Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Epidémie : pourquoi la Médaille miraculeuse de la Rue du Bac ?

    IMPRIMER

    Nous l'avions suggéré dès le 14 mars; Thérèse Puppinck y revient de façon plus approfondie sur Aleteia.org :

    La médaille miraculeuse, remède à une épidémie ?

    Depuis le début de l’épidémie, les Filles de la Charité et les pères lazaristes se dévouent sans relâche pour soigner les malades et assister les mourants. Quelques mois auparavant, une jeune novice, sœur Catherine Labouré, a reçu la grâce merveilleuse de voir la Sainte Vierge Marie, qui lui a confié une importante mission : répandre la dévotion à l’Immaculée Conception par l’intermédiaire d’une médaille. Celle-ci est frappée pour la première fois durant le mois de mai 1832 ; elle est distribuée par les Filles de la Charité, dans la région parisienne, dès la reprise du choléra. Les grâces sont immédiates et l’on constate plusieurs cas de guérisons inexpliquées, mais aussi des protections miraculeuses pour des personnes en contact direct avec les malades, ainsi que de spectaculaires conversions.

    Des guérisons corporelles et spirituelles

    Impossible de comptabiliser le nombre de miracles : les lettres de reconnaissance ne cessent d’affluer rue du Bac, lieu des apparitions. Dès le début de l’année 1833, la médaille est connue comme la « médaille qui guérit » ou « médaille miraculeuse de Marie conçue sans péché », ou tout simplement « médaille miraculeuse ». Les faveurs extraordinaires accordées par la médaille se propagent à une rapidité rarement égalée. Ces faveurs concernent des guérisons corporelles mais aussi de très nombreuses guérisons spirituelles. La diffusion si rapide de cette médaille est elle aussi proprement miraculeuse puisqu’à l’automne 1834, pas moins de 500.000 médailles ont déjà été frappées. En dix ans, entre 1832 et 1842, 320 millions de médailles miraculeuses sont distribuées dans le monde.

    La croix n’est jamais donnée sans le Christ, la difficulté n’est jamais donnée sans la grâce. Il a plu à Dieu d’utiliser l’épidémie de choléra pour diffuser, par l’intermédiaire de la médaille miraculeuse, un grand nombre de grâces, et pour faire grandir la foi en l’Immaculée Conception. La prière inscrite sur le revers de la médaille en témoigne : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». Les grâces envoyées aux hommes sont symbolisées par les rayons qui sortent des mains de la Vierge représentée sur l’avers de la médaille. De toute épreuve librement acceptée et offerte, un grand bien spirituel peut sortir. Invoquée avec amour et confiance, la Sainte Vierge Marie est heureuse de répondre à l’appel de ses enfants. Plus que jamais, aujourd’hui, il est bon de se souvenir de l’efficacité de la médaille miraculeuse, quand elle est portée ou donnée avec une foi profonde, dans un esprit d’abandon et de confiance en l’amour et la bienveillance absolus de notre Mère du Ciel.

  • Il y a cinq cents ans : la mort de Raphaël

    IMPRIMER

    De Paolo Ondarza sur Vatican News :

    Les sompteuses Chambres de Raphaël aux Musées du Vatican.

    Il y a 500 ans mourait Raphaël, peintre universel

    Il y a cinq cents ans, le 6 avril 1520, Raphaël, le grand peintre des Chambres (Aux Musées du Vatican) et de la Transfiguration, s'éteignait à l'âge de 37 ans. Son art, profondément chrétien, est aussi une parole de réconfort en ces jours d'épreuve.

    Un artiste universel dont la peinture continue de parler aux hommes et aux femmes de tous les temps. C'est ainsi qu'est défini Raphaël, cinq cents ans après sa mort, par Marzia Faietti, la commissaire de la grande exposition monographique qui est consacrée à l'artiste aux Ecuries du Quirinal de Rome jusqu'au 2 juin. Malgré la fermeture temporaire de l'exposition en raison de l'épidémie de Covid-19, des visites virtuelles ont été mises en place pour permettre aux visiteurs d'apprécier de chez eux les plus de cent œuvres du Maestro, rassemblées pour la première fois dans le cadre de l'exposition romaine.

    Un art proche du monde contemporain

    Ces chefs-d'œuvre visibles sur internet - explique Marzia Faietti - «accompagnent notre séjour forcé à la maison». L'art de Raphaël est en fait «plus proche du monde contemporain que nous le pensons, poursuit-elle. Ce cinquième centenaire tombe en plein dans l'urgence sanitaire qui a frappé le monde entier. Raphaël est un artiste de la paix et du dialogue : ces valeurs sont plus que jamais d'actualité dans un moment historique où la solidarité est un besoin essentiel». La commissaire espère qu'une fois la quarantaine terminée, le grand public pourra profiter pleinement de la «beauté poignante» des nombreux chefs-d'œuvre exposés.

    Le regard qui émeut

    Marzia Faietti nous conduit idéalement dans les salles des Ecuries, invitant chacun à se laisser interroger par le regard «intelligent et transparent» du portrait de Baldassarre Castiglione, qui, venant du Louvre, rencontre immédiatement notre regard au premier étage de l'exposition. «C'est un spectacle émouvant. Baldassarre était humaniste, diplomate, mais il était avant tout un ami de Raphaël. Il a partagé avec lui des idées et des visions de la vie. Cette œuvre, ajoute Faietti, transmet la beauté de la valeur de l'amitié».

    L'extase peinte

    Toujours au premier étage, on ne peut que s'arrêter en admiration devant l'intensité du Portrait de Léon X entre les cardinaux Giulio de' Medici et Luigi de' Rossi de la Galerie des Offices, un musée qui a contribué de manière décisive à la réalisation de l'exposition avec 50 prêts. L'exposition se poursuit par un arrêt obligatoire devant l'Extase de Sainte Cécile, aujourd'hui conservée à la Pinacothèque Nationale de Bologne et réalisée à l'origine pour l'église de San Giovanni in Monte in Bologna. «L'œuvre se trouvait devant le retable de Pérugin peint pour la même église quelques années auparavant. La comparaison entre les langues est significative" à la fois parce qu'elle met Raphaël en dialogue avec son maître et parce qu'elle met en évidence "le saut révolutionnaire" fait par l'étudiant» souligne Marzia Faietti qui précise que Raphaël  Raffaello s'efforce de décrire une extase réussit comme jamais auparavant.

    La visite se poursuit à l'étage supérieur des Ecuries avec les peintures dédiées aux merveilleuses figures féminines : la Fornarina, la Velata et les Madones ; parmi elles, la Madone d'Alba venue de Washington qui se distingue par «une réinterprétation des schémas de Leonard de Vinci» et «la très affectueuse Madone Tempi» arrivée de la Pinacothèque de Munich. Enfin, le rappel mutuel entre l'autoportrait de jeunesse de Florence et l'autoportrait avec ami l'œuvre de la maturité de Raphaël.

    Sommet de l'art chrétien

    L'historien de l'art Rodolfo Papa, président de l'Accademie urbaine des Arts à Rome, s'attarde également sur l'universalité de la langue de Raphaël : «Raphaël est le point culminant de toute la culture artistique occidentale et chrétienne : il est l'aboutissement d'une tradition qui a conduit au développement d'un art propre au christianisme». Selon Rodoflo Papa, Raphaël reste «un modèle encore valable aujourd'hui» pour les inventions artistiques, ainsi que pour sa grande capacité de dessin. Parmi les nombreuses œuvres de la production d'Urbino, on ne peut oublier les célèbres tapisseries, extraordinairement exposées à la Chapelle Sixtine du 17 au 23 février dernier. "Celle qui représente la conversion de Paul - se souvient le professeur Papa - a influencé les fresques de la Chapelle Paoline de Michel-Ange et, à travers elles, le chef-d'œuvre homonyme Odescalchi du Caravage"». La grandeur de Raphaël réside ainsi dans sa capacité à contenir l'ancien, qui l'a précédé, et à inventer un art qui deviendra un modèle pour les siècles suivants.

    L'obscurité et la lumière de la Transfiguration

    L'art est une consolation. En ces temps marqués par l'épidémie de coronavirus, Rodolfo Papa se souvient de ce qu'il appelle le «plus grand chef-d'œuvre» de Raphaël, la Transfiguration qui est exposée aux Musées du Vatican. C'est l'œuvre que le Maître a peinte pendant les derniers jours de sa vie et qu'il voulait dans la chambre à coucher d'où il a rendu son dernier souffle. «C'est une peinture consolatrice parce qu'elle montre le chemin : dans le moment de besoin, de difficulté, de tribulation, d'obscurité», l'espoir est tourné vers la lumière de la Transfiguration du Christ. La peinture de Raphaël offre également une référence à la politique. «Face à la crise profonde d'une culture néo-libérale centrée sur le marché» et qui favorise la culture du rejet des plus faibles et des plus vulnérables, les fresques de la salle de la Signature au Vatican - explique encore Rodolfo Papa - nous rappellent sur quoi doit se fonder le bien commun : le droit, la philosophie, la théologie, la poésie et la peinture, fondements architecturaux sur lesquels doit se construire la polis selon la vision chrétienne, dans un savoir unique». 

  • Bruxelles (4 au 12 avril) : neuvaine de prière au Très-Saint Sacrement de Miracle à l’occasion de son Jubilé (650 ans) le 12 avril 2020 jour de Pâques

    IMPRIMER

    INVITATION A LA PRIERE


    Du 4 au 12 avril 2020,

    Neuvaine de Prière au Très-Saint Sacrement de Miracle de Bruxelles

    à l’occasion de son Jubilé (650 ans)

    le 12 avril 2020 Jour de Pâques

    Ostensoir avec les Hosties miraculeuses au XVIIème siècle
     
    Le Miracle Eucharistique de Bruxelles, le Très-Saint Sacrement de Miracle, authentifié par l’Eglise en 1402, a eu lieu à Bruxelles le 12 avril 1370 : des Hosties consacrées ont miraculeusement saigné.
     
    Pendant plus de 600 ans, trois de ces Hosties ont été vénérées à la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule, dans la Chapelle du Très Saint Sacrement du Miracle qui lui fut consacrée (aujourd’hui salle du trésor). Chaque année, les Hosties étaient portées, en procession dans les rues de Bruxelles, et à la Grand-Place, ou des Messes chantées étaient célébrées avec bénédictions solennelles finales.

    Plusieurs indulgences ont été octroyées à perpétuité, par le pape Eugène IV en 1436, pour les fidèles qui les visitent et les prient et/ou participent aux messes célébrées chaque jeudi dans la Chapelle du Miracle (aujourd’hui salle du trésor), qui leur est consacrée dans la Cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule, Bruxelles
                Prière au Très-Saint Sacrement de Miracle

    Seigneur Jésus,
    Toi qui par ce Miracle Eucharistique, le 12 avril 1370
    nous as laissé un signe de prédilection pour cette ville de Bruxelles,
    afin que grandisse notre foi en Ta Présence Vivante,
    Toi qui as promis de délivrer de toute tribulation
    ceux qui viendraient prier devant le Très-Saint Sacrement de Miracle.
    Nous Te supplions, en cette grande fête jubilaire,
    par Ta Présence vivante dans ces Saintes Hosties,
    de libérer la ville de Bruxelles, notre pays, l’Europe,
    le monde entier de cette épidémie comme Tu le fis
    lors des épidémies de peste en 1489 et 1529
    subitement éradiquées suite à la procession des Hosties miraculeuses.
    Afin que tout homme reconnaisse que Toi seul es le Salut et la Guérison
    et que le culte de ce Miracle Eucharistique Te soit rendu en cette ville,
    par les fidèles qui viendront adorer
    Ta présence Vivante dans le Très-Saint Sacrement de Miracle.

    Pater, Ave, Gloria.

     

    Reposoir de la Procession du Saint-Sacrement de Miracles
    Grand’ Place- Bruxelles 1960.
  • Confinement : Famille Chrétienne propose 7 vidéos cathos à ne pas louper

    IMPRIMER

    D'Antoine Pasquier sur le site de Famille Chrétienne

    7 vidéos cathos à ne pas louper en période de confinement

    23/03/2020

    frère Paul-Adrien d’Hardemare

    Depuis le début du confinement, le frère Paul-Adrien d’Hardemare s’est lancé dans une série de vidéos intitulée : « Du Carême à la quarantaine, guide de survie pour les parents ». ©DR

    Sérieuses, philosophiques ou complètement décalées, voici sept vidéos pour regarder – enfin – des trucs intelligents sur internet en période de confinement.

    1. « Jour de Guerre » un peu zinzin au couvent des Dominicains

    Les Dominicains de Nancy sont-ils tombés sur la tête ? Depuis le début du confinement, le frère Paul-Adrien d’Hardemare s’est lancé dans une série de vidéos intitulée : « Du Carême à la quarantaine, guide de survie pour les parents ». Avec des décors surréalistes et des effets spéciaux à gogo, le religieux décline ses conseils pour chaque « jour de guerre » passé : communion spirituelle pour les ados, repli tactique en cas de coup dur, programme TV… Des vidéos complétement décalées mais très sérieuses sur le fond… à voir sans les enfants ! Le dominicain s’est même livré à une petite parodie de la très officielle allocution télévisée d’Emmanuel Macron.

    2. Quelles nouvelles chères sœurs ?

    Dans le même genre, les Soeurs Coopératrices Paroissiales du Christ Roi, basées dans la Drôme, ont réalisé une courte vidéo humoristique intitulée : « C’est gentil de prendre des nouvelles ». Mais les religieuses ne font pas que rire. Elles savent aussi rendre service et utiliser leur talent de couturières pour confectionner des masques pour l’hôpital de Valence.

    3. La peste ou le corona ? Du Fabrice Hadjadj tout craché !

    Faute de pouvoir faire ses cours habituels, l’inénarrable Fabrice Hadjadj ouvre une série d’interventions en ligne sur sa chaîne Youtube. Son nom ? « Penser entre la peste et le corona ». Le premier épisode s’intitule « #Epidémio-logiques ». Mais le philosophe ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Se souvenant de la manière dont des jeunes gens se réunissaient dans un château pour se raconter des histoires lors de la grande peste de 1348 à Florence, Fabrice Hadjadj a pris sa guitare pour composer une chanson prophylactique au temps du corona…

    4. L’Eglise est-elle sainte ? A la suite du père de Menthière

    Sans public, le père Guillaume de Menthière poursuit ses conférences de Carême sur le thème « L’Eglise vraiment sainte ? ». Après Abraham, Pierre et Marie, le prêtre parisien s’intéresse cette 4e semaine de Carême à l’Eglise de Paul. Notre Eglise est-elle la même que celle du foudroyé du chemin de Damas ?

    5. Coronavirus, qui est coupable ? Mgr Aupetit sans langue de bois

    L’homélie très incisive de Mgr Michel Aupetit, dimanche 22 mars à Saint-Germain L’Auxerrois. « Dans le contexte actuel d’une pandémie mondiale nous avons besoin d’en comprendre le sens. « Allons bon : qui est coupable ? ». Nous voyons bien que tous les fléaux qui affectent les humains sont la plupart du temps la conséquence de leurs actes. C’est évident bien sûr pour les guerres dans lesquelles nous nous entre-tuons. Mais c’est aussi vrai maintenant pour les cyclones et les tempêtes, ces catastrophes dites « naturelles », dont on sait qu’elles viennent de plus en plus du réchauffement climatique qui n’est que la conséquence de la mauvaise gestion de la planète et de l’égoïsme des pays les plus riches. De même, ce coronavirus, apparu en Chine, dans un marché où l’on n’hésite pas à vendre des animaux sauvages dans des conditions scandaleuses pour satisfaire la virilité déficiente des vieux lubriques montre l’incurie des hommes – et la responsabilité, entre parenthèse, d’un régime qui a fait du mensonge un mode de gouvernement : ce qui a retardé une saine réaction sanitaire. Bref, il n’est pas besoin de chercher très loin pour trouver un coupable de toutes ces folies. Mais ce n’est pas la question du jour ».

    6. Ce n’est pas la première fois que les chrétiens sont confinés…

    A la demande de la paroisse de Poissy, l’historien Christophe Dickès, spécialiste du catholicisme, explique en trois petites vidéos de cinq minutes l’origine et l’histoire des églises domestiques. « Si nous sommes confinés à cause du coronavirus, ce n’est pas la première fois que des chrétiens sont obligés de rester chez et de pratiquer leur foi sous leur toit ».

    7. Révisez votre philo avec François-Xavier Bellamy

    Ses interventions publiques n’étant plus possibles, le philosophe François-Xavier Bellamy met en libre-service une partie de ses conférences données dans le cadre de son association Philia. Chaque jour, une nouvelle conférence sera publiée en podcast audio et vidéo. Trois sont d’ores et déjà accessibles : le réel existe-t-il ? Pourquoi est-il si compliqué d’être simple ? et la science peut-elle tout connaître ? Idéal pour faire réviser les lycéens !

    Une dernière pour la route…

    Vous pouvez retrouver toutes les vidéos « Trois minutes en vérité » de Famille Chrétienne sur notre chaîne Youtube. Des témoignages forts comme ceux d’Asia Bibi, Blanche Treb ou encore le père Amar. Sans oublier de nombreux anonymes : musulmans convertis, franc-maçon passé à la foi chrétienne

    Antoine Pasquier

  • Comment saint Charles Borromée, archevêque de Milan, affrontait l'épidémie

    IMPRIMER

    De Roberto de Mattei sur le site "Correspondance européenne" :

    Coronavirus: comment Saint Charles Borromée a affronté l’épidémie de son époque

    Saint Charles Borromée (1538-1584), cardinal de la Sainte Eglise Romaine et archevêque de Milan de 1565 à 1583, a été défini, dans le décret de sa canonisation, comme « un homme qui, tandis que le monde lui sourit et le flatte abondamment, vit comme crucifié au monde, vit de l’Esprit, méprisant les choses terrestres, cherchant continuellement les choses du Ciel, imitant sur terre, dans ses pensées et dans ses actes, la vie des anges » (Paul V, Bulle Unigenitus du 1er novembre 1610).

    La dévotion aux anges a accompagné toute la vie de Saint Charles, que le comte d’Olivares, Enrique de Guzmán, ambassadeur de Philippe II à Rome, a défini comme un être « plus ange qu’homme » (Giovanni Pietro Giussano, Vita di San Carlo Borromeo, imprimerie de la Chambre apostolique , Rome 1610, p. 441). De nombreux artistes, tels que Teodoro Vallonio à Palerme et Sébastien Bourdon à Fabriano, ont représenté dans leurs tableaux Saint Charles Borromée contemplant un ange qui remet son épée sanglante dans son fourreau, pour illustrer la fin de la terrible peste de 1576.

