Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islamisme

  • 70 prêtres et religieux nigerians enlevés ou tués depuis juin 2015

    IMPRIMER

    Dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Au moins 70 prêtres et religieux enlevés ou tués depuis juin 2015

    16 mars 2020  
     
    Les obsèques du Séminariste Michael Nnadi

    Le rapport affirme que « les données disponibles démontrent qu'au cours de ces 57 derniers mois, soit depuis juin 2015, lors de l'entrée en fonction de l'actuel gouvernement central du Nigeria, de 11.500 à 12.000 chrétiens ont été tués. De ceux-ci, 7.400 ont été tués par des bergers Foulanis, 4.000 par Boko Haram et de 150 à 200 par des bandits de grand chemin.

    Le rapport précise en outre que la majeure partie des victimes des attaques de Boko Haram connu aussi comme ISWAP (Islamic State in West Africa) dans le nord-est du pays sont des chrétiens alors qu'en ce qui concerne les bandes de ravisseurs, si sur les routes rurales du nord du Nigeria, la majeure partie de leurs victimes est composée de musulmans, ce sont en revanche en grande partie des chrétiens qui en sont victimes sur les axes nord-sud ou sud-nord, en particulier les autoroutes reliant les deux parties du pays, en particulier la Birnin-Gwari Federal Road.

    Ce sont justement sur ces axes de liaison nord-sud – selon le rapport – que se sont intensifiés au cours des derniers mois les meurtres et les enlèvements d'automobilistes chrétiens et ce en particulier dans le nord du Nigeria, principalement au détriment de citoyens d'origine Igbo.

    La dernière victime de la persécution antichrétienne au sein de l'Eglise au Nigeria est le séminariste de 18 ans Michael Nnadi, enlevé à trois de ses camarades au Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kakau, dans l'Etat de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, par des hommes armés au cours de la nuit du 8 janvier (voir Fides 13/01/2020). Alors que les trois autres séminaristes ont été par la suite relâchés, son corps a été retrouvé sans vie le 1er février dernier (voir Fides 03/02/2020). (L.M.) (Agence Fides 16/03/2020)

  • Pakistan : un jeune chrétien torturé à mort pour s’être lavé dans un puits

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Pakistan : un chrétien torturé à mort pour s’être lavé dans un puits

    Ce 28 février, Saleem Masih, jeune Pakistanais de 22 ans, est mort à la suite de coups reçus par des musulmans l’ayant vu se rincer dans un puits.

    Anne-Quitterie Jozeau – Cité du Vatican

    En rentrant des champs le 25 février dernier, Saleem Masih s’est arrêté quelques instants pour se laver dans un puits, à Kasur dans la province du Pendjab au Pakistan. Un groupe d’hommes musulmans a alors fait irruption, commençant par l’insulter, le traitant de «sale chrétien» et l’accusant de «polluer l’eau». Ils l’ont ensuite attaqué et attaché ses pieds et mains, pour le rouer de coups à l’aide de barres de fer et de bâtons.

    Transféré deux jours après son attaque à l’hôpital, Saleem Masih a succombé à ses blessures, selon le quotidien Pakistan Today. Son père Ghafoor Masih, informé seulement 4 heures après l’agression, dénonce les policiers présents, qui y «assistaient tels des spectateurs».

    Vive réaction du gouvernement

    Mis au courant de l’évènement, le Premier ministre pakistanais Imran Khan s’est prononcé sur le sujet: «quiconque au Pakistan s'en prend à nos citoyens non-musulmans ou à leurs lieux de culte sera traité avec sévérité. Nos minorités sont des citoyens égaux de ce pays».

    Ejaz Alam Augustine, l’actuel ministre des droits de l’Homme et des minorités du Pendjab a affirmé avec véhémence que des mesures sévères seront prises contre les coupables et les policiers concernés.

    Une situation bien courante

    L’Église a également réagi. Le père Qaisar Feroz, secrétaire exécutif de la commission épiscopale pour les Communications sociales s’est exclamé : «cet acte de discrimination et de préjudice révèle la plus haute intolérance des personnes impliquées dans l’assassinat de jeunes chrétiens».

