Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Quand l'émission "Affaires étrangères" (France Culture) prétend dévoiler "les affres du Vatican"

    IMPRIMER

    L'avant-dernière émission "Affaires étrangères" de Christine Ockrent sur France Culture consacrée aux "affres du Vatican" (toujours "podcastable" sur https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/les-affres-du-vatican) a dépassé les limites du supportable. Paul Vaute a adressé au producteur de l'émission la missive suivante :

    Monsieur Moneghetti,

            Le présent courrier a pour objet l'émission Affaires étrangères de Christine Ockrent, sur France Culture du 13 avril dernier, intitulée "Les affres du Vatican".

            L'orientation unilatérale de cette émission et de ses invités a choqué non seulement le catholique que je suis, ce qui ne serait pas bien grave (nous avons l'habitude!), mais aussi le journaliste professionnel que j'ai été pendant une longue carrière qui vient juste de s'achever. Pas un seul intervenant qui représente l'institution ecclésiale ou qui défende sa cause, est-ce comme cela qu'on "nous raconte le monde", un monde où "rien ne peut nous rester étranger" (cfr la présentation générale d'Affaires étrangères) ?

            S'il s'agissait seulement d'opinions, je ne viendrais pas vous déranger. Mais il est des contre-vérités tellement flagrantes, qu'elles aient été proférées consciemment ou non, qu'on ne peut les laisser sans réponse. Je ne vais pas les relever toutes, ce serait trop long, alors je le suis déjà assez (désolé). Pour m'en tenir à trois points:

            1) Il a été dit à vos auditeurs, dans une belle unanimité, que l'Eglise est, depuis le XIXè siècle, "obsédée par la sexualité" et qu'elle en a même fait un mode de contrôle de ses fidèles. Qu'il y ait en la matière un enseignement et un idéal exigeants, qui ne plaisent pas à tout le monde dans nos sociétés occidentales libertaires avancées, c'est indéniable. Que des excès de puritanisme aient pu se développer à la base, c'est aussi indéniable. Mais parler d'obsession, c'est être tout simplement ignorant, totalement "étranger" (justement) au monde catholique. Le Credo que répètent les croyants pratiquants à chaque célébration ne contient pas une ligne sur ces sujets. Dans le Catéchisme de l'Eglise catholique (édition 1992, supervisé par Jean-Paul II et le futur Benoît XVI), les questions touchant à l'amour humain, à la famille, à la fidélité dans le mariage, au respect de la vie humaine, aux vocations à la chasteté... représentent 51 pages sur 581 (pp. 341-353 et 450-487). Soit 8,8 % pour ceux qui aiment les statistiques. Le moins qu'on puisse dire de cette prétendue "obsession" est qu'elle n'est guère envahissante. Sur les quatorze encycliques publiées par Jean-Paul II, deux concernent l'enseignement moral et la valeur de la vie humaine. Les douze autres ont trait à l'enseignement social de l'Eglise, à la miséricorde, à l'Esprit Saint, à l'oecuménisme... Benoît XVI a publié pour sa part deux encycliques essentiellement sociales et une sur l'espérance. Et des deux encycliques de François, une est consacrée à la foi chrétienne et l'autre à l'écologie.

    Lire la suite

  • Les catholiques d'Asie aux côtés des victimes des attentats au Sri Lanka

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris (Eglises d'Asie) :

    Les catholiques asiatiques aux côtés des victimes des attentats au Sri Lanka

    Le 21 avril, jour du dimanche de Pâques, les attentats qui ont visé plusieurs églises et hôtels au Sri Lanka ont entraîné au moins 359 victimes et de nombreux blessés. Il s’agit de l’attaque la plus violente survenue dans le pays depuis la fin de la guerre civile sri-lankaise, en 2009 après 26 ans de conflits. En réaction aux attentats, de nombreux évêques catholiques et responsables religieux à travers l’Asie ont envoyé leurs condoléances au Sri Lanka et aux familles des victimes. Le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun et président de la Fédération des conférences épiscopales asiatiques, a confié sa prière pour les victimes, en priant le Christ ressuscité de « renforcer la bonne volonté de tous face au climat de peur suscité par les attentats ».

    De nombreux évêques et responsables religieux à travers l’Asie ont envoyé leurs condoléances au Sri Lanka suite aux attaques terroristes du dimanche 21 avril, qui entraîné au moins 359 victimes le jour de Pâques. Au Pakistan, où les chrétiens ont subi de nombreux attentats similaires dans le passé, le Centre d’aide juridique (CLAAS), une organisation qui propose un accompagnement juridique aux chrétiens face aux persécutions, a organisé une marche contre le terrorisme le 22 avril. « Nous sommes prêts à faire tout notre possible pour aider le gouvernement sri-lankais. Ces attentats menacent la paix mondiale. Les dirigeants de tous les pays doivent oublier leurs différences pour s’unir contre le terrorisme », a déclaré Joseph Francis, le directeur national de CLAAS. Le Forum pour les droits des minorités, une ONG catholique au Pakistan, a organisé une veillée aux chandelles en hommage aux victimes, devant le Club de la presse de Lahore. Le père Saleh Diego, directeur de la Commission nationale pour la Justice et la Paix (NCJP) au Pakistan, a confié que le Sri Lanka, un pays en apparence paisible, avait souffert du fanatisme des terroristes et de leur haine de la paix et du christianisme. Dans un communiqué commun, Mgr Joseph Arshad (président du NCJP), le père Emmanuel Yousaf (directeur national) et Cecil Shane Chaudhry (directrice générale) ont souligné que les attentats mettent en évidence la montée de l’extrémisme et de la radicalisation à travers le monde. « Toute la communauté chrétienne au Pakistan est profondément attristée par ces actes atroces. Nous prions pour les âmes des défunts, et nous demandons au Seigneur de soutenir les blessés et les familles endeuillées. Que les coupables de ces attentats soient poursuivis en justice », a déclaré Mgr Arshad. Le père Shahzad Arshad, cure de la paroisse Saint-Michel de Karachi, confie avoir fait part de la solidarité de l’Église du Pakistan à ses amis sri-lankais. Il assure que toute la communauté chrétienne pakistanaise est aux côtés des victimes.

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Asie vont-ils connaître le même sort que les chrétiens d'Orient ?

    IMPRIMER

    Du site Atlantico.fr :

    DIFFICILES LEÇONS
    Sri Lanka : les chrétiens d’Asie vers un destin similaire à ceux d’Orient ?

    Joël Guerriau : C'est un événement inattendu dans la mesure où le Sri Lanka n'est pas la terre la plus exposée au risque terroriste. On ne peut noter que l'horreur du bilan qui pourrait encore augmenter qui fait état de 290 morts dont 35 étrangers et plus de 500 blessés. C'est d'autant plus inattendu que, lorsque l'on y vit aujourd'hui, le Sri Lanka ne donne pas du tout cette impression d'être exposé à un risque terroriste. La communauté française sur place ne se sent absolument pas en danger. L'intolérance n'a plus de frontières, ce qui vient de se produire là est dramatique et prouve, s'il y avait encore besoin de preuves, que le terrorisme frappe n'importe où.

    A l'heure où je m'exprime aucune revendication n'a pour l'instant été faite. Toutefois le caractère terroriste fait peu de doutes au regard des inquiétudes exprimées par le chef de la police locale sur cette question il y a une dizaine de jours (qu'un mouvement islamiste appelé NTJ projetait des "attentats suicides contre des églises importantes") et le fait que des Sri-lankais soient partis se battre en Irak et en Syrie par le passé. Le terrorisme dans la région n'est évidemment pas un phénomène nouveau tout comme les attentats suicides au Sri Lanka mais cela réveille forcément de douloureux souvenirs.

