Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO

  • Belgique : une proposition pour prolonger le délai légal pour pratiquer l'avortement jusqu'à 20 semaines

    IMPRIMER

    BELGIQUE : DEUX DÉPUTÉS PROPOSENT D'ÉTENDRE LE DÉLAI LÉGAL POUR PRATIQUER L'AVORTEMENT

     de genethique.org

    Chaque année, entre 500 et 600 femmes belges traversent la frontière néerlandaise pour avorter. Enceintes de plus de douze semaines, elles n’ont plus le droit à l'avortement dans leur pays, qui n’est plus autorisé qu’en cas complications de la grossesse.

    « Une situation hypocrite », selon la députée sp.a Karin Jiroflée, qui a introduit une résolution à ce sujet avec Monica De Coninck. Les deux députées proposent d’étendre le délai légal pour avorter de douze à vingt semaines, comme c'est le cas aux Pays-Bas.

    Sources: La libre.be (26/07/2016)

  • Un martyre qui nous engage

    IMPRIMER

    De padreblog.fr :

    hamel2-620x310.jpgSON MARTYRE NOUS ENGAGE

     

    Ce mardi 26 juillet au matin, le Père Jacques Hamel, 86 ans (et 58 années de sacerdoce !) a commencé à célébrer la messe. Quelques paroissiens y participaient. Pour les catholiques, la messe est le renouvellement du sacrifice de Jésus sur la croix. A la messe, nous sommes au calvaire. Et le prêtre tient la place du Christ, il redit les paroles du Christ. « Ceci est mon corps, livré pour vous… »

    Ce matin-là, le Père Jacques Hamel a offert sa dernière messe. Et ce fut le calvaire… Des barbares – « soldats de Daech » – sont entrés, ont pris en otage l’assemblée et ont égorgé le prêtre.

    L’horreur que vivent nos frères chrétiens d’Irak ou de Syrie est survenue, ici, chez nous, dans une petite ville de Normandie, à une heure trente de Paris.

    Quelles réponses ? Quelles réactions ?

    « Je crie vers Dieu » écrivait Mgr Dominique Lebrun, l’évêque du Père Hamel, dans son communiqué poignant. Oui, il faut dire au monde notre émotion, notre douleur immense. Ce crime est atroce, barbare, et nous touche doublement, comme Français et comme chrétiens. Ce sont les ennemis de la France qui ont fait ça mais ils sont aussi les ennemis de l’Eglise. Ils ont tué ce prêtre parce qu’il était prêtre. Ils sont venus commettre leur crime au cœur d’une messe. Ils savaient ce qu’ils visaient en faisant cela. A l’émotion se mêle légitimement la colère… Encore ! La litanie des innocents assassinés par ces fanatiques s’allonge encore. Toute la France, dans sa diversité et son identité, est visée, attaquée, meurtrie.

    A nos gouvernants de prendre les mesures nécessaires, sans faiblir ni hésiter, pour gagner cette guerre contre le terrorisme islamique. Nous, prêtres, ne sommes pas des « experts » en sécurité. Que chacun reste dans son rôle. Mais avec tous les français, nous réclamons de nos politiques de se montrer à la hauteur des heures tragiques que vit notre pays. Pas d’angélisme, pas de naïveté, pas de déni. Une guerre ne se mène pas à moitié.

    Quant à nous, il va nous falloir être fidèles à cette foi et cette identité que ces barbares ont visé. Comme le dit Mgr Lebrun, la plus belle réponse à ces barbares est la foi chrétienne assumée et fervente de ces jeunes autour du Pape aux JMJ. « Daech peut tout nous prendre, ils ne prendront pas notre foi » nous disaient des réfugiés chrétiens à Erbil, en Irak. Ils n’auront pas notre Espérance !

    Cette Espérance qui nous fait d’abord prier. Pour les victimes de ces attentats, pour leurs familles, pour ceux et celles qui nous protègent, ici ou en mission, au loin. Celle qui nous pousse à prier aussi pour la conversion de nos ennemis et pour mener cette guerre avec fermeté mais sans la haine qui ronge les cœurs.

    Cette Espérance qui nous fait aussi agir. Car la prière ne nous épargne pas d’agir, chacun selon notre vocation, en renouvelant notre exigence à donner le meilleur de nous-même dans nos études, nos engagements, notre métier, notre devoir d’état. La France a besoin de chacun.

    Ce que nous sommes

    Cette Espérance qui nous fait croire enfin à la force de ce que nous sommes. Ces terroristes visent ce que nous sommes, nous gagnerons en étant d’autant plus fidèles à ce que nous sommes : notre foi, notre culture, notre histoire, nos valeurs, notre identité. C’est autour de cela que la France pourra se rassembler. C’est tout cela qu’il faut recommencer à transmettre, sans complexe et sans paresse. La force d’un peuple, ce n’est pas seulement son armée. La force d’un peuple, c’est son âme.

    Alors le Père Hamel ne sera pas mort pour rien. Alors sa vie offerte portera du fruit dans nos vies. Au cœur des larmes, une certitude pour chacun de nous : son martyre nous engage à être des témoins !

    Les prêtres du Padreblog

    [Merci à tous pour vos multiples messages de soutien et de prière qui font chaud au coeur !].

  • France : un prêtre égorgé dans son église alors qu'il célèbrait la messe

    IMPRIMER

    Trop confiant, un jeune participant aux JMJ à Cracovie disait hier sur les antennes n'être pas inquiet parce que les catholiques n'avaient encore jamais été pris pour cible par les attentats islamistes. Malheureusement, l'actualité lui apporte un tragique démenti. D'ailleurs, y a-t-il une raison pour que nous échappions à la situation que connaissent nos frères d'Orient ?

    photos_14066503257461.jpgLu sur lalibre.be :

    Une prise d'otage a eu lieu ce mardi matin dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime (nord-ouest de la France). Deux personnes ont pris en otage "le curé, deux sœurs et plusieurs fidèles [...] au moyen d'armes blanches". Les preneurs d'otages sont entrés dans l'édifice par l'arrière, peu après le début d'une messe qui avait débuté aux alentours de 9h.

    L'agence Reuters qui cite une source policière parle de "deux assaillants neutralisés".

    Selon de nombreux médias français, un des otages est décédé. Le site internet du Figaro précise qu'il s'agit du prêtre qui a été "égorgé".

    Au moins un autre otage serait blessé, ainsi qu'un policier lors de l'opération.

    Le président François Hollande, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ainsi que le président de la région, Hervé Morin, se rendent sur place en ce moment.

    Sur le site du figaro.fr, on précise :

    Les premiers éléments de l'enquête indiquent que les deux forcenés se sont introduits derrière l'église pendant la messe. Célébrée par un prêtre, elle était suivie par quatre fidèles, dont deux soeurs. L'église est située rue Gambetta. Les preneurs d'otages étaient en possession d'armes blanches. Selon des sources policières, au moins l'un des deux forcenés portait une barbe et une chachia, petit bonnet de laine porté par les musulmans.

    La prise d'otage a pris fin avec la neutralisation des deux forcenés vers 10h45. La Brigade de recherche et d'intervention les a abattus lorsqu'ils sont ressortis par le parvis de l'église.

    Et lepoint.fr donne le nom du prêtre martyr :

    Selon nos informations, le prêtre, le père Jacques Hamel agé de 86 ans ordonné prêtre en 1958, ainsi qu'un paroissien ont été égorgés.

  • Rodrigue, musulman converti grâce à Charles de Foucauld

    IMPRIMER

    Interview par Samuel Pruvot, dans le magazine « Famille chrétienne » :

    touareg-desert-algerie-charles-de-foucauld-conversion-musulmans_homepage_petit.jpg« EXCLUSIF MAG – Rodrigue (*), 31 ans, s’est converti en l’église Saint-Augustin à l’endroit même où le bienheureux a été jadis terrassé par la grâce. Devenu catholique, ce Parisien d’origine kabyle a trouvé en Charles de Foucauld un grand frère. Interview à l'occasion des cent ans de la mort du bienheureux. 

    Pourquoi l’épisode de la conversion de Charles de Foucauld dans l’église Saint-Augustin à Paris vous touche-t-il à ce point ? 

    J’ai connu le même chemin de conversion. Et parfois au même endroit ! Mes parents ne m’ont jamais éduqué dans la religion musulmane. Ils ne m’obligeaient pas à faire le Ramadan à la maison par exemple. Cela dit, c’est toujours difficile de sortir de l’islam… Il y a une empreinte familiale énorme. 

    Pour revenir à Saint-Augustin, ce lieu a été témoin de ma toute première prière dans une église. Je travaillais à l’époque boulevard Haussmann et j’étais assez mal dans ma peau. J’avais déjà connu un premier frisson chrétien grâce à Jean-Paul II. Le début de ma conversion a coïncidé avec l’agonie du pape. Je ne comprenais pas pourquoi les chrétiens attachaient tant d’importance à la Croix, un instrument de torture. La souffrance offerte de Jean-Paul II m’a révélé la Croix comme la source d’un amour magnifique. 

    Un jour donc, je suis entré dans l’église Saint-Augustin à l’heure du déjeuner, après avoir faussé compagnie à mes collègues. J’ai senti la main de Dieu posée sur moi. Dieu m’appelait. Je me suis mis à prier devant la croix. J’ai senti à quel point j’étais aimé de Dieu. Ensuite, j’ai pris l’habitude d’aller dans cette église à midi pour prier. Et revoir la croix. 

    On dit que Charles de Foucauld n’a pas su convertir les Berbères…

    J’ai souvent entendu dire qu’il n’avait jamais converti personne de son vivant… Il faut croire que ce n’est pas vrai après sa mort ! Il a vécu l’évangélisation au milieu des Berbères. Cela me parle énormément. Je prie tous les jours pour que mes frères d’Afrique du Nord découvrent à quel point nous sommes aimés de Dieu. Je ne suis pas un spécialiste. Mais je n’imagine pas que Charles de Foucauld soit parti au Sahara avec un carnet de comptable afin de convertir chaque Touareg rencontré. Il a voulu être silencieux, témoin par ses actes. 

    Pour revenir à ma conversion, je crois que toutes les vraies joies de ce monde sont payées mystiquement par quelqu’un d’autre. Par son sacrifice et sa prière, Charles de Foucauld a payé ma conversion ! Je lui dois cette joie de rencontrer le Christ. À lui, et aussi à tous les martyrs d’Afrique.

    Quelle est l’attitude spirituelle qui vous inspire le plus chez lui ?

    Il y a chez Charles de Foucauld une manière extraordinaire de s’abandonner à Dieu. En s’abandonnant, il est présent à Dieu. 

    J’ai beau être un converti, j’ai toujours du mal à me laisser saisir par le Christ. Vivre ma foi chrétienne est quelque chose de difficile. Il ne faut pas regretter le chemin parcouru malgré les épreuves quotidiennes.

    Charles de Foucauld est un modèle de l’âme abandonnée au Christ. Il est un exemple pour aller de l’avant avec le sens de la Providence.

    L’amour que Charles de Foucauld avait pour l’Afrique du Nord est-il important pour vous ?

    Son amour de l’Afrique du Nord me fait chaud au cœur. Là-bas, il y a une profonde unité, même si l’Histoire a fait ensuite trois nations. Je veux parler d’un fond berbère commun auquel j’appartiens. Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie… il est évident que ces pays ont plutôt mauvaise presse chez les Français aujourd’hui. Il y a le poids de l’islamisme, de l’immigration, etc. Charles de Foucauld, lui, a aimé en vérité ces peuples. Dans Reconnaissance au Maroc, son objectif n’est pas uniquement de faire des relevés topographiques comme un officier militaire. Il veut aller à la rencontre des tribus locales. Il fera de même ensuite au Sahara au milieu des Touaregs. Il a osé la rencontre au sens le plus fort du terme. Il a passé sa vie au milieu des Berbères. 

    Charles de Foucauld est antérieur à notre mauvaise conscience vis-à-vis de la colonisation ?

    Plutôt que ressasser ce qui s’est mal passé entre nous, il faudrait revenir à cet élan initial de Charles de Foucauld. Nous avons oublié à quel point il s’est mis au service des peuples. Il a appris les traditions et la langue des Touaregs, et il a publié la première grammaire des hommes du désert. En retour, il apprenait aux Touaregs les coutumes françaises. C’était un vrai échange ! Si la colonisation n’avait pas eu lieu, cette rencontre n’aurait jamais pu exister. Nous avons complètement perdu cette intuition.

