Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 8

  • Quand un prêtre catholique aborde la crise de la conscience contemporaine de manière frontale

    IMPRIMER

    9782204110679-56d0726c4e7d0.jpgDe Sébastien Lapaque sur Figaro Vox (lefigaro.fr) :

    Tanoüarn : la liberté, pour quoi faire ?

    Dans Délivrés, l'abbé Guillaume de Tanoüarn aborde la crise de la conscience contemporaine de manière frontale : «pour être libre, il faut posséder la joie et pour posséder la joie, il faut avoir la foi.» L'analyse de Sébastien Lapaque.

    Sébastien Lapaque est écrivain. Il est critique littéraire au Figaro.

    Guillaume de Tanoüarn a publié en mars 2016 Délivrés. Méditations sur la liberté chrétienne aux éditions du Cerf.


    Libéré, délivré: un regard sur «l' évidence chrétienne»

    «Je te hais Jésus-Christ qui m'a donné un corps», écrit Michel Houellebecq dans un poème de la Poursuite du bonheur. Prêtre catholique, docteur en philosophie, auteur d'une thèse sur Cajetan, l'un des meilleurs interprètes renaissants de saint Thomas d'Aquin, Guillaume de Tanoüarn n'aime rien tant que ces blasphèmes où s'élucide une prière athée. A moins qu'il ne s'agisse d'une «montée transgressive vers le divin», ainsi que l'écrit Laurent Cohen dans son merveilleux petit livre consacré au poète roumain de langue allemande Paul Celan (Paul Celan, Chroniques de l'antimonde, Jean-Michel Place, 2000). Rien ne convient mieux que cette théologie négative à l'obscurité du temps où nous sommes: partons de l'ombre pour cheminer vers la lumière.

    Cette ombre, c'est celle de nos corps, créés pour nous rendre libres et qui nous entravent et nous aliènent, ratione peccati, «en raison du péché», comme disaient les docteurs médiévaux. Mais cette raison du péché est la condition de notre liberté, explique aujourd'hui Guillaume de Tanoüarn dans Délivrés (Cerf, 290 p., 22 €.), une suite de «méditations sur la liberté chrétienne» dont l'audace est comparable à celle du matador descendant dans l'arène pour affronter la corne du taureau. Nous avons connu l'abbé fraîchement émoulu du séminaire, fraîchement ordonné, épris de thomisme et de scolastique. Pour prouver l'existence de Dieu, il en pinçait pour l'argument cosmologique (il faut un premier moteur), même si ce bon lecteur de Kant aimait le mixer avec l'argument téléologique (il est impossible que rien ne soit possible).

    Lire la suite

  • L'abbé Henri Ganty nous a quittés

    IMPRIMER

    abbe-ganty-n.jpgL'abbé Henri Ganty vient de mourir, soudainement, au CHA de Libramont, à 70 ans. Son décès laisse dans la surprise tous ceux qui avaient pu apprécier sa joie, sa simplicité. (http://www.diocesedenamur.be/)

    Il avait été nommé vicaire épiscopal à l'enseignement par Monseigneur Léonard il y a déjà 20 ans. Il lui avait répondu, avant d'accepter ce poste à responsabilité : "Je ne veux pas être un de ces censeurs qu'on voit trop souvent" et Monseigneur Léonard lui avait donné toute sa confiance. 

    Ainsi, durant plus de de deux décennies, il a exercé avec bienveillance et compétence les fonctions d’inspecteur en religion et de vicaire à l’enseignement, gardant dans le diocèse de Namur une bonne qualité de ce cours.

    Adepte de toutes les méthodes modernes de communication, il avait commencé à présenter le programme de religion sur Internet en vidéos (ici ).

    Ces dernières années, l’un de ses combats consistait à veiller à  maintenir le caractère propre de ce cours face aux tentatives de plus en plus pressantes pour le laïciser. Dans ce combat, il osait dire les choses, nettement, avec la force des mots. Pas d’onction ecclésiastique ou de faux semblait chez lui quand il discernait une dérive ou une injustice. On connait son combat récent pour l’Ecole d’Enseignement spécialisé des “Capucines” expulsée de ses locaux à Ciney (citation de l’Abbé Ganty) « par le seul et sombre souci d’engranger de grosses rentrées financières », ou sa défense publique d’un professeur de religion violement et injustement harcelé par sa hiérarchie. Il avait été le premier à soutenir ses élèves et à signer et commenter la pétition initiée par eux sur le Web.

