Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solidarité

  • Signons la pétition pour exhorter les Nations Unies à protéger les chrétiens au Pakistan

    IMPRIMER

    Du site "L'Observateur chrétien" :

    Une pétition pour exhorter les Nations Unies à protéger les chrétiens au Pakistan

    La persécution des chrétiens augmente dans le monde entier. La semaine dernière, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) a tenu un plaidoyer devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies au nom des chrétiens persécutés au Pakistan et a lancé une pétition pour défendre la même cause.

    En raison de différents incidents, les minorités religieuses au Pakistan considèrent que leur gouvernement ne veut volontairement pas mettre fin aux attaques violentes et aux autres formes de persécutions dont elles sont régulièrement la cible. Ainsi, la pétition lancée sur BeHeardProject.com vise à exhorter les Nations Unies à rappeler au Pakistan ses obligations à protéger tous ses citoyens ainsi que leurs droits fondamentaux.

    La République islamique du Pakistan, un pays majoritairement musulman, est l’un des pires transgresseurs des droits de l’homme au monde. La violence conjugale, les fausses accusations de blasphème, les conversions forcées à l’islam, la torture policière et d’autres formes de persécution et de discrimination sont des faits communs.

    Avec l’extrémisme croissant, le gouvernement pakistanais ne réussit pas à protéger ses minorités des violences religieuses. En 2013, un groupe de musulmans avait brûlé et vandalisé environ 200 maisons chrétiennes de Joseph Colony après une allégation de blasphème à l’encontre d’un chrétien. Alors que les attaquants musulmans s’en étaient tirés indemnes, l’homme accusé de blasphème avait été quant à lui condamné à la peine de mort.

    Actuellement, près de 40 personnes seraient condamnées à mort ou purgeraient une peine d’emprisonnement à perpétuité dans le cadre des lois sur le blasphème du Pakistan. Asia Bibi, une mère chrétienne de cinq enfants, est en prison depuis près de huit ans. En 2009, elle avait été accusée de blasphème contre le prophète Mohammed. Un tribunal de première instance l’a condamnée à mort en 2010 et un tribunal d’appel intermédiaire a confirmé sa condamnation quatre ans après. Asia Bibi attend actuellement que la Cour suprême entende son recours.

    Les chrétiens persécutés ont besoin d’une voix qui s’élève pour eux.

    SIGNEZ LA PETITION pour que l’ECLJ exhorte l’U.N. à rappeler au Pakistan qu’il est nécessaire de protéger ses minorités religieuses et de protéger leurs droits fondamentaux. Le Pakistan doit traduire les auteurs de violences en justice et fournir un environnement sûr aux chrétiens.

    Lire plus ici: https://chretien.news/une-petition-pour-les-chretiens-au-pakistan/

  • La position du Saint-Siège face aux flux migratoires

    IMPRIMER

    De Constance Roques sur zenit.org :

    « Pacte mondial pour une migration sûre », par le p. Czerny (traduction complète)

    Et pour un développement humain intégral chez soi

    Le p. Czerny, sous-secrétaire de la Section Migrants et Réfugiés du Saint-Siège, est intervenu à la conférence de l’ONU, « Pour une migration sûre, ordonnée et régulière », à Genève, le 19 juin 2017, dans le groupe 1 intitulé : « Coopération internationale et gouvernance de la migration sous tous ses aspects ».

    Il a plaidé pour une « coopération systématique, globale et active entre les États, la société civile, les organisations internationales et le secteur privé » en matière de migration.

    Mais il a aussi souligné que cette coopération doit « tenir compte non seulement du mouvement ordonné des personnes et considérer l’aide humanitaire à court terme, mais aussi les pays d’origine » dont les conditions économiques et sociales ne laissent souvent pas d’autre option que l’émigration.

    Voici notre traduction du discours du p. Michael Czerny, prononcé en anglais.

    CR

    Déclaration du p. Michael Czerny

    Ma délégation souhaite accueillir de nouveau les deux co-facilitateurs et le Représentant spécial pour les migrations internationales. Je tiens également à remercier les membres du panel pour leurs présentations réfléchies.

    Le Saint-Siège a souligné à plusieurs reprises la conviction que, avant les divisions des frontières, nous sommes une seule famille humaine et a appelé à une plus grande humanisation du mouvement mondial des personnes. Comme le pape François nous le rappelle, « la migration, si elle est traitée avec l’humanité, est une opportunité pour tous de se rencontrer et de grandir » (Interview sur les épreuves des migrants et des réfugiés, 28 mars 2017). En effet, c’est une opportunité pour tous, car dans le monde d’aujourd’hui, la mobilité humaine touche de nombreux aspects de notre vie !

    Par la Déclaration de New York (NYD), les États ont reconnu « une responsabilité partagée de gérer les grands mouvements de réfugiés et de migrants d’une manière humaine, sensible, compatissante et axée sur les personnes », réaffirmant que « la coopération internationale entre les pays d’origine ou de nationalités, de transit et de destination n’a jamais été aussi importante; la coopération « gagnant-gagnant » dans ce domaine présente de profonds avantages pour l’humanité » (NYD, 19 septembre 2016, paragraphe 11).

    À cette fin, le pape François a encouragé la mise en œuvre de programmes de coopération internationale sans intérêts partisans, et de programmes de développement transnational qui impliquent les migrants comme protagonistes actifs et qui sont fondés sur la dignité et la centralité de la personne humaine (cf. Discours du pape François au Forum international sur les migrations et la paix, 21 février 2017).

    Monsieur le Président

    En effet, l’ampleur des mouvements migratoires est telle que seule une coopération systématique, globale et active entre les États, la société civile, les organisations internationales et le secteur privé peut être efficace pour gérer de manière adéquate de tels mouvements. À cet égard, l’expérience de l’Église catholique, grâce à son réseau d’associations bien établi sur le terrain dans le monde entier, par exemple la ICMC et Caritas, a fait des efforts considérables pour répondre à l’appel du pape François à une « mondialisation de la solidarité ».

    Mais pour être fructueux à long terme, comme le reconnaît le rapport de Sutherland, « la coopération internationale dans ce domaine doit prendre les intérêts de tous les acteurs légitimes … Tant qu’il y a des parties prenantes pour lesquelles le système ne fonctionne pas, au mieux elles l’ignoreront et, au pire, elles le saperont » (cf. Rapport du Représentant spécial du Secrétaire général sur les migrations, 3 février 2017, n. 90). « Les États auront beaucoup plus de chance de réaffirmer le contrôle de ceux qui entrent et restent sur leur territoire s’ils travaillent ensemble plutôt que de façon unilatérale, facilitant ainsi la migration sécuritaire et légale » (Ibid, Résumé).

    À cet égard, c’est un impératif moral que nous soyons tous unis pour empêcher les contrebandiers et les trafiquants d’êtres humains de profiter des personnes dans des situations désespérées et vulnérables. Ces réseaux criminels, qui exploitent la souffrance de beaucoup, sont un affront à la dignité humaine. Le Saint-Siège encourage les voies juridiques élargies pour les migrants, les demandeurs d’asile et les réfugiés. C’est seulement si nous pouvons présenter aux gens une option réelle pour une migration sûre, régulière et ordonnée, et si nous nous efforçons de créer les conditions appropriées pour un développement humain intégral « à la maison », que nous finirons par vaincre ces trafiquants de chair humaine.

    En effet, la mobilité humaine est une réalité de notre temps et elle doit être abordée et gérée de manière prospective par la coopération internationale et dans un esprit de solidarité et de compassion profondes. Une telle coopération doit tenir compte non seulement du mouvement ordonné des personnes et considérer l’aide humanitaire à court terme, mais aussi les pays d’origine, encourageant à « créer de meilleures conditions économiques et sociales à la maison, de sorte que l’émigration ne soit pas la seule option laissée pour ceux qui recherchent la paix, la justice, la sécurité et le plein respect de leur dignité humaine » (cf. Pape François, Message pour la 100ème Journée mondiale des migrants et des réfugiés, 5 août 2013).

    Monsieur le Président

    Le nombre accru de personnes en déplacement est un signe d’une mondialisation non réglementée, de déséquilibres socioéconomiques et, malheureusement, souvent liés à la violence. Grâce à la coopération internationale, fondée sur des valeurs communes et sur la complémentarité des politiques et des décisions, le potentiel et les talents des migrants peuvent être ouverts au profit de tous.

    Merci, Monsieur le Président.

    © Traduction de Zenit, Constance Roques

  • Le Comité de Soutien aux Chrétiens d’Orient de retour d'Irak

    IMPRIMER

    CHRÉTIENS D’ORIENT : DE RETOUR D’IRAK (source)

    Le Comité de Soutien aux Chrétiens d’Orient – CSCO – est rentré fin mai de son voyage au Kurdistan Irakien et en Irak.

    En plus d’avoir passé du temps avec des personnes et représentants de nombreuses communautés chrétiennes, ses membres ont pu dialoguer avec des membres de toutes la mosaïque communautaire d’Irak : Kurdes, Yézidis, Sunnites arabes, Chiites….

    La situation précaire des chrétiens s’améliore lentement au fur et à mesure du recul de l’État Islamique ; la majorité des villes et villages chrétiens d’Irak ont été libérés dans l’année écoulée.

    Les villes de Batnaya et Qaraqosh ont été totalement détruites par Daech et sont pratiquement devenues des villes fantômes. D’autres villes comme Telesskeff, moins endommagés, sont en voie d’être réhabitées – 500 familles se sont déjà réinstallées.  La reconstruction commence à s’organiser mais elle est encore quasiment exclusivement le fait d’associations chrétiennes internationales.

    Les chrétiens rencontrés nous demandent de transmettre le message suivant :

    • Les nombreux chrétiens déplacés souhaitent regagner leur territoire mais tant que les accès à l’électricité et l’eau ne seront pas rétablis le retour sera difficile ;
    • Le gouvernement doit prendre ses responsabilités. Les chrétiens sont des citoyens et des contribuables comme les autres. Ils ont le droit aux mêmes infrastructures étatiques. Des fonds internationaux ont été débloqués pour la reconstruction de l’Irak et ceux-ci ne sont, à ce jour, pas du tout investis dans les régions chrétiennes.

    Lors de son voyage, le CSCO s’est aussi inquiété des autres minorités de la région, avec lesquelles les chrétiens essayent de vivre en paix et dans la convivialité depuis deux millénaires :

    • Les Kurdes : qui ont joué un rôle militaire capital dans le combat contre Daech. Ils ont aussi accueilli avec hospitalité les minorités chassées par Daech. Cet accueil, les Chrétiens leur en sont très reconnaissants. Nous espérons, au sein du CSCO, que cette confiance et respect mutuel perdurera et sera la base du ciment de paix dans la région.
    • Les Yézidis : représente la communauté la plus éprouvée depuis la présence de l’islamisme fanatique de Daech dans la région. Considérés comme satanique par la doctrine djihadiste, des milliers de femmes Yézidies ont été capturée et réduites en esclaves sexuelles par les combattants de Daech.

    La relation pacifique et solidaire entre les Chrétiens et les Yézidis trouve une synergie particulière dans le projet de la « maison de la femme irakienne », soutenu par le CSCO. Cette maison pour femmes à Alqosh aura pour but d’aider, éduquer, libérer les femmes traumatisées par la guerre en suivant cette conviction profonde : “Le bien-être d’une société passe par le bien-être et l’émancipation des femmes”.

    • Les Arabes Sunnites ont également beaucoup souffert de cette guerre. Depuis la chute de Saddam Hussein, les arabe Sunnites ont le sentiment d’avoir été victimes d’injustice. Nombreux d’entre eux ont soutenu Daech dans un espoir d’amélioration de leur quotidien. Mais, la dictature sanglante sous laquelle ils ont vécu dans l’État Islamique, a été « une douche froide ».

    Aujourd’hui, la paix ne peut venir que du développement économique et de l’éducation. Le gouvernement irakien doit soutenir toutes les communautés de façon égale, sinon la paix sera toujours menacée.

    LES PROJETS DÉJÀ SOUTENUS PAR LE CSCO EN IRAK ET EN SYRIE

    Le CSCO soutient un dispensaire à Alqosh (Irak), un dispensaire à Quamishli (Syrie), une école à Hassaké (Syrie) ainsi qu’un dispensaire à Telesskeff (Irak). Ces projets sont tous ouverts à toutes les communautés, cette région a besoin de « ponts » entre les communautés religieuses et non de « murs ». Si les communautés chrétiennes apportent aux autres les soins de santé et éducation, elles seront d’autant plus considérées comme une « force positive » pour la région.

    VIDÉOS

    Le père Charbel Eid (maronite, Bois-Seigneur-Isaac) nous parle d’un nouveau projet consacré aux femmes irakiennes

    Un chrétien d’Alqosh nous parle de l’histoire de la région et de son quotidien


    Voir aussi
    : Irak, les chrétiens se relèvent difficilement. Interview de Mgr Petros Mouche, sur Cathobel.

    Pour le CSCO
    Père Charbel Eid

    Marie Thibaut de Maisière

    Pour plus d’informations (et de ressources documentaires, sur demande) : www.csco.be

    Pour plus d’informations sur ce voyage : Simon Najm, Président : Simon Najm csco.simon.najm@gmail.com 0475 54 51 00,
    Marie Thibaut de Maisières, membre de la délégation mariethibautdem@gmail.com, 0477 25 19 51.

  • "Sous le siège où vous priez, il y a une bombe"

    IMPRIMER

    De Marc Fromager (Aide à l'Eglise en Détresse) :

    Chers amis,

    Il y a une semaine jour pour jour, en Égypte, vingt-neuf pèlerins, dont plusieurs enfants, ont été tués et trente autres blessés, alors qu'ils étaient en route pour le monastère Saint-Samuel. Ils s'ajoutent à la longue liste des martyrs de ce pays. L'État islamique a déclaré la guerre aux chrétiens d'Égypte.

    Le Père Rafic Greiche, porte-parole de la conférence des évêques d'Égypte, s'est entretenu avec l'AED à la suite de cet attentat :

    Quelles sont les causes de l'augmentation des attaques contre les chrétiens en Egypte ces derniers mois ?
    P. Rafic GreichePlusieurs raisons expliquent l'augmentation des attaques contre les chrétiens. D'abord, il s'agit de représailles contre le président Al Sissi, qui lutte contre le terrorisme de toutes ses forces. D'autre part, les terroristes cherchent à rompre le lien entre chrétiens et musulmans qui vivent en harmonie comme des voisins ou des frères. Ils veulent créer des problèmes "sectaires" entre ces deux communautés. Enfin la dernière raison est que ces terroristes n'agissent pas seuls. Il y a un projet pour que les chrétiens disparaissent du Moyen-Orient, comme cela est arrivé auparavant au Liban, en Irak, en Syrie et dans d'autres pays. Maintenant, cela se passe en Egypte, car c'est le plus grand pays islamique du monde et c'est aussi là que vivent les plus grandes communautés chrétiennes du Moyen-Orient avec 17 millions de baptisés. Ils veulent que nous ayons peur et que nous quittions le pays pour aller en Europe ou en Occident. Cette idéologie est en train de se répandre dans le pays."

    Comment la visite du pape a-t-elle influencé la société égyptienne ?
    "Tous les Égyptiens, qu'ils soient ou non chrétiens, ont été heureux de la visite du Pape, en particulier les catholiques. Les musulmans ont su apprécier sa visite, la valeur de ses discours, et beaucoup disent qu'il est comme un ange du ciel. La venue du Pape a construit des ponts et a apporté la paix et l'espoir aux personnes qui ont subi des attaques terroristes."

    Quelle a été la réaction des coptes, orthodoxes ou catholiques, après cette dernière attaque ?
    "Tous les chrétiens, catholiques, orthodoxes ou protestants, sont restés unis, nous prions tous les uns pour les autres, en dépit des différences. Parce que nous pensons que nous sommes menacés. Ces dix dernières années, aller à l'église pour prier, cela peut signifier que sous le siège où vous priez, il y a une bombe. Mais les chrétiens n'ont pas peur, ils sont conscients du risque, mais ne vivent pas dans la crainte. Tout cela maintient l'unité de la population et des chrétiens de différentes confessions : ils sont solidaires contre le terrorisme."

    Un message pour les chrétiens en Europe ?
    "Nous demandons aux chrétiens d'Europe de prier pour les chrétiens du Moyen-Orient et de continuer à faire pression sur leurs gouvernements, afin qu'ils reconnaissent la menace à l'encontre des chrétiens du Moyen-Orient. Leur objectif est que tous les chrétiens quittent le pays : nous ne devons pas le permettre."

    Cette terrible exécution de coptes vient nous rappeler dans quel environnement les chrétiens vivent en Égypte. Ils représentent 15% de la population égyptienne, et ne sont pas tous exposés au martyre. Il n'en demeure pas moins qu'à tout instant, il peut leur être demandé de choisir entre le Christ et la vie. 

    Ce sont les témoins de notre temps et ils méritent notre vénération.

    Chers amis, je vous invite à prier pour nos frères en Égypte, et d'avance je vous souhaite une belle fête de la Pentecôte.

    Marc Fromager

    Directeur de l'AED

    PS : Grâce à vous, l'AED soutient les chrétiens d'Egypte avec plusieurs centaines de milliers d'euros chaque année. Cette aide sera poursuivie, surtout dans ces moments terribles.

    Tatouage copte en solidarité avec les chrétiens d'Egypte (taille réelle plus grande)Tatouage copte en solidarité avec les
chrétiens d'Egypte

  • Stop au harcèlement juridique de la Présidente chrétienne de l'Assemblée de l'Etat de Malaisie

    IMPRIMER

    De citizengo.org :

    Stop au harcèlement juridique de la Présidente chrétienne de l'Assemblée de l'Etat de Malaisie

    La constitution fédérale de la Malaisie stipule que «toute personne a le droit de professer et de pratiquer sa religion».

    Pourtant, à Selangor (l'un des 13 états de la Malaisie), une femme politique chrétienne, Madame Hannah Yeoh, est menacée pour avoir écrit une autobiographie dans laquelle, elle explique comment sa foi chrétienne l'a aidée pour se lancer dans une carrière politique, au service du bien commun.

    Son accusateur, le professeur d'université, Kamarul Zaman Yusoff, a déposé une plainte auprès de la police, alléguant que Madame Hannah Yeoh faisait la promotion d'un «agenda chrétien» dans son livre rédigé en 2015 et intitulé «Devenir Hannah : le voyage personnel de Hannah Yeoh».

    Dans sa plainte officielle, Monsieur Yusoff a déclaré ceci : «Je crois que ce livre est une tentative pour persuader, influencer ou d'inciter les non chrétiens, y compris les musulmans, à embrasser le christianisme ou à s'intéresser au christianisme».

    Le prosélytisme contre l'islam est une infraction en Malaisie. Mais le livre d’ Hannah Yeoh rapporte simplement son expérience, et montre comment sa foi l’accompagne jour après jour. Il n’est pas question de prosélytisme ou d’évangélisation : juste d’un témoignage. Hannah Yeoh n'a, du reste, jamais promu son livre auprès des musulmans.

    En Malaisie, si la constitution fédérale était respectée, rien de cela ne pourrait constituer une infraction pénale. Mais ce harcèlement rappelle étrangement l’affaire de  Monsieur Ahok, ancien gouverneur de Jakarta, qui a été condamné à deux années de prison pour blasphème. Ce type de violation de la Constitution, en ce qui concerne laliberté de religion et la liberté de conscience semble gagner du terrain dans l’ensemble du monde musulman et, en particulier, en Indonésie et en Malaisie. Ces pays étaient, jusqu’à présent, considérés comme relativement «tolérants» envers les minorités religieuses. Il semble que ce soit de moins en moins le cas.

    Cette pétition est adressée au sultan, au ministre de Selangor, ainsi qu’au haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères, au Secrétaire général de l'ONU et au secrétaire d'État américain. Nous demandons à ces personnes d'intervenir en faveur de Mme Yeoh et de défendre la loi contre les abus et les allégations mensongères. Comme Madame Hannah Yeoh est une femme politique de haut niveau, on peut légitimement se poser des questions quant aux motivations de cette plainte. Mais une chose est certaine : nous ferons tout notre possible pour que cette affaire retienne l'attention qu'elle mérite dans le monde occidental afin que le droit des chrétiens à témoigner de leur foi soit respecté.

    Merci pour votre aide,

    PS : la Malaisie ou l’Indonésie vous paraissent peut-être très loin. Mais l’anti-christianisme gagne du terrain jour après jour et Hannah Yeoh a besoin de votre aide.

    SIGNER LA PETITION

    Stop au harcèlement juridique de la Présidente chrétienne de l'Assemblée de l'Etat de Malaisie

    Madame Hannah Yeoh, a été agressée par un professeur d'université musulman qui prétend la faire condamner pour une autobiographie dans laquelle elle raconte comment sa foi chrétienne l'a aidée dans ses choix professionnels.

    Le livre de Madame Yeoh, intitulé «Devenir Hannah : un voyage personnel par Hannah Yeoh», est au centre de certaines accusations de prosélytisme alors qu’il s’agit, en l’espèce, de liberté de conscience et d’expression que la Constitution malaisienne garantit.

    Les minorités religieuses en Malaisie doivent être protégées de ces accusations mensongères. Elles doivent être défendues contre les abus potentiels de la loi.

    En signant cette pétition, Je demande que cette plainte ne soit pas retenue par les tribunaux malaisiens.

    Bien respectueusement,

    Salutations,
    [Votre Nom]
  • Migrations : le droit de rester dans son pays précède le droit d'émigrer

    IMPRIMER

    De Constance Roques sur zenit.org :

    ONU : le droit de rester dans son pays, antérieur à celui d’immigrer

    Le « droit de rester » dans son pays est « antérieur » à celui d’immigrer, a déclaré Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies à New-York. Si « les moteurs de la migration sont adéquatement abordés », les gens ne se sentiront pas « forcés de quitter leur domicile », a-t-il affirmé.

    Mgr Auza est intervenu au cours d’une session informelle sur le thème du Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, au siège de l’ONU, le 22 mai 2017. Il a souligné que « le moyen le plus efficace d’arrêter les mouvements massifs de migrants forcés et de réfugiés est d’arrêter les guerres et les conflits violents qui les causent ».

    Il a aussi évoqué les autres facteurs majeurs de la migration, tels que « l’extrême pauvreté, le manque de biens et de services de base ainsi que la dégradation et les catastrophes environnementales grave », exhortant à « aider les populations en détresse là où elles sont » afin d’empêcher la migration involontaire.

    Voici notre traduction intégrale de l’intervention du représentant du Saint-Siège.

    C.R.

    Déclaration de Mgr Auza

    Eminents ambassadeurs et panélistes,

    Au paragraphe 43 de la Déclaration de New York, la communauté internationale s’est engagée à aborder « les facteurs qui créent ou exacerbent de grands mouvements » afin de « coopérer pour créer des conditions qui permettent aux communautés et aux individus de vivre en paix et dans la prospérité dans leurs pays d’origine ».

    À cet égard, le Saint-Siège continue d’insister sur le droit de tous de rester dans leur pays en paix et avec une sécurité économique. Si les conditions d’une vie décente sont satisfaites et que les moteurs de la migration sont adéquatement abordés, les gens ne se sentiront pas forcés de quitter leur domicile.

    Ma délégation demande donc instamment que le Pacte mondial souligne le droit de rester avant le droit d’émigrer. Cela ne signifie pas qu’un droit soit plus important que l’autre, mais qu’en assurant ce droit antérieur, les flux migratoires deviendront volontaires, réguliers et sûrs et par conséquent plus faciles à gérer et durables. Lorsque le droit de rester est respecté, la migration devient un choix plutôt que quelque chose de forcé ou d’involontaire. Toutefois, pour que ce droit soit efficace, les facteurs qui contraignent les personnes à émigrer doivent être pris en charge par une coopération internationale fondée sur la confiance, la responsabilité et la solidarité mutuelles.

    Il n’y a pas de pire crise causée par l’homme et conduisant les gens à migrer de force ou les populations à se déplacer intérieurement  que les guerres et les conflits violents. Plus de la moitié des réfugiés du monde, des migrants forcés et des personnes déplacées ont été forcés d’abandonner leurs maisons et leurs propriétés et, en effet, de fuir leur pays, à cause des conflits et de la violence, dont l’énorme impact négatif se poursuit dans l’odyssée des victimes. Ils font face aux dangers de la traite des personnes, de la famine et de nombreuses formes d’abus. En arrivant à leur destination, au lieu de trouver un refuge, dans de nombreux endroits, ils trouvent la méfiance, le soupçon, la discrimination, le nationalisme extrême, le racisme et un manque de politiques claires régissant leur acceptation. De toute évidence, le moyen le plus efficace d’arrêter les mouvements massifs de migrants forcés et de réfugiés est d’arrêter les guerres et les conflits violents qui les causent.

    En outre, des facteurs tels que l’extrême pauvreté, le manque de biens et de services de base, ainsi que la dégradation et les catastrophes environnementales graves sont également des facteurs majeurs de la migration. Aider les populations en détresse là où elles sont, plutôt que de faire traîner en touchant du bois, est le moyen le plus efficace d’empêcher leur migration involontaire. Cela pourrait également être le moyen le plus rentable de les aider et de leur épargner toutes les formes d’exploitation. Lorsque les individus et les populations vulnérables sont forcés de se déplacer, les violations des droits de l’homme et la violence sexuelle contre les femmes et les enfants deviennent bien trop fréquentes ; les familles sont séparées ; beaucoup sont détenus de force dès leur arrivée ou sont victimes de la traite des êtres humains et d’autres formes d’esclavage moderne. Pendant leur transit et surtout à leur arrivée dans les pays de destination, les migrants forcés sont souvent perçus comme profitant des communautés d’accueil, plutôt que comme des personnes malheureuses qui méritent une assistance et des sympathies humaines.

    Ma délégation tient à souligner que les énormes pertes culturelles, sociales et économiques qui sont actuellement subies dans de nombreux pays d’origine en raison de crises causées par l’homme et d’autres moteurs de migration rendent encore plus pressante l’adoption d’un Pacte mondial pour la migration. Les migrants qui traversent massivement les frontières internationales, les migrants forcés à la recherche d’une sécurité et d’une protection, et les nombreux millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays attendent de nous un espoir et une action. La façon la plus complète et la plus coopérative de les aider serait de disposer d’un Pacte mondial solide et efficace sur les migrations.

    Je vous remercie.

  • Belgique : appel urgent pour financer les soins palliatifs

    IMPRIMER

    Du Bulletin de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Belgique : appel urgent pour financer les soins palliatifs

    Alors que la Ministre des affaires sociales et de la santé publique, Maggie De Block, prépare un nouveau plan de financement hospitalier, les trois fédérations des soins palliatifs (bruxelloise, wallonne et flamande) demandent à ce qu’elle se positionne en faveur des soins palliatifs par la réaffectation des moyens du secteur curatif vers le secteur palliatif.

    Cela permettrait une véritable mise en application de la loi sur les soins palliatifs de 2016 qui bannit le prescrit légal de trois mois d’espérance de vie pour l’instauration des soins palliatifs et prône une introduction plus précoce et progressive en fonction des besoins du patient.

    En effet, d’après une enquête PICT de 2015, 16% des patients atteints de cancer en Belgique reçoivent une chimiothérapie au cours de leur dernier mois de la vie, alors que ces soins sont à ce stade souvent inutiles et très coûteux. En Belgique, plus qu’ailleurs en Europe, un grand nombre de personnes décèdent à l’hôpital, bien qu’elles préfèreraient généralement vivre leurs derniers instants chez elles.

    Alors que les soins palliatifs ont prouvé leur valeur et que les équipes soignantes croulent sous la charge de travail, il est grands temps d’investir dans les soins palliatifs, affirment les Fédérations.

     Source :  communiqué de presse des Fédérations des Soins Palliatifs

    Voir aussi Dossier de l'IEBStructure et évolution des soins palliatifs en Belgique

  • Le vice-président américain Mike Pence encourage les chrétiens persécutés

    IMPRIMER

    Lu sur le site "L'Observatoire chrétien" :

    Le vice-président américain encourage les chrétiens persécutés

    Alors qu’il participe au premier Sommet mondial pour les chrétiens persécutés, le vice-président américain Mike Pence a exprimé son soutien envers les chrétiens persécutés du monde entier, rapporte le site de Billy Graham Evangelistic Association.

    « Votre foi m’inspire. Elle me rend humble », a-t-il déclaré devant un auditoire d’environ 600 personnes, le 11 mai. Et d’ajouter : « Au nom du président des États-Unis, je dis de mon cœur que nous sommes avec vous ».

    Mike Pence a en outre déclaré que le gouvernement du pays s’impliquerait désormais plus pour lutter aux côtés des chrétiens qui souffrent à cause de leur foi. « Je suis ici au nom du président comme un signe tangible de son engagement à défendre les chrétiens et surtout tous ceux qui souffrent à cause de leurs croyances dans le monde entier », a-t-il dit.

    Le vice-président qui est un chrétien né de nouveau a également fait référence à la Bible devant l’assistance composée de chrétiens persécutés et de leaders chrétiens. « La Bible nous dit tous ceux qui désirent vivre une vie en Jésus-Christ seront persécutés, et ceux qui sont réunis ici aujourd’hui en représentent des millions à travers le monde », a-t-il déclaré.

    Au cours de son discours de 20 minutes, Pence a parlé de la situation en Syrie et en Irak, où plus de la moitié de la population chrétienne a été tuée ou forcée de fuir leur pays ces dernières années. « Dans plus de 100 pays répartis dans tous les coins du globe, de l’Iran à l’Érythrée, du Nigeria à la Corée du Nord, plus de 215 millions de chrétiens affrontent l’intimidation, l’emprisonnement, la conversion forcée, les abus, les agressions ou pire parce qu’ils s’attachent aux vérités de l’Évangile », a-t-il ajouté.

    La semaine dernière, le président américain a signé un décret sur la liberté religieuse, et lors de ce sommet, Pence a confirmé la position de l’administration Trump concernant la persécution des chrétiens et de tous ceux qui sont attachés à une religion. « L’Amérique condamne la persécution de toute foi, de quelque nature que ce soit, en tout lieu, et nous la combattrons de toutes nos forces », a déclaré Pence.

    Pour conclure son discours, le vice-président américain a lu le passage Biblique de Jérémie 29, 11 : « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance ». À lui d’ajouter : « Soyez confiant car au milieu de tout cela, [Dieu] connait les plans qu’il a pour nous. Et même en période de persécution, comme l’histoire nous le montre, l’Église a prospéré, elle a grandi, elle a eu de l’espoir et un avenir ».

  • Mai 2017 : prier pour les chrétiens d'Afrique

    IMPRIMER

    Du Père Thierry Monfils s.j. sur le site prieraucoeurdumonde.net :

    CHRÉTIENS D’AFRIQUE, PROPHÈTES DE RÉCONCILIATION

    Le Pape François nous appelle à prier ce mois-ci : « pour les chrétiens d’Afrique afin qu’ils rendent un témoignage prophétique de réconciliation, de justice et de paix, en prenant pour modèle Jésus Miséricordieux. »

    Ce défi nous ‟branche” sur « une terre qui souffre depuis plusieurs années de la guerre et de la haine, de l’incompréhension, du manque de paix » -Pape François à Bangui le 29.11.2015-, mais dont l’Église est en croissance. Et quelle croissance ! En Afrique, la foi en Jésus-Christ s’étend, le nombre de prêtres, de religieuses et de religieux est en hausse. L’enthousiasme pour le Seigneur s’y exprime dans la joie, et la foi en Jésus sauveur persévère à travers des circonstances injustes et violentes. Cela touche les cœurs et nous donne le goût de prier pour nos frères et sœurs d’Afrique.

    Pour prier en famille, les mots d’un jeune chrétien du Nigéria font écho à ces réalités « La vie dans nos pays d’Afrique est très belle, pleine de soleil, de chants, de danses. Regarde, Seigneur, comme nous sommes joyeux pendant la messe que nous célébrons pour toi chaque dimanche. Mais trop souvent, la guerre est proche de nous, la violence dans nos villes, la pauvreté dans nos familles. »

    Pour nous laisser toucher par ce défi, de nombreux témoignages de paix et de réconciliation sont mis en avant dans ce webmagazine :

    – L’appel à la paix et à la réconciliation lancé par les Évêques de la République démocratique du Congo (RDC) à Butembo, le 23 mai 2015. Il  s’adresse à la fois aux fidèles catholiques et à  toute la société pour leur rappeler « que nous sommes tous frères » et leur dire : « Nous vous demandons de cesser la violence » ;

    L’expérience vécue par le P. Daniel Kabuya, Prêtre Missionnaire d’Afrique, en 2016, à Nairobi. Un groupe de partage entre étudiants a permis à des jeunes de découvrir la miséricorde,  le pardon y étant reçu comme un don venant de Dieu : « Cela m’a changé en profondeur ! » ;

    Le récit du P. Laurent Balas, Père Missionnaire d’Afrique, fait mémoire des fruits de la prière pour la paix récitée quotidiennement au Mali, alors menacé par des groupes djihadistes : « Seul l’amour nous rend capable de ne pas céder à la violence » ;

    -Celui de Sr Christine Magnin, xavière, depuis Abidjan (Côte d’Ivoire) où est en cours depuis 12 ans une initiative d’éducation à la paix.  ‟ Les clubs de la paix ” unissent des jeunes de différentes ethnies, religions et nationalités dans l’estime mutuelle.

    Pour nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu au cœur de nos détresses,  nous sommes invités par Pierre-Baptiste, équipe France, à contempler Jésus miséricordieux, avec les mots du Psaume 84 (85) : « J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ; qu’ils ne reviennent jamais à leur folie ! » (v. 9).

    Que notre prière, tout au long de ce mois,  soit pour nous tous un élan fraternel vers l’Afrique.

    Thierry Monfils, s.j., responsable du Réseau Mondial de Prière du Pape – Luxembourg & Belgique francophone

  • L'aventure Lazare commence en Belgique

    IMPRIMER

    Nous proposons à des jeunes de 25-35 ans de vivre avec des personnes qui étaient à la rue au sein de nos appartements. Venez nous rencontrer !
    www.lazare.eu
    L'aventure Lazare commence en Belgique !

    Vous avez envie de donner du sens à votre vie, en dehors de votre projet professionnel, au plus proche de chez vous ?!
    Venez nous rencontrer... :)

    Lazare développe et anime des appartements partagés entre des personnes qui étaient à la rue et des jeunes adultes de 25-35 ans. Des projets sont en cours à Liège et à Bruxelles.
    www.lazare.eu
    Nous découvrir en vidéo...
    Elisabeth et Freddy nous racontent leur expérience Lazare, expliqué en 2 minutes
    Vous souhaitez vivre au quotidien une aventure ordinaire et extraordinaire ?
    Rejoignez-nous ! 
    Nous recherchons une « volontaire » de 25-35 ans à Liège pour participer à cette aventure dans un climat d'amitié, de bienveillance de prière et de joie ! La maison de Liège se situe dans le quartier Saint Denis. Elle accueillera six femmes, dont trois volontaires, et un couple accompagnateur.  
    A Bruxelles, le projet ouvrira en 2018. Nous cherchons des volontaires pour le lancement du projet !

  • Que notre gloire soit dans la Croix de notre Seigneur Jésus Christ

    IMPRIMER

    Introit de la messe du Jeudi Saint 
     
    Nos autem gloriari oportet
    in cruce Domini nostri Iesu Christi,
    in quo est salus, vita, et resurrectio nostra,
    per quem salvati et liberati sumus.
     
    Que notre gloire soit la croix
    de notre Seigneur Jésus Christ ;
    en lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection ;
    par lui nous sommes sauvés et libérés.
     
    Ps.  1
    Deus misereatur nostri,
    et benedicat nobis :
    illuminet vultum suum super nos,
    et misereatur nostri.
     
    Que Dieu ait pitié de nous,
    et qu’il nous bénisse :
    qu’il fasse briller sur nous la lumière de son visage
    et qu’il ait pitié de nous.
  • Le "Souffle de Vie" recherche du matériel de puériculture pour des jeunes mamans en difficulté

    IMPRIMER

    téléchargement.jpgL'asbl "Le Souffle de Vie" a de plus en plus de demande d'aide (42 demandes en 3 mois rien que pour la région de Liège et Charleroi et Brabant Wallon).

    Nous rassemblons du matériel de puériculture pour les jeunes mamans en difficultés.

    Il manque surtout tout le nécessaire pour les 3 premiers mois: 

    couffins, landaus et draps adaptés; vêtements 0 à 3 mois, poussettes, petites baignoires, porte-bébé, maxi-cosy,...

    Pouvez-vous nous aider?

    http://www.souffledevie.be/

    Contact : info@souffledevie.be / 32 (0)2 375 95 04