    Le blocage contemporain du Maghreb vient selon moi du fait que ces pays n’ont pas su faire la paix avec leur Histoire. L’Algérie avait quasiment le niveau de vie du Portugal avant la décolonisation. Que s’est-il passé ensuite ? Par opportunisme politique, les dirigeants ont maintenu les populations dans une certaine rancœur. Cela a été leur stratégie pour prospérer. Aujourd’hui, il faut de part et d’autre de la Méditerranée dépasser cet antagonisme et s’inspirer de la démarche généreuse du Frère Charles.                  

    (*)Le prénom a été changé pour préserver l’anonymat]

    Ref. Rodrigue, musulman converti grâce à Charles de Foucauld

    JPSC

  • JMJ : un entretien exceptionnel avec le cardinal Stanislas Dziwisz, archevêque de Cracovie

    IMPRIMER

    Alors que débutent les Journées Mondiales de la Jeunesse 2016, le cardinal Stanislas Dziwisz a accordé à KTO un entretien exceptionnel à l'archevêché de Cracovie, cadre si évocateur du lien entre Jean-Paul II et la Pologne. Le cardinal Dziwisz est archevêque de Cracovie depuis 2005. Il a vécu pendant près de 40 ans auprès de saint Jean-Paul II à Rome et a été son plus proche collaborateur. Il raconte comment est née chez le pape polonais l'idée de créer les JMJ et comment s'est établit une relation intense avec les jeunes du monde entier. Il évoque aussi l'évolution des JMJ, vers une expérience spirituelle plus intense, et la manière dont ces rencontres ont façonné l'évangélisation des jeunes. Depuis Cracovie, capitale de la miséricorde, le cardinal Dziwisz confie aussi ce qu'il attend des JMJ 2016, avec l'aide des puissants intercesseurs que sont les apôtres de la miséricorde sainte Faustine et saint Jean-Paul II. "N'ayez pas peur ! Venez à Cracovie afin de prier, méditer et réfléchir ensemble, avec le pape François !" lance encore le cardinal Dsiwisz.

  • La procédure de béatification de Romano Guardini est amorcée

    IMPRIMER

    Romano Guardini est une des grandes figures de la théologie contemporaine appréciée de Benoît XVI et à laquelle le pape actuel a consacré des recherches durant ses études :

    Lu sur kerknet.be (notre traduction) :

    L'archidiocèse de Munich et Freising désire la béatification du philosophe germano-italien et théologien Romano Guardini (1885-1968).

    L'archidiocèse allemand de Munich et Freising, a lancé ce mois-ci la préparation du processus de béatification du philosophe germano-italien et théologien Romano Guardini (1885-1968). Il est considéré comme l'un des penseurs catholiques les plus importants du siècle dernier et un pionnier du Concile Vatican II (1962-1965).

    Un important penseur catholique

    Guardini est né à Vérone en Italie en 1885, mais a vécu et travaillé la majeure partie de sa vie en Allemagne. En 1910, il a été ordonné prêtre. En 1915, il est diplômé en tant que théologien à l'Université de Fribourg. Entre 1923 et 1939, il a enseigné à Berlin la philosophie de la religion et la vision catholique du monde. En 1939, il a a été obligé par les nazis de démissionner de son enseignement. Après la guerre, il fut à nouveau professeur à l'université de Tübingen.

    Aptitude à l'interdisciplinarité

    Selon le professeur Ugo Perone, qui a la chaise Guardini à l'Université Humboldt de Berlin, sa pensée a été caractérisée par sa propension à l'interdisciplinarité: en tant que chercheur, il était non seulement intéressé par la théologie, mais aussi par la philosophie et la poésie. Dans le même temps, il a donné forme à des projets pastoraux pratiques - tels que le développement de la liturgie - et il a exprimé une forte empreinte sur le catholicisme en Allemagne.

    Il est exceptionnel que tant de compétences soient combinées en une seule personne.
    Source: Katholisch.de

  • Fraternité des Saints Apôtres et crise de l'Eglise : quelle attitude prendre ?

    IMPRIMER

    Sur son blog, le Père Simon Noël, moine du monastère de Chèvetogne, met en ligne ces réflexions qui invitent à la prudence et à l'obéissance mais aussi au discernement en profondeur. Elles méritent d'être lues avec la plus grande attention : 

    La fraternité des saints apôtres et la crise de l'Eglise

    Le Père Zanotti-Sorkine à Marseille

    La dissolution de la Fraternité des saints apôtres et l'obéissance à l'Eglise

    Le décret de dissolution de la Fraternité des saints apôtres vient donc d'être officiellement promulgué par l'archevêché de Malines-Bruxelles. Lors de ses adieux, Mgr Léonard avait dit que l'un des cadeaux qu'il laissait en quittant sa charge était l'existence d'un certain nombre de séminaristes, gage de futures ordinations de prêtres dans l'archidiocèse, et espoir d'une relève. Il léguait cela à son successeur avec une joie non dissimulée. Pour certains d'entre eux l'expérience va s'arrêter.

    Que faut-il en penser? Certains ne cachent pas leur tristesse et leur déception, ni leur crainte pour l'avenir immédiat de l'Eglise en Belgique. Leur douleur doit être entendue. Car celle-ci montre qu'ils ne sont pas insensibles à ce problème grave qu'est la vocation sacerdotale et la formation des séminaristes.

    Le primat de Belgique dit avoir pris sa décision devant Dieu et en conscience. Il a aussi consulté les autres évêques du royaume ainsi que les instances romaines compétentes. Comme toute décision de la hiérarchie, celle-ci doit être reçue avec un a priori favorable. En effet personnellement je ne vois pas comment on pourrait mettre en doute sa parole. Tout au plus pourrait-on, en cas de désaccord profond, pratiquer ce qu'on appelait au XVIIe siècle, lors du conflit janséniste, le "silence respectueux".

    Mais vous m'objecterez saint Thomas d'Aquin et ce qu'il dit sur l'obligation de pratiquer la correction fraternelle à l'égard des prélats qui nuisent au bien commun de l'Eglise. Oui mais dans ce cas, il vous faudrait une certitude morale suffisante, basée sur une entière connaissance du dossier. Tant que vous ne l'avez pas, vos critiques sont stériles et vous vous exposez peut-être à devoir plus tard vous déjuger.

    Je prends cependant l'objecteur au sérieux et j'admets comme supposition que l'archevêque a commis une faute ou du moins une erreur. Dans ce cas, l'obéissance demeure la voie chrétienne traditionnelle. Obéir promptement, surtout avec son intelligence, est le seul moyen pour que la volonté de Dieu se réalise, par les voies qui sont les siennes. L'exemple de tant de saints nous le prouve à travers l'histoire de l'Eglise. Si on croit vraiment en la Divine providence, on a cette assurance qu'il faut s'abandonner avec confiance, malgré toutes les apparences contraires, car Dieu permet le mal, pour qu'en sorte un bien plus grand.

    Dom Lambert Beauduin, le fondateur du monastère bénédictin de Chevetogne, avait une vision sur le renouveau monastique et sur l'unité des chrétiens, qui dérangeait un certain de nombre d'autorités de l'époque. Il avait eu l'appui du cardinal Mercier, mais celui-ci n'était plus. Dom Lambert fut finalement frappé d'une sanction administrative, car on n'avait rien trouvé contre lui du point de vue doctrinal ou du point de vue moral. Il dut s'exiler en France. Il se soumit et jamais ne se révolta. Sa patience et sa persévérance à la longue furent payantes. Sur sa tombe on peut lire cet éloge: Vir Dei et ecclesiae, Homme de Dieu et de l'Eglise. Il aimait dire en effet qu'on ne critique pas sa mère.

    J'espère que le Père Zanotti-Sorkine saura trouver les mots justes pour guider ses enfants spirituels sur la bonne voie. Je prie beaucoup pour eux tous.

    Lire la suite

  • A-t-on pris la peine de vérifier le charisme de la Fraternité des Saints Apôtres ?

    IMPRIMER

    Un ami de notre blog, B.M., un prêtre belge, nous partage ces réflexions :

    Dans les motifs de la décision de dissoudre la fraternité des SS Apôtres à Bruxelles, il n'y a aucune référence formelle à son charisme. On voudrait le souhaiter comme le demande le récent document "Iuvenescit Ecclesia" de la Congrégation pou la doctrine de la foi en date du 15 mai 2016.

