Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amoris Laetitia : beaucoup de bruit pour rien ?

IMPRIMER

"Publiée sous le pseudo de Tolkien, je lis sur le blog « Forum Catholique » cette réflexion un peu blasée sur la question de l’accès des divorcés civilement remariés à la communion sacramentelle : « Des « combats homériques » ont lieu en ce moment sur « le » sujet d’ Amoris Laetitia. Vraiment, concrètement, honnêtement, qu'est-ce que cela change ? -Pour les cathos convaincus : ils ne sont pas concernés par le sujet. -Pour les non cathos, cela ne les concernait pas plus avant que maintenant. -Reste le sujet pour des cathos 'moyens' qui se retrouveraient à vivre cette situation. En quoi cela change la situation des approches déjà menées au for particulier des confesseurs ? → soit les concernés ne changeaient déjà rien à leurs comportements préexistants à cette publication, et ils s'en trouveront renforcés dans leurs habitudes actuelles ; → soit les concernés avaient déjà prévu de vivre selon la règle préalablement établie, et donc cela ne changera rien de plus ; → reste effectivement ceux qui profiteront de "l'aubaine" pour se poser encore moins de questions. Objectivement, la situation est telle dans l'Eglise que je ne suis pas certain que faire de la pastorale aussi peu expliquée et aussi peu claire au niveau du pape facilite sa bonne réception. Et certaines critiques sont de ce fait parfaitement justifiées quand on voit les modalités de large application faite par certains. Mais à la rigueur, cela ne fait qu'accompagner la décrépitude du monde catholique (et j'inclus également les tradis, qui divorcent comme les autres, demandent des annulations de mariage comme les autres, trompent qui leur femme, qui leur mari, comme les autres) : juste un seul exemple pour illustrer mon propos : allez discuter avec des prêtres travaillant en officialité et demandez- leur qu'ils vous parlent des requêtes exponentielles reçues ces 15 dernières années pour des demandes de reconnaissance en nullité de mariage, qui sont dans bien des cas perçues comme un dû par les requérants, et vous aurez une toute petite idée de l'aperçu que cette approche d'AL n'est en fait qu'une tentative très maladroite de poser une emplâtre sur une jambe de bois... »"

JPSC

Commentaires

  • L'auteur de ce papier a probablement perdu la grâce et la joie catholiques.; ce pourquoi il divague largement.

    C'est vraiment irresponsable et non charitable de vouloir minimiser ainsi la gravité d'un tel document catholiquement irrecevable.

    AL est une porte ouverte qui contribue à augmenter les communions-sacrilèges, qui blessent le coeur de Dieu et condamnent les communiants en état de péché.

    De plus AL participe à l'ignorance catéchétique du peuple de Dieu qui , perdant de vue le sens de la doctrine, ne désire ni ne travaille plus à son Salut s'enfonçant dans une apostasie silencieuse mais ténébreuse .

  • Vous avez une opinion , Darc. " Tolkien " en a une autre . En disant qu'il " divaque largement " vous vous posez en psychiatre justicier .

  • L’application pastorale d’Amoris Laetitia, progressivement imposée à la conscience générale par François usant de l’autorité de son magistère, a fait suffisamment de chemin que pour pouvoir en tirer les conclusions qui s’imposent à la raison :
    1. Amoris Laetitia ne change rien pour ceux qui veulent garder la conscience des réalités de la Présence Réelle du Seigneur dans sa sainte Eucharistie. Et le cas des évêques polonais en témoigne.
    2. L’application pastorale ne va pas ramener à l’Eglise le grand nombre des divorcés remariés ni des concubin ni de tous ceux qui se trouvent dans un cas leur interdisant la communion.
    La Sainte Eucharistie n’est certainement pas la raison principale pour laquelle ils ne pratiquent pas ou plus, c’est tout simplement parce qu’ils ne croient plus.
    D’ailleurs, bien des baptisés qui ne sont pas du tout dans une telle situation ne pratiquent plus non plus.
    Ce n’est donc pas Amoris Laetitia qui va les convaincre de revenir à la pratique dominicale que, dans la foulée, on ne proclame plus comme démarche fondamentale d’une foi véritable au Christ et à son Eglise. Au contraire, les églises vont encore plus se vider des personnes déconcertées par de telles pratiques.
    3. Les prêtres « progressistes » qui faisaient déjà une application « anticipée » de l’actuelle pastorale présentement recommandée, voir imposée, se trouvent donc pleinement justifiés dans leur comportement et ne vont donc pas le changer.
    4. Les prêtres soucieux du respect des sacrements n’accepteront jamais une pratique fallacieuse et sacrilège du sacrement de Pénitence et du sacrement de l’Eucharistie.

    Dès lors, l’application pastorale d’Amoris Laetitia telle qu’elle a été pensée, voulue et soutenue par François n’a aucune raison d’être. Mais l’obstination délibérée du pape à examiner et corriger les points litigieux qu’elle soulève fait apparaître d’autres véritables raisons d’être. Car, dans ce cas, on n’est plus dans le cadre de la simple erreur humaine qu’il suffit de corriger mais dans le cadre de l’erreur qu’on refuse de corriger et donc qu’on veut délibérément propager. Dans ce cas précis, c’est aux résultats obtenus qu’on peut reconnaître l’objectif poursuivi :
    1. une division qui se génère partout et en tout, allant jusqu’à faire exploser (ou imploser) l’unité universelle de la Sainte Eglise,
    2. des prêtres qui sont menacés d’être suspendus de leurs fonctions s’ils refusent l’application pastorale telle qu’elle est voulue et soutenue par Rome,
    3. une perte progressive et généralisée de la conscience des réalités du sacrement de pénitence et surtout de la Présence Réelle du Seigneur Christ en sa sainte Eucharistie.
    4. une conscience disposée à l’acceptation d’un office, d’une liturgie « œcuménique » sans plus de consécration valable, sans plus de transubstantialisation.

  • L'esprit de mélange s'amplifie... Jusqu'où ira-t-il ?
    Il n'est pas difficile de constater que les vrais "soldats du Christ" sont devenus denrée rare, au moment où l'Eglise, phare de la foi, croule sous le poids des ambiguïtés et des compromis.
    M.L.P.. du Canada

    .

  • Chez nous, on peut deviner que la procédure d'accompagnement prévue par A. L. sera impraticable, à brève échéance. En effet.

    D'une part, le nombre de mariages en difficulté augmente et, à vue humaine, la courbe ne devrait pas s'inverser rapidement.
    D'autre part, le nombre des prêtres disponibles diminue et, à vue humaine, la courbe ne devrait pas s'inverser rapidement.

    CQFD (1000 X hélas.)

    Comme les observations ci-dessus ne sont un secret pour personne, d'autres questions se posent qui commenceraient à nous sortir du sujet.

  • « Comme les observations ci-dessus ne sont un secret pour personne, d'autres questions se posent qui commenceraient à nous sortir du sujet. » (Etienne)

    Certainement que ceux qui ont bien suivi se sont déjà posé spontanément les bonnes questions, cherché et trouvé les bonnes réponses qui s’imposent à la raison parce qu’elles sont fondées sur la réalité inéluctable. Effectivement, cela débouche sur un autre sujet mais qui n’est que la conséquence, l’aboutissement bien logique de celui-ci. Il est d’ailleurs grand temps qu’il en soit ainsi.
    La vérité, c’est ce qui est conforme à la réalité, c’est ce qui ne trompe pas sur la réalité ni sur ses résultats. La vérité nous a déjà été révélée pour nos temps.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel