Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 8

  • L'homélie "pro-life" et "pro-mother" de notre archevêque en ce jour de Pâques

    IMPRIMER

    photo Mgr Leonard 3.jpg

    Homélie de Mgr Léonard en ce jour de Pâques 2015

    Jean, le disciple bien-aimé, arrive le premier au tombeau. Mais c’est Pierre, le premier Pape, qui doit faire le constat officiel. Et Pierre voit, mais sans comprendre. Nous lui ressemblons souvent. Nous voyons, mais sans vraiment comprendre. Il constate que le linceul qui enveloppait le corps est resté là, dans un ordre intact. Il voit aussi le linge qui avait été noué autour de la tête pour maintenir la mâchoire fermée. Il n’est pas étendu à plat comme le linceul, mais enroulé à sa place, là où se trouvait la tête du défunt. « C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. » Jean comprend dans la foi ce que le regard de Pierre n’avait pas encore saisi à ce moment, à savoir qu’une force qui n’est pas de ce monde a vidé le linceul de son contenu et a inauguré un monde nouveau en faisant passer Jésus de la croix à la gloire.

    C’est le monde entier, c’est toute l’histoire du monde qui a basculé de la mort à la vie, du désespoir à l’espérance, avec la Résurrection de Jésus. Je sais bien qu’il n’est pas facile de croire à la résurrection de Jésus et à la nôtre, mais, sans Pâques, la naissance de l’Eglise et la rédaction du Nouveau Testament seraient totalement incompréhensibles. Même s’il est exigeant, le choix de la foi est le plus intelligent qui soit. Il vit et il crut. Nous aussi, nous osons croire que Jésus est ressuscité et que notre vie véritable est déjà, provisoirement cachée avec le Christ en Dieu. Mais « quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire ».

    Lire la suite

  • Regard sur la croix et la gloire

    IMPRIMER

    Témoins

    Resurrection Weyden.jpg

    Le regard porté sur le Christ ressuscité tout comme le regard porté sur le Christ en croix, nous incitent à penser : " le mal est ce qui n'aurait pas dû être ".  Semblablement, le regard porté sur le Christ en gloire nous invite à penser que le mal n'est pas lié métaphysiquement à la finitude de l'existence humaine.

    Le regard porté sur le Christ glorifié nous enseigne plutôt, à mon sens, que le mal n'est pas lié à la finitude, puisque nous contemplons en Jésus glorifié une nature humaine qui reste toujours marquée par la finitude ; nous ne sommes ni des anges, ni des éléphants, ni des tulipes, nous sommes une nature humaine circonscrite, déterminée, nous ne sommes pas n'importe quoi, et Jésus ressuscité n'a pas perdu les contours qui déterminent la nature humaine. Et pourtant " le Christ ressuscité ne meurt plus, la mort n'a plus sur lui aucun pouvoir ", c'est une humanité qui n'est plus infectée par le mal.

    Lire la suite

  • Belgicatho se met en repos jusqu'au 20 avril

    IMPRIMER

    Durant les deux prochaines semaines, le rythme des parutions sur notre blog sera plus espacé et notre newsletter ne sera plus envoyée régulièrement. Merci pour votre compréhension.

    Nous vous souhaitons de savourer la joie de Pâques durant cette période de repos.

  • Sainte et joyeuse fête de Pâques

    IMPRIMER

    resurrection1.jpgC’est le jour de la Résurrection,
    rayonnons de joie en cette solennité ;
    embrassons-nous les uns les autres,
    disons " Frère ", même à ceux qui nous haïssent,
    pardonnons tout à cause de la Résurrection, et chantons :

    Christ est ressuscité des morts,
    par la mort, il a vaincu la mort ;
    à ceux qui sont dans les tombeaux,
    il a donné la Vie.

    (extrait du Canon de Saint Jean de Damas)

    L'équipe de "belgicatho" vous souhaite une sainte et joyeuse fête de Pâques, toute vibrante des Alleluia de la Résurrection.

  • La Resurrection (Vêpres de Rachmaninov)

    IMPRIMER

    USSR Ministry of Culture Chamber Choir
    Conductor: Valeri Polyansky
    Recording 1986 Smolensk, Dormition of the Theotokos Cathedral
    Updated HD version

  • Et si le Christ n'était pas ressuscité...

    IMPRIMER

    resurrection-of-christ-and-women-at-the-tomb-1442.jpgUne homélie du frère David Macaire (qui vient d'être désigné comme archevêque de Fort-de-France - Martinique) sur le site des Dominicains de Bordeaux :

    Si le Christ n’était pas ressuscité ?

    Homélie du fr. David MACAIRE o.p. (pour la Vigile pascale 2010)

     Pauvres de nous! Si le Christ n'était pas ressuscité, comme nous serions ridicules! Notre liturgie serait un bien pauvre spectacle, un mystère creux, creux comme ces gros œufs au chocolat pleins de promesse et enrubannés de couleurs, mais qui sont finalement creux, vides et décevants! Cette gloire de marbre et cette image du ressuscité vers lesquelles nous nous tournerons tout à l'heure pour célébrer l'eucharistie ne serait qu'un culte d'idole... nous serions pathétiques. Si le Christ n'est pas ressuscité notre foi serait vaine comme dit l'apôtre et nous serions les plus à plaindre de tous les hommes, les « dindons de la farce »de l'Histoire humaine.

    En effet, si le Christ n'est pas ressuscité, prémices de ceux qui se sont endormis, que vaut notre vie? Pas grand chose que vaut l'Homme, guère plus! Car si le Christ n'est pas ressuscité notre vie n'est qu'une parenthèse! Rien qu'une parenthèse!

    Une parenthèse entre deux néants: rien avant, rien après!  Le néant d'avant nous fait naître du hasard-le-plus-total! Cela vide de son sens chacune de nos existences: Je n'ai plus aucune raison d'être, je ne suis pas désiré, je ne vaux guère mieux que le grain de sable sur le rivage, mon existence aléatoire n'a plus aucun poids. Pourquoi suis-je là? Par hasard! Le néant d'avant annihile ce que je suis, puisque je pourrais très bien ne pas être et cela n'aurait rien changé!

    Lire la suite

  • Sainte Nuit de Pâques: Vigile et Messe de la Résurrection

    IMPRIMER

    Traduction de l'Exultet : cliquer sur "lire la suite"

    semaine sainte2.jpg

    Lire la suite

  • Chemin de Croix à Bruxelles en présence de Mgr Léonard

    IMPRIMER

    IMG_2750.jpegEn ce vendredi saint 2015, plusieurs chemins de croix étaient organisés dans les rues de Bruxelles.
    Les franciscains du couvent de saint Antoine de Bruxelles (http://www.saintantoine.info) ont animé un chemin de croix aux flambeaux au départ de la Place du Luxembourg jusqu'à la Cathédrale St-Michel et Gudule. Monseigneur Léonard y a participé avec quelques centaines de fidèles. 

    Récit d'un participant arrivé suite à la réception du flyer ci-dessus.

    Première station, nous allumons les flambeaux et écoutons la première méditation.

    Au départ du parlement européen, place du Luxembourg.  On peut voir Mgr Léonard avec son béret au pied de la croix.

    IMG_2752.jpeg

    Les Franciscains ont donné de très belles méditations pour chaque station du chemin de croix.  Nous avons pu prier à de très nombreuses intentions.

    Ainsi, en fonction des lieux traversés, nous avons pu prier pour les membres des institutions européennes et principalement pour les sujets qui nous touchent tous profondément : les questions liées à la vie et la famille.  Nous avons également médité sur notre responsabilité dans la société : notre respect de la création, la recherche d'une distribution équitable des richesses, l'attention à donner au plus pauvres et aux plus faibles.

    Lire la suite

  • Colisée: Chemin de Croix avec le pape

    IMPRIMER

    Cette année, Mgr Renato Corti, évêque émérite de Novare et proche de feu le cardinal jésuite Martini, a été chargé par le Pape de rédiger les Méditations.

  • Égypte : L’église des 21 martyrs coptes verra-t-elle le jour ?

    IMPRIMER

    Des groupuscules liés aux Frères musulmans s’en prennent à la mémoire des coptes égorgés par Daesh en Libye ainsi qu'à leurs familles. De Sylvain Dorient sur le site « aleteia » :

    images (23).jpg« Dimanche 15 février 2015, 21 chrétiens coptes égyptiens étaient exécutés en Libye sous l’œil des caméras de milices liées à l’autoproclamé État islamique (EI). Dans le village de Minya, d’où venaient 13 d'entre eux, la construction d’une église à la mémoire de ces martyrs a débuté, avec l’accord du président égyptien lui-même, Abdel Fattah al-Sissi. Pourtant, vendredi 27 mars, une série de manifestations et d’actes de vandalisme ont porté atteinte à la construction en cours. Les manifestants ont également tenté de s’en prendre aux familles des victimes.

    « Cette église ne verra pas le jour »

    Comme souvent en Égypte, la manifestation antichrétienne a eu lieu le vendredi, jour de prière pour les musulmans. À la sortie de la mosquée, une foule s’est rassemblée devant le chantier de l'église en chantant : « Cette église ne verra pas le jour ! ». À la nuit tombée, les choses ont pris un tour plus grave, avec des jets de pierres et de cocktails Molotov. Plusieurs personnes ont été blessées et des voitures brûlées. Un petit groupe de manifestants a même tenté de se rendre au domicile de la famille de Samuel Alham Wilson, l’un des martyrs. Ils ont été refoulés par les voisins musulmans de la famille : un signe d'espoir en cette soirée électrique.

    Lire la suite

  • Kenya : le massacre horrible des 142 jeunes étudiants exécutés parce que chrétiens

    IMPRIMER

    kenya,shebabs,islamistes,djihadistes,massacre,horreurDe Laurent Marchand, sur son blog :

    Kenya, assassinés parce que Chrétiens

    Chaque mois, 322 chrétiens sont persécutés dans le monde. 214 églises ou lieux de culte chrétiens attaqués. 722 actes de violence perpétrés. Ce décompte, c’est une organisation américaine qui le tient. Opendoorsus.org  Il confirme ce que le rapport annuel de l’Aide à l’Eglise en détresse relevait en 2014. La liberté religieuse est un des droits de l’homme les plus violés dans le monde, et les chrétiens sont en train de devenir la première minorité religieuse persécutée. Au Proche Orient, bien sûr, mis à feu et à sang par les combattants de Daech. Mais aussi en Asie et plus encore en Afrique. Le massacre des 142 jeunes étudiants du campus de Garissa,  au Kenya, jeudi, ajoute à l’horreur. Ce sont des étudiants, la plupart chrétiens, venus de tout le pays, qui ont été pris pour cible. C’est l’avenir du pays, le choix de l’éducation et la confession qui a guidé les assassins. Les premiers récits sont impressionnants. Les tueurs des milices shebab ont fait appeler les étudiants dans leur famille, avant de les assassiner froidement. Ils ont trié les victimes potentielles en fonction de leur appartenance religieuse. Vendredi, des survivants ont raconté comment les shebab se sont amusés avec leurs otages, les faisant ramper dans des mares de sang ou téléphoner à leurs parents pour leur demander de réclamer le retrait des troupes kényanes de Somalie, avant de les tuer. Des étudiants se sont barbouillés du sang de leurs amis exécutés afin de passer pour morts, alors que les islamistes cherchaient, pièce après pièce, des personnes à abattre. "+Nous ne craignons pas la mort, cela va être de bonnes vacances de Pâques pour nous+, criaient les assaillants en swahili, avant de tirer", a raconté Salias Omosa, 20 ans, un étudiant traumatisé hébergé dans un camp militaire proche de l'université.  En ce jeudi saint, une véritable Saint-Barthélemy djihadiste a été mise en scène.

    lire la suite sur le blog de Laurent Marchand

  • 3 avril 2015 : le chemin de croix du vendredi-saint dans les rues de Liège

    IMPRIMER

    11115590_898107430232788_8619621610313652550_n.jpgIl est difficile d’évaluer  d’un simple coup d’œil le nombre exact de personnes qui ont pris part à la marche elle-même, qui s’est déroulée sous un ciel maussade et frileux, mais il y avait certainement 800 personnes dans la cathédrale pour l’office du vendredi-saint, qui la clôturait dignement. Dans la foule pieuse pérégrinant d’une rive à l’autre de la Meuse, au milieu d’une indifférence quasi générale, on est frappé par l’importante proportion 11073204_898103456899852_8050141668376153506_n.jpgd’Africains, confirmant ce que l’on sait : le printemps de l’Eglise vient aujourd’hui du continent noir. L’évêque de Liège, Mgr Delville, qui conduisait la marche en a exprimé le sens en ces termes : « Au long de ce chemin de croix nous allons évoquer les souffrances de Jésus, en les représentant par des images, par des textes, par l’imagination, par notre marche. Pourquoi reproduire aujourd’hui des souffrances d’il y a deux mille ans ? Parce que dire les souffrances contribue à les vivre, à les dépasser, à en être libérés. Regarder en face les souffrances de l’humanité nous fait entrer dans un chemin de solidarité et de communion. La foi chrétienne a parfois été accusée de dolorisme, parce qu’on valorisait la douleur. Mais en fait, la foi chrétienne possède, avec le judaïsme, les premiers documents au monde qui décrivent la souffrance d’un innocent, ce sont les évangiles et les psaumes. Décrire la souffrance est un progrès de l’humanité. C’est le premier pas pour en sortir. Et c’est pour cela que Jésus nous sauve de la souffrance : c’est parce qu’il affronte celle-ci chez chaque personne qu’il rencontre et il affronte celle-ci dans sa propre passion et sa mort. Alors mettons-nous à son écoute ».

    Diaporama: cliquer ici

    Lire aussi : Chemin de croix au cœur de Liège

    JPSC