Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sciences

  • Démontrer l'existence de Dieu ?

    IMPRIMER

    De Frédéric Guillaud sur le site de la Nef (archive février 2018) :

    La Creazione di Adamo di Michelangelo. Tra linguaggio artistico e ...

    Peut-on démontrer l’existence de Dieu ?

    Même si la question de l’existence de Dieu est peu abordée dans notre France laïque, elle reste une question centrale, lancinante, personne n’y échappe vraiment.

    Démontrer l’existence de Dieu ? Nous avons tous appris au Lycée que c’est impossible ! Pourquoi ? On ne nous l’a pas vraiment expliqué. Cela nous a plutôt été présenté comme un « acquis de la pensée moderne ». La simple évocation de la « Science » et du « Progrès » suffisait à nous impressionner… Mais alors, que faire de tous les grands métaphysiciens qui ont passé leur temps à prouver rationnellement l’existence d’une cause première ? Platon, Aristote, Plotin, Anselme, Thomas d’Aquin, Duns Scot, Descartes, Leibniz se seraient-ils tous trompés ? Nos professeurs auraient été bien en peine de le démontrer. L’essentiel était que la question soit écartée.

    Mais alors pourquoi ? Soyons clairs : il s’agissait moins d’une impossibilité logique que d’un interdit idéologique. En Europe, et particulièrement en France, la Modernité a eu besoin, pour émerger, de s’opposer à la religion, et de la chasser hors de l’espace public. Elle l’a fait manu militari, mais elle l’a aussi fait sur le plan intellectuel. Dans ce contexte, il convenait de considérer que la croyance en l’existence de Dieu (qui constitue le préambule de la foi religieuse proprement dite) ne relève pas du constat rationnel, mais du sentiment subjectif. Des goûts et des couleurs, en d’autres termes. L’enseignement philosophique, comme appareil idéologique d’État, s’est donc beaucoup consacré à accréditer l’impuissance de la raison dans les matières métaphysiques, en tenant pour acquis que les philosophes des « Lumières » (Hume-Kant) puis, plus tard, les philosophes du « Soupçon » (Nietzsche-Marx-Freud) avaient définitivement évacué la question.

    À partir des années 60, l’Église elle-même, dans sa pastorale, a semblé rallier le mouvement général, en abandonnant l’apologétique, c’est-à-dire la défense rationnellement argumentée de la crédibilité de la vraie religion. Saint Thomas d’Aquin a disparu des séminaires ; les vieux manuels ont été vendus au marché aux puces. Le fidéisme, c’est-à-dire l’attitude consistant à séparer complètement la foi de la raison, qui était jusqu’ici un trait typique du protestantisme, a fini par gagner le clergé – sans parler des fidèles. En contradiction formelle avec la doctrine la mieux établie.

    Mais, par un de ces détours dont la Providence est coutumière, la situation est en train de se retourner.

    Lire la suite

  • Le linceul de Turin : un signe pour notre génération

    IMPRIMER

    "Le Linceul de Turin, un signe pour notre génération", une production CapMissio / linceulturin.net

    Découvrez l'énigme du Linceul sur https://www.linceulturin.net, le site consacré au Linceul réalisé en collaboration avec le Père René-Luc. Passionné du Linceul depuis de nombreuses années, il nous donne dans cette vidéo un exposé très pédagogique en 5 parties et nous explique pourquoi le linceul est un signe fort pour notre génération.

    https://www.linceulturin.net

    https://www.capmissio.com

  • En Belgique, chacun va pouvoir préciser l'utilisation qui sera faite de son corps après la mort

    IMPRIMER

    EN BELGIQUE, CHACUN POURRA PRÉCISER L'UTILISATION QUI SERA FAITE DE SON CORPS APRÈS LA MORT

    26 juin 2020

    En Belgique, chaque citoyen est donneur présumé « après son décès à moins de s’y être opposé explicitement de son vivant ». Dans les faits, « les médecins ne prélèvent pas d'organes sans autorisation explicite ».

    A partir du 1er juillet, les modalités de dons pourront être fixées sur le site masanté.be. Le don pourra être effectué en vue d’une transplantation de personne à personne ou pour être utilisé comme « matériel corporel humain ». Dans ce cas, le patient pourra préciser son utilisation soit :

    • Pour un patient qui en aurait besoin
    • Pour la production de médicament ou de traitements innovants
    • Pour la recherche scientifique.
    Sources: La Libre (26/06/2020)
  • Vaccins : recourir à des cellules issues de foetus dont on a volontairement provoqué la mort ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Vaccins et cellules issues de fœtus avortés : quel regard éthique?

    16/06/2020

    Source : sciencemag.org (5/6/2020); pop.org (4/6/2020) ;

    Parmi les sociétés pharmaceutiques qui développement actuellement un vaccin contre le coronavirus, au moins cinq d'entre elles utilisent pour ce faire des cellules issues de foetus avortés. Astra Zeneca (en partenariat avec l'Université d'Oxford), Moderna Therapeutics CanSino Biologics/Beijing Institute of Biotechnologyet Inovio Pharmaceuticals font ainsi usage d'une lignée de cellules[1] de foie de foetus dénommée HEK-293, issue d'un foetus avorté en 1972 aux Pays-Bas. Quant à la firme Janssen, société pharmaceutique de Johnson & Johnson, elle a recours à la lignée de cellules foetales PER.C6, dérivée du tissu rétinien d'un foetus de 4 mois avorté aux Pays-Bas en 1985.

    L'utilisation de cellules issues de foetus avortés pour produire des vaccins n'est pas nouvelle. Elle a cours depuis les années 60 et a déjà mené à différents vaccins, dont ceux contre la rubéole, la varicelle, l'hépatite A et le zona. Dans le cadre du développement de vaccins contre le Covid-19, ces cellules sont utilisées pour produire soit des vecteurs viraux (adénovirus) qui transporteront les gènes du nouveau coronavirus, soit la protéine de spicule du coronavirus, qui stimulera une réponse immunitaire. Les laboratoires pharmaceutiques préfèrent généralement utiliser des cellules issues de foetus plutôt que des cellules adultes qui vieillissent plus vite et cessent de se diviser. Les cellules foetales sont aussi moins susceptibles d'être contaminées par des virus ou des bactéries, ou d'avoir subi des mutations génétiques.

    Pourtant, des alternatives ne posant pas le problème éthique de l'origine de ces cellules existent. Pour créer leur vaccin contre le coronavirus, les sociétés Novavax, Sanofi Pasteur, GlaxoSmithKline (GSK), et Sinovac, par exemple, utilisent des lignées de cellules dérivées de façon éthique, de provenance adulte ou animale. Selon David Prentice, directeur de recherche à l'Institut Charlotte Lozier, d'autres technologies sont disponibles pour fabriquer les adénovirus, notamment via l'usage de cellules prélevées lors d'amniocentèses. Une autre façon éthique de procéder serait d'utiliser des cellules issues de foetus décédés naturellement, et pour lesquels les parents ont consenti au prélèvement.

    Près de 2 milliards de dollars ont été accordés par le gouvernement des Etats-Unis pour le développement de vaccins contre le Covid-19 dont on sait qu'ils reposent sur des cellules issues de foetus avortés. Pour rappel, depuis 2019 le gouvernement américain ne finance plus - dans ses instituts nationaux de recherche - les projets impliquant l'utilisation de tissus foetaux nouvellement obtenus suite à un avortement. Or, cette interdiction ne s'étend pas aux lignées cellulaires préexistantes à la nouvelle réglementation.

    Dans la mesure où des alternatives existent, est-il justifié d'avoir recours à des cellules qui sont issues, même de façon éloignée, de foetus dont on a volontairement provoqué la mort ? Il doit être fait appel tout particulièrement à la responsabilité de ceux qui financent de tels projets de recherche, afin d'inciter le monde pharmaceutique à privilégier des moyens issus de pratiques respectueuses de la vie et de la dignité humaines.  

    ________________

    [1] Une lignée de cellules ou lignée cellulaire est une population homogène de cellules, stables après des mitoses successives, et ayant en théorie une capacité illimitée de division

  • Déconfinement du culte : combien de messes un prêtre peut-il célébrer chaque jour ?

    IMPRIMER

    En France, alors que les premières messes publiques ont pu être célébrées le week-end dernier, la question de l’augmentation du nombre d’offices devrait se poser prochainement afin de permettre au plus grand nombre de fidèles d’y assister tout en respectant les règles sanitaires. D’Agnès Pinard-Legry sur le site « Aleteia » :

    mass-covid-france-080_hl_nguyonnet_1130394.jpg

    « Si la reprise des messes publiques réjouit le cœur de nombreuses personnes, il est néanmoins nécessaire de respecter différentes mesures sanitaires dont le port du masque obligatoire, se désinfecter les mains… et le respect d’une distance entre chaque personne. Ainsi, dans les églises qui proposaient des messes ce dimanche 24 mai, seules deux personnes étaient installées par banc, chacune à une extrémité, et seul un banc sur deux était occupé. Si cela ne pose pas de problème dans les églises les moins fréquentées dans lesquelles tous les fidèles peuvent malgré ces mesures assister à la messe, la situation est plus délicate pour les lieux densément peuplés.

    Jusqu’à trois messes les dimanches

    Le nombre de personnes pouvant assister à un office étant désormais limité, est-il possible d’augmenter le nombre de messes afin de permettre au plus grand nombre de fidèles d’y assister ? « Il n’est pas permis à un prêtre de célébrer plus d’une fois par jour, sauf dans les cas où, selon le droit, il est permis de célébrer ou de concélébrer plus d’une fois l’Eucharistie le même jour », précise le code de Droit canonique (Can. 905). De la même manière, « s’il y a pénurie de prêtres, l’Ordinaire du lieu peut permettre, pour une juste cause, que les prêtres célèbrent deux fois par jour, et même, lorsque la nécessité pastorale l’exige, trois fois les dimanches et les jours de fêtes d’obligation ».

    Si la norme universelle est la célébration d’une messe par prêtre et par jour, en France les prêtres sont autorisés à célébrer deux messes par jour en semaine et trois messes le dimanche et les solennités. Ainsi, en fonction de la « densité » de l’assemblée paroissiale, un prêtre peut célébrer jusqu’à trois messes le dimanche. Ceci étant dit, le salut des âmes primant toujours, on pourrait imaginer qu’un évêque autorise exceptionnellement les prêtres, compte-tenu des circonstances, à célébrer un plus grand nombre de messes par jour. L’idée de l’article du code de Droit canonique a été pensé afin que le prêtre ne soit pas « une machine à messe » et permette de respecter le mystère qui y est célébré.

    Ref. combien de messes un prêtre peut-il célébrer chaque jour ?

    La même question - interne à l'Eglise - se posera en Belgique après le déconfinement du culte. Pour mémoire, celui-ci demeure par ailleurs actuellement bloqué par les pouvoirs publics, faute d’accord entre « experts », virologues ou autres, dont certains multiplieraient des propositions sanitaires dissuasives ou sans commune mesure (dix mètres de distance entre chaque fidèle prétendant assister à une messe) avec celles qui sont pratiquées ailleurs.

    Faut-il rappeler ici que, sur base d’une assignation en référé, le Conseil d’Etat français à mis fin à ce genre de pinaillage, en enjoignant au Premier ministre de la République de prendre, sous délai de huit jours suivant l’ordonnance de ce même Conseil d’Etat, des mesures "proportionnées aux risques réellement encourus".

    La requête d’une injonction du pouvoir judiciaire, même si le résultat de la procédure comporte des risques, ne vaut-elle pas mieux que des suppliques citoyennes publiées en forme de lettre ouverte dans la presse ?

    JPSC

  • L'imposture du scientisme

    IMPRIMER

    De genethique.org (bibliographie) :

    La restauration de l’homme – C.S. Lewis contre le scientisme

    MICHAEL D. AESCHLIMAN  Transhumanisme

    Editions Tequi http://www.librairietequi.com/A-65971-la-restauration-de-l-homme.aspx

    Mai 2020

    292 pages

    Cet essai dénonçant l’imposture du scientisme est passionnant. S’appuyant sur les écrits de nombreux auteurs anglo-saxons, dont notamment C.S. Lewis, l’auteur formule de façon très simple ce que l’on avait souvent confusément senti sans parvenir à l’exprimer clairement : l’explication du monde et de l’homme par la science seule ne peut pas être satisfaisante. En effet, la négation de la transcendance que cette théorie exige non seulement n’est pas acceptable philosophiquement, mais elle induit des conséquences dramatiques sur la façon dont est considérée la personne humaine.

    L’auteur démontre comment, à partir des philosophies des Lumières, via Sade, Nietzsche, Marx, Sartre, jusqu’aux déconstructivistes, l’idéologie considérant le savoir scientifique comme le seul valable a conduit à considérer l’homme comme un simple objet de la nature équivalent à tout autre, permettant la naissance des idéologies totalitaires et leurs ravages. Allant plus loin encore, il affirme de façon convaincante que le libéralisme libertaire contemporain prend lui aussi sa source dans cette idéologie, considérant à son tour que Dieu n’existe pas et prenant comme mesure du Bien et du Mal le désir individuel, risquant ainsi de nous conduire à de nouveaux drames. La négation de Dieu et l’absolutisation de la nature a conduit à la quête de puissance des idéologues totalitaires du XXème siècle, elle conduit à la quête du plaisir au XXIème siècle, les uns et les autres utilisant la technique pour parvenir à leurs fins : « Les garde-frontières de la laïcité devraient se rappeler que, lorsque l’on nie, ignore, moque ou attaque la dimension et l’horizon métaphysique ou religieux des hommes, des sociétés et des cultures, il n’est plus aucune garantie de paix et de bonne volonté qui sont loin d’être des attributs « naturels » de l’homme ».  

    Bien sûr, suivant les nombreux auteurs, littéraires, philosophes et scientifiques qu’il cite, Michael D. Aeschliman ne nie pas l’importance des connaissances scientifiques, mais il les remet à leur juste place : le savoir scientifique n’est qu’une catégorie de la connaissance rationnelle. Epousant la thèse de C.S. Lewis issue de la pensée de philosophes classiques, il pense que la raison humaine, à travers ce qu’on appelle le bon sens ou le sens commun, est capable de percevoir le Bien transcendant. C’est en suivant cette idée qu’il est possible de réaffirmer la place unique de la personne humaine, que redevient possible la « restauration de l’homme », quand le scientisme et son corollaire contemporain la primauté de la technique pour réaliser tous les désirs individuels sans critère moral ne parviendront qu’à « l’abolition de l’homme », titre d’un ouvrage de C.S. Lewis.

  • Coronavirus : du conte de fée au cauchemar ?

    IMPRIMER

    COVID-19, DU CONTE DE FÉE AU CAUCHEMAR ?

    14 mai 2020

    Plongés dans une pandémie qui a sidéré le monde et alors que la France amorce sa « stratégie » de déconfinement, Dominique Folscheid, philosophe et auteur de Made in labo[1]propose de revenir sur les ambiguïtés d’une situation inédite pour essayer d’envisager l’avenir.

    Généthique : Quelles réflexions vous inspire cette irruption soudaine du virus dans notre monde ?

    Dominique Folscheid : Pour décrire ce qui se passe, on pourrait prendre l'image du match de boxe : sitôt sorti de Chine, le coronavirus a mis le monde entier K.-O debout avant de l'envoyer au tapis. Du match, on passe alors au conte de Perrault, La Belle au bois dormant

    Vous connaissez l'histoire : une méchante fée avait jeté un sort à la princesse encore au berceau, lui assurant qu'à l'âge de quinze ans, elle se piquerait le doigt sur un fuseau et en mourrait. Heureusement, une bonne fée était intervenue pour modifier la sentence de mort : la princesse avait été plongée dans un sommeil de cent ans, comme tous ses serviteurs, contaminés par elle, tous cloîtrés dans son château.

    Cette histoire peut nous servir de parabole. Le virus c'est la mauvaise fée, qui promet la mort à ceux qui s'adonnent au travail du fuseau, symbole de la domination technoscientifique de la nature. La bonne fée représente toutes les mesures prises pour « sauver des vies », qui ont figé sur place le cours normal de la vie du monde, confiné les gens en leur château, si étriqué soit-il, et plongé dans un coma artificiel les malades placés en réanimation.

    Reste à expliquer pourquoi les choses se sont ainsi passées.

  • Inutile, le confinement ?

    IMPRIMER

    De Marie-Laetitia Sibille sur 20minutes.fr :

    Coronavirus : Le confinement inutile ? Pas si simple

    FAKE OFF Une interview du professeur Jean-François Toussaint remettant en cause les bénéfices du confinement crée la polémique sur les réseaux sociaux. S’il est difficile d’évaluer la portée de cette mesure à ce stade, les épidémiologistes contactés par 20 Minutes sont en désaccord

     — 

    Stockholm, en Suède, le 12 mars 2020.

    Stockholm, en Suède, le 12 mars 2020. — REX/SIPA

    • Interrogé sur CNews, le professeur Jean-François Toussaint s’est appuyé sur des données relatives à la propagation du coronavirus en France et le bilan de l’épidémie en Suède et aux Pays-Bas, pour affirmer que le confinement n’avait pas été très utile.
    • Des épidémiologistes ne sont pas d’accord avec cette idée et estiment que le confinement est au contraire primordial dans la lutte contre le Covid-19.
    • Les modes de comptabilisation et les données étant encore temporaires, il est trop tôt pour trancher sur les effets directs de cette mesure.

    Une interview qui fait réagir. Le professeur Jean-François Toussaint était invité de la chaîne CNews dimanche, après avoir publié une nouvelle note sur le coronavirus. En préambule à son intervention, cet ancien membre du Haut conseil de la santé publique et directeur d’un institut d’épidémiologie à l’Irmes (Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport) indique que pour la première fois depuis le 17 mars, d’après des données issues selon lui de Santé publique France, le nombre de contaminations en métropole est inférieur à 1.000 par jour. « 95 % du parcours a été franchi. L’ensemble de cette vague, qui est strictement la même dans l’ensemble des pays européens, montre que nous sommes à la fin de ce chaos, de cette vague extrêmement délétère. L’effet principal maintenant est derrière nous », en conclut Jean-François Toussaint.

    Il poursuit : « Pour les pays qui n’ont pas confiné en Europe, comme la Suède et les Pays-Bas, ou qui font un confinement très ciblé comme l’Allemagne, on voit que l’ensemble de ces phases ascendantes puis descendantes sont les mêmes […]. Les pays qui ont confiné et ceux qui n’ont pas confiné ont le même taux de mortalité à la fin de cette vague […]. La mesure de confinement arrive bien après la phase de circulation virale, dont on sait qu’elle a commencé en novembre ou décembre dans le monde. »

    Lire la suite

  • Covid-19 : "les droits inaliénables des citoyens ont été violés par une limitation disproportionnée des libertés fondamentales, notamment la liberté de culte"

    IMPRIMER

    Du site de Valeurs Actuelles, un appel qui ne manquera pas de soulever doutes et interrogations, notamment lorsqu'il évoque de manière assez fantasmatique "des pouvoirs fort intéressés à créer la panique parmi la population dans le seul but d’imposer de façon permanente des formes de limitation inacceptables de la liberté, de contrôle des personnes, de suivi de leurs mouvements", ajoutant que "ces formes de limitations liberticides sont un prélude inquiétant à la création d’un gouvernement mondial hors de tout contrôle." Est-ce bien sérieux ?

    7 mai 2020

    Covid-19 : la charge sans concession de plusieurs cardinaux

    Lancé à l’initiative de Mgr Carlo Maria Viganò, qui s’était fait connaître à l’été 2018 pour un rapport critiquant de manière très sévère la gestion des abus sexuels dans l’Église par le pape François, cet “appel pour l’Église et pour le monde aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté” sonne l’alarme sur les risques que fait courir la gestion de la crise du Covid-19 à la liberté religieuse comme aux libertés civiles. Parmi les premiers signataires, les cardinaux Müller et Zen.

    APPEL POUR L’ÉGLISE ET POUR LE MONDE
    aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté

    Veritas liberabit vos.
    Jean 8:32

    En ce temps de très grave crise, nous, pasteurs de l’Église catholique, en vertu de notre mandat, considérons comme notre devoir sacré de lancer un appel à nos confrères dans l’épiscopat, au clergé, aux religieux, au peuple de Dieu et à tous les hommes de bonne volonté. Cet appel est également signé par des intellectuels, des médecins, des avocats, des journalistes et des professionnels, qui en partagent le contenu. Il est ouvert à la signature de ceux qui voudront en partager le contenu.

    Les faits ont montré que, sous prétexte de l’épidémie de Covid-19, en bien des cas les droits inaliénables des citoyens ont été violés, en limitant d’une manière disproportionnée et injustifiée leurs libertés fondamentales, y compris l’exercice de la liberté de culte, d’expression et de mouvement. La santé publique ne doit pas et ne peut pas devenir une excuse pour bafouer les droits de millions de personnes dans le monde, et encore moins pour exonérer l’autorité civile de son devoir d’agir avec sagesse pour le bien commun; cela est d’autant plus vrai que les doutes croissent quant à l’effective contagiosité, à la dangerosité et à la résistance du virus: de nombreuses voix faisant autorité dans le monde de la science et de la médecine confirment que l’alarmisme à propos du Covid-19 amplifié par les médias ne semble absolument pas justifié.

    Nous avons des raisons de croire - sur la base des données officielles relatives à l’incidence de l’épidémie, et sur celle du nombre de décès - qu’il existe des pouvoirs fort intéressés à créer la panique parmi la population dans le seul but d’imposer de façon permanente des formes de limitation inacceptables de la liberté, de contrôle des personnes, de suivi de leurs mouvements. Ces formes de limitions liberticides sont un prélude inquiétant à la création d’un gouvernement mondial hors de tout contrôle.

    Nous croyons aussi que dans certaines situations les mesures de confinement prises, y compris la fermeture des activités commerciales, ont conduit à une crise qui a submergé des secteurs entiers de l’économie, ce qui favorise l’ingérence des puissances étrangères, avec des répercussions sociales et politiques graves. Ces formes d’ingénierie sociale doivent être empêchées par ceux qui ont la responsabilité du gouvernement, en adoptant des mesures pour protéger les citoyens, dont ils sont les représentants et pour les intérêts desquels ils ont l’obligation de s’engager. Il est également nécessaire d’aider la famille, cellule de base de la société, en évitant de pénaliser déraisonnablement les personnes faibles et âgées par la séparation forcée et douloureuse de leurs proches. La criminalisation des relations personnelles et sociales doit également être jugée comme une partie inacceptable du projet de ceux qui favorisent l’isolement des individus afin de mieux les manipuler et les contrôler.

    Lire la suite

  • Covid-19, fake news, idioties et amalgames

    IMPRIMER

    De Jean Staune sur "La Sélection du Jour" :

    Pourquoi vous allez lire de plus en plus de fausses nouvelles

    Le prix Nobel japonais Tasuku Honjo affirme que le virus a été créé par le laboratoire chinois de Wuhan où il a travaillé pendant 4 ans. D’ailleurs, la création artificielle de ce virus fait partie d’un vaste complot mondial pour réduire drastiquement la population de la planète (ce qui est le souhait de nombreuses élites depuis des années…). Les survivants se précipiteront alors vers les vaccins qui leur seront généreusement offerts, notamment grâce aux centaines de millions investis par la Fondation Bill Gates. Ceux-ci seront marqués par une puce électronique sans laquelle ils ne pourront plus sortir de chez eux, réalisant ainsi la prophétie de l’Apocalypse selon laquelle tous les hommes seront marqués du signe de La Bête.

    Si cela vous semble absurde et invraisemblable, sachez que Bill Gates a parfaitement prédit en 2015 que la prochaine menace pour l’humanité serait une pandémie; que la CIA a écrit en 2009, dans son rapport sur l’état du monde, qu’avant 2025 une pandémie à coronavirus déferlerait sur la planète; que le 18 octobre 2019 la Fondation Gates, l’OMS et le centre médical Johns Hopkins ont réalisé une simulation de pandémie globale à coronavirus; et que la très sérieuse revue Science a publié un article scientifique au mois de décembre dans lequel des chercheurs expliquent qu’à la demande de Bill Gates et grâce à son financement, ils ont mis au point une « boîte quantique » (une nanopuce électronique) qui peut s’injecter sous la peau avec un vaccin, pour qu’avec un simple smartphone l’on puisse détecter si la personne en question a été vaccinée ou non !

    Mais ce que vous venez de lire n'est pas vrai pour deux raisons très différentes :

    - Il y a d'abord une fake news : le professeur Tasuku Honjo a démenti avoir tenu de tels propos et il n’a jamais travaillé en Chine, encore moins dans le laboratoire de Wuhan.
    - Il y a ensuite un amalgame, à partir de faits absolument réels et vérifiables (la réunion du 18 octobre, les boites quantiques injectés sous la peau avec un vaccin, etc.), dont on tire de fausses conclusions.

    La revue Science, toujours elle, a publié en 2018 un article rapporté par NewScientist (notre sélection) qui démontre que sur Twitter les fausses informations se diffusent six fois plus vite que les vraies car elles ont un caractère attractif que l’information vraie, souvent banale, n’a pas. Et en période de crise, avec les inquiétudes des gens, et la volonté de trouver une solution ou de comprendre ce qui se passe, cette différence de vitesse s’accélère...

    Par ailleurs, dans son ouvrage Antifragile, le théoricien de la complexité Nassim Taleb explique que plus il y a d’information, plus le nombre corrélations que l’on peut faire entre ces informations augmente - et de façon exponentielle -. Or la plupart des corrélations, comme celles qui partant de faits réels amènent à conclure que le virus est un complot mis au point par Bill Gates, sont fausses. Le nombre d’information fausses croit ainsi exponentiellement par rapport aux vraies. Et on dit que dans les deux dernières années on a créé autant d’information (vraies) que depuis le début de l’histoire humaine !

    On peut être inquiet de voir ce genre d’information parfois véhiculé aujourd’hui par des personnes qui ne l’auraient jamais fait en temps normal : par exemple, sur le site de la Maison Blanche une pétition signée par un demi-million de personnes appelle à des investigations sur la fondation de Bill Gates pour « crime contre l’humanité » à partir d’un raisonnement tordu portant sur les faits (réels) que nous avons cités.

    Le drame de cette situation est que nous risquons à l’avenir d’être tellement envahis de fausses informations qu’il ne sera plus possible de distinguer les vraies !

    Enfin, quand le Directeur Général de la Santé nous incite fortement à ne pas porter de masque, c’est-à-dire nous donne un conseil dangereux pour notre santé ou quand la porte-parole du gouvernement dit à un mois d’intervalle qu’il ne faut pas donner des masques aux français parce que ce serait dangereux s’il les mettent mal, la mise d’un masque étant très compliquée, avant de nous dire, quand on envisage le déconfinement, que même un enfant de 4 ans peut se mettre lui-même un masque pour se protéger à l’école, ces dérapages de la parole publique n’aident pas à lutter contre les fausses nouvelles…

    Avec son humour particulier, Marcel D. (complotiste assumé) explique dans une de ses vidéos que le gouvernement crée des fake news plus vite qu’il n’a la capacité, lui, le complotiste, de les diffuser sur internet !

    Alors que faire ?

    Tout d’abord, être extrêmement prudent concernant toute information dans la période actuelle portant sur les vaccins, le virus, Bill Gates et la Chine !

    Ensuite, s’entraîner par une méthodologie de recherche de l’information à avoir soi-même le jugement le plus éclairé possible sur ce que nous entendons.

    Cela fera partie des clés de notre survie dans le monde complexe de demain...

    Jean Staune

  • Les évangiles sont une vraie biographie de Jésus

    IMPRIMER

    images.jpgL’Evangile : un mythe devenu best-seller ? (catholique.org)

    Ils sont quatre. Quatre livres de petite taille, qui passeraient facilement inaperçus dans une bibliothèque à côté de tant d’œuvres intégrales beaucoup plus impressionnantes. Pourtant ce sont les livres les plus lus de l’humanité. Ils s’appellent simplement évangile, bonne nouvelle selon Matthieu, Marc, Luc et Jean, et prétendent raconter l’histoire d’un homme, Jésus, au destin si exceptionnel.

    Mais cette histoire est-elle authentique ? Pour la science moderne, ils présentent de lourds défauts qui les rendent objet de soupçon : pourquoi par exemple ne disent-ils rien de l’aspect physique de Jésus ? Ils ne nous fournissent même pas l’année exacte de la mort de cet homme qu’ils considèrent comme le plus important de toute l’histoire ! L’accusation est donc lancée : les évangiles seraient des écrits « mythiques » qui ne doivent pas être considérés comme historiques.

    Nous allons montrer au contraire que les évangiles racontent bien l’histoire authentique de Jésus de Nazareth, et que ceci est essentiel pour la foi catholique.

    Lire la suite

  • Eviter de recourir à des lignées cellulaires provenant de bébés avortés pour produire un vaccin contre le COVID

    IMPRIMER

    VACCIN CONTRE LE COVID-19 : ÉVITER TOUT LIEN AVEC L’AVORTEMENT ?

    20 avril 2020

    Aux Etats-Unis, quatre évêques catholiques « ont demandé au Dr Stephen M. Hahn, commissaire de la Food and Drug Administration (FDA) », de « veiller à ce que les vaccins contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) soient développés de manière éthique et n'aient aucun lien avec l'exploitation de l'avortement ». La lettre qu’ils lui ont adressée a reçu le soutien des « dirigeants de nombreuses organisations liées à la santé, la bioéthique ou la de défense de la vie ».

    Cette lettre rappelle que « parmi les dizaines de vaccins actuellement en développement, certains sont produits en utilisant d’anciennes lignées cellulaires qui ont été créées à partir de cellules de bébés avortés ». Et précise qu’« il n'est pas nécessaire d'utiliser des lignées cellulaires éthiquement problématiques pour produire un vaccin COVID ou tout autre vaccin, car d'autres lignées cellulaires ou procédés n'impliquant pas de cellules issues d'avortements sont disponibles et sont régulièrement utilisés ». Pour les signataires, « aucun Américain ne devrait être forcé de choisir entre être vacciné contre ce virus potentiellement mortel et violer sa conscience ».

    Helen Watt, du centre de bioéthique Anscombe de l'université d'Oxford, témoigne qu’elle est « souvent » interrogée sur le sujet. Et propose une analogie : « Il peut être utile d'imaginer ce que nous ressentirions à l'idée d'utiliser un vaccin cultivé (si cela était physiquement possible) sur une lignée cellulaire produite à partir d'un rein d'adulte prélevé, disons, sur un dissident tué par un régime injuste. Ce tissu a été, imaginons, vendu ou donné par le régime à une banque de tissus à laquelle les chercheurs ont ensuite eu accès ». Pour Helen Watt, notre disposition à accepter ce vaccin dépendrait du fait que « ces assassinats politiques aient cessé avec la chute du régime et que le vaccin disponible aujourd'hui soit vieux de plusieurs années ». Si « le régime était encore en vigueur, exécutant encore des dissidents et mettant leurs tissus à disposition pour la création de lignées cellulaires utiles », serions-nous « prêts à accepter ce vaccin ? », interroge-t-elle.

    Pour aller plus loin :

    Covid-19 : Des Etats américains utilisent l’épidémie pour relancer la recherche sur les tissus fœtaux

    Interdiction d’utiliser des tissus fœtaux issus d’IVG aux Etats-Unis : les chercheurs cherchent d’autres financements

    Etats-Unis : des fœtus avortés pour créer des souris chimériques

    Sources: BioEdge, Michael Cook (18/04/2020) – Zenit (18/04/2020)