    Tout a commencé en août de cette même année. Milan était en liesse pour accueillir l’infant don Juan d’Autriche, qui passait par la ville avant de rejoindre les Flandres, dont il avait venait d’être nommé gouverneur. Les autorités de la ville étaient tout absorbées par leurs préparatifs pour recevoir en grande pompe le prince espagnol. De son côté, Charles Borromée, archevêque depuis six ans du diocèse, suivait avec inquiétude les nouvelles qui lui parvenaient de Trente (Tyrol Sud), de Vérone, de Mantoue, où la peste avait commencé à faire des victimes. Les premiers cas éclatèrent à Milan le 11 août, juste le jour où Don Juan d’Autriche devait y faire son entrée. Le vainqueur de Lépante, suivi du gouverneur Antonio de Guzmán y Zuñiga, s’éloignèrent de la ville, tandis que Charles, qui se trouvait à Lodi pour les funérailles de l’évêque, se précipita à Milan. La confusion et la peur régnaient à Milan, et l’archevêque se consacra entièrement à aider les malades, à ordonner des prières publiques et privées. Dom Prosper Guéranger résume ainsi son inépuisable charité :  «  Les autorités locales faisant défaut, il a organisé les services sanitaires, il a fondé ou rénové des hôpitaux, il a recherché des fonds et des équipements, décrété des mesures de prévention. Et surtout, il a organisé et dispensé l’assistance spirituelle, la présence auprès des malades, l’enterrement des morts, l’administration des Sacrements aux habitants confinés chez eux par mesure de prudence. Sans crainte d’être contaminé, il a payé de sa personne, visitant les hôpitaux, prenant la tête des processions de pénitence, se faisant ” tout à tous “, comme un père et comme un vrai berger » (L’Année liturgique – II. Pâques et après la Pentecôte, Paoline, Alba 1959, p. 1245-1248).

    Lire la suite

  • Confinement pour une nouvelle peste venue d’Orient

    IMPRIMER

    unnamed (5).jpgComme les autres calamités, les épidémies sont de tous les temps dans ce monde transitoire et la vitesse de leur expansion aujourd’hui proportionnelle aux progrès des moyens modernes de communication.

    La découverte de virus très pathogènes (VIH, SRAS, Ebola, H5N1…) à la fin du siècle dernier a mis fin aux illusions optimistes des « golden sixties ».  Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une nouvelle maladie infectieuse fait son apparition chaque année dans le monde. Et, en 2012 déjà, un journaliste pouvait écrire que l’humanité subit,  ici et là,  tous les cinq ans une crise majeure due à l’émergence ou la réémergence d’un virus.

    Et voici que, comme jadis pour la peste, la Chine est (du fait de son écologie, de sa démogaphie et, aujourd’hui, de son interdépendance croissante avec le reste du monde) le berceau de l’expansion fulgurante d’un funeste nouveau-né : le « coronavirus ». Les réactions inévitablement anxiogènes répandues à son sujet par les médias auront peut-être leur part d’efficacité pédagogique (« timor Domini, initium sapientiae » disait déjà le psalmiste) pour juguler la pandémie impressionnante qui déferle pour l’instant sur l’Europe.

    Mais, comme chrétiens nous savons aussi que nous n’avons pas, ici-bas, notre demeure éternelle. En ce premier jour de confinement prescrit aux Belges ( après les Espagnols, les Italiens et les Français) je tombe, fortuitement, sur cet « acte d’abandon » contre les angoisses qu’écrivit, au milieu du siècle dernier, un prêtre napolitain, Don Ruolto, mort en odeur de sainteté en 1970 :

    « Pourquoi te confondre en t’agitant ?  S’abandonner à moi ne signifie pas se tourmenter, s’inquiéter et se désespérer en m’adressant ensuite une prière. S’abandonner signifie fermer les yeux de l’âme, écarter la pensée des tribulations et s’en remettre à moi pour que moi seul, je te fasse trouver l’autre rive, comme les enfants endormis dans les bras maternels.

    Que de choses je fais lorsque l’âme, dans ses nécessités aussi bien spirituelles que matérielles, se tourne vers moi, me regarde, ferme les yeux et se repose en me disant :

    « Pense-y toi !: »

    Tu obtiens peu de grâce lorsque tu te tourmentes à les produire ; tu en obtiens beaucoup lorsque tu t’en remets à moi par la prière. Dans la douleur, tu pries afin que j’ôte ta douleur, mais pour que je l’ôte comme tu le souhaites… Tu te tournes vers moi, mais tu veux que je m’adapte à tes désirs; tu n’es pas de ces malades qui demandent au médecin un remède, c’est toi qui le lui suggères.

    Ne fais pas ainsi, mais prie comme je te l’ai enseigné dans le Pater :*Que ton nom soit sanctifié*(c’est-à-dire qu’il soit glorifié dans ta requête) : »Que ton règne vienne : » (c’est-à-dire que tout concourre à ton règne, en nous dans ce monde), « Que ta volonté soit faite : »(ce qui est l’équivalent de :« Pense-y toi : »).

    J’interviens avec toute ma puissance et je résous les situations les plus fermées. Le malheur s’acharne contre toi au lieu de disparaître, Ne t’agite pas, ferme les yeux et dis-moi en toute confiance : »Que ta volonté soit faite, pense-y toi : » Je te dis que j’y pense en intervenant comme médecin et, lorsque cela est nécessaire, j’accomplis aussi un miracle. Tu t’aperçois que le mal s’aggrave ? Ne t’inquiète pas, mais ferme les yeux et dis : « Pense-y toi : ». Je te réponds que j’y pense.

    La préoccupation, l’agitation et le souci des conséquences sont contraires à l’abandon. On peut les comparer à la confusion que font les enfants, lorsqu’ils prétendent que leur mère subvienne à leurs besoins, mais veulent y pourvoir eux-mêmes, entravant ainsi son rôle avec leurs idées et leurs caprices enfantins.

    Ferme les yeux et laisse-toi porter par le courant de ma grâce. Ferme tes yeux et laisse-Moi travailler/faire, en pensant à l’instant présent. Écarte tes pensées du futur, comme d’une tentation. Repose-toi sur moi en croyant en ma bonté et je te jure sur mon amour, qu’en me disant ces paroles :« Pense-y toi », j’y penserai, je te consolerai, je te libèrerai, je te guiderai.

    Et lorsque je te conduirai sur un autre chemin que celui que tu envisages de prendre, je te soutiendrai en te portant dans mes bras, car aucun remède n’est plus puissant que mon amour. Je n’y pense que lorsque tu fermes les yeux.

    Mais tu es « insomniaque », tu veux tout évaluer, tout scruter, penser à tout; ainsi tu t’abandonnes aux forces humaines ou, ce qui est pire, aux hommes, en te fiant à leurs inventions. Voilà ce qui entrave mes paroles et mes projets. Oh! combien je désire ton abandon pour te venir en aide et combien je m’afflige de te voir agité!

    Voilà ce que cherche Satan : t’agiter pour te soustraire à mon action et te jeter en proie aux décisions humaines. Remets-toi donc à moi seul, repose-toi sur moi, abandonne-toi à moi en tout. Je fais des miracles en proportion de l’abandon total à moi et de l’absence de confiance en toi : Je dispense des trésors de grâces lorsque tu te trouves dans le plus grand dénuement.

    Si tu as des ressources ou si tu les cherches, tu suis le parcours naturel des choses, qui est souvent entravé par Satan. Aucun raisonneur ou modérateur, n’a fait de miracles, parmi les saints.

    Seul celui qui s’abandonne à Dieu agit divinement. Lorsque tu vois que les choses se compliquent, dis en fermant les yeux de l’âme: « Jésus, pense-y toi : ». Et distrais-toi, car ton esprit est clairvoyant…pour toi, il t’est difficile de voir le mal. Remets-toi, souvent à moi en te distrayant de toi-même. Fais ainsi pour toute nécessité. Fait ainsi et tu verras de grands, continuels et silencieux miracles. Et je te le jure par mon amour. Moi j’y penserai, sois-en assuré.

    Prie toujours avec cette disposition d’abandon et tu obtiendras paix et satisfaction, même lorsque je te ferai grâce de l’immolation de réparation et d’amour qu’impose la souffrance. Cela te parait-il impossible ? Ferme les yeux et dis, du fond de l’âme :"Jésus pense-y toi" : Ne crains rien, j’y penserai, et tu béniras mon nom en t’humiliant. Tes prières ne valent pas un pacte d’abandon confiant; souviens-t-en.

    Il n’y a pas de neuvaine plus efficace que celle-ci : « Ô Jésus, je m’abandonne à toi, pense-y toi »

    Au XVIe siècle déjà, à la question de savoir ce qu’il ferait si on lui annonçait que, dans l’heure, la mort le ferait comparaître devant Dieu, le jeune Louis de Gonzague (1568-1591) qui était en train de renvoyer la balle à un compagnon de jeu,  répondit tranquillement : « je continuerais à jouer ». A l’âge de 23 ans, Saint Louis de Gonzague est mort au service des pestiférés.

    JPSC

  • L'Eglise et les épidémies : France Catholique vous offre une édition spéciale en libre accès

    IMPRIMER

    L’Église face aux épidémies

    NUMÉRO EN LIBRE ACCÈS

    mercredi 18 mars 2020

    Bonne nouvelle chers amis !

    France Catholique a le plaisir de vous offrir cette édition spéciale sur l’Église et les épidémies, pour vous aider à prendre de la hauteur spirituelle sur la situation et respirer un peu d’air du Ciel, dans ce temps de confinement !

    En cette période inédite pour notre pays, France Catholique souhaite en effet, plus que jamais, être proche des catholiques et leur apporter une nourriture spirituelle et culturelle pour traverser cette crise. Et continuer coûte que coûte à donner des racines au futur.

    C’est pourquoi nous vous proposons également une offre spéciale Quarantaine :
    10€ pour recevoir les 7 prochains numéros
     de France Catholique en numérique !

    Il vous suffit d’envoyer un mail à contact@france-catholique.fr
    Restons unis dans la prière pour notre pays ! Vous trouverez pour cela des prières spéciales dans notre numéro gratuit !

    Bien à vous, et avec vous dans l’épreuve,

    L’équipe de France Catholique

    2020_03_18_12_18_03_Greenshot.png

  • L'implication personnelle de Pie XII dans le sauvetage des Juifs

    IMPRIMER

    C'est à découvrir ICI

  • Saint Cyrille de Jérusalem (18 mars)

    IMPRIMER

    • Saint Cyrille de Jérusalem (18 mars) - BELGICATHO

      belgicatho.hautetfort.com/.../saint-cyrille-de-jerusalem-18-mars-5325423...
       
      18 mars 2014 - Lors de l' audience générale du mercredi 27 juin 2007 , Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Cyrille de Jérusalem : Chers frères et...
    • Cyrille, gardien de la vraie foi : BELGICATHO

      belgicatho.hautetfort.com/archive/.../cyrille-gardien-de-la-vraie-foi.html
       
      27 juin 2012 - ... Léon XIII qui, simultanément, attribua le même titre à un autre important représentant de la patristique grecque, saint Cyrille de Jérusalem.

  • Quand, en 1854, Don Bosco mobilisait les jeunes de Turin pour combattre l'épidémie

    IMPRIMER

    Au mois d'août de l'année 1854, le choléra éclata à Turin et répandit la consternation dans la ville. Les quartiers pauvres furent les plus maltraités ; le Valdocco surtout fut cruellement atteint, et l'Oratoire de Don Bosco était environné de malades et de mourants. Les hôpitaux devinrent insuffisants. Il était très difficile de trouver des personnes qui acceptèrent de se consacrer aux soins des malades. (ici)

    BD 00

    planche de l'excellente BD de JIJE consacrée à Don Bosco

    L’épidémie se propage dans toute la population ! Don Bosco eut besoin de l’aide des jeunes pour éradiquer le fléau !

    Avoir sur soi une image de la Vierge Marie et prier régulièrement (ici)

    Ce conseil n’est autre que celui donné par saint Jean Bosco à Turin lors de l’épidémie de choléra qui a frappé la ville en 1854. Le prêtre italien avait alors demandé à des jeunes gens qu’il avait mandatés pour rendre visite aux malades de porter sur eux une image de la Vierge et de prier régulièrement. Aucun d’entre eux n’avait été contaminé. Si les deux épidémies ne sont absolument pas comparables, son conseil est toujours valable : agir humblement avec foi et se confier à la Mère de Dieu.

  • Communisme : un siècle de tragédies et de complicités

    IMPRIMER

    Une bonne synthèse sur la tragédie communiste

    Lu sur les 4 Vérités:

    Bruno Riondel, professeur d’histoire à Louis-Le-Grand, vient de publier un excellent essai sur la tragédie communiste – et les complicités dont elle bénéficia (et continue à bénéficier) dans les élites occidentales.

    Fils d’un rescapé des camps vietminhs, l’auteur est clairement anti-communiste.

    Mais, comme beaucoup d’entre nous, il est sidéré de l’amnésie ou de la complaisance dont les crimes communistes sont toujours l’objet, alors que les crimes national-socialistes sont, à juste titre, réprouvés par la conscience universelle. En fin d’ouvrage, Bruno Riondel note d’ailleurs que les exigences de repentance sont une façon pour les compagnons de route du communisme de faire oublier leurs propres turpitudes.

    Un livre à commander ici.

     RECONQUETE, février 2020 :

          [...] Aussi, tout nouveau livre d'histoire dénonçant avec compétence et clarté, et avec quelque nouvel angle d'attaque, l'effroyable mensonge communiste est-il le bienvenu. C'est le cas de celui de Bruno Riondel.

      Aborde bien plus largement les soubassements idéologiques et présente aussi sept chapitres de ce qu'il appelle les "problématiques " ainsi titrées :

    • L'Occident et le Communisme
    • L'Eglise catholique et le communisme
    • Communisme et fascisme
    • Aux marges du politiquement correct
    • Holodomor et Shoah
    • Construire une mémoir des crimes du communisme
    • Du communisme au mondialisme.