    On peut y lire entre autre : "Dans cette exigence d’une nouvelle évangélisation, il est plus que jamais nécessaire de reconnaître et d’apprécier les nombreux charismes, susceptibles de réveiller et de nourrir la vie de foi du peuple de Dieu" (n.1) et encore : "Reconnaître l’authenticité du charisme n’est pas toujours une tâche facile, mais c’est un service nécessaire que les pasteurs sont tenus d’effectuer. La communauté des fidèles, en effet, a « le droit d’être avertie par ses Pasteurs de l’authenticité des charismes et de la confiance que l’on peut accorder à ceux qui en sont les porteurs »[66]. Pour cette raison, l’autorité devra être consciente du caractère imprévisible des charismes suscités par l’Esprit Saint, en les valorisant selon la règle de la foi, en vue de l’édification de l’Église[67]. Il s’agit d’un processus qui prend du temps et requiert des étapes précises pour parvenir à leur vérification, avec un discernement sérieux, jusqu’à la reconnaissance de leur authenticité par l’Église. La réalité qui prend corps en naissant d’un charisme doit jouir d’un temps opportun d’expérimentation et de sédimentation, qui fasse passer de l’enthousiasme des débuts à une configuration stable. Dans tout l’itinéraire de vérification, l’autorité de l’Église doit accompagner avec bienveillance cette nouvelle réalité. Il s’agit, de la part des Pasteurs, d’un accompagnement qui ne cessera jamais, parce qu’il n’est pas de terme à la paternité de ceux qui, dans l’Église, sont appelés à être les vicaires de Celui qui est le Bon Pasteur et dont l’amour empressé ne s’arrêtera jamais d’accompagner son troupeau." (n. 17)

    Le document donne ensuite au n.18 une série de 8 critères de discernement pour chercher à authentifier un nouveau charisme. On suppose que le nombre de prêtres Français ne fait pas partie du coeur du charisme de cette fraternité, mais est un fait contingent lié à la création de la fraternité comme ce genre de particularité s'est produite maintes fois à la naissance d'un nouveau charisme dans l'Église. Il plus que souhaitable d'évaluer et de justifier positivement ou non un charisme naissant si nous voulons demeurer fidèles aux dons du Christ pour son Église, dons déjà revus et à recevoir.

  • République Dominicaine : maintien inconditionnel du "droit inviolable à la vie"

    IMPRIMER

    EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE, LES DÉPUTÉS MAINTIENNENT « LE DROIT INVIOLABLE À LA VIE »

    Le 19 juillet, la Chambre des députés de la République dominicaine a décidé d’éliminer un paragraphe du nouveau Code pénal qui aurait décriminalisé l’avortement en cas de risque pour la vie de la mère, de malformation, d’inceste ou de viol. Le rejet de ce paragraphe a été voté par une majorité écrasante, à 132 voix contre 6.

    L’avortement demeure un crime dans ce pays, passible d’une peine de 2 à 3 ans de prison pour la mère, et 4 à 10 ans pour un professionnel de santé.

    La Chambre a ainsi suivi une décision de la Cour constitutionnelle qui avait déjà invalidé un amendement similaire, introduit dans le Code pénal. En outre, ce vote est conforme à l'article 37 de la Constitution nationale qui stipule que « le droit à la vie est inviolable depuis la conception jusqu'à la mort. La peine de mort ne peut être établie, prononcée ou appliquée, dans tous les cas ».

    Le Sénat devra confirmer ce vote.

    Sources: CFAM, Marianna Orlandi (20/07/2016)

  • Lettre de Mgr Jeanbart, archevêque catholique d'Alep, sur la fin de la guerre en Syrie

    IMPRIMER

    Mgr Jeanbart vient d'adresser une nouvelle lettre aux chrétiens de Syrie où il écrit, fort de son Espérance : " Oui la paix est proche, il n’y a aucun doute à cela, et avec elle, notre patrie bien-aimée sera le terrain d’une reprise étonnante et admirable. "

    Message aux chrétiens de Syrie (traduit de l’arabe).

    AU COEUR DE LA TEMPETE ET FACE A LA PAIX QUI ARRIVE, RESTEZ ! 

