Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enseignement - Education

  • Le pape François propose 21 mesures pour l'accueil des migrants

    IMPRIMER

    Dans le « Figaro » de ce jour, Jean-Marie Guénois présente clairement l'enjeu du message "opérationnel" écrit par le pape François pour la 104e "journée internationale du migrant et du réfugié"  :

    « Le Pape réaffirme, avec ces propositions concrètes, son opposition à toute restriction de l'immigration. Il se prononce notamment pour « l'octroi de visas humanitaires » et recommande de favoriser « le regroupement familial ».

    Ce n'est pas un programme mais une lettre annuelle rédigée par le pape pour la 104° «journée mondiale du migrant et du réfugié» du 21 août 2017. Les cinq pages très denses, signées par François le jour du 15 août, contiennent cependant 21 mesures concrètes, similaires à un programme d'action qui résument sa pensée sur la question des migrations. Elle vise, tant dans les pays d'origines, que dans les pays d'accueil, à rendre légale l'immigration illégale.

    Dans ce document, le pape promeut en effet un accueil large, généreux et légalement organisé des migrants et des réfugiés sans mentionner l'idée d'une quelconque restriction des flux migratoires qu'il avait toutefois évoquée et justifiée à son retour de Suède le 1er novembre 2016, restrictions fondées sur les capacités d'accueil.

    L'objectif de François, dans ce document, est de changer les mentalités et de faire pression sur la communauté internationale pour qu'elle adopte, avant la fin de l'année 2018, deux accords globaux, l'un sur les réfugiés, l'autre sur les migrants dont le principe avait été acquis le 19 septembre 2016 lors du sommet de l'ONU.

    «La garantie d'une subsistance minimum vitale»

    Pour le pape actuel, la question de l'accueil des migrants et des réfugiés est une priorité absolue. Le 8 juillet 2013, il avait dédié son premier voyage papal à cette thématique en se rendant sur l'île de Lampedusa, entre la Sicile et la Tunisie, pour demander aux Européens d'ouvrir leurs portes. Et dans sa réforme du Vatican, il a créé un nouveau ministère «le Dicastère pour le Service du Développement humain intégral» dont la section chargée des migrations et des réfugiés est placée, selon sa volonté, à titre exceptionnelle et symbolique, sous sa propre responsabilité.

    Quant au principe fondamental qui guide le pape François, il le rappelle dans sa lettre: «Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, qui s'identifie à l'étranger de toute époque, accueilli ou rejeté.»

    Voici la liste des 21 mesures voulues par le pape François pour l'immigration.

    1. Développer les «possibilités d'entrées sûres et légales» dans les pays de destination: notamment par «l'octroi de visas humanitaires» délivrés selon un mode «étendu et simplifié» et favoriser «le regroupement familial».
    2. Multiplier les «corridors humanitaires pour les réfugies les plus vulnérables» pour éviter les filières illégales.
    3. Créer un système de «visas temporaires spéciaux» pour «ceux qui fuient les conflits dans les pays voisins».
    4. Ne pas recourir aux «expulsions collectives et arbitraires» de réfugiés et de migrant non «adéquates» surtout quand elles renvoient des personnes dans des pays qui «ne peuvent garantir le respect de la dignité et des droits fondamentaux».
    5. «Toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale»: par conséquent «former adéquatement le personnel préposé aux contrôles de frontière» pour que le «premier accueil» des migrants et des réfugiés soit «approprié et digne».
    6. Trouver des «solutions alternatives à la détention pour ceux qui entrent sur le territoire national sans autorisation».
    7. Dans le pays de départ, créer un système d'immigration légale pour agir «contre les pratiques de recrutement illégal» par des filières.
    8. Dans le pays d'arrivée, «assurer aux migrants une assistance consulaire», le «droit de toujours garder sur soi les documents d'identité personnels», un accès à la justice, «la possibilité d'ouvrir des comptes bancaires», la «garantie d'une subsistance minimum vitale».
    9. Que soit accordée dans le pays d'arrivée «la liberté de mouvement, la possibilité de travailler et l'accès aux moyens de télécommunications».
    10. Pour ceux qui désirent rentrer dans leur pays la mise en place de «programmes de réintégration professionnelle et sociale».
    11. Protéger les «mineurs migrants» en évitant «toute forme de détention» et en assurant «l'accès régulier à l'instruction primaire et secondaire»
    12. Octroyer une nationalité à tous les enfants «à la naissance»
    13. Lutter contre «l'apatridie» de migrants et réfugiés en créant une «législation sur la citoyenneté»
    14. Accès sans limite des migrants et des réfugiés «à l'assistance sanitaire nationales et aux systèmes de pension» et «transfert de leur contribution en cas de rapatriement».
    15. Garantir à «tous les étrangers présents sur le territoire la liberté de profession et de pratique religieuse»
    16. Promouvoir «l'insertion socio-professionnelle des migrants et des réfugiés, garantissant à tous - y compris aux demandeurs d'asile - la possibilité de travailler, des formations linguistiques et de citoyenneté active».
    17. Prévenir les «abus» du travail productif de «mineurs migrants»
    18. Favoriser «le regroupement familial - y compris des grands-parents, des frères et sœurs et des petits-enfants - sans jamais le soumettre à des capacités économiques».
    19. Renforcer l'attention et le soutient aux migrants, réfugiés, demandeurs d'asile «en situation de handicap».
    20. Aider davantage les pays en voie de développement qui accueillent des réfugiés
    21. Intégrer «sans supprimer» chez les migrants leur «identité culturelle» par une «offre de citoyenneté» qui soit «dissociée des capacités économiques et linguistiques» et par une «offre de parcours de régularisation extraordinaire pour les migrants qui peuvent faire valoir une longue présence dans le pays».

    Ref. Le pape François propose 21 mesures pour l'accueil des migrants

    L’ampleur de la question migratoire ne peut évidemment se satisfaire de la médiatisation d’un « catalogue de la Redoute » dont la faisabilité n’aurait pas été vérifiée, ni toutes les conséquences mesurées -dans leurs dimensions politiques, économiques, économiques et sociales- au sein des instances supra et internationales responsables du bien commun des Etats-membres qui en font partie.

    JPSC

  • Avec les cultes, des débuts plutôt prometteurs pour Emmanuel Macron ?

    IMPRIMER

    Selon le journal « La Croix » du 28 août, les responsables religieux se disent confiants quant à leurs relations avec le nouveau président de la France. Pour eux, sa conception de la laïcité est plus « bienveillante » vis-à-vis des religions que celle de son prédécesseur.

    Pour mémoire, Emmanuel Macron est né dans une famille de médecins soixante-huitards non croyants mais, à l’âge de douze ans, il a rencontré la foi au collège jésuite d’Amiens où il demanda et reçut le baptême. Aujourd’hui agnostique, il reste, de son propre aveu, « réceptif à la présence de la transcendance dans nos vies » et n’assimile sans doute pas la laïcité à une religion d’Etat confinant toutes les autres dans l’espace privé.

    « Trois dates pour trois rendez-vous importants. Fraîchement élu, Emmanuel Macron participait, le 20 juin, au dîner de rupture du jeûne du Ramadan organisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM) ; le 16 juillet, il était présent aux commémorations de la rafle du Vél’ d’Hiv, à Paris ; le 26 juillet, il prononçait un discours marquant à Saint-Étienne-du-Rouvray, un an après l’assassinat du Père Jacques Hamel dans son église normande.

    Pour de nombreux acteurs du monde religieux, la participation d’Emmanuel Macron à de tels événements, aussi tôt dans son quinquennat, a constitué autant de messages adressés aux membres et représentants des différentes communautés.

    « Emmanuel Macron est ouvert aux différentes croyances et philosophies »

    « Je pense que le président Macron comprend les cultes et qu’il a saisi l’importance de l’enjeu, pas seulement pour des raisons électoralistes mais pour la société », se réjouit Moshe Lewin, conseiller spécial du grand rabbin de France. Dans son discours du Vél’ d’Hiv, le nouveau président a, selon lui, su « sentir l’âme de la France et du judaïsme ».

    Par ailleurs, son insistance pour que « toute la clarté » soit faite sur le meurtre – peut-être antisémite – de Sarah Halimi a été appréciée par une communauté juive particulièrement attentive aux questions d’antisémitisme et de sécurité.

    A lire : Emmanuel Macron enracine la République dans les valeurs religieuses

    Bien entendu, la comparaison est tentante avec le précédent locataire de l’Élysée, dont la plupart des observateurs déplorent aujourd’hui « l’indifférence personnelle » sur ces sujets. Pour Ahmet Ogras, nommé fin juin président du CFCM, « Emmanuel Macron est plus actif, respectueux, à l’écoute, ouvert aux différentes croyances et philosophies. Ce n’est pas un idéologue mais quelqu’un d’apaisé, qui n’est pas insensible à la chose religieuse. »

    Sa formation chez les jésuites, son goût pour la philosophie et sa proximité avec le penseur chrétien Paul Ricœur constituent autant d’indices d’une sensibilité différente de celle de son prédécesseur.

    Des positions affirmées inédites

    Pour autant, peut-on parler d’une rupture dans le discours républicain sur les religions ? Certains remarquent que cette conception plutôt « bienveillante » de la laïcité était déjà celle de l’ancien premier ministre Bernard Cazeneuve.

    D’autres soulignent une réelle nouveauté dans le contenu, manifestée lors de la commémoration de l’assassinat du Père Hamel le 26 juillet. L’hommage appuyé du chef de l’État aux catholiques de France, remerciés dès le début de son discours d’avoir « trouvé dans leur foi et leurs prières la force du pardon », avait bel et bien quelque chose d’inédit.

    A lire : DOCUMENT – L’hommage d’Emmanuel Macron au Père Hamel

    Revenant sur cet épisode, le sociologue et historien des religions Philippe Portier parle d’une « laïcité de reconnaissance » dans le sens où, pour Emmanuel Macron, « la société se construit à partir des valeurs portées par les religions ».

    Ce spécialiste évoque également une « laïcité de confrontation, où les différentes croyances religieuses peuvent nourrir le débat public, à l’opposé de la laïcité d’abstention où chacun vit sa foi chez soi ».

    Macron avance prudemment sur les questions de société

    Quatre ans après le débat sur le « mariage pour tous », révélateur de profondes fractures au sein de la société française, le nouveau président semble désireux d’avancer avec prudence sur les questions de société. D’autant qu’elles devraient resurgir avec la révision de la loi de bioéthique en 2018. « Pour ce qui est de l’élargissement de l’accès à la PMA ou du suicide assisté, je crois qu’Emmanuel Macron a le souci de ne pas brusquer les choses, et de ne pas court-circuiter un dialogue en profondeur », avance Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France.

    A lire : Vel’d’Hiv : pour Emmanuel Macron, Vichy est plus qu’une « parenthèse »

    Un avis partagé par François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, qui a rencontré le nouveau président début août (tout comme le cardinal André Vingt-Trois) : « Je le sens désireux d’être à l’écoute des Français et de ne pas passer en force sur ces questions. »

    Au-delà de la sensibilité du président en matière de religions, certains redoutent toutefois qu’il ne soit pas entouré de conseillers experts de ces questions. Une situation renforcée par la décision présidentielle de réduire à dix le nombre de conseillers dans chaque cabinet ministériel. « Ils risquent de manquer de temps à consacrer aux affaires de cultes », redoute un haut fonctionnaire.

    Mélinée Le Priol, avec Clémence Houdaille et Delphine Allaire »

    Ref. Avec les cultes, des débuts plutôt prometteurs pour Emmanuel Macron

    JPSC

  • L'immigré est-il mon prochain? Charité personnelle et charité politique

    IMPRIMER

    Cet article a paru dans le n° 95 du magazine Vérité et Espérance – Pâque Nouvelle et sur le site web de l’église du Saint-Sacrement à Liège. Petite piqûre de rappel pour ne pas perdre le Nord…

    Chagall-Abraham-3Visiteurs-g.jpg

    " Choses lues et entendues, hier et aujourd’hui, à propos des étrangers :

    « La fréquentation des étrangers corrompt fortement les moeurs des citoyens, parce qu’il doit nécessairement arriver que des étrangers élevés sous des lois et des coutumes différentes agissent en bien des cas autrement que l’exigent les moeurs des citoyens, de telle sorte que, tandis que les citoyens sont poussés à agir de façon semblable, la vie sociale est perturbée » (Aristote, Politique).[1]

    « Il y a trop d’étrangers ! »

    « On ne se sent plus chez soi : au lieu de s’adapter à notre mode de vie, les étrangers se comportent comme s’ils étaient chez eux ! »

    « Je ne me sens plus en sécurité dans les rues. »

    « Ils vivent à nos crochets, qu’ils retournent dans leur pays ! »

    « Si encore ils étaient chrétiens, ils pourraient s’assimiler, comme les Polonais et les Italiens, par exemple, mais avec les musulmans c’est impossible ! »

    Face à une opinion publique de plus en plus réticente, voire hostile (quand elle ose l’avouer), à la présence permanente d’étrangers (qu’ils soient en situation légale ou illégale), comment doit réagir un chrétien ?

    Quel comportement adopter face aux vagues d’immigration successives qui rendent « l’autre » visible et palpable ?

    Quand le « lointain » devient le « prochain », cesse-t-il d’être un frère ou le devient-il davantage ? Est-il une menace ? une chance ? Qu’en disent les Saintes Ecritures ?  Quelle est la position de l’Église ?

    Aimer l’étranger...

    Dans l’Écriture - qui est Parole de Dieu - la question du rapport des croyants envers les étrangers est d’une limpidité exemplaire : « Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous ; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte. Je suis l'Éternel, votre Dieu. » (Lv. 19, 34).

    Le Deutéronome, dernier livre de la Torah, reprend le même commandement d’amour : « Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte ». (Dt 10, 19) Et plus loin dans le même livre, Dieu jette une malédiction sur ceux qui résistent à sa volonté : « Maudit soit celui qui porte atteinte au droit de l'étranger, de l'orphelin et de la veuve ! Et tout le peuple dira : Amen ! » (Dt 27, 19). La volonté divine est claire : le croyant ne doit pas seulement accueillir l’étranger, il doit l’aimer !

    Lire la suite

  • Quand Notre-Dame dérange

    IMPRIMER

    assomption.jpgLa popularité de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie dont Pie XII -inspiré par une croyance pérenne depuis les premiers siècles de l’Eglise- a proclamé le dogme en ce jour mémorable de la Toussaint 1950, ne se dément pas. A Liège encore cette année-ci, malgré le temps maussade, on se pressait à l’église du Saint-Sacrement où j’ai assisté à la grande messe chantée en son honneur. Et la chapelle toute proche du monastère des Bénédictines était également comble: une piété contre laquelle le regard condescendant posé sur ces pratiques par l’esprit qui souffle sur l’Eglise des temps nouveaux n’a aucune prise. L’article d’Anne Bernet que le bimensuel l’Homme Nouveau » publie sur son site, en témoigne :  

    « De Maria, nunquam satis », « s’agissant de Marie, ce n’est jamais assez. » dit un vieil adage. Comment, en effet, un vrai catholique pourrait-il se lasser de parler et entendre parler de Sa Mère céleste, alors qu’en égrenant son chapelet, il ne cesse de redire Son nom et de penser à Elle ? Toute nouvelle parution consacrée à la Sainte Vierge devrait être une occasion de joie. Reste que ce n’est pas, hélas, toujours le cas.

    Il y a deux ans, Mgr Le Tourneau et Pascal-Raphaël Ambrogi publiaient chez Desclée de Brouwer un Dictionnaire encyclopédique de Marie destiné à faire date, somme impressionnante que chacun devrait posséder. Après cela, s’aventurer sur le même terrain s’avérait risqué, sauf à choisir une approche diamétralement différente et à borner sérieusement ses ambitions. C’est ce qu’a fait l’équipe réunie autour de Fabienne Henryot et Philippe Martin pour donner à leur tour un Dictionnaire historique de la Vierge Marie (Perrin. 570 p. 27 €). Le volume ne compte que cent cinquante articles, nombre dérisoire comparé aux entrées du Le Tourneau/Ambrogi, par référence aux cent cinquante grains du Rosaire. C’est là, au demeurant, la seule concession faite par les auteurs à la piété catholique.

    Quel fil directeur ?

    Car de quoi s’agit-il ? D’étudier le rapport des croyants, fatalement trouble, infantile, maladif, psychotique, à la Mère de substitution qu’ils se cherchent dans les cieux, censée apaiser leurs craintes existentielles. Le ton est donné, entre mépris, ricanements et prétention scientifique. À travers une sélection impossible parfois à décrypter, - pourquoi tel sanctuaire et pas tel autre, tout aussi connu, voire beaucoup plus ? Pourquoi telle dévotion, telle confrérie plutôt que d’autres plus répandues ? Pourquoi s’intéresser à des sujets mineurs (le vaudou mais pas les premiers samedis du mois ? Les bandes dessinées pornographiques ayant Marie pour héroïne mais pas la médaille miraculeuse …) et se borner à effleurer des thèmes plus intéressants ? -, un fil directeur finit cependant par se dessiner et il agacerait si l’on ne s’avisait pas, au fond, du très bon côté de l’affaire.

    Lire la suite

  • Bruxelles, 2 septembre : cours sur l'avortement et sur l'idéologie du genre par Stéphane Mercier

    IMPRIMER
  • La transmission de la foi catholique au temps de la postmodernité

    IMPRIMER

    Un plaidoyer que ne désavouerait sans doute pas Monseigneur Léonard :

    JPSC

  • Élections « soviétiques » au Rwanda : le pouvoir absolu reste solidement en place.

    IMPRIMER

    Lu sur le site de  La Libre Afrique (10 août):

    kagamé.jpg« La commission électorale du Rwanda a confirmé mercredi la victoire du président Paul Kagame à l’élection du 4 août avec un score sans appel de 98,79% des voix. Le sortant qui dirige son pays depuis la fin du génocide de 1994 améliore ainsi légèrement le résultat préliminaire de 98,63% des suffrages.

    L’écrasante victoire de M. Kagame, 59 ans, salué pour avoir mis fin au massacre visant principalement la minorité tutsi et redressé économiquement le Rwanda mais critiqué pour le manque d’ouverture démocratique, était attendue avant même le scrutin.

    Le résultat final de la présidentielle crédite ses rivaux à l’élection, l’opposant Frank Habineza et le candidat indépendant Phillipe Mpayimana de respectivement 0,48 et 0,73% des votes.

    Selon la commission électorale, le taux de participation s’est élevé à 96,42% des 6,9 millions d’électeurs inscrits.

    Le pourcentage de voix obtenu par M. Kagame correspond à celui par lequel les Rwandais avaient approuvé en 2015 une modification de la Constitution lui permettant de se présenter pour un troisième mandat et de potentiellement de diriger le pays jusqu’en 2034.

    Les Etats-Unis et l’Union européenne ont toutefois émis des réserves sur cette victoire.

    « Nous sommes troublés par les irrégularités observées au cours du scrutin et nous réitérons nos inquiétudes de longue date sur l’intégrité du processus de totalisation des votes », avait indiqué samedi le département d’Etat américain.

    Ref. Rwanda: Kagame confirmé vainqueur avec près de 99% à la présidentielle

    Un pouvoir autoritaire sans partage, issu d’une longue guerre civile (les premières violences datent de la Toussaint 1959) a-t-il pour autant réconcilié les Rwandais depuis les jours dramatiques de 1994 ? Kagame, issu de la diaspora tutsie exilée dans l’Afrique anglophone,  n’est pas éternel.

    JPSC

  • Quand le pape pourfend la théorie du genre et ceux qui la propagent

    IMPRIMER

    Du site du Catholic Herald (traduction par nos soins) :

    Pape François: Il est «terrible» que les enfants apprennent qu'ils peuvent choisir le genre

    Le pape a déclaré aux évêques polonais qu'il existe des institutions puissantes qui financent la diffusion de la théorie du genre dans les écoles

    Le pape François a déclaré que ce qu'il appelle la théorie du genre - «que chacun peut choisir son propre sexe» - est «l'exact opposé» de la création de Dieu.

    Lors d'une rencontre avec les évêques polonais lors de la Journée mondiale de la jeunesse, dont la transcription a été publiée par le Vatican, le Pape a déclaré qu'il y avait des institutions puissantes qui ont financé la propagation de la «théorie du genre» dans les écoles.

    Le pape a également déclaré qu'il avait discuté du sujet avec le pape émérite Benoît XVI, qui a déclaré à son successeur: "Votre Sainteté, nous vivons une époque de péché contre Dieu le Créateur".

    Le pape François a déclaré que ce péché bénéficiait souvent d'un soutien financier auprès de «pays très influents»: une forme de «colonisation idéologique», a déclaré le pape, ce qui est «terrible». (...)

    Francis a déclaré aux évêques polonais: «Aujourd'hui, on enseigne cela aux enfants à l'école: que tous peuvent choisir leur propre sexe. Et pourquoi enseignent-ils cela? Parce que les livres proviennent de gens et d'institutions qui donnent de l'argent », a-t-il déclaré.

    «Dieu a créé l'homme et la femme; Dieu a créé le monde tel qu'il est et nous faisons exactement le contraire. "

    Le pape a fait le lien entre la théorie du genre et l'exploitation des êtres humains et du monde naturel. Il a suggéré que les deux provenaient d'un manque d'appréciation de la dignité conférée par Dieu à l'humanité. "C'est un problème mondial: l'exploitation de la création et l'exploitation des personnes. Nous vivons à un moment où l'humanité, en tant qu'image de Dieu, est anéantie ", a déclaré le Pape.

    Il a déclaré que cette exploitation conduit aux guerres et à la pauvreté, et par voie de conséquence à la crise des réfugiés.

    Dans son encyclique Laudato Si, le pape a également fait le lien entre l'exploitation économique et la «théorie du genre». Il a critiqué le désir de supprimer la différence sexuelle ", en disant:" penser que nous jouissons d'un pouvoir absolu sur notre corps conduit, souvent subtilement, à penser que nous jouissons d'un pouvoir absolu sur la création ".

    Les commentaires du pape sur l'exploitation sont venus suite à une question de l'évêque auxiliaire Krzysztof Zadarko de Koszalin-Kolobrzeg, qui a demandé comment aider les nombreux migrants à venir en Europe et qui pointait «la crainte d'une éventuelle invasion ou agression qui paralyse la société».

    Le pape Francis a déclaré que la réponse de chaque gouvernement devrait dépendre «de la situation propre à chaque pays et à chaque culture». Mais il a déclaré que tout le monde doit "avoir un cœur ouvert prêt à accueillir ... C'est sans condition!"

    Lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse, le pape a exhorté la Pologne à «accueillir les personnes qui fuient les guerres et la faim», des déclarations considérées comme un défi pour un pays où existe une forte opposition publique à la migration de masse.

    Au cours de la réunion, le pape François a répondu aux questions de quatre évêques, la première de l'archevêque Marek Jedraszewski de Lodz qui a demandé au pape comment l'Église pouvait répondre à la «culture contemporaine athée-libérale».

    François a mis en garde contre une «spiritualité subjective sans le Christ» et a déclaré que, pour amener le Christ aux gens, les évêques et les prêtres doivent être proches du peuple.

    Il a donné l'exemple du pape saint Jean-Paul II, qui, en tant que prêtre en Pologne, voulait voyager avec les étudiants de l'université dont il avait la charge, les emmenant à la montagne et pratiquer le sport. Il voulait les écouter, il était avec les jeunes ", a déclaré François.

  • Quand les fils et petits-fils de l’ancien Gouverneur de la Province, Pierre Borlée, courent pour le Kivu avec Comequi 17

    IMPRIMER

    Depuis sa création en 2008 et quelle que soit la situation sécuritaire en R.D. Congo, l’asbl COMEQUI poursuit son objectif de donner les moyens à la population rurale du bord du lac Kivu et plus particulièrement dans la région de Minova, de mener par elle-même des actions de développement durable, afin d’ accroître ses revenus et d'améliorer ses conditions de vie. Tous les projets portés par COMEQUI  ont un objectif d’autonomie et d’autofinancement dans un délai de 3 ans. Les frais de fonctionnement sont entièrement supportés par ses membres, tous bénévoles. Pour réaliser son objectif, COMEQUI  agit sur l’amélioration de la production caféière , elle aide, encadre et forme les caféiculteurs, encourage la création de coopératives pour rassembler les acteurs de terrain, agit sur la promotion de productions agricoles qui répondent aux normes du commerce équitable et biologique, soutient des activités génératrices de revenus, s’investit dans la formation socio-pédagogique des acteurs locaux (écoles et associations rurales) :

    Contacts : Thierry Beauvois :+ 32 475 784 500 • thierry@comequi.org - Eric de Lamotte : + 32 495 58 68 07 • eric@comequi.org

    Bike for Comequi :une course philanthropique initiée par Jacques Borlée et ses amis au pays des Grands Lacs: 170 km autour du lac Kivu -à pied, à vélo et en bateau- de Bukavu jusqu’à Goma en passant par l’ile Idjwi et le centre de projets de Minova (sur le territoire de Kalehe). En prime,  une boucle dans l’ancien Parc Albert avec, en points de repère, les sommets du Karisimbi et du Mikeno, sans oublier le lac de lave du Nyiragongo et les bébés gorilles au pied du célèbre volcan…

     

    JPSC

  • Scalfari /Pera : deux monstres sacrés face au pape François

    IMPRIMER

    Sur le site de « Monde et Vie » le 22 juillet :

     « Début juillet s’est tenue la dernière réunion du G20 et à cette occasion’ La Repubblica’ a publié un entretien avec le pape François par l’inénarrable Eugenio Scalfari. Eugenio Scalfari, âgé de 93 ans est une figure du journalisme italien. Fondateur de La Repubblica. revendiquant son athéisme, il fut de tous les combats de la gauche italienne depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2013 ses interviews-fleuve du pape François dans lesquelles celui-ci exprimait des positions souvent aventurées sur Dieu, le Bien et le Mal, ont fait grand bruit et provoqué un certain embarras de la part du Saint-Siège : présentées sur le site du Vatican, elles en ont été retirées précipitamment quand Scalfari lui-même confessa sa pratique d’un journalisme “artistique” et sa retranscription « de mémoire » de ses entretiens avec le pape, sans notes ni magnétophone. Il avait alors 89 ans. Entretiens néanmoins publiés par la Librairie Éditrice Vaticane. Cette amitié « presque parfaite et insolite » entre le chef de l’Église et un non croyant est née ainsi : « le pape sait naturellement que je ne suis pas croyant, mais il sait aussi que j’apprécie énormément la prédication de Jésus de Nazareth que je considère comme un homme et non un Dieu. Le pape du reste sait que Jésus s’est incarné réellement, est devenu homme jusqu’à ce qu’il soit crucifié. La “Resurrectio” est en effet la preuve qu’un Dieu devenu homme redevient Dieu seulement après sa mort. Ces choses, nous nous les sommes dites de nombreuses fois ». Fasciste puis de gauche. On remarquera la ligne théologique horizontale à laquelle Scalfari associe (nolens volens ?) le pape. Tout l’entretien est de la même eau, le pape demandant à Scalfari pourquoi il devrait lever l’excommunication de Spinoza, ou canoniser Pascal… On croit rêver enfin quand le pape sollicite les lumières du journaliste sur la déontologie dans les médias. Mais le clou de l’entretien, la vraie raison pour laquelle il a convoqué Scalfari au Vatican est sa vision géopolitique de la question migratoire « Je crains, explique François, des alliances assez dangereuses entre des puissances qui ont une vision déformée du monde : Amérique et Russie, Chine et Corée du Nord, Poutine et Assad dans la guerre en Syrie. (…) Le danger concerne l’immigration. Notre problème principal (…) est celui des pauvres, des faibles, des exclus dont les immigrés font partie. (…) Certains pays qui ont peu de pauvres craignent l’invasion des migrants. Voilà pourquoi le G20 m’inquiète : il touche surtout les pays du tiers-monde. (…). Les peuples pauvres sont attirés par les continents et les pays d’ancienne richesse. Le colonialisme partit d’Europe. Il y eut des aspects positifs dans le colonialisme, mais aussi négatifs. En tout état de cause, l’Europe devint plus riche et sera donc l’objectif premier des peuples migrants. » Et le pape de conclure : « Les pays (occidentaux) redeviendront actifs s’ils acceptent une vérité : ou bien l’Europe devient une communauté fédérale, ou elle ne comptera plus pour rien dans le monde ». Et Scalfari de donner au final sa vision de l’entretien : « j’ai souvent écrit que François est un révolutionnaire. Il pense à béatifier Pascal, il pense aux pauvres et aux immigrés, il appelle de ses vœux une Europe fédérale. Nous n’avons jamais eu un pape comme celui-ci ».

    Dès le lendemain paraissait dans le quotidien Il Mattino une réponse magistrale du philosophe et ancien président du Sénat Marcello Pera, ami de longue date du pape Benoit XVI.Du socialisme au catholicisme. Magistrale, car Marcello Pera est un homme politique et un philosophe italien d’envergure. Tandis que Scalfari flirtait avec le fascisme dans les années quarante, avant de se tourner résolument vers la gauche idéologiquement la plus radicale, l’évolution politique de Marcello Pera fut bien différente. Philosophe de renommée internationale, spécialiste de la philosophie des sciences, il évolua du socialisme au catholicisme libéral. Dans les années 2000 il commence à se rapprocher du christianisme, suivant l’injonction pascalienne de vivre comme si Dieu existait. De 2001 à 2006 il fut président du Sénat, et c’est à cette période qu’il se lie d’amitié avec le cardinal Ratzinger, avec lequel il publie en 2004 un ouvrage écrit à quatre mains : Sans racines. L’Europe, le relativisme, le christianisme, l’Islam. Sénateur de centre droit de 2006 à 2013, il poursuit ses travaux apologétiques, alimentés par son activité politique. Il publie en 2008 Pourquoi nous devons nous dire chrétiens, Le libéralisme, l’Europe et l’éthique, vivant plaidoyer en faveur des racines chrétiennes de l‘Europe. Prônant un catholicisme qui se vit dans toutes les sphères de la vie sociale, il pointe les dangers d’une Europe sans mémoire, d’une société où les droits et désirs individuels deviennent la mesure de l’action politique. C’est dire si ce face-à face entre deux monstres sacrés de la vie intellectuelle italienne, à propos de la question migratoire, est crucial.Dans l’entretien d’Il Mattino, les critiques de Marcello Pera envers les prises de position politiques du pape François sont extrêmement dures. Fustigeant ses appels répétés à l’accueil inconditionnel et massif par l’Europe des immigrés, « au-delà de toute compréhension rationnelle », il demande : « quel est l’objectif de tout cela ? (…) Le pape fait cela parce qu’il déteste l’Occident, il aspire à le détruire, comme il veut détruire la tradition chrétienne, le christianisme tel qu’il s’est réalisé dans l’histoire ». Et de poursuivre : « il n’y a pas non plus de justifications évangéliques qui justifieraient ce que dit le pape. C’est un pape qui fait seulement de la politique (…). Il a une vision sud-américaine d’un justicialisme péroniste qui n’a rien à voir avec la tradition occidentale des libertés politiques ni avec sa matrice chrétienne ». Évoquant l’absolue nouveauté de ce pontificat – « Bergoglio n’est intéressé en rien par le christianisme en tant que doctrine, par l’aspect théologique » – il affirme que le pape « n’est pas préoccupé par le salut des âmes mais seulement par la sécurité et le bien-être social », provoquant une crise politique et religieuse de plus en plus incontrôlable, aux conséquences majeures. Le pape « suggère à nos Etats de se suicider, il demande à l’Europe de ne plus être elle-même ». Après cette critique politique vient le diagnostic religieux : « Un schisme caché est présent dans le monde catholique, produit avec obstination et détermination par Bergoglio, et de la part de ses collaborateurs, avec malveillance ». Le 8 juillet, le pape twittait : « Les migrants sont nos frères et sœurs qui cherchent une vie meilleure loin de la pauvreté, de la faim et de la guerre », et le 11 « L’Europe a un patrimoine idéal et spirituel unique au monde qui mérite d’être reproposé avec passion et une fraicheur renouvelée ». Que doit-on comprendre ? Que les immigrés clandestins vont faire vivre l’Europe avec une fraicheur renouvelée ? Ou que l’Europe, si elle veut revivre, doit régler les flux migratoires à ses frontières, comme le Catéchisme catholique en reconnaît le droit et le devoir à tout pays souverain ?    

    Marie d’Armagnac »

    Ref. deux monstres sacrés face au pape François

    Et si la papauté reprenait un peu de hauteur ?

    JPSC

     

  • Rome : la ligne "opposée" au pape François décapitée

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Benoît et moi » :

    « Selon les standards du pontificat de François, pendant la plus grande partie de 2017 les choses ont été relativement tranquilles à Rome. La grande controverse des deux dernières années, le débat sur la communion pour les divorcés-remariés, était entré dans une sorte d'impasse, avec des évêques du monde entier en désaccord et le pape lui-même gardant un silence délibéré. Un long acte du pontificat semblait fini; la question était de savoir quels drames étaient encore à venir.

    Le dernier mois en a fourni quelques-uns. Dans une succession rapide, quatre cardinaux importants ont quitté la scène. Le premier, George Pell, était à la fois le responsable des réformes financières du pape et un adversaire majeur de la communion pour les remariés. Il est retourné dans son Australie natale pour faire face à des accusations d'abus sexuel - des accusations qui représentent soit le point culminant des révélations dans la sinistre comptabilité de l'Eglise, soit (comme les défenseurs de Pell le soulignent) un signe que les scandales d'abus sont devenus une licence pour la chasse aux sorcières.

    Le second cardinal, Gerhard Müller, était à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, l'office chargé de la sauvegarde de la doctrine catholique. Souvent marginalisé par François, il avait marché prudemment sur la corde raide à propos du document du pape sur le mariage, Amoris Laetitia, insistant sur le fait qu'il ne changeait pas l' enseignement de l'église sur le remariage et les sacrements tout en minimisant les signaux que le pape lui-même pensait autrement. Son mandat de cinq ans expirait; ceux-ci sont souvent renouvelés, mais ce ne fut pas le cas cette fois, et d'une manière si brusque que l'Allemand habituellement circonspect se plaignit publiquement .

    Le troisième cardinal, Joachim Meisner, était un archevêque à la retraite de Cologne et un vieil ami de Benoît XVI. Il avait été l'un des signataires des dubia - les questions publiques que quatre cardinaux ont posées l'an dernier à François au sujet d'Amoris Laetitia, remettant de fait en question son orthodoxie. Il est mort dans son sommeil à 83 ans - peu de temps après que Müller, son compatriote, l'eût appelé pour lui apprendre qu'il avait été viré.

    Le quatrième, Angelo Scola, était un autre confident de Benoît XVI et l'un des principaux candidats à la papauté lors du dernier conclave. Il s'est retiré comme archevêque de Milan cinq jours après le départ de Müller.

    Ces quatre départs très différents ont un effet combiné: ils affaiblissent la résistance à François au plus haut niveau de la hiérarchie. Et ils soulèvent la question du reste de son pontificat: avec l'opposition au sommet clairsemée, et l'éclipse de la vision de Benoît/Jean-Paul II, jusqu'où le pape a-t-il l'intention d'aller?

    Il est clair que François a des amis et des alliés qui veulent qu'il avance vite. Ils considèrent le changement ambigu sur le divorce et le remariage comme une proof of concept [preuve de faisabilité] de la façon dont l'église peut changer sur un plus large éventail de questions, où ils ont récemment fait des incursions et des appels - intercommunion avec les protestants, prêtres mariés, relations homosexuelles, euthanasie, diaconat féminin, contrôle artificiel des naissances, etc.

    De même en politique, où l'hostilité manifeste du pape envers le populisme trumpien a été influencée par certains de ses amis dans une critique radicale de tout engagement catholique avec la droite politique, et en particulier l'alliance catholique américaine avec les évangéliques protestants [article de la Civiltà Cattolica; voir dieuetmoilenul.blogspot.fr].

    De même aussi pour les questions liturgiques, où il se dit que la main tendue de François à la Fraternité saint Pie X, (...), pourrait conduire d'abord à la réintégration de la FSSPX, puis à la suppression de la liturgie pré-Vatican II pour tous les autres - utilisant de fait la FSSPX pour mettre le traditionalisme en quarantaine.

    Si jusqu'à présent, le pontificat de François a été une sorte de révolution à mi-chemin, ses ambitions quelque peu contrariées et ses changements restés ambigus, ce genre d'idées rendrait la révolution beaucoup plus radicale.

    Mais le pape lui-même reste à la fois plus prudent que ses amis - les hommes qu'il a nommés pour succéder à Müller et Scola sont des modérés, pas des radicaux - et peut-être aussi plus imprévisible.

    Ses nominations les plus libérales peuvent prendre de l'avance sur lui, comme dans le cas de Charlie Gard, le bébé anglais mourant dont les médecins et le gouvernement veulent empêcher les parents de payer pour un traitement improbable. L'Académie pontificale pour la vie, remodelée par le pape, qui accueille désormais des membres pro-choix et favorables à l'euthanasie, a publié une déclaration qui semblait soutenir le gouvernement contre les parents. Mais peu de temps après, François est intervenu pour soutenir les droits des parents (1), suscitant chez ses alliés une bousculade quelque peu défensive.

    Ce petit exemple ouvre une perspective plus large. Nous savons que François est un pape libéral, mais en dehors du débat sur le remariage, nous ne savons pas quelle priorité il attribue à tel ou tel objectif progressiste.

    Chez de nombreux progressistes, il y a une ambition palpable, le sentiment qu'une opportunité radicale de mettre en échec le catholicisme conservateur pourrait enfin être à portée de main. Mais il y a aussi une inquiétude palpable, puisqu'il n'est pas évident que l'avenir à long terme de l'Eglise soit progressiste - avec une Eglise africaine en croissance et une européenne en déclin, un sacerdoce dont les rangs les plus jeunes sont souvent assez conservateurs, et peu de preuves que l'ère François ait amené un renouvellement soudain.

    Dans quelle mesure François partage-t-il ces sentiments - l'ambition, l'anxiété? Le prochain acte de ce pontificat le dira.

    NDT

    (1) Ross Douthat est moins bien informé que les italiens: c'était sous la pression populaire (le standard de Sainte Marthe avait littéralement été pris d'assaut) que le Pape s'est vu contraint de soutenir les parents de Charlie dans un tweet tardif, accouché aux forceps, encore a-t-il fait le service minimum (voir ici la synthèse de Marco Tosatti: Le Pape et Charlie) » 

    Ref. La résistance à François décapitée

    La génération Jean-Paul II (et Benoit XVI) a, certes, vécu : elle a duré plus de trente ans. Celle du pape Bergoglio a quatre ans : irréversible ? rendez-vous dans trente ans (au plus tard)...

    JPSC

  • Ces hommes du pape contre Humanæ vitæ

    IMPRIMER

    Lu sur le site « Riposte catholique » :

    Deux théologiens de l’ombre, qui ont adopté la nouvelle ligne pontificale de morale, sont au travail pour la “réinterprétation” d’Humanæ vitæ, enseignement à classer sur l’étagère des « textes prophétiques » mais dépassés. L’opération doit être menée à son terme pour le cinquantenaire de l’encyclique condamnant la contraception, en 2018. C’est le grand dessein pour la fin du pontificat : faire sauter le verrou qui avait modéré (et peut-être sauvé) le Concile.

    Le noyau dirigeant d’Amoris lætitia

    Aujourd’hui, la véritable Congrégation pour la doctrine de la Foi est désormais à la Maison Sainte-Marthe, ou plus exactement chez les hommes qui ont l’oreille du pape pour imprimer à l’Église une ligne de « miséricorde », c’est-à-dire une conversion libérale.

    Ces hommes s’étaient organisés en noyau dirigeant très efficace, lors des deux assemblées du synode sur la Famille, ont préparé l’exhortation Amoris lætitia autour du très influent cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général de l’assemblée, avec entre autres l’archevêque Bruno Forte, Mgr Vincenzo Paglia, alors président du Conseil pour la Famille, et Mgr Marcello Semeraro, président de commission épiscopale pour la doctrine de la foi à la Conférence des évêques d’Italie, évêque pour le siège suburbicaire d’Albano, très proche du tout-puissant cardinal Stella, préfet de la Congrégation du Clergé.

    Leur influence s’étend maintenant sans partage sur tous les organismes du Saint-Siège qui s’occupent de morale, et qui formaient jusque-là la colonne vertébrale de la “Restauration” de Jean-Paul II et de Benoît XVI, à savoir l’Académie pontificale pour la Vie et, au sein de l’Université du Latran, l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le Mariage et la Famille. Il y avait aussi le Conseil pour la Famille, mais parmi les quelques nominations désastreuses qu’avait faites Benoît XVI était celle de Vincenzo Paglia comme président de ce Conseil, en 2012. Paglia n’étant pas pourprable (mis en examen en 2015 pour association de malfaiteurs, entrave à une enquête, fraude contre la ville de Narni, ville d’Ombrie dont il a été l’évêque, exercice abusif du crédit, il était accusé d’avoir utilisé indûment les fonds de son diocèse, déjà largement endetté), il a été nommé, le 15 août, 2016, président de l’Académie pontificale pour la Vie, et aussi grand chancelier de l’Institut Jean-Paul II, un poste créé tout exprès pour lui. Le même jour, Mgr Pierangelo Sequeri, 72 ans, qui n’a aucune compétence particulière en théologie morale (c’est un spécialiste de théologie esthétique et de musicologie), était nommé président de l’Institut Jean-Paul II pour la Famille.

    Le 13 juin dernier ont été rendues publiques les nominations de 20 nouveaux membres de l’Académie pour la Vie. N’ont pas été reconduits : le philosophe Robert Spæmann, ami de Benoît XVI, le théologien américain John Finnis et l’Autrichien Josef Maria Seifert, défenseurs très pointus de la morale traditionnelle. Mais en revanche ont été nommés des partisans de la nouvelle ligne morale : Mgr Fernando Natalio Chomali Garib, archevêque de Concepción au Chili ; des non chrétiens comme Mohamed Haddad, professeur à l’Université de Carthage, Shinya Yamanaka , prix Nobel de médecine, Kostantinos Kornarakis, professeur à l’Université d’Athènes, les rabbins Avraham Steinberg et Fernando Szlajen ; Anne-Marie Pelletier, professeur à l’École cathédrale de Paris, militante de la nouvelle ligne. Et surtout, le moraliste Maurizio Chiodi, professeur à la Faculté de théologie de Milan, un anti-Humanæ vitæ déterminé.

