Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes

  • France ; l'arrivée d'un nouveau clergé; la preuve par les ordinations

    IMPRIMER

    De "Paix liturgique" (27 juillet):

    EN FRANCE UN NOUVEAU CLERGÉ ARRIVE LA PREUVE PAR LES ORDINATIONS

    Analysant un sondage Ifop, le sociologue Jérôme Fourquet nous assure dans Le Point du 22 juillet 2020, que le corps électoral français se droitiserait. En tout cas, on peut dire qu’il ne se gauchise pas, et il est vrai qu’un cycle de relatif « retour de balancier » par rapport à la longue séquence qui a suivi Mai 68, peut se constater, spécialement dans les milieux catholiques, ou ce qui en subsiste. De même que Mai 68 avait été anticipé dans l’Eglise et surtout dans le clergé par un grand mouvement de remise en cause généralisée dès la tenue du concile Vatican II, un mouvement en sens inverse est plus évidemment perceptible aujourd’hui dans le clergé qui reste et chez les fidèles qui n’ont pas quitté les églises, qu’il ne l’est dans la société.

    Les ordinations de 2020 en France

    L’an passé, Yann Raison du Cleuziou publiait sur ce thème son ouvrage, Une contre-révolution catholique, aux origines de la Manif pour tous (Seuil 2019), dont nous avons parlé dans notre Lettre 697. Il en ressortait que les générations qui ont « fait le Concile » se sont usées et largement évaporées, et qu’aujourd’hui, dans un catholicisme réduit à un petit reste de pratiquants, ceux-ci s’avèrent être en majorité des « conservateurs ». Yann Raison du Cleuziou n’emploie pas ce terme de manière dépréciatrice, mais pour exprimer que ce reliquat de pratiquants – d’« observants », comme il dit – ont maintenu une sorte de « conservatoire » encore très vivant.

    Il va de soi que le terme « contre-révolution », très accrocheur, dont il use dans son livre, est bien trop fort pour traduire cette réalité conservatrice. En fait, Yann Raison applique l’analyse que faisait Gaël Brustier dans Le Mai 68 conservateur (Cerf, 2014) au sujet de l’inversion de tendance par rapport à la « révolution » de 68 dans une partie de la jeunesse, essentiellement catholique. Ce phénomène catholique, explique Yann Raison du Cleuziou, n’est pas sans ressembler à d’autres mouvements actuels de société, notamment en ce qu’il est populaire – pour éviter de dire populiste –, en ce sens qu’il est en réaction contre les « élites » en place, ici contre la hiérarchie catholique : le sociologue décrit ces pratiquants catholiques comme étant généralement en décalage avec leurs supérieurs naturels.

    Lire la suite

  • Chez "Livres en famille" : Card. Sarah le couple -DVD Passion Jeanne d'Arc -Coloriages -Nouveautés

    IMPRIMER

    Livres en famille

    Des romans "jeunesse" à mettre dans sa valise

    L'AMOUR, UNE HISTOIRE SACRÉE

    Le cardinal Sarah s'adresse à notre mémoire, à notre intelligence et à notre volonté, son souhait est surtout de rejoindre notre coeur. La contemplation des mystères de la foi qu'il nous propose invite à l'espérance. l'amour aura le dernier mot.

    Couples réveillez votre amour !

    Pour ceux qui peinent, pour ceux souffrent mais aussi pour ceux qui veulent grandir, s'aimer plus, mieux sous le regard de Dieu...

    12.90€

    Je commande

       
    Le vin de Cana
    Abbé Ludger Grün
    Le vin de Cana
    Vivre du sacrement                 de mariage
    9.00 €
    S'unir pour s'aimer avec Jésus pour guide
    P.François Zannini
    S'unir pour s'aimer
    avec Jésus pour guide
    25.00 €
    Les mariages dans l'orage
    Abbé Ludger Grün
    Les mariages
    dans l'orage
    10.00 €

    Pour en savoir plus sur l'amour, une histoire sacrée !

    LE COIN DES NOUVEAUTÉS

    Retrouvez les dernières nouveautés

    Le château intérieur
    Sainte Thérèse d'Avila
    Le château intérieur
    8.00 €
    Les Français et la guerre de 1870
    Jean-François Lecaillon
    Les Français et
    la guerre de 1870
    20.00 €
    Salazar et son oeuvre
    Marcel De Corte
    Salazar et son oeuvre
    7.50 €
    Aux sources du malaise identitaire français
    Paul-François Paoli
    Aux sources du malaise identitaire français
    Valeurs, identité et
    instinct de collaboration
    18.00 €
    La petite chambre qui donnait sur la potence
    Nathan Katz
    La petite chambre qui
    donnait sur la potence
    Un combat pour
    la joie de vivre
    16.00 €
    Le petit Larousse du jardin par mois
    Philippe Bonduel
    Le petit Larousse du
    jardin par mois
    Planter entretenir jardin 
    potager toute l'année
    22.95 €

    LES COLORIAGES, COLLAGES - GRANDS SUCCÈS DE L'ÉTÉ

    Retrouvez tous les coloriages, pour tous les âges !

    Pack activités de l'été - 2 coloriages et un cadeau
    Pack activités de l'été -
    2 coloriages et un cadeau
    10.40 €
    Les coloriages de Loupio
    Jean-François Kieffer
    Les coloriages de Loupio
    Chevaliers et châteaux
    5.90 €
    Je construis les Princesses
    Dominique Ehrhard
    Je construis les Princesses
    Montage très facile
    8.90 €

    DVD NOUVEAUTÉS

    La Passion de Jeanne d'Arc, une mission unique - un documentaire saisissant produit à l'occasion du centenaire de la canonisation de la Pucelle d'Orléans qui a eu lieu le 16 mai 1620.

    Retrouvez la vidéo de la bande-annonce !

    La Passion de Jeanne d'Arc

    Avec les interventions de

    • Mgr Marc Aillet,
    • Philippe de Villiers,
    • Jacques Tremolet de Villers,
    • soeur Marie de la Sagesse,
    • abbé J.acques Olivier...

    Je commande

       

    Le petit lord Fauntleroy
    Jack Gold
    Le petit lord Fauntleroy
    D'après le roman de F.
    Hodgson Burnett
    9.95 €
    Une vie cachée
    Terrence Malick
    Une vie cachée
    D'après
    une histoire vraie
    19.95 €
    Avez-vous la foi ?
    Jonathan Gunn
    Avez-vous la foi ?
    Par le réalisateur
    de Jésus, l'enquête
    19.95 €

    JEUX DE SOCIÉTÉ

    La famille Souris cherche et trouve
    Kazuo Iwamura
    La famille Souris
    cherche et trouve
    11.90 €
    La bataille d'Orléans
    Dominique Breton
    La bataille d'Orléans
    Jeanne d'Arc -jeu
    44.95 €
    Au coeur de l'histoire
    Franck Ferrand
    Au coeur de l'histoire
    Près de 1000 questions
    & défis - En famille
    15.90 €

    BIENVENUE À PRÉCHAC (Gironde)- F33730 -TOUT L'ÉTÉ

    Livres en Famille - Les Buissonnets 12 av. de la république - Tel 06 11 04 82 59

    Remise de bienvenue de 5% sur tout le stock !

    Bonnes vacances.

  • Affaire McCarrick, abus sexuels, "milliards" versés par la Chine au Saint-Siège : les nouvelles accusations de Mgr Vigano

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits, sur son blog :

    Nouvelles accusations de Mgr Viganò sur l'affaire McCarrick, les abus sexuels dans l'Eglise et les “milliards” versés par la Chine au Saint-Siège : traduction intégrale de son entretien avec Marco Tosatti

    Mgr Carlo Maria Viganò s'exprime une nouvelle fois sur l'affaire McCarrick, en évoquant notamment le rôle joué par ce dernier dans la conclusion de l'accord entre la Chine et le Vatican, avec des « milliards » à la clef. 

