d’appétit pour la nourriture que Jésus leur offre en abondance : le Rabbi ne viendrait pas en terre païenne s’il ne fuyait pas ses coreligionnaires. Aussi ajoute-t-elle avec assurance : « les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres » - le terme « petits chiens » ne désigne pas les chiens errants, objet de mépris, mais les animaux domestiques qui jouissaient de la faveur de leur maître.

Jésus jubile : « Femme, ta foi est grande ». Par sa disponibilité à l’action de l’Esprit Saint, la femme syro-phénicienne accède au même héritage que les fils d’Abraham : « héritière de Dieu, héritière avec le Christ » (Rm 8, 17), elle dispose en son nom propre de la victoire du Seigneur sur le démon. Elle préfigure ainsi la multitude des païens convoqués eux aussi à la Table du Royaume, conformément à la promesse que Dieu prononça par la bouche du prophète Isaïe : « Les étrangers qui se sont attachés au service du Seigneur pour l’amour de son nom et sont devenus ses serviteurs, je ferai bon accueil à leurs holocaustes et à leurs sacrifices » (1ère lect.).
Certes, « le salut vient des juifs », mais il ne leur est pas réservé : la « justice » de Dieu et son « salut » sont pour tous les hommes. Tous sont appelés au bonheur dans la maison de l’unique vrai Dieu, dont Jésus nous révèle le visage de Père. Désormais les portes du Royaume ne s’ouvrent plus par la circoncision, mais par la foi au « Seigneur, fils de David ». Le Seigneur fera même concourir l’obstination du peuple élu à la réalisation de son dessein de miséricorde - la parole est citée quatre fois par Saint Paul dans les quelques versets de la seconde lecture - qui trouvera son accomplissement dans l’obéissance d’Israël.

La liturgie de ce jour nous interpelle non seulement sur nos divergences religieuses, mais également sur nos innombrables exclusions au nom de nos différences, que nous ne parvenons pas à intégrer. Depuis que le péché est entré dans le monde, ces différences sont perçues comme des menaces, qu’il faut à tout prix éliminer. Le geste de violence meurtrière de Caïn n’a cessé de se reproduire tout au long de l’histoire : que de sang versé par jalousie envers la bénédiction divine reposant sur le prochain, dans l’oubli de celle qui repose sur nous. Certes Israël avait reçu de Dieu une mission particulière en tant que fils aîné parmi les peuples ; mais cette élection - comme toute élection - implique aussi la responsabilité de partager le don confié. Le Seigneur distribue ses grâces entre tous, afin que tous puissent participer au service du bien commun en partageant ce qu’ils ont reçu. Tout don se pervertit lorsqu’il est approprié d’une manière individualiste pour nourrir la vaine gloire ou le pouvoir de celui qui l’a reçu. Le don pascal par excellence, celui que l’Eglise du Christ a pour mission de partager avec tous, est le pain de la miséricorde, grâce auquel nous pouvons réintégrer notre condition filiale. C’est par cette miséricorde que le « salut de Dieu sera connu parmi toutes les nations » ; c’est par elle que « le Seigneur nous bénit et que la terre entière pourra enfin l’adorer » en esprit et vérité.

« Père très saint, réveille en nous la conscience de tes dons et de la responsabilité qui en découle pour nous qui en sommes bénéficiaires. “Baptisés dans le Christ, nous avons revêtus le Christ” (Ga 3, 27) : ne permet pas que nos peurs ou nos jalousies fassent obstacle à son ministère de réconciliation universelle. Ouvre nos yeux sur nos complicités avec l’indifférence et l’égoïsme de ce monde, et donne-nous de dénoncer avec courage les attitudes d’exclusion préconisées autour de nous. »

Père Joseph-Marie

En béatifiant aujourd'hui 124 martyrs coréens, le pape exhorte les fidèles à suivre le Christ plutôt que "le monde".

Lu sur I.MEDIA:

C’est face à une foule enthousiaste et fortement recueillie que le pape François a célébré la béatification du laïc Paul Yun Ji-chung et de ses 123 compagnons, des Coréens tués en “haine de la foi“ entre 1791 et 1888, premiers évangélisateurs de la péninsule. A l’exception d’un prêtre chinois venu évangéliser la Corée, tous étaient des laïcs coréens.

Depuis l’autel installé sur podium blanc au pied de la Porte de Gwanghwamun, le pape a prononcé en latin la formule de béatification saluée par les cris et les applaudissements des fidèles installés entre les hauts immeubles du centre de la capitale sud-coréenne.

