Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solidarité

  • L'aventure Lazare commence en Belgique

    IMPRIMER

    Nous proposons à des jeunes de 25-35 ans de vivre avec des personnes qui étaient à la rue au sein de nos appartements. Venez nous rencontrer !
    www.lazare.eu
    L'aventure Lazare commence en Belgique !

    Vous avez envie de donner du sens à votre vie, en dehors de votre projet professionnel, au plus proche de chez vous ?!
    Venez nous rencontrer... :)

    Lazare développe et anime des appartements partagés entre des personnes qui étaient à la rue et des jeunes adultes de 25-35 ans. Des projets sont en cours à Liège et à Bruxelles.
    www.lazare.eu
    Nous découvrir en vidéo...
    Elisabeth et Freddy nous racontent leur expérience Lazare, expliqué en 2 minutes
    Vous souhaitez vivre au quotidien une aventure ordinaire et extraordinaire ?
    Rejoignez-nous ! 
    Nous recherchons une « volontaire » de 25-35 ans à Liège pour participer à cette aventure dans un climat d'amitié, de bienveillance de prière et de joie ! La maison de Liège se situe dans le quartier Saint Denis. Elle accueillera six femmes, dont trois volontaires, et un couple accompagnateur.  
    A Bruxelles, le projet ouvrira en 2018. Nous cherchons des volontaires pour le lancement du projet !

  • Que notre gloire soit dans la Croix de notre Seigneur Jésus Christ

    IMPRIMER

    Introit de la messe du Jeudi Saint 
     
    Nos autem gloriari oportet
    in cruce Domini nostri Iesu Christi,
    in quo est salus, vita, et resurrectio nostra,
    per quem salvati et liberati sumus.
     
    Que notre gloire soit la croix
    de notre Seigneur Jésus Christ ;
    en lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection ;
    par lui nous sommes sauvés et libérés.
     
    Ps.  1
    Deus misereatur nostri,
    et benedicat nobis :
    illuminet vultum suum super nos,
    et misereatur nostri.
     
    Que Dieu ait pitié de nous,
    et qu’il nous bénisse :
    qu’il fasse briller sur nous la lumière de son visage
    et qu’il ait pitié de nous.
  • Le "Souffle de Vie" recherche du matériel de puériculture pour des jeunes mamans en difficulté

    IMPRIMER

    téléchargement.jpgL'asbl "Le Souffle de Vie" a de plus en plus de demande d'aide (42 demandes en 3 mois rien que pour la région de Liège et Charleroi et Brabant Wallon).

    Nous rassemblons du matériel de puériculture pour les jeunes mamans en difficultés.

    Il manque surtout tout le nécessaire pour les 3 premiers mois: 

    couffins, landaus et draps adaptés; vêtements 0 à 3 mois, poussettes, petites baignoires, porte-bébé, maxi-cosy,...

    Pouvez-vous nous aider?

    http://www.souffledevie.be/

    Contact : info@souffledevie.be / 32 (0)2 375 95 04

  • Migrants : ni murs ni ponts mais des portes à ouvrir et fermer avec discernement

    IMPRIMER

    Du site "diakonos.be" qui donne la traduction d'un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso :

    Ni murs ni ponts pour les migrants mais des portes. Pour les ouvrir et les fermer, avec discernement

    « La plus grande tragédie depuis la seconde guerre mondiale »: c’est ainsi que le pape François définissait il y a quelques jours le phénomène des migrations qui lui tient extraordinairement à cœur et sur lequel il revient sans relâche. »

    L’accueil est son dogme, même si cet accueil doit pour lui être proportionné aux « capacités » de chaque pays à pouvoir « intégrer » les nouveaux venus.  Et « ne construisons pas de murs mais des ponts » est devenu un mantra qu’il répète à l’envi, comme un rappel à l’ordre adressé à l’Eglise et aux Etats.

    Mais cette image, pour suggestive qu’elle soit, que vaut-elle?  Le moine Giulio Meiattini, de l’ordre de Saint Benoît, affirme qu’une autre image, celle de la porte, serait plus appropriée pour mieux exprimer quoi faire avec les migrants.

    Il a publié ses réflexions dans le dernier numéro de la revue « La Scala », le bulletin de spiritualité trimestriel de l’Abbaye Notre-Dame de la Scala, à Noci, dont il fait partie.

    Dom Meiattini est également professeur à la Faculté théologique des Pouilles et à l’Athénée Pontifical Saint-Anselme de Rome.  Les lecteurs de Settimo Cielo se rappelleront de son analyse critique du premier des quatre postulats desquels le Pape François s’inspire, celui selon lequel « le temps est supérieur à l’espace »:

    lire la suite sur diakonos.be

  • Cité Notre-Dame de la Vie (Louveigné), 30 mars à 13H30 : témoignage des "Sentinelles de la Nuit"

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

  • Une pétition pour soutenir Stéphane Mercier

    IMPRIMER

    image (1).jpg
    PÉTITION AUX AUTORITÉS DE L'UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE LOUVAIN
    Désavouer le Pr Mercier c'est renoncer à témoigner la foi chrétienne dans le monde !
     
    NN.SS. Joseph de Kesel (Grand Chancelier), Jean-Pierre Delville, Rémy Vancottem et Guy Harpignies, détenteurs du Pouvoir Organisateur,
    M. Jean Hilgers (Président du Conseil d'administration) et Pr Vincent Blondel (Recteur),

    Les soussignés souhaitent vous exprimer respectueusement leur étonnement et leur perplexité suite à la déclaration officielle de l'UCL se désolidarisant d'un texte de cours du Pr Stéphane Mercier qui ne fait qu'exprimer la position officielle de l'Église catholique en ce qui concerne l'avortement, qualifié de « crime abominable » par le Concile Vatican II.

    Pour réparer cette faute grave, nous vous demandons de faire publier un communiqué officiel déclarant qu'en tant qu'université catholique, l'UCL rejoint entièrement et unanimement les positions de son chargé de cours.

    Il en va de son intégrité propre et de la défense de son titre et de l'Institution qu'elle représente à travers celui-ci : l'Église catholique.
    Pour honorer son titre de catholique, l'UCL se doit de respecter, en effet, les critères fixés par le Pape S. Jean-Paul II dans sa Constitution apostolique sur les Universités Ex Corde Ecclesiae, elle-même basée sur la Déclaration sur l'éducation chrétienne Gravissimum Educationis du Bienheureux Pape Paul VI :
    • Pour remplir sa vocation de recherche de la vérité, une université catholique doit faire en sorte que les disciplines enseignées et les recherches conduites gardent le lien essentiel avec la Vérité suprême qui est Dieu et assurer qu'elles soient utilisées pour le bien authentique des individus et de la société humaine ;
    • Pour représenter effectivement une présence publique, durable et universelle, de la pensée chrétienne dans le monde de la culture et que ses étudiants puissent devenir de vrais témoins de la foi dans le monde, une université catholique doit rester fidèle au message chrétien tel qu'il est présenté par l'Église ;
    • Pour contribuer réellement à l'agrandissement du trésor croissant de la connaissance humaine, les professeurs d'une université catholique doivent s'efforcer de « situer le contenu, les objectifs, les méthodes et les résultats de la recherche de chaque discipline dans le contexte d'une vision cohérente du monde » et « être des témoins et des éducateurs d'une vie chrétienne authentique, qui manifeste l'intégration réalisée entre foi et culture, entre compétence professionnelle et sagesse chrétienne ».
    C'est précisément cette vocation d'une université catholique que le Pr Stéphane Mercier s'est efforcé de respecter dans ses cours et c'est par cette fidélité qu'il est aujourd'hui jeté dans la tourmente, avec la connivence trouillarde de son propre employeur, l'Université Catholique de Louvain.

    En désavouant le Pr Mercier, l'UCL se désavouerait elle-même et mériterait le dur avertissement de Notre-Seigneur aux Apôtres : « Vous êtes le sel de la terre; mais si le sel s'affadit, avec quoi le salera-t-on ? Il n'est plus bon à rien qu'à être jeté dehors pour être foulé aux pieds par les hommes. » (Mt, 5, 13).

  • Euthanasie : 15 ans après sa dépénalisation en Belgique, qui sont les victimes collatérales ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site Gènétique :

    « En Belgique, l’euthanasie a été dépénalisée le 28 mai 2002. 15 ans après, la pratique s’est développée et la loi a été étendue. Mais les conséquences sont lourdes pour l’ensemble de la société. 

    Votées à l’origine pour accompagner la fin de vie de personnes confrontées à des souffrances physiques ou psychiques insupportables, les lois dépénalisant l’euthanasie ou le suicide assisté ont engagé les pays sur une pente glissante. En Belgique, l’euthanasie peut désormais être demandée par des mineurs, des personnes en détresse psychique, ou des personnes atteintes de polypathologies dues à l’âge... Aux Pays-Bas, alors qu’un médecin vient d’administrer contre son gré un cocktail létal à une personne démente, la ministre de la santé parle d’élargir l’accès de ce « service » aux personnes de plus de 75 ans qui estiment avoir eu une « vie complète ». Il y a un an, la France a ouvert la boîte de Pandore en autorisant la sédation profonde et continue jusqu’au décès avec arrêt des traitements. Une euthanasie qui ne dit pas son nom. A l’autre bout du monde, la Nouvelle Zélande s’interroge à son tour sur l’opportunité d’une telle législation. Mais à mesure que se multiplient les lois permissives, les conséquences délétères de l’euthanasie se disent.

    15 ans après la dépénalisation de l’euthanasie en Belgique, Carine Brochier de l’Institut Européen de Bioéthique (IEB) en analyse pour Gènéthique les dommages collatéraux.

    Gènéthique : Quel est votre premier constat ?

    Carine Brochier : Les promoteurs de l’euthanasie affirment que « tout est maîtrisé ». Je ne le crois vraiment pas. L’application de la loi sur l’euthanasie est difficile à contrôler principalement parce qu’elle est soutenue par deux concepts : celui de l’autonomie du patient et celui de la souffrance physique ou psychique insupportable qu’il est difficile d’appréhender. Ce concept n’est ni mesurable, ni quantifiable. Il est donc forcément tributaire d’une évaluation ou d’un ressenti purement subjectif qui, de ce fait, échappe à tout contrôle. L’individu autonome en est le seul maître, car il peut même refuser que le médecin allège sa souffrance. La justification de l’acte a par ailleurs évolué. Actuellement, l’argument de la souffrance inapaisable est difficilement recevable parce que la prise en charge en soins palliatifs, lorsqu’ils sont performants et disponibles, permet de la soulager dans 96% des cas. Le diktat aujourd’hui est celui de l’autonomie du patient tout puissant qui s’impose aux médecins : « Faites ce que je vous ai demandé ! Faites ce que je veux ». Et ce, quelles que soient les alternatives possibles comme, par exemple, les soins palliatifs. C’est tellement fort que l’euthanasie est en passe d’être banalisée, de devenir un « acte de soin » comme un autre, accessible plus ou moins facilement, et même intégré dans la dénominatif des « Soins palliatifs intégraux ». L’euthanasie est présentée par les médias comme étant la meilleure façon de mourir sans souffrance, sans souci, en toute liberté pour ne pas se sentir « passer ».

    Lire la suite

  • Rester sourds et aveugles face aux drames des migrants ?

    IMPRIMER

    Du blog de Koz :

    Le poids des souffrances

    Lors d'un débat récent et bientôt diffusé, un interlocuteur dont le nom importe moins que l'idée qu'il diffuse a évoqué les souffrances négligées des populations locales, populations autochtones, dont le malaise identitaire ne serait pas pris en compte. Il reproche vertement à l'Eglise catholique - et, au premier chef, au pape François - de se consacrer exclusivement aux souffrances des migrants et de mépriser les Européens et leur angoisse. Il faudrait les câliner un peu. J'ai donné acte à mon contradicteur du fait que l'Eglise, et le Christ avant elle, continue de prêter une attention renforcée à la souffrance du pauvre plus qu'à celle du riche. Et j'ai dit l'indécence que je trouvais à comparer les souffrances des migrants et celles des Français - même, à vrai dire, pauvres. J'aurais pu insister encore sur le fait que ces derniers n'ont pas besoin de porte-paroles germanopratins, et se montrent souvent d'une générosité à faire pâlir le bourgeois. J'aurais pu détailler les souffrances des migrants. Que ce soit par manque d'à-propos ou par mesure, par pudeur ou par lâcheté, je m'en suis tenu là. Également parce qu'à la vérité, je ne fais rien pour eux. C'était, aussi, avant de lire Les larmes de sel. Le hasard a voulu que j'ai ce livre avec moi pendant ce débat, et que je le lise ensuite.

