Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Les réticences du Saint-Siège face à la réponse des Nations Unies à la pandémie de Covid-19

    IMPRIMER

    D'Hélène Ginabat sur zenit.org :

    ONU : le Saint-Siège mitigé sur la réponse à la pandémie (traduction complète)

    « Un manque de consensus et des lacunes »

    L’Observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies, à New York, a présenté sept remarques et émis une réserve après l’adoption du projet de résolution intitulé « Réponse globale et coordonnée à la pandémie de Covid-19 ». Il déplore que la résolution omnibus ait été « adoptée sans consensus » et estime « très regrettable » le fait qu’elle « comporte la référence profondément inquiétante et source de division à la “santé sexuelle et reproductive et aux droits génésiques“ ».

    Mgr Gabriele Giordano Caccia, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, a fait une déclaration lors de la 64e réunion plénière de l’Assemblée générale (74e session), après l’adoption du projet de résolution, le 11 septembre 2020 à New York. Il a demandé, entre autres, des vaccins « “exempts de préoccupations éthiques“ et accessibles à tous », « la réduction, voire l’annulation, de la dette » des pays pauvres et a rappelé que la crise climatique « reste l’une des urgences mondiales les plus graves ».

    Mgr Caccia regrette « l’exclusion des organisations confessionnelles de la liste de celles qui jouent un rôle important dans la réponse à la pandémie » et un « manque de précision dans la terminologie et dans son ancrage dans le droit international des droits de l’homme » ; il souligne également des lacunes risquant de fragiliser d’une part la garantie des libertés de religion, de conviction et d’expression et, d’autre part le respect du droit à la vie des personnes âgées.

    Voici notre traduction de la déclaration de Mgr Gabriele Giordano Caccia prononcée en anglais.

    HG

    Déclaration de Mgr Gabriele Giordano Caccia

    Monsieur le Président,

    Je tiens tout d’abord à remercier les coordinateurs, la représentante permanente de l’Afghanistan, S. E. Madame l’Ambassadrice Adela Raz, et le représentant permanent de la Croatie, S. E. Monsieur l’Ambassadeur Ivan Šimonović, pour leur travail.

    Lire la suite

  • Pandémie : à Petit Hallet (Hannut), le 25 septembre : Vénération de la Croix et prière pour les demandeurs d'emploi et les créateurs d'entreprise

    IMPRIMER
    De l'abbé Marie-Pravin Ertz, vicaire à l'UP Notre-Dame des Champs – Hannut :
     
    Vénération de la Croix et prière pour les demandeurs d'emploi et les créateurs d'entreprise

            Incroyable pandémie qui ne fait pratiquement plus de morts depuis le mois de juin, en Europe comme au Canada ! Voyez plutôt :
     
    Pr Toussaint (France) : https://www.youtube.com/watch?v=413PqjIMNWQ
    Pr Rosenberg (canada) : https://www.youtube.com/watch?v=tpWHuy2aMOY
    une 20taine de médecins belges témoignent (belgique) : https://www.youtube.com/watch?v=a7di65CV6Oc
     
    Toutes ces personnes, professionnelles de la santé, sont-elles toutes inconscientes? Complotistes ? Nazis ?
     
            Au nom de la Science on trouve des mesures sanitaires radicalement différentes d'un pays à l'autre : pour les uns il faut confiner et porter le masque même en rue (sauf pour fumer ! Il est permis de mourir du cancer du poumon, mais il est interdit de mourir du covid !), pour les autres, toutes ces mesures sont inutiles ! Que penser ? La Science est-elle à ce point différente d'un pays à l'autre ? Est-elle si peu objective ? Ou le virus s'est-il arrêté à la frontière nord de notre pays, épuisé par sa course ?

    Par contre, ce que l'on sait avec certitude, c'est que :

    des milliers de personnes ont perdu leur emploi,
    des milliers de familles ont sombré dans la pauvreté,
    des milliers d'enfants grandissent dans l'angoisse
    des milliers de jeunes sont dans l'incertitude quant à leurs études et à leur futur métier.
    Ce carnage se passe devant nos yeux sans aucune réaction de la population et dans une soumission inquiétante...
     
            Ce vendredi, à Petit-Hallet (18h30), lors de la Vénération de la Croix, nous prierons pour tous ceux et celles qui cherchent un emploi ou qui veulent créer une entreprise. Nous nous associerons à la prière de la Vierge Marie et de saint Joseph pour chacun d'eux et pour leur famille. Nous sommes sûrs qu'ils trouveront une issue heureuse à leur recherche (comme plusieurs témoignages l'ont confirmé).
  • Crise du coronavirus en Belgique : la forte surmortalité dans les maisons de retraite durant le mois d'août

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits, sur son blog :

    Forte surmortalité dans les maisons de retraite belges en août : canicule et mesures COVID…

    Il y a eu quelque 1.500 décès de plus qu’attendu en Belgique au mois d’août, frappant en priorité les personnes les plus âgées. Cette surmortalité n’était pas liée au coronavirus chinois… sinon indirectement, car ce sont les « mesures COVID » conjuguées avec la canicule qui ont provoqué l’hécatombe. Ces morts s’ajoutent aux suicides, au décès qu’entraîneront retards et absences de soins et autres effets néfastes de la « gestion » de la crise du coronavirus, aussi désastreuse en Belgique qu’en France. Et ce sont une fois de plus les vieillards qui paient le plus lourd tribut, eux que les « mesures COVID » prétendent « protéger ».
     
    Très précisément, la surmortalité en Belgique a été estimée à 1.460 entre le 5 et le 20 août, la moitié des victimes ayant plus de 85 ans et la très grande majorité plus de 65 ans. Cela représente une surmortalité de 34,8 %.
     
    Celle-ci a frappé en priorité les centres de séjour pour personnes dépendantes, l’équivalent de nos EHPAD, qui se trouvaient face à une interdiction d’utiliser ventilateurs et air conditionné malgré des températures de 38°. Il fallait éviter le COVID, dont on pense qu’il se transmet peut-être via les systèmes de climatisation !
     
    Mais la solitude liée au confinement a également fragilisé les pensionnaires de ces maisons pour personnes âgées. Selon Jan De Lepeleire, professeur de médecine générale, « l’énorme » surmortalité pourrait bien avoir un lien avec cet isolement si mal vécu par les anciens qui ont tendance à « se laisser aller » plus vite. Des syndicalistes ajoutent que les maisons de retraite étaient en manque de personnel : ceux qui sont  partis en vacances, mais aussi les employés malades ou surmenés à la suite de la crise du COVID.
     
    Résultat : il n’y avait pas assez de soignants pour faire la ronde des chambres surchauffées afin de donner à boire aux habitants, tandis que – COVID toujours – les visites restaient limitées.
     
    Het Nieuwsblad raconte le cas poignant de Jeanine de Vylder, 76 ans. Cela faisait des années que son mari, Paul, passait quatre heures et demi auprès de sa femme malade d’Alzheimer, six jours par semaine, pour lui tenir la main, la promener, lui donner à manger, la coucher. Pendant le confinement, il a été privé de toute visite pendant deux mois ; par la suite, il a pu de nouveau aller la voir, mais pas plus de trois fois par semaine.
     
    Elle est morte le 16 août, dernier jour de la canicule.  Sans COVID. Paul avait tout fait pour essayer de la rafraîchir les jours précédents : lui passer des gants de toilette mouillés sur le front et les poignets, tenter de la faire boire… Dans sa chambre mal isolée du troisième étage sous le toit plat, pas de ventilation – c’était interdit – et la fenêtre était à peine ouverte. Les années précédentes, pendant les canicules, Paul pouvait encore faire sortir sa femme de sa chambre, l’emmener dehors ou dans un lieu frais. Impossible cette année : les mesures COVID fermaient toutes les portes, supprimaient toutes les chances de survie.
     
    Le 14 août, Paul a trouvé sa femme transpirant, la tête toute rouge, avec 38,7° de fièvre, déshydratée. L’hospitalisation d’urgence n’a pas permis de la sauver.
     
    Le certificat de Jeanine de Vylder ne portera pas la mention « coup de chaleur ». Margot Cloet, responsable d’un réseau de maisons de retraite en Flandre, précise que les causes des décès qui s’y sont produits pendant la vague de chaleur restent encore à déterminer.
     
    Intéressant, non ? La canicule, c’est tout le contraire du COVID : elle peut hâter la mort des personnes âgées et fragiles, mais il n’est pas question d’y voir la cause principale de la mort !
  • Samaritus bonus : l’euthanasie est un crime contre la vie. Ne pouvoir guérir ne dispense pas de soigner

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    «L’euthanasie est un crime contre la vie. Ne pouvoir guérir ne dispense pas de soigner»

    Ayant à l'esprit les cas de ces dernières années, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi publie «Samaritanus bonus», une lettre approuvée par le Pape François, qui réitère la condamnation de toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté. Elle appelle à un soutien renforcé aux familles des malades et aux travailleurs de la santé.

    «Reconnaître l'impossibilité de guérir ne signifie pas la fin de l'action médicale»: à l’instar de ceux qui naissent en étant destinés à vivre un court laps de temps, toute personne souffrant d'une maladie entrée dans sa phase terminale, a le droit d'être accueillie, soignée, entourée d'affection.

    L'Église s'oppose à l’acharnement thérapeutique mais réaffirme, comme «enseignement définitif», que «l'euthanasie est un crime contre la vie humaine», que «toute coopération formelle ou matérielle immédiate à un tel acte est un péché grave» et qu'aucune autorité «ne peut légitimement» l’imposer ou l’autoriser. Voilà ce qu’on peut lire dans la lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi «Samaritanus bonus» portant «sur la prise en charge des personnes dans les phases critiques et terminales de la vie». Elles est publiée ce mardi 22 septembre, après avoir été approuvée par le Pape François en juin dernier.

    L’actualité du Bon Samaritain

    La publication de ce texte qui réaffirme la position plusieurs fois exprimée par l'Église sur le sujet, a été jugée nécessaire en raison de la multiplication des cas apparaissant dans les médias mais également de l'avancement de la législation qui, dans un nombre croissant de pays, autorise l'euthanasie et le suicide assisté pour les personnes gravement malades, mais aussi de celles qui sont seules ou qui ont des problèmes psychologiques. 

    L'objectif de la lettre est de fournir des indications concrètes pour actualiser le message du Bon Samaritain. Même lorsque «la guérison est impossible ou peu probable, l'accompagnement médical, infirmier, psychologique et spirituel est un devoir incontournable, car le contraire constituerait un abandon inhumain du malade».

    Lire la suite

  • Les évêques espagnols vent debout contre la légalisation de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site canadien d'information religieuse Présence :

    Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

    Agence Catholic News Service

    17 septembre 2020

    La législation sur l'euthanasie qui prend la direction du Sénat espagnol en vue de son adoption serait une «défaite pour la dignité humaine» et affirmerait une «vision égocentrique» de la vie qui propose la mort comme solution à ses problèmes, a déclaré la conférence épiscopale espagnole.

    Insister sur le droit à l'euthanasie est typique d'une vision individualiste et réductionniste de l'être humain et d'une liberté détachée de toute responsabilité, a écrit le comité exécutif de la conférence dans une déclaration publiée le 14 septembre.

    Les médias espagnols ont rapporté qu'un sondage a révélé que jusqu'à 87% du public est favorable à une loi sur l'euthanasie, avec environ 70% des médecins en faveur d'un changement de la loi.

    Les législateurs espagnols se préparent à un vote final sur la loi controversée qui ferait de l'Espagne le quatrième pays européen à légaliser le suicide médicalement assisté après la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.

    La décision de voter sur la proposition de loi, a déclaré la conférence des évêques, «est une mauvaise nouvelle, car la vie humaine n'est pas une marchandise à la disposition de quiconque».

    Les évêques espagnols ont également fait valoir que la légalisation de l'euthanasie exacerbera la hausse du taux de suicide dans le pays et ne contribuera pas à souligner à ceux qui sont tentés par le suicide que la mort «n'est pas la bonne solution».

    Actuellement, le suicide assisté est puni en Espagne d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison. Une personne dont on découvre qu'elle a été directement impliquée dans la mort d'une autre personne peut être accusée d'homicide et condamnée à une peine de prison pouvant aller jusqu'à dix ans.

    Le projet de loi permettrait aux adultes atteints d'une maladie en phase terminale et à ceux souffrant d'un handicap grave et chronique de demander une aide à la mort assistée auprès du système de santé public.

    La médecine ne devrait pas être utilisée pour mettre fin à la vie, mais pour guérir, soigner, soulager et consoler ceux qui approchent de leurs derniers jours, ont déclaré les évêques. Ils ont exhorté les législateurs à opter plutôt pour la médecine et les soins palliatifs, qui «visent à humaniser le processus de la mort et à accompagner les personnes jusqu'à la fin».

    «Nous plaidons pour une législation adéquate en matière de soins palliatifs qui réponde aux besoins actuels qui ne sont pas pleinement satisfaits. La fragilité que nous connaissons en ce moment constitue une opportunité de réfléchir sur le sens de la vie, les soins fraternels et le sens de la souffrance et de la mort», ont déclaré les évêques.

    Le «oui» à la dignité de la personne, plus encore dans les moments de plus grande impuissance et fragilité, nous oblige à nous opposer à cette loi qui, au nom d'une mort présumée digne, nie à la racine la dignité de toute vie humaine, ont-ils ajouté.

    Deux cardinaux se sont également prononcés individuellement contre cette proposition.

    Le cardinal Antonio Cañizares Llovera de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur, tandis que le cardinal Carlos Osoro Sierra de Madrid a déclaré que la législation représentait la «trahison de la vie».

    «Avez-vous perdu la tête?» a tonné le cardinal à l’intention des politiciens dans une déclaration publiée sur le site web de l'archidiocèse de Valence.

    Le cardinal Cañizares a déclaré qu'il n'avait pas souhaité intervenir en politique mais a insisté sur le fait que sa responsabilité pastorale en tant qu'évêque «ne me permet pas de me taire».

    Junno Arocho Esteves, avec la collaboration de Simon Caldwell

  • Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l'Eglise (17 septembre)

    IMPRIMER

    HILDEGARDE DE BINGEN, PROPHÉTESSE ET DOCTEUR DE L’ÉGLISE

    Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Église

    Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) est une religieuse bénédictine allemande du Moyen Âge devenue Docteur de l’Église en 2012, notamment grâce à ses écrits dans lesquels elle raconte ses visions. Elle est aujourd’hui très connue pour ses connaissances exceptionnelles en matière d’alimentation et de médecine naturelle notamment.

    Sainte Hildegarde, sous la plume d’Emmanuelle Martin, responsable de l’école Sainte-Hildegarde à Fallais (Belgique) (source) :
     
    Une enfant extraordinaire. Je m’appelle Hildegarde. Je suis née à Bermersheim, en Rhénanie (Allemagne), le 16 septembre 1098 sous le Saint Empire romain germanique. Mes parents s’appelaient Hildebert et Mechtilde et j’étais leur dixième enfant. Ils me vouèrent à Dieu dès ma naissance, comme on offre la dîme à l’Église. Ils étaient nobles et ne manquaient pas de richesses, mais ce sont de richesses spirituelles que Dieu, à qui je fus vouée, me combla dès mon plus jeune âge. « Depuis mon enfance, lorsque mes os, mes nerfs et mes veines n’étaient pas encore développés (…) j’ai toujours dans mon âme le don de voir. Dans la vision, mon esprit, selon la volonté de Dieu, s’élève dans les hauteurs célestes porté par les différents courants… tout ce que j’ai vu ou appris dans ces visions, j’en garde le souvenir. Je vois, j’entends et je connais et j’apprends ce que je connais en un même instant. »[i] « Dans la 3e année de mon jeune âge, je vis une lumière tellement grande que mon âme en fut effrayée, mais à cause de mon jeune âge, je n’ai rien pu expliquer. » [ii] Mes parents se rendirent compte très tôt de ce que leur dernière petite fille avait des dons extraordinaires. Ainsi, lorsque j’avais 5 ans, je dis un jour à ma nourrice devant une vache prête à mettre bas : « Regarde, comme il est joli le petit veau, blanc et marqué de nombreuses taches sur le front, les pattes et le dos. »[iii] Le veau naquit comme je l’avais décrit. Je compris un jour que j’étais seule à voir tout cela après avoir posé des questions à ma nourrice qui me dit ne rien voir de ce que je voyais. Alors, je fus saisie d’une grande frayeur et je n’osais plus en parler à personne. Pendant longtemps, très longtemps, « jusqu’au moment où Dieu a voulu que par sa grâce cela fut manifesté, j’ai caché tout cela sous un paisible silence »[iv]. Ma santé était très fragile, j’étais une enfant chétive et je le restai toute ma vie. Dieu m’a expliqué plus tard qu’il voulait m’abaisser afin que je ne m’enorgueillisse pas de tous ces dons.

    Lire la suite

  • La grande victoire d'un petit état catholique sur l'épidémie du coronavirus

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/TIMOR EST - Le cas vertueux d'un petit Etat à majorité catholique dans le cadre de la pandémie de Covid-19

    12 septembre 2020
     

    Dili (Agence Fides) – Une grande victoire pour un petit Etat : c'est le cas de Timor Est qui, en date du 11 septembre peut encore exhiber l'un des bilans les plus positifs au monde en matière de lutte contre le Covid-19 avec 27 cas avérés et aucun mort. Le nombre des cas était de 26 au 21 août et alors que les pays technologiquement développés tels que la Corée du Sud ou Singapour ont récemment enregistré une nouvelle augmentation du nombre des cas, la situation à Timor Est est demeurée stable sans qu'il soit besoin d'imposer de nouvelles mesures anti-covid. L'Etat d'urgence – rigidement imposé en mars – avait été officiellement suspendu dès la fin juin. Le premier cas a été enregistré le 21 mars et le pic a été atteint en avril avec un maximum de 12 cas en une journée. Le pays le plus pauvre d'Asie, exclu jusqu'à présent d'associations régionales telles que l'ASEAN (Association des Nations du Sud-est asiatique) et considéré comme l'un des pays les moins développés du monde, se montre en revanche plus habile et vertueux que l'Australie ou la Nouvelle Zélande elles-mêmes pour ne pas parler de voisins plus proches tels que l'Indonésie ou les Philippines ou encore le Myanmar et le Vietnam. La deuxième vague de Covid-19 a modifié les certitudes qui, jusqu'à deux mois auparavant, faisaient de nombreux pays du sud-est asiatique des modèles à prendre en considération.

    Les observateurs attribuent à la rapidité dans la prise de décision et à l'application stricte de la prévention le secret du petit pays : le 28 mars, l'Etat d'urgence a été proclamé par le Président, Francisco Guterres, et renouvelé le 24 avril. Aujourd'hui, à Timor Est, se respire un air de bataille remportée avec toute la prudence nécessaire cependant. Le pays est l'une des très rares zones du monde à pouvoir se vanter de ce primat.

    Le secret réside peut-être également dans la capacité d'unité et de solidarité d'une réalité sociale petite et homogène dans laquelle l'Eglise joue un rôle fondamental, notamment parce que Timor Est compte une majorité de catholiques parmi ses habitants – 95% des quelques 1,3 millions d'habitants de l'Etat. « Célébrer Pâques au milieu de la pandémie de Covid-19 nous invite tous à mettre de coté nos intérêts personnels, de groupe ou de parti et de créer en revanche une unité pour combattre le corona virus » avait déclaré l'Archevêque de Dili, S.Exc. Mgr Virgilio do Carmo da Silva, au cours de la Messe de Pâques transmise à la télévision le 12 avril. L'Eglise locale a en effet immédiatement soutenu la proclamation de l'Etat d'urgence de la part du gouvernement en mars dernier et a ensuite transmis ses célébrations en utilisant tout type d'instrument disponible : télévision, stations radiophoniques, réseau sociaux. L'esprit de service et de solidarité ont caractérisé l'action d'associations religieuses et de l'Archidiocèse lui-même qui, afin de garantir une assistance matérielle, psychologique et spirituelle aux personnes en difficulté à cause du Covid-19, a même créé à partir des premiers mois de la pandémie une équipe pastorale spéciale composée de prêtres, de religieux et de laïcs disposant de compétences en psychologie et en médecine, en étroit contact avec la Caritas locale en vue de la distribution des aides. La décision de rouvrir les églises en vue de la célébration de Messe en présence de fidèles a ainsi été annoncée dès le 28 mai, deux mois après qu'ait été imposée leur fermeture suite à la découverte des premiers cas. A cependant été rendu obligatoire le port du masque de protection et le respect de la distanciation physique. Depuis l'indépendance de 1999, l'Eglise est pleinement engagée pour contribuer au développement de la société, oeuvrant dans les domaines de l'instruction, des services sociaux et en vue de l'amélioration des systèmes sanitaire, éducatif et politique. (MG-PA) (Agence Fides 12/09/2020)

  • Derrière le masque : le triomphe de l'individualisme le plus sournois

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    Notre quinzaine : Le masque et le prochain

    Désormais, nous sommes donc appelés à être masqués en permanence. C’est le cas dans beaucoup de grandes villes de France et, sans nul doute, cette obligation va s’étendre à l’ensemble du pays. Masqués au travail ; masqués dans la rue ; masqués dans les transports en commun ; masqués dans les églises ; masqués lors des réunions amicales ou les rencontres sportives, les sorties scoutes et les concours de pétanque. Masqués encore et toujours ! C’est la nouvelle litanie de notre époque, la « prière » publique du laïcisme hygiéniste qui, chaque jour, s’élève pour conjurer le mal.

    Qu’il faille lutter contre la Covid-19, personne n’en disconvient. Que le port du masque fasse partie de l’attirail de protection, nous sommes tout prêts à le croire. Depuis longtemps, l’ensemble du personnel hospitalier travaille ainsi. Mais, désormais, la maladie n’est plus le seul adversaire. Notre prochain devient un suspect en permanence, un ennemi en puissance, un danger perpétuel. Nous ne sommes pas seulement devant l’extension du domaine de l’hygiène à l’ensemble de la vie sociale, la transformation du pays en un vaste hôpital permanent. Plus profondément, nous sommes confrontés à une mise en cause particulièrement pernicieuse de la nature sociale de l’homme. Derrière le masque, dont l’utilité n’est pas remise en question tant qu’il s’agit de protéger les personnes âgées ou celles particulièrement fragiles, se profile en fait le triomphe de l’individualisme le plus sournois. L’ennemi, c’est l’autre. À défaut de pouvoir l’éliminer, il s’agit de s’en prémunir.

