Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape François propose 21 mesures pour l'accueil des migrants

IMPRIMER

Dans le « Figaro » de ce jour, Jean-Marie Guénois présente clairement l'enjeu du message "opérationnel" écrit par le pape François pour la 104e "journée internationale du migrant et du réfugié"  :

« Le Pape réaffirme, avec ces propositions concrètes, son opposition à toute restriction de l'immigration. Il se prononce notamment pour « l'octroi de visas humanitaires » et recommande de favoriser « le regroupement familial ».

Ce n'est pas un programme mais une lettre annuelle rédigée par le pape pour la 104° «journée mondiale du migrant et du réfugié» du 21 août 2017. Les cinq pages très denses, signées par François le jour du 15 août, contiennent cependant 21 mesures concrètes, similaires à un programme d'action qui résument sa pensée sur la question des migrations. Elle vise, tant dans les pays d'origines, que dans les pays d'accueil, à rendre légale l'immigration illégale.

Dans ce document, le pape promeut en effet un accueil large, généreux et légalement organisé des migrants et des réfugiés sans mentionner l'idée d'une quelconque restriction des flux migratoires qu'il avait toutefois évoquée et justifiée à son retour de Suède le 1er novembre 2016, restrictions fondées sur les capacités d'accueil.

L'objectif de François, dans ce document, est de changer les mentalités et de faire pression sur la communauté internationale pour qu'elle adopte, avant la fin de l'année 2018, deux accords globaux, l'un sur les réfugiés, l'autre sur les migrants dont le principe avait été acquis le 19 septembre 2016 lors du sommet de l'ONU.

«La garantie d'une subsistance minimum vitale»

Pour le pape actuel, la question de l'accueil des migrants et des réfugiés est une priorité absolue. Le 8 juillet 2013, il avait dédié son premier voyage papal à cette thématique en se rendant sur l'île de Lampedusa, entre la Sicile et la Tunisie, pour demander aux Européens d'ouvrir leurs portes. Et dans sa réforme du Vatican, il a créé un nouveau ministère «le Dicastère pour le Service du Développement humain intégral» dont la section chargée des migrations et des réfugiés est placée, selon sa volonté, à titre exceptionnelle et symbolique, sous sa propre responsabilité.

Quant au principe fondamental qui guide le pape François, il le rappelle dans sa lettre: «Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, qui s'identifie à l'étranger de toute époque, accueilli ou rejeté.»

Voici la liste des 21 mesures voulues par le pape François pour l'immigration :

 

  1. Développer les «possibilités d'entrées sûres et légales» dans les pays de destination: notamment par «l'octroi de visas humanitaires» délivrés selon un mode «étendu et simplifié» et favoriser «le regroupement familial».
  2. Multiplier les «corridors humanitaires pour les réfugies les plus vulnérables» pour éviter les filières illégales.
  3. Créer un système de «visas temporaires spéciaux» pour «ceux qui fuient les conflits dans les pays voisins».
  4. Ne pas recourir aux «expulsions collectives et arbitraires» de réfugiés et de migrant non «adéquates» surtout quand elles renvoient des personnes dans des pays qui «ne peuvent garantir le respect de la dignité et des droits fondamentaux».
  5. «Toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale»: par conséquent «former adéquatement le personnel préposé aux contrôles de frontière» pour que le «premier accueil» des migrants et des réfugiés soit «approprié et digne».
  6. Trouver des «solutions alternatives à la détention pour ceux qui entrent sur le territoire national sans autorisation».
  7. Dans le pays de départ, créer un système d'immigration légale pour agir «contre les pratiques de recrutement illégal» par des filières.
  8. Dans le pays d'arrivée, «assurer aux migrants une assistance consulaire», le «droit de toujours garder sur soi les documents d'identité personnels», un accès à la justice, «la possibilité d'ouvrir des comptes bancaires», la «garantie d'une subsistance minimum vitale».
  9. Que soit accordée dans le pays d'arrivée «la liberté de mouvement, la possibilité de travailler et l'accès aux moyens de télécommunications».
  10. Pour ceux qui désirent rentrer dans leur pays la mise en place de «programmes de réintégration professionnelle et sociale».
  11. Protéger les «mineurs migrants» en évitant «toute forme de détention» et en assurant «l'accès régulier à l'instruction primaire et secondaire»
  12. Octroyer une nationalité à tous les enfants «à la naissance»
  13. Lutter contre «l'apatridie» de migrants et réfugiés en créant une «législation sur la citoyenneté»
  14. Accès sans limite des migrants et des réfugiés «à l'assistance sanitaire nationales et aux systèmes de pension» et «transfert de leur contribution en cas de rapatriement».
  15. Garantir à «tous les étrangers présents sur le territoire la liberté de profession et de pratique religieuse»
  16. Promouvoir «l'insertion socio-professionnelle des migrants et des réfugiés, garantissant à tous - y compris aux demandeurs d'asile - la possibilité de travailler, des formations linguistiques et de citoyenneté active».
  17. Prévenir les «abus» du travail productif de «mineurs migrants»
  18. Favoriser «le regroupement familial - y compris des grands-parents, des frères et sœurs et des petits-enfants - sans jamais le soumettre à des capacités économiques».
  19. Renforcer l'attention et le soutient aux migrants, réfugiés, demandeurs d'asile «en situation de handicap».
  20. Aider davantage les pays en voie de développement qui accueillent des réfugiés
  21. Intégrer «sans supprimer» chez les migrants leur «identité culturelle» par une «offre de citoyenneté» qui soit «dissociée des capacités économiques et linguistiques» et par une «offre de parcours de régularisation extraordinaire pour les migrants qui peuvent faire valoir une longue présence dans le pays».

Ref. Le pape François propose 21 mesures pour l'accueil des migrants

L’ampleur de la question migratoire ne peut évidemment se satisfaire de la médiatisation d’un « catalogue » de mesures dont la faisabilité n’aurait pas été vérifiée, ni toutes les conséquences évaluées -dans leurs dimensions politiques, économiques, économiques et sociales- au sein des instances supra et internationales responsables du bien commun des Etats-membres qui en font partie.

Le rôle du pape ne doit pas non plus être confondu avec celui d’un politicien présentant son programme pour solliciter les  suffrages lors d’une prochaine élection : ce que l’on attend surtout de l’Eglise c’est un discours pédagogique  permettant à chacun de discerner la complexité du phénomène en cours et de prendre ses responsabilités à la lumière du droit naturel qui fonde les relations au sein de la famille humaine toute entière.  

JPSC

Commentaires

  • Le pape est très loin de la doctrine sociale de l'Eglise et du catéchisme en ce qui concerne le bien commun. Cet homme mesure-t-il toutes les conséquences de ces mesures. Soyons plus direct: veut-il une Europe musulmane?

  • Moi même immigrant, je comprends et partage le désir d'améliorer son sort, commun à tous. Ceci-dit, un pays qui suivrait les règles proposées par le Saint-Père me semble courir le risque de répéter l'erreur mortelle commise par l'Empire A Romain: ouvrir le Limes plutôt que d'y exercer sa souveraineté. Les invasions barbares furent d'abord une tache d'huile humaine qui s'est répandue avant de s'enflammer. Les barbares furent graduellement christianisés parce qu'il était possible de convertir des païens polythéistes. Pas sûr que ça fonctionne avec des adeptes d'une religion monothéiste organisée comme l'Islam...

  • Je suis parfaitement en accord avec les 21 mesures énoncées par le Pape Francois, et par opposition aux 2 commentaires précédents, je pense que le point 21 est particulièrement important. En effet, il est important de respecter la personnalité des migrants demandant l'asile chez nous, mais aussi de leur rappeler les règles de respect du prochain, qui se pratiquent chez nous, ainsi que nos us et coutume.
    Par rapport au risque d'invasion musulmane de l'Europe, je pense que le problème provient plus de notre justice déficiente à l'encontre des criminels, que de notre ouverture aux étrangers en situation de détresse.

  • Je donne juste une information objective :

    781.887 musulmans vivent en Belgique: au 1er janvier 2015.