Premiers apôtres de la Corée

Dans son homélie, le pape François a d’abord souligné que, “dans la mystérieuse providence de Dieu“, la foi chrétienne n’était pas parvenue sur les rivages de Corée par des missionnaires mais y était entrée “par les cœurs et les esprits des Coréens eux-mêmes“. Soulignant l’importance de la vocation des laïcs, le pape a quitté son texte des yeux pour assurer que ceux-ci avaient été “les premiers apôtres de la Corée“. Puis il a assuré que les martyrs et les premiers chrétiens du pays avaient dû choisir entre “suivre Jésus ou le monde“.

“Ils avaient entendu l’avertissement du Seigneur, que le monde les haïrait à cause de lui, ils savaient le prix d’être disciples“, a relevé le pape. “Pour beaucoup, cela a signifié la persécution et, plus tard, la fuite dans les montagnes, où ils formèrent des villages catholiques“, a poursuivi le pape avant d’assurer que les premiers chrétiens “étaient prêts à de grands sacrifices et à se laisser dépouiller de tout ce qui pouvait les éloigner du Christ : les biens et la terre, le prestige et l’honneur, puisqu’ils savaient que seul le Christ était leur vrai trésor“.

Et le pape de lancer une mise en garde aux fidèles : “Aujourd’hui, très souvent, nous faisons l’expérience que notre foi est mise à l’épreuve du monde, et, de multiples manières, il nous est demandé de faire des compromis sur la foi, de diluer les exigences radicales de l’Evangile et de nous conformer à l’esprit du temps“. Au contraire, a expliqué le pontife, “les martyrs nous rappellent de mettre le Christ au dessus de tout, et de voir tout le reste en ce monde en relation avec lui et avec son Royaume éternel. Ils nous provoquent à nous demander s’il y a une chose pour laquelle nous serions prêts à mourir“.

L’exemple des martyrs, a poursuivi le pape, “a beaucoup à nous dire, à nous qui vivons dans des sociétés où, à côté d’immenses richesses, grandit silencieusement la plus abjecte pauvreté; où le cri des pauvres est rarement écouté; et où le Christ continue à appeler, nous demandant de l’aimer et de le servir en tendant la main à nos frères et sœurs dans le besoin“.

Liesse et recueillement

Sous un ciel bas, dans une atmosphère particulièrement lourde lorsque le soleil venait à apparaître de temps à autre, des centaines de milliers de fidèles étaient alignés sur la très longue place Gwanghwamun, entre la porte du même nom et l'ancienne municipalité de Séoul. Une même casquette orange ou violette vissée sur la tête, ils ont attentivement suivi la longue messe de béatification tout près du site où, par le passé, furent condamnés, torturés puis conduits vers le martyre nombre de chrétiens.

Si la messe a été suivie dans un recueillement particulièrement impressionnant, l’arrivée du pape au centre de Séoul a donné lieu à des scènes de liesse, à des cris de joie lorsqu’il prenait dans ses bras un bébé pour l’embrasser. Dans la foule, les religieuses n’étaient pas les dernières à monter sur leurs chaises pour mieux apercevoir le chef de l’Eglise catholique. A son arrivée à bord d’un pick-up, le pape François portait sur sa pèlerine blanche un ruban jaune, symbole du combat pour la justice des familles de victimes du naufrage meurtrier du ferry Sewol en avril dernier. Le pape s’est d’ailleurs arrêté pour saluer certains proches, dont le père d’une jeune victime qui fait une grève de la faim, accusant le gouvernement de laxisme après ce drame et réclamant une enquête transparente et indépendante.

Ref . En béatifiant 124 martyrs coréens, le pape exhorte les fidèles à suivre le Christ plutôt que “le monde“.

JPSC

L’Eglise de Corée a-t-elle besoin d’un « aggiornamento » ?

Jean Mercier, sur le site de « La Vie », pointe ce qui contrarie, selon lui, l’Eglise du pape François (extraits) :

 « Que le christianisme soit la première religion parmi les Coréens - un tiers d'entre eux sont chrétiens, et 12% catholiques -, voilà qui constitue une mystérieuse anomalie si l’on considère l’incompatibilité qui existerait, a priori, entre la culture coréenne et les valeurs évangéliques (…) Même si le bouddhisme, et surtout le chamanisme - encore plus ancien - sont encore influents en Corée, c’est sans doute le système hérité du confucianisme qui marque le plus les rapports interpersonnels et les mentalités. »

Selon le correspondant de « La Vie », les difficultés seraient les suivantes : trop de prêtres, trop d’esprit hiérarchique, trop de discipline, trop de déférence et trop de différences conceptuelles :

« L’Eglise institutionnelle coréenne a vu gonfler ses rangs de centaines de milliers de convertis depuis le début des années 1980. Elle peut s’appuyer sur de très nombreux prêtres. Au-delà de l’image très positive de l’Eglise catholique dans la société (pour son rôle dans la démocratisation), le prêtre - contrairement à ce qui se passe en Occident - jouit d’un statut socialement valorisé, en raison des valeurs confucéennes qui renforcent son autorité. Le respect dû au supérieur renforce le respect dû au prêtre par son ordination (…). Ce phénomène a des conséquences négatives. En effet, il renforce l’architecture verticalisée de l’Eglise. La pléthore de prêtres et le nombre limité de paroisses implique que de nombreux jeunes prêtres se trouvent sous la coupe d’un curé tout puissant pendant de nombreuses années.(…)

Les valeurs évangéliques de fraternité et d’égalité abolissent, théoriquement, dans la même appartenance au corps du Christ, les différences d’origine sociale et les niveaux hiérarchiques. Si ce défi est déjà difficile à relever dans l’Eglise catholique occidentale, il se mue en totale utopie dans le système culturel coréen où les rapports humains sont d’emblée marqués par un rapport hiérarchique.(…)

Cette déférence hiérarchique existe dans aussi dans le rapport que le croyant doit entretenir avec Dieu. “Quand on est européen, on est habitué à tutoyer Dieu, et il n’est pas toujours facile de conduire une prière et de s’adresser à Dieu comme à une sorte de “super Empereur” par delà les nuées”, témoigne Laurence Vasseur, missionnaire d’origine belge (…).

Au-delà du conflit de fond entre christianisme et confucianisme, la rencontre est laborieuse entre la pensée asiatique et la théologie chrétienne, Le jésuite Paul Park, théologien de l’université de Sogang, à Séoul, est le premier à se lamenter de cette difficulté (…).  Le conflit fondamental entre le mode de pensée asiatique et la théologie chrétienne explique que, très souvent, séminaristes et catéchumènes mémorisent gentiment la doctrine que l’on enseigne sans réellement comprendre de quoi il s’agit, ni pouvoir réellement s’approprier le fond du christianisme, se limitant à une pratique rituelle et collective. Les plus lucides des prêtres et évêques coréens y voient un défi particulièrement exigeant pour l’avenir du catholicisme au Pays du matin calme.

Ref. La laborieuse rencontre entre la culture coréenne et le christianisme

A lire cette analyse, on se prend à inverser la question posée : n’y aurait-il pas quelque valeur, dans la culture coréenne, dont l’ Occident "chrétien", ou postchrétien, pourrait tirer profit ?

JPSC

Corée : Le pape François est contre l'esprit de compétition

Selon Jean Mercier, le 15 août sur le site de « La Vie » (extraits) :

Au deuxième jour de son voyage en Corée, le pape a martelé son appel à la conversion des catholiques coréens lors de son premier grand “moment” populaire, lors de la messe de l’Assomption dans le stade de Daejeon, une ville située au sud de la capitale. Cet appel fait écho à l’interpellation vigoureuse que François avait lancée, la veille, à l’attention des évêques coréens, celle de retrouver une plus grande cohérence évangélique, loin de toute complaisance dans le confort et la réussite (…).

Les jeunes, François les rencontrera ensuite au sanctuaire de Solmoe, un lieu marqué par la mémoire des martyrs coréens. Ils sont six mille, venus de 23 pays asiatiques pour les Journées asiatiques de la jeunesse. Sans surprise, le pape les appelle à “’aller sur les routes et sur les chemins du monde, frappant aux portes du cœur des gens, les invitant à recevoir Dieu dans leurs vies.” Et il réitère son credo à la fois social et spirituel, dénonçant une fois de plus l’idolâtrie de la richesse et le désert spirituel qu’elle entraîne  (…). Quittant le fil du discours qu’il ânonne en anglais sur les vertus de l’espérance, François lâche alors sa feuille, expliquant qu’on lui a conseillé d’improviser de façon spontanée, “afin de parler avec le coeur”. Avouant son anglais insuffisant, il demande un interprète pour traduire depuis l’italien, où il est à l’aise.