    Dans un article publié dans le bimensuel et sur le site Internet de L’Homme nouveau, « D’Humanæ vitæ à Amoris lætitia et retour », le philosophe Thibaud Collin démonte les graves implications de cette entreprise de « conversion pastorale ». Il évoque le groupe de travail désigné pour faire une enquête historique sur l’encyclique de 1968 : Mgr Pierangelo Sequeri, Mgr Angelo Maffeis, président de l’Institut Paul VI de Brescia ; l’historien suisse, Philippe Chenaux, conservateur utile qui servira de caution, professeur d’histoire à l’Université du Latran, qui est l’auteur de Paul VI, le souverain éclairé (Cerf, 2015) ; et surtout Mgr Gilfredo Marengo, professeur d’antropologie théologique à l’Institut Jean-Paul II, la cheville ouvrière du groupe de travail.

    Gilfredo Marengo et Nicola Reali

    Gilfredo Marengo a lancé l’offensive dans un article de Vatican Insider, du 23 mars 2017, « Humanæ vitæ et Amoris lætitia », se demandant si « le jeu polémique – la pilule oui, la pilule non – comme celui d’aujourd’hui – la communion aux divorcés oui, la communion aux divorcés non – n’est pas la simple manifestation d’un malaise et d’une tension beaucoup plus profonds dans la vie de l’Église. […] Chaque fois que la communauté chrétienne tombe dans l’erreur et propose des modèles de vie tirés d’idéaux théologiques trop abstraits et artificiellement construits, elle conçoit son action pastorale comme l’application schématique d’un paradigme doctrinal ». Pour être plus clair, Marengo citait le pape François : « Une certaine manière de défendre et d’accepter l’enseignement de Paul VI a probablement été l’un des facteurs qui ont fait que nous avons présenté un idéal théologique trop abstrait du mariage, presque artificiellement construit (Amoris lætitia, n. 36) ».

    Gilfredo Marengo est en fait issu de Communion et Libération (CL). Il a été disciple d’Angelo Scola, une des principales figures de CL, qui fut recteur du Latran et président de l’Institut Jean-Paul II, avant de devenir patriarche de Venise puis archevêque de Milan. Scola (qui n’appuie plus Marengo dans ses positions actuelles) l’avait promu, en 2000, comme recteur du Collège pontifical du Latran (un convict pour clercs qui étudient au Latran). Gilfredo Marengo s’est fort mal acquitté de la tâche, ayant toutes sortes de difficultés avec les étudiants et séminaristes, et se montrant pour le moins fort mauvais gestionnaire, au point que son successeur, Mgr Pitta, aurait diligenté une sorte d’audit administratif et moral sur sa gestion.

    Mais Marengo n’est pas seul. Son ami, Nicola Reali, professeur de théologie pastorale à l’Université du Latran, homme d’une plus grosse pointure intellectuelle, le suit comme une ombre et inversement : ubi Marengo, ibi Reali. Nicola Reali a fait sa thèse de doctorat sur l’eucharistie dans la phénoménologie de Jean-Luc Marion. Il est d’ailleurs le diffuseur de la pensée de Marion dans la péninsule (il a publié en italien son œuvre majeure, Étant donné et a aussi écrit : L’amore tra filosofia e teologia. In dialogo con Jean-Luc Marion, Presse du Latran, 2007).

    Le nouveau pontificat leur a permis de se placer dans le camp des vainqueurs, se blanchissant notamment d’un passé vaguement conservateur, pour tenter de s’élever au rang d’étoiles intellectuelles d’un pontificat qui n’en compte guère. Le dernier livre de Nicola Reali, Lutero e il diritto. Certezza della fede e istituzioni ecclesiali (Luther et le droit. Certitude de la foi et institutions ecclésiales, Marcianum Press, 2017), essaie de montrer que la pensée de Luther n’était nullement de casser l’unité de l’Église, mais seulement de la provoquer à un renouveau. Et surtout que Luther ne pensait pas la certitude de la foi comme une croyance subjective, mais estimait nécessaire l’adhésion à l’institution ecclésiale ». Plus catholique que Luther, je meurs, nous explique Reali. Ou plutôt, plus franciscain que François…, car tout le livre est construit pour illustrer la sentence du pape, prononcée le 19 janvier 2017 : « L’intention de Martin Luther, il y a cinq cents ans, était de renouveler l’Église, pas de la diviser ».

    Pour l’opération Humanæ vitæ le mode opératoire est simple : il va s’agir d’exhumer des documents de travail, relations de réunions, correspondances avec les conférences épiscopales, dans les archives de la Commission pontificale qui travailla de 1964 à 1966 sur la régulation des naissances. La Commission, on se souvient, avait conclu à la majorité (majorité incluant des membres et experts considérés comme conservateurs, comme le cardinal Joseph Lefebre, archevêque de Bourges, et le P. Labourdette, op) en faveur de la contraception et surtout en faveur de la non-infaillibilité des enseignements précédents du magistère sur la question. Paul VI, torturé, avait fini par renouveler la condamnation magistérielle. Certes, les conclusions de la Commission avaient déjà “fuité” en 1967. Mais le fait de ressortir aujourd’hui ces documents ne peut qu’être explosif. D’autant que L’Osservatore Romano de Giovanni Maria Vian, de même que Vatican Insider, chez lesquels Marengo, Reali et les autres ont leurs grandes entrées, seront des vecteurs puissants, sans parler de la Civiltà Cattolica du P. Antonio Spadaro. En tireront-ils le profit qu’ils escomptent ? Point n’est besoin d’être grand clerc, ou grand curialiste, pour comprendre que leur personnalité est peu fiable et qu’ils sont instrumentalisés par leurs hauts mandataires. Lesquels d’ailleurs risquent bien d’être pris eux-mêmes à leur propre piège en ranimant aujourd’hui les braises du débat sur l’infaillibilité du magistère.

    Ref. Ces hommes du pape contre Humanæ vitæ

     JPSC