Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO

  • Suisse : quand une décision de justice fait primer le droit de l'enfant sur le droit à l'enfant

    IMPRIMER

    GPA : UNE DÉCISION SUISSE QUI « FAIT PRIMER LE DROIT DE L’ENFANT SUR LE DROIT À L’ENFANT »

    synthèse de presse bioéthique de gènéthique.org

    Le Tribunal Fédéral suisse a annulé hier un jugement qui avait permis à deux hommes pacsés d’être les pères d’un enfant né d’une mère porteuse Californienne en 2011.

    Les mères porteuses sont interdites en Suisse par la Constitution et par la loi sur la PMA pour des motifs éthiques et moraux : « éviter la commercialisation du corps humain et l’instrumentalisation de la femme et de l’enfant comme simples objets destinés à satisfaire les aspirations de leurs parents dits d’intention. »

    L’enfant dont l’état civil est en cause avait été conçu par FIV[1] avec  « les spermatozoïdes de l’un des ‘deux pères’ et les ovules d’une donneuse anonyme ». Un tribunal californien puis le tribunal administratif du canton de résidence des « deux pères » avaient reconnu le lien de filiation entre l’enfant et les deux hommes, pacsés deux mois avant la naissance.

    L’Office Fédéral de la Justice (OFJ) a fait un recours car il estime que « seul le lien de filiation entre l’enfant et le père qui a donné son spermatozoïde, peut être reconnu » et réclame également que l’identité de la mère porteuse figure à l’état civil. Le Tribunal Fédéral a donc donné raison hier à l’OFJ. 

    L’Office s’est félicité de cette décision qui « montre clairement que les juges ne sont pas prêts à protéger le comportement de couples cherchant à contourner la loi suisse ». Cette décision montre aussi « combien l’identité de l’enfant est touchée lorsqu’il est mis au monde par un mère porteuse ».

    Terre des hommes, la plus grande organisation d’aide à l’enfance en Suisse salue également cette décision, qui « fait primer le droit de l’enfant sur le droit à l’enfant ».

    [1] Fécondation In Vitro

    Source:  Le Temps (22/05/2015)

  • 4-7 juin : Célébration de la Fête-Dieu à Liège

    IMPRIMER

    Sans titre.png

    Sans titre2.pngcliquer sur les images pour accéder au dépliant dans un format plus lisible

     

  • Une Journée Internationale contre la Discrimination des Chrétiens ?

    IMPRIMER

    De ZENIT.org (Anne Kurian) :

    Pour une Journée internationale contre la discrimination des chrétiens

    Mgr Urbanczyk, représentant du Saint-Siège à l'OSCE, recommande "une sensibilisation de la société" à travers "du matériel éducatif sur la lutte contre ce phénomène négatif" et l'institution d'une Journée internationale de lutte contre la discrimination des chrétiens.

    Le Saint-Siège appelle la communauté internationale « à lutter contre l'intolérance et la discrimination des chrétiens avec la même détermination que pour d'autres communautés religieuses ». Il demande l'institution d'une "Journée internationale de lutte contre la discrimination des chrétiens".

    Mgr Janusz Urbanczyk, représentant permanent du Saint-Siège auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est intervenu au cours de la Conférence sur la prévention et la lutte contre l'intolérance et la discrimination des chrétiens, en particulier les crimes haineux, l'exclusion, la marginalisation et le déni des droits, à Vienne, le 18 mai 2015.

    Au cours de la deuxième session, le diplomate a fait observer que « les tendances juridiques contemporaines en Europe révèlent une méfiance envers la religion, les institutions religieuses et leur rôle public ». En outre, « la religion est perçue comme un obstacle à la pleine réalisation de sociétés plus tolérantes ». « Ces actes d'intolérance, d'exclusion et de marginalisation sont préoccupants et exigent une réponse urgente. »

    Il a dénoncé « les tendances sociales qui étiquettent faussement certains enseignements religieux de nature morale comme discriminatoires et, par conséquent, susceptibles d'être interdits par la loi » : « Une telle pratique constituerait une restriction injustifiée de la liberté d'opinion et d'expression » et serait finalement « une expression d'intolérance religieuse ».

