Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Justice

  • RDC : les laïcs chrétiens se mobilisent et lancent un avertissement au Président Félix Tshisekedi

    IMPRIMER

    Lu sur le site de  « La Libre Afrique » :

    Conformément à son avertissement, le CLC (Comité laïc de coordination), qui avait organisé en 2017 et 2018 les grandes manifestations pour les élections, appelle les Congolais à participer, le 19 octobre, à une journée de protestation contre la corruption.

    CLC-1.jpgLe CLC [issu essentiellement des milieux catholiques (50% de la population congolaise) et parrainé par l’épiscopat, NdB],  avait donné aux autorités jusqu’à la fin septembre pour fournir aux Congolais « des garanties fermes » de leur résolution à s’opposer à la corruption. En vain.

    https://afrique.lalibre.be/24874/rdcongo-nouvel-appel-du-clc-des-elections-credibles-ou-rien/

    Les 15 millions de dollars disparus

    « Les signaux attendus concernaient : la suspension, à titre conservatoire, de toutes les personnes impliquées dans le détournement des 15 millions de dollars » disparus des caisses de l’Etat depuis plusieurs mois – un scandale dans lequel est impliqué le directeur de cabinet du chef de l’Etat, son allié politique Vital Kamerhe, qui a tenté de faire cesser l’enquête –  « et la démission des soi-disant juges constitutionnels de la République », qui ont cautionné le hold up électoral début 2019.

    Or, rien ne s’est passé en ce sens. Au contraire: dans une interview à TV5 Monde, rendue publique le 22 septembre, le président Félix Tshisekedi avait affirmé: « Selon mes informations, il s’agit non pas d’un détournement de fonds, mais d’une affaire de rétro-commissions. Nous sommes certains que ce n’est pas de l’argent volé au Trésor. En réalité, il y a eu de la maladresse. L’inspecteur général des Finances (NDLR: qui a lancé l’enquête) est un peu sorti de sa mission et je l’ai d’ailleurs appelé pour le lui dire, tout en l’assurant de mon soutien face aux menaces inacceptables qu’il a pu recevoir. Avant de lancer son enquête, il aurait dû m’en informer car il est sous ma resposabilité. Il a agi un peu comme un procureur. Mon directeur de cabinet, contre qui je n’ai aucune preuve de méconduite jusque-là, a voulu le lui rappeler. Ce qui a semé cette confusion regrettable ».

    « Vous savez, les rétrocommissions d’une affaire », a-t-il aussi indiqué, « bien qu’illégales sous d’autres cieux, est (sic) légale au Congo ».

    Marchés de gré à gré illégaux

    Par ailleurs, au cours de la première moitié de cette année, des documents de la Présidence avaient « fuité » indiquant que celle-ci avait attribué plusieurs marchés, portant sur des sommes importantes, de gré à gré au lieu de recourir à un appel d’offres comme le veut la loi.

    https://afrique.lalibre.be/38869/rdcongo-palais-presidentiel-lautorite-des-marches-publics-saisie/

    « Pour que le règne de l’impunité ne continue pas d’avoir raison de l’exigence commune au (sic) changement , la croisade contre l’impunité, contre le règne de la corruption, contre l’impuissance de la justice est devenue un réel impératif, écrit le CLC dans un communiqué daté de ce 3 octobre, dénonçant ces « pratiques qui enfoncent de plus en plus notre société sous domination de la loi de la jungle ».

    Cette croisade « nous la mènerons jusqu’au bout, sur l’ensemble du territoire national », assure le CLC, qui appelle « tous et chacun » à participer à « la grande journée populaire de protestation », le 19 octobre prochain, en marchant « avec nos bibles, croix et chapelets, symboles de la justice pour tous ».

    Ref. RDCongo: le CLC appelle à manifester le 19 octobre contre la corruption

    JPSC

  • RDC : croire en Tshisekedi ?

    IMPRIMER

    Lokuta, lokuta te : coincé dans les filets du piège que lui a tendu Joseph Kabila, Félix Tshisekedi peut-il vraiment sortir de l’impasse dans laquelle il s’est fourvoyé ? Christophe Rigaud fait le point sur le site « Afrikarabia ».

    « Dans un long entretien accordé à TV5 Monde et au journal Le Monde, le nouveau président congolais est revenu sur les huit premiers mois de son mandat et sur la cohabitation à haut risque qui l’oblige à gouverner avec son ancien rival, Joseph Kabila, largement majoritaire au Parlement et dans les provinces – voir notre article. Au cours de l’interview, réalisée à l’issue de sa visite officielle en Belgique, Félix Tshisekedi élude largement les conditions contestées de sa victoire.

    Pour le nouveau président, il ne fait aucun doute qu’il a été réellement élu et que l’ancien président Kabila a obtenu par les urnes la majorité à l’Assemblée national et au Sénat. Or, les résultats des observateurs de l’Eglise catholique (CENCO) et les fuites de données de la Commission électorale (CENI) prouvent que Félix Tshisekedi est arrivé troisième du scrutin de décembre 2018, derrière le candidat de la plateforme pro-Kabila, et Martin Fayulu, le vrai vainqueur de la présidentielle.

    « Que Fayulu prouve sa victoire »

    L’alliance de partage du pouvoir conclue avant l’annonce des résultats, a permis à Félix Tshisekedi de « négocier » la présidence, en échange d’une large majorité au camp Kabila dans les principales institutions congolaises. Ce « deal » des plus inattendu a certes contribué à éviter les violences, mais il place le nouveau président dans une position très inconfortable, avec des pouvoirs limités et très encadrés par le FCC de Joseph Kabila.

    Félix Tshisekedi explique avoir dû composer avec le FCC, « se coaliser, s’allier, pour éviter les blocages inhérents à la cohabitation et pour éviter le pire », ce qui est juste. Les Congolais, s’ils ne sont pas dupes de « l’arrangement » conclu en secret entre Tshisekedi et Kabila, veulent laisser une chance au nouveau président pour tourner la page de 18 ans de kabilisme. Devant les journalistes de TV5 et du Monde, Félix Tshisekedi n’en démord pas, si « Fayulu prétend avoir gagné » les élections, « qu’il apporte les preuves de sa victoire ». Un argument étonnant au vu des chiffres révélés par la CENCO, mais surtout parce que la CENI elle-même n’a jamais publié les résultats complets du scrutin de décembre 2018 – voir notre article.

    Lire la suite

  • L'inquisition : mythes et réalités

    IMPRIMER

    De KTO :

    La légende noire de l´inquisition / Au risque de l'histoire

    Dans l´histoire de l´Eglise, l´Inquisition fait figure d'épouvantail. Née au XIIIe siècle, cette juridiction d´exception avait pour objectif d´éradiquer l´hérésie de la société chrétienne. Au fil des siècles, Elle est devenue le symbole de l´obscurantisme religieux, du fanatisme et de la cruauté. Dans cette émission, les deux médiévistes André Vauchez et Laurent Albaret font la part de l´Histoire et de la légende : comment définissait-on l´hérésie et comment se déroulait une procédure inquisitoriale? Qui étaient les inquisiteurs ? Existait-il des contre-pouvoirs à ces procédures ? A-t-on aussi une idée du nombre de condamnation au bûcher et l´inquisition était-elle une fin en soi ? Autant de questions qui seront abordées à l´occasion de ce premier volet de l´émission « Au risque de l´histoire ». Premier opus de 7 rendez-vous de 52 minutes. Une émission KTO animée par Christophe Dickès, en partenariat avec StoriaVoce.

  • L'ultime appel du cardinal Pell

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le cardinal Pell fait un dernier appel

    Le cardinal George Pell, 78 ans, fait un ultime appel de sa condamnation à six ans de prison par le tribunal de Melbourne pour des abus sexuels commis sur des mineurs, annonce ce mardi la Haute Cour d'Australie.

    Après un premier procès pour des délits anciens d’abus sexuels qui s’est conclu sans verdict, lors d’un second procès, le jury a approuvé à l’unanimité un verdict de culpabilité. Le 13 mars dernier, l’ancien préfet du Secrétariat pour l’Économie du Saint-Siège a été condamné par le tribunal de Melbourne à six ans de prison. Il a été déclaré coupable d’abus sexuels commis à la fin des années 90 sur deux adolescents mineurs dans la cathédrale de Melbourne alors qu’il était archevêque du diocèse.

    Le prélat australien, qui clame son innocence, avait déjà fait appel de cette condamnation en première instance auprès de la Cour suprême de Victoria. À deux juges contre un, ce premier appel a été rejeté le 21 août dernier. Ses avocats avaient 28 jours pour présenter un ultime recours. C’est chose faite ce mardi. La Haute Cour d’Australie a été saisie à son tour pour juger l’affaire.

    Les avocats du cardinal appuient leur requête sur la position du troisième juge, qui estimait donc un appel recevable. Mark Weinberg considérait que le verdict rendu ne respectait pas le principe de base qui veut qu’une personne ne peut être condamnée seulement si les preuves démontrent sa culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.

    Une longue procédure

    Selon l’Agence France Press, la Haute Cour d'Australie basée à Canberra pourrait refuser d’examiner l’appel. Les plus hauts magistrats du pays devront en décider, dans un processus qui pourrait prendre plusieurs mois.

    À l’issue du rejet de son premier appel, le directeur du bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, avait fait savoir que le Saint-Siège reconnaissait «la décision du tribunal de rejeter le recours du cardinal Pell» et affirmait sa  «proximité avec les victimes d’abus sexuels, ainsi que son engagement à poursuivre, par l’intermédiaire des autorités ecclésiastiques compétentes, les membres du clergé qui commettent de tels abus».

    Le Vatican attend le verdict final

    Au Vatican, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi attend l'issue de la procédure en cours et la conclusion du processus d'appel avant de se saisir de l'affaire.

    Le cardinal Pell est actuellement interdit d’exercer un ministère public, conformément aux dispositions prises dès juin 2017 par l'Église australienne lors du retour du cardinal Pell dans son pays.

    George Pell a été nommé évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Melbourne en 1987, avant de devenir lui-même archevêque de Melbourne en 1996. Il est ensuite devenu archevêque de Sydney en 2001 et a été créé cardinal le 21 octobre 2003 par Jean-Paul II. En avril 2013, le Pape François l’a nommé membre du Conseil des cardinaux et en février 2014, préfet du Secrétariat pour l’Économie, qui était alors nouvellement créé.

    Fin juin 2017, après deux ans d’enquête en Australie, il a été formellement incriminé avec divers chefs d’inculpation pour des «délits anciens de violence sexuelle», dans deux affaires distinctes.

  • Asia Bibi demande justice pour les victimes innocentes de la loi sur le blasphème

    IMPRIMER

    Du site AsiaNews.it (2 septembre):

    Asia Bibi, parlant pour la première fois, demande justice pour les victimes innocentes de la loi sur le blasphème

    La chrétienne, qui a été acquittée de l'accusation d'avoir insulté le prophète Mahomet, s'est réfugiée au Canada. Elle se rappelle la douleur d'avoir vu ses filles grandir sans elle, notant qu'elle pensait souvent qu'elle ne sortirait pas de prison vivante. Les prisons pakistanaises détiennent actuellement 77 personnes pour blasphème, principalement musulmanes.

    Islamabad (AsiaNews / Agencies) - Asia Bibi veut que justice soit rendue pour les victimes de la loi sur le blasphème emprisonné sans inculpation ni jugement, selon son premier entretien avec le Sunday Telegraph depuis son exil au Canada.

    Mme Bibi, une chrétienne pakistanaise, est devenue célèbre après avoir été faussement accusée d'avoir insulté le prophète Mahomet. Initialement reconnue coupable et condamnée à mort, elle a ensuite été acquittée par la Cour suprême du Pakistan.

    Malgré des délais légaux et des menaces de mort contre elle et sa famille, elle a passé neuf ans en prison. Désormais libre, mais obligée de fuir son pays, elle rappelle au monde «qu’il existe de nombreux autres cas dans lesquels les accusés restent en prison depuis des années et que la décision [en justice] les concernant reste en attente. Le monde devrait les écouter. "

    Selon le département d'État américain, 77 personnes accusées de blasphème, principalement des musulmans, se trouvent dans des prisons pakistanaises. Leurs avocats et les défenseurs des droits de l'homme affirment que les accusations qui leur sont reprochées sont fausses, souvent portées pour régler des conflits privés et faire taire leurs rivaux.

    Le blasphème est une infraction capitale et le simple soupçon suffit à déclencher des lynchages de la foule. Jusqu'ici, personne n'a été exécuté au Pakistan pour blasphème, mais les procès et les appels peuvent durer des années en raison des menaces qui pèsent sur les juges et les enquêteurs.

    L’affaire Asia Bibi est un exemple classique de justice retardée par des pressions extrémistes. Dénoncée par une collègue et par un imam en 2009, cette chrétienne de 54 ans a été jugée, condamnée et finalement acquittée le 31 octobre 2018.

    Après avoir été déclarée "non coupable" en novembre dernier, le parti extrémiste Tehreek-i-Labbaik Pakistan (TLP) a bloqué les principales villes du Pakistan, menaçant de tuer les juges de la Cour suprême et l'avocat de Bibi, Saiful Malook.

    Pour éviter de nouvelles violences, le gouvernement d’Imran Khan a été contraint de s’entendre avec les manifestants, accordant ainsi une révision du verdict de la Cour suprême. Finalement, Asia Bibi a été libérée mais n'a pas pu quitter le pays à cause de cet accord avec les manifestants. Pendant ce temps, ses filles ont voyagé au Canada.

    L'affaire a pris une tournure différente grâce aux juges de la Cour suprême Saqib Nisar et Asif Saeed Khan Khosa qui ont prouvé que toutes les charges et les preuves retenues contre elle étaient fausses.

    Le 8 mai 2019, après sept mois, elle a quitté le Pakistan pour le Canada. En pensant à ce moment, Bibi est toujours triste de ne pouvoir dire au revoir à son père ou à sa ville natale. «Mon cœur était brisé quand je suis parti de cette façon sans rencontrer ma famille. Le Pakistan est mon pays, j'aime mon pays, j'aime ma terre », a-t-elle expliqué.

    Parlant de son séjour en prison, elle déplore: «Parfois, j'étais tellement déçue et perdais courage que je me demandais si je sortirais de prison ou non, que se passerait-il ensuite, si je resterais ici toute ma vie».

    «Lorsque mes filles me rendaient visite en prison, je n'ai jamais pleuré devant elles, mais après leur départ, je pleurais seule, pleine de douleur et de chagrin. Je pensais à elles tout le temps, à leur mode de vie. ”

    Pour cette raison, personne ne devrait être traité comme elle l'était. «Je demande au monde entier d’être attentif à cette question. La façon dont une personne est accusée de blasphème sans aucune enquête appropriée, sans aucune preuve avérée, devrait être signalée.

    «Cette loi sur le blasphème devrait être réexaminée et des mécanismes d'enquête adéquats devraient être mis en place lors de l'application de cette loi. Nous ne devrions pas considérer quiconque pécheur pour cet acte sans aucune preuve. "

  • Hong Kong : les chrétiens fer de lance des manifestations mais Rome se tait…

    IMPRIMER

    Hong Kong c8613729ff429ea23048ce32771b230ce1dfd64f84c97cff3cafb9def82ae067.jpegLe retrait du texte à l’origine des manifestations ne suffira pas à enrayer la mobilisation populaire mais, cœur de la révolte, les chrétiens sont gênés par les accords à hauts risques que le pape François a, pour le moins imprudemment, négociés avec le gouvernement communiste de la Chine continentale. Décryptage de Jean-Baptiste Noé sur le site web « Aleteia » (6 septembre 2019) :

    « Les chrétiens jouent un rôle important dans les manifestations qui se déroulent à Hong Kong en opposition au gouvernement actuel de la cité. Ils représentent environ 10% de la population de la ville, mais leur puissance d’action dans le mouvement de protestation est beaucoup plus importante que cette simple statistique démographique. C’est en effet eux qui contribuent à donner une âme et un souffle au mouvement de protestation.

    « Chante Alléluia au Seigneur »

    Des prières œcuméniques sont régulièrement organisées avant les départs des manifestations, auxquelles se joignent des Hongkongais non-chrétiens. Les paroisses accueillent et cachent les manifestants poursuivis par la police, leur assurant ainsi des lieux de protection. Plusieurs prêtres ont encouragé les manifestations lors de leurs homélies, justifiant la moralité de leur combat politique en faveur de la démocratie et des libertés. Les manifestants sont soutenus par le cardinal Zen, l’archevêque émérite de la ville depuis 2009, qui a toujours été un opposant farouche au gouvernement communiste de Pékin. Les évêques auxiliaires de la ville, dont Mgr Joseph Ha, encouragent également les manifestations et apportent soutien et réconfort aux personnes blessées. Cela en fait des figures tutélaires appréciées y compris par les non-chrétiens. C’est ainsi que le chant « Chante Alléluia au Seigneur » est devenu l’un des chants de ralliement des manifestants, qui reprennent ce cantique devant le siège du gouvernement et dans les avenues de la cité.

    Lire aussi :

    Hong Kong : « La mobilisation de l’Église s’incarne d’abord par la prière »

    L’un des leaders du mouvement, Joshua Wong, de confession luthérienne, revendique le fait que sa foi soit un moteur essentiel de son engagement politique. Quant aux écoles catholiques, elles ont implicitement encouragé les lycéens à manifester en disant que les élèves ne seraient pas sanctionnés pour absentéisme s’ils n’étaient pas présents en cours. Ceux-ci ont ainsi pu être libérés pour rejoindre les cortèges de protestation.

    Un soutien dans la continuité des manifestations de 2014…

    Cet engagement n’est pas nouveau, il avait débuté dès 2014 avec « la révolte des parapluies » qui avait été le premier mouvement de masse de Hong Kong en opposition à la politique de Pékin. Le cardinal Zen avait activement soutenu ce mouvement, accompagnant les manifestants et se joignant au cortège. Déjà les paroisses avaient apporté un soutien logistique et moral, ainsi que spirituel avec des prières organisées pour les manifestants. Pékin comme Hong Kong gardent en mémoire ce qui s’est passé dans le bloc soviétique au cours de la décennie 1980, quand les chrétiens s’étaient levés pacifiquement contre le régime communiste, provoquant son effondrement. Xi Jinping redoute que la Chine du PCC finisse comme l’URSS, alors que cet exemple historique est au contraire un modèle pour les manifestants.

    … mais qui est embarrassant pour Rome

    Mais cela n’arrange ni les affaires de Rome ni celle des chrétiens de Chine continentale. Pékin a effet accentué la répression à l’égard des minorités religieuses, musulmanes et chrétiennes. Xi Jinping a annoncé sa volonté de siniser la religion chrétienne, ce qui signifie la soumettre à l’idéologie du Parti communiste chinois. Depuis plusieurs mois, la répression s’est accentuée, avec destruction de croix, d’églises, arrestation de prêtres, interdiction de pratiquer le culte catholique. La présence chrétienne n’est pas compatible avec le monopole intellectuel du Parti communiste qui perçoit le christianisme comme une menace. Le rôle majeur joué par les chrétiens dans la révolte de Hong Kong apporte une justification négative à son argumentaire. Il est donc à craindre que le gouvernement de Pékin n’en profite pour renforcer davantage la répression à l’égard des chrétiens de l’intérieur. Si celle-ci a pour l’instant lieu dans les zones de l’intérieur de la Chine, elle pourrait arriver jusque dans les villes du littoral. D’où l’inquiétude de certains chrétiens de Hong Kong, qui aimeraient que les ecclésiastiques de la cité soient moins en première ligne.

    Qui sera le futur évêque ?

    Le cardinal Zen ne se prive pas pour dire tout le mal qu’il pense de l’accord conclu entre le Saint-Siège et Pékin. Nombreux sont les catholiques de Hong Kong à estimer que Rome s’est fait berner par le PCC et que cet accord est un texte de dupe. La répression actuelle semble leur donner raison. Mais des voix discordantes s’élèvent pour demander plus de modération chez les chrétiens. Carrie Lam, le chef de l’exécutif hongkongais, revendique elle aussi sa foi catholique et se reconnaît comme une chrétienne fervente.

    Un autre problème va rapidement se poser avec le choix épineux de la nomination du futur évêque de Hong Kong. Le siège est actuellement occupé par le cardinal Tong qui, âgé de 80 ans, devrait laisser sa place. Il était parti en 2017, mais son successeur étant décédé en janvier 2019, il a été nommé administrateur apostolique le temps de trouver un nouvel évêque. Son héritier naturel est Mgr Ha, fervent soutien des manifestants. Même si Rome est libre dans la nomination de l’évêque de Hong Kong, il apparaît difficile au Saint-Siège d’y nommer un adversaire résolu de Pékin. Mais ne pas nommer Mgr Ha serait perçu par les catholiques de la cité comme une soumission de Rome à Pékin, accroissant leurs craintes déjà grandes quant à l’accord conclu entre les deux pays. L’agitation de Hong Kong illustre les éternelles difficultés à concilier dans le monde l’ordre temporel et l’ordre spirituel…

    Lire aussi :

    À Hong Kong, « les Églises défendent la liberté et la démocratie »

    Ref. Hong Kong : le rôle délicat des chrétiens dans les manifestations

    JPSC

  • L'Initiative Citoyenne Européenne est un instrument inefficace pour rendre l'UE plus démocratique

    IMPRIMER

    « UN DE NOUS » : L’AVOCAT GÉNÉRAL DE LA COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPÉENNE REND SES CONCLUSIONS

     
    Le 29 juillet 2019, Michal Bobek, l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), a rendu ses conclusions dans l'affaire Puppinck et autres contre Commission (C-418/18 P).

    Il confirme, en appel, la décision du Tribunal de ne pas invalider la décision de la Commission ayant refusé de présenter une proposition législative dans le cadre de l'initiative citoyenne européenne (ICE) initiée par l’association « Un de nous » en 2014. Il valide ainsi l’« interprétation restrictive » des traités et du règlement n° 211/2011 de l’Union européenne de la Commission et le Tribunal, selon laquelle une ICE, « approuvée par au moins un million de citoyens » ne donne pas lieu automatiquement à l’adoption d’une loi. Si « Un de nous » ne visait pas à l’« adoption automatique » d’une loi à l’issue de l’ICE, elle conteste le fait que celle-ci, ayant pourtant recueilli deux millions de vote, n’ait pas été soumise au vote des deux organes législatifs de l'UE : le Parlement européen et le Conseil. « Cela signifie réellement » selon Gregor Puppink, « que l'ICE est un instrument inefficace pour rendre l'UE plus démocratique ». «  Si la Cour suit le raisonnement de l'avocat général, la conclusion inévitable sera que ce nouvel instrument de démocratie participative, introduit en 2012 en grande pompe, est en fait une coquille vide », explique-t-il.

    Pour rappel, cette ICE visait à attirer l’attention des instances européennes sur « la dignité et l’intégrité de l’embryon humain » demandant qu’elles soient « respectées ». L’ICE voulait, se fondant sur l’arrêt Brüstle contre Greenpeace qui définit l’embryon humain comme « le commencement du processus de développement d’un  être humain », que l’Union européenne interdise et mette fin « au financement des activités qui impliquent la destruction d’embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’aide au développement et de la santé publique ». Malgré les presque 2 millions de signatures d’européens, la Commission européenne avait refusé d’y donner suite, le 28 mai 2014. Saisi par l’association « Un de nous », le Tribunal de l’UE a jugé que la décision de la Commission européenne devait « faire l’objet d’un contrôle restreint de la part du Tribunal » se limitant à «l’erreur manifeste d’appréciation ». C’est cette décision du Tribunal qui est actuellement contestée en appel devant la CJUE. La décision de la Cour est attendue à la fin de l'année 2019.

    Pour aller plus loin :

    Initiative citoyenne européenne "Un de nous" : La Cour de Justice de l'Union européenne rend son jugement

    One of Us : l’initiative Citoyenne Européenne pourra-t-elle défendre l’embryon en Europe ?

  • El Salvador : la campagne mensongère en faveur de l'avortement dans l'affaire Evelyn Hernandez

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana (traduction "de travail") :

    El Salvador, les mensonges pro-avortement dans l'affaire Evelyn

    Evelyn Hernández, une femme salvadorienne qui avait été condamnée pour le décès de l'enfant qu'elle portait dans son ventre, a été acquittée: aucune preuve n'a été présentée contre elle, victime d'un viol et qui aurait expliqué que son fils était mort-né. Pendant des mois, les pro-avortement ont exploité cette triste affaire en affirmant que dans le pays d'Amérique centrale, toujours favorables au respect de la vie, la fausse couche était punie: un pur mensonge.

    Sa législation pro-vie a longtemps été attaquée, en particulier de l'extérieur, mais il résiste : nous parlons d'El Salvador, État d'Amérique centrale de tradition catholique d'environ six millions et demi d'habitants, qui est aujourd'hui l'un des rares pays à protéger la vie des enfants à tous les stades, pendant et après la grossesse. Il a des lois qui punissent ceux qui pratiquent l'avortement et les enfanticides. Le nouveau président Nayib Bukele et la majorité des parlementaires ont exprimé à plusieurs reprises leur engagement à respecter les lois qui défendent la vie dès la conception.

    Il existe parfois des cas d'incertitude juridique, par exemple lorsqu'une femme déclare que l'enfant est mort né. C'est ce qui s'est passé par exemple dans le cas de la Salvadorienne Evelyn Hernández, condamnée à une peine de prison puis acquittée. Maintenant résolu, son cas risque encore de devenir le symbole de la lutte pour la libéralisation de l'avortement dans toute l'Amérique centrale et méridionale.

    Après la gifle reçue il y a un an en Argentine, où la décriminalisation avait été rejetée, les pro-avortements et les 'philanthropes' qui les ont soutenus ont promu une nouvelle stratégie visant à éliminer les personnes conçues dans les pays catholiques et chrétiens d'Amérique latine. Les mouvements pro-avortement exercent une pression pour lutter contre la violence à l'égard des femmes (une initiative plus qu'acceptable) et, lorsque la place est occupée à chaud, ils lancent des propositions parlementaires pour dépénaliser l'avortement en cas de viol: des juges 'ouverts' sont parfois trouvés qui, malgré les lois et constitutions nationales, approuvent l'avortement en cas de viol et de violence et ... le massacre commence. Comme l'ont déclaré les évêques mexicains au sujet d'un arrêt prononcé dans ce sens dans l'État de Mexico, "l'avortement ne peut jamais être la solution permettant de résoudre le drame de la violence à l'égard des femmes".

    Lire la suite

  • L’accord secret du pape François avec le gouvernement communiste chinois : un marché de dupes

    IMPRIMER

    Lu sur le site du mensuel "La Nef"

    Zen©Chiron-620x330.jpg"Depuis avril le territoire de Hong Kong, qui a été intégré à la République populaire de Chine en 1997, connaît des manifestations considérables pour préserver son statut spécial. Le gouvernement communiste de Pékin menace d’intervenir militairement pour « rétablir l’ordre ». Par ailleurs, le 28 juin dernier, près d’un an après le fameux Accord qui demeure secret, le Saint-Siège a publié des Orientations pastorales pour aider le clergé chinois à se déterminer face aux exigences de l’administration civile. Yves Chiron a été à Hong Kong à la mi-juillet et y a rencontré le cardinal Joseph Zen (87 ans), salésien, évêque émérite de Hong Kong depuis 2009. Il a été créé cardinal par Benoît XVI en 2006. Entretien exclusif.

    La Nef – Quel bilan peut-on faire de l’Accord Provisoire entre la Chine et le Saint-Siège, une année après sa signature ? La situation a-t-elle vraiment changé ?

    Cardinal Joseph Zen – La situation a changé, il est vrai. Mais elle est terrible, parce que l’Accord est secret. Les fidèles ne savent pas quel en est le contenu. Ce que l’on sait de l’Accord est limité à la nomination des évêques. Or le gouvernement chinois dit à tout le monde (évêques, prêtres et fidèles) qu’il faut sortir de la clandestinité et demande aux prêtres et aux évêques de s’enregistrer auprès des autorités civiles parce que le pape est d’accord. Il y a donc une grande confusion. Le gouvernement dit au clergé catholique : « Vous n’avez plus de raison de rester dans la clandestinité. Il faut passer dans l’Église officielle. » C’est une nouvelle persécution, plus grave que la précédente. Ce que le gouvernement tolérait précédemment, il ne l’autorise plus. Dans une grande ville comme Shanghai [ville dont est originaire le cardinal Zen, ndlr], il n’y a plus de possibilité d’assister à une messe du dimanche qui ne soit pas célébrée par un prêtre enregistré auprès des autorités civiles.

    Le Saint-Siège estime que l’Accord Provisoire a reconnu « le rôle particulier du Successeur de saint Pierre ». Mais on ne sait pas si la formule est dans le texte.
    J’en doute. C’est impossible, selon moi. Tant que je n’aurai pas vu le texte de l’Accord, je ne croirai pas que le gouvernement chinois ait accepté une telle formule. Peut-être est-il dit que dans la nomination des évêques il faut tenir compte de l’avis du pape, mais je ne crois pas qu’une formule aussi claire ait été employée. Le gouvernement communiste ne peut admettre que l’Église catholique soit sous la seule autorité du pape.

    Le Saint-Siège a publié le 28 juin dernier des Orientations pastorales à propos de l’enregistrement civil du clergé en Chine. Ces directives sauvegardent la conscience des prêtres chinois qui ne sont pas obligés de s’enregistrer auprès des autorités civiles et qui peuvent le faire moyennant des restrictions écrites ou orales. Ces directives vous semblent-elles suffisantes ?

    D’abord, il n’est pas vrai que ce texte respecte les consciences de façon égale. Le Saint-Siège – le texte n’est pas signé – légitime, justifie ceux qui acceptent de souscrire au document exigé du gouvernement. Ceux qui acceptent de signer sont, selon le Saint-Siège, dans la « normalité ». En revanche, la clandestinité est considérée comme une voie « anormale » et le Saint-Siège ne fait que tolérer que les prêtres qui ne veulent pas s’enregistrer auprès des autorités ne le fassent pas.
    D’autre part, respecter la conscience est un principe vrai. Mais le Saint-Siège ne doit pas seulement respecter la conscience, il doit aussi guider la conscience. Une conscience erronée est dans l’erreur.
    Une chose qui est bonne ne peut pas être considérée comme « anormale » et une chose mauvaise ne peut pas être permise, sinon c’est la ruine de la conscience. On ne peut signer un texte qui est contraire à la doctrine de l’Église, sinon c’est l’apostasie. Comme dans le film Silence sur les persécutions au Japon au XVIIe siècle.

    Lire la suite

  • Erythrée : des chrétiens forcés de renier leur foi

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    29.08

    La répression se poursuit contre les chrétiens d’Erythrée

    Selon les derniers témoignages recueillis par une ONG protestante, certains chrétiens arrêtés ces dernières semaines auraient été forcés de renier leur foi.

    Les intimidations se poursuivent contre les chrétiens d’Erythrée. Plusieurs vagues d’arrestations ont eu lieu dans ce pays, l’un des plus fermés du monde. Leurs conditions d’incarcération sont catastrophiques et les autorités font pression pour qu’ils renient leur foi.

    Ces derniers mois la communauté chrétienne d’Erythrée subit de nouvelles persécutions de la part du régime. Après une première vague d’arrestations au mois de juin dans la ville de Keren, la troisième du pays, une autre a eu lieu à la mi-août. Selon l’ONG protestante Portes-Ouvertes, les autorités auraient  arrêté 80 chrétiens dans le quartier de Godayef, situé non loin de l’aéroport de la capitale Asmara.

    D’après les témoignages recueillis par l’ONG, un juge leur aurait demandé d’abjurer leur foi, un ordre non négociable pour ces chrétiens qui ont assuré «vouloir suivre Jésus». Les conditions d’incarcération de ces prisonniers sont exécrables, relève aussi Portes Ouvertes. D’après son index mondial de la persécution publié cette année, l’Érythrée est le 7e pays où les chrétiens sont le plus persécutés dans le monde.

    Une dégradation des libertés préoccupante

    La répression du régime érythréen envers les différentes Églises du pays est montée d’un cran ces derniers mois, elle s’inscrit dans un contexte plus global de répression des libertés envers les minorités et les opposants. Début juillet, la nouvelle rapporteure spéciale sur les droits de l'homme de l'ONU en Érythrée, Daniela Kravetz s’était alarmé de cette répression, demandant notamment que toute personne arrêtée pour ses convictions religieuse soit libérée.

    En juin, le gouvernement avait annoncé la nationalisation de toutes les structures de santé administrées par l’Eglise catholique, soit une quarantaine de structures offrant des soins aux plus démunis. Les évêques érythréens n’avaient pas caché leur inquiétude devant une décision qualifiée d’injuste.

  • La cause du cardinal Pell sera portée devant la Haute Cour d'Australie

    IMPRIMER

    Du site "Riposte catholique" :

    Des sources proches du cardinal George Pell, ont annoncé hier 26 août que le cardinal allait faire appel de sa condamnation auprès de la Haute cour d’Australie, la plus haute juridiction du pays, dont le siège est à Canberra. Les conseils du cardinal sont, en effet, convaincus que même si l’autorisation d’interjeter appel devant cette Haute cour est très rarement accordée dans des affaires judiciaires, la probabilité d’acceptation est très forte en raison de la controverse déclenchée par la décision non unanime – deux juges sur trois – de la Cour d’appel de Victoria. Le jugement de la Cour d’appel ayant été rendu le 21 août, les avocats du cardinal disposent de trois semaines pour interjeter appel auprès de la Haute cour.

  • Saint Louis, roi de France (25 août)

    IMPRIMER

    Une émission ("La foi prise au mot") de KTO (archive 04.05.2014) :

    Roi " très chrétien " par excellence, qui était vraiment ce monarque ? On le dépeint souvent sous son chêne en train de rendre la justice ou lors de ses derniers instants sur son lit de mort à Tunis pendant la huitième croisade. Quelle fut sa vie ? Pourquoi a-t-il été canonisé ? A-t-il vraiment exercé le pouvoir conformément à l'Évangile ? Comment a-t-il concilié son devoir de roi, d'époux et père de famille, et de serviteur du Christ ? Deux spécialistes viennent retracer le parcours du saint capétien pour l'occasion : Elisabeth Lalou, professeur d'histoire médiévale à l'université de Rouen et spécialiste de la société politique au XIIIe siècle en France, et Xavier Hélary, maître de conférences en histoire médiévale à l'université Paris IV (Sorbonne).