02/09/2014

Loi sur l'euthanasie : incombe-t-il à la Commission de contrôle d'interpréter la loi ?

 
La loi du 28 mai 2002 relative à l’euthanasie prévoit que la Commission fédérale chargée du contrôle et de l’application de la loi, dresse tous les deux ans un rapport à l’intention du législateur. Voici donc la sixième mouture, qui couvre les années 2012-2013.

Le rapport comporte tout d’abord un volet statistique, dont on retiendra ici que le nombre d’euthanasies déclarées a pratiquement doublé en 4 ans (une augmentation  de 89%), passant de 953 euthanasies déclarées en 2010 à 1807 en 2013. La Commission estime que cette augmentation est due à la « diffusion progressive de l’information auprès du public et des médecins ». Ces morts provoquées représentent aujourd’hui 1,7% du total des décès en Belgique. 

De plus en plus de personnes ont par ailleurs demandé à être euthanasiées alors que leur décès n’était pas prévu à brève échéance (13% des euthanasies). Ces chiffres devraient toutefois vraisemblablement être revus à la hausse pour inclure certains cas d’euthanasies pratiquées, sur base de déclarations anticipées de fin de vie, sur des personnes inconscientes de façon irréversible. En effet, le rapport range de façon arbitraire tous ces cas dans la catégorie des décès à brève échéance, alors que l’échéance est parfois indéterminée (« Lorsque l’euthanasie a été pratiquée chez un patient irréversiblement inconscient sur la base d’une déclaration anticipée, l’échéance du décès, si elle était indéterminée, a été classée brève. »).

Le rapport décrit ensuite l’application de la loi, dont ressortent les éléments suivants :

- A propos des personnes qui ont été euthanasiées alors qu’elles n’étaient pas en fin de vie, le rapport mentionne quelques cas de cancers débutants mais précise que les autres patients euthanasiés souffraient de maladies ou d’affections non-terminales. C’est le cas notamment des patients atteints d’affections neuro-psychiques (4%) ou de personnes souffrant de « pathologies multiples » propres au grand âge (5% des cas). A ce sujet, la Commission souligne que le nombre d’euthanasies pratiquées pour pathologies multiples est « nettement plus élevé » en 2012-2013 qu’en 2011 (on passe de 23 en 2011 à 109 en 2013). Le rapport souligne à ce propos qu’il y a eu une divergence de vue au sein de la Commission quant à la justification d’une euthanasie pour ces pathologies non terminales et « normales » liées à l’âge du patient.
   2004  2005  2006 2007 
2008 
 2009 2010 
2011 
 2012 2013 
 Affections  neuro-psychiques  6
 5  4  13  21  25  33  53  67
 "Pathologies multiples"  9 11 

10 
12 
18 
16 
23 
57 
109 

- Sur l’ensemble des patients euthanasiés, 75% d’entre eux avaient entre 60 et 89 ans, et l’on relèvera la proportion croissante des euthanasies en maison de repos ou/et de soins.

Lire la suite

Benoît XVI reçoit les représentants de deux organisations traditionalistes

Lu sur le site web « Notions Romaines » :

insert_20130919092504_ima405a.jpg« Ce lundi 1er septembre 2014, le pape émérite a reçu en fin de journée Cosimo Marti, cofondateur et trésorier de la fédération internationale Juventutem, accompagné de Giuseppe Capoccia, délégué général du pèlerinage « Populus Summorum Pontificum ».

C’est en juillet de cette année, en coïncidence avec le septième anniversaire du motu proprio Summorum Pontificum du 7 juillet 2007, que Cosimo Marti a reçu, via la nonciature apostolique à Berne – le siège de Juventutem est en Suisse –, un courrier qu’il n’attendait plus. Comme de très nombreux catholiques, il avait en effet demandé, sans succès, une audience à Benoît XVI avant que celui-ci ne renonce à l’exercice de la papauté.

Une fois le retrait du Saint-Père effectif, il avait considéré sa requête comme archivée et l’avait oubliée.

Quelle surprise pour lui alors que ce courrier de Mgr Gänswein l’invitant à rencontrer le pape émérite en sa retraite vaticane ! 

Autorisé à être accompagné d’une personne, Cosimo Marti a choisi Giuseppe Capoccia, originaire des Pouilles comme lui et, surtout, délégué général du Cœtus Internationalis Summorum Pontificum qui, depuis 2012, organise le pèlerinage international du peuple Summorum Pontificum à Rome dont la prochaine édition se tiendra fin octobre. Il faut dire que le pèlerinage accueillera cette année, rassemblée autour de son chapelain, l’abbé de Malleray, FSSP, la fédération Juventutem qui fête cette année ses 10 ans. Vendredi 24 octobre, le cardinal Pell, Préfet pour l’économie du Saint-Siège, célébrera ainsi une messe pontificale en l’église de la Très Sainte Trinité des Pèlerins, en action de grâces pour Juventutem.

Rappelons que le Cardinal Pell officia solennellement pour Juventutem aux JMJ de Cologne de 2005, qui marquèrent la première participation officielle de catholiques liés à la messe traditionnelle à un événement public de l’Église. Ce furent aussi les premières JMJ de Benoît XVI comme pape, qui avait accordé sa bénédiction à Juventutem en cette occasion. Moins de deux ans plus tard, dans sa Lettre aux évêques accompagnant le motu proprio Summorum Pontificum, il pensait certainement au millier de jeunes de la délégation Juventutem à Cologne lorsqu’il écrivit : « Aussitôt après le Concile Vatican II, on pouvait supposer que la demande de l’usage du Missel de 1962 aurait été limitée à la génération plus âgée, celle qui avait grandi avec lui, mais entre-temps il est apparu clairement que des personnes jeunes découvraient également cette forme liturgique, se sentaient attirées par elle et y trouvaient une forme de rencontre avec le mystère de la Très Sainte Eucharistie qui leur convenait particulièrement. »

Lire la suite

Les martyrs de septembre (2-3 septembre 1792)

massacresseptembreCarnavale.jpgSelon Herodote.net,

"les 2 et 3 septembre 1792, à l'instigation de meneurs comme le journaliste Jean-Paul Marat qui agitent la crainte des complots et celle, bien réelle, de l'invasion, des dizaines de sans-culottes envahissent les prisons parisiennes. À l'Abbaye, la Force, la Conciergerie, Bicêtre, ils massacrent les prisonniers prétendument contre-révolutionnaires. Au total un millier de victimes : aristocrates, prêtres réfractaires mais aussi droit commun et citoyens ordinaires.

Parmi les victimes figure la princesse Marie-Thérèse de Lamballe (42 ans), ancienne confidente de la reine, connue pour être aussi belle que vertueuse ! Elle avait été enfermée à la prison de la Force après avoir accompagné la famille royale à la prison du Temple. Son corps est mis en lambeaux par les émeutiers. Sa tête, plantée au bout d'une pique, est promenée sous la fenêtre de la cellule de la reine ! Avec ces massacres, la Révolution française entre dans sa phase la plus violente."

Selon Evangile au Quotidien :

Le couvent des Carmes, avec son très vaste enclos, est le premier et le plus symbolique théâtre des tueries. Au témoignage de l'abbé Saurin, jésuite rescapé, le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers. La tuerie qui a commencé dans le jardin s'achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d'abord reflué et se sont mutuellement donné l'absolution. « Je n'ai entendu se plaindre aucun de ceux que j'ai vu massacrés » écrira l'abbé de la Pannonie, blessé et rescapé de la tragédie des Carmes.

Parmi les trois mille victimes de septembre 1792, cent quatre-vingt onze personnes mortes pour leur foi ont été béatifiées par Pie XI (Ambrogio Damiano Ratti, 1922-1939) le 17 octobre 1926. Quatre-vingt-six prêtres étaient membres du clergé parisien. Les quatre laïcs et de nombreux religieux béatifiés appartenaient aussi à l'Église de Paris.

Ukraine/Russie : l’Europe brandit son sabre de bois

La riposte envisagée par les Européens le 30 août n’intimidera pas le maître du Kremlin. Non seulement toute aide militaire à l’Ukraine est exclue, mais la menace de nouvelles sanctions économiques divise les Européens. De Philippe Oswald sur le site « aleteia » (extraits) :

Kiev, en échec militaire face aux milices pro-russes (cf. Le Nouvel Observateur), accuse Moscou d’invasion de son territoire. Jeudi dernier, au cours d’une réunion de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), l’Ukraine a demandé aux Occidentaux une aide militaire « d'envergure » pour contrer les troupes russes qui auraient pénétré dans l'Est du pays. Selon l'Otan, plus de 1.000 soldats russes combattent dans la zone séparatiste (majoritairement peuplée par des russophones) et 20.000 autres seraient massés le long de la frontière. La Pologne et la Lituanie confirment détenir des preuves allant dans ce sens.

Personne ne croit aux démentis du Kremlin mais personne n’a envie de mourir pour le Donbass…ni pour certaines milices ukrainiennes infréquentables (le blog de Patrice de Plunkett). Le sommet extraordinaire  des 28 membres de l'Union européenne, réunis en sommet samedi 30 août à Bruxelles, s’est soldé par un mandat donné à la Commission européenne pour qu'elle étudie « en urgence » des propositions de nouvelles sanctions économiques « dans la semaine »… ( Le Monde). Il n’est en effet pas question d’envisager une réplique militaire, a assuré Angela Merkel. Même le président ukrainien Porochenko, présent en invité puisque l’Ukraine ne fait pas partie de l’UE, s’est borné à demander une solution politique et d’abord un « cessez-le-feu viable ».  Pas de quoi intimider Vladimir Poutine. D’autant qu’au coup de menton de François Hollande assurant que de nouvelles sanctions économiques devaient être « appliquées pleinement et durablement », a succédé la déclaration de la chancelière Angela Merkel selon laquelle « certains pays européens ont besoin d'un peu de temps pour étudier l'impact de ces nouvelles mesures », elle-même estimant qu’il était trop tôt pour juger de leur efficacité. Le premier ministre slovaque et son homologue hongrois sont, quant à eux, vent debout contre de nouvelles sanctions.(…)

En réalité les Européens temporisent en attendant que le véritable « patron », le grand frère américain, décide à leur place…Aucune décision ne sera prise avant de connaître la position qu’adoptera Barack Obama au prochain sommet de l’OTAN qui doit se tenir le 4 septembre au Royaume-Uni.. Mais celui-ci a déjà tempéré les velléités belliqueuses en annonçant que les Etats-Unis  « n'auront pas recours à la force pour résoudre le problème ukrainien » (cfL’Express).

Quant à Vladimir Poutine, il parle désormais de la « Nouvelle Russie » (Novorossia) pour désigner, comme à l’époque tsariste, ces régions tampons de l'est et du sud de l'Ukraine (…) et s’est fendu d’un éloge du président ukrainien Porochenko après leur rencontre mardi dernier à Minsk . La qualifiant de « très bonne » et de « très franche », le président russe a ajouté que l’ukrainien était « le genre de partenaire avec qui on peut avoir un dialogue ».

Pendant ce temps, les populations souffrent. En un peu plus de quatre mois, ce conflit entre les forces armées de Kiev et les insurgés prorusses aurait fait près de 2.600 morts (selon l'ONU), des milliers de blessés et des centaines de milliers de déplacés et de réfugiés. Le conflit entre populations ukrainiennes et russophones rouvre de vieilles blessures. Dans une lettre ouverte adressée aux conférences épiscopales du monde entier ainsi qu'aux autorités politiques, le chef de l'Église gréco-catholique d’Ukraine, l’archevêque majeur de Kiev, Mgr Sviatoslav Shevchuk, dénonce le silence et l’inaction de la communauté internationale. Selon lui, tout le monde devrait se sentir concerné par la tragédie que vit son pays qui pourrait s’avérer contagieuse. Il demande la prière des chrétiens et dément les accusations du Patriarche de Moscou à l’encontre des aumôniers militaires gréco-catholiques qui inciteraient leurs coreligionnaires à la violence contre les membres des autres Eglises et groupes religieux. La guerre civile entre populations ukrainiennes (majoritairement orthodoxes) et russes (presque exclusivement orthodoxes) ne recoupe pas  le vieil antagonisme entre orthodoxes et catholiques mais néanmoins, elle le ranime, les gréco-catholiques étant ukrainiens et longtemps persécutés comme catholiques par Moscou.
 
Ref.  Ukraine/Russie : l’Europe brandit son sabre de bois

L’ Est de l’Ukraine est orthodoxe, russophone et russophile. La frontière est le résultat aléatoire de l'histoire. La solution passe par un accord avec la nouvelle Russie de Poutine. JPSC

01/09/2014

BXL : Sainte-Catherine est rouverte !

Lu sur désacralisations-stop :

Ce dimanche avait lieu une première messe dans l’église Sainte-Catherine rafraîchie et illuminée par les rayons de soleil. Une première en attendant l’ouverture officielle du samedi 20 septembre 2014 à 18 h, Messe présidée par Monseigneur André Joseph Leonard à laquelle nous sommes tous invités. Entretemps les travaux de nettoyage et d’aménagement se poursuivent. Contact : Véronique au 0478.31.33.45 ou email : eglisesaintecatherinebruxelles@gmail.com Ci-dessous un article publié ce lundi 01/09/2014 dans le journal LA CAPITALE :

Sans titre.png

Sans titre2.png

Mgr Oscar Romero, une cause de béatification mouvementée

Romero.jpgLe 18 août, le pape François a affirmé qu’il n’y avait plus d’obstacle « idéologique » au processus de cause de béatification de Mgr Oscar Romero. L’archevêque de San Salvador (Salvador) a été assassiné en pleine messe en 1980. Pour mieux comprendre où en est le dossier, l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » a interrogé le Père Alberto Royo Mejía, canoniste et spécialiste de la cause des saints, implanté dans le diocèse de Getafe (Espagne) :

"Le pape François a rappelé le 18 août que la cause de béatification de Mgr Oscar Romero avait été jusqu’à présent « bloquée par prudence à la Congrégation pour la doctrine de la foi ». Quelles étaient les difficultés de ce dossier ?

La première était de déterminer qui avait assassiné Mgr Romero. En effet, depuis 1980 jusqu’à très récemment, aucune enquête sérieuse n’avait été faite sur le sujet. On n’a appris le nom de l’assassin que trente et un ans après les faits !

Ainsi, quand a été présentée la cause de béatification de Mgr Romero au Saint-Siège en 1994, il n’y avait toujours pas eu d’enquête sérieuse sur le sujet. C’était pourtant un point fondamental. Parce qu’il ne suffit pas à un martyr d’avoir été assassiné. Il faut aussi savoir pourquoi. On pouvait dire plus ou moins qui l’avait assassiné, mais sans certitude.

Aujourd’hui on le sait : l’assassin était un militaire, membre de l’équipe de sécurité du président de la République de l’époque. On sait aussi qu’il a agi pour le compte d’un militaire plus gradé que lui, et combien il a été payé.

En d’autres termes, il fallait déterminer  si Mgr Romero était réellement mort martyr ?

En effet. Car pour une béatification par la voie du martyre, il faut trois éléments.

Premièrement, la certitude historique des circonstances de la mort du candidat au martyre.

Deuxièmement, savoir pourquoi il a été tué : est-ce au motif de sa foi, ou au motif de vertus qui découlent de la foi (comme par exemple, ici, la défense de la vérité et de la justice) ? Dans ce cas concret, on pourrait très bien supposer que Rome finisse par considérer les prises de position de Mgr Romero en faveur de la vérité et de la justice comme n’ayant rien à voir avec la foi. Ce n’est pas à exclure, et nous ne pouvons pas anticiper les décisions du Saint-Siège.

Troisièmement, dans quelle attitude est mort le candidat au martyre : la violence ou l’offrande de soi ?

Quels étaient les obstacles « idéologiques » dont parlait le pape François ?

Il s’agit de la deuxième difficulté, qui relevait du contenu de ses sermons. En effet, comme pour chaque cause de béatification, les sermons ont été passés au crible de la Congrégation pour la doctrine de la foi durant de nombreuses années, et c’est là que la cause s’est un peu enlisée.

La Congrégation devait en effet juger ces sermons en répondant à une question précise : contiennent-ils un élément contraire à la foi ? Ce point a obtenu une réponse depuis que la Congrégation pour la doctrine de la foi s’est prononcée : « Non, il n’y a rien de contraire à la foi ».

Un jugement qui n’est toutefois pas suffisant pour établir si oui ou non ces sermons ont été prononcés par un martyr. En effet, s’ils ne contiennent rien de contraire à la foi, ils pourraient toutefois contenir des éléments à même de ternir cette qualité de martyr. Par exemple s’ils sont considérés comme trop politisés. Sur ce point, c’est désormais à la Congrégation pour la cause des saints de trancher.

Le blocage de la cause vous semblait donc justifié ?

L’Église a raison de prendre son temps. Mgr Romero défendait la justice, une vertu cardinale, cela ne fait pas de doute. Et il le faisait en tant que ministre de Dieu.

Lire la suite

Les intentions de prière du pape pour le mois de septembre

INTENTIONS DE PRIERE POUR SEPTEMBRE

L'intention de prière générale du Saint-Père pour septembre est:

"Pour que les handicapés mentaux reçoivent l'amour et l'aide dont ils ont besoin pour une vie digne".

Son intention missionnaire est:

"Pour que, inspirés par la Parole, les chrétiens s'engagent au service des pauvres et de qui souffre".

Adsum (un film sur le prêtre)

Vu sur le site de la Communauté Saint-Martin:

JPSC

La papesse de l'idéologie du genre invitée à l'UCL

Lu sur le site de l'UCL (Université Catholique de Louvain) - Secteur des Sciences Humaines :

La prochaine conférence du cycle "Sociétés en changement/Changing Societies" sera donné par la Pr. J. Butler - Lundi 29 septembre 2014, de 19.30 à 21.30, en STUD. 11.

 L’Institut pour l’Analyse du Changement dans l’Histoire et les Sociétés Contemporaines

The Institute for the Analysis of Change in Contemporary and Historical Societies (IACCHOS)

et les associations étudiantes AGL, BDE ESPO, CESEC, NASA

ont le plaisir de vous faire savoir que 


la prochaine conférence du cycle « Sociétés en changement/Changing Societies »
sera donnée par la Pr. Judith Butler le lundi 29 septembre 2014, de 19.30 à 21.30, en STUD. 11.

Auteur d’un ouvrage qui marqua durablement les études sur le féminisme et les sexualités (Gender Trouble, Routledge, 1990), cherchant à renouveler les figures du pouvoir, de la norme et de la subjectivité, défendant la construction de sociétés attentives aux minorités, Judith Butler est l’une des principales voix de la scène intellectuelle outre-atlantique. Professeur à l’Université de Berkeley, elle se consacre depuis plusieurs années à l’analyse critique de la violence et à l’éthique de la non-violence. Intellectuelle engagée dans la Cité – notamment à propos du conflit israëlo-palestinien –, elle a récemment publié Parting Ways. Jewishness and the Critique of Zionism, 2012, Colombia University Press, 250 p. (trad. fr. : Vers la cohabitation. Judéité et critique du sionisme, Paris, Fayard, 2013).

Il s'agit d'une opportunité unique d’entendre une personnalité de premier plan exposer « ses visions et propositions pour un monde plus juste ». 
Vous êtes chaleureusement invités à y participer. 
L’entrée est ouverte à tous.
Pour information, la Pr. J. Butler interviendra également dans le cadre d’un séminaire de recherche le 30 septembre 2014, de 14.00 à 18.00, à la Salle Jean Ladrière (Salle du Conseil de l’ISP, Place du Cardinal Mercier), co-organisé par Europé (Centre de philosophie pratique, ISP), le CIRFASE (Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Familles et les Sexualités, IACCHOS) et le CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité, IACCHOS), sur le thème « Ethics of relationality : Non-violence readings from Levinas and Arendt ». Ce séminaire est ouvert à tous, mais le nombre de places est limité. Pour les personnes intéressées, merci de signaler votre inscription auprès de : mylene.botbol@uclouvain.be, avec copie à : stephanie.lorent@uclouvain.be
Au sujet de cette idéologie et de Judith Butler, on lira utilement cet entretien avec Elizabeth Montfort.

La paix « liturgique » ?

L’un des « clous » de la liturgie ordinaire ce sont les échanges de la paix. Avant de partir, le cardinal  Canizarès, préfet de la congrégation du culte divin, que le pape vient de « promouvoir » au diocèse de Valence (Espagne), a voulu mettre fin à ces gesticulations désordonnées mais dans un document si confus qu’on peut sans trop de risque prédire qu’elles ont encore de beaux jours devant-elles. Ici, une liturgie présidée par un évêque belge :

Le catéchisme « Les Trois Blancheurs » fait peau neuve et reçoit l’imprimatur… de Mgr Aillet

nouveau-visuel-les-trois-blancheurs-2_article_large (1).jpgLu dans l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » :

Le 29 juin dernier, Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron a accordé son imprimatur aux deux premiers cycles du parcours catéchétique « Les Trois Blancheurs », une collection co-dirigée par deux prêtres de la Fraternité Saint-Pierre. Elle sort en librairie le 25 août prochain dans une version entièrement modernisée.

C’est un précieux label. À l’occasion de sa refonte, le parcours catéchétique « Les Trois Blancheurs » (1) a reçu par décret, le 29 juin dernier, l’imprimatur de l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Mgr Marc Aillet.

Délivré par l’évêque, l’imprimatur est un certificat attestant la conformité d’une publication à l’enseignement de l’Église catholique. Elle est obligatoire pour l’édition de tout catéchisme ou tout écrit touchant à l’enseignement catéchétique (can. 827 du Code de droit canonique). En l’absence de ce label, les ouvrages catéchétiques publiés ne peuvent avoir recours à l’appellation officielle de « catéchisme », ce qui peut dissuader les parents ou les catéchistes d’y avoir recours.

Une collection réputée pour sa solidité

De pédagogie classique, chaque leçon comporte des questions à mémoriser par cœur. Réputée pour la solidité de son contenu, la collection « Les Trois Blancheurs » est codirigée par deux prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, les abbés Jacques Olivier et Alexis Garnier. Conçue à l’origine, en 1997, comme un « complément à la formation catéchétique » par correspondance, elle a très rapidement séduit de nombreuses familles.

Désormais déclinée en albums richement illustrés et colorés (2), assortis de cahiers d’exercices attrayants, elle s’adresse aux enfants du CP à la Terminale et se divise en 4 cycles. À ce jour, seuls les deux premiers cycles (du CP à la 6e) ont été réactualisés et, à cette occasion, labélisés par l’imprimatur de Mgr Aillet. Ses auteurs travaillent désormais à la refonte des deux derniers cycles à destination des collégiens et lycéens.

Mgr Marc Aillet : « La transmission de la foi est la vocation première de toute catéchèse »

-Pour quelles raisons avez-vous donné votre imprimatur à ces six volumes des « Trois blancheurs » ?

Dans mon diocèse, de nombreuses familles utilisent « Les Trois blancheurs » pour transmettre la foi à leurs enfants. J’ai jugé nécessaire qu’elles aient la certitude que ces documents étaient conformes à la foi et à la morale catholiques, ce qu’atteste l’imprimatur. À la demande de l’un de ses auteurs, qui exerce son ministère de prêtre dans mon diocèse, j’ai pris connaissance du contenu de ce parcours catéchétique avant de le transmettre pour avis à la Commission épiscopale de la catéchèse et du catéchuménat (CECC). J’ai ensuite transmis aux auteurs de cette collection le rapport d'expertise remis à la CECC par le Service national catéchèse et catéchuménat pour correction. Après avoir vérifié que les modifications demandées avaient bien été prises en compte, j’ai pris la décision d’accorder mon imprimatur à ces ouvrages.

Lire la suite

Abbé Grosjean : "Les jeunes catholiques ne sont pas prisonniers de nos vieux clivages"

53017_abbe-pierre-herve-grosjean_440x260.jpgLe Père Pierre-Hervé Grosjean est à la tête d'Acteurs d'avenir, une association qui organise des sessions de formation sur l'engagement pour les jeunes étudiants. Il dit ici, avec franchise, sa compréhension de ces jeunes croyants qui s'engagent politiquement au nom de leur foi. Henrik Lindell l’a interrrogé pour le magazine « La Vie » (extraits) :

Pour la cinquième année consécutive, vous réunissez à Fontainebleau 200 jeunes pour une session consacrée à l'engagement dans la société. Quel est leur profil ?

Ils ont entre 20 et 25 ans. La plupart sont étudiants. Ils ont souvent déjà un engagement. Beaucoup sont des chefs scouts. Ils ont souvent fait de l’humanitaire et ils ont généralement participé à la mobilisation pour la famille. Ils sont conscients qu’ils ont beaucoup reçu par leurs études et qu'on leur demandera beaucoup. Ils veulent donc beaucoup donner. Ils feront leur métier d’une façon engagée et ils n'imaginent pas des réussites individualistes (…)

Quels sont les enseignements dispensés à Acteurs d'avenir ?

Le cœur d’Acteurs d’avenir, c’est le partage d’expériences entre décideurs d’aujourd’hui et décideurs de demain. Mais il y a aussi des interventions de théologiens, de philosophes et du cardinal Philippe Barbarin. Ils apportent un regard complémentaire sur un thème abordé par des décideurs. Les jeunes découvriront ainsi que les théologiens peuvent dire des choses intéressantes sur la crise financière, le bien commun, etc. On veut leur offrir une colonne vertébrale intellectuelle et spirituelle solide .

Pourquoi, au fond, avez-vous créé Acteurs d’avenir, alors qu'il y avait déjà d'autres initiatives catholiques sur l'engagement politique ?

En tant que prêtre, j’ai constaté que les jeunes pensaient souvent qu’il était difficile de concilier leur volonté de découvrir le monde dans leurs grandes écoles, leur envie d’entreprendre et de prendre des responsabilités et ce qu’ils pensaient comprendre de l’évangile ou ce qu’on leur disait à l’église. Comme s’il fallait choisir entre les deux. Donc soit ils devenaient schizophrènes, soit des chrétiens du dimanche. 
Il fallait donc leur montrer que leur foi chrétienne n’est pas un boulet qui pourrait les brider, mais une chance qui leur donne un fondement.
Deuxièmement, je voulais que l’Eglise sache repérer, accompagner et encourager ces jeunes généreux qui avaient beaucoup reçu. Si on veut demain des dirigeants qui aient un vrai souci de la dignité de la personne humaine et un vrai sens éthique, c’est dès maintenant qu’il faut les préparer.

Lire la suite