    Au cours des tous derniers jours, une tempête folle a secoué notre existence, une des plus violentes que nous avons dû subir au cours de cette guerre injuste et détestable, dont souffre notre pays depuis plus de cinq ans. Nous avons assisté avec  beaucoup de peine et de regret à‏ la destruction et à la démolition de nombre de maisons appartenant à nos fidèles, et à quelques unes de nos institutions, mais grâce à Dieu, les dégâts se réduisaient en général aux biens matériels. Bref, et malgré tout, l’escalade des bombardements sans discernement et sans précédent, a terrorisé les habitants dans les quartiers résidentiels de la ville, et a occasionné aux maisons et aux commerces de nos fidèles des pertes considérables ; tout cela a semé la peur et le désarroi dans leurs cœurs, et a épouvanté les femmes et les enfants.

    Face à ces événements cruels dont souffrent les citoyens, nous ne trouvons plus de paroles qui puissent justifier ce qui se passe, ni de mots pour consoler les sinistrés, les blessures sont tellement profondes, il ne nous reste plus que les invocations et la prière. Une prière qui les aide à patienter et à accepter leurs malheurs, et qui en même temps, stimule d’autres à se lever et se mettre à travailler pour offrir bénévolement leur aide et leur soutien à ceux qui en ont besoin.  La prière qui fait naître l’espoir dans les esprits et la charité dans les coeurs, est peut-être la seule réponse significative et le baume le meilleur pour calmer les douleurs des victimes innocentes dans ces circonstances de grand désastre et de désolation.

    Notre prière doit être fervente envers le Seigneur, présent parmi nous, mais invisible, afin qu’il intervienne comme Il l’a fait avec ses apôtres pour calmer cette tempête de violence et de guerre, et pour apaiser l’anxiété des sinistrés et des terrorisés, et raffermir les personnes de bonne volonté dans leur action d’aide humanitaire d’urgence dans les différents domaines : alimentaire, médical, social, habitat.  Chacun d’entre nous doit prendre garde et ne point oublier, même pour une seconde, que nous sommes en proie à une guerre féroce et que nous faisons face à une agression criminelle et injuste qui subtilise nos terres et nos propriétés, les droits de notre peuple et toutes nos ressources humaines, commerciales et civiles autant que notre héritage religieux et culturel.

    Notre position face à cette agression serait : soit la reddition et la fuite, soit la résistance  et le courage de l’affrontement.  Faire front et réagir nous donne la chance de continuer à vivre chez nous ; se laisser abattre par le désespoir et s’enfuir serait une perte de tout ce qui constitue notre patrimoine du passé, notre présent plein de ressources et de tout notre avenir sur la terre de notre pays bien-aimé qui nous a vu naître et nous a beaucoup donné dans le passé ; cette terre généreuse ne manquera pas de nous assurer un avenir brillant si nous savons résister et patienter.  Le choix est évidemment clair : nous persévérons et restons, ou nous nous rendons pour nous enfuir, dispersés dans les quatre coins du monde et aller nous réfugier dans des pays qui ne sont pas les nôtres, pour accepter de vivre de l’aide sociale et de la compassion des bienfaiteurs.

    Certains de ceux qui désirent émigrer, prétendent qu’ils le font pour l’avenir de leurs enfants ; nous ne leur reprochons point cet objectif légitime et louable, mais nous leur demandons de nous répondre franchement et clairement : qui vous a dit que l’éducation de vos enfants sera nécessairement meilleure à l’étranger ? Savez-vous que les sociétés occidentales se débattent dans des problèmes de réforme de leur système pédagogique, et que les valeurs sur lesquelles vous avez été éduqués et que vous espérez transmettre à vos enfants, vous ne les retrouverez pas facilement là-bas ? Savez-vous que l’âge de la majorité permet aux adolescents dans ces pays, de se soustraire très tôt à l’autorité parentale ? Les enfants peuvent contredire leurs parents, et dans certains pays, on leur donne le droit de les poursuivre en justice si, un jour, pour leur propre bien, ils essayaient de les contraindre.  Sans parler du relâchement qui fait que beaucoup de jeunes tombent dans l’insouciance, l’oisiveté, et même parfois la drogue et la violence. Honnêtement, à bien y réfléchir, nous pensons qu’une formation sérieuse pour nos nouvelles générations peut trouver une bonne base chez nous, et peut-être même, meilleure que dans certaines sociétés occidentales vers lesquelles se pressent les uns et les autres. Reconnaissons quand-même honnêtement que les jeunes qui ont pu être éduqués dans nos écoles et nos universités, et qui ont ensuite voyagé en Europe en vue d’une spécialisation académique ou à la recherche d’un emploi, ont récolté le succès. L’application et la discipline qui étaient à la base de leur éducation leur ont été d’un grand secours et ont été à l’origine de leur succès et du respect qui les a entouré partout oú ils ont été.