Jouant de son charme, incroyablement vivant, le pape brûle les planches... Il multiplie les interpellations à la foule, répond aux sollicitations des jeunes qui ont témoigné au micro, s’excuse de se tromper dans les prénoms de ceux-ci, au grand plaisir de l’auditoire. (…) Enfin, il évoque la division entre les deux Corée : “Il y a une seule Corée, mais elle est divisée. La famille est divisée... Le pape demande le silence et s’incline en prière pour l’unité coréenne. Il termine son propos par un vibrant appel à la miséricorde de Dieu, sur le thème : “Plus on a péché, plus Dieu fait la fête quand on revient vers lui !”. Le pape ne craint pas de verser dans un certain simplisme, mais dont l’efficacité pédagogique est évidente... Pas de doute, en jouant à fond cette carte du prédicateur missionnaire et affectif, le pape a déjà réussi à faire de ce voyage un grand succès pastoral, qui rappelle celui de juillet 2013, lors des JMJ de Rio.

Ref. Corée : le pape contre "l'esprit de compétition"

JPSC

Pour le grand mufti d'Egypte, l'Etat Islamique « viole tous les principes de l’islam ».

Radio Vatican rapporte que le grand mufti d'Egypte condamne clairement les actes de l'Etat islamique en Irak :

C’est une condamnation sans appel ni ambiguïté, celle du Grand Mufti d’Egypte, Shawki Allam, contre les membres de l’Etat islamique en Irak, a rapporté mercredi dernier le quotidien italien Avvenire. Il les a accusés de « violer tous les principes de l’islam ». Pour lui, « ce groupe sanguinaire représente un danger pour l’islam et pour les musulmans dans le monde ». Le Grand Mufti en a donc appelé à tous pour combattre ces dangers.

Jusqu’ici, note le journal, « alors que l’avancée de l’extrémisme islamique en Irak prenait le rythme d’une tragédie inévitable, les plus hautes charges religieuses musulmanes peinaient à trouver les mots, les canaux et l’autorité nécessaire pour rejeter ces horreurs, comme si les guides spirituels ne savaient pas comment réagir ». « Le résultat a été un silence ambigu », commente encore Avvenire. « Mais mardi, la prise de position du Grand Mufti égyptien, précédée lundi par celle du Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmad al-Tayyeb, a été nette », a conclu le quotidien italien. »

Réf. Pour le grand mufti d'Egypte, l'Etat Islamique « viole tous les principes de l’islam ».

JPSC
 

Irak : le difficile réveil de l’Occident

Est-ce un effet de la mobilisation des chrétiens en faveur des Irakiens persécutés ? L’Europe et les Etats-Unis commencent à prendre conscience de l’ampleur de la catastrophe. Philippe Oswald sur « Aleteia » :

Alors que la prière des chrétiens qui fêtaient l’Assomption a redoublé de ferveur pour leurs frères chrétiens et tous les persécutés d’Irak, notamment à Lourdes (cf. BFM-TV), les ministres européens des affaires étrangères réunis d’urgence à Bruxelles sont enfin parvenus à une position commune sur la livraison d’armes aux combattants kurdes en Irak. La France a joué un rôle moteur dans cet accord. Pour autant, il ne s’agit que d’un satisfecit accordé aux Etats-membres qui ont décidé de fournir une aide militaire aux forces de sécurité kurdes considérées comme seules capables de tenir tête sur le terrain aux islamistes de l’EIL, alors que l’armée irakienne est en totale déliquescence. Et l’aide militaire française ne peut qu’être modeste, vu l’état catastrophique des équipements de nos armées. Les Britanniques, de leur côté, ont fait savoir qu’ils répondraient « favorablement » à une demande des Kurdes (cf. La Croix et Le Parisien).  

Mais armer les Kurdes est un pis-aller qui n’est pas sans risque (y compris pour les chrétiens qui ont jadis été victimes de persécutions de leur part : on peut douter de l'enthousiasme des Kurdes à défendre ceux-ci : le R.P. Amir Geagea, supérieur dominicain à Bagdad, et le père dominicain Anis Hanna ont dénoncé l'abandon par les peshmergas kurdes de leurs positions dans des villages chrétiens de Ninive livrés aux jihadistes (cf. l’Orient le Jour ). Aussi l'Allemagne, la Suède, l'Irlande, la Finlande et l'Autriche restent réticentes à armer les Kurdes.

La réaction européenne demeure donc bien timide et hasardeuse au regard des monstrueuses exactions commises par les jihadistes du prétendu « Etat islamique » dont cette vidéo tournée par les bourreaux eux-mêmes offre un aperçu (attention, les images sont difficilement soutenables). L’offensive qu’ils mènent en Irak depuis le 9 juin avec l’arsenal dont les Américains avaient doté l’armée irakienne leur a permis de conquérir des pans entiers du territoire depuis la zone frontalière de la Syrie jusqu’ au nord, à l’ouest et à l’est de Bagdad, menaçant aussi le Kurdistan irakien. Le « califat » dans lequel ces sunnites imposent leur pouvoir a été marqué d’emblée par la persécution des chiites (ils ont fait exploser le 15 août un lieu de culte chiite et exécuté publiquement le muezzin dans la ville de Jalawla, à 130 km au nord-est de Bagdad), et  des minorités chrétiennes et yézidie (non musulmane et kurdophone). Le massacre des hommes et la vente de femmes comme esclaves (cf.Aleteia) n’est pas sans rappeler le génocide des Arméniens par les Turcs, voici un siècle.

Les Américains qui portent l’écrasante responsabilité d’avoir été les pyromanes de l’Irak, s’efforcent à présent de jouer les pompiers en dotant d’armes les combattants kurdes et en bombardant les jihadistes qui assiègent les yézidis réfugiés dans les monts Sinjar (l'ONU estime leur nombre à 20 000 ou 30 000, mais  le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a déclaré qu’ils seraient «beaucoup moins nombreux» et vivraient dans «de meilleures conditions» (sic) qu'attendu …). Une certitude : la tardive réaction des Occidentaux ne suffira pas à rendre leurs foyers aux milliers de déplacés qui tentent de survivre dans des camps au Kurdistan ou à la frontière syrienne.

Réf. Irak : le difficile réveil de l’Occident

D’après Belga, La Belgique pourrait, dans un cadre européen,  participer avec des avions de transport militaires C-130 Hercules à l'acheminement d'aide humanitaire à la population irakienne victime des jihadistes de l'Etat islamique (EI), voire à la livraison d'équipements militaires offerts par d'autres pays aux combattants kurdes, Selon  le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders, la Belgique pourrait aussi contribuer à la formation des combattants kurdes qui affrontent les jihadistes de l'EI. S’agissant de la livraison d’armes, il a précisé que la décision revient à chaque Etat membre de l’Union européenne, avec le consentement des autorités nationales irakiennes, c'est-à-dire le gouvernement de Bagdad, Le ministre a ajouté que les demandes actuellement formulées par les Kurdes irakiens portent sur des munitions pour des armes d'origine russe - que la Belgique ne possède pas.

JPSC 

15/08/2014

Chrétiens d'Orient : l'idée de Charles Aznavour

Du FIGAROVOX/TRIBUNE :

L'artiste, d'origine arménienne, propose que la France accueille les minorités menacées en Irak et en Syrie et qu'elle les aide à faire revivre nos anciens villages.

Charles Aznavour est chanteur, compositeur et diplomate franco-arménien. Il réside à Genève, en Suisse, où il est l'ambassadeur de l'Arménie et représentant permanent de ce pays auprès de l'ONU. Il est aussi, depuis 1995, représentant permanent de l'Arménie auprès de l'Unesco.

Dans la guerre de religions qui est en train d'embraser l'Irak et la Syrie, il est essentiel, certes, de se préoccuper du sort des chrétiens d'Orient, des Kurdes, des yazidis et des autres. Mais dans cette énumération,il ne faut pas oublier une communauté chère à mon cœur, les Arméniens. On n'en parle jamais, et pourtant, en Syrie, hier encore, ils étaient quelque deux cent mille. Je suis bouleversé par les drames qui se jouent là-bas au quotidien. Notre devoir n'est-il pas d'aider moralement, et concrètement, ces populations, le plus vite possible?

Je ne veux donner de leçons à personne. Je ne suis pas quelqu'un qui croit avoir raison sur tout. Je propose seulement une idée simple.

Dans la situation actuelle, ces chrétiens, ces Kurdes, ces yazidis, ces musulmans et ces Arméniens doivent, comme tant d'autres, quitter ce pays le plus vite possible. Oui, mais pour aller où? Et pourquoi pas en France? Mes tournées et mes voyages les plus récents à travers l'Hexagone m'ont permis de découvrir de charmants villages, aujourd'hui totalement à l'abandon. Les terres sont en friche. Il y a des écoles, des bureaux de Poste, mais personne n'y a sans doute mis les pieds depuis quelques années.C'est aussi le cas des églises. Je viens d'ailleurs de traiter le sujet dans un couplet d'une chanson de mon prochain album: «Et Dieu même a quitté l'église dont les cloches ne sonnent plus.»

Lire la suite sur FigaroVox

Le pape François tance les évêques coréens

Lu sur le site de « La Vie », sous la plume de Jean Mercier (extraits)

Prenant acte de la force impressionnante d’une Eglise certes minoritaire mais extrêmement dynamique (30% de croissance depuis l’an 2000), le pape a appelé à dépasser la posture du “triomphalisme”. Celui ci se nourrit ​de l’idéalisation identitaire du passé glorieux des martyrs du XIXe siècle, de la force de frappe des missionnaires coréens à travers le monde, mais aussi d’une réelle puissance institutionnelle : “La vie et la mission de l’Église en Corée ne se mesurent pas, en dernier ressort, en termes extérieurs, quantitatifs et institutionnels ; elles doivent plutôt être jugées à la claire lumière de l’Évangile et de son appel à une conversion à la personne de Jésus Christ”.

Le pape, apparemment bien informé, sait que la réussite extérieure de l’Eglise coréenne cache une difficulté à vivre réellement les valeurs évangéliques. C’est pourquoi il a  sévèrement rappelé à l’ordre les évêques sur le risque de la mondanisation, conscient que les catholiques se sont laissé volontiers gagner par les valeurs d ​'efficacité et de profit de la société globale En contrepoint de cet appel à la conversion ​pastorale, le pape n’a pas hésité à mettre le doigt là sur deux points douloureux de la société coréenne : les enfants et les plus vieux, où les catholiques sont loin de faire la différence par leur comportement. (…).Les catholiques peinent souvent à éduquer les jeunes selon d’autres valeurs que celles de la société ambiante, ce qu’a pointé le pape en appelant les évêques à réinvestir le champ de l’éducation.

François a aussi voulu mettre en garde contre un engagement social auprès des pauvres qui serait séparé de la foi, et se réduirait à un pur activisme sous forme de prestations de service  ”.

Réf. François demande aux évêques coréens de retrouver l'élan évangélique

Comme l’observe aussi Judikael Hirel, dans un autre « post » d’aleteia , fidèle à sa posture de contrepied, n'hésitant pas à bousculer les habitudes, le pape François a sciemment choisi de s'afficher devant tous les médias coréens à bord d'une Kia Soul, une voiture populaire et peu onéreuse, aux antipodes de ce qu'on l'on imagine être la voiture d'un chef d'état. Un "exercice d'humilité automobile" auquel il est rompu, lui qui évite autant que faire se peut les papamobiles blindées et s'affiche souvent en Ford Focus à Rome. Ici, c'est donc tant à bord d'une Soul (âme en français) qu'il salue la foule, qu'à bord du train, comme tout le monde, pour se rendre jusqu'au stade où l'attendaient des dizaines de milliers de chrétiens de Corée. JPSC

Pape François en Corée : appel à la paix, au dialogue et au pardon

Lu sur le site Aleteia :

Le pape François est arrivé ce jeudi à Séoul, pour une visite qui durera cinq jours en Corée du Sud, pays où le catholicisme est une religion doublement minoritaire. Accueilli par la présidente Park Geun-Hye à son arrivée à l'aéroport, il est ensuite monté à bord non pas d'une "papamobile", mais dans une petite voiture noire, saluant de la main par la fenêtre la foule rassemblée le long de la route.

C'est pour une fois en anglais que le pape François a exhorté les deux Corées à retrouver le chemin de la paix, à dépasser les «récriminations» et à cesser de recourir au «déploiement des forces». Pour le Saint Père, la paix ne pourra être atteinte que par le dialogue et le pardon. Le pape François s'est également arrêté sur le témoignage que constitue la vie des 124 premiers martyrs chrétiens de Corée, «prêts à donner leur vie dans la vérité dans laquelle ils croyaient», appelant les jeunes à "appliquer aux défis du présent" la "sagesse des anciens".

Mais l'appel à la paix et à la réconciliation lancé dès son arrivée par le pape François à Séoul, aura été accueilli par une démonstration de force des plus classiques de la part de la Corée du Nord, qui avait refusé que des catholiques nord-coréens viennent à la rencontre du pape : elle a effectué ce jeudi un tir de trois projectiles de courte portée dans la mer, depuis ses côtes est, obligeant la Corée du Sud à relever son état d'alerte le long de la frontière.

 Réf.  Séoul : le pape François lance un appel à la paix, la Corée du Nord lance trois missiles

 JPSC