    Je vous propose ci-dessous ma traduction de travail de l'entretien accordée par Mgr Viganò au vaticaniste Marco Tosatti, précédé par l'introduction signée par celui-ci. Encore une bombe…
    Voir la version italienne sur Stilum curiae, le blog de Marco Tosatti, et la version anglaise, publiée également à 7 h 00 (heure de Rome) ce samedi matin, sur LifeSiteNews
    Je n'ai pas encore eu le temps de traduire l'important appareil de notes. Elles sont disponibles dans les versions italienne et anglaise. – J.S.

    *

    La détermination de Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux États-Unis d’Amérique, à dénoncer le voile du silence et les dissimulations dans la gestion des cas d’abus par des membres du clergé, est bien connue. La réaction pimentée et énervée des autorités du Vatican – et en particulier de divers prélats – aux réfutations bien argumentées du combatif prélat est également bien connue. Dans cette interview, nous nous penchons avec Son Excellence sur les développements de l’affaire de l’ex-cardinal McCarrick, notamment  à la lumière d’un article récent de Church Militant intitulé « The McCarrick Bombshell » (« La bombe McCarrick) ».

    Mais avant d’entrer dans le vif de cet article, faisons un bref rappel. Du 21 au 24 février 2019, une réunion de tous les présidents des conférences épiscopales s’est tenue à Rome sur le thème de la protection des mineurs dans l’Église.  Quelques jours auparavant, le 16 février 2019, la Congrégation pour la Doctrine de la foi a annoncé le renvoi de l’état clérical de Theodore McCarrick, accusé d’autres crimes graves, et a ajouté : « Le Saint-Père a reconnu le caractère définitif de cette décision prise en accord avec la loi, la rendant res iudicata (c’est-à-dire n’admettant aucun autre recours). » – M.T.

    Lire l'interview sur le blog de Jeanne Smits

  • "Transmettre" : des cahiers pour les parents et les catéchistes

    IMPRIMER

    2020_07_24_09_39_09_Greenshot.png

    Transmettre

  • Quand l'Italie se vide de ses Italiens

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana, ces réflexions sur l'inexorable déclin démographique de l'Italie :

    Parce que sans Dieu, le taux de natalité baisse et le nombre des expatriés croît

    20-07-2020

    Un nouveau record négatif en termes de naissances : en 2019, 420 170 personnes sont nées, soit une baisse de 4,5 % par rapport à l'année précédente. Alors que le nombre de concitoyens partant à l'étranger a augmenté : +8,6%. Les raisons ? Dans le premier cas, la réduction de la population en âge de fécondité et le fait qu'un enfant sur cinq conçu est avorté, dans le second, le système est corrompu. Mais ces deux phénomènes découlent de l'absence d'une foi qui unit et aide à se sacrifier.

    Moins de naissances en Italie, plus d'Italiens fuyant à l'étranger. Exprimée en termes télégraphiques, c'est la photographie tirée du dernier rapport de l'Istat sur l'état démographique de notre pays. Un nouveau record négatif en termes de naissances : en 2019, il y a eu 420 170 nouveau-nés, soit une baisse de 4,5 % par rapport à l'année précédente. Le nombre de compatriotes au lieu d'aller à l'étranger a augmenté : + 8,6 %.

    Pourquoi si peu de naissances ? Les facteurs structurels qui, ces dernières années, ont contribué au déclin des naissances - écrit l'ISTAT - sont identifiés dans la réduction progressive de la population italienne en âge de procréer, constituée de générations de moins en moins nombreuses à la naissance, en raison de la dénatalité observée depuis la seconde moitié des années soixante-dix. C'est le chien qui se mord la queue : moins d'enfants équivaut à moins d'adultes qui auront des enfants demain. Un cercle vicieux qui s'étrangle lui-même.

    Ensuite, il y a des causes bien connues uniquement dans le monde catholique (en réalité uniquement dans le monde authentiquement catholique). Le premier : une personne sur cinq qui est conçue est avortée. Vous voulez passer de l'hiver démographique au printemps ? Interdire l'avortement. Deuxièmement, il est vraiment vrai que le grain qui ne meurt pas reste seul et que ce qui meurt produit beaucoup de fruits. Aujourd'hui, les gens ne meurent plus, sauf pour eux-mêmes, c'est-à-dire qu'ils ne se sacrifient plus pour un "autre". Ainsi, il y a d'abord la prise de conscience personnelle, puis vers l'âge de 30 ans et plus, il y a peut-être de la place pour la famille. Mais les aiguilles de l'horloge biologique indiquent souvent aux femmes que le temps est compté.

    Et même lorsqu'il n'est pas expiré, le grain ne veut toujours pas mourir et nous disons donc "oui" à un seul enfant, parce que le second ne correspond pas aux critères des intérêts, le temps pour lui-même, son propre espace, etc. Évoquer le manque d'espoir dans l'avenir et l'argent n'est qu'un écran de fumée : dans le monde et en Italie, ceux qui ont le plus d'enfants sont les groupes sociaux les plus pauvres, ceux qui n'auraient pas l'argent pour rêver, pour espérer, pour écouter les sociologues.

    Lire la suite

  • Le point de vue de jeunes catholiques hongkongais sur la situation dans leur pays

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Points de vue sur la situation à Hong-Kong

    13/07/2020

    Un prêtre de Hong-Kong a interviewé deux jeunes de sa paroisse, James, jeune diplômé́ de 24 ans, et Mary, étudiante de 20 ans. En exprimant leurs opinions sur le sens et les raisons des protestations, ils donnent mieux que nous ne pourrions le faire des éléments pour comprendre la situation. Certaines de ces opinions sont peut-être choquantes, mais les entendre permet de percevoir le ressenti et la colère de beaucoup de jeunes Hongkongais.

    De jeunes manifestants sont assis devant la paroisse d’un père de Hong-Kong qui sera ensuite le lieu de violents affrontements avec la police

    Quelles sont pour vous les raisons des manifestations à Hong-Kong ?

    James : Les gens de Hong- Kong voient leur société s’effondrer et se sentent envahis de tous côtés par la Chine. Ils craignaient que si la loi sur l’extradition en Chine avait été adoptée, les libertés individuelles des Hongkongais auraient été davantage affaiblies. Avant cela, il y a eu une affaire montrant que des Hongkongais pouvaient être enlevés et amenés en Chine (comme l’affaire des libraires de Causeway Bay). Les Hongkongais craignaient donc qu’ils puissent également « disparaître » et se retrouver on ne sait comment en Chine où ils seraient accusés de crimes. La raison principale des grandes manifestations est donc une perte totale de confiance dans le système judiciaire chinois. Mais je crois qu’il y a aussi d’autres causes, notamment la méfiance que les Hongkongais ont depuis longtemps développée envers le gouvernement de Hong-Kong et le régime chinois, leur insatisfaction à l’égard de leur système judiciaire, l’ingérence croissante de la Chine dans les affaires de Hong-Kong, la décadence de l’assemblée législative de Hong-Kong, la déception et la stagnation qui ont suivi le mouvement des parapluies (2014), etc. Au bout du compte, les manifestations contre la loi sur l’extradition sont la catharsis de problèmes qui n’avaient cessé de s’accumuler.

    Lire la suite

  • Pakistan : les jeunes filles chrétiennes vivent à la merci des extrémistes

    IMPRIMER

    De Sylvain Dorient sur le FigaroVox :

    «Au Pakistan, les jeunes filles chrétiennes vivent à la merci des extrémistes»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - En 2013, la commission «Justice et Paix» du Pakistan publiait un rapport dénonçant l'enlèvement de force de jeunes filles chrétiennes pakistanaises, converties pour être mariées. Une situation qui ne s’est pas améliorée depuis, dans le pays où la charia prévaut sur le droit normatif, s’inquiète Sylvain Dorient.

    Sylvain Dorient est membre de l’AED, l’Aide à l’Église en Détresse.


    Le visage souriant de cette jeune fille de 14 ans, qui pose pour la photo, n’est plus inconnu du grand public. Huma Younus, pakistanaise et chrétienne a été enlevée le 10 octobre 2019. Son ravisseur, Abdul Jabar, l’a emmenée à 600km de son foyer. Il prétend que la jeune fille s’est convertie à l’islam et l’a épousée de son plein gré.

    Au Pakistan, où 96% de la population est musulmane, les minorités religieuses, chrétienne, hindoue et Sikhe, vivent dans une situation précaire.

    Au Pakistan, où 96% de la population est musulmane, les minorités religieuses, chrétienne, hindoue et Sikhe, vivent dans une situation précaire, à la merci des extrémistes. C’est en particulier vrai des jeunes filles, déplore la Commission justice et paix, qui dénonce depuis 10 ans le phénomène des mariages et conversions forcés de mineures. Selon les calculs de la Commission, composée d’avocats, de religieux et de militants, un millier de jeunes filles seraient enlevées de la sorte chaque année. Depuis la publication du rapport qui indiquait ce chiffre, en 2013, les choses n’ont pas changé, regrette Christopher Sajid. Pakistanais, il a travaillé pour Caritas Pakistan avant de diriger l’Human Friends Organization ; il craint au contraire que le phénomène ne se soit aggravé. Il explique: «Les familles chrétiennes ou hindoues sont souvent très pauvres, elles ont peu accès à l’éducation. Le plus souvent, elles n’osent pas porter plainte. Je crains que beaucoup de cas ne passent sous les radars.»

    Lire la suite

  • Allemagne : les facultés de théologie et les séminaires se dépeuplent à un rythme inquiétant

    IMPRIMER

    De Cyprien Viet sur Vatican News :

    La crise des vocations sacerdotales s’amplifie en Allemagne

    10 juillet 2020

    L’Église catholique en Allemagne fait face à une forte diminution du nombre d’ordinations, dans le contexte de la pandémie de coronavirus mais aussi, plus largement, d’une sécularisation massive.

    L’Église catholique en Allemagne voit ses facultés de théologie et ses séminaires se dépeupler à un rythme inquiétant. Le nombre d’ordinations sacerdotales est à nouveau très faible cette année, avec seulement 57 ordinations sacerdotales pour les diocèses allemands cette année, un chiffre à peine plus élevé que les 55 ordinations de l’an dernier.

    La pandémie de coronavirus a posé des problèmes logistiques et provoqué le renvoi de certaines célébrations, mais la tendance globale est clairement à la baisse, selon les données présentées par le quotidien Augsburger Allgemeine, et relayées par l’agence Kath. La baisse est continue depuis les années 1960, à l’image d’une société allemande qui s’est progressivement détachée du fait religieux, y compris désormais dans des Länder comme la Bavière, traditionnellement considérée comme un bastion catholique, alors que les territoires de l’ex-Allemagne de l’Est sont marqués par un fort taux d’athéisme depuis plusieurs décennies.

    Une baisse continue depuis 60 ans

    En 1962, l’Allemagne avait enregistré 557 ordinations, et seulement 303 en 1970.  La baisse allait se poursuivre durant les décennies suivantes, avec dans les années 1990 entre 139 et 295 ordinations, puis dans les années 2000 entre 81 et 131. La relative stabilisation enregistrée en France, avec une centaine d’ordinations par an depuis une quinzaine d’années, ne se retrouve pas en Allemagne où la diminution se poursuit.

    «Il s’agit d’une tendance alarmante, commente Thomas Sternberg, président du Comité central des catholiques allemands (Zdk). L’an dernier, il y a eu une ordination pour 11 prêtres partis à la retraite», explique-t-il. Cette donnée rejoint le constat d’une augmentation des sorties d’Église, un phénomène massif outre-Rhin, mais dont les motivations sont parfois fiscales, et non pas seulement spirituelles, car l’affiliation officielle à une Église suppose le paiement d’un impôt.

    Plus de 272 000 catholiques ont quitté leur Église en 2019, soit 26% de plus qu’en 2018. Les affaires d’abus sexuels commis par des membres du clergé catholique semble avoir accentué ce phénomène de désaffiliation mais certains observateurs remarquent que le nombre de sorties d’Église, est à peu près équivalent concernant l’Église protestante avec environ 270 000 départs annuels selon les données les plus récentes. La sécularisation est donc un mouvement de fond qui dépasse les différences institutionnelles.

  • Quand Jean-Paul II évoquait sainte Maria Goretti (6 juillet)

    IMPRIMER

    MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II À L'ÉVÊQUE D'ALBANO À L'OCCASION DU CENTENAIRE DE LA MORT DE SAINTE MARIA GORETTI

    A mon Vénéré frère Mgr Agostino VALLINI, Evêque d'Albano

    1. Il y a cent ans, le 6 juillet 1902, à l'hôpital de Nettuno, mourait Maria Goretti, sauvagement poignardée le jour précédent dans le petit village de Le Ferriere, dans l'Agro Pontino. En raison de son histoire spirituelle, de la force de sa foi, de sa capacité à pardonner son bourreau, elle figure parmi les saintes les plus aimées du XXème siècle. C'est donc de façon opportune que la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ, à laquelle est confié le soin du Sanctuaire  dans  lequel  repose la dépouille mortelle de la sainte, a voulu célébrer cet événement avec une solennité particulière.

    Sainte Maria Goretti fut une jeune fille à laquelle l'Esprit de Dieu accorda le courage de rester fidèle à la vocation chrétienne, jusqu'au sacrifice suprême de la vie. Son jeune âge, le manque d'instruction scolaire et la pauvreté du milieu dans lequel elle vivait n'empêchèrent pas à la grâce de manifester ses prodiges en elle. C'est même précisément dans ces conditions qu'apparut de façon éloquente la prédilection de Dieu pour les personnes humbles. Les paroles avec lesquelles Jésus bénit le Père céleste pour s'être révélé aux petits et aux humbles, plutôt qu'aux sages et aux savants du monde (cf. Mt 11, 25) nous reviennent à l'esprit.

    Il a été observé à juste titre que le martyre de sainte Maria Goretti ouvrit ce qui devait être appelé le siècle des martyrs. C'est précisément dans cette perspective, au terme du grand Jubilé de l'An 2000, que j'ai souligné comment "la vive conscience de la pénitence ne nous a pas empêchés de rendre gloire au Seigneur pour ce qu'il a fait au cours de tous les siècles, en particulier au cours du siècle que nous laissons derrière nous, assurant à son Eglise une vaste cohorte de saints et de martyrs" ( Novo millennio ineunte, n. 7).

    2. Maria Goretti, née à Corinaldo, dans les Marches, le 16 octobre 1890, dut très tôt prendre la route de l'émigration avec sa famille, arrivant, après plusieurs étapes, à Le Ferriere di Conca, dans l'Agro Pontino. Malgré les problèmes liés à la pauvreté, qui ne lui permirent pas d'aller à l'école, la petite Marie vivait dans un milieu familial serein et uni, animé par la foi chrétienne, où les enfants se sentaient accueillis comme un don et étaient éduqués par  leurs  parents  au respect d'eux-mêmes et des autres, ainsi qu'au sens du devoir accompli par amour de Dieu. Cela permit à la petite fille de grandir de façon sereine en nourrissant en elle une foi simple, mais profonde. L'Eglise a toujours reconnu à la famille le rôle primordial et fondamental de lieu de sanctification pour ceux qui en font partie, à commencer par les enfants.

    Dans ce contexte familial, Marie acquit une solide confiance dans l'amour providentiel de Dieu, une confiance qui s'est manifestée en particulier au moment de la mort de son père, frappé par la malaria. "Maman, ne perds pas courage, Dieu nous aidera", disait la petite fille dans ces moments difficiles, réagissant avec force au profond vide laissé en elle par la mort de son père.

