Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le déclin du catholicisme en France : des perspectives très inquiétantes

IMPRIMER

Le site "Riposte catholique" publie cette analyse alarmante du déclin de l'Eglise en France (mais la Belgique n'est sûrement pas mieux lotie) :

La chute de l’Eglise en France

On me transmet un article intéressant, sur l’évolution de l’Eglise qui est en France. Cet article date de 2013, mais avec les statistiques transmises en ligne par l’épiscopat, il doit pouvoir être possible de le mettre à jour.

J’ai par exemple transformé les tableaux du nombre de baptêmes et de mariages en France de 1990 à 2015 en graphique, afin que l’on constate, d’un simple coup d’oeil, la baisse continue (et inexorable ?) :

 

En partant de l’hypothèse, aujourd’hui tout à fait crédible, que cette baisse ne cesse pas, l’article mentionné plus haut estime que le dernier baptême catholique en France aura lieu en 2048, soit dans 30 ans, et le dernier mariage catholique pour 2031, dans moins de 15 ans.

J’ai mis à part l’évolution du nombre de prêtres, car l’échelle de valeur est bien plus petite. Mais la courbe est très ressemblante :

Alors le dernier prêtre ordonné en France ? Si rien ne change, c’est effectivement pour bientôt.

Oh certes, on peut estimer que les oasis de chrétienté qui subsistent ça et là avec le scoutisme, les mouvements traditionalistes et quelques communautés nouvelles, continueront à porter des fruits en France, mais ce sera avec quelques centaines de prêtres seulement et quelques dizaines de milliers de catholiques pratiquants. Ajoutez à ce sombre tableau l’essor de l’islam en France et vous pouvez facilement imaginer, hypothèse tout à fait crédible (pour ne pas dire la plus crédible aujourd’hui), que les chrétiens de France subiront le même sort que les chrétiens d’Orient. Au cours de ce siècle.

Commentaires

  • Viktor Orban a dit que les chrétiens persécutés pourront toujours trouver refuge chez lui en Hongrie. Tant mieux car au vu de ce qui attend des pays comme la Belgique ou la France, il ne restera plus que la solution de s'expatrier.

  • Mais non, tout va bien, les fruits du Concile se font seulement un peu attendre. Et puis on a le pape François et un épiscopat belge en phase avec le monde qui a tant à nous dire et à nous enseigner. Je suis sûr qu'il y aura des commentaires en ce sens. Je pourrais presque les rédiger moi-même.

  • Le Cardinal SCHOENBORN a écrit à propos du Concile: "On a jeté le bébé avec l'eau du bain" Les médias ont aussi déformé le sens des documents.
    Ce qui fait l'affaire des ennemis de l'Eglise.N'oublions pas l'Espérance et prions
    .

  • En fait, on peut se demander si les textes du concile intéressent encore quelqu'un. Ce qu'il faut bien voir, c'est la perception que l'on a de l'évènement : une rupture qui a permis de tourner le dos à la conception de l'Eglise héritée du Concile de Trente et de Vatican I. C'est ainsi qu'ont été abandonnés tous les signes qui extériorisaient l'Eglise traditionnelle (la liturgie, l'habit ecclésiastique, le cérémonial pontifical, etc). Vatican II constitue une véritable révolution culturelle qui n'arrête pas de porter ses fruits dévastateurs et de développer sa logique d'autodestruction. Je ne crois pas à la possibilité d'interpréter ce concile dans un esprit de continuité; il s'agit bel et bien d'une rupture qui a séparé l'Eglise d'avant Vatican II (l'ancien Testament!) de l'Eglise d'après Vatican II (le nouveau Testament). On peut aujourd'hui mesurer l'étendue du désastre mais il semble que cela ne suffise pas pour que l'Eglise se décide à remettre en cause la Réforme conciliaire. Il faudra sans doute attendre que des circonstances dramatiques opèrent une catharsis et contraignent les croyants à revenir aux valeurs de l'Eglise de toujours, bien loin de l'esprit du temps.

  • Ce qui est fascinant, c'est la persistance dans l'aveuglement, la fascination pour le vide, l'obsessionnelle course vers le néant qui sert d'horizon au "Monde", l'entêtement persuasif dans l'apostasie tranquille...
    Au chevet de l'Eglise agonisante, des médecins moliéresques, en chapeaux doublement pointus, qui conciliabulent sur "l'esprit du concile" et "la vertu dormitive de l'opium" (c'est la même chose), nous assènent des leçons de sociologie senestre sur fond de pastorale édentée, nous imposent des clystères d'exégèse historique et des purges de démythologisations scripturaires ! Au secours !

  • Tous ces graphiques devraient nous faire penser que la course de l'Eglise à la remorque du monde (accentuée sous ce pontificat) est une fausse piste. Les premiers à en prendre conscience seront-ils les évêques? On peut en douter car ils ne résistent pas à la pente. Ce sont plutôt des laïcs qui s'en rendent compte, laissés seuls par les évêques.

  • - Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandoné(e) ?
    Réponse:
    - Mon enfant, pourquoi m'as-tu renié, oublié, décrié, insulté, blasphémé,..

    Quand soudain, on entendit le bruit des armes....
    Mais trop tard.

  • Quelques chiffres trouvés sur le site Pro Liturgia au sujet de l'Eglise de France...
    Baptêmes: 472.000 en 1990; 262.000 en 2015
    Confirmations: 91.000 en 1990; 43.000 en 2015
    Mariage: 147.000 en 1990; 55.000 en 2015
    Prêtres diocésains: 25.000 en 1990; 11.000 en 2015.
    Cela en 25 ans. Je vous laisse deviner ce qu'il en sera dans 25 ans...

  • Si je m'en tiens aux prophéties de Marthe Robin pour la France, tout me laisse penser qu'il y aura une remontée fulgurante de la ligne de votre graphique dans moins de 10 ans !

    Dieu va bientot nous surprendre, restons Lui fidèle en attendant qu'Il se manifeste à notre monde en déliquescence !

  • - Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandoné(e) ?
    Réponse:
    - Mon enfant, pourquoi m'as-tu renié, oublié, décrié, insulté, blasphémé,..

    => Tellement vrai, Denis, et qui le comprend de nos jours !!

  • Oui, je fais plus confiance à Marthe Robin qu' à Riposte Catholique . ils essaient d'être convaincants mais l'inspiration de l' Esprit Saint fait défaut . Et l' Espérance.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel