Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Signons la pétition pour exhorter les Nations Unies à protéger les chrétiens au Pakistan

    IMPRIMER

    Du site "L'Observateur chrétien" :

    Une pétition pour exhorter les Nations Unies à protéger les chrétiens au Pakistan

    La persécution des chrétiens augmente dans le monde entier. La semaine dernière, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) a tenu un plaidoyer devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies au nom des chrétiens persécutés au Pakistan et a lancé une pétition pour défendre la même cause.

    En raison de différents incidents, les minorités religieuses au Pakistan considèrent que leur gouvernement ne veut volontairement pas mettre fin aux attaques violentes et aux autres formes de persécutions dont elles sont régulièrement la cible. Ainsi, la pétition lancée sur BeHeardProject.com vise à exhorter les Nations Unies à rappeler au Pakistan ses obligations à protéger tous ses citoyens ainsi que leurs droits fondamentaux.

    La République islamique du Pakistan, un pays majoritairement musulman, est l’un des pires transgresseurs des droits de l’homme au monde. La violence conjugale, les fausses accusations de blasphème, les conversions forcées à l’islam, la torture policière et d’autres formes de persécution et de discrimination sont des faits communs.

    Avec l’extrémisme croissant, le gouvernement pakistanais ne réussit pas à protéger ses minorités des violences religieuses. En 2013, un groupe de musulmans avait brûlé et vandalisé environ 200 maisons chrétiennes de Joseph Colony après une allégation de blasphème à l’encontre d’un chrétien. Alors que les attaquants musulmans s’en étaient tirés indemnes, l’homme accusé de blasphème avait été quant à lui condamné à la peine de mort.

    Actuellement, près de 40 personnes seraient condamnées à mort ou purgeraient une peine d’emprisonnement à perpétuité dans le cadre des lois sur le blasphème du Pakistan. Asia Bibi, une mère chrétienne de cinq enfants, est en prison depuis près de huit ans. En 2009, elle avait été accusée de blasphème contre le prophète Mohammed. Un tribunal de première instance l’a condamnée à mort en 2010 et un tribunal d’appel intermédiaire a confirmé sa condamnation quatre ans après. Asia Bibi attend actuellement que la Cour suprême entende son recours.

    Les chrétiens persécutés ont besoin d’une voix qui s’élève pour eux.

    SIGNEZ LA PETITION pour que l’ECLJ exhorte l’U.N. à rappeler au Pakistan qu’il est nécessaire de protéger ses minorités religieuses et de protéger leurs droits fondamentaux. Le Pakistan doit traduire les auteurs de violences en justice et fournir un environnement sûr aux chrétiens.

    Lire plus ici: https://chretien.news/une-petition-pour-les-chretiens-au-pakistan/

  • Un résistant italien, victime du nazisme, reconnu comme martyr et en voie de béatification

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Teresio Olivelli, Italien laïc, résistant et martyr du nazisme

    Décret de la Congrégation pour les causes des saints

    Le pape François a autorisé la publication d’un décret reconnaissant le martyre du vénérable Teresio Olivelli (1916 – 1945), laïc italien tué en haine de la foi le 17 janvier 1945, au camp nazi de Hersbruck (Allemagne). Cette reconnaissance ouvre la voie à sa béatification.

    Soldat, résistant au fascisme et au nazisme, fondateur d’un journal clandestin à Milan, Teresio Olivelli fut déporté en 1944. Il mourut à 29 ans des suites des coups mortels reçus d’un kapo pour avoir cherché à servir de bouclier par son corps à un jeune prisonnier ukrainien qui était brutalement tabassé.

    Dans le camp de concentration, Teresio Olivelli est aussi connu pour avoir assisté jusqu’au dernier moment un autre martyr catholique, béatifié en 2013 : Odoardo Focherini, Italien, père de famille, journaliste.

    Teresio Olivelli était aussi membre de l’Action catholique italienne. En recevant les membres du mouvement au Vatican en avril dernier, le pape François avait salué sa mémoire parmi « les grands témoins de sainteté qui ont tracé la route de votre association ». « Action Catholique, avait-il ajouté, vis à la hauteur de ton histoire ! Vis à la hauteur de ces femmes et de ces hommes qui vous ont précédés ».

    Son procès de béatification a été ouvert en 1988 et l’héroïcité de ses vertus a été reconnue en décembre 2015. Avec la reconnaissance de son martyre, aucun autre miracle n’est requis pour la béatification. En revanche pour la canonisation, il faudra un miracle attribué à son intercession.

  • Un archevêque lituanien victime des persécutions soviétiques bientôt béatifié

    IMPRIMER
    De Sylvain Dorient sur aleteia.org :

    Du goulag à l’empoisonnement : Mgr Matulionis va être béatifié

    Le 16 décembre 2016, le pape François a déclaré le lituanien Mgr Teofilius Matulionis « martyr de la foi », ouvrant ainsi la voie à sa béatification. L’archevêque avait été empoisonné en 1962 par la police secrète soviétique, à l’âge de 89 ans. Il sera le premier martyr de l’ère communiste à être béatifié.

    Cette fin brutale est la conclusion d’une vie ponctuée de persécutions. Dès 1909, neuf ans après son ordination, il est condamné pour avoir baptisé un enfant dont un parent était orthodoxe et l’autre catholique. Il est alors reclus dans un couvent dominicain, à la demande du gouvernement tsariste. À cette époque, les pays baltes — à majorité catholique — appartiennent à l’Empire russe et l’Église catholique, considérée comme un facteur de sédition, était placée sous étroite surveillance.

    Lire la suite sur aleteia.org

     

  • De vrais martyrs et d'authentiques barbares

    IMPRIMER

    De l'abbé Pierre Amar via Magistro.fr :

    Vrais martyrs et barbares

    Faux dilemme, vrais martyrs et authentiques barbares
     
    La shahâda, vous connaissez ? C’est la profession de foi musulmane, l’un des piliers de l’Islam. Elle tient en quelques mots : "j’atteste qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et je témoigne que Mohamed est son messager". La dire, c’est automatiquement devenir musulman. Quelques mots que des chrétiens coptes ont été récemment sommés de prononcer pendant un pèlerinage dans le Sinaï afin de garder la vie sauve, lors d’une embuscade tendue par Daesh. Pas un seul n’a cédé ; tous ont refusé et ont été abattus d’une balle dans la tête. Parmi ces nouveaux martyrs, de nombreux enfants, des familles entières, comme celle sur la photo plus bas (tous les quatre sont morts).

    Sur les réseaux sociaux, les images, faites pour susciter l’effroi et la sidération, se succèdent sans discontinuer. Qui ne se souvient de celles des vingt et un coptes, tout d’orange vêtus, égorgés un à un sur une plage de Libye il y a déjà quelques années ? Qui n’a pas en mémoire les cris, les larmes et le sang provoqués par l’explosion de bombes dans deux églises du Caire, durant une messe des Rameaux ? A chaque fois, la lâcheté des barbares et le courage des victimes impressionnent.

    La vie sauve pour un mot

    Il aurait pourtant suffit de réagir comme saint Pierre au soir du Jeudi saint : "Jésus ? Je ne connais pas cet homme". Ou de proclamer la shahâda. Quelques mots, quelques secondes… qu’est-ce donc devant une vie ? Les premiers chrétiens ont connu ce terrible dilemme. "Brûlez quelques grains d’encens devant la statue de César"  leur disait-on. "Au pire, faites semblant, personne n’en saura rien. Et vous aurez la vie sauve !".

    S’il suffit réellement d’un mot pour sauver la vie d’enfants, de ses propres enfants, n’est-il pas préférable de le prononcer, quitte à mentir ? Renier ses convictions les plus intimes pour la survie des siens, n’est-ce pas une forme de courage ? Ne pas le faire, n’est-ce pas, finalement, de l’obstination, du fanatisme, le même que celui qu’on reproche aux bourreaux ?

    On est là au cœur même du sens du martyre : sans la foi, sans la vie éternelle, sans l’assurance de la fécondité de ce sacrifice à la suite du Christ, préférer mourir plutôt que renier est humainement incompréhensible. Seule la foi nous fait entrevoir qu’il y a un bien plus grand que cette vie sur terre, un bien éternel auquel cette vie sur terre nous prépare. Car une vie réussie n’est pas forcément une vie qui dure un peu plus longtemps, c’est une vie qui atteint le but, c’est un pèlerinage qui débouche sur la vraie terre promise, la cité céleste, la vie avec Dieu.

    Martyrs et kamikazes

    "Je ne crois qu’aux histoires dont les témoins se font égorger".Mal interprétée, cette affirmation de Pascal pourrait laisser croire que toute personne prête à donner sa vie pour une cause mérite du respect. Il fallait oser… mais France Info  l’a fait : tenter ce rapprochement invraisemblable entre les martyrs et les kamikazes islamistes. A propos du film Silence de Martin Scorsese, on peut en effet lire sous la plume d’un journaliste (voir le lienici) : "Les kamikazes islamistes d’aujourd’hui ressemblent fort, dans leur objectif, aux "bombes humaines" jésuites du XVIIème siècle, leur dénominateur commun étant la mort pour propager leur croyance".

    Plus c’est gros, plus ça passe… Et c’est juste oublier qu’un kamikaze prend la vie des autres alors que le martyr offre la sienne. Le premier inflige une violence, le second la subit. L’un n’a qu’un objectif : tuer. L’autre est confronté à un choix ultime : mourir avec le Christ ou vivre sans lui. En somme, les kamikazes sont les instruments volontaires d’un totalitarisme inhumain. Les martyrs, eux, sont des victimes innocentes qui affirment leur suprême liberté : celle de croire.

    Il faut affirmer avec force que, pour un chrétien, l’amour de la vérité ne consiste jamais à imposer celle-ci en faisant couler le sang des autres mais à donner sa vie, la sacrifier pour le Christ plutôt que de laisser violenter sa conscience. C’est ce que veut affirmer l’Eglise en revendiquant – toujours et partout – la liberté religieuse, c’est-à-dire le droit de changer de religion, librement et sans violence.

    Que faire ?

    Nous avons tenté de répondre à cette question dans une vidéo, au lendemain des attentats du Sinaï. Trois choses semblent essentielles.

    D’abord, ne pas se taire. Parce qu’on s’habitue à tout, surtout au mal. Nous taire consisterait à tuer ces gens une seconde fois et d’être, d’une certaine façon, complices du sort terrible qu’ils subissent.
    Les soutenir ensuite, durablement, par notre prière et nos dons. Des oeuvres existent, certaines depuis longtemps comme l’AED (Aide à l’Eglise en détresse). Nous ne pouvons pas en rester à un hashtag #jesuiscopte ou un simple "like" sur Facebook !