    Son autre passion était la musique, et il pratiquait l’art de la flûte baroque comme concertiste. On trouvera sur ce site toute l’expression de sa passion et certains des disques qu’il avait édité. (http://www.henryganty.net/)

    Il participait à de nombreuses émissions de radio pour expliquer de manière pédagogique et imagée, toute l’histoire de la musique.

    L’abbé Henri Ganty est parti trop tôt. Il avait encore beaucoup à faire sur terre. Gageons qu’il agira encore plus efficacement depuis le Ciel. Il nous voit et nous accompagne de sa joie communicative.

    Arnaud Dumouch, 16 avril 2016

  • Le Cardinal Sarah apporte son soutien à la Marche pour la Vie à Bruxelles

    IMPRIMER

    20130217nw286.jpgLe Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, a adressé ce message aux organisateurs : 
    « Je soutiens l'initiative de March for Life Brussels du dimanche 17 avril à Bruxelles qui défend la vie et les plus faibles.
    C'est un combat juste et courageux.
    +RS »

  • Tugdual Derville à Liège le lundi 18 avril prochain à 18h00 : un nouveau lieu pour la conférence débat

    IMPRIMER

     ulg_18avril2016_bis - Copie.jpg

    Tugdual Derville est une personnalité française  internationalement connue du monde associatif. Né en 1962, il est licencié en droit, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC). 

    Tugdual Derville a travaillé pour une association d’aide aux personnes âgées, les petits frères des pauvres, avant de devenir consultant dans le domaine médico-social. En 1986, il fonde l'association À bras ouverts pour organiser l’accueil par des accompagnateurs bénévoles d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes porteurs d’un handicap mental, pour des week-ends ou des séjours de vacances En 1994, il rejoint l’Alliance pour les droits de la vie, association fondée par Christine Boutin. Cette association devient Alliance VITA, un des principaux mouvements pro-vie qui présente ses objectifs comme « le respect de la dignité humaine, particulièrement des plus vulnérables ». Il en est délégué général et, à ce titre, il intervient régulièrement dans les médias sur les questions bio-éthiques, rappelant « l'éminente dignité de tout être humain et son droit à ce que sa vie soit reconnue et protégée ». Après la canicule de l'été 2003, il fonde le service d’écoute SOS Fin de Vie en 2004 et à la suite du mouvement social de l'année 2013, il a lancé le Courant pour une Écologie Humaine, avec Pierre-Yves Gomez et Gilles Hériard-Dubreuil.

    Tugdual Derville est auteur de : « Le Bonheur blessé, avortement, eugénisme et euthanasie en question » (2005), « La Bataille de l’euthanasie, enquête sur les 7 affaires qui ont bouleversé la France»(2012)

    Pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs, la rencontre ne se tiendra pas, comme de coutume, à l’Université de Liège mais à l’Espace Prémontrés (séminaire de Liège). Merci d’en prendre note :

     Lunch débat 

    Espace Prémontrés, rue des Prémontrés, 40- 4000 Liège - salle Saint-Lambert

    Espace Prémontrés.png

    Entrée par le portail (parking possible dans la cour) et la grande porte du bâtiment (parcours fléché)

    salle Saint-Lambert.jpg

    lundi 18 avril 2016 à 18 heures

    Participation aux frais : 10 € (à régler sur place) - 2 € pour les étudiants
    Inscription nécessaire :
    soit par téléphone : 04 344 10 89
    soit par email : info@ethiquesociale.org 

    soit sur le site internet "éthique sociale", en cliquant ici : www.ethiquesociale.org

    JPSC

  • Voulu par le Roi Baudouin, le monastère des soeurs de Bethléem d'Opgrimbie pourrait se développer

