12/09/2014

Le Saint Nom de Marie (12 septembre)

De missel.free.fr :

La fête du Saint Nom de Marie, disparue aujourd'hui du calendrier liturgique, venait de la ville de Cuenca, en Espagne (Nouvelle-Castille), à qui elle fut concédée en 1513, sous le rite double. Un temps abrogée par saint Pie V (1570), la fête du Saint Nom de Marie fut rétablie par Sixte V (1585-1590) et assignée au 17 septembre. Réservée à Cuenca, au diocèse de Tolède, puis à toute l'Espagne, la fête du Saint Nom de Marie fut ensuite permise par Clément X au royaume de Naples (1671) ; le diocèse de Milan la célébra le 11 septembre et d'autres le 22 septembre. La fête du Saint Nom de Marie ne fut instituée à Rome qu'en 1683, par Innocent XI, en action de grâce pour la délivrance de Vienne assiégée par les Turcs (12 septembre 1683).

Tandis que la Hongrie se révoltait contre les Habsbourgs, les trois cent mille hommes des armées turques conduites par le grand vizir de Mehmed IV, Kara Mustapha Pacha, et guidées par le comte hongrois et protestant Tököly, bloquaient Vienne depuis le 14 juillet 1683. L'empereur Léopold I° (1640-1705) et son beau-frère, Charles de Lorraine, avaient déserté la ville où treize mille hommes attendaient sous le commandement du comte de Sarhenberg. Innocent XI qui eût voulu former une ligue catholique contre les Turcs, ne put compter que sur l'alliance de Jean III Sobieski  (1624-1696), roi de Pologne depuis 1674, que l'on joignit lors d'un pèlerinage à Chestokowa dont il partit le 15 août. Le dimanche 12 septembre 1683, Jean Sobieski servit la messe, communia, arma son fils chevalier et prit le commandement de l'armée catholique où, en plus de ses troupes polonaises, il y avait celles du duc de Lorraine et du prince de Waldeck ; « Aujourd'hui, s'écria-t-il, il y va tout ensemble de la délivrance de Vienne, de la conservation de la Pologne et du salut de la chrétienté entière ! » Puis, il se mit à la tête des coalisés et chargea en criant : « Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam ! » Les Ottomans furent battus à Kahlenberg et, dans Vienne délivrée, Jean Sobieski vint se prosterner avec ses généraux devant la statue de Notre-Dame de Lorette vénérée dans l'église des Augustins où l'on chanta un Te Deum ; ce jour-là, on avait fait à Rome une grande procession suivie, malgré sa goutte,  par la pape ; le 24 septembre, le cardinal-vicaire prescrit des sonneries de cloches et des prières d'action de grâces et, le 25 novembre, un décret établissait la fête du Saint Nom de Marie et l'assignait au dimanche dans l'octave de la Nativité de la Bienheureuse Vierge.

Innocent XIII étendit la fête du Saint Nom de Marie à l'Eglise universelle en 1721. La fête du Saint Nom de Marie fut placée au 12 septembre par Pie X lors de la grande réforme du  Bréviaire romain[1]. La fête du Saint Nom de Marie a disparu lors de la réforme du calendrier par Paul VI (1969), mais lui a laissé une messe votive ce qu'a ratifié Jean-Paul II dans Les messes en l'honneur de la Vierge Marie, publié à Rome le 15 août 1986, où la vingt-et-unième messe est en l'honneur du saint Nom de Marie.


[1] Pie X : constitution apostolique « Divino afflatu », 1° novembre 1911.

« Jusqu'où ira François ? » de Jean-Marie Guénois

9782709629744-G.jpgUn livre sur le pape François qui n’est pas une hagiographie et qui est différent des autres livres

Sur les vingt-cinq livres aujourd’hui publiés sur ou autour du pape François, aucun ne prend du recul sur sa vraie personnalité, anticonformiste mais autoritaire et autocratique, ni sur son programme qui risque de menacer l’unité de l’Église. C’est donc le premier livre qui dit vraiment ce qui se passe dans les coulisses de ce jeune pontificat.

Un livre qui aborde ce pontificat de façon totalement inédite et originale

La force du livre est d’analyser ce pontificat non de façon linéaire et chronologique mais problématique dans la rupture et la continuité avec Benoît XVI : En quoi François est un « antipape » même s’il joue son rôle ? Quelles sont la vraie portée et les limites de sa réforme ? En quoi Benoît XVI a-t-il d’une certaine manière « raté » sa succession et pourquoi a-t-il vraiment démissionné ? En quoi François qui n’était pas le candidat de Benoît XVI, exerce-t-il une rupture avec lui alors qu’officiellement il y a continuité ? En quoi François peut-il déclencher une réconciliation de l’Église avec le monde, notamment sur les questions de sexualité, et contribuer à une certaine renaissance de l’Eglise catholique ?

Un livre clair et limpide, percutant, écrit par un journaliste parmi les plus reconnus sur le sujet

Jean-Marie Guénois a passé dix ans à Rome. Il est sur le plan international le « vaticaniste » français et francophone le plus reconnu. Il est un des très rares journalistes à avoir prévu la probable élection du cardinal Bergoglio. Sa forte notoriété dans ce secteur d’information devrait contribuer à faire de cet essai un livre vraiment remarqué cet automne.

 L'auteur

 Jean-Marie Guénois est rédacteur en chef au Figaro chargé des religions, consultant pour RTL et journaliste à l’Esprit des lettres sur KTO.

 Références
Auteur(s) : Jean-Marie Guénois /Titre : Jusqu'où ira François ?/Editions : JC Lattès/Collection : Essais et documents
Date de Parution : 09/2014/Code EAN/ISBN : 9782709629744/Hachette : 4539680/Prix public : 18.00 €/Format : 130 mm x 205 mm
200 pages

Un livre qu'il faut aussi lire entre les lignes..

JPSC

11/09/2014

Lettre ouverte à Monseigneur Bonny

 Nous avons relaté (ici : «  le manifeste de l'évêque d'Anvers ») la publication de la lettre publique adressée par Mgr Bonny aux autorités de l’Eglise sur l’éthique familiale et sexuelleà la veille du prochain synode romain consacré à cette question.(Lire le manifeste en cliquant ci-après LETTRE DE MGR BONNY SYNODE SUR LA FAMILLE)

Le Forum Catholique Romain lui adresse une lettre en réplique dont on peut lire le texte ci-dessous. Ce Forum réunit des associations et des personnes laïques (c'est-à-dire non-clercs) “explicitement catholiques”, tant flamandes que francophones. (Site web:  Rooms – Katholiek lekenforum). JPSC.

Berchem-Anvers, le 09-09-2014

Monseigneur, 

La lettre que vous venez d’adresser au prochain Synode sur la famille, a retenu toute notre attention. Nous y trouvons non seulement vos opinions et attentes personnelles, mais également une invitation à « un vaste échange ecclésial » sur la problématique de la pastorale familiale actuelle et sur l’attitude de l’Église à l’égard des questions éthiques afférentes à celle-ci. Nous osons espérer que vous êtes donc également accessible à des points de vue qui ne correspondent pas toujours aux vôtres. Dans le passé, il nous est arrivé quelques fois d’exprimer notre désaccord quant à certaines positions que vous adoptiez. Mais d’autre part, nous étions toujours disposés à mettre en évidence les bons aspects de vos actions en tant qu’évêque d’Anvers, comme vous pouvez le vérifier sur notre site web. À l’instar de ce qui est sans doute votre propre aspiration, la nôtre tend à formuler sur l’actualité ecclésiale une opinion solidement étayée et constructive, qui, sans préjugés, ose aborder le fond des choses. 