    « Les chrétiens sont particulièrement touchés par un tel traitement », a-t-il insisté : « il semble désormais légitime de lancer des insultes de toutes sortes contre le christianisme... les instituts religieux, comme les écoles ou les organismes de bienfaisance, sont signalés comme discriminateurs potentiels s'ils veulent préserver leur caractère religieux ».

    Mgr Urbanczyk a exprimé sa préoccupation pour les « campagnes bien orchestrées contre les chrétiens et tous ceux qui expriment pacifiquement leurs opinions concernant la nature humaine, la famille naturelle traditionnelle, le mariage, l'homosexualité, la dignité de la personne humaine de sa conception jusqu'à sa mort naturelle... Il est aberrant de voir que la libre expression liée à ces questions, est limitée et menacée à tous les niveaux de la société ».

    « L'intolérance au nom de la "tolérance" doit être nommée pour ce qu'elle est et condamnée publiquement », ajoute-t-il : « Refuser les arguments moraux religieux sur la place publique est intolérant, anti-démocratique et anti-religieux ». Pour le Saint-Siège, « aucun enseignement religieux, à l'exception de ceux qui enflamment directement la violence, ne doit être interdit par la loi, qu'ils soit ou non politiquement correct ».

    Au cours de la session 3, Mgr Urbanczyk a évoqué les meilleures pratiques de la lutte contre la discrimination des chrétiens : alors que « les incidents visant les chrétiens sont souvent sous-estimés ou pas signalés du tout », « il est nécessaire que les gouvernements se concentrent davantage sur les moyens de promouvoir l'information spécialisée dans les crimes haineux contre les chrétiens ».

    « Pour ce faire, a-t-il ajouté, il est important de prêter plus d'attention lorsque des crimes se produisent sur les biens religieux, comme des églises, ou contre des représentants religieux... Plus qu'un simple vandalisme, ce sont des messages clairs d'intolérance et de haine. »

    Quels que soient les incidents – profanation des lieux de culte, actes de vandalisme contre des lieux saints, agressions verbales et physiques contre des chrétiens – de « nombreux cas ne sont jamais signalés » en raison de l'enseignement du christianisme « à souffrir en silence le mal inévitable et l'injustice », a-t-il précisé.

    Il est du devoir « de tous les gouvernements d'agir clairement contre ces crimes haineux et de protéger les chrétiens » ou « toute personne, quelle que soit son origine ou ses croyances religieuses » : il s'agit de « signaler ces incidents et s'engager sérieusement en sorte que tous les citoyens, y compris les chrétiens, puissent vivre paisiblement, professer et pratiquer librement leur foi ».

    Mgr Urbanczyk a appelé la communauté internationale « à lutter contre l'intolérance et la discrimination, les incidents motivés par la haine contre les chrétiens avec la même détermination que pour d'autres communautés religieuses ».

    Il a recommandé « une sensibilisation de la société en général, et des représentants de la police et du gouvernement en particulier » : « L'OSCE et le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) pourraient jouer un rôle important dans cet effort » en fournissant « du matériel éducatif sur la lutte contre ce phénomène négatif », semblable au matériel existant pour sensibiliser sur l'antisémitisme et l'intolérance envers les musulmans.

    Enfin, la délégation du Saint-Siège a réitéré son appel à instituer une Journée internationale de lutte contre la discrimination des chrétiens en collaboration avec l'OSCE.