    Un horizon qui se rétrécit

    Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment ! Une société fondée sur le primat de l’individu (au sens strict, donc, une non-société) ne peut avoir pour horizon que la recherche effrénée du plaisir et des biens matériels qui le procurent. Le philosophe Claude Polin le remarquait déjà naguère : « Quand on n’a d’autre maître que soi, on n’a d’autres maîtres que ses passions1. » Celles-ci constituent la règle ultime, la seule loi qui s’impose vraiment. Et elles ne s’épanouissent vraiment que dans la recherche des biens matériels dont la possession révèle le plus l’individu à lui-même. J’accumule, je profite, je jouis, donc je suis !

    Mais, confronté aux conséquences d’un virus qui lui échappe, l’individu voit son horizon se rétrécir. Tout d’un coup, la mort se rappelle à lui. Gommée de ses préoccupations quotidiennes, renvoyée dans ses foyers au nom des victoires du progrès, elle s’est pourtant à nouveau présentée sans carton d’invitation. Détachée de toute portée eschatologique, il s’agit d’une mort creuse, vide, sans raison ni espérance.

    Elle avait pourtant déjà frappé et marqué les esprits lors des attentats terroristes islamistes de 2015. Le 2 septembre s’est justement ouvert le procès des attaques contre Charlie Hebdo, une policière à Montrouge et l’Hyper Cacher de Vincennes. Il devrait se tenir jusqu’au 10 novembre prochain. Là aussi, l’effroyable ravage de la mort avait sidéré nos contemporains, les laissant sans autre recours que de manifester en se réclamant du nom d’un journal satirique, au point que le sociologue Emmanuel Todd avait parlé de « fièvre Charlie ». Nous avions alors analysé cette situation en faisant appel à des voix hors du politiquement correct, de France et de l’étranger, dans un petit livre collectif qui n’a finalement rien perdu de sa pertinence2.

    Du travail pour plusieurs générations

    Sidération face aux attentats terroristes ou réactions à la Covid-19, ces situations révèlent finalement la faillite de la civilisation matérialiste issue de la modernité ! À force d’aller contre la Création et donc le Créateur, de nier les exigences de la nature humaine, elle semble n’avoir d’autres recours que de se prémunir de l’autre sous prescription étatique. On semble arriver au bout de la logique individualiste : de son exaltation à la réduction de l’autre au rang d’ennemi. La modernité dans sa phase tardive agonise. Nous ne nous en plaindrons pas. Le matérialisme ne suffit plus à calmer les angoisses du monde. À vrai dire, ce n’est pas nouveau. Et, nous, que faisons-nous ? Les chrétiens peuvent-ils se contenter de rester masqués dans l’attente de la fin de cette civilisation ? Il est plus que temps de prêcher à nouveau l’espérance chrétienne, de redire la vérité sur les fins dernières, de redonner le Christ aux hommes. Il est plus que temps de recréer aussi les exigences d’un ordre juste offrant cette tranquillité permettant à l’homme de parvenir à sa vraie fin. Il y a là du travail pour plusieurs générations. Raison de plus pour commencer dès maintenant.

     

    1. Le Totalitarisme, 1982, p. 111.
    2. Face à la fièvre Charlie, Éd. de L’Homme Nouveau, 124 p., 9 €.

  • L'Italie est-elle encore catholique ?

    IMPRIMER

    D'Alexander Pitz sur KathNet :

    L'Italie est-elle toujours catholique ?

    7 septembre 2020

    L'Italie est traditionnellement considérée comme un pays catholique. Mais une nouvelle étude le montre : La sécularisation progresse. Le Coronavirus peut-il arrêter la tendance ? - Par Alexander Pitz

    Rome (kath.net/KAP) Presque aucun autre pays n'est aussi traditionnellement lié au catholicisme que l'Italie. Elle abrite les plus beaux édifices religieux du monde et une culture de la foi qui remonte aux premiers siècles après le Christ. Mais même cette nation méditerranéenne, avec le Vatican en son cœur, n'est pas à l'abri d'une sécularisation sociale progressive.

    Le sociologue de la religion Franco Garelli, basé à Turin, a documenté cette évolution dans son livre récemment publié "Gente di poca fede" ("Les gens avec peu de foi"). Les résultats de l'étude qu'il contient parlent d'eux-mêmes : le nombre d'athées en Italie a ainsi triplé au cours des 25 dernières années, pour atteindre entre-temps 30 %. Seul un cinquième des citoyens assiste encore régulièrement à la messe.

    Déclin de la loyauté envers l'église

    Alors que dans les années 90, environ la moitié des habitants du "Belpaese" priaient quotidiennement, aujourd'hui, près d'un quart d'entre eux le font. En outre, presque une personne sur quatre est d'avis que la foi en Dieu n'est quelque chose que pour les "gens naïfs". Il y a un quart de siècle, seuls cinq pour cent des Italiens avaient une vision aussi critique de la religion. La proportion de ceux qui considèrent encore la religion comme un élément essentiel dans la recherche du sens de la vie est passée de 80 à 65 %.

    L'examen des flux financiers fournit des preuves fiables de la diminution des liens avec l'Église catholique. Contrairement à l'impôt ecclésiastique en Allemagne, en Italie, une telle contribution n'est pas automatiquement prélevée sur les membres. Chaque contribuable peut décider lui-même à qui il veut payer l'impôt culturel obligatoire "Otto per mille". Il peut attribuer les huit pour mille avec sa déclaration d'impôts soit à une communauté religieuse, soit à l'État, soit à des fins sociales. Le taux pour l'Église catholique n'était récemment que d'un peu plus de 30 %. Beaucoup moins qu'il y a quelques années.

    Lors de la publication des recettes fiscales pour 2019, il y a quelques semaines, le journaliste Antonio Socci résumait avec ironie : "Le pape François a toujours prêché le désir de rendre l'Église pauvre. De toute évidence, il a réussi". Le scientifique Franco Garelli, qui coopère également avec la Conférence épiscopale italienne, fait certes une analyse différenciée. L'homme de 74 ans parle d'une certaine "fatigue religieuse" dans le pays, qui se manifeste de plus en plus au fil des ans. Le rapport à la foi était devenu "plus incertain et plus fragile" à l'époque moderne.

    Garelli n'est pourtant pas très pessimiste. Il évoque plutôt un phénomène qu'il appelle la "sous-culture catholique". Ce cinquième de la population est une sorte de "cellule germinale" qui cultive avidement les rituels religieux, considère la foi comme essentielle et la transmet aux enfants. Ces catholiques "convaincus et actifs" ont constitué les piliers de nombreuses paroisses. Des sujets comme la famille, la bioéthique, la solidarité et l'éducation sont particulièrement importants pour le milieu. "Ce monde catholique engagé joue un rôle précieux dans le pays", a souligné Garelli. Nous pouvons construire sur cette base. Surtout lorsqu'il s'agit de faire face à des urgences sociales.

    Le coronavirus comme espoir pour l'église ?

    L'expert voit donc une chance pour un renouveau du catholicisme dans la crise de la Corona. Et les chiffres soutiennent sa thèse : selon une évaluation actuelle, la pandémie a sensiblement augmenté les besoins religieux des Italiens. 16 % déclarent qu'ils prient plus que d'habitude pendant cette période. Un quart d'entre eux ressentent un désir spirituel accru.

    Garelli considère la soirée du 27 mars comme une indication remarquable. Lorsque François a donné la bénédiction "Urbi et orbi" sur la place Saint-Pierre, presque vide, quelque 17 millions d'Italiens (28 %) ont suivi ce moment en direct à la télévision. "Surtout dans les moments difficiles, beaucoup de gens cherchent des sources de sens", conclut le sociologue. L'Église catholique doit maintenant montrer ce qu'elle a à offrir.

  • Dans la main ou dans la bouche : comment communier en temps de Covid

    IMPRIMER

    WEB3-EUCHARIST-COMMUNION-MASS.jpgEn Belgique, le Protocole signé par les Evêques avec le Conseil National de Sécurité ne permet aucune alternative : la communion reçue sur les lèvres est tout simplement interdite, sous peine de sanction sans autre motivation explicite, et les délateurs à l’affût des contrevenants ne manquent pas. Mais qu’en est-il ailleurs?  Une réflexion nuancée de l’abbé Pierre Amar a été publiée sur le site Aleteia le 4 septembre 2020 :

    « - Les recommandations hygiéniques pour la distribution de la communion eucharistique en période de crise sanitaire se heurtent parfois au trouble de certains fidèles. Relèvent-elles de l’obéissance religieuse ? Chacun a plutôt le devoir de les appliquer avec la prudence et le discernement qui convient. Des paroisses ont trouvé des solutions pratiques en s’appuyant sur les conseils et la pratique de l’Église.

    La crise du Covid-19 nous fait quelquefois basculer dans une nouvelle époque… Mais sur certains sujets, c’est l’inverse : on a l’impression de revivre une situation d’un passé que l’on croyait révolu. L’Église n’échappe pas à ces situations étonnantes avec notamment le mode de réception de la communion eucharistique. Communion dans la main ou communion dans la bouche ? On se croirait parfois revenu en 1970 !

    Alors que nous devrions tous nous réjouir de pouvoir à nouveau participer à l’Eucharistie, le temps des controverses revient au sujet d’une question qu’on pourrait considérer comme secondaire. Après tout, diront certains, que chacun communie comme il le souhaite : face à la sécularisation, l’urgence n’est-elle pas plutôt à l’évangélisation ? Pourtant, la distribution de la communion n’est toujours pas un sujet paisible. Car la récente recommandation de la plupart des évêques de France de distribuer la communion eucharistique exclusivement dans la main, comme mesure prophylactique contre le Covid-19, fait réagir certains fidèles. Or les différences sont grandes d’une paroisse à une autre. Cette recommandation assez générale peut laisser perplexe. Pourquoi un tel zèle pour la communion dans la main, nullement exigée par les mesures gouvernementales ? Pourquoi si peu de concertation sur un sujet qui concerne au premier chef les fidèles ?

    Ce que dit l’Église

    Pour aller plus loin, deux questions se posent. Premièrement, que dit le droit de l’Église sur la manière de distribuer la communion ? Voici ce qu’enseignait, avec l’approbation du pape saint Paul VI, l’Instruction Romaine Memoriale Domini, du 29 mai 1969 : « La coutume s’est établie que ce soit le ministre lui-même qui dépose sur la langue du communiant une parcelle de pain consacré. Compte tenu de la situation actuelle de l’Église dans le monde entier, cette façon de distribuer la sainte communion doit être conservée, non seulement parce qu’elle a derrière elle une tradition multiséculaire, mais surtout parce qu’elle exprime le respect des fidèles envers l’Eucharistie. » […] « Le souverain pontife n’a pas pensé devoir changer la façon traditionnelle de distribuer la sainte communion aux fidèles. » Voici aussi ce que dit, avec l’approbation du pape saint Jean Paul II, l’Instruction romaine Redemptionis Sacramentum, du 25 mars 2004 : « Il n’est pas licite de refuser la sainte communion à un fidèle, pour la simple raison, par exemple, qu’il désire recevoir l’Eucharistie à genoux ou debout. Tout fidèle a toujours le droit de recevoir, selon son choix, la sainte communion dans la bouche. »

    - L’interdiction de distribuer la communion dans la bouche, au nom de considérations hygiéniques, est-elle matière à obéissance dans l’Église ?

    Deuxième question:l’interdiction de distribuer la communion dans la bouche, au nom de considérations hygiéniques, est-elle matière à obéissance dans l’Église ? Les textes mentionnés ci-dessus montrent assez bien que l’interdiction de distribuer la communion dans la bouche s’oppose à une loi universelle de l’Église, concernant une pratique commune tant en Orient que chez les Latins. Cette interdiction ne se fonde ni sur des motifs théologiques, ni sur des raisons morales ou liturgiques, ni même sur des raisons pastorales, mais seulement sur des considérations hygiéniques. En ce sens, il ne semble pas possible de l’exiger au nom de l’obéissance religieuse ; chacun a plutôt le devoir de l’appliquer avec la prudence et le discernement qui convient.

    Pourquoi des tensions chez certains fidèles ?

    Au-delà de l’aspect historique évoqué plus haut, source de tensions et de blessures qu’il serait avisé de ne pas réveiller, il semble intéressant de réfléchir sur l’aspect anthropologique de ces divers modes de communion. Il y a d’abord, par les mains ou par la bouche, un accès à l’intimité de la personne qui montre à l’évidence qu’il n’est pas judicieux de décréter brutalement en ces domaines, sans atteindre assez profondément les personnes. C’est peut-être pour cette raison que certains évêques ont décrété dans leur diocèse que la communion dans la main était plutôt « recommandée » mais nullement obligatoire.

    Lire aussi :

    « Le service trouve sa force dans l’Eucharistie »

    À propos de la réception de l’Eucharistie, le cardinal Joseph Ratzinger écrivait en 1987 :

    Justement pour cette raison, entre dans la forme fondamentale du sacrement le fait que celui-ci soit reçu, et que nul ne puisse se le conférer à soi-même. […] Dès lors, se présenter et prendre soi-même l’Eucharistie, ce n’est pas seulement enfreindre les prescriptions extérieures du droit canon, c’est porter atteinte à la structure la plus profonde du sacrement.

    Ce que semble dire le futur pape Benoît XVI c’est qu’il y aurait, dans le geste de la communion dans la bouche, une insistance sur la réception tandis que le geste de réception dans la main serait plus équivoque, car « mettre la main » est souvent l’expression de la prise de possession, alors que le don de Dieu est gratuit.

    Des propositions

    Quoiqu’il en soit, on peut suggérer plusieurs idées aux curés de paroisse qui se trouvent devant une situation inédite et inconfortable : gérer des paroissiens qui se divisent sur l’analyse de la situation, entre les tenants d’une simple « grippette » mondiale et ceux qui évoquent une pandémie gravissime. La première est certainement pour ces pasteurs de favoriser des temps et des lieux de concertation/réflexion sur cette question de la communion eucharistique qui ne sera jamais mineure, et heureusement ! Après tout, il s’agit du corps véritable de Jésus sauveur, le Christ, le don sans réserve de l’amour du Seigneur. Une autre piste est de trouver des solutions pratiques en s’appuyant sur les recommandations et la pratique de l’Église. En voici quelques-unes, fruit de visites estivales en différentes paroisses ou sanctuaires. On a ainsi résolu cette question en proposant par exemple :

    • L’agenouillement pour ceux qui demandent la communion dans la bouche, afin qu’il n’y ait pas d’hésitation, et ce qui facilite grandement la tâche du prêtre qui peut ainsi déposer l’hostie sans toucher la langue ni les lèvres.
    • L’agenouillement possible pour recevoir la communion dans la main (pour montrer que ce n’est pas une communion au rabais).
    • La communion sur un linge blanc que porte le communiant au creux de ses mains.
    • La communion dans la main pendant la messe, « et pour ceux qui veulent communier autrement », un rendez-vous devant le tabernacle à l’issue de la messe.
    • La mise en valeur de la communion spirituelle.

    Pacifier la question

    L’essentiel serait de pouvoir ainsi pacifier rapidement la question. Car, ce qui est sûr, c’est que certains prêtres (qui eux touchent le corps du Christ quotidiennement) ont peiné à comprendre les réserves de certains de leurs paroissiens et les ont évacuées avec une rapidité qui a été ressentie comme un dédain et une certaine brutalité. « Il n’est de richesse que d’âmes », pourrait-on dire en pastichant le philosophe Jean Bodin. Même en temps de crise sanitaire, être « tout à tous » nous demande aussi, à nous pasteurs, de nous adapter à la réalité de l’histoire, de la sensibilité et de l’habitude de nos paroissiens. Pour être, comme le recommande le pape François, « des pasteurs qui ont l’odeur de leurs brebis ».

    Ref.Dans la main ou dans la bouche : comment communier en temps de Covid

    Il serait intéressant de connaître l’importance exacte du risque sanitaire représenté par le dépôt d’une hostie sur les lèvres plutôt que sur la paume de la main du communiant. La conférence épiscopale belge n’a publié aucun attendu virologique spécifique justifiant son choix radical: car il ne s'agit pas ici d'une simple "recommandation" ...

    JPSC

  • Le port du masque obligatoire : un réel problème de conscience

    IMPRIMER

    Des propos recueillis par Pauline Quillon sur le site de Famille Chrétienne :

    Martin Steffens : « Qu’aurait fait saint François à l'heure du masque obligatoire ?»

    1/09/2020

    Steffens

    Martin Steffens ©N.LEBLANC-ITEM

    Le port du masque est désormais obligatoire en entreprise, à l'école, et dans de très nombreuses villes de France. Le philosophe Martin Steffens estime que cette obligation généralisée pose un réel problème de conscience. Entretien avec un « prophète de malheur ».

    La décision de faire porter des masques à tous, partout, y compris à l’école ou à l’extérieur, est-elle critiquable ?