    IMPRIMER

    412607e8-0192-11e6-ae27-14547e5c3540_web_scale_0.1757079_0.1757079__.jpg

    On sait que les moniales de Bethléem ont été confrontées à de nombreuses difficultés dans l'implantation de leur monastère à Opgrimbie (en Campine) où le roi Baudouin avait souhaité les voir s'établir. La situation semble s'éclaircir comme le rapporte le site de l'Eglise catholique en Flandre :

    Opgrimbie devient zone naturelle

    Le monastère d'Opgrimbie peut s'agrandir avec dix cellules supplémentaires pour les religieuses et un bâtiment d'accueil pour les visiteurs

    Le domaine royal Opgrimbie à Maasmechelen et Lanaken devient zone naturelle. Des règlements d'urbanisme ont été élaborés pour le monastère et la villa royale. Selon un avant-projet de plan d'exécution, le monastère peut être transformé ou agrandi avec dix cellules supplémentaires pour les religieuses et un bâtiment pour les visiteurs.

    Le monastère des Sœurs de Bethléem a été construit en 1995 dans le Domaine Royal d'Opgrimbie à la demande du feu Roi Baudouin. Dès le début, l'intention était d'intégrer le monastère aussi bien que possible dans la nature et de répondre aux besoins croissants de lieux de silence intégral dans la société. Mais le permis de construire a été annulé à deux reprises par le Conseil d'Etat.

    Il y a deux ans, le diocèse de Hasselt, les sœurs et la fondation Astrida de la défunte reine Fabiola ont entamé un procès de régularisation avec, en priorité, un plan visant à mesurer l'impact sur l'environnement. Ce rapport a été approuvé l'an dernier et est aujourd'hui l'avant-projet régional élaboré pour être mis en œuvre. Au début du mois de mai, ce plan sera discuté lors d'une réunion plénière avec toutes les administrations concernées; par la suite, le gouvernement flamand pourra donner le feu vert final et les sœurs et la famille de Baudouin et Fabiola pourront introduire tous les permis de construction nécessaires.

    Le plan prévoit que le monastère peut s'étendre sur une zone bâtie maximale d'un 1,5 hectare. Les soeurs obtiennent la permission de prolonger le cloître avec dix cellules et une maison d'hôtes. Elles peuvent également créer un cimetière dans la nature. Une présence permanente n'est pas autorisée dans la Villa Royale.

    kerknet.be (Source: Belang van Limburg)

  • Trois piliers de la vie chrétienne : la Croix, l'Eucharistie et la Vierge Marie

    IMPRIMER

    Vu sur le site de Famille Chrétienne (Benoît Pénicaut) :

    Cardinal Sarah : « Fondons notre vie sur 3 piliers : la Croix, l'Eucharistie et la Vierge Marie »

    Lors de la messe de clôture de l'ostension de la Sainte Tunique à Argenteuil, le cardinal Sarah, qui célébrait la messe, a exhorté les nombreux fidèles présents à aimer le Christ plus que tout et à mourir pour lui, à l'image de saint Pierre. Il les a aussi appelés à fonder leur vie sur trois piliers : la Croix, l'Eucharistie et la Vierge Marie. Une homélie riche d'enseignements à voir et écouter sans attendre.

  • Journée des Vocations : "On n’attire personne par des incertitudes. Là où il y a des vocations, c’est quand il y a une image claire du prêtre."

    IMPRIMER

    De Famille Chrétienne (Jean-Marie Dumont) :

    Père Michel Gitton : « Là où il y a des vocations, c’est quand il y a une image claire du prêtre »

    EXCLUSIF MAG - L’Église célèbre ce dimanche 17 avril la Journée mondiale de prière pour les vocations, notamment sacerdotales. Réaction du Père Michel Gitton, fondateur de la communauté Aïn Karem.

    D’année en année, l’Église appelle à prier pour les vocations. Cela sert-il à quelque chose ?

    Bien sûr ! C’est toute la question de la prière de demande. Jésus nous a demandé de prier et d’insister. Notre prière est indispensable, elle rend le monde plus perméable à la présence et à l’action de Dieu. Notre prière a pour effet d’ouvrir nos cœurs à son action. On doit toujours être assuré que notre prière aura de l’effet.

    L’image du prêtre a une nouvelle fois été ternie dans les médias ces dernières semaines. Prier pour les vocations, est-ce aussi prier pour les prêtres ?

    Prier pour les prêtres est une des grandes préoccupations de l’Église. Il y a des ordres religieux qui intègrent cette dimension dans leur programme de vie. Cela doit être le souci de chacun.

    Davantage aujourd’hui qu’avant ?

    Dans l’ambiance des années 1968, tout le côté pénitentiel et ascétique de la vie de prêtre a été jeté aux oubliettes. On a introduit un discours de facilité, consistant à dire que le prêtre est un homme comme les autres, qu’il a le droit comme tout le monde de s’épanouir, de se détendre. On a eu tendance à considérer le sacerdoce comme un rôle social au milieu des autres.

    Or, la vision conforme à l'essence du sacerdoce nous amène à voir dans le prêtre un homme donné, immolé, offrant sa vie aux autres par son dévouement et au Christ par son être. Ce faisant, des distances ont été prises par rapport aux règles de prudence et d’ascèse qui entouraient son ministère. Quand on abandonne cette vision mystique et sérieuse du sacerdoce, le passage à l’acte est rendu beaucoup plus facile quand des tentations se présentent.

    On n’attire personne par des incertitudes. Là où il y a des vocations, c’est quand il y a une image claire du prêtre.

    A-t-on retrouvé un équilibre plus juste dans cette prudence ?

    Je crois qu’on est sur la bonne voie. J’ai moi-même été ordonné dans la crise de l’après-68, au moment où on bazardait toutes ces règles de prudence, pas forcément avec l’intention de mal faire, mais pour abandonner le cadre qui avait cours jusqu’alors. La sagesse de l'Église amenait auparavant à garder certaines distances, par exemple au confessionnal, avec la fameuse grille qui séparait le pénitent du prêtre.

    On a développé une sorte de rousseauisme, partant de l’idée qu’aux purs tout est pur, que tout va bien si on n’a pas de mauvaises intentions. C’est oublier le péché originel. La prudence est la défense des faibles.

    [...]

    Comment expliquez-vous que certaines communautés ou séminaires « recrutent » et d’autres pas du tout ?

    Un jeune qui s’engage aujourd’hui ne veut pas s’engager dans quelque chose qui n’a pas de consistance. Si on commence par dire qu’il n’y aura bientôt plus de prêtres, et à expliquer que le prêtre ne doit pas être visible, qu’il n’y a pas d’autorité, c’est fichu. On n’attire personne par des incertitudes. Là où il y a des vocations, c’est quand il y a une image claire du prêtre et une volonté de construire. Je ne vois pas comment un jeune pourrait avoir envie de risquer sa vie pour quelque chose qui n’est pas clair et qui n’a pas d’avenir. Ce serait suicidaire.

    Ce qui est en jeu, c’est la paternité sacerdotale. Dans beaucoup de cas, on a préparé les hommes à être diaphanes, à mettre les autres en avant, à ne pas avoir d’autorité. On ne les a pas préparés à devoir s’affronter au monde. Or le prêtre est un père, un bâtisseur, qui doit lutter contre l’indifférence et aller de l’avant. Si on part de l’idée que le prêtre doit être en rotation permanente, le représentant local de l’évêque, sans aucun charisme personnel, on va dans le mur.

  • Les communicateurs catholiques pleurent la mort de Robert Molhant

    IMPRIMER

    Les communicateurs catholiques pleurent la mort de Robert Molhant

    Bruxelles, 14 avril 2016 (Communiqué de SIGNIS).

    Nous avons le regret de vous annoncer la triste nouvelle de la mort inattendue de Robert Molhant, dans la nuit du 11 avril, à son domicile à Bruxelles. Premier secrétaire général de SIGNIS (2002-2005), et secrétaire général de l’OCIC, l’organisation catholique internationale du cinéma, (1979-200) pendant plus de 20 ans, c’était un pionnier créatif dans le monde des communications catholiques. Lors de sa retraite de SIGNIS, il a repris la présidence du CREC International, le centre de recherche et d’éducation en communication, créé par Pierre Babin à Lyon en 1971.

    Le Président de SIGNIS, Gustavo Andujar, a déclaré : « Je viens d’apprendre la triste nouvelle de la mort soudaine de notre bien-aimé Robert Molhant. C’était un géant des communications catholiques, qui, avec un charisme incomparable et une vision éclairée, savait comment motiver les gens et mobiliser les ressources pour servir efficacement l’Eglise dans son domaine, ce qui est vital pour le présent et le futur de l’évangélisation. Un ami cher, un père et un grand-père aimant, un homme intègre, un homme bon. Nos pensées et nos prières sont avec sa famille. Qu’il repose en paix ».

    Pendant ses années au sein de l’OCIC et puis de SIGNIS, il a toujours cherché à étendre la portée et l’influence des deux organisations. Un homme avec une personnalité chaleureuse et généreuse, il encourageait avec passion le développement des communications catholiques à travers le monde, et il manquera grandement à ses nombreux amis. Il a mis un point d’honneur à rendre visite aux membres des associations à travers le monde, en offrant son soutien personnel et ses encouragements. Ses voyages étaient tellement nombreux que l’on ne savait jamais dans quelle partie du globe il se trouverait après !

    Lire la suite

  • Bruxelles, 16 avril : Symposium pour l'avenir des églises de Bruxelles

    IMPRIMER

    S'il est aujourd'hui question de la réalité bruxelloise, les questions soulevées concernent tous les diocèses de Belgique...

    Sans titre.png

    Sans titre2.png

    Sans titre3.png
    Sans titre4.png

  • Visite du Pape François à Lesbos : l’espoir du Père syrien Ziad Hilal

    IMPRIMER

    Lu sur le site de l'Oeuvre d'Orient :

    Visite du Pape François à Lesbos : l’espoir du Père syrien Ziad Hilal

    Samedi 16 avril 2016, le pape François se rendra sur l’île grecque de Lesbos. Le Saint-Père devrait rencontrer des réfugiés et des migrants venus de Turquie par la mer. Un signe fort pour le père Ziad Hilal, un prêtre jésuite syrien qui était en mission en Grèce avec JRS (le service jésuite des réfugiés) en février et mars 2016.

    En quelques mois, Lesbos est devenue le principal point d’entrée vers l’Europe pour les réfugiés venus de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan mais aussi d’Érythrée, d’Iran et d’ailleurs. L’an passé, près de 500 000 réfugiés l’ont ainsi traversé avant de rejoindre le continent.

    Sur la petite île de 80 000 habitants, ce sont essentiellement les associations mobilisées sur place qui prennent en charge leur accueil, raconte le père Ziad Hilal. « La présence des associations est très importante pour aider la société grecque car le gouvernement n’a pas le pouvoir de les accueillir » explique-t-il. Outre les organisations de l’ONU, l’Église est présente auprès des migrants. « À Lesbos, les JRS leurs viennent en aide. Nous avons même le projet de distribuer des sacs à dos aux réfugiés, d’organiser une soupe populaire » raconte le père. La Caritas, elle, a même loué un hôtel, le Silver Bay, où elle accueille 150 personnes. « Ils sont nourris et servis. Il y a également un service médical sur place ».

    • La plupart des réfugiés arrivent sans rien.

    « Ils sont souvent serrés jusqu’à 60 sur des canons pneumatiques normalement conçus pour accueillir 12 à 15 personnes. Ils sont donc obligés de jeter leurs affaires car il n’y a pas de place. On met les enfants et les femmes au milieu, ils ne peuvent pas bouger durant ce voyage de mort. Ils sont à genoux les uns au-dessus des autres. Quand on les voit descendre des canots ils ne peuvent même plus marcher » témoigne le père Ziad. Les réfugiés sont ensuite accueillis dans un des centres de l’ONU. C’est là qu’ils sont enregistrés et reçoivent un permis pour rester 30 jours dans le pays.

    À Athènes, la capitale, ce sont de nouveau les associations qui viennent en aide aux migrants. « Le plus souvent nous les rencontrons dans les parcs de la ville, où ils errent. Au centre des JRS, ils peuvent changer leurs vêtements, prendre une douche. Nos volontaires visitent les camps » raconte le père.

