18/10/2014

Le Père Zanotti-Sorkine répond aux questions de La Libre

Sur le site de la Libre.be :

Il y a dix ans à Marseille, en haut de La Canebière, l’église Saint Vincent de Paul, dite "des Réformés", était menacée de fermeture, car très peu fréquentée. L’évêque tente une dernière chance et en confie la charge au père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (55 ans). Rapidement, dans ce quartier où les catholiques sont minoritaires, l’église est archi-pleine tous les dimanches. Plus de 1.000 baptêmes seront célébrés en dix ans dont 262 baptêmes d’adultes au cours des fêtes pascales. Depuis plusieurs semaines, trois prêtres de la Fraternité des Saints Apôtres – inspirée par le Père Zanotti-Sorkine - sont installés à l’Eglise Sainte-Catherine de Bruxelles.

Entretien avec un prêtre médiatisé, voire encombrant pour certains...

Vous êtes un ancien chanteur de cabaret. Comment s’est faite cette transition ?

Tout naturellement. Je portais en moi depuis l'enfance le désir de la prêtrise, mais avec la volonté de rejoindre ceux qui étaient éloignés de la foi. Pendant une dizaine d'années, j'ai chanté tous les soirs de cabarets en pianos-bars la poésie française, j'ai vu les amours se faire et se défaire, la misère morale mais aussi la beauté intrinsèque de l'homme cachée dans des lieux d'enfer. Ce furent des années magnifiques où le Christ m'apprit que chaque être, quels que soient ses choix, son histoire, ses déviances, reste son enfant et continue mystérieusement d'être habité par son amour.

Pourquoi avez-vous abandonné l’ordre des Dominicains, puis celui des Franciscains ?

Je n'ai rien à reprocher à ces deux familles religieuses. Je les ai quittées pour des raisons diverses. Permettez-moi de penser qu'il me fallait en partir. Personne ne maitrise le cours de sa propre existence. Sans doute était-ce nécessaire que j'exprime d'une manière plus personnelle ce que je portais en moi d'idéal apostolique. Quelle est votre recette pour attirer les fidèles à la messe ? Les églises se rempliront si elles ouvrent leurs portes douze heures par jour, afin que l'on y perçoive avec ses sens la présence du Christ et de sa mère, que le silence y soit respecté pour permettre à l'âme de rejoindre l'amour qui est Dieu, que la liturgie eucharistique ne soit ni plate ni insipide ni bavarde, qu'elle soit célébrée sans pompe excessive mais avec soin et beauté. Il faut que le prêtre soit présent dans son église plusieurs heures par jour, qu'il n'ait rien du fonctionnaire, qu'il reçoive sans rendez-vous, qu'il parcoure les rues de son quartier et de la ville, parlant avec les uns et les autres…

Et en soutane, comme vous ?

Si possible en soutane ou en clergyman pour donner une chance à ceux qui ne pratiquent pas de voir un prêtre, de le reconnaître et de lui parler. Le prêtre ne doit pas être un homme de structure, de plans, dans lesquels les personnes se doivent absolument d'entrer, que l'on sente en lui qu'il n'est qu'un intendant des mystères de Dieu, un gérant et non le propriétaire des richesses divines.

Malgré votre succès pastoral et en librairie, vous êtes fortement critiqué au sein de l’Eglise. Jugé encombrant et trop médiatique, comment percevez-vous ces critiques ?

Ces critiques viennent en effet de l'intérieur de l'Eglise et dans la plupart des cas, de personnes qui ne m'ont jamais rencontré et qui fondent leur jugement sur leur propre sensibilité religieuse ou à partir de "on-dit". Comment voulez-vous alors que je les considère ? Je les laisse courir. Ce qui m'intéresse, c'est la foule des petits et des humbles qui ont besoin de Dieu et qui eux ne vous jugent pas parce qu'ils ne sont jamais idéologiques.

Votre site internet est très impressionnant. Vous comprenez que vos détracteurs dénoncent ce côté bling-bling ?

Très franchement, je n'ai pas l'impression que mon site soit bling-bling ! Il contient tout au plus des centaines d'homélies et quelque articles de presse... mais dites-moi, puisque nous en sommes à cette question, le prêtre doit-il rester dans son coin, effacé, couleur gris muraille, loin de la modernité, adepte du minima dans tout ce qu'il propose ? Je ne le crois pas. Nous sommes les représentants d'un Christ solaire et rayonnant qui, avant de monter sur la croix, a été suivi par des milliers de personnes à qui il a adressé sa parole de feu ! Et nous devons l'imiter... avant l'incontournable croix !

