Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2014

Lettre au tribunal à propos de l'interdiction de la crèche au Conseil Général de la Vendée

Cette lettre adressée au tribunal qui circule dans la "blogosphère" catholique met une note d'humour dans ce climat de tension créé par un laïcisme obtus :

Cher Monsieur Tribunal,

J'ai pris connaissance il y a quelques jours de votre décision d'interdire la crèche de Noël traditionnellement installée dans le hall du Conseil Général de la Vendée.

 

Quelle mouche vous a donc piqué ?

Vous avez fait des études je suppose. Peut-être savez vous donc que Noël vient du latin " Natalis" qui veut dire Naissance. Alors je vais vous livrer un secret que vous voudrez bien transmettre à vos confrères qui peut-être nagent avec complaisance dans la même ignorance que vous. La naissance dont-il est question est celle d'un certain Jésus de Nazareth né il y a un peu plus de 2000 ans. je dis ça parce qu'étant donné que vous n'avez pas interdit les illuminations de Noël, je suppose que vous ignoriez ce détail. Voyez-vous, Noël n'est pas l'anniversaire de la naissance du Père Noel ( je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous ) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l'andouillette tout en interdisant la consommation d'andouillette le jour de la fête de l'andouillette.

La crèche c'est ce qu'on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le Tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n'est parce qu'il est le fruit d'une tradition ?

 

Vous êtes un briseur de rêves Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche c'est Noël et Noël c'est la crèche. La crèche c'est aussi l'histoire d'une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C'est un signe d'espoir pour tous les sans logement. La crèche c'est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C'est un signe d'espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations et de conflit au Moyen Orient. la crèche c'est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez vous beaucoup d'agriculteurs qui rigolent en cette période de crise? la crèche c'est un bœuf, symbole de la condition laborieuse de l'homme. Enfin, la crèche, c'est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2013 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes.

 

Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur Tribunal, à l'expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël.

Jean Pierre Santon

Un Noël de la pensée

L'éditorial de Fabrice Hadjadj sur la Lettre de Philanthropos n°16 :

Sans titre.png

Sans titre2.png

Sans titre3.png

Peut-on faire avancer un « dialogue de paix » sans mettre en cause ce qui va contre la paix

Du Père Edouard-Marie Gallez sur le site "Enjeux de l'Etude du Christianisme des Origines" :

Violence ou finalité ?  un nœud de l’islam

Trop souvent, les débats concernant le phénomène islamique se réduisent à des discussions sur la violence de l’islam dont « l’Etat islamique » d’Irak-Syrie constitue une illustration revendiquée par ses propres vidéos postées sur le web. On peut penser que de telles vidéos monstrueuses servent une politique de terreur, laquelle est vieille comme le monde.

Des intérêts pas clairs

Malheureusement, les choses ne sont pas si simples. Nos grands médias relaient ces vidéos. Pourquoi faire un tel déballage de violence islamique – qui attire certains jeunes et qui, selon des sondages, n’est pas globalement rejetée par les populations se référant en Europe à l’islam –, et cela tout en exaltant l’islam comme « religion de paix » et en promouvant même un délit d’islamophobie dans la jurisprudence (anglaise mais aussi française) ?

À quoi joue-t-on ? Qui veut-on manipuler ?

Les illustrations de cette situation ne manquent pas. En France, on note que la propagande islamique est de plus en plus présente dans les manuels scolaires, et pas seulement ceux de 5e : dans un manuel utilisé en CM1, on trouve une présentation très soft de l’islam suivie par l’exposé idyllique d’un propagandiste, Tahar Ben Jelloun. Au nom de quoi serait-il interdit de dire aux enfants que l’islam s’est répandu essentiellement par la guerre et la force – de nombreux musulmans s’en vantent – et que par exemple un tiers de la population de la Turquie était chrétienne au 19e siècle encore, et qu’elle a été chassé ou exterminée ? Serait-ce parce certains enfants risqueraient de penser « que le christianisme est meilleur que l’islam », pour reprendre la phrase d’un journaliste de France Inter qui , en 1998, évoquait le livre du P. Antoine Moussali, La croix et le croissant ? Et quelle présentation du christianisme est faite dans ces mêmes manuels ?

Et peut-il y avoir une once de vérité si l’on interdit d’y comparer ce que les traditions elles-mêmes disent respectivement de Jésus et de Mahomet, à l’instar de ce qui est arrivé à Mike Overd, un prédicateur de rue anglais, Mike Overd poursuivi pour avoir fait cette comparaison (jugée attentatoire à « l’ordre » public) ?

En Allemagne en octobre,  des Kurdes ont manifesté contre l’Etat islamique ; on le comprend. Mais, vu que la Turquie soutient les jihadistes et l’Etat islamique, des Turcs, dans plusieurs villes, ont attaqués les Kurdes à l’arme blanche (ici les images de Hambourg). À Berlin, une église copte a été incendiée. Est-ce cela « l’ordre public » qu’on veut instaurer ? Qui y a intérêt ?

Une Eglise qui subit les événements

On attendrait de l’Eglise qu’elle soit un phare pour démêler et dénoncer les manipulations qui visent essentiellement les immigrés d’origine musulmane ; on peut se demander d’ailleurs si le but poursuivi n’est pas de les séparer le plus possible des populations européennes et de les monter contre elles. Mais, s’il existe des gens lucides (dans l’Eglise ou ailleurs) qui étudient cette question, quels moyens sont utilisés pour en faire connaître le résultat ?

Lire la suite sur eecho.fr

Reprise des relations entre Cuba et les Etats-Unis : des remerciements pour le pape

De Zenit.org (Anita Bourdin):

Raul Castro et Barack Obama remercient le pape François

En annonçant la reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis, Raul Castro et Barack Obama ont tous deux remercié le pape François de son soutien, dans deux discours diffusés par leurs télévisions respectives. 

Les relations entre les deux Nations s'étaient interrompues en 1961. 

Le président Obama a souhaité Cuba "plus libre, plus prospère", et il a remercié "ceux qui ont soutenu ces mesures, en particulier Sa Sainteté le pape François" et il a salué les efforts du Canada. 

Raul Castro a lui aussi remercié le Vatican pour son appui et "en particulier celui du pape François en faveur de l'amélioration des rapports entre Cuba et les Etats-Unis".

Le pape François a joué un rôle d'intermédiaire essentiel dans ce rapprochement historique et c'est certainement un beau cadeau d'anniversaire.

Une décision historique

Le Vatican a fait part de  la "grande satisfaction" du pape pour cette "décision historique"

Un communiqué de la Secrétairerie d'Etat, publié vers 18h20, indique en effet que "le Saint-Père désire exprimée sa vive satisfaction pour la décision historique des gouvernements des Etats-Unis d'Amérique et de Cuba d'établir des relations diplomatiques, afin de dépasser, dans l'intérêt de leurs citoyens respectifs, les difficultés qui ont marqué leur histoire récente". 

La Secrétairerie d'Etat révèle que "ces derniers mois, le Saint-Père François a écrit au président de la République de Cuba, S.E M. Raul Castro, et au président des Etats-Unis, S.E. M. Barack H. Obama, pour les inviter à résoudre les questions humanitaires d'intérêt commun, sont la situation de certains détenus, afin de lancer une nouvelle phase dans les rapports entre les deux parties".

En outre, le Saint-Siège a accueilli au Vatican, en octobre dernier, les délégations des deux pays, rappelle le communiqué, avec l'intention "d'offrir ses bons offices pour favoriser un dialogue constructif sur des thèmes délicats" et il en est ressorti "des,solutions satisfaisantes pour les deux parties". 

Enfin, le Saint-Siège affirme qu'il poursuivra "son soutien aux initiatives que les deux Nations prendront pour favoriser les relations bilatérales et favoriser le bien-être de leurs citoyens respectifs".

Les papes et Cuba, quelques jalons

C'est le cinquième pape a avoir favorisé les relations entre Cuba et les Etats-Unis. L'appel à la paix de Jean XXIII a été décisif pour éviter un affrontement nucléaire lors de  la crise des missiles d'octobre 1962.

C’est Paul VI qui, en 1977, accorda au sanctuaire de la Vierge de la Charité del Cobre le titre de « basilique mineure ». Un geste simple et significatif de son espérance: Benoît XVI viendra pour le 400e anniversaire de la découverte de la statue de la Vierge Marie.

Le pape Jean-Paul II a demandé à Cuba de s'ouvrir au monde et au monde de s'ouvrir à Cuba, lors de son voyage historique de 1998. Sous son pontificat aussi, le document de Cor Unum sur la faim dans le monde a condamné l'embargo contre Cuba comme flagellant la population (n. 16).

Un voeu que le pape Benoît XVI a rappelé dans un message à l'archevêque de La Havane, le cardinal Jaime Lucas Ortega y Alamino, en 2006.

Et quatorze ans après Jean-Paul II, il s'est lui-même rendu sur l'île en mars 2012 pour une visite de trois jours: son dernier voyage transatlantique. Il a tenu bon malgré un malaise survenu lors de l'étape mexicaine de son voyage et la fatigue ressentie.  Il avait d'emblée déclaré: " je suis convaincu que Cuba, en ce moment particulièrement important de son histoire, regarde déjà vers demain, et s’efforce pour cela de rénover et d’élargir ses horizons".

Le fruit le plus visible de ces deux visites a été la libération de prisonniers politiques, comme l'a expliqué le cardinal Ortega.

17/12/2014

Place Saint-Pierre à Rome : un tango « géant » pour les 78 ans du pape François ?

Géant ? Plutôt une anecdote dont les médias comme "Paris-Match" ont de suite fait un événement : venus de toute l'Italie, et même pour certains de plus loin, ils se sont, parait-il, levés aux aurores pour être aux premières loges lors de l'audience générale de 10H00, ce mercredi 17 décembre. À l'arrivée du pape François sur la place, ils ont agité un foulard blanc tandis que d'autres parmi les 13.000 fidèles présents - un petit score pour les audiences papales - lui ont offert un gâteau ou lui ont tendu du maté, la boisson traditionnelle argentine. 

image (8).jpg« Vers midi, lorsque sonne d'ordinaire l'heure de la dispersion après le départ du Pape, de nombreux couples, avec ou sans foulard blanc, ont commencé à danser sur la place à l'extérieur de la colonnade. Sur des airs de vieux tangos populaires diffusés par la sono des organisateurs, les couples surtout âgés évoluaient sur la place dans une ambiance joyeuse. «Bon anniversaire, pape François! Elargissez le cercle», s'est exclamée Cristina Carmorani, professeur de danse de Conventello, près de Ravenne (nord-est), qui a lancé l'initiative «Un tango pour François» sur Facebook. Elle avait assuré avoir reçu plus de 3200 inscriptions pour offrir symboliquement au Pape cette danse sensuelle née dans les bas-fonds de Buenos Aires. » (1) A chacun sa culture : les uns préfèrent Mozart, les autres le Tango de la Pampa. De gustibus

(1)  Un tango géant à Rome pour l'anniversaire du Pape

JPSC

Timbuktu, "un film lumineux qui éclaire notre temps en prise avec l’actualité, en prise avec l’humanité"

Abderrahmane Sissako raconte Tombouctou aux mains des jihadistes, aux mains d’une bande d’abrutis. Le cinéaste veut briser le silence et une certaine forme d’indifférence face au sort de l’islam et des villes aux mains des jihadistes.

Dans un pick-up, des hommes, armés de Kalachnikov, chassent une jeune antilope. Ou plutôt, ils l’épuisent. Ensuite, ils s’entraînent au tir en pulvérisant des antiquités, des statues et des masques. Le prologue est terminé : pousser les gens à bout et supprimer toute trace de culture, c’est comme cela qu’Aderrahmane Sissako voit les jihadistes. Générique.

de Fernand Denis sur LaLibre.be (la suite est réservée aux abonnés)

Un livre à offrir, à lire et à méditer

PHO6550b69c-5610-11e4-ab69-d14bddea9e1e-200x300.jpgSur FIGAROVOX du 17 octobre dernier, Jean-Louis Voisin conviait Michel De Jaeghere pour un "grand entretien" portant sur son livre consacré à la chute de l'empire romain :

Ce que nous enseigne la chute de l'Empire romain

A l'occasion de la sortie du livre de Michel De Jaeghere, Les Derniers jours, le directeur du Figaro Histoire raconte la chute de Rome, et en cherche les causes profondes.

Michel De Jaeghere est journaliste et écrivain. Il dirige le Figaro Hors-Série et le Figaro Histoire. Son dernier livre, Les derniers jours (Les Belles Lettres), vient de paraître.

Glisser du journalisme à l'histoire est devenu pratique courante. Pour certains, le passage est expéditif. Avec des risques de confusion entre l'instantané et le temps long. Pour Michel De Jaeghere, l'exercice est sérieux. Classique, sans mélange des genres. Au huitième étage de l'immeuble du boulevard Haussmann où se tient Le Figaro, il assure la direction du Figaro Hors-Série et du Figaro Histoire. Mais il s'est donné les moyens d'ajouter à l'activité du journaliste celle de l'historien. Et, au terme d'une quinzaine d'années de travail, il donne ce gros livre, Les Derniers Jours, consacré à la fin de l'Empire romain d'Occident. Il a lu les sources littéraires et juridiques, dépouillé les rapports archéologiques, visité les lieux, en particulier Rome, rencontré des historiens de profession, analysé leurs études, leurs travaux et leurs articles, les a organisés et médités pour se forger une idée personnelle de ce phénomène qui fascine les hommes depuis la Renaissance. Du journalisme, il a conservé l'écriture et le souci du lecteur. Le résultat? Ces six cents pages, denses mais vivantes, surprenantes parfois, qui poussent à la réflexion et où chacun aiguisera cette qualité dont les Anciens se méfiaient souvent: la curiositas.

Lire la suite sur FIGAROVOX

Les Derniers Jours. La Fin de l'Empire romain d'Occident, de Michel De Jaeghere, Les Belles Lettres, 650 pages, 23 €.

Les animaux iront-ils au Paradis ?

Lu sur le site de La Croix :

Ce qu’a dit le pape sur les animaux et le paradis

Une succession d’approximations journalistiques a conduit à attribuer au pape une hypothétique parole sur la place des animaux au paradis. Éclaircissements.

En quelques jours, le sujet a fait le buzz sur la Toile. Mercredi 26 novembre, en marge de l’audience du pape place Saint-Pierre, le pape François aurait échangé quelques mots avec un petit garçon désolé par la mort de son chien, rapportaient divers médias, notamment le prestigieux  New York Times  jeudi 11 décembre. « Le paradis est ouvert à toutes les créatures de Dieu », aurait dit le pape à l’enfant.

L’information a eu un énorme retentissement dans certains milieux : « Ma boîte de courrier a été saturée, a témoigné Christine Gutleben, directrice de Humane Society, la plus grande organisation de protection des animaux aux États-Unis. Presque instantanément, tout le monde en parlait. »

Mais si le pape a bien prononcé un enseignement sur « les cieux nouveaux et la terre nouvelle », sur « le paradis », lors de cette audience devant la foule rassemblée place Saint-Pierre, comme chaque mercredi, il n’a rien dit sur la présence des animaux au paradis.

LES RÈGLES DU MÉTIER DE JOURNALISTE…

Samedi 13 décembre, le Vatican est revenu sur la prétendue déclaration du pape, précisant qu’il s’agissait d’une mauvaise interprétation. Le porte-parole du Saint-Siège a rappelé à cette occasion quelques principes du journalisme : « Il y a une règle fondamentale dans le journalisme. Cela s’appelle la vérification des sources et, dans le cas présent, elle n’a pas été appliquée. »

En l’occurrence, c’est une lecture fautive de l’article publié dès le lendemain de l’audience, par le site du Corriere della Serra, qui a été à l’origine de l’information erronée.

Le quotidien italien, rendant compte de l’enseignement du pape François, rapportait en incise des propos attribués à Paul VI : « On raconte que Paul VI avait consolé un enfant en larmes après la mort de son chien, lui disant : “Un jour, nous reverrons nos animaux dans l’éternité du Christ” », écrivait le journaliste. Mais le titre de l’article poussait l'ambigüité à la limite : « Le pape et les animaux : “le paradis est ouvert à toutes les créatures.” »

Depuis, le New York Times, comme la chaîne CNN, ont reconnu leur erreur.

VERS UNE PLÉNITUDE POUR CHAQUE CHOSE

Que les amis des animaux se consolent. Le pape François, s’il n’a pas prononcé la formule qui lui a été attribuée, a bien dit cependant ceci : « Tout l’univers sera renouvelé et sera libéré une fois pour toutes de toute trace de mal et de la mort elle-même. Ce qui s’annonce comme l’accomplissement d’une transformation, qui en réalité est déjà en cours depuis la mort et la résurrection du Christ, est donc une nouvelle création ; ce n’est donc pas un anéantissement de l’univers et de tout ce qui l’entoure, mais l’accompagnement de chaque chose vers sa plénitude d’être, de vérité, de beauté. Tel est le dessein que Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, veut depuis toujours réaliser et qu’il est en train de réaliser. »

C.C avec RNS, New York Times, Corriere della Serra

Quand le pape donne une leçon de communication aux journalistes

Lu sur le site de Radio Notre-Dame (Jean Baptiste Le Roux)

Le pape François donne une leçon de communication aux journalistes

Quelle est la différence entre une bonne et une mauvaise communication ? C’était tout l’objet du cours que le pape François a adressé aux journalistes de la chaîne de télévision des évêques italiens, TV 2000, lundi15 décembre dernier.

Les journalistes, et a fortiori les journalistes catholiques ont une lourde responsabilité. C’est ce qu’a tenté d’expliquer le pape François lors d’une audience adressée au personnel de la chaîne de télévision des évêques italiens, TV 2000, lundi 15 décembre dernier. Le Saint Père leur a proposé une réflexion en trois points sur leur rôle et leur responsabilité.

Une parole de liberté, tout en franchise

François leur a tout d’abord précisé qu’ils avaient pour devoir de s’exprimer librement, en toute franchise, sur les sujets qu’ils traitent. Pas vraiment une notion que l’on apprend aujourd’hui en école de journalisme, à l’heure où l’on prône, en façade, l’information objective. Dans un monde où la communication est pilotée par les idéologies, le Saint Père leur a ainsi demandé de s’affranchir des modes, qui annulent pour lui la capacité de communiquer.

La saturation met en danger la communication

Le souverain pontife a ensuite mis son auditoire en garde contre la saturation. A l’heure d’Internet et de la communication toujours plus rapide, le pape a demandé aux journalistes de se laisser conduire par l’Esprit Saint dans leurs travaux, pour prendre en compte la complexité de la vie réelle, au lieu de courir immédiatement à la conclusion d’un sujet.

Désinformation, calomnie et diffamation sont les péchés les plus répandus dans les médias

Enfin, le pape les a avertis des dangers qui guettent les journalistes, à savoir les trois péchés les plus répandus dans les médias : la désinformation, la calomnie et la diffamation. Des déviances qui n’ont pour but que de détruire la communication authentique, qui n’a, pour le Saint Père, pas pour vocation de frapper. La solution est finalement de s’adresser aux esprits et aux coeurs.