    Quand une décision politique concerne toute la population, il doit y avoir une réflexion libre, donc critique. Problématiser la généralisation du masque est un devoir citoyen. Il ne faut pas craindre de se trouver pris entre deux préoccupations légitimes : la remontée de l’épidémie et l’adoption progressive et irréversible d’habitudes incompatibles avec une vie sociale épanouie. Le déconfinement se révèle comme l’extension du confinement à toutes les sphères de notre vie. Ce n’est pas rien !

    Sur le plan politique, on doit se demander par exemple quel est le statut légal de ces mesures. Est-ce un décret ? L'état d'urgence, dont on est censé être sorti, est en toute rigueur de termes ce qu’on appelle une dictature, c'est-à-dire la délégation, normalement temporaire, de toutes les décisions au seul gouvernement. Or la dictature n’est ni un état politique normal, ni donc quelque chose à quoi s’habituer.

    D’autant que, sur le plan des faits fermement établis, aucun cluster en plein air n’est à signaler. Ainsi, quand Jean Castex a évoqué de la nécessité d’étendre le port obligatoire du masque en extérieur, Martin Blachier, médecin épidémiologiste et spécialiste en santé publique, confiait dans La Croix, avec quelques autres collègues médusés (13 août 2020) : « En entendant cela, j’ai failli tomber de ma chaise. »

    Et le masque à l'école...

    Pour les enfants, suivre six heures de cours avec un masque, c’est terrible. Le philosophe italien Giorgio Agamben dit que le camp de concentration est le modèle de la gestion des corps dans nos démocraties. Ce propos, choquant, trouve dans les mesures sanitaires imposées à nos enfants une terrible illustration. Pourquoi se soucie-t-on si peu de la violence qu’on leur inflige ?

    Que change le port du masque dans notre relation aux autres ?

    Bruno Chenu disait que la religion chrétienne est la religion du visage. Nous sommes la civilisation du visage et, dans notre Histoire, ce n’est jamais impunément que le visage a disparu. Car qu’est-ce que le visage ? C’est ce que je confie à autrui. Car le visage est la part de moi que mon interlocuteur voit mais que, moi, je ne peux voir. Je le lui offre, nu, en espérant qu’il saura l’accueillir et l’habiller d’un sourire. Avoir un visage, c’est ainsi accepter de ne pas s’appartenir tout à fait. Dans le visage à découvert, il y a tout le risque de la relation.

    Lire la suite

  • De l'Interruption Médicale de Grossesse (IMG) à l'euthanasie néonatale : une même logique

    IMPRIMER

    De Constance du Bus sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Flandre : les professionnels de la santé impliqués dans des IMG largement favorables à l’euthanasie néonatale

    25/08/2020

    9 professionnels sur 10 impliqués dans des avortements pour raison médicale en centre pour soins intensifs néonataux en Flandre estiment que pour les nouveau-nés « présentant un état de santé grave, dans certains cas, il est acceptable de mettre activement fin à leurs jours ». 88% de ces professionnels pensent que la loi devrait être modifiée de façon à permettre un tel geste.

    Une première étude réalisée par le groupe de recherche End of Life Research Group rattaché à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), avait interrogé les médecins et infirmiers en néonatologie sur leur opinion par rapport à l'euthanasie des nouveau-nés. (Voir Bulletin de l'IEB)

    Dans cette deuxième étude publiée le 2 août 2020, le groupe de recherche a interpellé cette fois-ci des professionnels de la santé impliqués non pas en néonatologie, mais dans des interruptions tardives de grossesse (après 22 semaines) pour raison médicale chez la mère ou l'enfant. Ces professionnels étaient actifs dans 8  centres en Flandre exclusivement (donc ni à Bruxelles, ni en Wallonie). Outre les soins intensifs néonataux, ces centres pratiquent aussi des interruptions médicales de grossesse.

    A la question de savoir si, dans le cas où le foetus est atteint d'une maladie mortelle, il fallait préférer le foeticide (dans le cadre d'une interruption médicale de grossesse) aux soins palliatifs (qui seraient procurés au nouveau-né si on le laisse naître), 58% ont répondu par l'affirmative, et 36% sont restés neutres. La proportion préférant le foeticide est encore plus élevée dans le cas où le foetus est atteint d'une maladie « grave » et non mortelle : 66% se positionnent alors en faveur du foeticide. La perspective d'une vie gravement touchée par la maladie ou le handicap paraît donc moins acceptable encore que celle d'une vie qui sera rapidement abrégée par la maladie.

    Il faut souligner que ces professionnels sont tous nécessairement impliqués dans des interruptions médicales de grossesse (IMG) tardives, c'est-à-dire des foeticides sur des foetus ayant dépassé le seuil de viabilité (22 semaines). En cela, leur opinion favorable à l'euthanasie des nouveau-nés gravement malades est moins étonnante. On comprend ici que c'est la même logique qui nourrit les IMG et les euthanasies néonatales : face aux souffrances que laisse présager la maladie de l'enfant, le corps médical estime que la vie de cet enfant ne vaut pas la peine d'être poursuivie. En revanche, la première étude avait montré que parmi les professionnels actifs en néonatologie, une proportion plus faible - mais néanmoins importante - s'était montrée en faveur de l'euthanasie néonatale dans certaines circonstances (60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie).

    Notons toutefois que la quasi-totalité des professionnels interrogés estime qu'il faut parler des soins palliatifs néonataux aux parents qui attendent un enfant atteint d'une maladie mortelle ou grave.

    Enfin, trois quarts des professionnels ayant répondu à l'enquête pensent que les cas d'IMG devraient être enregistrés systématiquement par la Commission de contrôle et d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse, ainsi que les indications pour lesquelles l'IMG a été pratiquée. Il est en effet notoire qu'une petite proportion seulement des IMG est déclarée auprès de la Commission. La plus grande partie des IMG ne sont pas déclarées et donc pas comptabilisées dans le nombre officiel d'avortements en Belgique.