    Nous ne voulons pas nous étendre sur ce sujet, bien que nous ayons beaucoup à dire à ce propos, mais nous demandons à ceux de nos fidèles qui se ruent vers l’émigration de se calmer un peu et de ne pas se précipiter pour prendre une décision aussi importante,  dont les résultats peuvent être regrettables et sans voie de retour.

    Demandons au Seigneur d’épargner à nos chers fidèles cette dure épreuve, qui ne leur  causera que davantage de désarroi, de désillusion et de stress.  Oui, bien sûr que nous savons que les terroristes qui nous menacent, effrayent les femmes et les enfants ; et nous comprenons très bien que certains cherchent à partir pour trouver tranquillité, paix et sécurité, mais nous réalisons en même temps que le danger qui nous menace décroît et diminue de jour en jour, et tend à disparaître maintenant que la guerre semble approcher de sa fin.

    Nous avons résisté héroïquement durant cinq ans et lutté avec tenacité face à la tentation de l’émigration et nous avons su tenir bon aux pires des moments de la guerre.  Nous n’avons pas voulu écouter ceux qui voulaient nous éloigner de notre terre et de notre patrie, si chère à nos coeurs.  Nous avons supporté les méfaits des destructions, de la pauvreté et de la faim sans nous défaire ; pourquoi donc aujourd’hui et alors que la paix est à nos portes, allons-nous  nous rendre ? Oui la paix est proche, il n’y a aucun doute à cela, et avec elle, notre patrie bien-aimée sera le terrain d’une reprise étonnante et admirable :

    - Nous allons bientôt voir un nouveau pays : démocrate, honorable, pluraliste et respectueux envers ses citoyens dans la diversité de leur appartenance et sans discrimination aucune.

    - Nous allons voir ses portes grandes ouvertes pour accueillir ceux qui désirent investir pour travailler avec sérieux et loyauté.

    - Nous allons voir un  développement sans précédent, des projets nombreux et diversifiés, un marché de l’emploi sans précédent.

    - Nous allons voir nos écoles se rénover, nos universités s’illustrer, nos hôpitaux se qualifier.

    - Nous allons voir les gens se précipiter vers la Syrie, des quatre coins du monde, en quête de travail, de gain et de bénéfices.  Ne soyons pas surpris si nous voyons un jour ceux qui ont accueillis nos compatriotes comme réfugiés, venir chez nous pour trouver du travail.

    La Syrie, ce beau pays oú nous avons pu mener une vie douce et paisible dans le passé, nous allons, avec la grâce de Dieu, pouvoir y retrouver bientôt, dignité et prospérité.  Allons donc de l’avant et faisons confiance au Seigneur car Il est le Tout-Puissant.

    17/7/2016 Métropolite Jean-Clément JEANBART

    Archevêque d’Alep

  • Le Notre Père ; une chance magnifique de parler à notre Créateur / prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine pour le 17e dimanche du temps ordinaire

    IMPRIMER

    Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Lc 11, 1-13) (archive du 28 juillet 2013) pour le 17e dimanche du temps ordinaire.

    http://www.delamoureneclats.fr / http://www.unfeusurlaterre.org

    Évangile : Enseignements de Jésus sur la prière (Luc 11, 1-13)

    Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l'a appris à ses disciples. » Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : 'Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour. Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation.' » Jésus leur dit encore : « Supposons que l'un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : 'Mon ami, prête-moi trois pains : un de mes amis arrive de voyage, et je n'ai rien à lui offrir.' Et si, de l'intérieur, l'autre lui répond : 'Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain', moi, je vous l'affirme : même s'il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu'il lui faut. Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvre. Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? ou un scorpion, quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

  • Pour suivre les jeunes Belges aux JMJ en Pologne, un site avec de nombreux échos et des videos

    IMPRIMER

    C'est ici :

    Sans titre.png