Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

«Frères et sœurs, bonsoir !» : un décryptage de la communication du pape

IMPRIMER

De Radio Vatican :

Mgr Vigano décrypte la communication du Pape dans un livre

(RV) En ce 7 novembre 2017 à Paris, a eu lieu la présentation du livre de Mgr Dario Edoardo Viganò, préfet du Secrétariat pour la communication du Saint-Siège. Intitulé «Frères et sœurs, bonsoir !», et paru aux éditions Bayard le 18 octobre, l’ouvrage ausculte la stratégie de communication profondément renouvelée du Pape François.

Entre les appels téléphoniques improvisés, les visites surprises, les changements d’agendas ou les discours modifiés à la dernière minute, la communication de François étonne et détonne. Au fil des pages truffées d'anecdotes, Mgr Viganò développe la maîtrise par le Saint-Père des différents codes linguistiques et culturels. Son usage des métaphores et la souplesse symbolique de sa parole sont autant d’éléments qui permettent de mieux cerner ses «performances publiques».

On y apprend également que le Pape François ne consulte pas les médias, ni ne regarde la télévision. Ce qui ne l’empêche aucunement d’adopter une communication agile qui parvient à toucher le plus grand nombre.

Commentaires

  • Toucher le plus grand nombre peut-être mais comment le message est-il reçu ? Pour rester dans le genre communicationnel choisi par le pape François, on serait intéressé à connaître le résultat d’un sondage sérieux sur l’adéquation de la perception de la parole souvent informelle et confuse de ce pape avec tout ce que l’Eglise nous donne à croire. Evidemment, comme dirait saint Augustin, ama et fac quod vis. Mais encore ?

  • Il est révolutionnaire dans le bon sens du terme notre pape François. On sent que c'est un pape qui a vécu auprès DE LA REALITE et pas dans les grands principes dépourvus de miséricorde. Ceux-ci ont vidé les églises.... Vivez dans une paroisse et vous verrez qu'à part des grandes fêtes où l'on reçoit des cadeaux, les jeunes n'y sont plus présents.... LE POUVOIR d'influence de l'Eglise est bien révolu par rapport aux siècles précédents . C'est de cela que certains ne veulent pas prendre conscience... Espérons que le véritable évangile soit l'avenir....

  • notre Pape François a fait le " voeu cathodique " de ne plus regarder la telvision depuis 1990 à l' occasion de la fête de Notre Dame du Mont Carmel. Il s'en est justifié et a donné aux jeunes des conseils dans ce domaine.
    Je pense que ça lui a dépollué le cerveau . Permis de n' écouter que les critiques constructives. Libéré de débats où tout le monde veut avoir raison.

  • JPSC: la parole de Jésus aussi était accueillie et interprétée de multiple manières. On peut aussi dire que Jésus étai confus avec ses paraboles par exemple. Combien de ses contemporains, et même parmi ses disciples et apôtres ont compris qu'il était Dieu et que son royaume n'était pas terrestre mais spirituel ? Aurait il-du être plus explicite ?

    Quand on s'adresse au monde, aux non chrétiens, il est difficile de faire en sorte que notre parole soit comprise dans le sens de l'enseignement catholique. Dieu rejoint par son Verbe chaque homme et chaque femme là où il se trouve. On appelle cela la pastorale. Le Pape n'est pas responsable de la façon dont ses paroles sont interprétées par monsieur ou madame tout-le-monde ou même par un catholique non pratiquant qui n'a jamais lu le CEC. Il en est de même pour Amoris Laetitia qui doit être interprétée, pour nous catholique, selon ce que nous a enseigné l'Eglise jusqu'à ce jour.

  • Que je sache le Saint-Père fait partie de ce que l'Eglise a enseigné jusqu'à ce jour pourquoi l'exclure ?

  • Le pape François aime à se présenter comme le pape du sourire, dialoguant avec tout le monde et indulgent envers ceux qui se trompent ; mais il va mettre dehors quiconque dans la hiérarchie de l'Église n'est pas de son côté, ou est considéré comme conservateur (montrant ainsi son double visage) !

    La méthode François se révèle inadaptée: il n'approche ni ne rapproche à l'Église aucun fidèle ancien ou nouveau ; il cherche à se rapprocher des éloignés, mais en attendant éloigne les proches...

    Il n'éveille pas de vocations ni l'assiduité pour assister à la messe.

    Il suscite la sympathie personnelle et médiatique, en particulier chez les non-croyants; mais l'acclamation du fan club François ne se traduit pas en foi...

    Ce pape a très vite démontré qu'il n'avait pas la grâce, ni la lumière dans sa manière d'agir, de parler; il a montré qu'il ne supportait pas la tradition, le rite, la liturgie, qu'il rejetait le sacré et réduisait ce qui est saint à une révolte humanitaire ; ayant plus le désir de plaire aux médias et à l'Esprit du temps, qu'à l'Esprit Saint...

    Sans parler de cette touche de cabotinage et de vanité qui le caractérise...

  • Nos Papes se suivent , chacun restant une personne unique . Certains ont même remarqué l' alternance :un introverti,un extraverti. un introverti, un extraverti. Kretchmer dirait : un mince, un gros, un mince, un gros. ( je sais, Kretchmer n'est pas une référence ;-)
    On a aussi remarqué que, par ex, la grosse majorité des chartreux était des hommes grands et minces.....( " Le sel de la terre " d ' André Frossard ....je cite de mémoire.)
    ( C'était notre quart d'heure de psychologie catholique récréative )

  • Philippe B. : Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire. Relisez le nouveau Testament : les premiers disciples du Christ ont toujours été très soucieux de transmettre la parole du Seigneur telle qu’ils l’ont reçue et pleinement admise à la lumière sa résurrection: une parole a priori dure à croire justement parce qu'elle n'avait rien d'ambigu ni de confus. S'il en avait été autrement, Jésus ne serait pas mort condamné au supplice de la Croix, ni ressuscité le troisième jour, en fondant ainsi à grand prix la foi dont ses apôtres et leurs successeurs sont appelés à rendre à leur tour clairement témoignage.

    Si donc la pastorale d’un pape a pour conséquence d’engendrer la confusion, elle doit être clarifiée. C’est le devoir d’un successeur de Pierre, s’il constate qu’il n’est pas compris. Et une telle démarche n’a rien à voir avec la mentalité rigide d’un docteur de la Loi mais avec le cœur de la foi.

    Mgr Viganò lui-même a mis en garde contre les lectures « hérétiques » des paroles du pape actuel : « il y a, je le cite, un monde à découvrir avant de pouvoir comprendre ce que le pape François veut dire ». Prises comme de simples catégories sociales ou des projets politiques, les catégories auxquelles il se réfère le plus souvent passeraient à côté du message. L’écueil ne doit pas être sous-estimé.

  • Je ne comprends pas comment on peut continuer à répéter en boucle que le Pape François est un grand communicant- un as de la communication- alors que ses paroles et ses écrits suscitent des interprétations si différentes voire carrément contradictoires!
    Pour moi, un bon communicant est quelqu'un dont la pensée aboutie s'énonce clairement (cf. Boileau) et qui a, au moins, l'humilité de corriger ou d'expliquer ses dires s'ils n'ont pas été compris.
    Il est évident que l'effet de confusion produit est voulu!

  • Pour en revenir à McLuhan : le message c'est le pape.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel