Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enseignement - Education

  • 18 juin : Philo à Bruxelles avec Stéphane Mercier : "Vous serez comme des dieux"

    IMPRIMER

    2019_06_13_09_02_09_Greenshot.png

  • Le sexe biologique et le genre sont naturellement fixés à la naissance et font partie du «plan de Dieu»

    IMPRIMER

    De Cindy Wooden sur le site "Présence - Information religieuse" (Canada) :

    Congrégation pour l'éducation catholique

    Rome reste opposé à la théorie du genre

    La Congrégation pour l'éducation catholique parle de la théorie du genre dans un document publié le 10 juin 2019. 

    Les écoles catholiques doivent aider les parents à enseigner aux jeunes que le sexe biologique et le genre sont naturellement fixés à la naissance et font partie du «plan de Dieu» pour la création, a déclaré la Congrégation pour l'éducation catholique.

    Dans un document publié le 10 juin, la congrégation a déclaré que l'Église catholique et ceux qui proposent une définition plus vague du genre peuvent trouver un terrain d'entente dans «un désir louable de lutter contre toutes les expressions de discrimination injuste», en éduquant les enfants dans le respect de chacun «et la différence», dans le respect de «l'égale dignité des hommes et des femmes» et dans la promotion du respect des «valeurs de la féminité».

    Et tout en prenant soin de respecter et de prendre soin des personnes qui «vivent des situations d'indétermination sexuelle», ceux qui enseignent au nom de l'Église catholique doivent aider les jeunes à comprendre que la création masculine et féminine fait partie du plan de Dieu pour eux, dit la congrégation.

    Le document intitulé Il les créa homme et femme: vers une voie de dialogue sur la question de la théorie des genres dans l'éducation, a été signé par le cardinal Giuseppe Versaldi, préfet de la congrégation, et par Mgr Angelo Zani, secrétaire de la congrégation.

    Le document reconnait une distinction entre «l'idéologie du genre», qui prétend présenter ses vues comme «absolues et indiscutables», et l'ensemble du domaine de la recherche scientifique sur le genre, qui tente de comprendre la manière dont la différence sexuelle est vécue au sein des différentes cultures.

    Tout en prétendant promouvoir la liberté individuelle et le respect des droits de chaque personne, le document indique que ceux qui considèrent le sexe comme un choix personnel ou une découverte personnelle sans rapport avec le sexe biologique favorisent en réalité une vision de la personne humaine «opposée à la foi et au bon sens».

    «La vision chrétienne de l'anthropologie considère la sexualité comme un élément fondamental de la personnalité», précise le document. «C'est l'un de ses modes d'être, de se manifester, de communiquer avec les autres et de ressentir, d'exprimer et de vivre l'amour humain.»

    Le document insiste sur le fait que l'idéologie moderne du genre et l'idée selon laquelle on choisit ou découvre son genre vont à l'encontre de la nature en affirmant que la seule chose qui compte dans les relations personnelles est l'affection entre les individus impliqués, indépendamment de la différence sexuelle ou de la procréation.

    La théorie du genre, a-t-il dit, nie «la réciprocité et la complémentarité des relations entre hommes et femmes» ainsi que «la fin procréatrice de la sexualité».

    Cela a conduit à des appels à la reconnaissance publique du droit de choisir son sexe et d'une pluralité de nouveaux types d'unions, en contradiction directe avec le modèle du mariage entre un homme et une femme, ce qui est présenté comme un vestige des sociétés patriarcales, dit le document.

    Lorsque la «complémentarité physiologique de la différence sexuelle entre hommes et femmes» est supprimée, la procréation n'est plus un processus naturel. Au lieu de cela, il faut recourir à la fécondation in vitro ou à la gestation pour autrui avec le risque de «réduire le bébé à un objet entre les mains de la science et de la technologie».

    La congrégation a insisté sur le fait que les éducateurs catholiques doivent être suffisamment préparés pour comprendre les subtilités des diverses questions soulevées par la théorie du genre et être pleinement informés de la législation actuelle et proposée dans leurs juridictions respectives, avec l'aide de personnes qualifiées dans ce domaine, de manière équilibrée et axée sur le dialogue.

    Cindy Wooden

    Ce document est consultable ICI.

    Lire aussi : 

  • RDC : La visite de l'Aide à l'Eglise en Détresse au Kasaï

    IMPRIMER

    Ordination-presbytérale-MBM-2790x1590_c.jpg

    ordinations à Mbuji Mayi (anciennement Bakwanga)

    Après trois ans de conflits sanglants, l´Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est présente pour soutenir l´Eglise au Kasaï (République Démocratique du Congo), avec pour priorité la formation de séminaristes. KTO a ainsi suivi Christine du Coudray, directrice de projet Section Afrique, venue du siège international pour faire le point. L´enjeu est majeur pour ces diocèses confrontés à des moyens humains et matériels limités. Les infrastructures routières sont quasiment inexistantes, et l´annonce de l´Evangile est difficile dans toute la région. Au-delà d´une aide matérielle et financière, cette fondation de droit pontifical apporte également un soutien spirituel et le témoignage de la proximité de l´Eglise universelle.

    L’AED est une œuvre sûre qui ne renverse jamais les ordres de priorité pour construire un monde fondé sur une anthropologie chrétienne véritable.

    JPSC

  • Belgique : changement de direction à la tête du Séminaire de Namur

    IMPRIMER

    Lu sur le site diakonos.be :

    Recteurs-SeminaireND-768x576.jpg« Les évêques francophones de Belgique ont nommé l’abbé Joël Spronck (du diocèse de Liège) nouveau Recteur du Séminaire Notre-Dame de Namur. Il entrera en fonction le 1° juillet 2019. Il succède au Chanoine Joël Rochette.

     Le séminaire de Namur est le dernier séminaire de Belgique francophone à encore former des prêtres, il accueille donc tous les candidats à la prêtrise pour les diocèses de Namur, Liège, Tournai et Malines-Bruxelles. Ces dernières années, les inscriptions sont en chute libre. Deux jeunes seront cependant ordonnés prêtres en juin prochain.

     En France, la situation des séminaires est tout aussi difficile. Après celui de Lille, c’est le séminaire de Bordeaux qui ferme à présent ses portes faute de candidats. Précisons que le séminaire de Bordeaux formait les séminaristes venant de sept diocèses : Bordeaux, Périgueux, Angoulême, Agen, La Rochelle, Limoges et Tulle. Un autre séminaire est en sursis : c’est celui du plus grand diocèse de France, celui de Strasbourg. ...

    Voir aussi :

    Un nouveau Recteur pour le Séminaire Notre-Dame de Namur - Le site de l'Eglise Catholique en Belgique

    On se réjouira de cette désignation dans la ligne plutôt traditionnelle suivie par ce Séminaire interdiocésain francophone de Belgique.

    JPSC

  • Quel acte de repentance la Belgique doit-elle au Congo ?

    IMPRIMER

    Selon un article publié par Belgicatho, une campagne de communication serait actuellement lancée afin d’inviter les Belges à  s’excuser  auprès du peuple congolais pour la colonisation. Cause toujours pourrait-on dire : sous une forme ou une autre, la colonisation est un phénomène inhérent à toute l’histoire de l’humanité.

    king_baudouin_of_belgium_getty.jpgL’anticolonialisme ne date pas tout à fait d’hier non plus et son avatar idéologique est aussi un pourvoyeur de mythes et de légendes déformant volontiers les faits réels.

    Il en va ainsi dans l’histoire du Congo auquel, quoi qu’on en dise aujourd’hui, la Belgique a beaucoup apporté en un siècle: une conscience nationale, la langue française et la religion catholique.  Mais son œuvre économique et sociale remarquable s’est noyée, dès le 30 juin 1960, dans l’immaturité politique d’un peuple auquel le colonisateur a jeté précipitamment l’indépendance à la tête,  sans ménager les transitions nécessaires. Voilà certainement le reproche appelant la repentance majeure attendue de la Belgique métropolitaine dont l’inconséquence est à l’origine des heurs et malheurs qui accablent aujourd’hui encore son ancienne colonie : cette repentance elle la doit tant aux colonisés qu’aux coloniaux victimes du chaos résultant de cette décolonisation ratée.

    Pour prendre la mesure de la réalité de la vie ordonnée prévalant au Congo sous le régime colonial d’autrefois, rien de tel que les témoignages des produits africains de celui-ci. Le Père Ekwa, responsable de l’enseignement catholique au Congo de 1960 à 1975 a connu la colonisation, de l’enfance à l’âge adulte. Le court extrait de son témoignage, parmi tant d'autres, renvoie au site  mémoires du congo  où on les trouve rassemblés.

    JPSC

  • L’exposition précoce des enfants aux images pornographiques

    IMPRIMER

    De "La Sélection du Jour" :

    PORNOGRAPHIE À L’ÉCOLE : UNE DIRECTRICE BRISE LE SILENCE

    La directrice du collège de Mios, près d'Arcachon, en Gironde, a pris l’initiative d’écrire aux parents d’élèves pour les mettre en garde contre l’exposition précoce de leurs enfants aux images pornographiques. Si les plus concernés sont des collégiens de 6e et 5e, des élèves du primaire ont accès à de telles images.

    On savait déjà par des études comme celle commandée à l’Ifop par l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (Open) que 63% des garçons et 37% des filles de 15 à 17 ans consomment du porno. 90% des élèves de 6e en ont déjà vu. Mais les plus jeunes y sont aussi exposés par la banalisation des smartphones qui leur sont imprudemment confiés par leurs parents pour des raisons pratiques. Les rares collégiens dont les parents ont résisté à cette facilité ne sont pas pour autant à l’abri à cause des visionnages auxquels les invitent leurs camarades pendant les intercours ou les récréations. Des élèves du primaire, âgés d’à peine dix ans, y sont aussi exposés. Si le porno n’est anodin pour personne, avec des risques d’addiction surtout pour les garçons, les risques traumatiques sont encore plus importants pour des non-pubères.

    En fait d’« apprentissage » à la relation sexuelle, les scénarios pornos suscitent violence et dégoût. On fabrique des détraqués, hommes et femmes, dont la relation à la sexualité et l’estime de soi sont dégradées. Si les femmes sont les principales victimes de la pornographie, c’est toute la société qui est confrontée à ce fléau surgi tout droit de la prétendue « libération sexuelle » des années soixante au service du mercantilisme le plus abject boosté par la révolution numérique. Sur les réseaux sociaux, des images détournées ou volées violent l’intimité d’adolescents qui sont tombés dans le piège de se mettre en scène. Certains se suicident.

    D’où l’urgence d’alerter les parents dès l’école primaire comme l’a fait cette directrice. Mais entreprendre un vrai dialogue avec les enfants, installer un logiciel de contrôle parental et interdire l’usage des smartphones à l’école ne suffiront pas à endiguer un tel fléau. Il faut aussi frapper les sites. En France, la législation interdit de rendre accessible la pornographie à un mineur. Mais peu de sites mettent en place les moyens pour que la législation soit respectée. Ils se contentent d’inviter à confirmer d’un clic que l’on est majeur. Il suffit aux jeunes internautes de mentir sur leur âge pour accéder aux contenus pornographiques. Au Royaume uni, une nouvelle loi entrera en vigueur le 15 juillet : elle imposera aux sites hébergeant des vidéos ou des images pornographiques de vérifier si les internautes ont effectivement plus de 18 ans en produisant un document d’identité, un numéro de téléphone mobile ou encore via l’achat d’une carte d’accès dans une boutique. Etant entendu qu’être majeur ne rend pas pour autant anodine cette forme d’esclavage sexuel qu’est la pornographie … Le visionnage de contenus pornographiques entraîne une addiction comparable à celle des drogues. Il activerait d’ailleurs les mêmes zones du cerveau.

    Il s’agit d’un fléau mondial d’une ampleur inouïe et en constante expansion : « Un quart des recherches sur le web sont des requêtes à caractère pornographique. Chaque seconde, 372 personnes recherchent des contenus pour adultes sur les moteurs de recherche, 28 258 internautes en visionnent et 3 075 dollars y sont ainsi dépensés (…) L’industrie du sexe représente aujourd’hui un marché mondial de 100 milliards de dollars alors qu’elle était estimée à 60 milliards de dollars en 2015 » rapporte Samy Mansouri, enseignant-chercheur à l’Université Paris Dauphine sur le site The Conversation (en lien ci-dessous).

    http://theconversation.com/incidences-de-la-pornographie-sur-les-comportements-ou-en-est-la-recherche-117133

  • 17 mai : Philo à Bruxelles avec Stéphane Mercier : la percolation culturelle du marxisme et du sécularisme

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

  • Quand le pape François improvise à propos des pharisiens…

    IMPRIMER

    Lu sur le site « diakonos.be » relayant la traduction d’une note de Sandro Magister (Settimo Cielo) :

    ebrea-237x300.jpg " Malgré les progrès dans la recherche historique sur les pharisiens, la prédication dans tout le monde chrétien continue à représenter ces maîtres juifs comme des xénophobes, des élitistes, des légalistes, des gens cupides et des moralistes hypocrites. De plus, en général le terme ‘pharisien’ sous-entend ‘juif’, étant donné que de nombreux juifs et chrétiens considèrent les pharisiens comme étant les précurseurs du judaïsme rabbinique.  Donc, même quand les chrétiens emploient le terme ‘pharisien’ pour dénoncer le cléricalisme dans un contexte ecclésial, ils ne font que renforcer les préjugés envers les juifs ».

    C’est par ces mots qu’Amy-Jill Levine, une juive américaine de la Vanderbilt University, a ouvert la conférence qu’elle a tenu le 8 mai dernière à Rome à l’Université pontificale grégorienne dans le cadre d’un colloque consacré au thème « Jésus et les pharisiens.  Un réexamen pluridisciplinaire ».

    Mais qui utilise à tout bout de champ le terme « pharisien » pour dénoncer « le cléricalisme dans un contexte ecclésial » sinon le pape François en personne ?

    Le plus beau c’est que l’auteur de cette pique adressée au Pape fait partie depuis ce mois de mai du nouveau comité de direction de « Donne Chiesa Mondo », le supplément mensuel de « L’Osservatore Romano », le journal officiel du Saint-Siège.

    Mais qui est Amy-Jill Levine ? Elle le raconte elle-même dans un brillant article autobiographique publié dans « L’Osservatore Romano » du 5 mai, à l’occasion d’un précédent colloque lui aussi organisé à la Grégorienne.

    Et le 9 mai, le pape François l’a rencontrée en personne en accueillant les participants au colloque sur les pharisiens. Au lieu de lire le discours préparé pour l’occasion par des mains expertes, le pape a préféré – et il l’a dit lui-même – saluer un à un tous les intervenants.

    Ce discours – s’il l’avait lu – aurait pour la première fois permis à François de rectifier publiquement le tir dans l’utilisation qu’il fait du terme « pharisien » pour attaquer ses opposants au sein de l’Église et pour les traiter de rigides, d’hypocrites, d’égoïstes, d’avides, d’ergoteurs et de vaniteux.

    Naturellement, les juifs n’ont jamais apprécié cette utilisation du terme « pharisien » de la part du pape. A tel point que Riccardo Di Segni, le grand rabbin de Rome, a déclaré à l’issue d’une audience du 27 avril 2015 avoir fait part de ses remontrances en « expliquant le pourquoi » au pape François qui « a pris acte de mes observations ».

    Mais même par la suite, le pape François n’a jamais cessé d’agiter le pharisaïsme comme une arme contre ses opposants, surtout au cours de ses homélies matinales à Sainte-Marthe, comme par exemple parmi les plus récentes, celle du 16 octobre et du 19 octobre 2018.

    Lire la suite

  • Plain-chant sur Liège le samedi 25 mai 2019 : avec la Schola Trunchiniensis Femina de Gand et l'Académie de Chant grégorien à Liège

    IMPRIMER

    « Lumière d’éternité » 

    journée gregorienne.jpg

    journée gregorienne2.jpg

    Lire la suite

  • Homosexualité dans les séminaires : le cas significatif du Brésil

    IMPRIMER

    De Sandro Magister (Settimo Cielo) en traduction française sur le site diakonos.be :

    Homosexualité dans les séminaires. Une enquête-choc au Brésil

    Cette enquête ne date pas d’hier puisque ses résultants ont été publiés au printemps 2017 en portugais dans la « Revista Eclesiástica Brasileira » mais « Il Regno – Documenti » vient d’en publier une traduction intégrale en italien ces derniers jours, la rendant ainsi accessible à un plus large public.  Elle porte sur une question d’une brûlante actualité.

    Il s’agit de la question de l’homosexualité dans les séminaires.

    Depuis plusieurs mois, l’homosexualité est un sujet tabou au sommet de l’Église.  On a interdit d’en parler même pendant le sommet sur les abus sexuels qui s’est déroulé au Vatican du 21 au 24 février dernier.  Et pourtant, sa présence répandue au sein du clergé et dans les séminaires est une réalité connue depuis bien longtemps, à tel point qu’en 2005, la Congrégation pour l’éducation catholique avait même consacré une instruction sur la manière d’y faire face.

    Cette instruction répétait que non seulement les actes homosexuels constituaient un « péché grave » mais également que les « tendances homosexuelles profondément enracinées » étaient « objectivement désordonnées ». C’est pourquoi ceux qui pratiquent de tels actes, manifestent de telles tendances ou soutiennent d’une manière ou d’une autre la « culture gay » ne devraient en aucun cas être admis aux ordres sacrés.

    Voilà pour les directives pastorales de l’époque. Mais dans la réalité, ont-elles vraiment été appliquées ?  L’enquête dont il est question ci-dessus s’est justement fixé pour objectif de vérifier ce qui se passait aujourd’hui dans deux séminaires du Brésil pris comme échantillon.

    Les auteurs de l’enquête, Elismar Alves dos Santos et Perdinho Arcides Guareschi, deux religieux rédemptoristes spécialisés en psychologie sociale et titulaires de prestigieux titres académiques, ont longuement interrogé 50 étudiants en théologie de ces séminaires et en ont tiré des résultats réellement alarmants.

    Lire la suite

  • " Nos vies offertes " : Séminaire diocésain de Bayonne

    IMPRIMER

    Film réalisé sur le nouveau Séminaire de Bayonne relancé et rénové sur l'initiative de Mgr Marc Aillet :

    Ref. " NOS VIES OFFERTES " Séminaire de Bayonne

    Loin des débats déprimants sur les abus sexuels cléricaux, l’abolition du célibat obligatoire des prêtres et l’ordination des femmes: autant de rengaines qui obsèdent et polluent, aujourd’hui plus que jamais, la vie ecclésiale dans l’Eglise latine postconciliaire:

    Monseigneur Aillet est issu de la Communauté Saint-Martin  http://www.communautesaintmartin.org/

    JPSC

  • 10 - 24 juillet : Camp 2019 du Centre Notre-Dame de Grâce (FSSP) (garçons de 8 à 12 ans)

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

    Le camp Notre-Dame de Grâce, organisé et encadré par des prêtres et séminaristes de la Fraternité Saint-Pierre (parmi lesquels on compte un belge, l'Abbé Alexis Piraux, dont un témoignage a été publié sur ce blog le 14 mai 2018), accueille des jeunes garçons de 8 à 12 ans pour deux semaines sous tente.

    Au programme : tournois, olympiades, grand jeu, exploration, mais aussi messe quotidienne, catéchisme avec les abbés. Nous camperons cette année dans la région du Mans (navettes en train organisées depuis Paris). Il reste des places disponibles ! Le camp recherche également encore quelques moniteurs (de plus de 17 ans) pour encadrer les enfants. Renseignements et inscriptions : camp.nd.grace[at]gmail.com ou www.nd-grace.com.