    Il porte le témoignage d'un Lampedusien de souche. Élevé à la dure dans une famille de pêcheurs, séparé de sa famille à douze ans pour aller faire ses études sur le continent, sur le pont sans relâche depuis 25 ans, animé par sa foi et par son histoire personnelle. Je viens de l'achever, et c'est délibérément que j'écris ceci à peine la dernière page tournée. Car Pietro Bartolo a raison : nous, ici, ne laissons entrer l'émotion qu'un temps de raison, avant de reprendre le cours de nos vies. Mais il raconte ces souffrances qu'il faudrait, donc, pondérer par les nôtres.

    Cette famille repêchée, prostrée. Quand l'embarcation a coulé, le père a pris le bébé de dix-huit mois dans ses bras, l'a glissé sous son t-shirt, et a saisi la main de son fils de trois ans. Il a nagé autant que possible, au milieu de la mer, seule façon de ne pas se refroidir et sombrer. Et puis à un moment donné, la force physique lui a manqué. Il a compris qu'il ne tiendrait plus longtemps et qu'ils sombreraient tous. Alors, il a lâché la main de son fils de trois ans, l'a regardé s'enfoncer dans la mer. Pour son malheur, les hélicoptères ne sont arrivés que quelques minutes après, et il ne se pardonnera pas de ne pas avoir résisté plus longtemps. Il y aussi Mustapha, cinq ans, qui va tellement mal qu'il a fallu lui pratiquer une très douloureuse perfusion intra-osseuse. Lui a vu sa mère et sa petite sœur mourir, sombrer. Et il a bien compris.

    Lire la suite

  • Appel urgent de caritas pour l'Afrique de l'Est où la famine sévit

    IMPRIMER

    Newsletter Caritas International
    Afrique de l'Est

    La situation en Afrique de l'Est est dramatique

    Aidez-nous à apporter une aide d’urgence aux victimes.

    Les Nations Unies et le gouvernement du Soudan du Sud ont déclaré l’état de famine. 5 millions de personnes y ont d’urgence besoin d’aide alimentaire. Elles sont 20 millions dans la région à être menacées par la faim.

    Aujourd’hui, au Soudan du Sud, Caritas vient déjà en aide aux familles prises au piège à Yei, ainsi qu’à celles et ceux qui ont trouvé refuge dans le camp de Bidi Bidi en Ouganda. En l’espace de quelques mois, cette plaine inhabitée est devenue le second camp de réfugiés de la planète. Votre aide ne peut attendre.
     
    Nous avons d’urgence besoin de votre soutien pour pouvoir distribuer des colis alimentaires. Un  colis alimentaire coûte  30 euros, ce qui correspond plus ou moins à 1 euro par jour pour venir en aide à une famille pendant tout un mois.
     
    Combien de jours accepteriez-vous d’aider une famille?
    7 jours = 7 euros
    40 jours = 40 euros
    90 jours = 90 euros 

    Ou sur le compte de Caritas BE 88 0000 0000 4141 en mentionnant « 5643 Famine Soudan du Sud »
    Chaque jour compte
    Merci

         BE88 0000 0000 4141

         infofr@caritasint.be
         www.caritasinternational.be


       
    Caritas International Rue de la Charité 43 - 1210 Bruxelles

  • « Une goutte de lait » : une demande urgente de l’Aide à l’Église en Détresse pour aider les enfants à Alep

    IMPRIMER

    D'Aide à l'Eglise en Détresse (Belgique) :

    « Une goutte de lait » : demande urgente de l’Aide à l’Église en Détresse pour aider les enfants à Alep.

    Les combats dans la partie orientale d’Alep ont, pour l’instant, cessé, et compte tenu du calme relatif, les gens reviennent lentement pour voir ce qui reste de leurs maisons. Les destructions et l’impact sur les infrastructures sont importants, et les besoins énormes : nourriture, combustible pour le chauffage, eau et électricité. La Fondation pontificale « Aide à l’Église en Détresse », qui a continuellement fourni des fonds aux chrétiens de Syrie depuis le début de la guerre, s’attèle maintenant, avec ses partenaires locaux, à l’une des principales préoccupations des familles chrétiennes à Alep : du lait pour leurs enfants.

    En ces temps de disette, le lait est essentiel pour la croissance et le bien-être de ces enfants. Le projet appelé « Une goutte de lait » vise à assurer chaque mois aux enfants chrétiens d’Alep de moins de dix ans un approvisionnement en lait.

    Le projet œcuménique, mis en œuvre depuis mai 2015, a été grandement apprécié et continue de l’être par toutes les Églises chrétiennes d’Alep, car c’est le seul programme qui aide tous les chrétiens indépendamment de leur rite ou de l’Église à laquelle ils appartiennent. Mais le financement de ce projet très important est en péril. Bien qu’Alep soit calme et ne soit donc plus au cœur des préoccupations des médias internationaux, les conditions de vie y sont épouvantables : 80 % de la population d’Alep a été déplacée et 70 % vit en dessous du seuil de pauvreté. Le nombre de familles ayant besoin de colis alimentaires rien que pour survivre a considérablement augmenté.

    Le docteur Nabil Antaki, un gastro-entérologue syrien qui est resté auprès de la population pendant les bombardements et qui coordonne maintenant ce projet, a instamment demandé davantage d’aide pour que le programme de fourniture de lait soit maintenu. « Nous distribuons du lait chaque mois à environ 2.850 enfants : 2.600 enfants reçoivent du lait en poudre, et 250 reçoivent du lait spécial pour nourrissons. Les bébés non allaités par leur mère reçoivent un lait qui leur est spécialement destiné. Le nombre total de bénéficiaires varie chaque mois en fonction du nombre de naissances et de l’émigration des familles », explique le docteur Antaki.

    Georgina, mère de trois enfants, explique à l’Aide à l’Église en Détresse combien ce projet est important pour elle et sa famille : « Myriam a dix ans, Pamela a six ans. Nous faisons partie des bénéficiaires du projet “Une goutte de lait”. Myriam et Pamela reçoivent chacune un kilo de lait en poudre par mois. La santé de Pamela était critique du fait qu’elle avait été touchée par des éclats de bombe dans le dos, et maintenant qu’elle a récupéré, elle a besoin de lait pour améliorer sa santé et se renforcer. Ce projet est très important pour moi et ma famille, et je tiens vraiment à ce qu’il continue ».

    Les enfants d’Alep ont déjà été privés d’une enfance paisible et épanouissante. Il ne faudrait pas qu’ils soient privés du lait nécessaire à leur croissance et à leur santé. L’Aide à l’Église en Détresse a donc assuré le docteur Antaki de notre aide aux enfants d’Alep.

    L’Aide à l’Église en Détresse donnera 18.750 € par mois pendant toute l’année 2017, soit un total de 18.750 € x 12 = 225.000 €

    Par Maria Lozano

  • « Ce que nous demandons, c’est votre aide pour les accouchements sans risque des bébés africains ! »

    IMPRIMER

    "SHE DECIDES" : OBIANUJU EKEOCHA DEMANDE À L'OCCIDENT DES ACCOUCHEMENTS SANS RISQUE PLUTÔT QUE DES AVORTEMENTS SANS RISQUE

    synthèse de presse bioéthique de genethique.org

    Après le rétablissement de la Politique de Mexico par les États-Unis, le financement des organisations fournissant des services d'avortement à l'étranger, comme la Fédération internationale pour la planification familiale, Marie Stopes International et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) sera drastiquement diminué. En réponse, quatre gouvernements européens (Belgique, Danemark, Pays-Bas, Suède) organisent une conférence « She Decides » à Bruxelles pour recueillir des fonds pourl’avortements dans les pays en développement, jeudi 2 mars. L'Union européenne sera représentée lors de la conférence, bien qu’elle n’ait aucune compétence en la matière.

    Dans une vidéo « la dictature du donneur riche », Obianuju Ekeocha, présidente de Culture de la vie Africaine, interroge les délégués européens de la conférence « She Decides » : « De nombreux pays occidentaux, dont le Canada et les Pays-Bas, ont décidé de se rassembler pour soulever des fonds. Ces fonds ne sont pas destinés à une aide alimentaire en Afrique. Ces fonds ne sont pas destinés à l’eau en Afrique. Ces fonds ne sont pas destinés aux Africains pour qu’ils en fassent ce qu’ils veulent. Non. Ils se rassemblent pour lever des millions de dollars pour ce qu’ils appellent l’avortement sans risque. Ce qui est en fait le plus décourageant, c'est que ces pays occidentaux n'ont même pas songé à demander aux Africains ce qu'ils veulent ! ». Elle cite par ailleurs des études qui montrent que l’avortement est inacceptable pour une vaste majorité des pays africains, quelques soient les circonstances. Pour elle, il s’agit là d’ « un nouveau colonialisme, d’une culture impérialiste ». Elle ajoute : « Ce que nous demandons, c’est votre aide pour les accouchements sans risque des bébés africains ! ».

    Marie Hildingsson, secrétaire générale de la Fédération européenne des familles catholiques, s’étonne de la présence de l’Union Européenne à la conférence « She decides » qui vient soutenir la campagne alors que « près de 2 millions de citoyens de l'Union Européenne ont signé l'initiative citoyenne européenne One of Us, qui demandait à la Commission européenne d'arrêter tout financement de l'aide au développement qui implique l'avortement ».

    Sources: FAFCE (28/02/2017)
  • Stop Discriminating Down : signons la pétition internationale

    IMPRIMER

    DE NOMBREUX PAYS SONT À LA VEILLE D’INSÉRER DANS LEUR DISPOSITIF DE DÉPISTAGE PRÉNATAL UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE TESTS GÉNÉTIQUES VISANT À DÉTECTER LA TRISOMIE 21.

    Alors qu’aujourd’hui dans ces pays plus de 90% des enfants trisomiques sont déjà avortés, cette perspective est révoltante.

    Le consensus est général pour dénoncer le Gendercide et personne n’argumenterait pour promouvoir un « libre choix » des parents d’avorter d’une fille parce qu’elle ne serait pas un garçon.

    Etrangement, quand on applique ce raisonnement à la trisomie 21, la logique change. Discriminer un enfant sur la base d’une variation génétique devient un « choix libre » individuel et c’est même valorisé.

    Comment ce basculement est-il possible ?

    Aujourd’hui, les bébés nés avec une trisomie 21 peuvent espérer une vie longue et de bonne qualité. La recherche montre que les personnes atteintes de trisomie 21 et leurs familles ont une meilleure appréciation de la vie que les autres.

    La sélection organisée et encouragée par les gouvernements, sans avantages pour la santé ou allègement des souffrances, est un crime social et moral envers les personnes handicapées, qui ont de nombreuses possibilités, et leurs familles.

    Ces programmes sabotent les progrès réalisés au cours des 40 dernières années pour promouvoir une société égalitaire et inclusive.

    Alors que dans le monde entier, chacun signe des pétitions, marche et organise des conférences pour lutter contre les discriminations et protéger la planète et sa biodiversité, personne ne devrait avoir à défendre sa vie menacée en raison de son patrimoine génétique.

    Dans un monde humain, les personnes atteintes du syndrome de trisomie 21 seraient les bienvenues.

    C’est pourquoi nous demandons au Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, à son Haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Prince Zeid Ra’ad Al Hussein, au Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, M. Nils Muižnieks et au Commissaire européen à la Charte des Droits fondamentaux, M. Frans Timmermans, qu’ils formulent 3 exigences aux gouvernements des Etats :

    • Arrêter de proposer dans le cadre des programmes de santé publique le dépistage prénatal systématique de la trisomie 21 visant délibérément à la sélection
    • Réglementer l’introduction du dépistage génétique prénatal, sur la base des principes définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans la Convention d’Oviedo (articles 11 et 12) et dans la Charte européenne des droits fondamentaux de l’Union européenne (articles 2, 3, 21 et 26)
    • Permettre l’utilisation des tests génétiques uniquement pour améliorer les soins et le bien-être, et non pour discriminer les personnes en fonction de leurs prédispositions génétiques

    SIGNER LA PÉTITION INTERNATIONALE