Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • L'urgence d'un Tribunal de Nuremberg pour juger les crimes du communisme

    IMPRIMER

    D'Alexandre del Valle sur le site de Valeurs Actuelles :

    Pour “un Tribunal de Nuremberg du communisme” ou comment vaincre le terrorisme intellectuel marxiste

    “La gauche et l’extrême-gauche ont réussi à se présenter comme l’horizon indépassable de la Résistance face à une droite proto-pétainiste forcément suspecte et dont l’ADN naturel ou larvé serait nazi-fasciste”, explique l’essayiste Alexandre del Valle, pour qui la “droite”, les libéraux et même les vrais progressistes démocrates antitotalitaires attachés à l’Etat régalien doivent engager un combat culturel.

    La condamnation à la prison à vie, le 16 novembre dernier, des deux plus hauts dirigeants cambodgiens communistes « khmers rouges » nous rappelle que le communisme a été le plus meurtrier des totalitarismes du XXe siècle. Mais le fait que le motif de la condamnation soit le « génocide » des minorités cambodgiennes et non l’adhésion au totalitarisme communiste lui-même, qui a frappé l’ensemble de la société cambodgienne, en dit long sur la persistante impunité du « fascisme rouge ».

    L’extrême gauche marxiste exerce d’ailleurs toujours, malgré les crimes monstrueux des Lénine, Staline, Pol Pot, Mao, Enver Hodja, Ceausescu, Kim Jong Il (et Un), son hégémonie idéologique. Et là où elle n’exerce pas le terrorisme physique, elle continue à pratiquer un terrorisme intellectuel sous couvert d’antifascisme, d’antiimpérialisme ou d’antisionisme. Cette étonnante impunité d’une l’idéologie qui a tué, persécuté et appauvri partout où elle a été appliquée, ne serait pas possible si le communisme avait été une fois pour toutes solennellement condamné juridiquement, politiquement, moralement par un tribunal universel comme cela fut le cas pour le nazisme et le fascisme à Nuremberg.

    Du Cambodge des Khmers Rouges au Brésil de Bolsonaro : la difficulté persistante à condamner et combattre le communisme sans être soumis à lareductio ad hitlerum

    Après quarante ans, le régime du « Kampuchéa démocratique » a donc finalement été qualifié de « génocidaire » par les Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens (CETC), en fait un tribunal ad hoc parrainé par les Nations Unies pour juger au nom du « peuple cambodgien » les anciens dirigeants khmers rouges Khieu Samphan et Nuon Chea, respectivement chef d’Etat et idéologue du régime khmer rouge.

    Le verdict historique prononcé le 16 novembre dernier contre le régime communiste totalitaire le plus monstrueux (en proportion) du XXe siècle mérite qu’on s’y attarde, car contrairement à ce que pensent nombre de personnes qui saluent cette condamnation des sanguinaires disciples khmers rouges de Pol Pot, ce n’est pas le communisme en tant que tel qui vient d’être incriminé, puisque le tribunal ad hoc cambodgien appuyé par les Nations Unies a condamné le « génocide » de deux millions de personnes (entre 1975 et 1979) issues des ethnies minoritaires, ce qui ne reflète qu’une partie de l’horreur.

    Pourtant, la motivation idéologique de ce génocide fut bien le communisme de Pol Pot (formé au parti communiste français)  et la volonté d’éradiquer la classe « bourgeoise-monarchique », vue comme « ennemie du peuple ». Toutefois, malgré son caractère partiel, la condamnation a ceci de positif qu’elle nous rappelle que les régimes communistes d’hier et d’aujourd’hui (soviétique léniniste-stalinien, nord-coréen, chinois, cubain, nicaraguayen, vietnamien, érythréen, albanais, yougoslave, Ethiopien, vénézuélien-chaviste, etc.) ont pu être aussi totalitaires que le nazisme, car le totalitarisme rouge est responsable de la mort d’environ cent de millions de victimes… un chiffre tristement inégalé.

    Lire la suite

  • La France est-elle eugéniste ?

    IMPRIMER

    Du site genethique.org, cette question aisément transposable à la réalité belge :

    POLÉMIQUE : LA FRANCE EST-ELLE EUGÉNISTE ?

    Polémique : la France est-elle eugéniste ?

    « Tout ceci a un nom, c’est l’eugénisme ». La polémique bat son plein depuis les propos de Laurent Wauquiez dimanche au meeting de Sens commun (cf. PMA pour toutes et eugénisme : les propos de Laurent Wauquiez provoquent le débat). Les politiques saisissent cette opportunité pour se positionner, la ministre de la santé et des solidarités, Agnès Buzyn, elle, va plus loin et cherche à se défendre sur le fond en déclarant ce lundi : « Aujourd’hui, aucune politique publique en France, heureusement, n’induit de l’eugénisme. L’eugénisme, c’est le fait de vouloir faire une sélection génétique pour aboutir à des hommes parfaits. (…) Aucun acte médical en France ne peut conduire à l’eugénisme. C’est dévoyer le sens des mots ». Une tentative de justification de ce qui se fait depuis de nombreuses années, que remet en cause, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune[1], qui constate que le mot même d’eugénisme est utilisé par ceux qui en assument la mise en œuvre. Décryptage. 

    Qu’entend-on par « eugénisme » ?

    Le terme eugénisme signifie en grec « bien engendré ». L’eugénisme est définit comme la « théorie cherchant à opérer une sélection sur les collectivités humaines à partir des lois de la génétique »[2].Des théories pensées dès Platon, et reprises au XIXème siècle par Charles Darwin ou encore par Francis Galton (cf. Faut-il parler d’eugénisme ?). Rappelons que le Conseil d’Etat s’était essayé à définir l’eugénisme en 2009 lors de ses travaux sur la révision de la loi bioéthique de 2011 : l’eugénisme « peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État et contraire à la dignité humaine. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles convergentes prises par les futurs parents dans une société où primerait la recherche de ‘l’enfant parfait’ ».

    En France, l’article 16-4 al 2 du code civil est, sur cette notion, catégorique : « Toute pratique eugénique tendant à l'organisation de la sélection des personnes est interdite ».

    Si cet interdit fondateur, conséquence directe du principe qui le précède  (article 16-4 al 1) : « Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine », semble limpide, des comportements insidieux dans le domaine de la médecine prénatale ont été mis en  place, justifiés par des constructions plus ou moins assumées.

    L’eugénisme, un « ordre établi » dans le diagnostic prénatal de la trisomie 21

    Le constat est indiscutable : aujourd’hui, la politique de diagnostic prénatal de la trisomie 21 conduit à l’avortement de 96% des enfants détectés, éventuellement jusqu’au jour de la naissance[3]. Nous assistons à l’éradication d’une population sur la base de son génome.

    Les commentaires ne manquent pas pour justifier l’élimination massive de ces personnes trisomiques avant leur naissance.

    Il y a déjà 20 ans, le professeur Jacques Milliez écrivait : « Il est généralement admis, par exemple, qu’ (…) un fœtus atteint de trisomie 21 peut, légitimement au sens de l’éthique collective et individuelle, bénéficier d’une interruption médicale de grossesse. Il existe une sorte de consensus général, une approbation collective, un consensus d’opinion, un ordre établi en faveur de cette décision, au point que les couples qui devront subir une interruption de grossesse pour une trisomie 21 ne se poseront guère la difficile question de la pertinence de leur choix individuel. La société en quelque sorte, l’opinion générale, même en dehors de toute contrainte, a répondu pour eux. Tout le monde ou presque aurait agi de la même façon. L’indication paraît même tellement établie que les parents considèrent en quelque sorte que c’est un droit. Qui d’ailleurs songerait à leur disputer ? L’économie sera faite ici de lancinantes interrogations sur la pertinence du choix »[4].

    Lire la suite

  • On lui conseillait d’avorter parce que son bébé serait atteint de trisomie 21, elle accouche d’un bébé non trisomique

    IMPRIMER

    Lu sur le site "Parents" :

    Trisomie : on lui conseille d’avorter parce que son bébé serait atteint de trisomie 21, elle accouche d’un bébé non trisomique

    Une jeune maman britannique conseille aux femmes d’avoir recours à un deuxième avis suite à un diagnostic de trisomie 21 à l’échographie. Car elle a reçu un mauvais diagnostic. Récit.

    Alors qu’elle est enceinte de 12 semaines, Jordan Squires, une jeune Britannique de 22 ans, apprend que le bébé qu’elle porte est très probablement atteint de trisomie 21. Les médecins qui la suivent sont très clairs, et lui recommandent de procéder à un avortement.

    Lorsque nous avons assisté à mon échographie de 12 semaines, j'ai tout de suite compris que quelque chose n'allait pas parce que la sage-femme semblait être inquiète. Elle a demandé si nous pouvions aller dans une pièce à part, et nous a dit que quelqu’un allait venir nous parler. On nous a dit qu'il était très probable que le bébé soit atteint du syndrome de Down en raison de la grande quantité de liquide placée derrière la nuque”, a raconté Jordan Squires au média The Mirror.

    Le couple se voit conseiller une interruption médicale de grossesse, sans évoquer aucune autre option. En colère, le couple décide de ne pas tenir compte de cet avis, d’autant que Jordan a déjà souffert d’une fausse couche et que ce bébé est très désiré.

    Je n’allais pas faire ça, nous attendions ce bébé depuis si longtemps et nous allions aimer notre enfant quel que soit son handicap. J'étais furieuse qu'ils aient encouragé les gens à faire ça. S’ils avaient été différents de nous, d’autres parents auraient pu être convaincus par les médecins, ils auraient alors mis fin à une grossesse en bonne santé”, a souligné la jeune maman. Car le fait est que celle-ci a accouché quelques mois plus tard d’un bébé non atteint de trisomie 21.

    Le couple l’ignorait, puisqu’il a également refusé de se soumettre à une amniocentèse, car bien que fiable, cette technique augmente les risques de fausse couche.

    Jordan a ainsi donné naissance par césarienne en urgence à un petit garçon, Jay, qui a aujourd'hui un an et demi et ne présente aucun syndrome de Down. Furieux de l’erreur de diagnostic qui aurait pu les pousser à perdre ce bébé, les parents de Jay ont raconté leur histoire pour inciter les futures mamans à recourir à un deuxième avis lorsqu’une trisomie 21 est suspectée à l’échographie.

    Source : The Mirror

  • Limiter l'avortement en interdisant de le pratiquer sur des foetus dont les battements cardiaques sont décelables ?

    IMPRIMER

    OHIO : UNE PROPOSITION DE LOI POUR INTERDIRE LES AVORTEMENTS DE FŒTUS DONT LES BATTEMENTS CARDIAQUES SONT DÉCELABLES

     de genethique.org

    La Chambre des représentants de l’Ohio a adopté une proposition de loi interdisant les avortements dès lors qu’un battement cardiaque du fœtus est décelable. Le vote a rassemblé 65 voix pour, et 30 contre. Le Sénat devrait voter selon les mêmes proportions. Le gouverneur sortant s’oppose à ce projet de loi mais Mike DeWine qui lui succèdera y est favorable. Christina Hagan, républicaine qui a parrainé la proposition, a expliqué qu’il avait été spécialement écrit pour « défier » Roe contre Wade[1] devant la Cour suprême fédérale.

    Le texte prévoit de punir les avortements sur un fœtus dont le cœur bat comme un crime de cinquième degré, c’est-à-dire d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an et d’une amende de 2500 dollars. 


    [1] Arrêt historique rendu par la cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l'accès à l'avortement.

    Source : Bioedge (17/11/2018)
  • Quand des féministes quittent l'Eglise en claquant la porte...

    IMPRIMER

    Six féministes suisses-alémaniques quittent l'Église catholique

    à lire ici : https://www.cath.ch/newsf/six-feministes-suisses-alemaniques-quittent-leglise-catholique/

  • Ce qu'il advient aujourd'hui des catholiques chinois restés fidèles à Rome...

    IMPRIMER

    Lu ICI

    Après ce triste et scandaleux accord entre le Vatican et la Chine. Pauvres évêques catholiques. Pauvres prêtres catholiques

    Chine : après l’accord entre le Vatican et Pékin, les persécutions s’intensifient

    Quatre prêtres de la communauté clandestine de Zhangjiakou (de la province d’Hebei) sont détenus dans un lieu secret, soumis à un endoctrinement et à un lavage de cerveau pour les forcer à rejoindre l’Association patriotique, noyautée par les communistes et soumise au gouvernement, situation révélée par l’agence Asianews. Souvenons-nous dans nos prières de ces prêtres, abandonnés par Rome à leurs persécuteurs: les pères Zhang Guilin,Wang Zhong, de l’ancien diocèse de Xiwanzi, Zhang He, Su Guipeng de l’ancien diocèse de Xuanhua.

    On le voit, la persécution, loin de s’arrêter après l’accord entre le Saint Siège et Pékin, s’est intensifiée (voir Bulletin 2578.) Pouvait-il en être autrement ? Le pape François a reconnu les évêques schismatiques nommés par le régime, exhortant les héroïques catholiques, persécutés pour leur fidélité à Rome, à rejoindre « L’Eglise patriotique ». Les autorités chinoises n’exigent rien d’autre que ce ralliement en s’appuyant sur cet accord. Auparavant, la violente pression n’était pas moindre mais, depuis la « réconciliation » avec le pape François, les Chinois ont un argument d’autorité à opposer aux catholiques fidèles.

    De fait, plus de 50 jours après la signature de l’accord, le gouvernement chinois a lancé une nouvelle campagne visant à « convertir » les prêtres à l’Eglise patriotique désormais reconnue par Rome. Cela signifie qu’ils doivent participer aux cours organisés par le gouvernement pour s’aligner sur le « Front uni » et subir un lavage de cerveau en matière religieuse. La violence se fait de plus en plus forte pour les contraindre à accepter l’Association patriotique et le principe de « sinisation » lequel implique la rupture avec l’Eglise latine, occidentale, capitaliste.

    Les prêtres dissidents sont contraints par les fonctionnaires du régime à concélébrer avec les évêques officiels dirigés par le gouvernement, puis photographiés. Dans cette vague de « conversion » des prêtres clandestins, le Hebei est la région la plus influencée à cause de ses nombreux fidèles, (plus d’un million de catholiques.)

    Les prêtres que nous évoquons ont été emmenés le 11 octobre par des responsables gouvernementaux pour suivre un cours de « formation » d’une durée de 5/6 jours. Mais cela fait maintenant plus d’un mois que ces prêtres « étudient » et les autres ecclésiastiques comme les fidèles du diocèse sont très inquiets. Le gouvernement avait promis de les libérer le soir du sixième jour, mais le père Zhang a été arrêté peu après une éphémère libération comme le père Wang qui, après quelques jours passés dans la paroisse, a de nouveau été kidnappé.

    Ses proches et ses fidèles sont allés plusieurs fois demander des éclaircissements au gouvernement local. Les officiels répondent: « Zhang voyage, il sera de retour dans quelques jours. » Mais il n’est toujours pas revenu.

    Les fonctionnaires communistes conduisent d’ordinaire les réfractaires à Pékin pour les faire rencontrer plusieurs évêques officiels et les convaincre d’accepter les conditions du gouvernement, de prendre la carte de l’Association patriotique, puis de rallier l’église officielle. Mais les prêtres rejettent cette proposition. Leur conviction s’appuie sur la Lettre de Benoît XVI aux catholiques de Chine (2007) qui interdit la participation à l’Association patriotique. Le pape François n’a pas hésité à désavouer ses prédécesseurs qui avaient tous la même position : Pie XII, Jean XXIII, Jean-Paul II.

    D’autre part, Mgr Shao Zhumin, évêque de Wenzhou, de l’église clandestine, a été arrêté le 9 novembre et emmené « en vacances » (sic) loin de son diocèse pour « dix à quinze jours », comprenez : une période de lavage de cerveau obligatoire et d’endoctrinement. Le Vatican ne proteste pas. Le pape ne dit rien.

    P.R

    (Source: le Bulletin d’André Noël)

  • Turbulences et silences vaticans

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register en traduction sur le site "Benoît et moi" :

    Un Vatican silencieux dans un temps de crise

    Edward Pentin récapitule tous les récents silences du Pape, et de son entourage, à propos des crises qui secouent l'Eglise et des inquiètudes légitimes des fidèles. (19/11/2018) 

    UN VATICAN SILENCIEUX DANS UN TEMPS DE CRISE

    Le Saint-Siège est devenu de plus en plus muet face aux critiques fréquentes - une approche qui a un effet néfaste sur le Vatican, le pontificat et l'Église.

    Qu'il s'agisse de la crise des abus sexuels, du récent accord historique du Saint-Siège avec la Chine ou des accusations soulevées dans les témoignages de l'Archevêque Carlo Maria Viganò, le Vatican est souvent soumis à un tir de barrage de questions importantes de la part des fidèles désireux d'obtenir des explications et réponses officielles convaincantes.

    Mais en ce moment, la réponse du Vatican à ces demandes est en général obscure ou, plus communément, le silence.

    Quand la Congrégation pour les évêques a émis sa directive non publiée à l'intention des évêques américains réunis à Baltimore cette semaine, leur demandant de ne pas voter sur deux propositions concernant le traitement des abus sexuels du clergé, le Register a contacté six dicastères du Vatican, dont le Bureau de presse du Saint-Siège, pour connaître les motifs de leur décision.

    Aucun n'a répondu, à l'exception du cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, qui a fait une brève déclaration d'une phrase, que la plupart des gens ont estimé ne pas éclaircir de façon satisfaisante les raisons de cette décision.

    Cette tendance à ignorer les questions des médias s'est accrue ces dernières années. Les questions ne sont pas non plus triviales, concernant souvent la survie même d'un groupe particulier de fidèles, ou plus important encore, le bien-être de leur âme éternelle.

    Lorsqu'une controverse éclate sur une question doctrinale, par exemple, le Vatican omet souvent de réaffirmer l'enseignement de l'Église ou de réfuter la substance des revendications. Un exemple a eu lieu en mars de cette année, lorsque des rapports ont fait état d'une interview donnée par le Pape à l'athée Eugenio Scalfari. François aurait nié l'existence de l'enfer et l'histoire s'est répandue rapidement dans le monde entier, mais le Vatican a répondu tardivement, et par une déclaration vague qui n'a pas réussi à réaffirmer l'enseignement de l'Église face à cette affirmation.

    Malgré le - ou certains disent à cause du - récent accord entre le Saint-Siège et la Chine, les autorités chinoises auraient fait subir un lavage de cerveau à quatre prêtres pour qu'ils rejoignent l'église officielle, et pour la cinquième fois en deux ans, l'évêque Shao Zhuyin de Wenzhou a été arrêté. Mais cette semaine, les demandes de commentaires ou de réactions du Vatican sont restées sans réponse jusqu'à présent.

    Le silence n'est pas toujours d'or

    Quelques exemples d'autres requêtes qui sont restées sans réponse incluent une demande de clarification officielle des objectifs du Pape pour le synode panamazonien de l'année prochaine, en particulier en ce qui concerne le célibat clérical; pourquoi le Pape a continué à accorder des interviews à Scalfari, malgré les récits peu fiables de ces interviews par l'homme de 94 ans; pourquoi le document final du récent synode des jeunes contenait très peu de choses sur la morale de l'Eglise; et s'il y a des développements concernant l'enquête du Vatican sur l'Archevêque Theodore McCarrick.

    Ce silence s'étend également au-delà des questions concernant les fidèles et concerne le bien-être du Pape lui-même. Quand l'Archevêque Viganò, lors de son premier témoignage, a demandé à François de démissionner le Vatican est resté silencieux, ne défendant pas le Pape face à une charge aussi forte et n'offrant aucune réaction (la réponse du cardinal Ouellet n'est parue que deux mois plus tard, et c'était en réponse au défi de l'Archevêque Viganò, lors de son deuxième témoignage).

    Le Pape a lui-même répondu aux affirmations de l'archevêque Viganò lorsqu'il a demandé aux journalistes d'enquêter sur la véracité des accusations de l'ex-nonce apostolique - efforts qui naturellement impliquaient la coopération du Vatican - mais le Saint-Siège n'a ni fait de commentaires ni coopéré.

    Au moins cinq raisons possibles expliquent les silences du Vatican et les réponses inadéquates aux médias: il souhaite ignorer les questions controversées sachant que, dans le cycle rapide des nouvelles d'aujourd'hui, elles sont rapidement oubliées; il est incapable de fournir une réponse parce que les fonctionnaires vaticans ne sont pas au courant des raisons qui ont motivé les mesures prises; il ne veut pas être transparent car cela exposerait un programme caché; le Vatican n'est pas en mesure ou ne veut défendre l'injustifiable; ou simplement il ne peut fournir de réponses opportunes et concrètes aux nouvelles controversées provenant du Vatican. (Un truisme romain est de ne jamais sous-estimer au Vatican tout ce qu'on peut mettre sur le compte de l'incompétence).

    Quelle qu'en soit la véritable raison, et c'est peut-être un mélange de tout ce qui précède, le silence et le manque de réponses adéquates aux médias sur de nombreuses questions cruciales ne peuvent qu'avoir un effet néfaste sur le Vatican, le pontificat et l'Église dans son ensemble.

    C'est une vérité des communications sociales que si une institution n'intervient pas pour apporter une réponse officielle véridique et convaincante à une question pertinente, en particulier pendant une crise, alors d'autres viendront combler le vide - et ce sont généralement ceux qui crient le plus fort, et ne sont pas toujours suffisamment informés, qui seront entendus.

    Il n'est donc pas surprenant que certains au Vatican se perçoivent comme fréquemment attaqués et souvent critiqués. En l'absence d'un récit officiel et digne de confiance, les fidèles ne peuvent être blâmés s'ils commencent à croire qu'il n'y en a pas, et que la situation est peut-être aussi mauvaise qu'elle le paraît.

  • Quand les droits de l'homme se réduisent au bon plaisir de l'individu

    IMPRIMER

    De Nicolas Bauer sur le site aleteia.org :

    Des droits de l’homme réduits à la volonté individuelle ?

    Seul un retour à une vision proche de celle des rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, dont on célèbre le 70e anniversaire, pourrait permettre de pérenniser le système de protection des droits humains.

    Certains essais critiques sur les droits de l’homme sont trop simplificateurs : ils refusent de différencier la Déclaration française de 1789 et celle des Nations-unies (ONU) de 1948. Or ces deux textes se distinguent par leurs philosophies respectives. La déclaration révolutionnaire enfermait les droits de l’homme dans la « Nation », supposée émanciper le citoyen de l’autorité divine et de la société. Au contraire, la Déclaration universelle de 1948 découle de l’intention d’après-guerre d’établir un ordre international s’imposant aux États. Celui-ci, fondé sur la primauté de la personne humaine, a fait des droits de l’homme une sorte de morale découlant de la loi naturelle.

    L’omission volontaire du divin

    Dans un essai qui vient de paraître, Les Droits de l’homme dénaturé (Cerf), le juriste Grégor Puppinck montre cependant que la fondation de ce nouvel ordre international est bancale. Directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), l’auteur souligne certaines limites de la Déclaration universelle et des instruments de protection des droits de l’homme qui l’ont suivie. En particulier, ces textes omettent volontairement de faire référence à Dieu comme origine de l’homme et de sa dignité, contrairement à de nombreuses constitutions nationales. Le débat d’après-guerre qui a abouti à ce choix montre que c’était une exigence des États communistes athées.

    Lire aussi : Bertrand Vergely : « Les Lumières nous rendent tranquillement sadiques »

    Cette omission du divin n’a pas été sans influence sur l’interprétation des droits de l’homme. Cela a notamment favorisé une désincarnation de la dignité humaine, qui a progressivement été réduite à l’autonomie et à la volonté individuelles. Cette transformation conduit par exemple certains défenseurs des droits de l’homme à inclure la PMA ou le changement de sexe dans le droit au respect de la vie privée.    

    Droits naturels et antinaturels

    Les universitaires distinguent habituellement plusieurs générations de droits de l’homme, qui peuvent parfois entrer en conflit : civils et politiques, économiques et sociaux, environnementaux… Aujourd’hui, cette classification ne paraît plus pertinente. En effet, l’objectif de l’extension des droits de l’homme n’est plus de sortir les personnes de la pauvreté et de l’ignorance, par exemple par le travail ou l’éducation. Les droits économiques et sociaux sont remplacés par des droits sociétaux, qui visent cette fois à libérer un individu abstrait de la nature humaine. Grégor Puppinck propose une autre typologie de droits : les droits naturels consacrés à l’après-guerre, les droits antinaturels (euthanasie, l’avortement…) et les droits transnaturels émergents (eugénisme, changement de sexe…). Les nouveaux droits de l’homme, qui nient ou redéfinissent sa nature, violent ses véritables droits, par lesquels il s’humanise.  

    Lire aussi : Abbé de Tanoüarn : « Il faut trouver quelque chose de plus grand que la raison »

    Face à cette évolution, illustrée par de nombreux débats d’actualité, il est essentiel de réaffirmer les droits naturels de l’homme. Seule ce retour à une vision proche de celle des rédacteurs de la Déclaration universelle et de la Convention européenne pourrait permettre de pérenniser le système de protection des droits de l’homme. Ces textes eux-mêmes, adoptés par les sociétés chrétiennes d’après-guerre, peuvent être des ressources permettant de contester les dérives actuelles des droits de l’homme. Il est en effet toujours utile de rappeler les instances internationales à leurs devoirs, en particulier celui d’interpréter et d’appliquer les traités « de bonne foi ». Grégor Puppinck n’hésite pas à les mettre en garde, car « à la différence de l’Église, [elles n’ont] pas reçu la promesse de la vie éternelle et [pourraient] disparaître ».

    La primauté des devoirs de l’homme

    Cela dit, est-ce réellement sur les droits de l’homme de l’après-guerre que l’on peut bâtir une critique juste et efficace de la post-modernité ? Ceux-ci, même naturels, sont une morale très insuffisante. La logique intrinsèque des droits de l’homme est problématique : ils insistent sur ce que la société doit au sujet de droits et non sur ce que celui-ci doit à la société. Ils contiennent en germe des attitudes revendicatrices, visant à émanciper l’homme de Dieu et de Sa loi. C’est pour cette raison que les droits de l’homme ont été longtemps combattus et critiqués par le magistère catholique, comme « si contraires à la religion et à la société » (Pie VI).L’Église préfère accompagner l’homme dans l’humble accomplissement de ses devoirs, plutôt que de l’inciter à se focaliser sur ses droits.