Comme vous l’écrivez à la fin de votre lettre, vos considérations sont devenues plus longues que vous ne l’aviez pensé initialement. Nous n’avons pas l’intention d’entrer dans le détail de chacune de celles-ci, mais seulement de formuler, de manière fraternelle et respectueuse, notre opinion quant à certains points importants que vous avez évoqués. Vous avez présenté ces points « comme un évêque d’Europe occidentale, dans la conscience que des évêques d’autres régions d’Europe ou d’autres continents peuvent avoir des opinions divergentes ».Ce n’est peut-être pas ce que vous avez voulu dire, mais cette phrase suggère que tous les évêques d’Europe occidentale sont en grande partie d’accord avec vous, ce que nous osons fortement mettre en doute.

Au centre des critiques que vous portez sur les « déclarations morales de Rome » (une terminologie qui insinue que le magistère du pape se limite à la Cité du Vatican), se trouve l’encyclique « Humanae Vitae ». La principale faiblesse de vos considérations à cet égard réside dans le fait qu’elles ne portent guère ou pas sur le contenu, mais qu’elles se focalisent sur la façon dont cette encyclique a été faite. À votre avis, c’était sans un vaste consensus des évêques. D’autres sources ecclésiales affirment cependant qu’il y avait à cet égard bel et bien une forme de collégialité valide, du fait que les pères conciliaires avaient chargé Paul VI de faire une déclaration doctrinale sur le problème de la contraception artificielle. Après la publication de l’encyclique, seules trois conférences épiscopales s’en sont distanciées en grande partie (le Canada, l’Allemagne et la Belgique) et une seule partiellement (la France). L’immense majorité des conférences épiscopales ont approuvé le contenu de l’encyclique. D’après « Lumen gentium » n° 25, cette vaste approbation d’une déclaration papale signifie donc que cette encyclique « exprime infailliblement la doctrine du Christ ».

Lire la suite

Le laïcisme, religion d'Etat

Du blog de Jeanne Smits :

 

Le cardinal Francis George dénonce la religion du laïcisme

L’archevêque de Chicago, le cardinal Francis George, a écrit cette semaine dans son éditorial hebdomadaire du journal de son diocèse que les Etats-Unis ont désormais leur « religion d’Etat » : le laïcisme. Une religion qui s’impose parfois avec la même brutalité que « la charia ».

Un tel franc-parler surprend aujourd’hui de la part d’un prince de l’Eglise.

Plutôt que de vous donner une idée, quelques citations, je vous propose de découvrir le texte in extenso. Il en vaut la peine. Vous verrez que ce que le cardinal George écrit vaut aussi pour la France et pour d’autres pays jadis chrétiens. Il explique notamment que s’engager sur la route du pouvoir, dans la situation actuelle, suppose une forme d’apostasie : l’acceptation des idoles du jour.

Je vous propose ici ma traduction de ce texte. Le titre choisi par le cardinal est détourné de celui du roman de Dickens, A Tale of Two Cities. – J.S.

à lire ICI

 

Le rosaire, un remède aux maux de notre société ?

Les "Cahiers Libres" publient une interview de Jean-Michel Castaing :

“Un rosaire pour le troisième millénaire” Interview de Jean-Michel Castaing

Jean-Michel Castaing vient de publier le livre Un rosaire pour le troisième millénaire. Il a accepté de répondre aux questions des Cahiers Libres.

Pourquoi estimez-vous que la prière du rosaire est particulièrement pertinente pour notre époque ?

JMC : Nous traversons une grave crise anthropologique, touchant les modèles de notre compréhension de l’homme. Surtout dans les pays occidentaux. Pour aller vite, disons que nous ne savons plus ce qu’est, ou qui est, l’homme. On l’a constaté notamment avec le projet de loi dit « mariage pour tous ». Mais je pourrais citer bien d’autres exemples. Dès lors il m’a paru urgent de trouver un contre-feu à cette crise. Je me suis rendu compte que s’il existe une prière qui s’appuie justement sur ce qu’est l’homme, c’est bien le Rosaire. De plus je reste convaincu que nous ne sortirons de cette impasse culturelle que par le haut. Tous les rafistolages idéologiques ne serviront de rien en cette affaire. Justement, le Rosaire nous donne de contempler le plan de notre rédemption à travers le personnage de l’homme parfait, Jésus. Contrairement à une idée reçue, le « héros » principal de cette prière n’est pas Marie, mais son fils. C’est particulièrement évident avec la série des mystères douloureux.

Je suis donc parti du postulat suivant : si nous voulons nous rendre compte de ce qui ne va pas avec l’homme dans la postmodernité, mieux vaut partir de ce qu’est l’homme en sa plénitude : le Christ. Car le Christ est vrai homme et vrai Dieu. Que vous preniez les interrogations liées au corps, à la tension entre ancrage culturel particulier et mondialisation, à la fête ou au divertissement qui en est la caricature, à la place de l’image, du glamour, des nouvelles formes de socialisation au travers des réseaux sociaux, ou bien les thèmes de l’amour, de la solidarité, ou ceux, plus inquiétants, de l’occultisme ou de la tentation de bâtir une cité totalitaire, sur tous ces terrains le Rosaire a son mot à dire. Il balaye un champ de problématiques stupéfiant dans sa variété.

Lire la suite

L'obligation de réagir face à l'Etat islamique

L'Institut Thomas More publie une "note d'actualité" sur cette question cruciale :

Présentation : 

Face à l’État islamique | L’obligation de réagir
Note d’actualité 24 | Depuis juin dernier, le monde assiste, presque impuissant, à l'essor d'une « nouvelle hydre » djihadiste surgie des confins syro-irakiens en proie à un chaos infernal dont les populations locales sont les principales victimes. Les acteurs, tant internationaux que régionaux, se sont largement laissés dépasser par l’État islamique, dont ils ont sous-estimé les capacités d'organisation et les compétences guerrières. Ses récents succès en Syrie et surtout en Irak, ont considérablement aggravé la menace pour la stabilité du Moyen-Orient et la sécurité internationale. 

Certains pays ont déjà commencé à intervenir, avec des livraisons d’armes aux troupes qui affrontent l’État islamique sur le terrain et du renseignement. L’idée d’une coalition plus large et plus globale fait son chemin dans les chancelleries occidentales mais aussi dans le monde arabe. Face aux horreurs perpétrées sur les populations civiles, la théorie de la « guerre juste » offre en outre des bases à la fois éthiques et juridiques pour justifier une intervention de tous les acteurs de bonne volonté.

Mais dans cet Orient tourmenté, comment et avec qui agir ? Quel type d’action mener ? A quelles fins ? Si l'usage de la force armée a déjà montré ses limites dans la région, comment combattre autrement que sur le terrain de la guerre un mouvement extrémiste et nihiliste ? En quoi ce mouvement pose-t-il un défi nouveau exigeant une réaction d’ampleur, pour refouler cette menace et, si possible, l’éliminer ? Alors que Barack Obama dévoile son plan contre l’État islamique et quelques jours avant la Conférence internationale organisée à Paris le 15 septembre prochain, l’Institut Thomas More plaide en faveur d’une action circonstanciée, ferme et volontaire.

Télécharger la note d'actualité

Le père Zanotti-Sorkine intègre l'équipe pastorale du Laus à temps partiel

Sans titre.png

10/09/2014

L'impunité pour la haine anti-chrétienne

Ce qu'on peut lire sur Le Monde aujourd'hui :

Dégradation d'une cloche de Notre-Dame de Paris : les Femen relaxées

Le 12 février 2013, des membres des Femen ont pénétré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris pour célébrer la renonciation de Benoît XVI et le vote de la loi sur le mariage pour tous. 

Poursuivies pour avoir dégradé une cloche de Notre-Dame de Paris, neuf membres du groupe féministe Femen ont été relaxées mercredi 10 septembre par le tribunal correctionnel de Paris. Le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments pour imputer les dégradations aux Femen.

Le 12 février 2013, les Femen avaient fêté à leur manière le renoncement du pape Benoît XVI. Incognito dans le flot des touristes, elles étaient entrées dans l'édifice avant de tomber le manteau pour se jucher sur le socle de trois cloches, exposées provisoirement dans la nef à l'occasion du jubilé des 850 ans de Notre-Dame de Paris.

Exhibant leurs seins comme à chacune de leurs actions, les Femen avaient crié « Pope no more ! » (« Plus de pape ! »), en faisant tinter les cloches avec des morceaux de bois. La police avait constaté sur procès-verbal des éclats de plus d'un centimètre sur le dessus de la cloche Marcel, recouvert de feuilles d'or.

Lors du procès, les Femen ont contesté être à l'origine du dommage, arguant qu'elles avaient pris soin de recouvrir leurs bâtons de feutrine.

Pas suffisamment, selon l'avocat du recteur de Notre-Dame, pour qui la protection était mal attachée, si bien que la cloche a été frappée à « bâton nu ». Le parquet avait requis une amende de 1 500 euros contre chacune des neuf jeunes femmes.

« NOUS TROUVERONS UN MOYEN DE NOUS REVOIR »

Sur Facebook, les Femen se sont réjouies de l'issue de cette « mascarade qui dure depuis plus d'un an déjà aux frais du contribuable ». Avant d'ajouter, provocatrices comme à leur habitude :

« Il ne nous reste qu'un seul regret, celui de voir se finir ici cette relation si chaleureuse que nous avions nouée avec Notre-Dame depuis lors, mais nous sommes certaines que nous trouverons un moyen de nous revoir… »

Trois surveillants de la cathédrale ont quant à eux été condamnés à des amendes de 300 euros, 500 euros et 1 000 euros avec sursis pour des violences commises sur trois militantes lors de leur expulsion de l'édifice.

Existe-t-il des vérités intouchables au milieu du relativisme ambiant ?

De didoc.be, cette réflexion qui vient très à propos :

Des vérités non-négociables dans une culture relativiste

Écrit par Juan Meseguer le 9 septembre 2014.

Que peuvent avoir en commun la lutte pour l’abolition de l’esclavage, le mouvement pour les droits civils des noirs, la défense de l’enfant non encore né et du mariage, et la liberté religieuse ? La conviction qu’il existe des vérités qui sont intouchables parce que la qualité éthique de la société en dépend. Sheila Liaugminas, journaliste de Chicago, gagnante d’un prix Emmy et collaboratrice de MercatorNet, l’explique dans un livre.

D’où est venue l’autorité d’Abraham Lincoln pour dire que le droit de choisir d’avoir des esclaves était immoral ? Car en fin de compte, les lois du pays le permettaient. Et d’où vint l’autorité de Martin Luther King pour mener un mouvement réclamant de nouveaux droits civils pour les noirs ? Après tout, la ségrégation était légale. Et d’où est venue l’autorité morale des Nations Unies pour demander la reconnaissance des droits de l’homme dans une déclaration internationale, malgré le fait que quelques états membres les transgressaient ?

Des premiers principes, répond Liaugminas. Des principes qui sont enracinés dans la nature humaine et qui, à travers la raison, permettent de découvrir une série de droits intrinsèques à toute personne car ils dérivent de la dignité humaine.

Le problème est que la culture actuelle, marquée par le relativisme, est en train de perdre la cohérence intellectuelle. Ainsi, il n’est pas étrange de se trouver face à des activistes « qui aiment grimper sur les épaules de Martin Luther King », mais qui « ne sont pas disposés à assumer les conséquences ultimes de son enseignement sur la justice et la vérité des droits de l’homme ».