    En Belgique, 7% de la population belge est musulmane. Un chiffre scientifique calculé, au 1er janvier 2015, par le sociologue Jan Hertogen, qui collabore notamment avec l’Université catholique de Louvain..
    Ce nombre est en croissance accélérée : 2,2% par an de 2011 à 2013, plus du double (4,5%) durant les 2 années suivantes.

  • Le pape a oublié le point 22: le financement de ces/ses généreuses mesures par le Vatican et non pas par la communauté internationale c'est à dire par nous tous! Ici je ne parle que de l'aspect financier sans parler des autres aspects catastrophiques de son plan déjà évoqué par d'autres.

  • Lorsque l'on vit "En Théorie" : les propositions du pape sont un beau rêve auquel je peux souscrire même s'il n'y a aucune élévation spirituelle dans ce qu'il propose. Qu'est-il encore? Ah oui, je me rappelle, François, pape de l'Eglise catholique et non Monsieur Mélenchon .... pourtant ....
    Mais comme je vis "En Réalité" dans un monde profondément incarné, ce rêve n'est toujours pas réalisable.
    Je suis un "paysan" pragmatique et je commence à en avoir par dessus la tête de tous ces intellectuels spécialistes, experts bardés de diplômes qui dirigent les peuples, qui font l'histoire des "bibliothèques" et non celles des "gens" : Pierre, Jacques, André, Marie, Stéphane, Fabienne, ......
    Le monde est fait par les forts et pour les forts, par les puissants et pour les puissants, par les intellectuels et pour les intellectuels, .... Les autres inconnus vivant dans la REALITE hors des parlements, des palais de justices, épiscopaux ou autres, des universités, des médias autorisés et autres institutions, faisant la majorité peuvent "crever ...."
    Signé par mon surnom : B.A.R.M.E.T (Bon à rien mauvais en tout) : pardonnez donc qu'un "PAUVRE" être humain aie osé prendre part au débat .....

  • Il semble que les avis des évêques dans les pays d'émigration ne sont nullement pris en compte. Que ce soit ceux des évêques du Proche-Orient ou ceux de l'Afrique sud-saharienne.
    Venant quelques jours après des attentats "gravissimes" en Catalogne (et quelques autres, ailleurs en Europe), le propos paraît plus provocateur que véritablement pastoral
    On peut parier que ces déclarations unilatérales seront plus nocives pour l'avenir que les scandales de pédophilie : dans le 1er cas, ce sont la société et les états qui sont visés. Dans les seconds, ce sont des relations entre personnes.

  • "Dans son point 21, le pape prône le refus de l’assimilation. Concrètement, cela porte le risque de l’islamisation de l’Europe avec le voile, le halal, etc. Les chrétiens d’Orient nous ont avertis : « regardez ce qui nous arrive car demain il vous arrivera la même chose. »"
    (Philippe de Villiers, ancien Secrétaire d'Etat français à la Culture et député)

  • Le catéchisme de l’Église catholique, lui-même, est assez précis sur ce sujet : « Les autorités publiques peuvent en vue du bien commun subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l’égard du pays d’adoption ; l’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil. »
    On est loin de l’espèce d’open bar préconisé par le pape actuel.

  • Ne paniquons pas !
    On peut toujours espérer que - comme pour Amoris Laetitia - le pape chargera chaque évêque diocésain d’interpréter, pour son propre diocèse, l’application « pastorale » de ces 21 mesures.
    A défaut, il y aura lieu de se poser 21 bonnes questions et de trouver 21 bonnes réponses.

  • Petit calcul... La commune de St Josse-ten-Noode compte 25000 habitants sur 110 hectares. L'état du Vatican n'en compte que 950 sur 44 hectares. Avec des aménagements et toutes proportions gardées,, il y a donc moyen d'accueillir près de 10000 personnes. Sur qu'il y a pas mal de migrants (musulmans et illégaux en priorité) qui ne demanderaient pas mieux d'en profiter. Qu'en pensez-vous pape François? Ne serait-ce pas là une belle manière de joindre des actes à vos paroles?...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel