25/10/2014

Témoignage : la Passion de saint Jean Paul II

Du « sportif de Dieu » au « serviteur souffrant » jusqu’au bout à la face d’un monde qui réclamait sa « démission », quel pape nous a le plus convaincu ? Pour moi, s'il fallait choisir, le choix serait vite fait. Le témoignage apostolique du second me paraît bien plus  « efficace » que toutes les aptitudes physiques et intellectuelles attribuées au premier par le Cardinal Marty au « Parc des Princes » à Paris en 1980.

Sur le site « aleteia », Philippe Oswald revient sur la Passion de Jean-Paul II, figure exemplaire de Jésus crucifié pour notre temps.  Sans être un intime du saint pape, il a eu la grâce de l’approcher en diverses circonstances au long de ses presque 27 ans de règne :

3852245.jpg

Témoignage : la Passion de saint Jean Paul II

Sans être un intime du saint pape, j’ai eu la grâce de l’approcher en diverses circonstances au long de ses presque 27 ans de règne. J’ai rencontré le « sportif de Dieu » et le serviteur souffrant.

Avoir connu un saint, se souvenir de sa voix, de ses paroles, de son contact, c’est une grâce plus fréquente qu’on ne se l’imagine. Evidemment, quand celui-ci était un pape, et sans doute le plus célèbre des successeurs de saint Pierre, on risque moins de passer à côté.

Le « sportif de Dieu »

En cette première fête liturgique de saint Jean Paul II, canonisé par le pape François le 27 avril dernier, quels sont mes souvenirs les plus marquants ? Son élection, bien sûr, si surprenante, enthousiasmante, le premier pape slave, un polonais, un héros bravant le rideau de fer et lançant au monde entier : « N'ayez pas peur ! », mais c'était devant la télévision... Ensuite, sans intermédiaire, sa première visite apostolique en France, du 30 mai au 2 juin 1980. Il était alors rayonnant de force et de santé, et le cardinal Marty l’avait présenté aux jeunes réunis au Parc des princes comme « le sportif de Dieu ». Privilège de journaliste, je le voyais de près pour la première fois à l’UNESCO : quelle prestance, quel éclat, quel rayonnement émanait de cet homme en blanc  qui nous consolait d’avoir perdu ses deux prédécesseurs de maladie au cours de l’été 1978. Un pape pouvait donc être jeune et en pleine forme !

Lire la suite

Synode sur la famille : belgicatho se "recadre"

L’annonce du Synode sur la Famille, sa préparation, les enquêtes préliminaires, son déroulement, le rapport à mi-parcours, la relation finale, la perspective du prochain Synode en 2015 et des décisions que le pape prendra, tout cela a mobilisé et mobilise l’attention non seulement des catholiques mais aussi des médias et de ceux qui observent l’évolution de l’Eglise. Les positions « d’ouverture » des uns et celles des autres qui défendent les positions traditionnelles de l’Eglise s'affrontent. Au cœur de ces débats, la question de l’accès aux sacrements des personnes divorcées-remariées et celles concernant les personnes homosexuelles ont monopolisé la discussion et suscité des commentaires sans fin, et ce n’est évidemment pas terminé puisque les réponses définitives ne seront apportées que l’an prochain. L’attitude du pape elle-même a soulevé de nombreux commentaires, certains voyant en lui l’artisan d’une attitude d’ouverture qui devrait aboutir à un assouplissement des règles de l’Eglise, d'autres soulignant sa réserve et son silence, d’autres encore professant leur confiance inébranlable en celui qui ne peut que s’en tenir à l’orthodoxie de la doctrine catholique.

Sur ce blog, nous avons fait écho à de nombreuses prises de position tout en laissant percevoir notre souci de rester fidèles aux positions de l’Eglise concernant le mariage et la famille telles qu’elles ont été rappelées par le pape Jean-Paul II dans Familiaris Consortio. Mais nous avons également répercuté des commentaires assez critiques à l’égard de certaines prises de position et même certains qui s’interrogent sur l’attitude du pape lui-même. Après réflexion, nous souhaitons « recadrer » notre blog à l’égard de cette problématique. Nous avons décidé de ne plus relayer que les propos émanant de personnes autorisées, théologiens ou responsables ecclésiastiques, dont les éclairages sont susceptibles d’approfondir la réflexion sans céder à un esprit de division ou d’affrontement qui ne peut être que stérile. Dans leurs commentaires, plusieurs intervenants sur ce blog ont insisté sur la confiance en l’Esprit Saint qui devrait nous animer et sur la nécessité de la prière pour que tout cela débouche sur ce qu’il y a de plus conforme à la volonté de Dieu. C'est aussi notre souci.

A votre agenda! Concert de Noël à la Cathédrale de Liège, le samedi 13 décembre à 16 heures

« Gloria »

Avec le Chœur Universitaire de Liège

et le Choeur de Chambre "Praeludium"

Puccini212.jpg

Congo : Prix Sakharov pour le "Docteur miracle"

L’hôpital de Panzi (un quartier d’Ibanda, la commune –mère de Bukavu), créé par le gynécologue congolais Denis Mukwege,  a permis de « réparer » les corps mutilés de 40000 victimes de violences sexuelles en RDC. Information de Solène Tadié sur le site « aleteia »

« Celui que ses patientes appellent « docteur miracle » vient de se voir décerner le prix du Parlement européen « pour la liberté de penser ». C’est en effet son combat auprès des femmes victimes de violences sexuelles en temps de guerre qui a retenu toute l’attention du jury, dont le vote fut unanime. Denis Mukwege a fait ses études en France, mais a par la suite tenu à regagner son pays d’origine, déchiré depuis de nombreuses années par les conflits de la région du Kivu, où le viol est utilisé comme arme de destruction massive (cf Aleteia).

Il y a quinze ans, ce fils de pasteur aujourd’hui âgé de 59 ans a fondé l’hôpital de Panzi à Bukavu, sa ville natale. C’est là qu’il prend la mesure de l’atrocité du quotidien des femmes dont on mutile les organes génitaux, dans le but de détruire le fort symbole sociétal de la mère, anéantissant ainsi des communautés entières pour plusieurs générations. Le premier cas qu’il eut à soigner à l’ouverture de son établissement en 1999 fut une femme à qui on avait introduit une arme dans l’appareil génital et fait feu, lui détruisant au passage tout le bassin.

 « Depuis quinze ans, je suis témoin d'atrocités de masse commises sur le corps des femmes et contre les femmes et je ne peux pas rester les bras croisés, car notre humanité commune nous invite à prendre soin les uns des autres. Au début, je pensais qu’il s’agissait d’une barbarie passagère, puis j’ai compris que c’était permanent et qu’il fallait le dénoncer », déclarait-il au micro de France Inter en 2013, lors d’un passage à Paris pour recevoir le prix de la fondation Chirac « pour la prévention des conflits ».

Son hôpital, qui prend en charge gratuitement 3500 femmes chaque année, assure auprès de ces dernières un suivi complet, aussi bien physique que psychologique, et même parfois juridique.

Le Dr Mukwege s’est fait au fil des années le porte-voix international de la cause de ces femmes, en dénonçant notamment la totale impunité dans laquelle les agresseurs commettent leurs forfaits. Une vocation qui a bien failli lui coûter la vie en 2012 : des hommes armés se sont introduits chez lui un soir d’octobre pour l’assassiner, abattant à bout portant le gardien de sa maison. Il fut secouru in extremis par des habitants du quartier.

Après un exil de quelques mois en Belgique, il revint à la demande pressante de ses patientes. Il ne renoncera pas et il l’a fait savoir aux milliers de personnes venues l’accueillir à son retour à Bukavu. Il est rentré, dit-il, pour « dire non aux violences sexuelles ». Il a depuis mis la communauté internationale en garde contre le nouveau fléau du viol d’enfants et de bébés. Ce père de cinq enfants est également responsable d'une église locale. Pour lui, la guérison n’est pas « concevable sans la participation de Dieu ». Le prix Sakharov « pour la liberté de penser » s’accompagne d’une récompense de 50 000 euros. Le prix lui sera remis à Strasbourg le 26 novembre prochain.

 Ref. Prix Sakharov : le combat héroïque du "Docteur miracle"

 JPSC

Le mercredi 15 octobre dernier, le Dr Mukwege était aussi au Rotary d’Ath qui lui a remis un chèque important auquel se sont ajoutées les recettes de la soirée.

Bande annonce du film documentaire consacré à son action par Thierry Michel (RTBF): 

Docteur Denis Mukwege, au coeur de la violence... par Le_Soir

24/10/2014

Encore deux ordinations pour la Fraternité des Saints-Apôtres à Bruxelles

Ce samedi 25 octobre à 16h30, en l’église Sainte-Catherine de Bruxelles, Monseigneur André-Joseph Léonard ordonnera prêtre Frère Paul Chavanat et diacre Frère Grégory Kienlen, tous deux membres de la Fraternité des Saints Apôtres . Venez nombreux pour encourager ces deux nouvelles vies qui se consacrent entièrement au Christ et à sa Mère par le sacerdoce ! Et priez intensément pour eux, afin que l’Amour soit leur seul raison de vivre !

Références :

 Site officiel de l'église Sainte-Catherine

Site de la Fraternité des Saints Apôtres

 Les horaires de l'église Sainte-Catherine

JPSC

La patiente révolution de François

En ce qui concerne l’homosexualité et le divorce, le synode n’est pas parvenu à un accord mais, en fin de compte, c’est le pape qui décidera. Et les changements qu’il veut introduire, il les a déjà en tête ou plutôt il les met déjà en pratique. Un commentaire sur le site Chiesa de Sandro Magister. Extraits :  

[Le pape  ] …«  a voulu que le synode oriente la hiérarchie catholique vers une nouvelle perception du divorce et de l’homosexualité et il y a réussi, bien que le nombre de voix favorables au changement ait été faible lors des votes qui ont eu lieu au bout de deux semaines de discussions enflammées.

En tout cas, ce sera lui qui, en fin de compte, prendra les décisions, comme il l’a rappelé à ceux des cardinaux et des évêques qui auraient encore eu quelques doutes à ce sujet. Pour leur rafraîchir la mémoire à propos de sa puissance "suprême, pleine, immédiate et universelle", il a fait appel non pas à un passage raffiné de la constitution "Lumen gentium" mais aux rocailleux canons du code de droit canonique.

 En ce qui concerne l’accès des divorcés remariés à la communion, on sait déjà quelle est l’opinion du pape. Lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, il autorisait les "curas villeros", ces prêtres qu’il envoyait dans les périphéries, à donner la communion à tout le monde, même si les quatre cinquièmes des couples n’étaient pas mariés. Et, depuis qu’il est pape, il ne craint pas d’encourager, par téléphone ou par lettre, des fidèles [divorcés] qui ont convolé en secondes noces à recevoir tranquillement la communion, tout de suite, sans même le préalable de ces "démarches de pénitence sous la responsabilité de l’évêque diocésain" dont il a été question au cours du synode, et il ne donne aucun démenti lorsque ces gestes viennent à être connus.

Ses pouvoirs absolus de chef de l’Église, Jorge Mario Bergoglio les exerce aussi de cette manière. Et lorsqu’il insiste pour que l'ensemble de la hiérarchie catholique le suive dans cette voie, il sait très bien que la question de l’accès des divorcés remariés à la communion, qui ne concerne qu’un petit nombre de personnes, ouvre la voie à un changement bien plus radical et concernant beaucoup plus de gens, en faveur de la "possibilité d’un second mariage", ce qui implique la dissolution du premier. Cette possibilité est admise dans les Églises orthodoxes d'Orient et François avait déclaré, peu de temps après avoir été élu pape, "il faut l’étudier" aussi pour l’Église catholique, "dans le cadre de la pastorale du mariage".

 C’est au mois de juillet 2013 que le pape a rendu publique cette volonté. Mais, lors de cette même interview dans l’avion qui le ramenait du Brésil, il a également ouvert un chantier en ce qui concerne l'homosexualité, avec son mémorable "qui suis-je pour juger ?". Formule qui a été universellement interprétée comme absolvant des actes qui étaient depuis toujours condamnés par l’Église mais qui maintenant ne le sont plus, s’ils sont commis par quelqu’un qui "cherche le Seigneur avec bonne volonté".

Lire la suite

Synode : « Das drama geht weiter ! » (Cardinal Marx , au journal « La Reppublica »)

"Das Drama geht welter!" (Le spectacle continue) a déclaré dans une interview à la « Reppublica » (20 octobre 2014) le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Münich et membre influent du « G8 » du pape François.  Le spectacle dont parle ce prélat libéral est celui du Synode des Evêques, qui a connu dans la salle un coup de théâtre inattendu.  Roberto de Mattei ( ancien assistant du célèbre philosophe politique Augusto Del Noce et professeur d'histoire du christianisme à l'université européenne de Rome ) analyse ce « spectacle » sur le site « Corrispondenza Romana ». La traduction française se trouve sur le site « Benoît et moi ». Extraits.

« La Relatio post disceptationem présentée le 13 octobre, en dépit des remaniements subis, n'a pas obtenu la majorité prescrite des deux tiers sur deux points cruciaux: l'accès à la communion de la part des divorcés remariés et l'ouverture aux couples homosexuels, le premier point atteignant 104 voix favorables et 74 contraires et le deuxième, 118 placet contre 62 non placet

Malgré l'évidente débâcle, le cardinal Marx, un des plus fervents représentants du courant progressiste, s'est déclaré satisfait car le processus révolutionnaire se fait en plusieurs étapes. Sur quelques thèmes, a-t-il expliqué, "nous avons fait deux pas en avant et un en arrière".

Le coup de frein, bien plus important que prévu, a toutefois été imposé par la résistance des Pères synodaux (…). 

En matière de foi et de morale, toute exception introduit une règle et chaque nouvelle règle ouvre la voie à un système normatif qui renverse l'ancien. La nouveauté a une portée révolutionnaire qu'il faut saisir dans son moment embryonnaire. Le cardinal George Pell, dans une interview télévisée au Catholic News Service, a défini la demande de la communion aux divorcés comme un cheval de Troie ouvrant la voie à la reconnaissance des unions homosexuelles.

Le nombre des divorcés remariés qui demandent à recevoir la communion est en effet négligeable. Bien autre chose est en jeu: l'acceptation de la part de l'Eglise de l'homosexualité, considérée non comme un péché ou une tendance désordonnée, mais comme une "tension" positive vers le bien, digne d'accueil pastoral et de protection juridique. Les cardinaux Marx et Schönborn ont étés clairs à ce sujet et le secrétaire adjoint du Synode, Mgr Bruno Forte, élève de l'école hérétique de Tubingen, en a exécuté les desiderata, se révélant être l'auteur des passages les plus scabreux de la première Relatio.

Lire la suite

Ainsi soient-ils; réflexions sur une série manipulatrice

Nous vous recommandons le site suivant, consacré à cette série : http://www.ainsisoientils.com/

Ensuite la lecture de ces deux articles :

Retour sur le procès en appel d'Asia Bibi

Du site de Portes Ouvertes :

Pakistan : le curieux procès d’Asia Bibi

Retour sur le procès en appel d’Asia Bibi qui a duré quatre longues heures et qui en dit long sur les conséquences désastreuses de la loi anti-blasphème au Pakistan.

 

141022FR300x200.jpgDepuis 2009, Asia Bibi croupit en prison, dépassée par une histoire aux proportions aussi absurdes que vertigineuses. La première femme condamnée à mort du Pakistan (en 2010) a vu la semaine dernière sa peine confirmée au nom de la loi sur le blasphème. Pendant son procès en appel, le 16 octobre dernier, durant quatre heures, Naeem Shakir, l’avocat d’Asia Bibi, n’a cessé de démontrer les failles de l’accusation.

 

Asia Bibi : victime de la discrimination

Conscient des risques qu’il prenait face à l’accusation représentée par des spécialistes de la loi coranique, Naeem Shakir s’est courageusement lancé dans la défense d’Asia Bibi, dénonçant la discrimination des chrétiens, considérés comme « intouchables » dans le système de castes (hérité de l’époque où le Pakistan faisait partie, avec l’Inde, de l'Empire colonial britannique).

 

Asia Bibi : victime de la crainte des juges

L’avocat a même osé interpeller la Cour sur le danger de considérer l’affaire d’un point de vue religieux, sachant que la crainte de représailles des extrémistes pèse sur la décision des juges. Personne n’a oublié l’assassinat du gouverneur Salmaan Taseer et de Shahbaz Bhatti qui avaient soutenu Asia Bibi en 2010.

Cette crainte des représailles explique que même devant la pertinence des arguments avancés pour la défense d’Asia Bibi, les juges ont confirmé la peine capitale. Pourtant, même le superintendant de la police, qui a instruit le dossierd’Asia Bibi, a attesté qu’à l’origine, la dispute concernait l’eau à boire et non le prophète de l’islam ou le Coran.

 

Asia Bibi : victime de la peur de blasphémer

Pendant le procès, personne n’a osé répéter les paroles prononcées le jour de l’altercation entre Asia Bibi et ses deux accusatrices… par crainte d’être accusé de blasphème ! L’avocat Naeem Shakir a donc posé la question : « Quelle est la vraie nature de ces mots, lorsque des musulmanes ont refusé l’eau que leur offrait Asia Bibi, chrétienne et par conséquent impure ? »

Naeem n’a pas obtenu de réponse : les deux accusatrices d’Asia Bibi, (Mafia Bibi et Asma Bibi) étaient absentes et Naeem Shakir a déploré que la discussion ait porté sur le blasphème au détriment de leur témoignage direct.

 

Asia Bibi : bientôt devant la Cour Suprême ?

Les avocats d’Asia Bibi se lancent maintenant dans un ultime recours auprès de la Cour Suprême du Pakistan. L’espoir demeure pour Asia, dont la sécurité a été renforcée dans sa prison (sa tête est mise à prix depuis 2010), comme pour son mari Ashiq Masih et leurs trois enfants qui vivent cachés dans une autre ville.

Signer la pétition de l'ACAT : 

http://www.acatfrance.fr/action/condamnation-a_mort_confi...

Nigeria : nouveaux attentats et nouveaux enlèvements

Abuja (Agence Fides) – Les espoirs de paix s’amenuisent après que cinq personnes aient trouvé la mort dans un attentat à la bombe ce matin à la gare routière d’Azari, dans l’Etat de Bauchi, dans le nord du Nigeria et que 60 jeunes filles aient été enlevées dans deux localités de l’Etat d’Adamawe. Selon la presse locale, 40 jeunes filles ont ainsi été enlevées à Waga Mangoro et 20 autres à Garta, dans le cadre de deux attaques, au cours desquelles plusieurs habitations ont été incendiées.

Ces jours derniers, des rumeurs avaient couru sur un possible accord de trêve entre le gouvernement d’Abuja et le groupe islamiste Boko Haram, accord qui aurait prévu la libération des 200 jeunes filles enlevées à Chibock en avril dernier.

L’annonce des nouveaux enlèvements est parvenue alors que le Parlement d’Abuja approuvait la requête du Président Goodluck Jonathan d’un milliard de dollars de fonds d’urgence pour acquérir des armements destinés à la lutte contre Boko Haram. (L.M.) (Agence Fides 23/10/2014)

Cent mille chrétiens tués chaque année en raison de leur foi

Madrid (Agence Fides) – Le Centre pour les Etudes du Christianisme global des Etats-Unis estime qu’environ 100.000 chrétiens meurent chaque année à cause de leur credo religieux soit une moyenne d’un toutes les cinq minutes. En outre, dans différents pays, de nombreuses minorités religieuses subissent violence et persécution. Pour n’en citer que quelques-uns, en Irak, en Syrie, au Nigeria, au Cameroun, au Soudan, au Pakistan, en Somalie et en Egypte, des personnes âgées, des femmes, des hommes et leurs enfants chrétiens vivent dans des conditions de totale insécurité. Ils sont chassés de leurs maisons, incarcérés pour blasphème et tués brutalement. Des églises sont incendiées lors des célébrations liturgiques. Des fillettes sont enlevées et contraintes à se marier. Parmi les différentes initiatives en faveur de la liberté de religion et de culte, la fondation espagnole CitizenGo, constituée pour promouvoir le respect de la dignité humaine et des droits qui en découlent dans tous les contextes, et la Fondation internationale Novae Terrae ont promu une pétition en vue de la protection des chrétiens et des autres minorités religieuses au Proche Orient et dans d’autres parties du monde, où le phénomène de la persécution religieuse est constant. Jusqu’ici, la pétition a recueilli plus de 200.000 signatures. Les deux fondations sollicitent les responsables européens et des autres continents afin qu’ils s’engagent en faveur de la liberté de religion et de culte contre tout type de persécution. (AP) (Agence Fides 23/10/2014)

Concert de Musique sacrée à Verviers le 15 novembre (20h, église N.-D. des Récollets)

carte envoi electronique.jpg

Paf: 12 euros, 10 euros

Prévente chez Digital Signature, rue Jardon à Verviers

Renseignements: tél. 087.31.58.37