  • Syrie : le Père Jacques Murad, prieur de Mar Elian, enlevé par des islamistes

    IMPRIMER

    SYRIE - Enlèvement du Père Jacques Murad, membre de la même communauté que le Père Paolo Dall'Oglio (Fides.org)

    Homs – Le Père Jacques Murad, Prieur du Monastère de Mar Elian, a été enlevé par deux ravisseurs qui l’ont prélevé du Monastère sous la menace des armes. Selon des sources locales contactées par l’Agence Fides, l’enlèvement du prêtre aurait eu lieu le 18 mai, alors que d’autres sources affirment que le prêtre aurait été enlevé dans la journée du 21 mai. La nouvelle a été confirmée aujourd’hui par l’Archidiocèse syro-catholique d’Homs, qui a demandé à tous les fidèles d’invoquer le Seigneur dans la prière afin que le Père Murad soit libéré et puisse retourner à sa vie de prière, au service des frères et de tous les syriens. Selon certaines sources locales, en compagnie du Père Murad aurait également été enlevé un diacre, Boutros Hanna, mais cette indiscrétion n’a pas été confirmée par l’Archidiocèse syro-catholique d’Homs.

    Selon les premières reconstructions, l’enlèvement a été réalisé par deux hommes armés arrivés en motocyclette au Monastère de Mar Elian. Les ravisseurs ont contraint le Père Murad à prendre sa propre voiture et, sous la menace des armes, lui ont imposé de se diriger vers une destination inconnue.Des sources locales consultées par Fides avancent l’hypothèse que, derrière cet enlèvement, se trouvent des groupes salafistes présents sur zone, qui se sentent renforcés par les récents succès des djihadistes d’al-Nusra et du prétendu « Etat islamique » sur le territoire syrien.

    Le Père Jacques Murad est le Prieur du Monastère de Mar Elian et le Curé de la communauté catholique de Qaryatayn, à 60 Km au sud-est d’Homs. Le monastère, situé à la périphérie de Quaryatayn, représente une filiation du Monastère de Deir Mar Musa al Habashi, refondé par le Père Paolo Dall'Oglio, jésuite italien lui aussi enlevé le 29 juillet 2013 alors qu’il se trouvait à Raqqa, chef-lieu syrien depuis des années sous le contrôle des djihadistes du prétendu « Etat islamique ».Au cours des années du conflit, la ville de Qaryatayn avait été plusieurs fois prise par des miliciens anti-Assad et bombardée par l’armée syrienne. Le Père Murad, en compagnie d’un avocat sunnite, avait joué le rôle de médiateur afin de garantir que le centre urbain de 35.000 habitants soit épargné pendant de longues périodes par les affrontements armés.

    Au Monastère, ont été accueillis des centaines de réfugiés, y compris plus d’une centaine d’enfants de moins de 10 ans. Le Père Murad et ses amis ont pourvu à trouver le nécessaire à leur survie, y compris en ayant recours à l’aide de donateurs musulmans.Ces quelques allusions font comprendre quel oasis de charité représente le Monastère de Mar Elian pour l’ensemble du peuple syrien, massacré dans le cadre d’une guerre absurde, alimentée depuis l’étranger.

    Famille Chrétienne n'hésite pas à attribuer cet enlèvement à Daesch (Etat Islamique) : http://www.famillechretienne.fr/filinfo/le-pretre-syrien-jacques-mourad-enleve-par-daesh-168172

  • "Développement durable" à l'ONU : le Vatican souhaite y ajouter la défense de la vie et du mariage entre un homme et une femme ainsi que la lutte contre la GPA

    IMPRIMER

    De Famille Chrétienne :

    ONU : le Vatican souhaite ajouter la défense de la vie et la lutte contre la GPA

    Inscrire la défense de la vie de « sa conception à la mort naturelle », la défense du « mariage entre un homme et une femme » ou encore la lutte contre la gestation pour autrui (GPA) dans les objectifs de développement durable post-2015 des Nations unies. Telle est l’ambition de la conférence internationale sur les femmes et le développement durable organisée par le Conseil pontifical Justice et Paix à Rome, du 22 au 24 mai 2015.

    Organisée avec la World Union of Women’s Catholic Organization (WUCWO) et la World Women’s Alliance for Life and Family (WWALF), cette conférence devrait réunir près d’une centaine de participants à la Domus Pacis de Rome. Ce séminaire n’entend pas « seulement offrir un panorama des questions les plus urgentes liées à la condition de la femme », a prévenu la veille au Vatican le président du Conseil pontifical Justice et Paix. Pour le cardinal Peter Turkson, ce colloque ne souhaite pas non plus « être seulement un moment de dénonciation des violations de la dignité de la femme et de ses droits », mais bien « offrir une contribution qui puisse être utile aussi dans le cadre des négociations en cours pour le nouvel agenda pour le développement post-2015 ».

    Une journée entière du colloque, le 23 mai, s’organisera autour de groupes de travail chargés d’approfondir les 17 objectifs de développement durable post-2015 proposés par les Nations unies. Lors d’un sommet spécial, en septembre 2015 à New-York, les Nations unies réfléchiront en effet à un nouveau programme de développement durable pour l’après 2015. Or, parmi les nouveaux objectifs de ce programme proposé par l’ONU, on ne trouve « aucune trace » de « la défense de la vie de sa conception à la mort naturelle » ou encore de « la défense de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme », a relevé pour sa part Olimpia Tarzia, présidente de WWALF.

    GPA et colonisation du gender

    Prenant l’exemple de l’objectif n°5, à savoir « parvenir à l’égalité entre les sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », Olimpia Tarzia s’est aussi demandée : « Comment penser « autonomiser toutes les femmes » sans faire aucune référence à la protection sociale de la maternité, à l’harmonisation entre temps de travail et temps de vie familiale, au droit d’être libre d’accueillir la vie, aux politiques fiscales familiales ?»

    Olimpia Tarzia a également fait un parallèle entre le premier objectif, destiné à « mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes » et « la gestation pour autrui (GPA), qui, en exploitant les situations de pauvreté, réduit la femme à une simple génitrice ». La mise en avant de ces sujets, a-t-elle expliqué, permettra surtout de combattre « la colonisation idéologique du gender ».

    Les participants à cette conférence aborderont également de nombreux autres sujets, parmi lesquels la violence domestique, la promotion de l’entreprenariat féminin dans les pays du Sud à travers le microcrédit ou des coopératives, ou encore le rôle que peuvent jouer les femmes dans la promotion du dialogue interreligieux.

  • Mariage gay : quand des chercheurs américains se rétractent

    IMPRIMER

    Du Figaro.fr (Eugénie Bastié) :

    Une étude sur le mariage gay truquée aux Etats-Unis

    Cette enquête qui montrait qu'on pouvait faire changer d'avis une personne hostile au mariage homosexuel en 22 minutes se fondait sur une falsification des données. Les chercheurs américains se sont rétractés publiquement.

    En décembre dernier, deux chercheurs de science politique, Michael LaCour de UCLA et Donald Green de Columbia, publiaient une étude sur le mariage gay qui eut grand retentissement outre-Atlantique, et fut relayée par de nombreux médias dans le monde entier (du New-York Times au Jerusalem Post en passant parLe Monde en France). L'idée principale de cette enquête était la suivante: une simple discussion rationelle pouvait changer l'opinion des gens sur le mariage gay. 22 minutes de conversation avec un avocat homosexuel suffiraient pour faire changer d'avis une personne hostile au mariage entre personnes de même sexe. L'étude, intitulée «Quand le contact change les mentalités: l'exemple de la transmission du soutien au mariage gay», qui se basait sur une «enquête méticuleuse» sur un échantillon de 9500 personnes, avait été publiée par la prestigieuse revue Science. La méthode utilisée était celle du porte-à-porte. Dans les groupes ayant reçu la visite d'un militant, le vote en faveur du mariage gay progressait de 8 points. «Ce qui revient à transformer un habitant du Midwest [conservateur] en électeur du Massachusetts [progressiste]», écrivait les auteurs. La conclusion allait à l'encontre de précédentes études qui montrait que les convictions des individus, largement ancrées dans leurs cultures respectives étaient difficilement perméables à la persuasion rationnelle.

    Lire la suite

  • Synode : le « Ministre » de la Famille du pape François roule pour les thèses de Kasper

    IMPRIMER

    Lu sur le site de l’agence Zenit :

    Paglia1-247x300.jpg« Un chemin pénitentiel ad-hoc qui permet l’accès des divorcés remariés aux sacrements de l’Eucharistie et de la Réconciliation. C’est ce dont a parlé Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille, à Orléans, au cours de son intervention durant la conférence intitulée « Familles : fragilités et Espérance », et organisée en France, par le diocèse d’Orléans, le 18 avril dernier, rapporte le site du Conseil pontifical pour la famille qui publie ce passage de l'intervention.

    Selon Mgr Paglia, « développer un tel chemin est sans doute une voie à parcourir et à approfondir. Avec un groupe de théologiens prévu à cet effet, de juristes et d’experts en pastorale, nous sommes en train d’étudier cette perspective depuis quelques mois. Et nous offrirons bientôt à tous les conclusions de cette recherche. Pendant ce temps, l’on peut dire que la « voie pénitentielle » qui est à l’hypothèse ne pourra être mise en œuvre, de toute façon, que pour des cas particuliers et dans le cadre d’un sérieux chemin de vie chrétienne. Donc, cela ne sera pas pour tous et ne se fera pas de façon indiscriminée, même si c’est ce que l’attente de la part de la presse semble suggérer. Quoi qu’il en soit, je parlerais plutôt d’une via discretionis, à savoir d’un chemin de discernement qui implique également un chemin pénitentiel. Cette voie doit avoir un caractère « public », c’est-à-dire qu’elle doit être accompagnée par l’évêque ou par la personne que ce dernier a nommée. Cela me semble une étape décisive, car il faut éviter tout subjectivisme. Dans ce cadre, il sera possible d’évaluer les intentions du couple et les raisons qui l’ont amené à demander l’accès à cette voie. Dans tous les cas, il est essentiel que le couple divorcé et remarié qui se présente soit acheminé à une intégration dans la vie de la communauté. Je ne vous ferai part que de quelques brèves remarques. Mais une chose est claire : il ne s’agit pas de trouver une règle de base qui soit en mesure de nous dispenser de la grave responsabilité de prendre en charge des situations humaines et spirituelles souvent dramatiques et qui ne sont pas toujours faciles à résoudre ».

    (19 mai 2015) © Innovative Media Inc. 

    Ref .Divorcés-remariés, entre pénitence et pardon, par Mgr Paglia 

    Caméléon ou girouette au gré des vents ? Mgr Paglia était aussi venu à Liège, sans que son style macaronique convainque grand monde, lors de sa conférence organisée par l’évêché à l’église Saint-Jacques, voici un an….

    Ce prélat fut recteur de l'église Sant'Egidio dans le Trastevere où il accueillit les premiers pas de la communauté qui plus tard prendra le nom de cette église et dont il devient l'aumônier général. Il est également postulateur de la cause de béatification de Mgr Óscar Romero assassiné en 1980 à San Salvador. 

    JPSC

  • Le cardinal Sarah, à propos du synode : "beaucoup de gens parlent dans le sens du vent"

    IMPRIMER

    De Famille Chrétienne :

    Synode sur la famille : « Les évêques doivent suivre le Christ » selon le cardinal Sarah

    «Il n’y a pas de révolution ! La doctrine n’appartient à personne en particulier, elle appartient au Christ ! ». C’est qu’a tenu à rappeler le cardinal Robert Sarah, interpellé à propos du prochain Synode des évêques sur la famille, lors de la présentation à Rome le 20 mai d’une nouvelle collection d’ouvrages sur ce thème chez l’éditeur italien Cantagalli. La question de l’accès à la communion des divorcés remariés cristallise une partie des débats. Evoquant les discussions actuelles dans l’Eglise à l’approche de la prochaine assemblée ordinaire des évêques sur la famille, le cardinal Sarah a assuré que « beaucoup de gens parlent dans le sens du vent ». Pourtant, a-t-il insisté, « celui que nous devons tous suivre, c’est le Christ. Pape, évêques, c’est le Christ que nous devons suivre ».

    Le haut prélat a également affirmé qu’au cours du synode d’octobre 2014, les divisions, notamment sur la question de l’accès à la communion pour les personnes divorcées remariées, concernaient surtout l’Occident. Il n’y a pas de tels débats « en Amérique, en Asie, en Afrique », a-t-il rappelé. Et le haut prélat guinéen d’affirmer : « en Afrique, nous sommes fermes. Nous avons vu des gens mourir pour leur foi, alors nous ne pouvons pas plaisanter avec la foi ».

    Au cours du synode d’octobre 2015, le chef de dicastère espère « retrouver une unité pour réaffirmer ce que l’Eglise a toujours affirmé ». « On ne peut pas changer l’Evangile, a-t-il insisté. Oui, Jésus est miséricordieux, mais il a dit que rompre un mariage, c’était un adultère, un péché. Et le pécheur, sans pénitence, ne peut recevoir le Christ ». Et de tancer : «Si des évêques et des prêtres le font, ils insultent le Christ, ils profanent son corps ! ». « Un péché d’autant plus grand ».

  • Un site internet consacré aux nouveaux martyrs chrétiens

    IMPRIMER

    Du site du journal La Croix (Samuel Lieven) :

    Un site Internet en soutien aux « nouveaux martyrs » chrétiens

    Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC, et Jean-Marc Plantade, ancien rédacteur en chef au Parisien, lancent le site « Nouveaux martyrs » pour sensibiliser l’opinion sur les exactions commises contre les chrétiens et les minorités dans le monde.

    Sans titre.png

    Capture d’écran de la page d’accueil du site « Nouveaux martyrs ».

    Parmi différentes initiatives, ils appellent à la constitution d’une commission d’enquête pour s’assurer qu’aucune entreprise française n’achète du pétrole de Daech.

    Un site Internet pour recenser les « nouveaux martyrs » chrétiens et sensibiliser l’opinion. L’initiative ne vient pas des ONG catholiques ou protestantes habituellement mobilisées sur ce sujet – L’Œuvre d’Orient, l’Aide à l’Église en détresse (AED), Portes ouvertes (PO) – mais d’un syndicaliste et d’un journaliste.

    Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC, et Jean-Marc Plantade, ancien rédacteur en chef au Parisien, sont partis d’un constat. « Si beaucoup d’ONG sont déjà présentes sur le terrain, on ne se bouge pas assez en France au regard des horreurs qui sont chaque jour commises au Proche-Orient et en Afrique, explique Joseph Thouvenel. Nous avons donc décidé d’agir pour sensibiliser l’opinion et pousser les responsables politiques à agir. »

    MÉMORIAL

    Regroupant sources d’information et témoignages, le site nouveaux-martyrs.com, en ligne depuis quelques semaines, se veut aussi un lieu symbolique où sont notamment recensés les noms des martyrs chrétiens du terrorisme. On y trouve déjà celui de Nauman Masih, 14 ans, brûlé vif parce que chrétien au Pakistan, les victimes kényanes de l’attaque du groupe terroriste Shebab à l’université de Garissa (Kenya), ou encore les noms de 21 coptes égorgés en Libye par Daech.

    Des initiatives concrètes sont également relayées sur le site. En particulier, une pétition demandant l’arrêt de tout achat de pétrole, par des entreprises françaises ou européennes, provenant de Daech. « Entre 1 et 3 millions de dollars tombent chaque jour dans les poches des terroristes, rappelle Joseph Thouvenel. Qui achète ? Par où ce pétrole transite-t-il ? Nous avons choisi de taper là où ça fait mal pour que l’opinion ouvre enfin les yeux. »

    Une lettre adressée parallèlement aux députés demande l’ouverture d’urgence d’une commission d’enquête « afin de s’assurer que pas une goutte de pétrole terroriste n’est achetée par des sociétés françaises. »

    RASSEMBLEMENT

    L’association « Nouveaux Martyrs » appelle également à un rassemblement devant l’Unesco le 14 juin, « en hommage aux hommes et aux femmes, nouveaux martyrs de la barbarie terroriste ».

    Depuis que la France a présidé, le 27 mars, une réunion du conseil de sécurité des Nations unies sur les chrétiens d’Orient, des élus continuent d’alerter l’opinion. Mercredi 20 mai, le député-maire UMP du 16e arrondissement de Paris, Claude Goasguen, organise une manifestation de soutien aux chrétiens d’Orient devant sa mairie. Une banderole sera dévoilée et un appel lancé à tous les maires de France pour qu’ils fassent de même.

  • Syrie : pourquoi rien n'a été fait pour sauver Palmyre

    IMPRIMER

    De FIGAROVOX :

    Prise de Palmyre par l'État islamique : pourquoi une telle inaction de la coalition?

    Ancien élève de l'École spéciale militaire de St-Cyr puis de l'École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d'un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d'Orient, de leurs diasporas et la géopolitique de l'Égypte, réalisé au Centre d'Études et de Documentation Économique Juridique et social (CNRS/MAE) au Caire en 2005. Il a dirigé le site Les Conversations françaises de 2010 à 2012. Aujourd'hui il collabore à Causeur et Conflits où il suit l'actualité de la diplomatie française dans le monde.

    Le 13 mai, l'offensive de l'État islamique débutait à Palmyre, carrefour névralgique du désert syrien et vestige antique d'une civilisation bel et bien disparue. Deux grosses larmes de crocodiles ont coulé sur les joues de Laurent Fabius et François Hollande. Une semaine plus tard, une contre-offensive djihadiste fait reculer l'armée syrienne fidèle à Bachar Al-Assad. Laquelle doit céder à nouveau le nord de la ville après l'avoir repris quelques heures. Les combats continuent, pourtant la coalition anti-Daesh emmenée par les occidentaux détourne pudiquement le regard.

    Elle continue de bombarder avec succès les positions djihadistes face aux kurdes, hier à Kobané et aujourd'hui à Hassaké, mais Palmyre l'indiffère. Quelques raids aériens bien guidés auraient pu stopper net les colonnes du Djihad. Mais parce que ce sont des alaouites qui résistent à la barbarie, rien ne sera fait.

    L'indignation de la communauté internationale est unanime, la directrice générale de l'Unesco Irina Bokova s'active pour sauver Palmyre. Jack Lang, président de l'institut du monde arabe, a pris les accents des soldats de l'an II sur Europe 1: «il faut massacrer ces massacreurs et sauver Palmyre!» Décidément ses camarades font peu de cas de nos racines gréco-latines. La culture n'a pas d'importance quand les «méchants» la défendent. Comme si l'Occident ne parvenait pas à sortir de son manichéisme pour prendre la moins mauvaise des solutions.

    Cette indignation stérile s'explique aisément: la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l'alliance tacite entre Bachar et l'EI. C'est le conte que rabâche depuis quatre ans les chantres de «l'opposition syrienne»: Bachar et l'EI sont alliés, ils sont les deux têtes d'un même hydre bicéphale. Tandis que des combats opposent depuis des années les troupes loyalistes aux soldats du califat à Der Ez Zor, à Damas et ailleurs; tout est fait pour minimiser sinon effacer la part que prend l'armée loyaliste dans la lutte contre Daesh.

    Une fable qui cède le plus souvent à la facilité complotiste: l'EI est une créature de Bachar Al-Assad. Conclusion imparable des derniers rêveurs du printemps arabe: pour vaincre Daesh, il faut renverser Bachar. Et si, après Palmyre, c'était l'État islamique qui renversait Bachar, le maître de Damas serait-il encore coupable?

    Soucieuse de se montrer réactive, la diplomatie française se hâte lentement. Elle a décidé de prendre une initiative bien de chez nous; Ses partenaires internationaux, dont John Kerry, sont invités le 2 juin à Paris, pour une réunion. Mais que sera Palmyre dans douze jours? Il suffit d'un ordre pour modifier la trajectoire de nos aéronefs qui bombardent l'EI de l'autre côté de la frontière syrienne. On voudrait enterrer Palmyre discrètement qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

    Parce qu'on préfère sacrifier un pan entier de notre civilisation plutôt que de donner une victoire à Bachar, rien ne sera fait pour sauver Palmyre. Dans une quinzaine de jours, quand nos diplomates se réuniront au quai d'Orsay, les ruines fumantes de la ville porteront d'autres stigmates que celles du temps, celles de la furie et de l'indifférence des hommes, celles des duels d'artillerie. Une deuxième fois, et quelque soit le vainqueur, Palmyre sera détruite.

  • Université de Liège : trois grandes religions confrontent leurs points de vues sur la famille, le mardi 26 mai prochain (18h00 , Bâtiment du Rectorat, Place du XX août 7, 1er étage : Salle des professeurs. Parcours fléché)

    IMPRIMER

    ulg_26mai.jpg

    Inscription nécessaire  au plus tard trois jours à l’avance:

    soit par téléphone : 04 344 10 89,

    soit par email : info@ethiquesociale.org

    soit via le site web éthique sociale, en cliquant ici :La famille dans les religions monothéistes (judaisme, christianisme, islam)

     JPSC

  • Un film a promouvoir : Christina Noble

    IMPRIMER

    De KTO :

    UN COEUR QUI éCOUTE
    Christina Noble - Au chevet des enfants des rues

    Diffusé le 18/05/2015 / Durée 30 mn

    De passage en France, Christina Noble vient exceptionnellement raconter son histoire qui a donné lieu à la réalisation du film éponyme "Christina Noble" en salle le 20 mai. Récompensé par des prix internationaux pour l'ampleur de l'aide qu'elle a accordé à des centaines de milliers d'enfants vietnamiens et mongols, la fondatrice de la Christina Noble Children's Foundation revient sur son enfance et sur ce qui l'a conduit à se rendre un jour au Vietnam pour se consacrer au jeunes déshérités vietnamiens. Un destin incroyable d'une Irlandaise dont la foi à soulever les montagnes lui a permis de surmonter les grandes souffrances de son enfance et les nombreuses difficultés à traverser pour sauver ces enfants de la misère.

    Du site du Diocèse de Namur :

    Un film sur la vie de Christina Noble projeté près de chez vous

    L'équipe de SAJE sortira le 20 mai prochain le film qui a pour titre Christina Noble. Un film qui relate l'histoire d'une Irlandaise dont la foi va l'aider à sauver des centaines de milliers d'enfants du Vietnam. Si vous souhaitez organiser une projection de ce très beau film près de chez vous, c'est possible.


    La société SAJE Prod qui est à l'origine de la diffusion des DVD Don Bosco, Jean XXIII, Marthe Robin et d'autres, mais aussi de la projection en France et en Belgique de Cristeros, voudrait pouvoir projeter également le film Christina Noble.

    C’est un film très touchant, basé sur une histoire vraie édifiante, celle d’une Irlandaise dont la foi à déplacer les montagnes a permis de sauver des centaines de milliers d’enfants des rues au Vietnam.

    Pour y arriver, cette société a besoin de relais, tout d'abord pour informer de l'existence de ce film, mais aussi pour récolter des demandes de diffusion de celui-ci afin de montrer (preuves à l'appui) auprès des salles de cinéma, qu'il y a une réelle demande du public pour le voir.

    Sur le site, il y a donc un lien pour s'inscrire afin de demander que le film soit projeté proche de chez vous : www.christinanoble.fr/je-veux-voir-le-film-pres-de-chez-moi.html

    Liens utiles :
    Site du film : http://www.christinanoble.fr/
    Allo CINE : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=228683.html
    FACEBOOK : https://www.facebook.com/filmchristinanoble?ref=bookmarks