    Nasir Saeed, directeur de l’ONG Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement (CLAAS), relève encore que «ceci n’est pas un cas isolé mais l’un de ceux qui se vérifient chaque jour sur tout le territoire pakistanais et souvent pas même cité dans les moyens de communication ». Il ajoute : «il est nécessaire de prendre des mesures et de rétablir la justice, de mettre un terme à la torture et au traitement discriminatoire sur base religieuse».

    (Avec Fides)

  • Nouveau carnage dans la communauté chrétienne du Burkina-Faso

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Burkina Faso: attaque meurtrière contre une église protestante

    Le gouverneur du Sahel a annoncé ce lundi 17 février l’interruption d’ hommes armés lors d’une célébration protestante dans la localité de Pansi, au nord-est du Burkina Faso. Au moins 24 personnes ont été tuées selon un dernier bilan. Une vingtaine de villageois ont également été enlevés.

    Anne-Quitterie Jozeau avec agences– Cité du Vatican

    Le village de Pansi dans la province de Yagha, au nord-est du Burkina Faso, a subi une attaque terroriste ce dimanche 16 février. Des assaillants jihadistes ont identifié, isolé et tiré sur les fidèles protestants de la localité lors du culte dominical.

    Le gouverneur de la région du Sahel,  le colonel Salfo Kaboré, a affirmé à la presse que le bilan provisoire de cette attaque s’élève à 24 personnes assassinées, dont le pasteur de l’église protestante, et 18 autres blessés. Il déplore également la prise d’otage de plusieurs personnes.

    Un plan d’aide a rapidement été mis en place, afin de retrouver les villageois disparus et secourir les blessés.

    Intensification des attaques

    Les attaques  visant des chrétiens ne cessent de se multiplier. Cet assaut terroriste est le deuxième en une semaine dans la province de Yagha. Le 10 février dernier, sept personnes ont été enlevées au domicile d’un pasteur dans la ville de Sebba. Trois jours plus tard, les cadavres de cinq d’entre elles ont été retrouvés. Deux femmes s’en sont sorties.

    Déjà, le 1er février dernier, 18 personnes avaient été assassinées par des jihadistes à Lamdamol, dans le nord-est du pays.

    L’Onu a annoncé qu’en 2019, pas moins de 4 000 personnes ont été tuées par des groupes islamistes au Niger, au Mali et au Burkina Faso. Ces attaques meurtrières déclenchent la fuite des populations civiles qui abandonnent leurs villages. Depuis 2015, environ 600 000 habitants du Mali, du Niger et du Burkina Faso ont fui leur pays selon les Nations unies. 

  • Nigeria : un des quatre séminaristes enlevés a été exécuté

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    2 février

    Nigeria: assassinat d’un séminariste kidnappé début janvier

    Aide à l’Église en Détresse Italie a donné l’information samedi soir dans un tweet. Le jeune Michael avait été kidnappé par des bandits le 8 janvier dans l'État de Kaduna. Les trois autres séminaristes kidnappés avec lui ont été libérés ces derniers jours.

    «Avec une immense tristesse, nous devons vous informer que le dernier séminariste aux mains des ravisseurs, Michael, a été assassiné». C’est par ces quelques mots dans un tweet hier soir que la branche italienne d’Aide à l’Église en Détresse a annoncé le meurtre au Nigeria du jeune séminariste enlevé avec trois autres personnes le 8 janvier au grand séminaire du bon Pasteur à Kakau, près de Kaduna, la capitale de l'État du même nom, au centre du Nigeria. L’enlèvement avait été organisé par des hommes qui n’ont pas été identifiés.

    Une insécurité comme jamais dans le pays

    Le recteur du séminaire de Kaduna a été appelé samedi pour procéder à la reconnaissance de la victime. Les trois autres séminaristes, enlevés avec lui, ont été libérés ces derniers jours et reçoivent depuis une assistance et des soins médicaux. Monseigneur Augustine Akubeze, archevêque de Benin City et président de la Conférence épiscopale du Nigeria, avait tiré la sonnette d'alarme vendredi dernier dénonçant le très haut niveau d’insécurité dans tout le pays, où la situation a atteint un de degré de gravité sans précédent.