    Rester fidèles, enfin. Car le martyre de nos frères d’Egypte, de Syrie, d’Irak, celui du père Hamel – à cent cinquante kilomètres de Paris – nous engage. Il doit réveiller nos âmes. Nous devons cela à tous ces témoins ! On ne peut pas non plus juger ceux qui auraient renié. Ils ont souvent existé dans l’histoire du christianisme. Et l’Eglise a bien sûr accordé son pardon à ceux qui avaient flanché devant la peur de la mort ou de la souffrance. Saint Pierre, en l’occurrence, en est le bon exemple !

    Aurions-nous été fidèles à leur place ? Personne ne peut en être certain. Comment le savoir d’ailleurs… tout en l’espérant, avec la grâce de Dieu ! Mais nous pouvons déjà être fidèles maintenant dans ce que Dieu attend de nous, chacun dans ce que nous avons à vivre de plus ordinaire, parfois de plus répétitif. Une fidélité dans les petites choses d’aujourd’hui afin d’être fidèle, demain, dans les grandes. C’est ainsi qu’on apprend à être prêt.

    Paru sur www.padreblog.fr, 7 juin 2017

  • "Sous le siège où vous priez, il y a une bombe"

    IMPRIMER

    De Marc Fromager (Aide à l'Eglise en Détresse) :

    Chers amis,

    Il y a une semaine jour pour jour, en Égypte, vingt-neuf pèlerins, dont plusieurs enfants, ont été tués et trente autres blessés, alors qu'ils étaient en route pour le monastère Saint-Samuel. Ils s'ajoutent à la longue liste des martyrs de ce pays. L'État islamique a déclaré la guerre aux chrétiens d'Égypte.

    Le Père Rafic Greiche, porte-parole de la conférence des évêques d'Égypte, s'est entretenu avec l'AED à la suite de cet attentat :

    Quelles sont les causes de l'augmentation des attaques contre les chrétiens en Egypte ces derniers mois ?
    P. Rafic GreichePlusieurs raisons expliquent l'augmentation des attaques contre les chrétiens. D'abord, il s'agit de représailles contre le président Al Sissi, qui lutte contre le terrorisme de toutes ses forces. D'autre part, les terroristes cherchent à rompre le lien entre chrétiens et musulmans qui vivent en harmonie comme des voisins ou des frères. Ils veulent créer des problèmes "sectaires" entre ces deux communautés. Enfin la dernière raison est que ces terroristes n'agissent pas seuls. Il y a un projet pour que les chrétiens disparaissent du Moyen-Orient, comme cela est arrivé auparavant au Liban, en Irak, en Syrie et dans d'autres pays. Maintenant, cela se passe en Egypte, car c'est le plus grand pays islamique du monde et c'est aussi là que vivent les plus grandes communautés chrétiennes du Moyen-Orient avec 17 millions de baptisés. Ils veulent que nous ayons peur et que nous quittions le pays pour aller en Europe ou en Occident. Cette idéologie est en train de se répandre dans le pays."

    Comment la visite du pape a-t-elle influencé la société égyptienne ?
    "Tous les Égyptiens, qu'ils soient ou non chrétiens, ont été heureux de la visite du Pape, en particulier les catholiques. Les musulmans ont su apprécier sa visite, la valeur de ses discours, et beaucoup disent qu'il est comme un ange du ciel. La venue du Pape a construit des ponts et a apporté la paix et l'espoir aux personnes qui ont subi des attaques terroristes."

    Quelle a été la réaction des coptes, orthodoxes ou catholiques, après cette dernière attaque ?
    "Tous les chrétiens, catholiques, orthodoxes ou protestants, sont restés unis, nous prions tous les uns pour les autres, en dépit des différences. Parce que nous pensons que nous sommes menacés. Ces dix dernières années, aller à l'église pour prier, cela peut signifier que sous le siège où vous priez, il y a une bombe. Mais les chrétiens n'ont pas peur, ils sont conscients du risque, mais ne vivent pas dans la crainte. Tout cela maintient l'unité de la population et des chrétiens de différentes confessions : ils sont solidaires contre le terrorisme."

    Un message pour les chrétiens en Europe ?
    "Nous demandons aux chrétiens d'Europe de prier pour les chrétiens du Moyen-Orient et de continuer à faire pression sur leurs gouvernements, afin qu'ils reconnaissent la menace à l'encontre des chrétiens du Moyen-Orient. Leur objectif est que tous les chrétiens quittent le pays : nous ne devons pas le permettre."

    Cette terrible exécution de coptes vient nous rappeler dans quel environnement les chrétiens vivent en Égypte. Ils représentent 15% de la population égyptienne, et ne sont pas tous exposés au martyre. Il n'en demeure pas moins qu'à tout instant, il peut leur être demandé de choisir entre le Christ et la vie. 

    Ce sont les témoins de notre temps et ils méritent notre vénération.

    Chers amis, je vous invite à prier pour nos frères en Égypte, et d'avance je vous souhaite une belle fête de la Pentecôte.

    Marc Fromager

    Directeur de l'AED

    PS : Grâce à vous, l'AED soutient les chrétiens d'Egypte avec plusieurs centaines de milliers d'euros chaque année. Cette aide sera poursuivie, surtout dans ces moments terribles.

    Tatouage copte en solidarité avec les chrétiens d'Egypte (taille réelle plus grande)Tatouage copte en solidarité avec les
chrétiens d'Egypte

  • En Inde : une attaque antichrétienne toutes les 40 heures

    IMPRIMER

    Du site christianophobie.fr :

    Inde : une attaque antichrétienne toutes les 40 h…

    Nos confrères du site protestant évangélique Info Chrétienne signalent l’augmentation sensible des attaques antichrétiennes en Inde. Préoccupant…

    Selon Release International, le dernier rapport du Conseil Chrétien de l’Inde enregistre une augmentation de près de 20 % des attentats contre les chrétiens en 2016. Et la violence physique contre les chrétiens aurait augmenté de 40 %.  Les meurtres auraient doublé. Dans certains états, les chrétiens ont été battus, menacés et tués. Des tentatives ont été faites pour les forcer à renier leur foi et embrasser l’hindouisme.

    De nombreux services d’églises et réunions de prière sont régulièrement perturbés. Des églises et des écoles chrétiennes ont été bombardées, incendiées, vandalisées et démolies. Des bibles ont été déchirées et brûlées. Des militants ont battu un évangéliste avec des chaînes, l’ont dépouillé et l’ont forcé à boire de l’urine. Un cimetière chrétien a été profané et les squelettes ont été répandus sur le cimetière.

    Selon ce rapport, l’Inde enregistre une nouvelle attaque contre les chrétiens toutes les 40 heures […]

    Source : Info Chrétienne, 8 mai

    ... ce que confirme l'Oeuvre d'Orient (Radio Vatican) :

    L'Œuvre d’Orient inquiète pour le respect de la liberté religieuse en Inde

    (RV) Après une visite de deux jours en Russie, Narendra Modi arrive en France ce vendredi 2 juin 2017 ; il sera reçu par le président Emmanuel Macron samedi. A l’occasion de cette visite officielle du Premier ministre indien, l’Œuvre d’Orient attire l’attention du gouvernement français sur les agressions répétées contre les chrétiens en Inde.

    L’Inde compte aujourd’hui 830 millions d’hindous et 140 millions de musulmans. Les chrétiens, estimés à 25 millions, constituent 2,3% de la population, et représentent la troisième communauté religieuse du pays. Or, «même si la convivialité et le vivre-ensemble sont réels, les chrétiens sont dans certains Etats, régulièrement victimes de violence», souligne le communiqué de l’Œuvre d’Orient.

    Le  20 mai dernier par exemple, dans un village de l’archidiocèse d’Hyderabad, l’église de Notre-Dame de Fatima, qui venait à peine d’être consacrée, a été prise d’assaut par une foule en furie. Des centaines de personnes ont saccagé l’édifice, brisant le crucifix et la statue de la Vierge Marie. «Plusieurs cas d’arrestations arbitraires et d’intimidations envers les chrétiens nous sont également régulièrement signalés», assure en outre l’Œuvre d’Orient. L’association en appelle donc aux autorités indiennes, afin que celles-ci fassent respecter les libertés religieuses et agissent avec fermeté contre les groupes fondamentalistes.

    (MA avec l’Œuvre d’Orient)

  • Quand, faute de soins, un chrétien pakistanais meurt dans une prison de Thaïlande

    IMPRIMER

    Du site Eglises d'Asie (Missions Etrangères de Paris) :

    Faute de soins, un chrétien pakistanais est mort dans une prison de Thaïlande

    Faute de soins, un chrétien pakistanais est mort dans une prison de Thaïlande

    Un chrétien pakistanais de 35 ans qui avait fui le Pakistan et rejoint la Thaïlande avec sa famille en 2015 après avoir été menacé par des groupes musulmans radicaux, est mort d’une crise cardiaque vendredi 27 mai à la prison de l’immigration de Bangkok, après avoir été, selon le témoignage d’autres détenus, laissé sans soins pendant plusieurs heures alors qu’il s’était plaint de manière répétée de douleurs dans la poitrine.

    Les détails de la mort d’Ijaz Paras Masih ont été donnés à Eglises d’Asie par l’organisation non gouvernementale British Pakistani Christian Association (BPCA), qui s’occupe des chrétiens pakistanais ayant fui leur pays à cause de menaces. Wilson Chowdhry, président de l’organisation, a visité la veuve et les trois enfants d’Ijaz Masih dans un immeuble de la banlieue de Bangkok le lendemain de sa mort et a interrogé deux jours après plusieurs détenus de la prison de l’immigration qui ont assisté au tragique incident.

    Réfugié en Thaïlande après avoir fui les menaces de musulmans pakistanais radicaux

    Le parcours d’Ijaz Masih évoque celui de milliers de Pakistanais chrétiens qui ont fui leur pays à cause de persécutions religieuses. En 2015, Ijaz Masih et l’ensemble de sa famille sont menacés de représailles par des extrémistes musulmans parce qu’ils ont hébergé deux frères qui avaient été accusés de blasphème. Devant les risques de violence, la famille élargie décide de quitter le Pakistan, certains des membres partant en Malaisie, d’autres à Dubaï et d’autres encore en Thaïlande. Ijaz Masih rejoint la Thaïlande avec sa femme Shahida et ses enfants, ainsi qu’avec plusieurs frères et sœurs, tous ayant un visa de touriste de deux mois. Comme l’énorme majorité des Pakistanais chrétiens, ils ont déposé une demande d’asile auprès du bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) de Bangkok et sont restés en Thaïlande après l’expiration de leur visa de touriste.

    Lire la suite

  • Egypte : les 29 Coptes ont été exécutés un à un après avoir refusé de renier leur foi

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la RTBF :

    Les coptes égyptiens exécutés d'une balle dans la tête après avoir refusé de "renier leur foi"

    Les hommes masqués ont ordonné aux chrétiens se rendant dans un monastère de descendre de l'autocar et d'abjurer leur foi, ont raconté les rescapés de l'attaque perpétrée vendredi en Egypte.

    Abattus d'une balle dans la tête un à un

    "Ils leur ont demandé de renier leur foi chrétienne, un à un, mais tous ont refusé", lâche dans un souffle père Rashed. Les hommes armés les ont alors froidement abattus, en leur tirant dans la tête.

    Au total, 29 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées dans cette attaque que le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiquée.

    Plus de 24 heures plus tard, l'émotion est palpable samedi dans la cathédrale de Mar Morcos (Saint Marc) de la petite ville de Bani Mazar, dans la province centrale de Minya.

    Durant la messe, certains fidèles ne peuvent retenir leurs larmes. N'ayant pas la force de se tenir debout, un jeune homme est soutenu par ses proches.

    Toutes de noir vêtues, les cheveux couverts par un léger voile noué derrière la nuque, les femmes arrivent pour une cérémonie de condoléances organisée par l'église. Leurs pleurs et leurs cris déchirent le silence qui règne dans la cour.

    Après avoir rencontré des blessés la veille, Père Rashed raconte comment le voyage vers un monastère situé à plus de 200 km au sud du Caire a brutalement viré au drame.

    Ils semblerait qu'on les ait agenouillés. La plupart ont reçu une balle à l'arrière du crâne, dans la bouche ou à la gorge.

    Dans le convoi de plusieurs véhicules, dont un bus, avaient pris place des ouvriers engagés pour des travaux, mais aussi des fidèles désireux d'y passer la journée, comme cela se fait beaucoup chez les coptes, qui représentent environ 10% des quelque 92 millions d'Egyptiens.

    "Avant d'être tués, la plupart des hommes ont été sortis de leur voiture, d'autres sont restés à bord de leur véhicule", indique le père Hedra. "Ils semblerait qu'on les ait agenouillés. La plupart ont reçu une balle à l'arrière du crâne, dans la bouche ou à la gorge".

    "Ils ont fait descendre les hommes du bus, ont pris leur carte d'identité et l'or qu'ils avaient sur eux, leur alliance ou leurs bagues", raconte aussi Maher Tawfik, venu du Caire soutenir sa famille. Sa nièce a survécu à l'attaque, mais ni le mari ni la petite fille d'un an et demi de cette dernière.

    Puis "ils leur ont demandé de prononcer la profession de foi musulmane", ajoute M. Tawfik. Avant d'exécuter ceux qui refusaient. Il précise que les assaillants "ont pris les bijoux en or et​ l'argent des femmes" alors que "les enfants se cachaient sous les sièges".

    Ce n'est pas une surprise, juste de la douleur.

    Depuis plusieurs mois déjà​, l'Egypte est endeuillée par les attentats perpétrés par les jihadiste de l'EI contre la communauté orthodoxe. Début avril, des attentats suicide contre deux églises coptes avaient déjà fait 45 morts au nord du Caire.

    Et alors que le groupe extrémiste s'est engagé à multiplier les attentats contre les coptes, les chrétiens de Minya s'inquiètent: dans cette province conservatrice, où cette minorité est particulièrement bien implantée, les tensions sont vives entre musulmans et coptes.

    En 2013, après l'éviction par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, plusieurs églises de la province avaient été incendiées par des manifestants accusant les chrétiens de soutenir les militaires.

    "Ce n'est pas nouveau pour nous d'être visés par le terrorisme. On paye le prix de notre soutien à l'armée et à l'Etat", lâche Mina al-Masri, rentré spécialement dans sa ville natale pour les funérailles des parents d'un ami, tués dans l'attaque. "Je m'attends à un bain de sang pour les chrétiens", ajoute-t-il.

    "Ce n'est pas une surprise, juste de la douleur", déplore Mina Saïd, un jeune père de 35 ans venu assister à la messe avec sa femme et ses deux enfants.

    Hanan Fouad a perdu ses voisins, une famille de six personnes de trois générations. Vêtue d'une longue jellaba noire, les cheveux couverts par un voile transparent noir, elle laisse éclater sa colère dans la cour de la cathédrale.

    "Ça va se reproduire. Pas un mois ne passe sans qu'ils ne tuent des chrétiens", tonne cette quadragénaire, ses mains crispées sur son portable et un paquet de mouchoir. "Pourquoi les chrétiens? Parce qu'ils disent qu'on est une minorité, des infidèles".

  • Antichristianisme ou christianophobie : un blogue aux aguets

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau (Blandine Fabre) :

    La christianophobie : un phénomène mondial et en hausse constante

    Rédigé par Blandine Fabre le dans Religion

    La christianophobie : un phénomène mondial <br>et en hausse constante

    Le 24 mars dernier s’égrenaient à Notre-Dame de Paris les noms des martyrs de la foi à travers le monde tandis que sous les voûtes résonnaient les témoignages de catholiques ayant frôlé la mort en raison de leur foi, décrivant cette persécution en hausse constante. Le blogue « Observatoire de la christianophobie », tenu par Daniel Hamiche, rend compte de cet antichristianisme souvent insoutenable qui n’épargne pas nos nations d’ancienne chrétienté.

    Vous rédigez le blogue « Observatoire de la christianophobie ». Dans quel but ?

    Daniel Hamiche : C’est un blogue d’informations quotidiennes (1) sur les manifestations d’antichristianisme en France et dans le monde, qui a été lancé en mai 2010. Il doit beaucoup à la réflexion que nous avait inspirée la parution, en 2005, de l’Enquête sur la christianophobie de Michel De Jaeghere (Renaissance Catholique, 228 p., 15 €), un mot dont il est peut-être le « père » mais assurément le vulgarisateur. Nous avons estimé que le phénomène était suffisamment grave et ample pour qu’on s’efforce d’en rendre compte au quotidien dans un blogue dédié.

    Le public a-t-il suivi votre initiative ?

    Je pense que oui, si j’en crois les chiffres. En bientôt huit années d’existence, notre blogue a mis en ligne plus de 10 000 articles et il a enregistré 12 millions de pages lues. Nous avons ajouté à ce blogue une page Facebook qui compte 32 000 abonnés, et un compte Tweeter qui en rassemble pas loin de 7 900.

    Il y a eu des réserves voire des critiques sur le concept même de christianophobie. Qu’en pensez-vous ?

    Je pense que devant la gravité du phénomène on devrait s’abstenir de finasser sur le mot qui a désormais des transcriptions dans toutes les langues. On comprend bien que le concept de christianophobie recouvre les différents types de manifestation de haine contre les chrétiens. Qu’on le veuille ou non, les faits sont têtus : le christianisme est aujourd’hui la religion la plus persécutée dans le monde.

    Comment peut-on l’affirmer ?

    Par quelques chiffres qui sont régulièrement diffusés par des ONG chrétiennes comme « Aide à l’Église en détresse », chez les catholiques, et « Portes Ouvertes », chez les protestants, ou encore par des organismes universitaires comme le Centro Studi Nuove Religioni (CESNUR) qui estime à 90 000 le nombre de chrétiens tués dans le monde en 2016 à cause de leur foi, et entre 500 et 600 millions celui des chrétiens qui sont, avec plus ou moins d’intensité, empêchés de pratiquer ou de professer librement leur foi.

    Ce sont des chiffres qui peuvent bien sûr être contestés et qui le sont… Mais la réalité demeure, et personne ne la conteste, que les chrétiens constituent le groupe religieux le plus persécuté dans le monde.

    Cette tendance est-elle en récession ou en augmentation ?

    Tous les observateurs sur le terrain s’accordent à ­dire que la persécution des chrétiens est en hausse constante : elle a doublé entre 2014 et 2015 (ici), et a encore progressé en 2016 (ici).

    Quelle est la cause principale de cette persécution ?

    Il y a plusieurs causes. Les chrétiens sont persécutés en Occident par le laïcisme. Dans d’autres pays, c’est le système communiste qui les persécute. Dans d’autres encore, c’est la religion dominante (hindouisme et même bouddhisme…) qui s’en prend aux chrétiens. Mais la cause principale, sur laquelle on s’accorde, c’est l’extrémisme islamiste (ici et ici) tel qu’il est pratiqué dans certains États musulmans ou par des groupes djihadistes dans d’autres pays musulmans ou ailleurs, notamment en Afrique.

    Peut-on espérer un infléchissement de cette tendance en 2017 ?

    Pas selon de nombreux observateurs. On craint plutôt une croissance globale de la persécution cette année selon les prévisions de Release International (ici), et même en Europe, comme le craint le Saint-Siège (ici).

    Mais qu’en est-il en France ?

    La christianophobie en France est évidemment celle que nous suivons avec le plus d’attention. Les statistiques que nous tirons des cas que nous évoquons dans notre blogue, montrent que le phénomène est en progression constante année après année. Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité, car tous les actes christianophobes ne sont pas signalés, mais la tendance que nous avons mise à jour « colle » parfaitement avec les statistiques du ministère de l’Intérieur qui a, évidemment, des moyens d’investigation autrement plus importants que ceux, bien modestes, dont nous disposons… Lors d’une conférence de presse, le 1er février dernier (ici et ici), celui qui était encore ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a signalé qu’en neuf ans (de 2008 à 2016), les atteintes aux lieux de culte chrétiens avaient augmenté de 245 % ! Alors que les atteintes aux lieux de culte et aux sites confessionnels juifs et musulmans avaient respectivement baissé de 54 % et 37,6 % en 2016 par rapport à 2015, les atteintes aux lieux de culte chrétiens eux ont augmenté de 17,6 % !

  • La condamnation pour « blasphème » du gouverneur de Djakarta et la montée d'un populisme islamique en Indonésie

    IMPRIMER

    Du site "Eglises d'Asie" (Agence d'Information des Missions Etrangères de Paris) :

    De quoi la condamnation pour « blasphème » du gouverneur de Djakarta est-elle le prélude ?

    Près d’une semaine après la condamnation pour « blasphème » à deux ans de prison du gouverneur de Djakarta, les commentaires et les analyses sur l’état de la jeune démocratie indonésienne sont nombreux. Plus qu’une simple mesure destinée à apaiser les éléments les plus radicaux de la scène musulmane indonésienne, le verdict prononcé par les juges Tribunal de Djakarta-Nord le 9 mai dernier inquiète et augure de difficultés profondes à l’approche des élections présidentielles de 2019, analysent certains.

    Le P. Franz Magnis-Suseno est un jésuite d’origine allemande. Arrivé en Indonésie en 1961, il dirige la faculté de philosophie de l’université catholique Driyarkara de Djakarta. Fervent artisan du dialogue interreligieux, il est une voix discrète mais influente de la vie intellectuelle en Indonésie, ce pays dont il a pris la nationalité en adoptant le nom javanais de Suseno.

    Montée d’un « populisme islamique »

    Interrogé par l’agence Fides, le P. Magnis-Suseno réagit avec vigueur à la condamnation et à l’emprisonnement de Basuki Tjahaja Purnama, connu de tous sous le nom de ‘Ahok’. « Il s’agit d’une décision injuste, prise par les juges à cause des fortes pressions des islamistes », explique-t-il à l’unisson des commentateurs « libéraux » du pays. Le 10 mai, l’éditorialiste du Jakarta Post parlait, lui, de la condamnation d’Ahok comme de « l’équivalent d’une erreur judiciaire ».

    Mais, au-delà du verdict du tribunal, le jésuite met en garde contre la montée d’un « populisme islamique » en Indonésie. Selon lui, « les extrémistes chercheront à poursuivre leur campagne en vue des élections présidentielles de 2019 afin de battre le président Joko Widodo ». Le missionnaire précise que « celui qui en bénéficierait serait Prabowo Subianto, l’homme que l’actuel chef de l’Etat a battu lors des élections de juillet 2014 ».

    Agé de 65 ans, Prabowo est loin d’être un inconnu. Ancien général, ancien chef des forces spéciales de l’armée, les Kopassus à la réputation de violence bien établie, Prabowo a laissé un souvenir cuisant lors de l’occupation du Timor-Oriental par l’Indonésie ou bien encore lors des enlèvements et tortures de manifestants pro-démocratie commis à la chute de Suharto en 1998. Lors de la campagne pour les élections présidentielles de 2014, il est intéressant de noter que la stratégie employée par le camp de Prabowo pour discréditer Joko Widodo, qui était alors gouverneur de Djakarta, a été étrangement similaire à celle mise en œuvre lors de la campagne électorale qui vient de s’achever pour l’élection du gouverneur de la capitale indonésienne. Parti avec, selon les instituts de sondage, une confortable avance sur son adversaire Prabowo, Widodo avait dû faire face à une campagne surgie sur les réseaux sociaux le présentant comme un chrétien d’origine chinoise ou bien encore dénonçant de supposées accointances passées avec les communistes. La manœuvre n’a finalement pas réussi, Widodo ayant été élu, mais ce n’était pas la première fois que l’entourage de Prabowo recourait à des rumeurs visant à disqualifier son adversaire en le désignant comme un chrétien. Dans les dernières années du régime Suharto, alors que Prabowo, longtemps marié à l’une des filles de Suharto, était chargé de courtiser les groupes musulmans conservateurs, des rassemblements furent organisés et des brochures distribuées pour affirmer que la crise financière de 1997-98 faisait partie d’un complot antimusulman orchestré par des intérêts chrétiens, sionistes et chinois ; l’adversaire d’alors de Prabowo était le chef de l’armée, Moerdani, un catholique, et Prabowo était dépeint comme la victime malheureuse d’un complot chrétien ourdi par Moerdani.

    Une coalition silencieuse entre les anciens généraux et les islamistes ?

    Près de vingt ans après la chute de Suharto et la mise en place d’un régime démocratique, les tactiques pour discréditer un adversaire politique représentant une perspective de renouveau ne changent donc pas véritablement. Toutefois, pour le P. Magnis-Suseno, le plus inquiétant n’est pas là. Selon lui, l’aspect le plus préoccupant de la scène politique actuelle est que « depuis plus d’un an, semble se mettre en place une coalition silencieuse faite de généraux à la retraite et de militants islamiques. Une montée des désordres et du chaos social pourrait « contraindre » les militaires à prendre le pouvoir, avec l’appui des islamistes ». Les vieux généraux n’ont jamais accepté les réformes démocratiques mises en œuvre après la chute du dictateur Suharto, au pouvoir de 1967 à 1998, explique encore le jésuite.

    Des élections qui viennent d’avoir lieu pour le gouvernorat de Djakarta, élections pour lesquelles les instituts de sondage donnaient le gouverneur sortant Ahok grand favori au départ, on peut tirer deux leçons pour les mois et les années à venir, continue le P. Magnis-Suseno. « La première est que l’extrémisme islamique a été sous-évalué, même par les grandes organisations musulmanes de masse que sont la Muhammadiyah et le Nahdlatul Ulama. Au cours des six derniers mois, derrière le responsable extrémiste Habib Rizieq Shihab [chef de l’organisation radicale, le Front des défenseurs de l’islam - FPI], se sont groupés de manière enthousiaste de jeunes militants du Nahdlatul Ulama et surtout de la Muhammadiyah. A l’avenir, il est possible que se vérifie un changement auquel nous sommes peut-être en train d’assister dans l’islam indonésien : les radicaux, en se proclamant représentants de l’ensemble de l’islam indonésien et en insistant sur l’identité islamique, vont jouer un rôle central sur la scène politique », analyse le missionnaire, qui rappelle que jusqu’à lors, les partis clairement revendiqués comme islamistes n’ont jamais dépassés, ensemble, les 13-14 % de suffrages aux élections nationales.

    La seconde leçon concerne la minorité chrétienne, une minorité représentant 10 % des 240 millions d’Indonésiens. « Les paroles de Basuki Tjahaja Purnama [qui ont conduit à une plainte contre lui pour « blasphème » déposée par le FPI] et sa présence même en tant que candidat [issu d’une double minorité, chrétienne et d’origine chinoise] ont représenté depuis le départ une provocation. » A l’agence Fides, le missionnaire précise que « le temps n’est pas encore venu pour l’Indonésie d’avoir un chrétien comme responsable national, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un chrétien d’origine chinoise – attendu qu’il existe un sentiment antichinois latent au sein de la société ». Le P. Magnis-Suseno ajoute que la personnalité de Basuki Tjahaja Purnama n’a pas aidé : sûr de lui, ce dernier n’a pas pris la mesure du danger en expliquant aux musulmans que ceux qui utilisaient la sourate al maidah du Coran leur mentaient lorsqu’ils leur disaient qu’il était illicite pour eux de voter pour un non-musulman.

    Dans l’immédiat, conclut le P. Magnis-Suseno, les Indonésiens chrétiens ont « offert à Ahok un appui pacifique ; en signe de solidarité, ils l’ont accompagné jusqu’aux portes de la prison, en chantant l’hymne national et en lançant ce message : les baptisés ne sont pas prêts à laisser l’Indonésie tomber entre les mains des fanatiques et des extrémistes ». Ailleurs dans le pays, des musulmans, des chrétiens, des hindous et des bouddhistes ont manifesté pour demander la révision du procès du gouverneur de Djakarta.

    Avant les présidentielles de 2019, le prochain test électoral sera celui des élections locales d’avril 2018 : les habitants de la province de Java-Ouest, la province la plus peuplée du pays et celle qui entoure la capitale Djakarta, seront appelés à élire leur gouverneur. Après deux mandats, Ahmad Heryawan, appartenant au Parti de la Justice et de la Prospérité, un parti islamiste, ne peut pas se représenter, mais sa femme pourrait le faire à sa place ; son adversaire sera l’actuel maire de Bandoung, le très populaire architecte et progressiste Ridwan Kamil. Ces derniers jours, les réseaux sociaux ont colporté l’information – fausse – selon laquelle Ridwan Kamil, qui est musulman, a autorisé en tant que maire de Bandoung la construction de 300 lieux de culte destinés à d’autres religions que l’islam. La campagne électorale est lancée…

  • L’ancien gouverneur chrétien de Djakarta condamné pour blasphème – le communiqué de presse de Mgr Pascal Gollnisch

    IMPRIMER

    L’ancien gouverneur chrétien de Djakarta est condamné pour blasphème – le communiqué de presse de Mgr Pascal Gollnisch

    Basuki Tjahaja Purnama, ancien gouverneur de Sjkarta (Indonésie), a été condamné à deux ans de prison pour blasphème à l’égard du Coran. Il avait estimé que l'interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d'un verset du Coran, selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant musulman, était erronée.

    Ces condamnations pour blasphème, dont les chrétiens sont les principales victimes, sont inacceptables et contraires au droit international. Elles fragilisent les minorités religieuses. Au Pakistan, de nombreux chrétiens ont été condamnés, dont Asia Bibi, dans le couloir de la mort depuis novembre 2010.

    L’Œuvre d’Orient invite les organisations de défense des droits de l’Homme à agir contre cette atteinte à la liberté religieuse et à la liberté d’expression.

    L’Œuvre d’Orient appelle les musulmans de bonne volonté à réagir également contre cette image archaïque de l’Islam, dans la dynamique de ce que de nombreux savants musulmans du monde entier ont proposé ces dernières années, en particulier lors des Conférences internationales de Marrakech (25-27 janvier 2016) et du Caire (28 février et 1er mars 2017 ; 27 et 28 avril 2017).

    Mgr Pascal Gollnisch - Paris, le 12 mai 2017

  • Le vice-président américain Mike Pence encourage les chrétiens persécutés

    IMPRIMER

    Lu sur le site "L'Observatoire chrétien" :

    Le vice-président américain encourage les chrétiens persécutés

    Alors qu’il participe au premier Sommet mondial pour les chrétiens persécutés, le vice-président américain Mike Pence a exprimé son soutien envers les chrétiens persécutés du monde entier, rapporte le site de Billy Graham Evangelistic Association.

    « Votre foi m’inspire. Elle me rend humble », a-t-il déclaré devant un auditoire d’environ 600 personnes, le 11 mai. Et d’ajouter : « Au nom du président des États-Unis, je dis de mon cœur que nous sommes avec vous ».

    Mike Pence a en outre déclaré que le gouvernement du pays s’impliquerait désormais plus pour lutter aux côtés des chrétiens qui souffrent à cause de leur foi. « Je suis ici au nom du président comme un signe tangible de son engagement à défendre les chrétiens et surtout tous ceux qui souffrent à cause de leurs croyances dans le monde entier », a-t-il dit.

    Le vice-président qui est un chrétien né de nouveau a également fait référence à la Bible devant l’assistance composée de chrétiens persécutés et de leaders chrétiens. « La Bible nous dit tous ceux qui désirent vivre une vie en Jésus-Christ seront persécutés, et ceux qui sont réunis ici aujourd’hui en représentent des millions à travers le monde », a-t-il déclaré.

    Au cours de son discours de 20 minutes, Pence a parlé de la situation en Syrie et en Irak, où plus de la moitié de la population chrétienne a été tuée ou forcée de fuir leur pays ces dernières années. « Dans plus de 100 pays répartis dans tous les coins du globe, de l’Iran à l’Érythrée, du Nigeria à la Corée du Nord, plus de 215 millions de chrétiens affrontent l’intimidation, l’emprisonnement, la conversion forcée, les abus, les agressions ou pire parce qu’ils s’attachent aux vérités de l’Évangile », a-t-il ajouté.

    La semaine dernière, le président américain a signé un décret sur la liberté religieuse, et lors de ce sommet, Pence a confirmé la position de l’administration Trump concernant la persécution des chrétiens et de tous ceux qui sont attachés à une religion. « L’Amérique condamne la persécution de toute foi, de quelque nature que ce soit, en tout lieu, et nous la combattrons de toutes nos forces », a déclaré Pence.

    Pour conclure son discours, le vice-président américain a lu le passage Biblique de Jérémie 29, 11 : « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance ». À lui d’ajouter : « Soyez confiant car au milieu de tout cela, [Dieu] connait les plans qu’il a pour nous. Et même en période de persécution, comme l’histoire nous le montre, l’Église a prospéré, elle a grandi, elle a eu de l’espoir et un avenir ».