    Pourquoi donc est-il légitime d’embrasser la défense de véritables droits de l’homme auprès des instances internationales ? Ce choix peut être justifié par deux raisons. D’une part, promouvoir les droits naturels de l’homme permet de remonter à ses devoirsComme l’affirmait Léon XIII, « les vrais droits de l’homme naissent précisément de ses devoirs envers Dieu ». En particulier, le droit à la vie est une conséquence de l’interdit du meurtre, la liberté d’association permet de réaliser plusieurs devoirs sociaux de l’homme et la liberté de religion découle de notre devoir de rendre un culte à Dieu. Ces devoirs, source des droits de l’homme, sont aussi leur finalité, conforme à la nature humaine. 

    Un champ de bataille idéologique

    D’autre part et surtout, les droits de l’homme peuvent être utilisés avec pragmatisme, comme un argumentum ad hominem. Autrement dit, il est légitime d’opposer aux instances internationales les textes et les principes qu’elles reconnaissent comme suprêmes. C’est cette stratégie qui a permis à Grégor Puppinck de remporter de belles victoires dans les affaires de bioéthique et de liberté de religion à l’ONU et à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Le 70e anniversaire de la Déclaration universelle est une bonne occasion de découvrir les arcanes de ce combat de longue haleine.

    Les droits de l’homme dénaturé, Grégor Puppinck, Les éditions du Cerf, (novembre 2018)

  • Les chrétiens de la province de Ninive (Iraq) dépossédés de leurs maisons

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/IRAQ - Centaines de maisons soustraites abusivement aux chrétiens dans la province de Ninive

    Mossoul (Agence Fides) – Au moins 350 habitations appartenant à des chrétiens ont été soustraites illégalement à leurs légitimes possesseurs au cours de ces dernières années, en profitant de l’absence de ces derniers et au travers de la production de faux documents rendant très compliquée leur récupération de la part de leurs propriétaires. C’est ce qu’indique une enquête réalisée par le réseau télévisé irakien al Sumaria reprise par le site Internet ankawa.com.

    Selon des sources gouvernementales citées dans le reportage, les autorités irakiennes étaient au courant des escroqueries immobilières montées au détriment des chrétiens et auraient donné des dispositions à l’ensemble des départements régionaux compétents afin qu’ils n’autorisent pas de transaction d’immeubles appartenant à des membres de la composante chrétienne sans avoir auparavant vérifié de manière stricte que la vente de ces maisons et terrains était réellement voulue et autorisée par les propriétaires légitimes. Le renforcement des contrôles auraient permis de déjouer au cours de ces derniers mois au moins 50 tentatives de fausses ventes qui intéressaient des propriétés immobilières appartenant à des chrétiens.

    Le phénomène des soustractions illégales de biens immobiliers à des propriétaires chrétiens, enregistré et dénoncé par le passé également à Bagdad, Kirkuk et dans d’autres zones du pays (voir Fides 23/07/2015), a pu prendre pied également grâce à des connivences et à des couvertures de la part de fonctionnaires corrompus et malhonnêtes qui se mettent au service des imposteurs et de groupes organisés d’escrocs.

    Le vol légalisé des propriétés des familles chrétiennes est étroitement lié à l’exode massif de chrétiens irakiens suite aux interventions militaires conduites par les Etats-Unis pour abattre le régime de Saddam Hussein. Les escrocs s’approprient de maisons et d’immeubles demeurés vide, en comptant sur le fait qu’aucun des propriétaires ne reviendra pour réclamer la propriété. Des parlementaires et associations chrétiens ont, par le passé, fait appel à plusieurs reprises, aux institutions administratives locales, leur demandant de mettre un terme au phénomène des fausses certifications sur lequel se base ce type d’escroquerie. (GV) (Agence Fides 16/11/2018)

  • République Centrafricaine : précisions concernant le massacre d'Alindao où des prêtres et de nombreux chrétiens ont perdu la vie

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Témoignage d'un prêtre sur le massacre perpétré à Alindao par des rebelles

    Bangui (Agence Fides) - "Sur la base de ce que m'ont indiqué mes contacts, les Casques bleus de la MINUSCA (Mission de stabilisation de l'ONU en République centrafricaine) n'ont pas défendu la population contre les rebelles qui ont perpétré une attaque à Alindao. A l'arrivée des guérilleros, les militaires se seraient retirés dans leur base, abandonnant la population à son sort de mort et de destruction" indique à l'Agence Fides le Père Amos Boubas, prêtre centrafricain suivant des études à Rome, se trouvant en contact avec ses confrères en République centrafricaine où, le 15 novembre, des rebelles de l'ancienne Seleka, désormais regroupés sous le nom d'UPS (Unité pour la Paix en Centrafrique) sous les ordres du Général Ali Darassa, d'ethnie peule, ont attaqué la Cathédrale d'Alindao, dans le sud du pays, ainsi que le camp de réfugiés voisin. "Après avoir saccagé et incendié la Cathédrale, les rebelles se sont dirigés vers le camp de réfugiés, où ils ont tué au moins 42 personnes. Parmi les victimes se trouve le Vicaire général du Diocèse d'Alindao, Mgr Blaise Mada, qui a été enterré hier, ainsi qu'un autre prêtre dont le corps a été retrouvé aujourd'hui, le Père Célestin Ngoumbango, Curé de Mingala" indique le Père Boubas. "Les deux prêtres ont été tués par des coups de feu tirés au cours de l'assaut mené contre l'Evêché où ils s'étaient réfugiés en compagnie d'autres personnes".