    La violence de Boko Haram

    L’archevêque explique que tous les séminaires du Nigeria sont entourés par des murs de protection mais ces derniers  «ne sont pas suffisants pour arrêter les attaques de Boko Haram», les extrémistes islamiques dont la violence depuis 2009 a fait, selon des données récentes de l'ONU, plus de 35 000 victimes. Toutes les structures, précise le prélat, ne sont pas dotées de caméras de sécurité. «Si tous les séminaires, monastères et couvents qui accueillent des religieux avaient des caméras, elles pourraient être utiles au moins pour capturer quelques terroristes», dit-il. Malheureusement, les ressources de l'Eglise, souligne Aide à l’Église en Détresse Italie, sont limitées et les paroisses sont même obligées de payer pour s’assurer une protection policière pendant les messes dominicales.

  • Incendies, vandalisme, vols, profanations... : le patrimoine chrétien mis à mal

    IMPRIMER

    De Samuel Gregg sur 'The Spectator' en traduction française sur le site de la revue 'Conflits' :

    Le christianisme en feu, les églises d’Europe attaquées

    18 janvier 2020

    En 2017, 878 actes de vandalisme ont été commis contre des lieux de culte chrétiens. Les attaques d’églises, les destructions de statues, les vols d’œuvres d’art ne cessent de croître, dans une grande indifférence des autorités politiques et de la population civile. En ressort une perte du sens du sacré et une indifférence de plus en plus grande à l’égard du christianisme.

    Je ne prends pas les théories du complot au sérieux. Mais lorsque les flammes ont englouti la cathédrale Notre-Dame de Paris le soir du 15 avril 2019, mon esprit s’est momentanément engagé dans cette voie. Après tout, les tentatives d’incendie, de vandalisme, de vol d’églises et de sanctuaires chrétiens sont devenues monnaie courante en France au cours de ces trois dernières années. Arriver à une conclusion plus sinistre pourrait nous être pardonné.

    Rien qu’en 2017, selon le ministère français de l’Intérieur, 878 actes de vandalisme ont été commis envers des lieux de culte, des cimetières et des sanctuaires chrétiens. C’est une moyenne de près de deux sites et demi qui sont visés chaque jour.

    Les responsables gouvernementaux minimisent le problème. Comme me l’a dit un évêque français, ils pensent qu’en attirant l’attention sur les incendies et les vols d’églises, on encourage les imitateurs. Mais, a-t-il ajouté, ils craignent aussi que la « publicité » ne fasse qu’alimenter au sein des populations la peur d’un État qui n’a aucun contrôle sur la loi et l’ordre. Cette perception se manifeste par des cas de figure comme les zones interdites à la police dans certaines villes françaises et les actes continues de gilets jaunes. La plupart des journaux français ne cherchent pas à briser le silence. Il faut donc se tourner vers des organisations comme l’Observatoire sur l’intolérance et la discrimination contre les chrétiens en Europe, localisé à Vienne, pour découvrir ce qui se passe.

    Compte tenu de la montée du terrorisme djihadiste dans toute la France à partir de 2012, il est tentant d’accuser les islamistes de cet assaut d’attentats. Il y a des exemples clairs où, en effet, c’est le cas. En mai dernier, « Allahu Akbar » était griffonné sur la porte de Notre-Dame du Taur à Toulouse. En juillet 2018, les mêmes mots ont été découverts sur les murs brûlés de Saint-Pierre du Martroi à Orléans après l’acte de pyromanes.

    On ignore si ces attaques ont été planifiées par des professionnels ou s’il s’agit simplement d’actes spontanés commis par des musulmans français malheureux de leur situation sociale mais les djihadistes du XXIe siècle comprennent l’impact psychologique des agressions contre les symboles nationaux. L’histoire religieuse, si particulière à la France, signifie que toute campagne de ce genre impliquerait inévitablement son patrimoine chrétien.

    Lire la suite

  • Nigeria : un jeune djihadiste de 8 ans exécute un prisonnier chrétien

    IMPRIMER

    Du site de Valeurs Actuelles :

    L'Etat islamique filme l'exécution d'un chrétien nigérian... par un jeune garçon

    24 janvier 2020

    Âgé de huit ans, le jeune djihadiste affirme que l’Etat islamique ne s’arrêtera pas “avant de venger tout le sang qui a été versé”.

    L’horreur absolue. Une vidéo publiée par l’agence de presse Amaq de l’Etat islamique met en scène un jeune garçon d’environ huit ans qui exécute un prisonnier chrétien nigérian dans la région de Borno, au nord-est du pays, rapporte notamment le Daily Mail. Dans cette séquence, le jeune djihadiste met en garde les chrétiens du monde entier : « Nous ne nous arrêterons pas avant de nous venger de tout le sang qui a été versé ».

    Les « petits du califat » utilisés pour les vidéos de propagande

    Les images ont été partagées en ligne par SITE Intelligence Group, une organisation qui suit l’activité des groupes djihadistes. Le jeune garçon serait lui, issu de l’organisation terroriste de la province de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une branche dissidente de Boko Haram créée en 2016. Depuis sa création, l’Etat islamique utilise régulièrement de jeunes enfants, surnommés les « petits du califat », pour commettre des meurtres de prisonniers dans des vidéos de propagande. Le jour de Noël, le même groupe djihadiste avait filmé l’exécution de 13 otages, dont dix chrétiens. Il avait déclaré avoir tué les captifs pour se venger de la mort de leur dirigeant Abu Bakr al-Baghdadi en Syrie.

    SUR LE MÊME SUJET : Nigeria : la veille de Noël, Boko Haram fait sept morts dans un village chrétien

    Depuis une décennie, les soldats nigérian, stationnés dans le Nord-Est du pays, combattent les troupes de Boko Haram. Le groupe et sa faction affiliée ont récemment intensifié les attaques contre des cibles militaires et civiles à travers toute la région.

  • Nigeria : quatre séminaristes victimes d'un enlèvement

    IMPRIMER

    Image

    Du site "Le Salon beige" :

    4 séminaristes enlevés au Nigéria

    4 séminaristes enlevés au Nigéria

    Le 8 janvier, un raid a eu lieu au grand Séminaire du Bon Pasteur à Kaduna, dans l’état du même nom, situé dans le centre du Nigéria. Des hommes armés sont arrivés dans les locaux, et ont ouvert le feu. Quatre séminaristes ont été enlevés. Une rançon pour leur libération a été exigée par les ravisseurs, dont on ignore encore l’identité.

    Au Nigeria, les chrétiens sont particulièrement victimes d’actes de violence, le plus souvent de la part de groupes islamistes.

    Cardinal R. Sarah@Card_R_Sarah
    Voir l'image sur Twitter

    4 séminaristes ont été enlevés au Nigéria

    Les chrétiens ont une nouvelle fois été pris pour cible au Nigéria. Quatre séminaristes ont été kidnappés par des hommes armés le 8 janvier dernier.

    L’événement s'est produit il y a trois jours, le 8 janvier entre 22h30 et 23h00 heures locales, mais la nouvelle n'a été diffusée par les médias locaux et relatée par les témoins qu'au cours de ces dernières heures.

    Le raid a eu lieu au grand Séminaire du Bon Pasteur à Kaduna, dans l'état du même nom, situé dans le centre du pays. Des hommes armés sont arrivés dans les locaux, et ont ouvert le feu, selon la reconstitution opérée par un média local. «Après le comptage des étudiants avec les agents de sécurité, quatre séminaristes ont été déclarés disparus. Veuillez dire une prière pour leur libération» a transmis à The East African l’un des prêtres responsables du séminaire. La police locale a assuré que tout était fait pour retrouver les séminaristes enlevés.

    Selon l’association Aide à l’Église en Détresse, une rançon pour leur libération a été exigée par les ravisseurs, dont on ignore encore l’identité.

    Au Nigeria, les chrétiens sont particulièrement victimes d'actes de violence, le plus souvent de la part de groupes islamistes.

    (Avec L’Osservatore Romano)

  • 13 nouveaux martyrs chrétiens au Nigeria

    IMPRIMER

    De Daniel Hamiche sur christianophobie.fr :

    Nigéria : 13 chrétiens assassinés par des musulmans dans l’État de Plateau

    Une vingtaine de musulmans peuls armés ont attaqué le village majoritairement chrétien de Kulben (comté de Mangu, État de Plateau au centre du Nigéria), mercredi 8 janvier vers 20 h. Treize chrétiens appartenant à la Church of Christ in Nations (COCIN) ont été tués et trois autres blessés lors de cette attaque. Audu Telmut, un responsable chrétien local, a confié à Morning Star News qu’il n’y avait jamais eu, dans le passé, de problèmes entre la communauté chrétienne et les éleveurs peuls de la région : « Notre communauté vivait paisiblement avec les éleveurs, sans problème ni conflit avec eux. C’est pourquoi nous ne comprenons pas la raison de cette attaque »…

  • 2019 : une année de martyrs

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse :

    2019 a été une année de martyrs

    Pour Thomas Heine-Geldern, président de la fondation pontificale Aide à l’Église en Détresse (AED), « 2019 a été une année de martyrs, l’une des plus sanglantes dans l’histoire des chrétiens. Les attentats commis contre trois églises au Sri Lanka, qui ont coûté la vie à plus de 250 personnes, en a été la terrible apogée. Nous sommes également très préoccupés par la situation en Chine ou en Inde. »

    Selon Mr Heine-Geldern, un aspect positif est qu’ « en Europe occidentale, les personnalités politiques et les leaders d’opinion parlent désormais beaucoup plus de la liberté religieuse ». À titre d’exemple particulièrement encourageant, il cite le message vidéo du Prince Charles, héritier du trône britannique, enregistré à Noël pour l’Aide à l’Église en Détresse. Dans ce message, le prince attire l’attention sur la souffrance et la persécution croissantes des chrétiens dans le monde entier et lance un appel à la solidarité.

    Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l’AED, à côté du portrait du père Werenfried, fondateur de l’oeuvre internationale

    Dans ce contexte, le président de l’AED rappelle la demande faite aux organisations multinationales et intergouvernementales – comme l’Union européenne ou l’ONU – de permettre et de protéger la liberté religieuse en tant que droit humain fondamental à tous les niveaux et dans tous les pays. « Ce sujet est abordé plus souvent, mais on entreprend encore toujours trop peu. Il est difficile de croire que dans un pays comme la France, on a encore enregistré cette année plus de 230 exactions commises contre des institutions chrétiennes. Les événements au Chili, où quarante églises ont été profanées et endommagées depuis la mi-octobre, sont aussi choquants. »

    En ce qui concerne l’Afrique, le président de l’AED est particulièrement préoccupé par la situation des chrétiens au Nigeria, où des terroristes islamistes de Boko Haram sévissent dans le nord du pays et le long de la frontière avec le Cameroun. « La veille de Noël, le village chrétien de Kwarangulum, situé dans l’État fédéral de Borno, a été attaqué par des djihadistes qui ont abattu sept personnes, enlevé une jeune femme et incendié les maisons et l’église. Un jour plus tard, un groupe dissident de Daesh a diffusé une vidéo qui, selon eux, montre l’exécution de dix chrétiens et d’un musulman dans le nord-est du Nigeria. Nous sommes profondément accablés par tous ces événements. Pendant que nous célébrons Noël, d’autres sont endeuillés et vivent dans la crainte. »

    L’année 2019 a également été fatale pour les chrétiens du Burkina Faso, poursuit Thomas Heine-Geldern. Dans certaines régions du pays, les chrétiens sont peu à peu expulsés, des établissements scolaires et des chapelles ont dû y être fermés. « Selon nos informations, au moins sept attaques ont été perpétrées contre des communautés catholiques et protestantes, durant lesquelles 34 chrétiens – dont deux prêtres et deux pasteurs – ont été assassinés. Nos partenaires de projet nous parlent d’une tentative de déstabiliser le pays, d’attiser des conflits religieux et d’enflammer la violence. »

    La situation des chrétiens au Proche-Orient a toujours été présente dans les pensées et les prières. À ce sujet, Mr Heine-Geldern revient sur les propos de l’archevêque d’Erbil, Mgr Bashar Matti Warda, qui a attiré l’attention sur le danger planant sur les chrétiens en Irak et sur leur situation : « l’invasion du groupement terroriste Daesh n’a été qu’une des nombreuses attaques contre cette communauté de chrétiens ». Avant l’émergence de Daesh, il y en avait déjà eu plusieurs autres « et à chaque attaque, le nombre de chrétiens en Irak – et en Syrie – diminue de façon spectaculaire». L’intensification de la crise au Liban aggrave également la situation des chrétiens dans le pays et crée en même temps, comme effet secondaire, de nombreux obstacles pour l’aide humanitaire à la population en Syrie.

    Cependant, Mr Heine-Geldern regarde aussi l’année avec gratitude : « Ce qui est magnifique dans notre travail, c’est qu’en sus de la croix et de la souffrance dont nous sommes témoins, il nous est aussi permis d’éprouver de très près l’immense dévouement et le grand amour de nombreuses personnes. Prenons par exemple la Syrie, un pays qui est toujours en guerre et qui en subit les conséquences. Au cours des dernières années, nous nous y sommes rendus à plusieurs reprises et avons été profondément impressionnés par la manière dont tous – laïcs engagés, religieuses, prêtres et évêques, soutenus par la générosité de nos donateurs – entreprennent tout leur possible et parfois même l’impossible pour atténuer la détresse spirituelle et matérielle des gens ».

    Par Maria Lozano & Jürgen Liminski

  • Chrétiens décapités à Noël : l'Occident préfère fermer les yeux

    IMPRIMER

    Lire la suite

  • Nigéria : le massacre des chrétiens par des musulmans vire au génocide

    IMPRIMER

    Du site "La Sélection du Jour" :

    AU NIGÉRIA, LE MASSACRE DES CHRÉTIENS PAR DES MUSULMANS TOURNE AU GÉNOCIDE

    À Noël, le groupe djihadiste État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), issu d’une scission au sein groupe Boko Haram, a assassiné onze chrétiens enlevés dans le nord-est du Nigeria. Pour faire connaître au monde entier leur crime, les terroristes ont adopté l’odieux procédé de leur modèle, Daech, en filmant cette exécution collective et en diffusant la vidéo le 26 décembre. C’est « un message aux chrétiens du monde entier » déclare un homme au visage masqué dans cette vidéo diffusée par Amaq, l’agence de propagande de l’État islamique. Prétexte avancé : venger la mort du chef de l’État islamique (EI), Abou Bakr Al Bagdhdadi, tué lors d’une intervention américaine en Syrie, en octobre dernier.

    Si les islamistes commettent des atrocités dans le monde entier, ce nouvel épisode macabre rappelle que le Nigéria est de loin le pays qui paie le plus lourd tribut à la véritable extermination des chrétiens qui s’avère être l’un des principaux objectifs des « fous d’Allah ». Depuis dix ans, le conflit armé mené initialement par le groupe islamiste Boko Haram, a fait plus de 36 000 morts (dont une moitié de civils) et deux millions de déplacés au Nigeria, selon les derniers chiffres de l’ONU. Il s’est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. Selon l’ONG Portes ouvertes (chrétiens évangéliques), 90% des chrétiens tués en 2018 dans le monde l’ont été au Nigeria (soit 3 731 morts sur le sol nigérian, pour la plupart des paysans, victimes des djihadistes et des éleveurs peuls musulmans).

    Pour avoir qualifié les massacres de chrétiens nigérians commis par les Fulanis, une ethnie musulmane, de « nettoyage ethnique et religieux méthodique » dans un reportage pour Paris-Match, Bernard-Henri Levy s’est attiré une volée de bois vert de « spécialistes du pays » dans une tribune du Monde (cf LSDJ n°830). C’est pourtant une réalité dans plusieurs régions du pays, que dénonce depuis des années l’épiscopat nigérian et que confirme le directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) Benoît de Blanpré qui déplore la passivité de la communauté internationale. Sur les six premiers mois de 2019, 52 attaques terroristes ont été menées contre des villages chrétiens. « Allez expliquer aux chrétiens nigérians qu'ils ne sont pas victimes d'un conflit religieux, quand ils voient des combattants Peuls entièrement vêtus de noir, qui scandent 'Allahu Akbar ! ' et crient 'Mort aux chrétiens' », s’indigne Sœur Monica Chikwe, dans un article de synthèse publié par le Gatestone Institute (en lien ci-dessous). Selon plusieurs responsables chrétiens (protestants ou catholiques) cités dans cet article, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, lui-même musulman issu du clan Fulani, mènerait ouvertement une politique anti-chrétienne qui favoriserait les exactions contre les chrétiens dans plusieurs régions du pays afin de l’islamiser. Leurs témoignages sont étayés par beaucoup d’autres, dont celui de l’ancien ministre de l'aviation nigériane, Femi Fani-Kayode : « [Le président ] a truffé son gouvernement de responsables musulmans, sans se préoccuper que les chrétiens qui représentent la moitié de la population, soient dûment représentés... Des centaines de chrétiens Numan dans l'Etat d'Adamawa ont été attaqués et tués par des éleveurs peuls djihadistes. Et lorsqu'ils ont tenté de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l'armée de l'air pour les bombarder [40 morts dans une église ! NDLR]. Est-ce équitable ? »