    Lire la suite

  • Sainte Maria Goretti (6 juillet)

    IMPRIMER

    Sainte Maria Goretti, « martyre de la Pureté » (1890-1902) (source)

    Maria naît dans le petit village de Corinaldo, le 16 octobre 1890, l’aînée d'une famille de six enfants. En 1899, son père, cultivateur pauvre, déménagea dans une ferme au bord de la Méditerranée, près de Nettuno. Il mourut peu de temps après, laissant six enfants à nourrir. Assunta, son épouse, décida de continuer la rude tâche à peine commencée et confia la garde des petits à Marietta, âgée alors que de neuf ans.

    La petite fille d'une maturité précoce devint très vite une parfaite ménagère. Le jour de la Fête-Dieu, elle Communia pour la première fois avec une ferveur angélique. Elle s'appliquait avec délices à la récitation quotidienne du chapelet. Maria Goretti ne put apprendre à lire, car la pauvreté et l'éloignement du village l'empêchèrent de fréquenter l'école. La pieuse enfant ne tint cependant aucun compte des difficultés et des distances à parcourir lorsqu'il s'agissait de recevoir Jésus dans le Saint Sacrement. « Je puis à peine attendre le moment où demain j'irai à la Communion », dit-elle l'après-midi même où elle allait sceller de son sang sa fidélité à l'Époux des vierges.

    Les Serenelli, proches voisins de la famille Goretti, étaient des gens serviables et honnêtes, mais leur fils Alessandro se laissait entraîner par des camarades corrompus et des lectures pernicieuses. Il venait aider la famille Goretti pour des travaux agricoles trop pénibles. Maria l'accueillait, reconnaissante, trop pure pour se méfier. Ce jeune homme ne tarda pas à lui tenir des propos abjects, en lui défendant de les répéter. Sans bien comprendre le péril qui la menaçait et craignant d'être en faute, Maria avoua tout à sa mère. Avertie d'un danger qu'elle ignorait, elle promit de ne jamais céder. Alessandro Serenelli devenait de plus en plus pressant, mais prudente, l'adolescente s'esquivait le plus possible de sa présence. Furieux de cette sourde résistance, le jeune homme guettait le départ de la mère pour pouvoir réaliser ses desseins pervers.

    Lire la suite

  • Le bienheureux Pier Giorgio Frassati (4 juillet)

    IMPRIMER

    D'Athénaïs Clicquot sur Aleteia.org :

    Tout savoir sur Pier Giorgio Frassati, une figure inspirante pour la jeunesse

    Béatifié par le pape Jean Paul II en 1990, Pier Giorgio Frassati, décédé à l’âge de 24 ans, demeure un modèle de sainteté pour tous les jeunes.

    Né dans une famille de la haute-bourgeoisie italienne et fils du directeur du grand journal de La Stampa, Pier Giorgio passe ton temps à secourir les plus pauvres mais aussi à parcourir les montagnes, passionné par l’alpinisme. Dans une période marquée par la montée du fascisme, il s’engage en politique et s’investit pour plus de justice sociale. Décédé à l’âge de vingt-quatre ans de la polio, il a marqué son entourage par sa force, qu’il trouvait dans la prière, mais aussi par son engagement auprès des plus démunis. Découvrez sur Aleteia, l’ensemble des articles sur Frassati.

    Pier Giorgio Frassati raconté par sa nièce

    La nièce du bienheureux Pier Giorgio, Wanda Gawronska, s’est confiée à Aleteia. Si elle n’a pas connu son oncle béatifié en 1990, la figure de ce jeune saint, mort le 4 juillet 1925 à l’âge de 24 ans, l’a bouleversée.

    De magnifiques photos du bienheureux Pier Giorgio Frassati

    La vie du bienheureux Frassati portée à l’écran

    Le docu-fiction consacré à Pier Giorgio Frassati est sorti le 20 mai 2016, date anniversaire à laquelle le pape Jean Paul II l’a béatifié vingt-six ans plus tôt.

  • "La famille a besoin d'être protégée" : vidéo du pape pour le mois de juillet 2020

    IMPRIMER
    De zenit.org (Anita Bourdin) :
    capture @ La Vidéo du Pape juillet 2020

    Capture @ La Vidéo Du Pape Juillet 2020

    « La famille a besoin d’être protégée »: La Vidéo du Pape de juillet 2020

    Par l’Eglise et par les Etats

    Le pape y présente son intention de prière pour tout le mois de juillet.