    "S.Exc. Mgr Cyr-Nestor Yapaupa, Evêque d'Alindao, organise actuellement l'évacuation des survivants en direction de la capitale, Bangui".

    La motivation du massacre serait un acte de vengeance suite au meurtre "d'un musulman", tué par des milices anti balaka. "Je pense que derrière ce grave fait de sang se trouvent des motifs à caractère politique au moment où la France a présenté au Conseil de Sécurité de l'ONU une résolution visant à proroger d'un an le mandat de la MINUSCA" conclut le prêtre. (L.M.) (Agence Fides 17/11/2018)

  • Le calvaire oublié des chrétiens du Kosovo

    IMPRIMER

    D'Ivana Gajic sur le site de La Nef :

    Kosovo : le calvaire oublié des chrétiens

    Le Kosovo proclamait son indépendance il y a dix ans, en février 2008. Depuis, le sort des chrétiens de l’ex-province serbe n’a cessé de se déteriorer dans une totale indifférence internationale. Petit panorama de la situation sur place.

    Avoir 20 ans au Kosovo en 2018, ce n’est pas avoir l’avenir devant soi. Les perspectives sont bien sombres sur ce territoire le plus pauvre d’Europe, gangrené par la corruption, la partition ethnique, les trafics et l’islamisme radical. La gouvernance non plus n’est pas à la hauteur, plusieurs dirigeants étant liés à des crimes commis durant la guerre avec la Serbie. Dix ans après l’indépendance autoproclamée, le compte n’y est pas et le bilan est une faillite. Dans cet environnement hostile, les chrétiens du Kosovo vivent exclus et discriminés dans un univers parallèle.

    IL Y A DIX ANS LE KOSOVO PROCLAMAIT SON INDÉPENDANCE

    « Depuis aujourd’hui, le Kosovo est fier, indépendant, souverain et libre ! » déclare le 17 février 2008, Hashim Thaci, Premier ministre de l’époque et ancien chef de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK). Dix ans plus tard, c’est un cuisant échec. Pire, le Kosovo de 2018 est tout le contraire des incantions du début, selon le sénateur suisse Dick Marty. « Le Kosovo a une économie inexistante. Il est devenu un centre de criminalité organisée, de trafic de drogue, de trafic d’armes, de trafic d’êtres humains. Il n’y a pas une véritable société civile qui soit à même de faire fonctionner une véritable institution démocratique, et il y a diverses minorités qui vivent protégées par des soldats internationaux. Pendant ces années où le Kosovo était sous protectorat international, des monastères et des églises orthodoxes ont été brûlés dans l’indifférence totale des médias internationaux. Depuis 1999, 250 000 Serbes ont dû quitter le Kosovo. »

    Les chrétiens du Kosovo, largement constitués de Serbes orthodoxes, représentent aujourd’hui moins de 7 % de la population totale du Kosovo évaluée à 1,8 million d’habitants. Une minorité discriminée sur ce territoire des Balkans composé à 90 % d’Albanais musulmans. Un renversement démographique vertigineux qui s’est produit au siècle dernier puisqu’autrefois les chrétiens y étaient majoritaires. Historiquement, rappelons-le, le Kosovo est le berceau de la nation serbe et de sa foi. C’est ici que se trouvent ses plus anciens monastères et c’est ici encore que l’on compte la plus forte densité d’édifices religieux chrétiens en Europe.

    La paupérisation des chrétiens du Kosovo s’explique par la conjugaison de plusieurs phénomènes. Le principal d’entre eux correspond au déplacement massif des communautés. Durant l’occupation ottomane, prolongée jusqu’en 1912, l’immigration intensive des musulmans originaires de l’Albanie voisine a accompagné l’exil du peuple chrétien. La politique démographique des Ottomans visait à mettre en valeur le territoire occupé en faisant basculer le rapport démographique entre musulmans et chrétiens dans un sens favorable aux premiers.

    Lire la suite