     
    "Que le monde sache" : le Génocide des Chrétiens au Nigéria
    Gatestone Institute 30-10-2019
    "Que le monde sache" : le Génocide des Chrétiens au Nigéria
    Lire l'article sur : Gatestone Institute
  • Allons-nous laisser les islamistes poursuivre le massacre des chrétiens en Afrique ?

    IMPRIMER

    De Verlaine Djeni sur le Boulevard Voltaire :

    Les islamistes massacrent les chrétiens en Afrique dans l’indifférence totale de l’Occident

    Avec les revers successifs qu’ils ont subis en Syrie et en Irak, on avait pensé les islamistes affaiblis. Certes, quelques attaques ici et là en Occident, ou ailleurs dans le monde, ressemblaient plus à des râles d’agonisant qu’à des actions préparées et installées sur le long terme afin de semer la terreur au sein des populations.

    L’État islamique est incontestablement en perte de vitesse au Levant mais on découvre, depuis le début de l’année, une recrudescence des actes terroristes en Afrique. La coïncidence entre la chute au Levant et la hausse en Afrique ne surprend pas beaucoup d’experts qui avertissaient, depuis des années, sur le risque d’explosion. Ainsi, Alexandre del Valle, dès octobre 2000, prévenait-il sur les risques à venir avec le caractère protéiforme des actes terroristes.

    Du Sahel à la corne de l’Afrique, ce continent accueille toutes les formes de groupuscules djihadistes, Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), Boko Haram, État islamique dans la province de l’Afrique de l’Ouest (ISWAP, en anglais), Al-Chebab, Al-Mourabitoune, Ansar al-Charia, sans oublier ces nombreux mouvements qui, chaque jour, se créent avec la bénédiction et les fortunes de certains « émirs » criminels qui font leur beurre grâce aux rançons perçues après les enlèvements d’occidentaux.

    Ce qui se passe, aujourd’hui, en Afrique, n’est pas une étincelle mais certainement un acte programmé d’assassinats ciblés contre les chrétiens et leurs lieux de culte.

    La République démocratique du Congo, le , le Burkina Faso paient le plus grand tribut dans cette guerre imposée par les terroristes.

    Il ne se passe plus une semaine sans voir des lieux de culte chrétiens attaqués. Il ne se passe plus une semaine sans entendre que des prêtres, des pasteurs, des fidèles sont tués par des islamistes. Les terroristes poussent l’indécence jusqu’à cibler, dans leurs actes criminels, les populations civiles les plus faibles, femmes, enfants et personnes âgées.

    Le summum de l’horreur est atteint, il y a quelques jours, à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, avec 35 civils tués dont… 31 femmes.

    Au Nigeria, la veille du réveillon de Noël, des chrétiens ont été exécutés pour venger la mort survenue, en octobre, du chef de l’État islamique Al-Baghdadi, en Syrie. La vidéo filmant cette exécution a fait le tour des réseaux sociaux et l’on a pu y voir la barbarie de ces islamistes.

    La question qui se pose, aujourd’hui, est : allons-nous laisser les islamistes poursuivre ce massacre des chrétiens en Afrique ?

    Pourquoi, en Occident, et en France en particulier, les défenseurs de Gaza, les chantres de la bien-pensance et les acharnés de l’islamophobie sont-ils si silencieux face aux crimes commis par des musulmans sur des chrétiens en Afrique ?

    Une seule chose : une promesse aux chrétiens d’Orient et aux chrétiens d’Afrique, nous dénoncerons toujours les crimes que vous subissez, nous ne nous tairons pas, nous ne nous tairons jamais pour vous.