Lire la suite

Synode : on a trop peu parlé de la beauté de l'amour humain

Synode sur la famille: "On a trop peu parlé de la beauté de l'amour humain" selon Mgr Léonard

lalibre.be

Mgr Léonard a déploré samedi le fait que l'on avait trop peu parlé lors du synode consacré à la famille à Rome de la beauté de l'amour humain et de la famille. Le primat de Belgique estime par ailleurs que le synode ne conduira pas à la légitimation des relations homosexuelles par l'Eglise. "La publication du document intermédiaire a mené à trop d'interprétations erronées dans la presse internationale et les membres du synode ont dû accorder beaucoup trop d'attention à des thèmes spécifiques sous la pression médiatique, et ce au détriment de thématiques peut-être plus importantes", estime Mgr Léonard.

Selon l'archevêque de Malines-Bruxelles, le synode ne conduira pas à la légitimation des relations homosexuelles ni du mariage entre personnes du même sexe. Cela vaut également, selon Mgr Léonard, pour l'accès à la communion des personnes qui ne répondent pas aux règles prescrites par l'Eglise.

Le primat de Belgique ajoute cependant que les pères synodaux avaient témoigné dans leur ensemble d'une attention empreinte d'amour et de respect à l'égard des couples non mariés qu'ils soient homosexuels ou hétérosexuels. "Non pas pour approuver ces relations mais pour les comprendre et les accompagner sur le chemin de la charité et de la vérité", précise Mgr Léonard.

Le pape conclut le synode en dénonçant cinq tentations

Le Pape François clôture le Synode par un discours percutant (Radio Vatican)

En conclusion du Synode extraordinaire sur les défis pastoraux de la famille, sans rien cacher des difficultés vécues durant ces deux semaines de débats, le Pape François a tiré un bilan positif de cette expérience synodale, vécue dans une liberté de parole inédite. « Avec un esprit de collégialité et de synodalité, nous avons vécu vraiment une expérience de Synode, un parcours solidaire, un chemin ensemble. Comme dans chaque chemin, il y a eu des moments de course rapide, quasiment à vouloir vaincre le temps et arriver le plus vite possible au milieu, et des moments de fatigue (...),d'autres moments d’enthousiasme et d’ardeur. Il y a eu des moments de profonde consolation, en écoutant le témoignage des vrais pasteurs qui portent sagement dans le cœur les joies et les larmes de leurs fidèles. Des moments de consolation et de grâce en écoutant les témoignages des familles qui ont participé au Synode et ont partagé avec nous la beauté et la joie de leur vie maritale. (...) Et puisque c’est un chemin d’hommes, avec les consolations il y a eu aussi d’autres moments de désolation, de tensions et de tentations. »

Le Pape François a alors énoncé une série de tentations qu'il a pu percevoir en écoutant les pères synodaux. 

Première tentation : « La tentation du raidissement hostile, c’est-à-dire de vouloir s’enfermer dans la lettre(...), à l’intérieur de la loi, dans la certitude de ce que nous connaissons et non de ce que devons encore apprendre et atteindre. Du temps de Jésus, c’est la tentation des zélotes, des scrupuleux, des empressés et aujourd'hui de ceux qu’on appelle aujourd’hui des "traditionnalistes" ou aussi des "intellectualistes". »

Deuxième tentation : « La tentation d’un angélisme destructeur, qui au nom d’une miséricorde traîtressse met un pansement sur les blessures sans d’abord les soigner, qui traite les symptômes et non les causes et les racines. C’est la tentation des timorés, et aussi de ceux qu’on nomme les progressistes et les libéraux. »

Troisème tentation : « La tentation de transformer la pierre en pain pour rompre un long jeûne, pesant et douloureux (Lc 4, 1-4) et aussi de transformer le pain en pierre et la jeter contre les –pécheurs, les faibles, les malades (Jn 8,7) c’est-à-dire de les transformer en fardeau insupportable (Lc 10, 27). »

Quatrième tentation : « La tentation de descendre de la Croix, pour contenter les gens, de ne pas rester à accomplir la volonté du Père, de se plier à l’esprit mondain au lieu de le purifier et de le plier à l’Esprit de Dieu. »

Cinquième tentation : « La tentation de négliger le depositum fidei (ndlr : le dépôt de la foi) en se considérant non comme les gardiens mais les propriétaires et les maîtres ou, de l’autre part, la tentation de négliger la réalité en utilisant une langue minutieuse et un langage pour dire tant de choses et ne rien dire. Nous appelons "bizantinisme" je crois, ces choses. »

Lire la suite

Trois paragraphes litigieux recalés par les pères du Synode

De Zenit.org

Le synode refuse trois paragraphes litigieux

Rome, 18 octobre 2014 - Anita Bourdin

Les pères du synode ont refusé trois paragraphes litigieux du Rapport final du synode extraordinaire sur la famille, ce samedi après-midi, 18 octobre, au Vatican.

Il s'agit des paragraphes 52, 53 et 55 du Rapport intermédiaire. Ce sont les paragraphes concernant la communion sacramentelle aux personnes divorcées et remariées, la communion spirituelle et l'homosexualité, qui "n'a rien à voir avec la famille".

Chaque paragraphe a en effet été voté, sans débat, en assemblée générale et ces paragraphes n'ont pas obtenu la majorité des deux tiers nécessaire à leur adoption.

Lire l'analyse détaillée du Rapport final par Jeanne Smits : synode-extraordinaire-sur-la-famille

Belgique : la majorité sexuelle bientôt ramenée à 14 ans ?

Lu ICI :

Le gouvernement Michel pense à ramener la majorité sexuelle à 14 ans

D'après De Morgen et Het Laatste Nieuws, le nouveau gouvernement fédéral voudrait ramener la majorité sexuelle à 14 ans. Le germe de cette volonté se trouve inscrit à la page 87 de l'accord gouvernemental, en ces termes : « La législation relative à l'âge de la majorité sexuelle sera harmonisée ».

Adapter la législation à la réalité actuelle est le souhait de plusieurs associations flamandes, du Commissariat aux Droits de l'Enfant de la Communauté flamande et du Conseil de la Jeunesse flamand.

Ce dernier organe explique : « Nous savons que les adolescents sont actifs sexuellement avant leur seize ans. Un(e) jeune de 13 ans qui embrasse son/sa partenaire fougueusement contrevient aujourd'hui à la loi ».

La majorité sexuelle est aujourd'hui fixée à 16 ans et la législation qui réglemente les comportements sexuels chez les jeunes de moins de 18 ans date de 1912. Or, les mœurs ont évolué depuis. Selon une étude flamande, les adolescents connaissent leur première relation sexuelle en moyenne à 16,8 ans, tandis qu'un quart des jeunes âgés de 15 ans reconnaît avoir déjà fait l'amour.

_______________

Source :

Belga, « La majorité sexuelle à 14 ans sur la table du gouvernement », Belgique, site d'information en ligne rtbfinfo.be, mis à jour le 18 octobre 2014. Consulté le 18 octobre 2014. Disponible sur http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_gouvernement-mich... 

N'oublions pas notre soeur Asia Bibi !

Sur Figaro Vox, le cri de l'Abbé Grosjean : «Ami chrétien d'Occident, n'oublie pas ta sœur Asia Bibi !»

FIGAROVOX/TRIBUNE - La condamnation à mort pour blasphème de la chrétienne pakistanaise Asia Bibi a été confirmée jeudi. L'Abbé Pierre-Hervé Grosjean appelle les Occidentaux à se mobiliser.

L'abbé Pierre-Hervé Grosjean est curé de Saint Cyr l'Ecole et Secrétaire Général de la Commission «Ethique et Politique» du Diocèse de Versailles. Il a récement publié Aimer en vérité (Artège, 2014). Il est l'un des animateurs du Padreblog.

Otage. Non pas des barbares de Daesh. Otage d'une loi. Mais la peine est la même: Asia Bibi est condamnée à mort. Au Pakistan, une loi contre le blasphème punit en effet de mort celui ou celle qui ose questionner l'Islam ou la vie de son prophète. Asia Bibi, mère de famille de cinq enfants, chrétienne, a osé affirmer devant des voisines sa foi en Jésus-Christ. Battue, inculpée, incarcérée, elle a été condamnée à mort en novembre 2010. Ses avocats ont fait appel. Cet appel vient d'être rejeté. La condamnation à mort est donc confirmée.

Il faut sauver Asia Bibi, femme de courage et de foi, comme on a sauvé Meryem, cette jeune soudanaise de 27 ans, condamnée à la pendaison pour s'être convertie au christianisme. Meryem est aujourd'hui libre, refugiée à l'étranger avec son mari et ses enfants. La mobilisation de tous et de chacun peut changer le cours des évènements. En sommes-nous encore convaincus?

Il faut sauver Asia Bibi, pour que ne soient pas vains les sacrifices de Salman Taseer, gouverneur du Pendjab, et de Shahbaz Bhatti, ministre fédéral des minorités religieuses. Ils ont été assassinés par des islamistes pour avoir pris la défense d'Asia Bibi et réclamé l'abrogation de la loi contre le blasphème. Ils sont l'honneur de leur pays.

Il faut sauver Asia Bibi, devenue le visage et la voix de tous ces chrétiens persécutés dans des pays pourtant considérés comme «amis» par la France. Le Pakistan est le deuxième partenaire commercial de notre pays en Asie du Sud, ses gouvernants sont souvent reçus par les nôtres. Comment le pays des droits de l'homme pourrait-il se taire devant cette injustice? Comment pourrions-nous fermer les yeux au nom d'intérêts supérieurs? Comment vouloir sauver les chrétiens d'Irak des barbares de Daesh, si on n'est pas capable de sauver une chrétienne des lois d'un pays allié?

Pakistan, Afghanistan, Arabie Saoudite… Ces pays et d'autres que nous aidons, que nous avons pu défendre ou avec lesquels nous commerçons, persécutent les chrétiens. La liberté religieuse y est inexistante. Combien de temps devrons-nous l'accepter? «Le respect et le dialogue requièrent la réciprocité dans tous les domaines, surtout en ce qui concerne les libertés fondamentales et plus particulièrement la liberté religieuse. Ils favorisent la paix et l'entente entre les peuples» rappelait Jean-Paul II dans son discours mémorable aux jeunes musulmans de Casablanca.

Il faut sauver Asia Bibi… et il faut la sauver ensemble, chrétiens et musulmans, croyants et non croyants. Ami non-croyant, son sort te concerne aussi: à travers elle, c'est la liberté et la dignité de chacun que tu défends. Ami musulman, comme il est important et urgent de t'entendre prendre sa défense! Comme certains de tes frères qui ont protégé les chrétiens de Mossoul, parfois au prix de leur propre vie, sois donc le premier à proclamer que nul ne peut tuer ainsi au nom de ta religion. Ta parole est précieuse et courageuse. Ton silence serait terrible.

Ami chrétien d'Occident, n'oublie pas ta sœur Asia Bibi. Sa fidélité réveille la tienne. Ta tiédeur spirituelle t'apparaît désormais insupportable quand d'autres de ton âge risquent leur vie pour ce même évangile que tu ne lis plus guère… Rattrape-toi en te mobilisant pour sauver cette sœur. Mais surtout, ami chrétien, toi et moi, offrons à nos frères persécutés la consolation de voir que leur martyre n'est pas vain, en décidant ici de ne plus être chrétiens à moitié…

Mgr Léonard : tout l'art de la pastorale est de relier charité et vérité

De Marie Malzac (I.MEDIA) et Antoine Pasquier sur le site de Famille Chrétienne :

Mgr Léonard : « Les pères synodaux veulent tenir proximité pastorale et rectitude doctrinale »

Au terme des travaux du Synode des évêques sur la famille en petits groupes linguistiques, Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles (Belgique), rappelle que « tout l’art de la pastorale » est de « relier » charité et vérité.

Comment se sont déroulés les travaux en petits groupes ?

Dans mon groupe, tout s’est passé très fraternellement, même lorsque il y avait des désaccords sur l’un ou l’autre point, cela se réglait à l’amiable. Je rédigeais les propositions d’amendements ; si quelque chose ne plaisait pas, je modifiais, en tenant compte de l’avis de chacun, sur le modèle du compromis « à la belge ». Cela s’est donc bien passé, mais je mets quand même un petit bémol, car l’actualité nous a contraints à accorder plus de temps que nous ne l’eussions souhaité à certains thèmes, relevés avec insistance dans la presse, alors que nous aurions préféré développer positivement d’autres choses et faire des amendements sur d’autres chapitres. Le temps étant extrêmement limité, il a fallu se concentrer sur les sujets qui fâchent à la suite de la diffusion tout à fait normale et légitime du document intermédiaire. C’est un instrument de travail et certaines expressions donnaient lieu à des interprétations qui n’étaient pas approuvées par la majorité des pères synodaux.

Pas de changement de doctrine, mais quelle évolution de l’enseignement pastoral de l’Église ?

Il faut insister sur l’accompagnement. Sur la question de l’accès aux sacrements des couples divorcés remariés, il ne faut pas les laisser sur un slogan « Interdit de communier » mais les aider à comprendre l’importance, par exemple, de la communion spirituelle. La grâce va au-delà de la communion sacramentelle. Le Seigneur serait-il prisonnier de ses sacrements ? De manière générale, beaucoup sont attachés à la discipline en vigueur dans l’Église mais souhaitent des interprétations de la doctrine dans le sens d’une vision plus positive. On peut vivre la discipline actuelle, étroitement liée aux aspects doctrinaux, de façon beaucoup plus chaleureuse qu’un simple « niet ». La miséricorde de Dieu ne peut pas justifier tous les états de vie comme s’ils étaient équivalents, mais elle rejoint chacun.

Lire la suite

Message de la III Assemblée générale extraordinaire du Synode des Évêques, 18.10.2014

Synod14 - Message de la III Assemblée générale extraordinaire du Synode des Évêques, 18.10.2014

[B0768]

III ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU SYNODE DES ÉVÊQUES

MESSAGE

Nous, Pères synodaux réunis à Rome autour du Pape François pour l'Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, nous nous adressons à toutes les familles des divers continents, et en particulier à celles qui suivent le Christ, Chemin, Vérité et Vie. Nous manifestons notre admiration et notre gratitude pour le témoignage quotidien que vous nous offrez, ainsi qu’au monde, par votre fidélité, votre foi, votre espérance et votre amour.

Nous aussi, pasteurs de l'Église, nous sommes nés et avons grandi dans des familles aux histoires et vicissitudes les plus diverses. En tant que prêtres et évêques, nous avons rencontré et avons vécu aux côtés de familles qui nous ont raconté en parole et révélé en actes toute une série de merveilles mais aussi de difficultés. 

La préparation même de cette assemblée synodale, à partir des réponses au questionnaire envoyé aux Églises du monde entier, nous a permis de nous mettre à l’écoute de nombreuses expériences familiales. Notre dialogue durant les jours du Synode nous a ainsi enrichis mutuellement, nous aidant à regarder la réalité vivante et complexe dans laquelle évoluent les familles.

À vous, nous proposons cette parole du Christ : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3, 20). Comme il le faisait durant ses pérégrinations sur les routes de la Terre Sainte, entrant dans les maisons des villages, Jésus continue à passer aussi aujourd’hui par les rues de nos villes. Dans vos foyers, vous faites l’expérience d’ombres et de lumières, de défis exaltants, mais parfois aussi d’épreuves dramatiques. L'obscurité se fait encore plus épaisse, jusqu'à devenir ténèbres, lorsque le mal et le péché s'insinuent au cœur même de la famille. 

            Il y a, avant tout, le grand défi de la fidélité dans l'amour conjugal. L’affaiblissement de la foi et des valeurs, l'individualisme, l'appauvrissement des relations, le stress d’une frénésie qui empêche la réflexion marquent aussi la vie familiale. On assiste alors à de nombreuses crises matrimoniales, affrontées souvent de façon expéditive, sans avoir le courage de la patience, de la remise en question, du pardon mutuel, de la réconciliation et même du sacrifice. Ces échecs sont ainsi à l’origine de nouvelles relations, de nouveaux couples, de nouvelles unions et de nouveaux mariages, qui créent des situations familiales complexes et problématiques quant au choix de la vie chrétienne.

Parmi ces défis, nous souhaitons ensuite évoquer les épreuves de l’existence même. Pensons à la souffrance qui peut apparaître lorsque qu’un enfant est handicapé, lors d’une grave maladie, lors de la dégénérescence neurologique due à la vieillesse, lors de la mort d'une personne chère. La fidélité généreuse de tant de familles qui vivent ces épreuves avec courage, foi et amour est admirable, lorsqu’elles les considèrent non comme quelque chose qui leur a été arrachée ou imposée, mais comme quelque chose qui leur a été donné et qu'ils offrent à leur tour, voyant en toutes ces personnes éprouvées le Christ souffrant lui-même.

            Nous pensons aux difficultés économiques causées par des systèmes pervers, par le « fétichisme de l'argent » et par « la dictature de l’économie sans visage et sans un but véritablement humain » (Evangelii gaudium, 55) qui humilie la dignité de la personne. Nous pensons aux pères et aux mères sans emploi, impuissants face aux besoins les plus élémentaires de leur famille ; et à ces jeunes qui se trouvent devant des journées désœuvrées et sans espérance, proies potentielles des dérives de la drogue et de la criminalité. 

Lire la suite

Synode sur la famille : le vote final sera-t-il possible ce samedi soir comme prévu?

Lu sur le site de « France Catholique », sous la plume de Robert Royal, rédacteur en chef de The Catholic Thing  (Traduit par Bernadette Cosyn)

« Beaucoup a été dit - dans des dizaines de langues - à propos du synode extraordinaire depuis que la relatio post disceptationem (un rapport provisoire) a été rendue publique, créant une grande controverse lundi passé. Beaucoup de ce que des gens non présents à Rome ont dit mérite l’attention. Mais puisque nous sommes inondés de mots, la meilleure façon d’analyser les nouvelles de jeudi tient peut-être aux chiffres.

Jeudi matin, les dix petits groupes liguistiques ont remis leurs rapports officiels (les relationes, à ne pas confondre avec le document précédent). Chacun d’entre eux est fondamentalement sérieux et donne une toute autre vision que le rapport provisoire.

De plus, bien qu’il y ait eu un immense effort des porte-paroles pour tout caractériser au mieux, comme d’habitude dans ce genre de processus, il y a eu approximativement 700 requêtes de modification du texte. De fait, il y en a eu tant que le père Federico Lombardi, directeur de l’office de presse du Vatican, a exprimé des doutes quant à la possibilité que le rapport final puisse être fait pour la fin du synode, samedi soir.

Un journaliste a demandé : comment les participants pourront-ils voter le rapport final dans ce cas ? Une bonne question sans bonne réponse, et même le père Lombardi en a ri.

Mais faisons un peu de math. Il y avait 58 paragraphes dans la relation post disceptionem. Vous n’avez pas vu beaucoup d’entre elles être discutées parce que c’est le genre de généralités sur la famille et la vie chrétienne qui ne sont pas sujettes à controverse - sans même parler de l’intérêt suscité. Comme ceci :

25. Proclamer l’Evangile de la famille est urgent et indispensable dans le travail d’évangélisation. L’Eglise doit mener cette tâche avec la tendresse d’une mère et la clarté d’un enseignant (cf. Ephésiens 4:15), dans la fidélité à la miséricorde déployée dans la kénose du Christ. La Vérité s’est faite Chair dans la faiblesse humaine, non pour la condamner, mais pour la sauver.

J’estime que la moitié des 58 paragraphes, qui ne sont pas longs (j’ai cité ci-dessus l’intégralité du pragraphe 25), sont de même nature. Donc, s’il y a moins de 30 paragraphes offrant matière à débat, et 700 modifications demandées (les modi), cela en fait une vingtaine par paragraphe. En fait, si vous sondez l’essentiel du combat, il y a probablement au moins 40 à 50 points de discussions sur les paragraphes les plus délicats.

Lire la suite

Paul VI béatifié

tumblr_lzd3pehKtc1qd5xrk.jpgLe 14 mai dernier, l'abbé Guillaume de Tanoüarn, sur metablog, commentait cette future béatification en ces termes :

Paul VI béatifié : quelle politique pour le pape François ?

On apprend par l'Agence I-médias, toujours à la pointe de l'actu quoi qu'il en coûte, que le pape Paul VI pourrait être béatifié en octobre prochain. Antoine-Marie Izoard, qui n'est pas le pape mais une bonne caisse de résonance de ce qui se passe à Rome, donne deux raisons à cette canonisation : la poursuite du concile Vatican II et l'encyclique Humanae vitae, héroïquement publiée malgré l'opposition d'une majorité de ses conseillers. La date ? On profitera de la fin du synode sur la famille pour faire cette béatification - en octobre prochain.

Là encore le geste du pape François est éminemment politique, et ce terme ne signifie pas pour moi qu'il est mauvais, au contraire. Mais on sent que tout est calculé, les raisons données, la date avancée. Il s'agit, comme je l'ai écrit sur ce blog de protéger l'institution dans celui qui en est sans doute un maillon faible.

Malgré son lyrisme rhétorique, malgré son volontarisme politique le pape Paul VI a rencontré de grandes difficultés dans le gouvernement de l'Eglise alors que s'ouvrait une "ère post-conciliaire" qui mettait l'Eglise, au moins dans certains pays, dont la France, dans les conditions concrètes d'une véritable révolution culturelle, avec autodafés organisés des fastes du passé, destruction de statues dans les paroisses et - plus grave - fermeture systématique au passé récent de l'Institution. J'ai moi même vécu dans cette atmosphère, puisque né en 1962 je suis un enfant du Concile. Je me souviens bien que ce qui évoquait le passé était forcément mauvais et que l'on devait d'ailleurs éviter d'en parler. Le latin ecclésiastique était un véritable tabou.

Dans ce contexte, Paul VI, naviguant entre les récifs, a tenté de sauver l'essentiel, malgré "les fumées de Satan" qui, de son propre aveu, s'infiltraient dans l'Eglise. A l'instigation de l'aile conservatrice au Concile, il a imposé la Nota praevia à la Constitution Lumen gentium, Nota qui rappelle les prérogatives personnelles du pape de Rome. Et en 1968, il a condamné et l'avortement et la contraception, cette dernière malgré le conseil contraire de hautes personnalités dans l'Eglise.

Lire la suite

Découverte à propos des cellules souches présentes dans le sang du cordon

Voir le bulletin de l'Institut Européen de Bioéthique du 17 octobre :

Sommaire

Saint Luc, évangéliste (18 octobre)

10576-st-luke-the-evangelist-domenico-ghirlandaio.jpgDe Missel.free.fr :

Né païen d'Antioche, Luc, médecin, se convertit et saint Paul qui, au cours de sa seconde mission (vers 49) l'avait pris quelques temps avec lui, le retrouva plus tard à Philippes et le garda auprès de lui. Quand saint Paul eut été décapité, Luc quitta Rome et, dès lors, il faut s'en remettre aux traditions dont on ne trouve pas de traces avant le IV° siècle.

Luc, le compagnon de Paul, a consigné en un livre l'évangile prêché par celui-ci (Saint Irénée de Lyon : Adversus haereses, écrit au II° siècle).

Ce Luc était médecin. Après l'Ascension du Christ, Paul l'ayant pris pour second à cause de sa connaissance du droit, il écrivit avec son assentiment ce qu'il jugeait bon. Cependant lui non plus ne vit pas le Seigneur dans la chair. Et per conséquent selon ce dont il avait pu s'informer il commença à le dire à partir de la nativité de Jean  (Le canon de Muratori - livre écrit à fin du II° siècle).

Quant à Luc, antiochien d'origine et médecin de profession, il fut très longtemps associé à Paul et il vécut plus qu'en passant avec les apôtres ; c'est d'eux qu'il a appris la thérapeutique des âmes, comme il en a laissé des preuves dans deux livres inspirés par Dieu, l'Evangile qu'il témoigne avoir composé d'après les traditions de ceux qui avaient été dès le commencement les spectateurs et les ministres de la parole et dont il affirme qu'il les a suivis dès le début ; et les Actes des apôtres qu'il a rédigés non pas après les avoir entendus, mais après les avoir vus de ses yeux (Eusèbe de Césarée : Histoire ecclésiastique, écrit du IV° siècle).

Luc est en fait un Syrien d'Antioche, médecin de profession. Par la suite il a suivi Paul jusqu'à son martyre. Servant le Seigneur sans reproche, il n'eut ni femme, ni enfants, et mourut à quatre-vingt-quatre ans en Boétie, plein du Saint-Esprit (Prologue de Luc, texte écrit au IV° siècle).

Les plus anciennes représentations de saint Luc le montrent écrivant son évangile. Le bœuf que l’on voit près de lui fait référence au sacrifice dans le Temple qui figure au début de son évangile (I 9). On le représente aussi, selon une tradition, en train de peindre la sainte Vierge.