    • Mais quelles possibilités pour eux ensuite ?

    « Ils sont coincés car les pays ont fermé leurs frontières » s’indigne le père jésuite. « Cette visite du Pape est très importante car il faut trouver une solution à ce qui se passe dans ce pays. Elle met en lumière la crise des réfugiés. La situation est très difficile en Grèce, et pas seulement à Lesbos. On parle de 40 000 à 50 000 réfugiés dans le pays » poursuit-il.

    Pour la seconde fois, François se rendra donc hors de Rome, auprès des migrants. En juillet 2013, c’est lors d’une visite sur l’île italienne de Lampedusa que le pape avait interpellé la communauté internationale sur leur sort. L’été dernier, le souverain pontife avait lancé un appel aux paroisses chrétiennes à recevoir une à deux familles de réfugiés. « Avec cette visite nous espérons qu’il puisse encourager les autres pays d’Europe à faire un pas plus rapide et plus objectif en faveur de ces 50 000 réfugiés sur place. L’Europe a tout ce qu’il faut pour les accueillir » espère ainsi le père jésuite.

    Sur l’île, le Saint-Père, le patriarche Bartholomée, Patriarche œcuménique de Constantinople, et Sa Béatitude Hiéronymos II, archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, rencontreront les réfugiés et leurs hôtes.

    ASSM


    L’Œuvre d’Orient soutient l’action des JRS -- Jesuit Refugees Service -- auprès des réfugiés syriens.

  • Célébration des 1050 ans du christianisme en Pologne

    IMPRIMER

    De swissinfo.ch :

    La Pologne célèbre le 1050e anniversaire de son "baptême"

    L'Eglise catholique et le pouvoir politique polonais ont entamé jeudi les célébrations du 1050e anniversaire de l'arrivée du christianisme dans leur pays. Cette arrivée est considérée comme l'événement fondateur de l'Etat polonais.

    Tous les cardinaux et les évêques polonais étaient réunis à Gniezno, la première capitale historique du pays, pavoisée aux couleurs de la Pologne et du Saint-Siège, en présence du numéro deux du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, représentant du pape François. Ils devaient être rejoints dans l'après-midi par le président Andrzej Duda, qui devait prendre la parole à l'issue d'une messe solennelle célébrée par le primat de Pologne, l'archevêque Stanislaw Gadecki.

    Les relations entre l'Eglise et l'Etat polonais ont toujours été étroites, le catholicisme représentant, aux yeux de l'immense majorité des citoyens, un élément de leur identité nationale.

    C'est au nom de la foi que les Polonais ont livré et gagné des batailles historiques, contre les Turcs à Vienne en 1683, et contre l'armée bolchevique près de Varsovie en 1920. A l'époque de la monarchie élective, c'étaient les primats de Pologne qui assuraient l'intérim entre la mort d'un roi et l'élection de son successeur.

    Unité européenne

    "L'année 966 avait marqué l'entrée de la Pologne en Europe", a déclaré avant le début des cérémonies Mgr Gadecki, ajoutant que le pays avait alors eu accès d'un coup "à mille ans de culture grecque, romaine et hébraïque".

    L'événement "avait contribué à l'unité européenne", a dit le cardinal Peter Erdö, archevêque de Budapest et président du Conseil des conférences épiscopales d'Europe, mais "mille ans de christianisme ne l'avaient pas transformée en une masse grise uniforme, mais au contraire a contribué à l'épanouissement individuel de chaque nation".

    Mgr Erdo se montrait ainsi proche de la majorité des évêques polonais qui, tout en épousant l'enseignement de Jean Paul II sur les racines chrétiennes de l'Europe, veulent défendre l'identité catholique de leur pays, craignent la laïcisation venue d'Occident.

    Plusieurs évêques polonais, dont Mgr Slawoj Leszek Glodz, archevêque de Gdansk, ont souligné en marge de la réunion de l'épiscopat la différence entre les cérémonies actuelles, marquées par une "harmonie" régnant entre l'Eglise et l'Etat,et les tensions d'il y a un demi-siècle, lorsque le pouvoir communiste avait cherché à récupérer le millénaire de la Pologne en minimisant le rôle de la religion.

  • Benoît XVI était-il prêt à excommunier la Fraternité Saint Pie-X?

    IMPRIMER

    Lu sur le site de « La Vie » :

    « La fin du pontificat de Benoît XVI était-elle tout près de voir l'excommunication de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X? C'est ce qu'a affirmé le supérieur de la FSSPX, Mgr Fellay, dans un sermon récent. Selon lui, le pape François considère les prêtres et fidèles de la fraternité traditionnaliste comme « catholiques », mais « en chemin vers la communion ».

    Benoît XVI était-il sur le point d'excommunier la Fraternité Saint-Pie X juste avant sa renonciation? C'est ce qu'a affirmé Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la FSSPX, lors d'un sermon prononcé dimanche pendant le pèlerinage du Puy et rapporté par la Porte Latine.

    « C'est l'Esprit Saint qui a inspiré le pape Benoît XVI »

    Revenant sur sa récente rencontre, le 1er avril, avec le pape François, l'évêque suisse a déclaré : « [le pape François ]nous a expliqué que sous Benoît XVI, à la fin de son pontificat, avait été fixée une date butoir, et que si la Fraternité n’acceptait pas la proposition romaine jusqu’à cette date, il était décidé que la Fraternité serait excommuniée ». Selon le supérieur de la fraternité traditionaliste, en désaccord notable avec le pape argentin sur un certain nombre de points (dont l'exhortation apostolique Amoris Lætitia), le pape François lui-même en personne aurait déclaré « c’est probablement le Saint-Esprit qui a inspiré le pape Benoît XVI et qui lui a fait dire quelques jours avant sa démission d’abandonner cette idée, car Benoît XVI a dit : Je laisse cette affaire à mon successeur ».

    « Je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas du bien à ces catholiques »

    Que s'est-il passé lors de l'élection du pape François? « On a mis sur son bureau notre excommunication en disant : il n’y a qu’à mettre la date et la signature », a déclaré Mgr Fellay. Toujours d'après lui, le pape François aurait refusé catégoriquement. « Il m’a dit : Je ne vous condamnerai pas. Il a aussi dit : Vous êtes catholiques, il a continué en disant : en cheminement dans la pleine communion. Néanmoins, il maintient que nous sommes catholiques », affirme le supérieur de la Fraternité Saint-Pie X. Le Saint-Père serait pleinement conscient des réactions suscitées par sa prise de position. « Vous savez, j’ai pas mal de problèmes avec vous, on me fait des problèmes parce que je suis bon avec vous, mais à ceux-là je dis : écoutez, j’embrasse bien le patriarche Cyrille, je fais du bien aux anglicans, je fais du bien aux protestants, je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas du bien à ces catholiques », aurait-il déclaré à Mgr Fellay.

    Une suite incertaine

    Les propos du pape François tels que rapportés par Mgr Fellay s'inscrivent dans la continuité de l'attitude du pontife argentin envers la FSSPX durant l'année de la miséricorde. Les absolutions données par la FSSPX sont exceptionnellement valides pendant toute cette année jubilaire. Qu'en sera-t-il par la suite? Quand Mgr Fellay l'a demandé au Saint Père, celui-ci aurait répondu que la FSSPX pourrait donner validement l'absolution après la fin de l'année de la miséricorde. « À ce moment-là je lui ai dit : Pourquoi pas pour les autres sacrements alors ? Il était tout à fait ouvert, on va voir comment les choses vont se développer », relate l'évêque suisse. La FSSPX ne s'est pas pour autant muée en soutien inconditionnel du pape. Car malgré ces déclarations, dans le même sermon, Mgr Fellay a réitéré sa condamnation de l'exhortation apostolique. Ces choses-là évidemment nous donnent de l’espoir. « Mais un jour on voit cela qui nous donne un peu d’espoir, on se réjouit, et le lendemain une exhortation terrifiante, qui fait tant de mal à l’Église », a-t-il déploré. »

    Ref. Benoît XVI était-il prêt à excommunier la Fraternité Saint Pie-X?

    Lamentable : qui manipule qui ? Tout cela est-il bien sérieux.

    JPSC