    Lire la suite

  • Les cours de morale et de religion en perte de vitesse, le cours de religion islamique en plein essor

    IMPRIMER

    Belgique — Moins de cours de morale et de religion catholique, le cours de religion islamique en plein essor (source)

    Les cours de religion islamique, protestante et orthodoxe sont quant à eux de plus en plus fréquentés.

    Depuis septembre 2017, les élèves de primaire et de secondaire du réseau officiel de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont obligés de suivre une heure de cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté par semaine. Pour ne pas alourdir leur horaire, il a été décidé que les cours de religion, d’une part, ou de morale, d’autre part, passeraient de deux heures par semaine à une heure par semaine.

    Il a aussi été décidé que les élèves qui souhaitaient ne plus suivre de cours de morale laïque ou de religion puissent remplacer ce cours par une heure supplémentaire d’éducation à la philosophie à la citoyenneté.

    Selon une analyse de l’Orela (Observatoire des religions et de la laïcité), 12,2 % des parents d’élèves de primaire et 15,3 % des parents d’élèves de secondaire ont opté pour une seconde heure d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté (EPC) pour l’année 2018-2019. L’année précédente, ces pourcentages s’établissaient à 10,9 au niveau primaire et à 12,1 % en secondaire.

    Depuis qu’il est possible d’opter pour deux heures de cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté, les cours de religion catholique et de morale non confessionnelle connaissent une baisse significative de leur fréquentation, tandis que les cours de religion islamique, protestante et orthodoxe continuent de voir leur fréquentation augmenter, note l’Observatoire.

    C’est le cours de morale laïque qui est le plus fortement touché par cette diminution. Ce qui est assez logique puisque le cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté est lui aussi d’inspiration « laïque ».

    En Communauté flamande et en Communauté germanophone, aucune réforme de ce type n’a encore été mise en œuvre.

    Rappelons que, depuis la loi du Pacte scolaire, les parents — et les élèves majeurs — ont, durant toute la scolarité obligatoire, le choix entre un cours d’une des religions reconnues et un cours de morale non confessionnelle. Les six religions reconnues (par l’Autorité fédérale) sont actuellement le catholicisme, le protestantisme, l’anglicanisme, le judaïsme, l’islam et le christianisme orthodoxe. Toutefois, la Communauté française n’organise pas de cours de religion anglicane, en raison de la faiblesse de la demande.

    Le contenu des cours de religion relève de la responsabilité des cultes. Le contenu du cours de morale non confessionnelle est quant à lui arrêté, comme les programmes des autres matières, par la Communauté française. En dépit de son organisation par les pouvoirs publics, la Cour constitutionnelle a déterminé que le cours de morale non confessionnelle était un cours engagé et non neutre, et elle a imposé la possibilité d’une dispense de tout cours de religion ou de morale. Pour répondre à cette exigence, le législateur a prévu la possibilité d’opter pour une seconde heure du CPC (cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté) à la place du cours de religion ou de morale.

    Lire la suite

  • Notre-Dame exposée à de nouveaux dangers

    IMPRIMER

    Du site aleteia.org (Philippe de Saint-Germain):

    Jean Sévillia : « Notre-Dame devra affronter de nouveaux dangers »

    Notre-Dame a échappé au feu, mais elle devra affronter de nouveaux dangers : celui de la transgression et de la défiguration. Mais pour l’historien Jean Sévillia, qui explique cette volonté de détournement du patrimoine, l’âme de l’Église de France a les ressources pour traverser l’épreuve. Entretien.

    Aleteia : Quelle fut votre première impression à l’annonce de l’incendie de Notre-Dame ? 
    Jean Sévillia : Un effet de sidération, comme si la guerre était entrée à nos portes. Comme chrétien et comme Français, je me suis senti atteint au cœur. Puis après le choc mental, l’abattement, j’ai été touché par l’émotion nationale qui s’est exprimée dans tout le pays, y compris par la France laïque. Libération titre au lendemain de la tragédie : « Notre Drame ». Devant une catastrophe d’une telle ampleur, ce pays tellement laïcard, aux tendances christianophobes de plus en plus marquées, ne cache pas sa tristesse. Et l’on voyait bien que ce n’était pas seulement pour des raisons patrimoniales : il y avait autre chose. Dans l’inconscient collectif, même si personne ne l’avoue, la Sainte Vierge parle aux Français.

    Il semble cependant que cette unité était fragile…
    Oui, c’est ma deuxième observation : ce beau moment de communion française n’a pas duré vingt-quatre heures. La première polémique a éclaté autour des promesses de dons pour la reconstruction de la cathédrale. Voici des grandes familles qui offrent des centaines de millions d’euros, qui renoncent à leurs avantages fiscaux pour Notre-Dame, et elles sont insultées d’emblée. Le vieux fond révolutionnaire français s’est réveillé, avec ses sentiments de haine du riche, de jalousie, d’envie.

    Lire la suite sur aleteia.org

  • Les Pâques sanglantes du Sri Lanka

    IMPRIMER

    Du site "La sélection du jour" :

    PÂQUES SANGLANTES AU SRI LANKA

    Le bilan est dramatique : en pleine fête de Pâques, un mouvement islamiste, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ), a visé de ses bombes chrétiens et touristes occidentaux, ciblant tout particulièrement les hôtels de luxe et trois églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques. Au moins 290 personnes ont été tuées, 500 autres blessées. Comme l’a expliqué Marc Fromager, directeur de l’AED, à Famille Chrétienne, "aller à la messe dans certains pays nécessite une réel courage, en particulier à Noël ou à Pâques. Malheureusement, on finirait presque par s'y habituer. Mais cela concerne habituellement d'autres régions du monde, le Moyen-Orient, le Pakistan ou des pays africains comme le Nigeria. L'objectif est bien entendu de frapper davantage de monde, rassemblé pour la fête, mais aussi d'assurer un effet supplémentaire de sidération avec l'impact symbolique."

    Alors qu’au moins 35 ressortissants étrangers font également partie des victimes, 24 personnes ont déjà été arrêtées, toutes originaires du Sri Lanka.  Mais cette stratégie du chaos islamistes demeure encore et toujours la même, où qu'elle frappe : via des bombes et des kamikazes, frapper les chrétiens, mais aussi faire fuir les touristes, affaiblir l’économie et radicaliser peu à peu le pays. Alors que le califat auto-proclamé de Daesh est tombé, c’est un autre front qui s’ouvre peut-être en Asie du Sud-Est pour les islamistes. Les enquêteurs cherchent encore à savoir si ces terroristes locaux ont ou non des liens avec l’étranger, comme l’a déclaré dans une allocution télévisée le chef de gouvernement.

    Dans ce petit pays de 21 millions d’habitants,  on compte environ 70% de bouddhistes, 12% d’hindouistes, 10% de musulmans, et seulement 7% de chrétiens, soit environ 1,2 million de pratiquants. Dans les trois églises catholiques ciblées, les fidèles étaient rassemblés pour la messe de Pâques. Au sein de l’église Saint-Anthony à Colombo, de l’église Saint-Sébastien à Negombo et d’une église de Batticaloa, les bombes ont fait un véritable carnage en plein office. Cela aurait-il pu être évité ? La question se pose, le chef de la police nationale du Sri Lanka ayant alerté ses services il y a une dizaine de jours sur le fait que le NTJ projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne."

    Lire la suite

  • Notre-Dame : l'arbre ne doit pas cacher la forêt des églises vandalisées

    IMPRIMER

    De Béatrice Le Grand sur le site d'Ouest France :

    Autel incendié, hosties jetées, vierge renversée… Cinq églises dégradées en une semaine

    Cinq églises ont été vandalisées en une semaine (illustration).

    Cinq églises ont été vandalisées en une semaine (illustration). | BÉATRICE LE GRAND / OUEST-FRANCE

    En une semaine, 5 églises ont été ciblées par des dégradations. Christ en croix et statue de la vierge renversés au sol, vase brisé, hosties jetées… La plupart des auteurs n’ont pas été identifiées. Mardi en fin de journée, le feu avait également été mis à un autel d’une chapelle latérale de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Tarn).

    Des dégradations ont été commises dans cinq églises catholiques en France la semaine dernière, à Maisons-Laffitte et Houilles (Yvelines), Dijon, Nîmes et Lavaur (Tarn), a-t-on appris lundi de sources policières et diocésaines. Le tabernacle de l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte a été renversé dimanche, selon des sources policières. Une enquête a été ouverte et un homme, un SDF de 35 ans, placé en garde à vue, a reconnu les faits, selon la police.

    Selon un bilan du ministère de l’Intérieur, en 2017, ont été dénombrées 978 atteintes aux édifices religieux et aux sépultures, dont 878 contre des lieux chrétiens. La semaine dernière à Houilles, des actes de vandalisme ont été constatés dans l’Église Saint-Nicolas, selon la préfecture qui a condamné « avec la plus grande fermeté ces violences graves et inadmissibles contre ces lieux de culte ».

    Vase cassé, hosties jetées, vierge renversée

    Des dégradations, Christ en croix et statue de la vierge renversés au sol et brisés notamment, avaient déjà été constatées fin janvier dans cette même église, selon la police. Les auteurs n’ont pour l’heure pas été identifiés. Le commissariat de Houilles est saisi de l’affaire.

    Samedi, le diocèse de Dijon a également fait part de sa « tristesse » dans un tweet relayant des photos de dégradations dans l’Église Notre-Dame de Dijon : un vase cassé, des hosties jetées sur l’autel, une nappe roulée en boule.

    Tentative d’incendie

    Des actes de vandalisme ont par ailleurs été constatés mercredi dans une église de Nîmes située dans le quartier des Amoureux, selon des sources judiciaires et policières. Le tabernacle a été cassé, des hosties projetées sur les murs et à terre, divers objets religieux dégradés et des excréments jetés sur les murs intérieurs de l’édifice, selon ces sources. Le parquet de Nîmes a ouvert une enquête confiée aux policiers de la sûreté départementale de Nîmes.

    Mardi en fin de journée, le feu avait également été mis à un autel d’une chapelle latérale de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Tarn), indique le diocèse sur son site internet.

    « Ces profanations doivent être punies »

    « Des églises incendiées, saccagées, profanées. Nous ne pourrons jamais nous habituer à ce que ces lieux de paix soient la proie de violences, à ce que nous avons de plus beau et de plus précieux, le corps du Christ, soit piétiné », a réagi sur Twitter Olivier Ribadeau Dumas, le porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF). 

    O.RIBADEAU DUMAS@ORDUMAS
  • À chaque crise, ce sont les saints qui ont relevé l’Église

    IMPRIMER

    De Paul Sugy sur le site du Figaro (Vox) :

    Christiane Rancé: «À chaque crise, ce sont les saints qui ont relevé l’Église»

    Christiane Rancé: «À chaque crise, ce sont les saints qui ont relevé l’Église»

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans son Dictionnaire amoureux des saints, Christiane Rancé convoque certains des plus grands saints de l’Église, ainsi que les écrivains qui ont su avec passion retranscrire la vie et l’espérance de ces hommes et de ces femmes. La France comme l’Église doivent beaucoup, selon elle, à leur audace et à leur foi.


    Christiane Rancé est romancière et essayiste. Elle a reçu le prix de l’essai de l’Académie française pour son Thérèse d’Avila. Elle publie un Dictionnaire amoureux des saints(Plon, 2019).


    FIGAROVOX.- Selon vous, l’Église a canonisé environ cinquante mille personnes au cours de son Histoire… Vous ne pouviez pas faire un dictionnaire de cinquante mille entrées! Comment avez-vous choisi vos saints?

    Christiane RANCÉ.- Mon critère d’élection a été d’offrir une rencontre avec les plus éminentes de ces figures chrétiennes, toutes singulières, et souligner combien la sainteté a traversé toute la société. Il y a eu des saintes savantes comme Paula, d’immenses intellectuels comme Jérôme de Stridon ou Thomas d’Aquin, des peintres comme Fra Angelico, des musiciens aussi tel Grégoire, des rois et des reines comme Louis ou Brigitte de Suède. Des va-nu-pieds comme Benoît-Joseph Labre ou de valeureux soldats comme Maurice. Sans oublier les immenses écrivains et poètes qui nous ont permis d’atteindre les sommets de l’art, de la philosophie et de la métaphysique, mais aussi de la poésie, comme Jean de La Croix ; ou les architectes mystiques comme Bernard de Clairvaux. J’ai voulu rappeler ce que nous leur devons, aujourd’hui encore, au-delà de leur exemple entièrement pétri d’amour pour leur prochain et pour la création tout entière. Et combien ils continuent de nous grandir. En cela, ils sont vivants: non pas des statues de plâtre rangées dans des sacristies, mais des compagnons qui ont eu l’audace, à travers les siècles, de se dresser au nom de l’amour contre le mal, et de nommer celui-ci, chacun selon son époque: la guerre, l’injustice, l’égoïsme, la goinfrerie ou la prétention, comme ils nous somment de continuer à le faire. Parmi tous ceux-là, j’ai gardé ceux qui me bouleversent plus particulièrement, et j’ai raconté pourquoi avec une idée: ce qui m’aide à vivre peut aider à vivre mon lecteur.

    Lire la suite

  • Sri Lanka : Jean-Pierre Denis évoque "une interminable messe noire"

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction, sur le site de l'hebdomadaire "La vie" :

    Une interminable messe noire

    Le contraste est grand entre l’indifférence de nombreux Européens au sens des fêtes religieuses et l’intensité avec laquelle les fidèles les vivent au Proche-Orient, en Afrique ou en Asie. Dans les pays où la liberté religieuse est un droit mais où les chrétiens deviennent une minorité culturelle, l’Avent n’est qu’un calendrier promotionnel et Pâques une affaire de jours fériés, de week-end prolongé et de chasse à l’œuf. S’il faut l’incendie de Notre-Dame ou la mort du père Hamel pour que l’on entrevoie que la lumière de la foi scintille encore, de tels événements ne changent guère le cours des choses. Mais là où les chrétiens vivent en minorité religieuse, pratiquer sa foi se paie parfois au prix de la discrimination, de l’intimidation et de la désolation. Les attentats de Pâques au Sri Lanka nous ramènent à cette autre réalité.

    Il y a une quinzaine d’années, j’avais pu constater, au Sri Lanka même, que les églises catholiques et les temples pentecôtistes étaient incendiées par des extrémistes… bouddhistes. On commençait alors à faire un triste inventaire et à constater que, de la Corée du Nord à l’Arabie Saoudite, et donc des régimes d’athéisme au règne du wahhabisme en passant par toutes les complexité de l'Asie, le christianisme est la religion la plus persécutée. Il ne s’agit pas de faire ici de la surenchère victimaire, mais de décrire une réalité aussi abondamment documentée que rarement évoquée. Bien entendu, les disciples du Christ n’ont pas le triste monopole de la violence subie. Le récent massacre commis par un militant d’extrême-droite dans une mosquée de Nouvelle-Zélande est là pour nous le rappeler, si besoin était. Au Sri Lanka, d’ailleurs, la minorité musulmane subit elle aussi des campagnes de persécution, dans un pays par ailleurs fracturé par un conflit ethnico-religieux. On doit souligner ce point pour ne jamais tomber dans le piège de la violence confessionnelle, élément le plus redoutable de la stratégie terroriste.

    Reste que, ces dernières années, la dissémination de la violence islamiste a fini par instiller l’idée que la Nativité et la Semaine sainte seraient rituellement célébrées dans le sang et l’horreur, comme une interminable messe noire. Citons, pour mémoire, la série d’attentats organisées par Boko Haram au Nigéria à Noël 2011, avec des dizaines de victimes. Ou le dimanche des Rameaux 2017, avec deux attaques en Égypte contre des lieux de culte coptes. Ces crimes revendiqués par Daech avaient fait, là encore, des dizaines de morts et plus de deux-cents blessés.

    Ces persécutions antichrétiennes peuvent paraître aussi étranges qu’étrangères.Certains communiqués éplorés, après les attentats de Colombo, Negombo et Batticaloa, ont soigneusement omis de citer les mots « église », « Pâques » ou « chrétiens », s’en tenant à l’expression d’une vague et peu engageante sympathie pour le peuple sri-lankais, sous prétexte sans doute que des grands hôtels avaient aussi été visées. Pourquoi ces pudeurs, ces précautions, ces petites lâchetés déguisées en prudence ? Et si c’était pour des raisons plus profondes qu’il n’y paraît ? En dire plus risquerait peut-être de remettre le christianisme au centre, non comme un héritage patrimonial à restaurer, telle une flèche de Notre-Dame à rebâtir avant les prochains JO, mais comme une réalité humaine universelle et vivante, faite d’enfants, de femmes et d’hommes réunis pour célébrer la promesse universelle d’un salut. Cela obligerait à s’interroger sur le mystère même de cette espérance pascale qui espère malgré le mépris, malgré la violence, malgré tout.

  • USA : la Caroline du Sud et le Texas légifèrent pour protéger les bébés survivant à un avortement

    IMPRIMER

    USA : DEUX ETATS LÉGIFÈRENT POUR PROTÉGER LES BÉBÉS SURVIVANT À UN AVORTEMENT

    sur genethique.org

    Aux Etats-Unis, lundi et mardi dernier, la Chambre des représentants, puis le Sénat de la Caroline du Nord ont voté un projet de loi imposant aux médecins et infirmières de soigner les bébés nés vivants après un avortement tardif, comme tout nouveau-né, sous peine de sanctions pénales.

    Un porte-parole du gouverneur démocrate Roy Cooper, a critiqué la mesure. Ce qui laisse à penser que le gouverneur pourrait opposer son veto à la loi. Pourtant, les républicains, favorables à cette mesure, ont déclaré que cela dépassait le cadre de l'avortement puisqu’il s’agit de protéger un bébé né vivant.

    Au Texas, la semaine dernière, un projet de loi semblable intitulé the Texas Born Alive Protection Act,destiné à « renforcer les protections accordées aux bébés qui survivent à un avortement », a été approuvé par 93 voix contre 1 à la Chambre des représentants, et par 21 voix contre 10 au Sénat.

    Pour aller plus loin :

  • Les vieux Disney : le fanatisme des déconstructeurs progressistes

    IMPRIMER

    Un billet de Mathieu Bock-Côté paru il y a dix jours sur le site "Pour une école libre au Québec" :

    Les vieux Disney : les déconstructeurs progressistes sont des fanatiques

    Quiconque s’intéresse au mouvement des idées à notre époque est obligé de constater que nous sommes les témoins, en même temps que les victimes, d’une grande purge culturelle, comme s’il fallait purifier notre existence et la délivrer du mal. Le monde intellectuel, ou plus exactement, ses élites intellectuelles et médiatiques sont engagées dans un grand mouvement de déconstruction culturelle et sociale qu’elles assimilent à la lutte contre les préjugés qui pollueraient notre culture et pousseraient à la reproduction de structures sociales inégalitaires en plus de contribuer à l’exclusion des minorités. Pour que le paradis diversitaire advienne, pour qu’un nouveau monde arraché à l’ancien puisse enfin naître, il faudrait aller jusqu’au bout de la déconstruction.

    Cette logique folle se manifeste dans tous les domaines de l’existence, même les plus improbables. On a pu le constater encore une fois il y a une dizaine de jours dans la presse européenne qui rapportait la publication d’une étude universitaire britannique dénonçant... les dessins animés de Walt Disney ! Blanche neige, La Belle et la Bête, Aladdin et Le Roi Lion sont notamment ciblés. Sans surprise, on les accuse... de racisme ! 

    Car y a-t-il une seule œuvre aujourd’hui qu’on ne trouve pas moyen d’accuser de racisme ? Ce terme dont la définition ne cesse de s’étendre ne veut à peu près plus rien dire. On accuse aussi ces films de sexisme, La Belle et la Bête, apparemment, poussant même... à la violence conjugale ! Les œuvres plus récentes de Disney, toutefois, feraient la promotion de bonnes valeurs et on pourrait les recommander aux enfants. Fiou ! En d’autres mots, il faudrait considérer ces œuvres comme autant d’instruments de propagande devant faire la promotion de la vision recommandée de la société, sans quoi on aura la tentation de les proscrire. Comment ne pas constater que les savants à l’origine de ces études sont en fait des idéologues militants ?

    Lire la suite

  • Qui succèdera à Mgr Vancottem à l'évêché de Namur ?

    IMPRIMER

    L'évêque de Namur va partir à la retraite; les diocésains verront-ils partir avec regret Mgr Vancottem dont l'épiscopat fut si effacé (d'aucuns évoquent une "absence réelle"...) ? Sur Cathobel : le merci adressé au prélat lors de la messe chrismale et le cadeau qui lui a été offert (malicieusement?) : un bon pour un voyage :

    Le diocèse de Namur dit « merci » à Mgr Vancottem, son évêque

    Ce n’est pas encore un au revoir mais déjà un merci. Mercredi, à l’issue de la messe chrismale, c’est un  »merci » tout particulier qui a été adressé, en présence des prêtres, diacres, religieux, consacrés mais aussi, d’une manière plus large, des diocésains, à Mgr Vancottem. L’évêque de Namur attend la désignation par le pape François de son successeur. A 75 ans, comme l’exige le droit canon, il a remis sa décision au pape qui l’a acceptée. Outre des remerciements pour son épiscopat, Mgr Vancottem s’est vu remettre un cadeau: un bon pour un voyage. Il devra cependant encore patienter avant de boucler ses valises…

    Mgr Vancottem apprécie beaucoup la messe chrismale. Pour lui, il s’agit, avec les ordinations sacerdotales, d’un temps fort de l’année liturgique. Il apprécie le fait que des prêtres, diacres, religieux mais aussi des fidèles de tout le diocèse se retrouvent à la cathédrale. Cette année outre le renouvellement des promesses sacerdotales, la bénédiction de saintes huiles et la consécration du saint-chrême (lire par ailleurs), c’est un  »merci » qui a été adressé à Mgr Vancottem. Ce dernier, ému, dira:  »On aime arriver et on voudrait partir en catimini. Je prendrai congé de vous, une fois mon successeur désigné. Enfin, pas complètement. Je suis incardiné dans le diocèse et je vivrai dans un de ses petits coins. Que mon successeur se rassure, je ne serai pas pour lui une ‘belle-mère’. »

    Mgr Warin, évêque auxiliaire du diocèse, introduisait ce moment en remerciant Mgr Vancottem pour son épiscopat mais aussi pour ses 50 années de prêtrise. L’abbé Nicolas Baijot interviendra au nom des ministres ordonnés du diocèse. Ordonné en juin dernier, il est actuellement aux études à Rome: il se forme en patrologie. L’abbé Baijot relèvera le souci de l’évêque d’être  »proche du peuple de Dieu, volonté que vous nous avez communiquée. » Il rappellera, à l’initiative de l’évêque, la création du vicariat de la diaconie en février 2016.  »Vous avez témoigné de votre attention pour le service des pauvres, des malades, des faibles… bref du Christ. Ce fut un rappel important pour nous, un rappel de ce souci pastoral que nous devons porter. »

    Lire la suite