Le pape François élu "personnalité de l'année" par les lecteurs de la Libre

Lu sur LaLibre.be :

Le pape François élu "Personnalité de l'Année"

Depuis une semaine, les internautes de LaLibre.be étaient invités à départager les lauréats "Personnalités de l'année" de six catégories distinctes: politique, international, sport, culture, fashion et révélation. 

Avec 33% des voix, le pape François est élu "personnalité de l'année 2014", devant le premier ministre Charles Michel (27%) et le chanteur Stromae (20%). 

A côté du podium, on notera le bon score de la Princesse Elisabeth. Elue "Révélation de l'Année", la fille du couple royal a recueilli 12% des votes. Le sportif David Goffin récolte 6% des suffrages et la personnalité "fashion", Clio Goldbrenner , 3%.

PORTRAIT par Bosco d'Otreppe du "pape qui surprend" 

"La résistance à mon pontificat est maintenant évidente". Le pape n'est pas toujours apprécié auprès des siens, mais sa popularité ne cesse de grandir au-delà des catholiques.

Mais comment fait-il? Mois après mois, le pape fascine et surprend. Le dernier sondage de l'institut américain Pew diffusé la semaine dernière crédite François de 84% d'avis positifs en Europe et, le jour de ses 78 ans, les lecteurs de LaLibre.be le plébiscitent comme "Personnalité de l'année 2014". La Francescomania ne s'éteint pas, elle devient pour certains une véritable "pope culture" qui s'inscrira dans l'histoire de l'Église.

Lire la suite sur la Libre.be

France : un nouvel évêque issu de la Communauté Saint-Martin

Lu sur le site de « La Croix» :

« Le pape François a nommé mercredi 17 décembre le P. Jean-Marc Eychenne, 58 ans, évêque de Pamiers (Ariège). Jusqu’ici vicaire général du diocèse d’Orléans (Loiret), il succède, sur le siège épiscopal de sa ville natale, à Mgr Philippe Mousset devenu évêque de Périgueux (Dordogne) en juin dernier.

Né en 1956 à Pamiers, Jean-Marc Eychenne passe son enfance à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) avant d’entamer en 1975 des études de philosophie à Université Paris I – Panthéon-Sorbonne avant d’entrer à la Communauté Saint-Martin, à Gênes (Italie) pour laquelle il a été formé à la Faculté de théologie d’Italie septentrionale, à Milan (Italie), et à l’Université de Fribourg (Suisse). Il obtient sa licence canonique en théologie en 1986.

Ordonné prêtre en 1982 pour le diocèse italien de Gênes – où étaient alors incardinés les prêtres de la Communauté Saint-Martin, il est d’abord maître des novices de la communauté, à Gênes (1982-1987), tout en collaborant dans les paroisses environnantes mais aussi dans le diocèse de Fréjus-Toulon (Var).

INCARDINÉ À ORLÉANS

Professeur à l’Institut supérieur de sciences religieuses ligure en 1986, il rejoint, l’année suivante, le diocèse d’Orléans (Loiret) où il est vicaire à la paroisse Saint-Laurent d’Orléans (1987-1989) puis curé de la Bionne, à Chécy (1989-1996), tout en étant aumônier du Cours Saint-Charles d’Orléans (1988-2000).

En 1994, il choisit finalement de quitter la Communauté Saint-Martin et d’être incardiné au diocèse d’Orléans où l’accueille alors Mgr Gérard Daucourt.

Curé de Jargeau et doyen du Val-Forêt (1996-2002) et aumônier des étudiants (2000-2009), il est nommé vicaire épiscopal pour le Val de Loire et Clery-Sologne en 2002. Curé de la paroisse Saint-Yves de La Source en 2003, à laquelle s’ajoute la paroisse Saint-Marceau en 2007, il est finalement nommé vicaire général du diocèse en 2009 et fut un des maîtres d’œuvre de la mise en place des pôles missionnaires d’un diocèse qui tente de maintenir le lien entre zones urbaines et rurales. Depuis 2010, il y est aussi responsable de la formation aux ministères.

Il est aussi présent sur le réseau social Twitter : @EYCHENNEJM 

Nicolas Senèze »

Réf. Mgr Jean-Marc Eychenne, nouvel évêque de Pamiers

JPSC

Une société à l'enseigne du laïcisme

La question de la présence de crèches de Noël dans l'espace public fait la une en France où les positions extrêmes des tenants d'une laïcité radicale se heurtent à celles de ceux qui veulent maintenir une culture populaire imprégnée de références chrétiennes. Mais qu'est-ce que ce laïcisme de plus en plus présent et totalitaire ? Nous en trouvons ICI cette description assez satisfaisante :

LE LAÏCISME

  • A. Qu'est-ce que le laïcisme?
  • B. Le laïcisme et la religion.

A. QU'EST-CE QUE LE LAÏCISME?

1. Qu'est-ce que le laïcisme? Le laïcisme est une théorie religieuse et politique qui tend à éliminer Dieu de la société, en établissant un système éthique contre Dieu. Dans son aspect religieux, c'est un athéisme pratique qui s'impose à la société par des mesures politiques.

2. Athées ou indifférents? Le laïcisme adopte une attitude d'indifférence théorique. Mais en pratique, il pousse à agir comme si Dieu n'existait pas. On peut aussi dire que le laïcisme est un athéisme social parce qu'il essaie d'organiser une société sans Dieu (athée signifie "sans Dieu").

3. Sur quoi le laïcisme est-il fondé? Pour poser ses fondations, le laïcisme se base sur deux idées valables mais mal comprises: la séparation entre l'Église et l'État ainsi que la liberté religieuse.

4. La liberté religieuse est-elle bonne? Oui; chacun doit avoir la liberté pour exercer la religion qu'il désire, à l'intérieur des limites du bien commun. On ne doit pas imposer une religion (ni un athéisme).

5. Est-il bon de séparer religion et politique? Cela dépend de la manière dont on l'interprète. Surtout, cela dépend de ce que l'on entend par religion.

  • Si avec cette séparation, on exprime que les prêtres ne sont pas des politiciens, et que les gouvernants ne sont pas des évêques, alors la phrase est correcte. Chacun gouverne sur son terrain.
  • Si avec ces mots, on affirme qu'une religion ne doit pas être imposée à tous, mais que les consciences doivent être respectées, alors la séparation est justifiée. (Par conséquent le laïcisme ne doit pas s'imposer à tous).
  • Si par religion on entend Dieu, les actes de culte ou l'enseignement spirituel, alors il n'est pas bon de séparer la société de Dieu.
  • Si avec cette séparation, on exprime un affrontement, ce n'est pas non plus convenable puisque l'idéal consiste à ce que les Églises et les États travaillent solidairement, chacun dans son domaine, dans la recherche du bien des citoyens.

6. Et la laïcité de l'État? La laïcité de l'État est différente du laïcisme. La laïcité propose que l'État ne doive pas être lié à une religion particulière mais qu'il respecte la liberté religieuse. Elle soutient qu'il doit y avoir une séparation appropriée entre l'Église et l'État et de ne pas nuire aux citoyens pour des motifs religieux. Elle est correcte. 
Par contre, dans le laïcisme, l'État pousse à l'athéisme en optant pour la religion athée.

B. LE LAÏCISME ET LA RELIGION

Que défend le laïcisme face à la religion? Le laïcisme désire instaurer quelques idées:

  • pour le laïcisme, on doit appuyer l'État sur une base commune sans Dieu. Le laïcisme réclame un État athée sur le plan confessionnel. (...)
  • Le laïcisme essaie de reléguer la religion au domaine privé, en interdisant les manifestations publiques de foi. (...)
  • Le laïcisme et le relativisme vont souvent ensemble, puisque les deux défendent l'indifférentisme religieux. (...)

Exemples d'attitudes laïcistes?

  • le laïcisme supprimera les cours de religion, les fêtes et les images religieuses, en faisant asseoir son athéisme avec l'excuse du respect pour les autres religions.