Lire la suite

Malines, 27 septembre : manifestation contre les persécutions des chrétiens

28206_orig.jpg

http://www.stopchristenvervolging.be/

Abbaye de Bois-Seigneur-Isaac, 11 octobre : retraite "St Charbel et l'Eucharistie"

Les moines libanais maronites ont la joie de vous inviter à leur journée spirituelle

  

« ST. CHARBEL ET L’EUCHARISTIE»

Retraite spirituelle

11 OCTOBRE 2014

 Prédicateur: Père Charbel EID (OLM)

 

9h00 : Arrivée

9h30 : Lancement de la retraite

10h00: Prédication

11h30: Méditation silencieuse

12h20: Prière et Louange

12h30: Repas

14h00: Exercice érémitique

15h00: Partage des groupes

16h30: Pause

17h00: Prédication

19h00: Eucharistie 

 

Pour votre inscription:

Abbaye de Bois-Seigneur-Isaac

Monastère Saint Charbel  

 E-mail: morcos44@hotmail.com / abbayebsi@hotmail.com

Tél: 067892420

PAF: 20 euros par personne (repas inclus)    

 

          2 Rue Armand de Moor

   1421-Ophain-Bois-seigneur-Isaac

          GSM: 0032- 497284008

            www.olmbelgique.org

Contexte tendu pour le prochain voyage du pape en Asie en janvier 2015

Lu sur Eglises d'Asie (EDA)

image_mini.jpgLa visite du pape François en janvier prochain s’inscrit dans un contexte tendu

Après la visite que le pape François a effectuée en Corée du Sud le mois dernier, le programme de son prochain déplacement en Asie se précise. Le pape partira de Rome le 13 janvier prochain pour Colombo, au Sri Lanka, où il passera deux jours, avant de poursuivre son voyage aux Philippines, où il atterrira le 15 janvier et passera quatre jours.

Les grandes lignes du programme de la visite au Sri Lanka ont été rendues publiques fin août. Le pape François atterrira à l’aéroport international de Colombo à 9h du matin, le 13 janvier, et se rendra à l’archevêché de la ville, où il sera accueilli par le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque du lieu, et où il rencontrera l’ensemble des évêques de l’Eglise du Sri Lanka. Après un déjeuner sur place, il sera reçu au palais présidentiel par Mahinda Rajapaksa et poursuivra par une rencontre avec des responsables des autres religions présentes dans le pays. Le lendemain, le pape devrait célébrer une messe sur Galle Face Greens, immense esplanade située en front de mer au centre de Colombo, avant de partir pour le sanctuaire marial de Notre-Dame de Madhu, 300 km plus au nord, dans le diocèse de Mannar.

Au-delà du strict énoncé du programme officiel, cette visite – la première d’un pape dans le pays depuis la venue de Jean-Paul II en janvier 1995 – s’inscrit dans un contexte tendu. Dès que ce projet de voyage a commencé à être rapporté dans la presse, les mouvements radicaux et ultranationalistes animés par des moines bouddhistes cinghalais ont fait connaître leur hostilité à la perspective de la visite papale. Le plus célèbre d’entre eux est Galagoda Atte Gnanasara, leader de Bodu Bala San (BBS, Force bouddhiste), organisation de moines bouddhistes fondée en 2012 et connue pour la virulence de ses prêches haineux à l’encontre des minorités religieuses du pays. Par voie de communiqué, Galagoda Atte Gnanasara a déclaré : « Le pape François devra présenter des excuses aux bouddhistes pour les atrocités commises par les gouvernements coloniaux chrétiens en Asie du Sud. J’attends de voir ce que le pape va dire au sujet des crimes qui ont été commis ici. » (Entre 1505 et 1948, le Sri Lanka a été sous domination portugaise, hollandaise puis britannique.)

Lire la suite