    Au sommaire :

    • Introduction - Confidences d'un fils de rescapé
    • Autopsie d'un mal : les fondements d'une imposture - Un siècle d'apocalypse - Comprendre l'imposture
    • Crimes contre l'humanité : Le populicide - Le mal banalisé - Les camps de l'horreur - Génocides
    • Collaborations françaises : Le parti de l'étranger ( Les enfants gâtés de l'extrême gauche française - Complicités intellectuelles
    • Problématiques : L'Occident et le communisme - L'Eglise catholique et le communisme - Communisme et fascisme - Aux marges du politiquement correct - Holodomor et Shoah - Construire une mémoire des crimes du communisme - Du communisme au mondialisme
    • Conclusion
    • index - Bibliographie - Annexes

    L'auteur : Bruno Riondel
    Docteur en Histoire, enseigne dans un lycée parisien.

    4ÈME DE COUVERTURE

       Le communisme n'a jamais été un idéal de progrès et ses crimes monstrueux ne furent pas le fruit d'une malencontreuse dérive. Telle est la démonstration que fait ici Bruno Riondel, un siècle après la naissance de l'Internationale léniniste. Détruire la superstructure culturelle traditionnelle des sociétés par l'élimination de millions de personnes a toujours été un préalable obligé à la mise en oeuvre des révolutions marxistes-léninistes.

       Partout, celles-ci permirent à des minorités violentes d'exercer une emprise totale sur des populations terrorisées. Bruno Riondel démontre que le communisme avait prémédité chacun de ses actes, y compris les crimes de masse. Il montre également que le combat communiste se déroula toujours à un double niveau, exotérique, à destruction des masses, et ésotérique, pour les initiés, les partis communistes du monde entier ayant eu, à l'instar du PCF, une double structure : le parti engagé que chacun connaissait, et sa face cachée, contrôlée en sous-main par les hommes de l'Internationale soviétique.

       Pour déstabiliser les sociétés de l'intérieur, le communisme instrumentalisa les luttes sociales, utilisant le relativisme moral et le mensonge tactique, avec la complicité de nombreux intellectuels fascinés par ssa force ou simplement opportunistes. L'auteur estime que le communisme n'est pas mort. Ses réseaux dissimulés sous le masques du progressisme ont conservé notamment, la capacité d'étouffer le scandale de la mort des dizaines de millions d'innocents sacrifiés sur l'autel de la révolution prétendue prolétarienne.

    COMMANDER

  • A la redécouverte de saint Dominique

    IMPRIMER

    Du site "Canal Académie" (Académies et Institut de France) :

     

     

     

    Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs

    Entretien avec l’historienne Nicole Bériou, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

    Si saint François d’Assise participe d’un imaginaire familier à la plupart des Européens, son contemporain saint Dominique reste une figure méconnue. Afin de réparer cet injuste oubli, les historiens Nicole Bériou et Bernard Hodel ont récemment publié une somme commentée des témoignages écrits consacrés au fondateur de l’ordre des Prêcheurs, aujourd’hui appelés Dominicains (Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs, Editions du Cerf, 2019). Au fil des textes traduits du latin et de l’italien ancien, on découvre un homme soucieux d’apporter des réponses originales aux défis de son temps : exacerbation des rivalités religieuses, montée de l’inquiétude spirituelle et morale, tensions sociales, contestation des élites et de l’ordre établi. Si bien que, comme souvent s’agissant des figures médiévales, il nous apparaît tout à la fois lointain et très proche de nous.

    Pour écouter l'entretien : https://www.canalacademie.com/ida12381-Saint-Dominique-de-l-ordre-des-freres-precheurs.html

    Date de mise en ligne : 10 mars 2020

    A la découverte de saint Dominique

    « Exact contemporain de François d’Assise, le castillan Dominique de Caleruega (après 1170-1221) a, comme lui, choisi de vivre la pauvreté volontaire et l’itinérance. Comme lui, il a choisi de dialoguer avec tous ceux et toutes celles qu’il croisait sur sa route. En réponse aux défis de son temps, il a lui aussi fondé un ordre religieux qui a pris forme dans les premières décennies du XIIIe siècle : les Prêcheurs, plus tard appelés Dominicains.

    Silencieux sur lui-même - il ne nous reste que trois de ses lettres -, Dominique a laissé à d’autres le soin de parler de lui. La centaine de témoignages réunis dans ce volume, présentés et annotés, ont été traduits du latin et de l’italien ancien, le plus souvent pour la première fois, afin de rendre accessibles à tous des sources méconnues et insoupçonnées.

    Un livre indispensable, qui s’inscrit dans la commémoration du VIIIe centenaire de la naissance de l’ordre des frères Prêcheurs. »

    Présentation par l’éditeur de Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs, par Nicole Bériou et Bernard Hodel, Éditions du Cerf, octobre 2019, 1768 p., 40 €.