    Le pape évoque les « dangers » auxquels la famille est exposée: « Les dangers auxquels elle est confrontée sont nombreux : rythme de vie actuel, stress… Les parents oublient parfois de jouer avec leurs enfants. »

    Il indique le rôle de l’Eglise: « L’Eglise doit encourager les familles et être à leur côté afin qu’elles découvrent des chemins leur permettant de surmonter toutes ces difficultés. »

    Il conclut par son intention de prière confié à tous, grâce à son Réseau Mondial de Prière : « Prions pour que les familles d’aujourd’hui soient accompagnées avec amour, respect et conseil. »

    Le pape insiste sur le rôle des Etats: « Et, de manière particulière, pour qu’elles soient protégées
    par les États. »

    Voici la présentation du « Réseau Mondial de Prière du Pape »

    Le Pape exhorte les États à protéger les familles

    Dans une nouvelle Vidéo du Pape, le Saint-Père insiste sur les moments difficiles que traversent les familles aujourd’hui, marquées par le stress d’un monde en crise, et demande qu’elles soient « accompagnées avec amour, respect et conseil ».

    (Cité du Vatican, 2 juillet 2020) – La Vidéo du Pape du mois de juillet vient d’être publiée, faisant connaître l’intention de prière que le Saint-Père confie au Réseau Mondial de Prière du Pape (incluant le Mouvement Eucharistique des Jeunes – MEJ). Il met à l’honneur les familles, qui ont besoin d’être protégées en ces temps difficiles. Avec ce souci à l’esprit, François demande que les États les protègent et que « dans le monde d’aujourd’hui, elles soient accompagnées avec amour, respect et conseil ».

    Les réalités familiales aujourd’hui sont différentes d’avant. Immergées dans une culture où le temps est compté, où l’excès de travail empêche parfois de créer un espace de coexistence et où la connexion numérique déplace, dans certains cas, les liens affectifs, de nombreuses familles se sentent seules et souffrent en silence. En ces temps de crise, où nous continuons à voir les conséquences socio-économiques de la pandémie – comme la perte d’un emploi ou la difficulté de payer un logement – il devient encore plus évident que ni les individus ni la société ne peuvent se passer des familles. C’est pourquoi les États doivent promouvoir des politiques qui les entourent et les protègent.

    La Vidéo du Pape ce mois-ci souligne que la famille « est confrontée à de nombreux dangers ». Il ajoute également les questions fondamentales qui touchent à la vie quotidienne : « Les parents oublient parfois de jouer avec leurs enfants ». C’est pourquoi François insiste sur la nécessité pour l’Eglise « d’encourager les familles et d’être à leur côté afin qu’elles découvrent des chemins leur permettant de surmonter toutes ces difficultés. »

    P. Frédéric Fornos S.J., directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape fait observer : « Nous savons que dans de nombreuses régions du monde, les effets de la pandémie se font encore sentir. De nombreuses familles sont dans le besoin et dans l’incertitude quant à leur emploi actuel et futur. Face à tous les maux et maladies de notre monde, comment ces familles sont-elles accompagnées ? Le Pape rappelle que « la famille est le fondement de la société et la structure la plus adéquate pour garantir aux personnes le bien intégral nécessaire à leur développement permanent ». Dans son dernier appel aux États pour qu’ils les protègent, il souligne une fois de plus que la famille n’est pas seulement une affaire privée, mais un fait de société. En cette période, les familles ont besoin d’être soutenues, affermies, « accompagnées avec amour, respect et conseil ». Prier pour cette intention nous pousse à nous rendre proche au service de nos familles, en soutenant les associations qui les aident à faire face à leurs défis, car la prière véritable s’incarne dans nos vies. En ce mois de juillet, consacrons chaque jour du temps libre à nos familles ; chacun sait concrètement ce que cela veut dire ».